Metro, l'Apocalypse à vos portes : Forum RPGCHRONOSREP
Amélioration du contenu graphique

29.05.2017 | Découvrez les dernières améliorations graphiques du design !

Recrutement & Animation

10.06.2017 | Lazarus passe à la vitesse supérieure !

Recensement & Prépa V3

29.07.2017 | Préparez-vous à de gros changements...

Version 3.0 en ligne !

03.09.2017 | Récapitulatif des changements et feedbacks des joueurs

Du mouvement dans les rangs

03.09.2017 | Changements dans le staff

Boutique & Races 3.0

16.10.2017 | Elles sont enfin là :)

test
test

Acrobaties en folie

  • Satoru Onryou
    CIVIL - Juge
    (0)49216957000000none
    id20.07.17 11:15
    (0)Volonté : 49Messages : 2169$US : 57Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : noneBadges :
    (0)49216957000000none
    avatar
    (0)49216957000000none
      CIVIL - Juge




      Jeudi 24 Novembre - 19h31
      Dojo Lee



      Satoru avait commencé sa journée avec l'entrainement des plus petits le matin. C'était fou qu'à cet âge là certain développent déjà des facultés hors du commun. La semaine précédente, l'un d'eux avait enflammé un de ses mannequins. Aujourd'hui, rien à déclaré. Malgré la baisse de fréquentation du dojo due à la loi de recensement des méta, le dojo retrouvait peu à peu son animation. Après le déjeuna, Satoru supervisa un cours de kendo et enchaîna avec un cours de yoga. Après sa journée de cours, comme tous les jours, Satoru s'occupa de son propre cas. Il commença par un échauffement à base d'étirements et de mouvements de combat de base. Il accéléra la cadence encore et encore pour atteindre un rythme que peu pourrait suivre. Coup de paume ouverte dans le mannequin, coup de pied latéral au niveau de la tête, coup de pied rotatif tout en s'accroupissant et pour finir l'enchainement un salto avant terminant sur un coup de talon. Après cela il s'entraina à contrôler son propre pouvoir face à un mannequin.  

      Bref! C’était un jeudi soir comme les autres avant que deux personnes ne viennent chambouler sa soirée et ce qui allait devenir un bon bout de temps. Satoru avait fini ses cours depuis plus d’une demi-heure quand deux personnes rentrèrent dans son dojo. La premiere était un homme asiatique, bien habillé et il portait un étuis de guitare, le pauvre homme n’avait cependant pas un physique très avantageux, il ne gagnait sûrement pas sa croûte en faisant du mannequinat. L’autre était bien plus agréable à l’œil, c’était une jeune femme d’environ 20 à 35 ans (oui bon Satoru n’était vraiment pas doué pour donner un âge aux gens), brune avec un regard déterminé et attentif.




  • Katsushika Manji
    CIVIL - Croisé
    (0)181530012203035303025none
    id06.08.17 21:17
    (0)Volonté : 18Messages : 15300$US : 12Xp : 20Force : 30Résilience : 35Agilité : 30Réflexes : 30Spiritualité : 25Astuce : noneBadges :
    (0)181530012203035303025none
    avatar
    (0)181530012203035303025none
      CIVIL - Croisé
      Acrobatie en folie - Le Dojo Lee

       J'avais repéré le Dojo Lee quelques jours auparavant, mais les mésaventures vécues avec ma nouvelle partenaire et autres tracas quotidiens ne m'avaient pas laissé le loisir de me renseigner d'avantage. Je continuai à m'exercer à l'anglais, mais y mettais de moins en moins de coeur. Le Japon commençait à terriblement me manquer, et je perdais ma mission de vue. Même mes méditations avec Hiro ne m'avaient pas aidé à retrouver la volonté qui m'avait poussé à quitter ma terre natale.
       C'est ainsi qu'après un temps de réflexion, je m'étais dit que me remettre véritablement à l'entrainement, dans un véritable Dojo et avec un véritable Sensei me permettrait peut être de reprendre du poil de la bête! De plus, cela permettrait à Chiara-kun d'apprendre l'art noble du Kenjutsu et autre Taijutsu, plutôt que l'utilisation barbare de ses armes à feu. Je lui avais donc soumis l'idée, avec plus ou moins de facilité.
       Je n'étais pas sûr qu'elle ai vraiment saisi ce que j'avais en tête lorsque je l'ai amenée devant le Dojo, mais une fois que nous y étions elle ne pouvait plus avoir de doute. Je poussais donc la porte et découvrit un charmant établissement vraisemblablement bien entretenu. C'était la fin de  la journée, et les élèves étaient sans doute tous rentrés chez eux puisque nous découvrîmes le Sensei seul au milieu de la salle. Il portait sa tenue d'entraînement et nous regarda entrer avec intérêt.
       J'avais moi même revêtu ma tenue traditionnelle pour l'occasion et avais pris le sabre d'Hiro avec moi, camouflé dans sa housse de guitare comme me l'avait conseillé Chiara-kun. Je me sentis tout à coup ridicule de le porter dans cet accoutrement face à un sensei japonais. Je m'inclinai néanmoins respectueusement et m'adressai à lui en japonais, priant de toutes mes forces pour qu'il comprenne.

       - Salutation, nous espérons ne pas vous importuner en nous présentant à une heure aussi tardive. Je vous présente ma coéquipière, Chiara Petrelli. Je me nomme Katsushika Manji, et nous souhaiterions bénéficier de vos savoirs en matière d'arts martiaux. J'ai moi même un entrainement de longue date mais ai encore certainement beaucoup de choses à apprendre. Cela serait-il possible?


      ft. Satoru Onryou & Chiara F. Petrelli
    • Chiara F. Petrelli
      CIVIL - Rebelle
      (6)376119006503none
      id10.08.17 18:46
      (6)Volonté : 37Messages : 61$US : 19Xp : 0Force : 0Résilience : 6Agilité : 5Réflexes : 0Spiritualité : 3Astuce : noneBadges :
      (6)376119006503none
      avatar
      (6)376119006503none
        CIVIL - Rebelle





        J'ai bien cru y laisser mes poumons l'autre soir... Je ne me rappelle plus depuis combien de temps je ne me suis pas retrouvée dans une course poursuite... Mon nouveau job ne s'y prête pas vraiment. Ce petit bourrelet par contre, s'y prête totalement !

        C'est ainsi que le week-end dernier nous nous retrouvâmes, le japonais et moi-même sur les toits de Japtown. Sur la requête de mon désormais officieux associé, nous nous baladions au sein de ce quartier afin qu'il me raconte un peu plus son passé et sa culture. Toujours accompagné de sa housse de guitare, celle-ci se mit à vibrer au beau milieu de la rue !

        Effectivement, non loin de nous, presque camouflés par la foule ambiante qui rendait cette rue noire de monde, deux méta-humains se mirent à utiliser leurs pouvoirs pour commettre un vol à l'arraché.

        Ni une, ni deux, Katsushika et moi-même se mettions à leur poursuite. Bien entendu, j'avais déjà dégainé mon arme alors que nous entrions dans la ruelle sombre adjacente où régnait l'odeur fétide des poubelles entassées là.

        Bien sûr, je les ai menacés, mais, comme souvent, cela n'eut pour résultat que de les hâter un peu plus. Je devrais arrêter ça d'ailleurs, maintenant que je ne fais plus partie de la police...

        C'est alors qu'ils se mirent à effectuer des pirouettes. Bien évidemment, il fallait que ce soit moi qui tombe sur des ninjas japonais... Je les attirais en ce mois-ci ! Bref. L'un des deux fit un bond aussi fulgurant que surhumain, témoignant de sa nature de méta-humain. Quant à l'autre, c'est la légèreté dont il faisait preuve et sa manière de défier la gravité en marchant sur le mur qui trahissait sa nouvelle condition.

        Ceci ne nous a pas apeuré.

        Après avoir difficilement grimpé l'échelle de service, nous arrivions en haut du bâtiment. Malheureusement, nous avons dû arrêter cette course aussi vite qu'elle avait commencé après avoir sauté du premier toit au second. Si ce bond là s'était fait instinctivement, ma condition physique ne me permit pas d'effectuer le second.

        C'est ainsi que presque accablée de honte, j'acceptai une nouvelle requête du Manji.

        _Bonsoir, vous donnez des cours de Kung-Fu, ici, c'est bien ça ? adressai-je à celui qui me semblait tenir le dojo.






      • Satoru Onryou
        CIVIL - Juge
        (0)49216957000000none
        id15.08.17 13:50
        (0)Volonté : 49Messages : 2169$US : 57Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : noneBadges :
        (0)49216957000000none
        avatar
        (0)49216957000000none
          CIVIL - Juge




          Jeudi 24 Novembre
          Dojo Lee



          Satoru tiquât une micro seconde sur le nom de Manji, il l’avait déjà entendu quelque part, peut-être quelqu’un d’important ? Il lui avait adressé ses salutations en parfait japonais alors Satoru répondit de même en espérant que l’autre personne comprenne:



          "Bonsoir, Manji-chan, Petrelli-chan, je suis Satoru Onryou, Senseï de ce dojo. En effet, j’enseigne bien le Kung-fu ainsi qu’une multitude d’autres arts martiaux ainsi que des cours de méditation pour le maîtrise de soi et des entraînement à certaines armes blanches. Et leur apprentissage est ouvert à tous. Sachez que j’accepte les métas comme les non-méta, je vous informe d’ailleurs dès maintenant que je fait partie de la première catégorie. De plus si je suis amené à vous enseigner quelconque discipline, si vous êtes un méta et que vos aptitudes peuvent représenter un danger pour les autres, je vous serais gré de m’en informer afin de prendre des précautions. Sachez également que je suis tenu au secret professionnel et que tout ce qui se passe et dit dans ce dojo ne sera pas divulgué en dehors sans l’autorisation de la personne."



          Voilà. Il avait fait son petit speech, à ce stade, la moitié des personnes était déjà repartie, très souvent des non-méta qui avaient peur de lui. Il avait d’ailleurs remarqué qu’ils s’étaient tous les deux un peu raidit lorsqu’il avait dit qu’il était un méta. Il les comprenait très bien aux vues de ce qu’il voyait parfois aux infos depuis maintenant plusieurs mois. Les aptitudes de certains pouvaient être pour le moins effrayantes. Cependant, même après sa mini leçon de morale, il savait pertinemment que si une personne possédait des pouvoirs et qu’elle ne voulait pas le dire, ce ne serait pas ça qui lui ferait changé d’avis et il avait déjà eu le coup à plusieurs reprises. (Le môme avait faillit faire flamber tout le dojo en plus du mannequin en bois). Comme cela n’avaient pas l’air de vouloir prendre leurs jambes à leur cou, il continua :



          "Si vous acceptez cela, vous pouvez me dire ce que vous voulez pratiquer exactement et je vous ferai part des horaires des cours en groupe."



          Alors, Katsushika lui fit part de leur requête exacte. Ils voulaient tous deux apprendre à se mouvoir de façon plus fluide dans l’espace. Étrange comme demande, les gens lui demandaient rarement d’apprendre à faire des galipettes. De plus ils préféraient avoir des cours particuliers et ils étaient près à payer ce qu’il faudrait. Satoru ne savait pas quoi faire, il avait perdu pas mal de client depuis le recensement et il était un peu sur la paille. Cela pourrait lui permettre d’arrondir ses fins de mois quitte à travailler plus tard certains soirs.



          "Très bien, j’accepte de vous donner des cours particuliers, mais avant ça j’aimerais en savoir un peu plus sur vous et surtout sur vos capacités physiques histoire que je sache pas où commencer. Tout d’abord j’aimerai savoir si vous êtes des métas, quel est votre niveau d’expérience dans le domaine des arts martiaux ?"




        • Katsushika Manji
          CIVIL - Croisé
          (0)181530012203035303025none
          id15.08.17 16:00
          (0)Volonté : 18Messages : 15300$US : 12Xp : 20Force : 30Résilience : 35Agilité : 30Réflexes : 30Spiritualité : 25Astuce : noneBadges :
          (0)181530012203035303025none
          avatar
          (0)181530012203035303025none
            CIVIL - Croisé
            Acrobaties en folie - Le Dojo Lee

             Le sensei Satoru Onryou s'était présenté en retour, en japonais. Cela me convenait tout à fait, mais je jetai un regard embarrassé à ma partenaire qui n'avait pas dû comprendre un traitre mot du discours qu'il venait de tenir. Il poursuivit cependant en nous demandant ce que nous voulions faire exactement. Comme je m'apprêtai à répondre en japonais, je me tournais vers Chiara-kun et fit un cercle avec mon pouce et mon index, comme font les américains pour dire que tout va bien dans les films que j'avais regardé. J'accompagnais cela d'un clin d'oeil appuyé pour que le message soit clair, puis me retournais vers le sensei en reprenant mon sérieux pour répondre à ses questions.

             - Pour ma part, je pratique les arts martiaux depuis ma jeunesse. Ma famille descendant d'une lignée de samouraï, mon enseignement s'est essentiellement concentré sur la pratique du kenjutsu - ou kendo comme on l'appelle aujourd'hui -, mais j'ai également reçu des leçons de ju-jutsu. Néanmoins, je pense avoir des lacunes pour ce qui est des déplacements, roulades, etc., ce qui ne va pas s'arranger avec mon âge grandissant, soulignai-je en tentant une pointe d'humour avant de réaliser que le sensei devait avoir le même âge que moi.

             Je me raclais maladroitement la gorge avant de reprendre :

             - Peut être pourriez vous nous entraîner au taihenjutsu, mon amie et moi?


             J'avais jusqu'ici éludé sa question concernant notre condition. Je n'étais pas un méta-humain, néanmoins je devrais peut être le mettre au courant pour l'esprit d'Hiro? Bien que cela ne soit en aucun cas dangereux pour qui que ce soit dans le dojo... Si il était lui même un méta-humain, peut être pourrait-il m'apprendre certaines choses à ce sujet? Comment lier à bon escient  les arts martiaux et ce que pouvait m'apporter le katana?
             Je marquais une courte pause en réfléchissant à tout cela. Je ne jetai pas un regard à Chiara, mais j'étais presque sûr qu'elle ne serait pas ravie de révéler sa condition de méta-humaine. Sûrement ne le ferait-elle pas... Pour ma part, le code du samouraï m'obligeait à une certaine honnêteté, j'optais donc pour une semi vérité.

             - Le sabre qui se trouve dans cet étui, commençai-je en rougissant de cet accoutrement ridicule, est une arme unique en son genre, mais je vous jure que vous ne risquez absolument rien, ni vous ni ce dojo.

             Je saluai pour appuyer cette promesse avant de réaliser que Chiara ne pouvait pas suivre cet échange. Avec un petit air gêné, je demandai :

             - ... Pourriez-vous répéter ces consignes et demandes en anglais à mon amie? Elle ne parle pas japonais, et je ne maîtrise pas la langue de ce pays...

            ft. Satoru Onryou & Chiara F. Petrelli
          • Chiara F. Petrelli
            CIVIL - Rebelle
            (6)376119006503none
            id15.08.17 18:21
            (6)Volonté : 37Messages : 61$US : 19Xp : 0Force : 0Résilience : 6Agilité : 5Réflexes : 0Spiritualité : 3Astuce : noneBadges :
            (6)376119006503none
            avatar
            (6)376119006503none
              CIVIL - Rebelle





              Alors que les deux japonais se parlent dans leur langue natale, je m'inquiète. Je me demande si le professeur est capable de parler américain... Mon regard déçu et mes sourcils froncés communiquent à mes deux interlocuteurs mon incompréhension et l'agacement qui en découle. Le regard, c'est universel.

              J'en profite donc pour observer le dojo. Il est relativement bien entretenu. Des bandes de scotch grises, ce fameux scotch dont le nom ne me revient pas sur le moment, sert de pansement à certains tatamis. Il est réputé tenace. Il le faut pour maintenir ces planches de paille où chutent nombreuses personnes chaque jour.

              Mon regard longe alors les tapis et atterrit sur l'entrée d'une autre salle. Deux hommes en sortent. Leurs cheveux sont trempés car ils viennent de prendre une douche après l'entraînement. Ils ont l'air exténués et leurs étirements témoignent de leur souplesse. Je suis déjà rassurée quant à la qualité de l'enseignement ici.

              L'odeur de transpiration ambiante ne m'est d'ailleurs pas désagréable. Au contraire, elle m'inspire justice. Dans le creux de ma main, je cherche une réponse quant à ma présence ici. Fais-je bien ? J'ai accepté la proposition de Katsushika à venir m'entraîner en grande partie pour me préparer aux événements à venir. Ils m'effraient. Pourquoi ? Je suis du bon côté de la loi, pourtant, mais j'ai peur.

              _Vous parlez américain aussi ?






            • Satoru Onryou
              CIVIL - Juge
              (0)49216957000000none
              id15.08.17 21:51
              (0)Volonté : 49Messages : 2169$US : 57Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : noneBadges :
              (0)49216957000000none
              avatar
              (0)49216957000000none
                CIVIL - Juge




                Jeudi 24 Novembre
                Dojo Lee



                Satoru rigolait intérieurement, Katsushika venait de fait le signe OK des plongeurs doublé d’un clin d’œil à son amie en signe que tout allait bien. C’est alors qu’il percuta qu’il avait mal supposé. Malgré que l’homme s’adressait à lui en japonais, Chiara, elle, n’avait pas l’air d’y comprendre un traître mot. De plus elle inspectait le bâtiment d’un œil attentif pendant que les deux hommes discutaient.



                Du taihenjutsu, oui, je connais très bien le taijutsu qui s’en rapproche, j’ai donc évidement de bonnes bases, je devrais pouvoir vous l’enseigner. De plus cela tombe bien que vous soyez deux, de nombreux exercices se font en binôme.



                Katsushika passa ensuite à la question sous entendue sur leur condition de méta ou non et après un petit moment de réflexion lui fit part de la présence d’un sabre dans sa housse de guitare.



                C’était donc ça, je me disais aussi que se balader dans une tenue traditionnelle avec un housse de guitare faisait un peu tâche.



                A voir la couleur cramoisie que prenait son interlocuteur, il devait sûrement penser la même chose. Cependant un sabre « particulier », Satoru était pressé d’en savoir plus. Quel mystérieux pouvoir pouvait bien renfermer cette lame. Cependant, il n’insista pas plus, ce n’était pas dans sa nature de s’occuper de ce qui ne le regardait pas même s’il était très curieux. Comme on dit c’est un vilain défaut. Puis les deux demandes qui suivirent confirmèrent ce qu’il avait déduit précédemment. Les deux visiteurs lui demandèrent coup sur coup de répéter ce qu’il avait dit mais en anglais. Satoru se demandait vraiment comment ces deux là faisaient pour communiquer s’ils ne connaissaient pas la langue l’un de l’autre. Puis il se rappela du signe et du clin d’œil du japonais et réprima un rictus. Puis il répéta ce qu’il avait dit à Katsushika et ce que celui-ci lui avait répondu afin qu’il ne refasse pas la même conversation qu’avec le japonais et embraya donc directement sur les questions la concernant :



                Quand est-il de votre niveau en arts martiaux, et autre disciplines ? Si vous n’en avez jamais fait ce n’est pas grave, il n’est jamais trop tard pour commencer et même un grand maître à des choses à apprendre, ne serait-ce que sur lui même.



                Puis tout en parlant quelque chose vint à l’esprit de Satoru :



                IL VA TOUT LE TEMPS FALLOIR QUE JE RÉPÈTE TOUT EN DOUBLE !

              • Chiara F. Petrelli
                CIVIL - Rebelle
                (6)376119006503none
                id16.08.17 21:27
                (6)Volonté : 37Messages : 61$US : 19Xp : 0Force : 0Résilience : 6Agilité : 5Réflexes : 0Spiritualité : 3Astuce : noneBadges :
                (6)376119006503none
                avatar
                (6)376119006503none
                  CIVIL - Rebelle





                  A la suite de ma question, le professeur continuait de parler japonais. Je commençai à bouillir ! Je sentais que mon visage rougissait de fait. Dans ces moments-là, je ne peux pas m'empêcher d'afficher un faciès intimidant.

                  Cela ne sembla en aucun cas l'intimider.

                  _Eh bien, voyez-vous, j'ai travaillé dans la police. Je me suis retiré car cela manquait d'action pour être honnête... J'ai donc suivi quelques cours de self-défense, mais j'ai bien peur d'avoir tout perdu... J'ai appris à me servir d'un... J'ai oublié le nom... Cette arme traditionnelle japonaise, vous savez ? Le Té... Ta... Erf... Ah oui ! Le tonfa ! Mais je ne pense pas avoir appris à m'en servir à la manière d'un japonais... Mise à part cela, j'ai déjà participé à quelques rixes de rue, mais jamais contre de grands champions...

                  Quelque chose semblait troubler le senseï. Son air songeur lui donnait l'impression d'être le cliché parfait de sa profession !

                  _J'ai surtout besoin d'une remise en condition, pour être honnête. Et...

                  Je donnai alors un coup de tête vers les vitrines au fond.

                  _J'aimerais bien apprendre à manier quelques armes.

                  Fixés au mur servaient de décoration quelques sabres japonais. Personnellement, j'avais plus en tête le maniement de bâton de toutes tailles et espérais pouvoir apprendre à manier les deux courts bâtons reliés par une chaîne !






                • Satoru Onryou
                  CIVIL - Juge
                  (0)49216957000000none
                  id16.08.17 22:42
                  (0)Volonté : 49Messages : 2169$US : 57Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : noneBadges :
                  (0)49216957000000none
                  avatar
                  (0)49216957000000none
                    CIVIL - Juge




                    Vendredi 25 Novembre
                    Dojo Lee



                    Satoru avait tout noté dans un coin de son cerveau. Il allait falloir synthétiser plusieurs disciplines ou du moins pas forcément les voir en même temps mais toutes les voir quand même. Après une rapide observation de ses deux nouveaux élève il leur dit :


                    Je vous aurait bien demander de faire une démonstration de ce dont vous êtes capable maintenant histoire de savoir où commencer mais vos tenues respectives ne me semble pas tout à fait approprié.



                    Il répéta cela en japonnais puis enchaina :


                    D’ailleurs je suppose que vous disposez d’une tenue appropriée à la pratique des arts martiaux ou du sport en général ? Sinon il y a le grand centre commercial dans le quartier.



                    Il répéta de nouveau ça en japonnais et leur conseilla le nom d’un magasin chez qui il se fournissait certain équipements. Après cela il leurs donna rendez-vous au lendemain soir. Ses deux nouveaux élèves avaient apparemment hâte de commencer et lui aussi éprouvait une certaine curiosité à ce que pouvait donner ces deux là. Après quelques remerciements et salutations, ils repartirent. Décidément il lui en arrivait tous les jours. Il se demandait bien ce que pouvait bien avoir, le sabre de ce Katsushika, de si spécial. Ceci dit, plus il voyait passé de métas dans son dojo avec de facultés auxquelles personne n’aurait pu même songer, plus il se disait que le prochain à entrer ne pourrait pas l’étonner plus. Tout en songeant à ça, il alla finir faire sont entraînement personnel quotidien, prit un douche, mangea et partit se coucher.


                    Chiara et Katsushika revinrent le lendemain soir à l’heure convenue la et allèrent se changer rapidement dans les vestiaires. Il commencèrent directement par un échauffement rapide mais rigoureux puis Satoru demanda à Chiara :


                    Maintenant, on va voir un peu où vous en êtes. Commençons par vous Chiara-chan, essayez de m’immobiliser par n’importe quel moyen. Ne vous inquiétez pas vous ne me ferez pas mal.



                    Tout en disant ça un souvenir douloureux revint à l’esprit de Satoru. Deux semaine plus tôt, un gamin haut comme trois pomme l’avait couché comme il aurait couché un verre sur une table. Le gamin, un méta avait acquis uns force surhumaine et ne la contrôlait pas encore des masse.
                    Bref, Chiara eu un moment d’hésitation puis si mis au centre de la salle en face de Satoru puis s’exécuta. Des enchaînements de coup bateaux et de tentatives de croche-pied que le senseï n’eut aucun mal à esquiver. Après ces quelques démonstrations, Satoru en conclue qu’elle n’aurait pas de mal à apprendre, elle était très agile, même peut-être plus que lui, mais lui, contrairement à elle, savait se servir de cette agilité. Ce fut ensuite au tour de Katsushika. Comme ce dernier avait dit à Satoru qu’il maîtrisait quelque peu le sabre, ils commencèrent par cela. "Quelque peu" était bien faible pour qualifié sa maitrise du sabre, il était même très bon, Satoru n'aurait pas grand chose à lui apprendre sur  ce point? Cependant, il avait un peu d’expérience en taihenjutsu mais ses mouvements manquaient de fluidité. Pour le premier cours ils faudrait donc reprendre avec les bases.
                    Ils commencèrent : tout d’abord des roulades élevées, avants et arrières. Pas besoin que ce soit propre comme en gymnastique, il fallait du simple et surtour de l’efficace. Ça peut paraître bête comme ça mais en combat il faut savoir partir de ses pied et revenir dessus. Être allongé sur le dos ou sur le ventre n’est pas une bonne technique de survie surtout quand le gaillard en face à envie d’en découdre. Une fois cela assimilé et maîtrisé il travaillèrent la roue classique, à une main, etc. et pour finir la rondade, la plus efficace et la plus rapide. Ils étaient en train de travailler sur cette dernière lorsque le téléphone sonna. Satoru s’excusa auprès des deux personnes et alla dans l’autre pièce pour décrocher.




                  • Katsushika Manji
                    CIVIL - Croisé
                    (0)181530012203035303025none
                    id31.08.17 15:27
                    (0)Volonté : 18Messages : 15300$US : 12Xp : 20Force : 30Résilience : 35Agilité : 30Réflexes : 30Spiritualité : 25Astuce : noneBadges :
                    (0)181530012203035303025none
                    avatar
                    (0)181530012203035303025none
                      CIVIL - Croisé
                      Accrobatie en folie - Le Dojo Lee

                       J'avais chaleureusement remercié le sensei d'avoir accepté de nous prendre comme élèves, puis nous étions repartis Chiara et moi. Sur la route, je tentai de lui faire part de ma joie d'apprendre à ses côtés puis bifurquai vers mon hôtel après lui avoir souhaité bonne nuit. Je commençais à songer à acheter un appartement en ville, étant donné que j'allais y rester un bon moment. Peut être quelque chose près du cabinet de ma coéquipière.

                       Le lendemain nous nous retrouvâmes donc à nouveau dans le dojo, en tenue et prêts à apprendre. Le sensei commença par tester nos capacités un à un. Ses connaissances en matière d'arts martiaux étaient larges en comparaison des miennes qui se limitaient essentiellement au kendo et à quelques bases en combat à main nue. Ses mouvements étaient précis et assurés, on voyait qu'il savait ce qu'il faisait.
                       Apprendre de nouveau auprès d'un maître me ramena des années en arrière, quand nous nous exercions mon frère et moi dans le manoir familial. Dans le dojo, je me sentais presque chez moi, de retour au Japon, et une douce sensation de réconfort m'enveloppait. Ce n'était plus Sori qui était à mes côtés, mais Chiara que j'appréciais de plus en plus malgré son caractère parfois soupe-au-lait. Même si nous avions du mal à communiquer, je voyais qu'elle voulait comme moi faire changer les choses et je ne pouvais qu'admirer son amour de la justice. J'avais une sorte d'affection fraternelle pour elle, et c'est aussi pour cela que je lui avais proposé de s'initier aux arts martiaux.
                       Satoru nous fit faire toute une série d'exercices, et je me rendis compte que l'entrainement que j'avais essayé de poursuivre après le départ de mon maître n'avait pas été suffisant. Je faisais donc de mon mieux pour réaliser les mouvements qui nous étaient montrés, concentré comme jamais. Au bout d'une heure, de grosses gouttes de sueur roulaient sur mon front et dans ma nuque.
                       Tout à coup, le téléphone se mit à sonner et Satoru nous abandonna un moment. J'en profitai pour boire une grande rasade d'eau et m'assurer que Chiara allait bien.

                       - Tout OK? demandai-je.

                      ft. Satoru Onryou & Chiara F. Petrelli
                    • Chiara F. Petrelli
                      CIVIL - Rebelle
                      (6)376119006503none
                      id13.09.17 9:30
                      (6)Volonté : 37Messages : 61$US : 19Xp : 0Force : 0Résilience : 6Agilité : 5Réflexes : 0Spiritualité : 3Astuce : noneBadges :
                      (6)376119006503none
                      avatar
                      (6)376119006503none
                        CIVIL - Rebelle





                        Revoir tout cet attirail dans le magasin de sport me rappela de bons souvenirs. Oui, l'école de Police et sa salle d'entraînement au combat. C'était vraiment une bonne période, celle où je berçais encore dans l'innocence à vrai dire, celle où je pensais que la justice se suffisait à elle-même...

                        Je choisis donc un kimono souple, car si je ne suis pas physiquement forte, je reste très agile et adroite. Les frappes n'ont jamais été ma méthode : Moi, je suis plus clefs, prises et projections. C'était tant mieux à vrai dire, on apprenait plutôt à désarmer qu'à meuler des bouches dans la Police. De plus, je souhaitais devenir encore plus dextre et souple et une tenue de judo m'aurait rendu la tâche plus difficile. Il en va de même pour les différentes armes japonaises qui m'ont rendu curieuses dans le dojo de ce senseï d'ailleurs tout aussi curieux d'apprendre à nous connaître -Peut-être devrions-nous nous rapprocher de lui ? Il doit sûrement rencontrer pleins de méta-humains...- ; avec cette tenue rigide, j'imagine m'emmêler vite les pinceaux.

                        Le lendemain soir, j'arrivais alors au dojo. J'étais tellement impatiente, chargée à bloc. Face au senseï, j'ai donné tout ce que je savais et pouvais. Bien entendu, il n'eut aucun mal à esquiver mes attaques car, comme dit, je suis toujours plus restée sur la défensive...

                        Ce fût ensuite au tour de Katsushika. Il était tout l'inverse de moi. Au moins, on se complétait... Alors qu'il finissait ses échanges avec Satoru, je m'approchai alors de la vitrine près du mur.

                        _Senseï -Utiliser ce titre me déroutait-, êtes-vous en mesure de m'apprendre le maniement de cette arme ?

                        Le bois de celle-ci était doux au toucher. J'aime ce matériau. Il est si noble et si sous-estimé. L'arme qu'il formait l'était aussi à vrai dire. Je laissai ma main glisser tout le long du manche.

                        _Vous appelez ça un... bô, n'est-ce-pas ?

                        Je reposai celui que j'avais décroché du mur pour contempler dans le creux de ma main le manche d'un second. C'est une bonne arme, j'en suis sûr.






                      • Satoru Onryou
                        CIVIL - Juge
                        (0)49216957000000none
                        id01.10.17 21:38
                        (0)Volonté : 49Messages : 2169$US : 57Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : noneBadges :
                        (0)49216957000000none
                        avatar
                        (0)49216957000000none
                          CIVIL - Juge




                          Vendredi 25 Novembre
                          Dojo Lee



                          Satoru allait sortir de la salle lorsqu’il entendit derrière lui Chiara qui lui posait une question. Elle voulait apprendre à manier un bô ? Ce n’était pas le choix auquel il se serait attendu en premier. Souvent c’est ce qui coupe qui attire. Ce n’était pas non plus l’arme la plus facile à maîtriser. Comme de nombreuses choses, il ne suffit que de quelques heures pour comprendre comment s’en servir mais cela nécessite des années pour être maîtriser correctement. Après quelques secondes de réflexion, Satoru répondit :



                          Ce n’est pas le choix le plus simple que vous avez fait, mais vous avez du potentiel et je pense que cette arme est très bien pour vous. Cela tombe bien, je ne savait pas trop quoi vous faire faire pendant que Katsuchika-san se perfectionnerai au sabre. Et bien pendant ce temps je vous initierai à l’art du bô.



                          Le téléphone allait bientôt passer en mode répondeur alors Satoru se dépêcha et décrocha le téléphone.



                          Dojo Lee, M. Onryou, que puis-je pour vous ?



                          Bonjour monsieur Onryou, nous avons connaissance de vos capacités et de votre quête de savoir à ce propos. Mon maître M. Fukurō aimerait vous rencontrer en personne. Il aimerait que vous passiez quelque jours dans notre monastère afin que vous puissiez également nous faire part de vos connaissances. Ne vous inquiétez pas pour le trajet, nous prendrons en charge le voyage et nous vous logerons une fois sur place. Si cela vous tente, un avion part de l’aéroport de LibertyTown pour l’aéroport de Asahikawa dans deux jours. Vous pouvez nous donner votre réponse quand vous le souhaitez. Réfléchissez-y. Bonsoir M. Onryou.



                          Satoru reposa le téléphone, il n’avait pas eu le temps d’en placer une. Il était à la fois un peu choqué et très curieux. Il mourait d’envie d’en savoir plus, ce Fukurō. Cela ne devrait pas durer trop longtemps, il n’aurait qu’à annuler ses cours de la prochaine et il avait maintenant une excuse pour renvoyer les deux personnes qui attendaient toujours dans la salle. Il y retourna donc et leur fit part du voyage qu’il s’annonçait :



                          J’ai été invité, par une connaissance, dans un monastère au Japon pour y dispanser mon enseignement et approfondir le mien. Je suis désolé, c’est très soudain. Ca ne devrait pas duré plus de deux semaines. Pour ne pas trop perdre pendant ce temps, je vous conseil de vous remémorer de temps en temps ce que l’on a fait aujourd’hui et de refaire les mouvements de base.




                        • Contenu sponsorisé
                          id