La Terre, cœur de l’Univers, s'éveille au surnaturel… Janvier 2016, les méta-humains font leur apparition dans un fracas invraisemblable ; des hommes, des femmes, des enfants, personnes âgées à nourrissons, sont frappés par ce qu’on explique pas, des dons - ou une malédiction ? - qui les cataloguent comme des êtres à part entière, des faux humains, des méta-humains. Le monde entier est touché, nulle exception.

Nous sommes à LibertyTown, aux États-Unis, une ville aux grands enjeux, là où les méta-humains sont recensés en masse. Les médias s’y affolent, jouent des coudes pour avoir les derniers potins, les derniers événements marquants. Un jeu dans lequel tout le monde se plaît de participer, au point d’oublier la question essentielle à cette découverte : quel avenir pour ceux qui finiront par surpasser la race humaine ?

Lire la suite...
Actualités récentes
10/06 : Recrutement & Animation ─ www
30/05 : Amélioration du contenu graphique ─ www
29/05 : Système de succès opérationnel ─ www
Activité du forum
8 mois d'existence
Plus de 100 membres actifs
94 topics RP & 732 réponses RP

LE STAFF
LES PRÉDÉFINIS
LES AMIS

CHRONOSREP

Chapter I : The Target | ft. Will Donegal |

  • Andrew Samuels
    Rebelle
    (0)31+08004000000none
    id30.11.16 22:04
    (0)Volonté : 31Messages : +0Réputation : 800$US : 4Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : noneBadges :
    avatar
    (0)31+08004000000none


      Cela faisait dix bonnes minutes qu'Andrew tournait en rond. Encore en petit culotte dans son appartement, c'était samedi matin aux alentours de onze heures. Elle allait et revenait vers le téléphone. Elle triturait son carnet d'adresses et chiffonnait presque la page de la lettre "D".

        DONEGAL, Will

      L'homme en question était un inspecteur de police qu'elle n'avait pas revu depuis un certain temps. La rédactrice avait eu vent du fait qu'il avait quitté ce poste pour se reconvertir en détective privé. Par le passé, lorsqu'il était encore flic, Andrea avait eu à collaborer avec lui au cours de diverses enquêtes. Il avait été d'une aide précieuse. Aujourd'hui, c'était elle qui avait besoin de lui pour une affaire privée et de la plus haute importance.

      Son dossier intitulé "E.T.A." était étalé sur la table de sa cuisine. Et quel maigre dossier ! Il n'y avait pas grand chose, si ce n'est quelques vieux articles qui évoquaient de mystérieux incidents, avec toujours la même phrase en guise de signature : "Ego te absolvo". Quelques notes griffonnées par-ci, par-là. Rien, en somme toute. L'ETA était plus un mythe qu'une réalité.

      Elle finit par se décider et composa le numéro. Le stress s'empara peu à peu d'elle, elle ne comprenait pas vraiment pourquoi. Elle avait gardé une image assez... spéciale... de Donegal. Elle attendit que quelqu'un se manifeste à l'autre bout.

      - Bonjour. Andrew Samuels. Rédactrice à l'Inside.

      Elle mâchait ses mots et les recrachait tel un robot. Ce qui trahissait un malaise évident.



    • Will Donegal
      Esprit Libre
      (6)70+03400435601830836none
      id30.11.16 23:51
      (6)Volonté : 70Messages : +0Réputation : 3400$US : 4Xp : 35Force : 60Résilience : 18Agilité : 30Réflexes : 8Spiritualité : 36Astuce : noneBadges :
      avatar
      (6)70+03400435601830836none

        Le besoin, l'envie, le manque. Will, abandonné dans le fauteuil de son salon,  attrapa sa boite de pilules et en vérifia le contenu d'une agitation frénétique de la main. Le claquement d'un unique cachet l'apaisa, non sans lui rappeler le désert qu'il s'apprêtait à traverser s'il ne rendait pas visite rapidement à son fournisseur. Le cachet disparut dans sa bouche, accompagné par un fond de bière, poussant le quadra à s'enfoncer un peu plus profondément dans son siège.

        L'affaire qu'il menait actuellement l'ennuyait au plus haut point. Et si sa trésorerie ne l'y avait pas forcé, nul doute qu'il aurait refusé la demande de ce couple de bourgeois allemands. Le regard fixé sur son mur de preuves, Will détaillait la photo de l'objet à retrouver : une boite à priser datant de la Grande Guerre. Il s'agissait davantage d'un bien sentimental que d'un objet de valeur. La jeune fille au paire de la famille représentait la principale suspecte, ne restait alors plus qu'à obtenir les preuves suffisantes et la confondre auprès de ses employeurs. Une affaire banale. Pour des gens banals.

        Les premières lueurs du soleil pénétrèrent dans la pièce à travers les interstices des volets, lorsque son portable vibra. "Andrew Samuels (LTIN)" s'affichait sur l'écran du téléphone, il avait enregistré son numéro il y a quelques temps déjà. Une journaliste dans ses contacts représentait toujours un certain avantage, selon lui, surtout depuis qu'il avait quitté la police.

        - "Hm ?" Finit-il par décrocher. "Ouais, je sais bien qui vous êtes." La nuit avait été longue pour Will et la fatigue jouait avec sa patience. "C'est pour quoi ?"


      • Andrew Samuels
        Rebelle
        (0)31+08004000000none
        id01.12.16 11:01
        (0)Volonté : 31Messages : +0Réputation : 800$US : 4Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : noneBadges :
        avatar
        (0)31+08004000000none


          À la seconde même où l'homme avait élevé sa voix à l'autre bout du fil, Andrew comprit pourquoi elle en était arrivée à être nerveuse. Will Donegal c'était un peu ce rustre aux manières brusques, qui avait la voix rauque et rouillée (Andrea présumait à cause de la cigarette). On avait affaire à l'Animal à l'état pur, le fauve dangereux qu'il fallait éviter de fixer trop longtemps dans les yeux... au risque de se faire bouffer. Mais Andrea, elle en avait connu des gens, des têtes et des fortes têtes également. C'était juste histoire de se calibrer. Il en fallait tout de même plus pour l'effrayer.

          Le ton était donné par Donegal. La rédactrice comprit très vite qu'il fallait mieux aller directement au but. C'était pas le genre d'homme à taper la discussion - comme si on était au salon de thé - à coups de mais comment allez vous depuis le temps ? mais fort bien aussi, je vous remercie mon brave.
          Spoiler:
           

          - Écoutez, Monsieur Donegal (notez ici la formule de politesse, qui était plus de la froideur et une marque de distance du point de vue d'Andrew), c'est un peu compliqué d'en parler au téléphone. Tout ce que je peux vous dire c'est que l'Inside possède un dossier ouvert au sujet d'une organisation qui oeuvre dans l'ombre. C'est pourquoi j'ai besoin de votre aide dans cette affaire.

          Andrea espérait que le message fut assez clair. On ne savait jamais vraiment et n'était jamais vraiment assez prudent. Un détective privé, une journaliste. À l'ère où la technologie dépassait des limites absurdes, il fallait mieux ne pas prendre de risques inutiles. Par conséquent, la rédactrice était restée vague dans ses propos.

          La subtilité de cette femme, qui n'aimait pas le mensonge, était bien rodée. Ainsi, pour faire des enquêtes sous le compte de l'Inside - sans mentir -, elle usait de mots qui lui permettaient de camoufler la vérité. Elle possédait bien des raisons pour cacher cette enquête personnelle. Des raisons... des choses étranges qui commençaient à se produire autour d'elle. Des choses qu'elle ne pouvait pas expliquer. Vous rendez-vous compte ? Un esprit logique capable de résoudre des problèmes à un degré de complexité qui frisait la folie. Incapable d'expliquer ce qui se passait dans son propre corps en ce moment. Ou alors, était-ce du dénis ?  



        • Will Donegal
          Esprit Libre
          (6)70+03400435601830836none
          id01.12.16 23:10
          (6)Volonté : 70Messages : +0Réputation : 3400$US : 4Xp : 35Force : 60Résilience : 18Agilité : 30Réflexes : 8Spiritualité : 36Astuce : noneBadges :
          avatar
          (6)70+03400435601830836none

            De son point de vue, si un mouchard écoutait sa ligne, le pauvre espion devait sacrément s'ennuyer. Il gagnerait à suivre Will une fois à l'extérieur, m'enfin. Puisqu'Andrew sifflait l'air des devinettes, le quadra y ajouta une mesure d'énigme. " Retrouvez-moi à la grande experte en tours, dans vingt minutes. " Puis il raccrocha. Par le passé, la journaliste avait déjà fait montre d'une certaine aptitude à la déduction. Nul doute qu'il en serait de même ce matin, sinon le détective venait de s'offrir un grand bol d'air frais à Oli Beach.

            Ô joie... .
            Will se reconstitua un semblant de cigarette avec les restes de tabac émietté de son paquet. Ses pupilles fixaient l'aiguille de la trotteuse et il s'aperçut du temps qui lui restait. Le délai annoncé risquait de s'avérer un peu court pour qu'il rejoigne la grande roue donnant sur la plage. Il termina de rouler sa clope, la coinça entre ses lèvres, s'épousseta le sweat et enfila son manteau.

            * * * * * *
            * * * *
            Cette foule qui te crache sa joie au visage, au rythme des vagues qui se fracassent sur les digues au loin. Quel con je suis de ressentir de la pitié, mais leur bonheur me fait souffrir et me donne la nausée. Avec le temps, leur sourire ne sera plus qu'un stigmate entre deux rides, ne laissant alors que les remords d'une existence insipide. La vie est une garce qui nous transforme en souvenirs. Et j'y suis coincé, avec plus d'hier que de demain.
            L'amertume d'appartenir au commun des mortels rongeait Will chaque jour un peu plus. Et aucune drogue assez puissante ne pourrait lui ôter définitivement ces pensées hésitantes. L'énigmatique appel d'Andrew avait le mérite d'attiser suffisamment sa curiosité pour que son esprit s'y accroche.

            Il récupéra deux tickets au stand de l'attraction et s'aligna derrière les badauds. Quitte à attendre la jeune journaliste, autant le faire de façon utile.