Metro, l'Apocalypse à vos portes : Forum RPGCHRONOSREPCe passé qui nous hante... [Feat. Nazirah] 5kv4
Amélioration du contenu graphique

29.05.2017 | Découvrez les dernières améliorations graphiques du design !

Recrutement & Animation

10.06.2017 | Lazarus passe à la vitesse supérieure !

Recensement & Prépa V3

29.07.2017 | Préparez-vous à de gros changements...

Version 3.0 en ligne !

03.09.2017 | Récapitulatif des changements et feedbacks des joueurs

Du mouvement dans les rangs

03.09.2017 | Changements dans le staff

Boutique & Races 3.0

16.10.2017 | Elles sont enfin là :)

test
test

Ce passé qui nous hante... [Feat. Nazirah]

  • Timothy Williams
    CIVIL - Rebelle
    (6)8468429446000none
    id02.08.17 17:48
    (6)Volonté : 84Messages : 684$US : 29Xp : 4Force : 4Résilience : 6Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : noneBadges :
    (6)8468429446000none
    Timothy Williams
    (6)8468429446000none
      CIVIL - Rebelle
      Une balle approcha dans ma direction à vive allure. Une batte fermement tenue entre mes mains, j’attendis impatiemment le bon moment pour frapper. Lorsque le projectile arriva à proximité, je mis toute ma colère dans ma frappe. « Cette fois-ci, c’est la bonne ! » me dis-je, convaincu. La balle fendrait l’air jusqu’au firmament, atteindrait des hauteurs insoupçonnés vu la puissance mise dans mon coup. Cependant, alors que mon regard chercha ensuite dans le ciel la petite boule blanche, j’entendis dans mon dos le bruit sourd de quelque chose qui tombe sur l’herbe. « Out ! » cria ma fille, hilare.

      Ma batte n’avait fait que fendre l’air. Furieux, d’avoir échoué à frapper la balle trois fois d’affilée encore, je faillis jeter ma foutue batte au sol, avant de me rappeler de la menace du proprio. Si je brisais encore une fois l’une de ses battes de merde, j’étais viré à vie du terrain. Mais pas question de priver ma gamine d’un si bel endroit. «Putain, j'suis sûr que tu triches... » Ouais, j’étais tellement de mauvaises fois, mais je bouillonnais de l’intérieur. Jamais une petite fille m’avait autant humilié. Elle avait fréquenté le terrain quelques fois pendant l’année selon ses dires, mais mon cul ouais ! Au moins un millier de fois je dirais.

      En attendant que Maggie récupère une autre balle, je fis quelques moulinets avec la batte pour m’échauffer. Les sorties en famille n’avaient jamais été mon truc auparavant. Mon beau-père et moi étions comme chien et chat, incapables de nous entendre ou d’être d’accord sur de nombreux points. Il n’y avait juste ma mère, sa femme, qui était en mesure de nous réconcilier ou bien de nous réunir en diverses occasions. Passer du temps avec mon rayon de soleil me réchauffait le cœur. Mon rayon de soleil… J’étais trop émotif… «Putain...»

      J’ai fait des trucs dégueulasses sous les ordres d’Higgins, mon ancien supérieur dans l'armée. Un paumé de la vie comme moi ne devrait pas avoir le droit à des moments de paix, de bonheur. Mon cœur était empli d’espoir, d’espoir que ma fille ne fasse pas les mêmes erreurs que moi. Enfin, plus le temps de penser, Maggie était de retour avec une nouvelle balle. « C’est reparti mon kiki ! ». Cette fois-là, ce serait la bonne, j’en étais sûr, mais si c’était la troisième fois que je me le disais.

      La balle arriva et contrairement aux fois précédentes, mes oreilles perçurent distinctement le son de la batte cognant la balle. Une joie intense me parcourut. « Youhou, j’ai réussi ! ». Dans mon inconscience, je lâchai au loin ma batte avant de faire la roue. À côté, Maggie faisait la moue, visiblement déçue de ma réussite. Cependant, très vite, je m’aperçus que d'un, la balle n’était pas partie bien loin, et de deux, elle avait touché quelqu’un. Me précipitant vers la personne en question, je m’excusai, l’air penaud « ‘Scusez moi, j’ai pas fait exprès, ça va ? ». Un sourire gêné sur les lèvres, j’étais réellement soucieux de l’état de la jeune femme.
    • Nazirah Bitat
      CIVIL - Rebelle
      (6)28148713461300none
      id02.08.17 23:53
      (6)Volonté : 28Messages : 1487$US : 13Xp : 4Force : 6Résilience : 1Agilité : 3Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : noneBadges :
      (6)28148713461300none
      Nazirah Bitat
      (6)28148713461300none
        CIVIL - Rebelle
        La journée avait mal commencé. J'ai été réveillée tôt, trop tôt, par un appel de l’hôpital. Maman avait fait une crise. Rien de grave, les médecins sont vite intervenus et ils ont géré ça. Mais je l'ai appris qu'une fois arrivé sur place. J'avais couru, pas pris de petit dej', et en plus un médecin en a profité pour me parler, encore, de ce nouveau traitement plus sur, plus efficace, et bien sur plus cher. Terriblement plus cher. Je galérais déjà à payer les chimios et la chambre à l'hosto, j'étais mal réveillée, déjà fatiguée, j'avais le ventre vide et le soulagement d'apprendre que la crise de Maman n'était pas grave n'avait pas eu le temps de faire effet. C'est un miracle que je l'ai pas frappé, il me tenait la jambe, il n'arrêtait pas, je n'entendais même plus ce qu'il disait. J'avais le crâne qui bourdonnait, prêt à exploser. Au final je me suis juste barrée en courant. Et comme je n'avais pas le temps de repasser par l'appart' avant d'aller faire des livraisons, donc j'ai petit déjeuné d'un hot-dog en courant.

        Bon, pour une fois il s'est rien passé pendant que je bossais, pas de relou, de pervers ou d'embouteillages. Enfin si, un peu de bouchons, mais rien de gros. Mais même quand c'est calme, la livraison c'est chiant et j'étais déjà à bouts. Quand j'ai eu ma pause midi, j'avais besoin d'évacuer. J'ai toujours ma batte sur l'épaule, dans mon sac, pour ces cas là. J'ai souvent besoin d'évacuer. Sauf qu'aujourd'hui, je sais pas, j'avais la tête ailleurs. Ou je ruminais trop. Ou j'étais pressée d'aller aux cages pour ceux qui n'ont pas de lanceur. En tout cas j'ai pas fait attention et je suis passée pas loin d'un type en train de frapper avec sa fille, quelques mètres à côté. Il faut jamais faire ça, on peut pas savoir comment la balle va partir quand c'est un autre qui la frappe. Là, elle est partie vers moi. Heureusement, ni le lancer ni la frappe n'étaient très fort, j'aurais vraiment pu finir à l'hosto moi aussi. Enfin, non, mais quelqu'un d'autre oui.

        Moi j'ai juste été prise par surprise et le temps que je m'éclates par terre, j'ai juste eu le temps de de… je sais pas, durcir ? Pas vraiment, je suis plutôt plus molle que d'habitude quand je suis en sable. En tout cas au moment de me vautrer, j'ai senti mon visage s'éclater mais sans avoir mal. Pratique. Et avec tout le sable sur le terrain, c'est passé inaperçu. En tout cas ça a été une bonne douche froide, le temps que le mec arrive et me demande si ça allait, j'étais pleinement concentrée. Mais pas beaucoup plus calme. J'ai gardé la tête dans le sable un peu, juste le temps d'être certaine qu'elle était bien remise en place. Et le temps que j'arrive plus à me contenir. Là, je me suis redressée sur les coudes et j'ai hurlé une grosse bordée de jurons, certains en arabe. Ils étaient pas destinés au pauvre type, à côté de moi, qui avait rien fait de mal et devait justement pas se sentir bien. Mais j'avais un besoin urgent d'évacuer le stress.

        J'avoue, ça m'a fait un bien fou. Presque autant que de taper quelques balles, juste ce qu'il me fallait. Et après m'être bien vidée les poumons, j'ai repris mon souffle avant d'enfin me tourner vers le mec à côté. Il avait l'air inquiet. Et c'était complètement ma faute, en fait.

        "Désolée, c'est ma faute, j'aurais dû faire attention avant de traverser n'importe comment. Et ouais, ça va, j'ai juste été surprise."

        Et comme j'étais plus calme après avoir gueulé, j'étais capable de me sentir mal pour un pauvre type qui était juste venu frapper quelques balles et qui se faisait hurler dessus. J'ai poussé un peu sur les coudes et me suis assise avant de me redresser. J'avais du sable plein la tête, plein les fringues, mais j'avais plus besoin du terrain pour ça. En tout cas c'était mon tour d'être gênée.

        "Oh, et, euh, désolée d'avoir hurler. C'était pas contre vous, c'était juste… mauvaise journée."
      • Timothy Williams
        CIVIL - Rebelle
        (6)8468429446000none
        id05.08.17 14:30
        (6)Volonté : 84Messages : 684$US : 29Xp : 4Force : 4Résilience : 6Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : noneBadges :
        (6)8468429446000none
        Timothy Williams
        (6)8468429446000none
          CIVIL - Rebelle
          Je ne l’avais clairement pas raté vu comment cette jeune femme était tombée. J’avais réprimé de justesse un sourire moqueur avant de tendre la main en direction de ma « victime ». Cependant, contre toute attente, cette dernière fit déferler une rafale de jurons qui me laissa bouche-bée. Dans un premier temps, mon visage vira au rouge. Une veine saillante se mit à palpiter son mon front. Mon sale caractère avait pris le dessus.

          « C’est à moi qu’tu parles ? » demandai-je avec une pointe d’agressivité dans la voix.

          Cependant, la demoiselle poursuivit son flot d’injures, mêlant mots inconnus d’une langue étrangère à l’anglais. Reprenant progressivement mon calme, mon cerveau d’imbécile avait fini par comprendre que cette personne ne faisait que se défouler à sa manière. Une méthode bien bizarre de mon point de vue, mais à chacun sa façon d’évacuer le stress ou la panique. Les mains dans les poches, j’émis un sifflement admiratif lorsque la jeune finit son récital.

          Tant mieux, tout avait l’air d’aller pour le mieux. En même temps, cette fille me paraissait être du genre solide. Un petit être tout mimi se pressa contre mon dos, Maggie. Elle avait également assisté à la scène et avait été plus surprise qu’amusée par le comportement de cette inconnue. Me grattant l’arrière du crâne, les mots me manquaient presque.

          « Euh, ouais, c’est normal, ça arrive à tout le monde... » mentis-je. Pas du tout, en vérité, tout le monde avait un tic, un petit truc chelou, une habitude pour faire passer la colère. Mais c'était bien la première fois que je voyais quelqu'un, qui avait reçu une balle de baseball dans le corps, lâcher une bordée de jurons dans le plus grand des calmes.  « Bon, on va vous laisser... »

          Sayonara ! Je voulais me défiler en écourtant la conversation le plus rapidement possible. Les relations humaines n’étaient pas trop mon truc. Cependant, alors que je me retournais, devinez qui était là pour me juger, the little beauty Maggie. Ma gamine, les poings contre les hanches, me fusillait du regard. Son message était clair : ça ne se faisait pas de faire mal à quelqu’un et fuir ensuite. Un soupir s’échappa de mes lèvres. On dirait que le choix ne m’était pas donné.

          « Hum, une seconde mad’moiselle, ça vous dirait d’échanger quelques balles avec nous ? » proposai-je sans grande conviction, dans l’espoir qu’elle refuse parce qu’elle avait mieux que traîner avec un père et son enfant. Cependant, la petite peste remit son grain de sel.

          « Je m’appelle Maggie, lui c’est mon papa. Venez, on va bien s’amuser ! » insista Maggie, enjouée.

          Et merde. Et moi qui voulais entre pépère avec ma fille, voilà que je devais accepter la présence d’une personne. Je croisais les doigts pour que la situation ne devienne pas gênante.
        • Nazirah Bitat
          CIVIL - Rebelle
          (6)28148713461300none
          id05.08.17 20:33
          (6)Volonté : 28Messages : 1487$US : 13Xp : 4Force : 6Résilience : 1Agilité : 3Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : noneBadges :
          (6)28148713461300none
          Nazirah Bitat
          (6)28148713461300none
            CIVIL - Rebelle
            J'avais dû le faire flipper un peu malgré mes excuses, rien de surprenant. Avec tout ce que je venais de lui hurler dessus, c'était déjà surprenant qu'il soit pas parti en courant. Mais non, il était resté. Enfin c'était peut-être pas son choix, lui il avait l'air de vouloir filer mais yavait sa sa fille juste derrière qui, elle, voulait rester. Elle était toute choute, j'ai pas pu m'empêcher de sourire en la voyant toute droite et déterminée derrière son père. Si j'avais essayé un truc comme ça avec le vieux, il m'aurait sans doute hurlé dessus ou collé une baffe. Puis ma mère lui aurait gueulé dessus et on en aurait eu pour la soirée. Je crois que j'aurais pas pu dire non si j'avais voulu, et avoir quelqu'un pour me lancer les balles plutôt qu'une machine sonnait pas mal. Je me suis accroupie pour me mettre à sa hauteur, toujours souriante.

            "Salut Maggie, moi c'est Nazirah. Et j'adorerais jouer avec ton papa et toi !"

            Lui avait l'air de moins adorer. Pas besoin de chercher pourquoi très longtemps, j'étais une inconnue et il voulait juste jouer avec sa fille. Histoire de les laisser ensemble, sans me défiler, j'ai été ramasser la même balle qui m'avait envoyée par terre. J'avais déjà pus vider mon stress en hurlant, je n'avais plus trop besoin de frapper pour l'instant.

            "Hey championne, j'ai une idée. Je lance, et tu montres à ton papa comment manier la batte sans assommer personne, ça te dit ?"

            C'était un peu un coup bas, c'était de ma faute si je m'étais pris une balle, mais je me l'étais déjà mis à dos alors un peu plus ou un peu moins n'allait pas changer grand-chose. Et s'il voyait que je disait ça pour m'éloigner et le laisser avec sa fille, peut-être que ça passerait mieux. De toute façon, à ce stade, le but était plus de faire rire Maggie, et ça a marché. Elle a gloussé et fait oui de la tête, alors je me suis redressée et me suis éloignée, prête à lancer.

            En vrai, ils n'étaient pas des champions ni l'un ni l'autre, juste un père et sa fille qui jouaient au parc. Si je commençais à lancer vicieusement, ils ne toucheraient jamais la balle. J'allais plutôt faire quelques lancers courbes, des balles lentes et faciles à intercepter.

            "C'est quand vous voulez !"
          • Timothy Williams
            CIVIL - Rebelle
            (6)8468429446000none
            id20.08.17 16:11
            (6)Volonté : 84Messages : 684$US : 29Xp : 4Force : 4Résilience : 6Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : noneBadges :
            (6)8468429446000none
            Timothy Williams
            (6)8468429446000none
              CIVIL - Rebelle
              Maggie était parvenue à convaincre Nazirah de participer à leur partie de baseball, à mon grand dam. Il n’était pas encore trop tard pour lui interdire de jouer avec nous, mais un tel comportement de ma part plomberait assurément l’ambiance. Soupirant en toute discrétion, je m’éloignai légèrement de quelques pas puis, en entendant la petite pique lancée par la jeune femme, je faillis sortir de mes gonds.

              « Ne fais pas attention… »
              murmurai-je à moi-même.

              D’une manière ou d’une autre, je parvins à maîtriser ma colère et à passer l’éponge sur la remarque de la demoiselle. Cette dernière n’avait fait qu’une blagounette, rien de bien méchant vu comment ma gamine gloussait. Une fois suffisamment éloignée afin de ne pas me manger à mon tour une balle dans la figure, je pus pleinement profiter du spectacle. Nazirah commença par des lancers plutôt lents et prévisibles. La petite eut un peu de mal à les intercepter dans un premier temps, car elle faisait face à une meilleure lanceuse que moi, mais Maggie s’adapta assez vite. Après, disons une quinzaine de lancers, ma fille me tendit la batte.

              « Tu veux jouer aussi, Pa ? »

              « Nan, fais toi plaisir. »

              Le baseball, ce n’était pas mon truc. Je préférais leur laisser le plaisir de jouer. Plus je les observais s’amuser, plus je me disais que les deux filles pouvaient s’entendre. Dans les jours à venir, mon emploi du temps serait chargé. Le gang de Gamma avait fait de moi leur nouveau chimiste et comptait bien vendre ma marchandise aux quatre coins de Liberty Town. Par conséquent, quelqu’un devait pouvoir veiller sur Maggie lors de mes futures absences répétées. Cette ado pourrait faire l’affaire. Quelques minutes plus tard, lorsque la plus jeune fut un peu essoufflée, j’en profitai pour faire la proposition.

              « Hey… Nous ne nous connaissons pas assez bien, mais j’aimerais vous proposer d’être la nounou de Maggie…»

              A cette phrase, Maggie s’indigna…

              « Je n’ai pas besoin de nounou ! »

              … Mais peu m’importait, j’étais le seul en mesure de décider de si elle avait besoin d’une nounou ou non.

              « Là, je vais devoir y aller, mais je peux vous laisser mon numéro si vous êtes intéressés par ma proposition. »

              Sortant un bout de papier où j’avais griffonné mon nom, mon adresse et mon numéro, je le tendis en direction de Nazirah. The choice was hers
            • Nazirah Bitat
              CIVIL - Rebelle
              (6)28148713461300none
              id22.08.17 0:16
              (6)Volonté : 28Messages : 1487$US : 13Xp : 4Force : 6Résilience : 1Agilité : 3Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : noneBadges :
              (6)28148713461300none
              Nazirah Bitat
              (6)28148713461300none
                CIVIL - Rebelle
                Ça a été un peu sympa de lancer pour une fois. J'ai toujours préféré taper, mais c'est moins convivial, surtout quand on lance pour se faire intercepter. J'ai plus trop eu l'occasion de lancer depuis qu'on a déménagé. Donc ouais, c'était sympa. Après, je pouvais pas oublier que j'avais un temps limité. Je profitais que Maggie allait chercher la balle, ou que j'y allais moi, pour vérifier l'heure. Mais au final, c'est même pas moi qui suis partie la première. Le père de Maggie, qui était sur le côté depuis le début, est venu la chercher pour qu'ils aillent… Je sais pas, elle avait peut-être école ? Je sais plus quel jour c'était.

                Et là il m'a prise par surprise, il m'a demandé si je voulais être la nounou de Maggie. Maintenant que j'y ai pensé je suis pas contre l'idée, même si je suis pas certaine que je pourrais faire ça bien. Je veux dire, je suis toujours en train de bosser, et j'ai besoin d'aller chez le psy, qui voudrait de moi pour garder sa gamine ? Enfin moi je veux bien, surtout si ça paie… Oui, je pense qu'à l'argent, mais c'est pour Maman, c'est pas ma faute si les traitements coûtent une fortune !

                Sur le moment, j'ai surtout pensé que je comprenais pas bien. Il m'a proposé son numéro, après à moi de voir si je m'en servais ou pas, donc ça m'engageait à rien. Puis je sais pas, j'aime bien les enfants. J'ai surtout pensé à ça, oui. Je me suis accroupie et j'ai ébouriffé les cheveux de Maggie.

                "Allez, comme ça tu pourras jouer contre un adversaire à ton niveau !"

                Puis je me suis relevée et j'ai pris le numéro de son père, un peu plus sérieusement.

                "Je sais pas si je pourrais, mais ouais, pourquoi pas. Je vous recontactes pour discuter des détails ?"


                Après ils sont partis et je suis restée toute seule. J'ai juste fait au-revoir de la main pour Maggie, puis j'ai été reprendre mon sac et retourner vers les cages. Il me restait une bonne demi-heure et j'avais toujours rien frappé, même si le besoin était moins urgent d'un coup. Je me suis dit que le plus calme je serais, le mieux j'encaisserais une demi-journée de boulot de merde. Et ça m'a laissé le temps de réfléchir à la proposition de jouer les baby-sitters.
              • Contenu sponsorisé
                id