Metro, l'Apocalypse à vos portes : Forum RPGCHRONOSREP
Amélioration du contenu graphique

29.05.2017 | Découvrez les dernières améliorations graphiques du design !

Recrutement & Animation

10.06.2017 | Lazarus passe à la vitesse supérieure !

Recensement & Prépa V3

29.07.2017 | Préparez-vous à de gros changements...

Version 3.0 en ligne !

03.09.2017 | Récapitulatif des changements et feedbacks des joueurs

Du mouvement dans les rangs

03.09.2017 | Changements dans le staff

Boutique & Races 3.0

16.10.2017 | Elles sont enfin là :)

test
test

Le Mal Dominant

  • Eric Chaze
    Genesis - PNJ
    (0)6$04403030354025none
    id27.07.17 17:56
    (0)Volonté : 6Messages : $0$US : 4Xp : 40Force : 30Résilience : 30Agilité : 35Réflexes : 40Spiritualité : 25Astuce : noneBadges :
    (0)6$04403030354025none
    avatar
    (0)6$04403030354025none
      Genesis - PNJ

      Le Mal Dominant
      Quartier Alpha, logements. 22h30

      Une journée sans intérêt, sans événement particulier. Une journée trop simple, trop ordinaire même. Depuis qu'il avait eu vent de rumeurs, s'en étaient suivit les attentats et depuis, Eric était connu. Trop à son gout d'ailleurs. Lui, qui avait voulu réunir les gens possédants des capacités, lui qui avait voulu être reconnu comme n'étant pas un monstre... Il était à présent la cible médiatique, le symbole d'une rébellion anti-humains. Avait-il voulu tout ça? Probablement. Enfin, il voulait qu'on parle de lui, il voulait qu'on ne le prenne pas pour une aberration, lui et les autres "non-humains". Il avait espéré que ses tags, son passage à l'hôpital soient suffisant pour faire bouger les choses. S'en était suivi cette putain de loi Turenne... En contre partie, des gens avaient rejoint ses rangs. Son groupe qui au départ n'était qu'un rassemblement pour parler de leurs pouvoirs, de trouver des solutions pour les maitriser ou les cacher, avait prit de l'ampleur. Dés le début, il était répugné par l'idée d'apprendre à maitriser son don pour mieux le cacher. Pour Eric, cacher son pouvoir, se faire passer pour quelqu'un qu'on est pas, était une hérésie. Oui, il voulait une révolte, oui il voulait être accepté, lui et tous ses semblables. Ce qui avait d'abord créé un conflit dans le groupe. Et beaucoup étaient partis, préférant se fondre dans la masse. Se retrouvant avec des idées de grandeur et un tout petit groupe. Qui aurait pu prévoir que les choses évolueraient ainsi? Pas lui. Ses agissements avaient pour but de soulever la foule, de lancer une révoltes pour les métahs, de foutre un bordel sans nom dans toute la ville. D'obtenir le pouvoir pour les métahs, la liberté et la justice. Pas de devoir se terrer dans l'ombre à fulminer des coups fourrés et attendre son heure... Et ces putains d'ahuris qui le voyaient comme un guide! Mais qu'ils aillent donc crever et chercher un putain de guide dans l'au-delà !!

      Camille discutait avec son garde du corps, elle parlait de former des nouveaux, de chercher des informations. Eric voulait mettre la main sur un politicien pour l'obliger à revoir la loi. Mais sa fidèle tétraplégique, qu'il avait arraché de l'hôpital, disait qu'il était préférable d'agir autrement. Ce à quoi, le clown avait soupiré et bougonné. Il n'était pas fait pour diriger, il était bien plus à sa place pour se battre, pour insulter des gens et foutre le bordel. Il se plaisait dans l'anarchie et devoir organisé tout un groupe d'individus, donner des ordres, réfléchir à ses actions... Il avait perdu pied. Par chance, Camille s'occupait avec Jimmy des affaires. L'une cherchait à agrandir le groupe, à le souder pour agir de façon cohérente alors que l'autre s'occupait de la gestion des finances et d'assurer la plus grande discrétion de Genesis. Eric, lui se contentait d'apparaitre ici et là, de terroriser des humains lambdas, de se retrouver sur le net dans des vidéos. Il n'aimait pas l'idée d'être le chef, de devoir diriger car il n'en avait rien à foutre. En revanche: être le symbole de la "résistance contre les tyrans de sous races sans pouvoir" comme il aimait le dire, lui convenait parfaitement. Tant qu'il attirait l'attention sur lui, on ne s'occupait pas d'emmerder ceux qui réfléchissaient à des plans d'actions de grandes envergures.

      Eric s'installa dans le canapé, bière dans une main, cigare dans l'autre. Il alluma la télévision pour écouter l'actualité. C'était plus pour avoir un bruit de fond, car il s'en moquait des informations. Devoir écouter Camille parler de finances, de nouvelles recrues... Il l'entendait trop souvent. Et c'était l'excuse parfaite pour ne pas se mêler à la discussion et éviter les questions dont il ignorerait quoi répondre. Il avait cependant eu le temps d'entendre parler de Nero, le chauve qu'il avait vu à l'hosto. Ce dernier avait rejoint Genesis et aidait l'handicapée dans sa recherche de métahs désireux de grossir les rangs du gang. Ainsi, il avait trouvé un nouveau qui semblait aussi intéressant que prometteur. Bien bien... Maintenant tout ce qu'il voulait: c'était se changer les idées. Sortir pour aller effrayer deux ou trois sous merdes? En tabasser un ou deux dans la foulée? Cela le soulagerait et le défoulerait certes, mais à son retour, les mêmes questions allaient revenir aux galops: Qu'est-ce qu'on fait maintenant?

      A cette question, il se retenait toujours de dire: on fonce, on défonce les flics et les politiciens et on prend le pouvoir de cette putain de ville. Sauf qu'il le savait, c'était loin d'être aussi simple... Dernièrement, il avait occupé les gens en les faisant taguer pas mal de monuments importants, rappeler au monde qu'ils étaient toujours là. Faire croire qu'ils avaient un plan, qu'ils allaient agir. Mais en réalité, c'était loin d'être brillant. De maigres rangs, peu de finances et une hiérarchie qui a envie de vacances... Ou d'un carnage.

      Il se leva du canapé, termina sa bière et prit la direction de la porte. Camille l'interpela pour savoir où il allait.

      "M'éclaircir les idées..."

      Ce qui signifiait tout simplement: mettre un peu de chaos dehors pour se soulager. Parfois, en faisant ça, une idée de génie naissait dans son esprit. La tétraplégique lui signala juste que plusieurs recrues allaient passer dans la soirée et donc: qu'il ne s'éloigne pas trop. Qu'ils aillent donc au diable avec leur délire de guide! Il grommela et sorti en claquant avec force la porte.

      Enfin, de l'air frais !
    • James Black
      Genesis - Destructeur
      (6)2181465100510017AdministrateurDestructeur Destructeur ♫ Meetic Courageux FlooderV.I.P.
      id09.08.17 17:47
      (6)Volonté : 218Messages : 1465$US : 100Xp : 5Force : 1Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 1Spiritualité : 7Astuce : AdministrateurDestructeur Destructeur ♫ Meetic Courageux FlooderV.I.P.Badges :
      (6)2181465100510017AdministrateurDestructeur Destructeur ♫ Meetic Courageux FlooderV.I.P.
      avatar
      (6)2181465100510017AdministrateurDestructeur Destructeur ♫ Meetic Courageux FlooderV.I.P.
        Genesis - Destructeur
        Chez les loups y'a pas b'soin d'couronne pour être

        King



        "PUTAIN !"

        Je frappe la table d'un coup de poing furieux, alors que Vicious me toise d'un air inquiet. Je lui montre aussitôt, sur mon smartphone, la nouvelle qui venait de tomber sur mon feed : un méta venait de faire son coming-out en direct sur les réseaux sociaux, et avait, de plus, manifesté son refus de se soumettre à la fameuse Loi Turene. Les commentaires qui suivaient étaient très majoritairement issus d'humain haineux, évoquant dans un flot d'insultes insupportable son ethnie (le pauvre était afro-américain) sa sexualité (le pauvre étant homosexuel), en plus de sa nature soit disant inhumaine. Son pouvoir, lui, était insignifiant : il pouvait altérer sa pilosité et ainsi contrôler ses cheveux. Rien d'incroyable. Mais en y pensant, je crois pourtant que l'Histoire voulait que son pouvoir soit assez insignifiant pour qu'il ait besoin de le confier au monde entier : s'il pouvait multiplier les billets, nulle doute u'il aurait fermé sa gueule comme nous tous. Mais non. Ray Carter enchaînait les mentions à ses ancêtres esclaves, et d'autres inepties agaçantes dans une vidéo larmoyante supposée faire comprendre qu'un méta était une autre forme de différence qu'il fallait accepter. "Vivons tous unis ? Hein ? Grosse merde".

        Comme si c'était possible.

        L'humanité n'a jamais vraiment su accepter la supériorité de quoi que ce soit. Au fond d'elle, elle a toujours ressenti le besoin impérieux de contrôler, altérer, faire évoluer tout ce qui la constitue pour être meilleure. L'être humain prothétique. Les anciens dieux deviennent peu à peu inutiles : la vie et la mort elles-mêmes sont désormais mises au défi par la science moderne. Et quelle est la place de l'humain, dans tout ça ? Qu'ils soient politiques, militaires, ou religieux, les êtres supérieur ont toujours su donner le minimum vital de liberté pour que les inférieurs trouvent leur place, subissent en silence. Mais dans notre cas, il y avait un sérieux problème dans l'équation : nous n'étions pas de ceux qui allaient encore courber l'échine et, dans cent ans, fêter le centenaire d'un génocide qui serait perpétré contre nous, les premiers-nés. Nous étions les antédiluviens, ce qui étaient à la genèse de tout, d'une vague destructrice qui dévorerait le monde entier.

        Nous n'allions pas être une génération sacrifiée.

        "Viens, prend la voiture de Luke. Nero m'a filé l'adresse de leur planque. Je sais qu'ils trainent dans les environs d'Alpha." Le peu d'infos que j'avais glané me suffisait : je n'étais pas le roi de la patience, mais il était hors de question que j'attende que cette fameuse "Camille" me fasse passer un test. Et puis quoi encore ? Ils allaient me demander de réunir six badge avant d'affronter le grand conseil des quatre ? Rien à foutre. Soit j'allais les mener vers la gloire, soit je trouverai mes nouveaux alliés dans les bauges de Beta.

        La voiture démarre, nous laissant nous engouffrer peu à peu dans les quartiers d'Alpha. "T'es sérieuse, c'est là ?" Vicious acquiesce. Comment allait-on faire deux mètres sans être arrêtés par la police ? Comment des méta-humains pouvaient y circuler sans être aussitôt questionnés ? Alpha n'était vraiment pas un coin pour nous. Pourtant, l'heure assez tardive est une bénédiction, nous permettant de circuler sans trop de problème. Je regarde Vicious d'un air soucieux, mais échange finalement cet air pour un simple sourire, comme toujours carnassier, une fois arrivé à l'adresse indiquée.

        Je sors du véhicule, claquant la portière avant de croiser un gros type, grotesque, grossier, gras. Putain. J'espérais de tout mon cœur que ce n'était pas cette grosse merde qui allait m'accueillir. Mais c'était évident : l'adresse correspondait, et son air atypique, voir monstrueux, ne laissait que peu de place au doute. Poussé par un sens du social hors du commun, imprévisible de spontanéité, je lance aussitôt : "Hey ! A te voir, impossible que je me soit trompé d'adresse je laisse une petite flamme naître au creux de ma paume "vous m'attendiez, non ? J'suis là."








        James Black : My dark pages



        Invité, ne vois tu pas la guerre qui se profile ?