La Terre, cœur de l’Univers, s'éveille au surnaturel… Janvier 2016, les méta-humains font leur apparition dans un fracas invraisemblable ; des hommes, des femmes, des enfants, personnes âgées à nourrissons, sont frappés par ce qu’on explique pas, des dons - ou une malédiction ? - qui les cataloguent comme des êtres à part entière, des faux humains, des méta-humains. Le monde entier est touché, nulle exception.

Nous sommes à LibertyTown, aux États-Unis, une ville aux grands enjeux, là où les méta-humains sont recensés en masse. Les médias s’y affolent, jouent des coudes pour avoir les derniers potins, les derniers événements marquants. Un jeu dans lequel tout le monde se plaît de participer, au point d’oublier la question essentielle à cette découverte : quel avenir pour ceux qui finiront par surpasser la race humaine ?

Lire la suite...
Actualités récentes
10/06 : Recrutement & Animation ─ www
30/05 : Amélioration du contenu graphique ─ www
29/05 : Système de succès opérationnel ─ www
Activité du forum
8 mois d'existence
Plus de 100 membres actifs
94 topics RP & 732 réponses RP

LE STAFF
LES PRÉDÉFINIS
LES AMIS

CHRONOSREP

Un jour comme un autre... [PV : Sakura Brook]

  • Kaal Belltower
    Bienfaiteur
    (9)42+54783420151515157535Le fric c'est chicFranc-maçonTraumatisé du grand "boom"CourageuxModèleV.I.P.
    id01.12.16 1:30
    (9)Volonté : 42Messages : +5Réputation : 47834$US : 20Xp : 15Force : 15Résilience : 15Agilité : 15Réflexes : 75Spiritualité : 35Astuce : Le fric c'est chicFranc-maçonTraumatisé du grand "boom"CourageuxModèleV.I.P.Badges :
    avatar
    (9)42+54783420151515157535Le fric c'est chicFranc-maçonTraumatisé du grand "boom"CourageuxModèleV.I.P.
      ◄► Le cerveau et le portefeuille ◄►


      Un jour comme un autre, des heures à surveiller des rapports d'activité, à recevoir des plaintes des actionnaires et deux de plus rien que pour réguler la manifestation "pacifique" aux portes de notre quartier général. Quand je vois des barres de fer et des cocktails Molotov, je ne peux pas dire que c'est si pacifique que cela, heureusement la police est intervenue avant qu'ils ne s'en servent cette fois-ci. Une journée comme une autre de toute évidence, avec les mêmes contrariétés et petites victoires ici et là. Je porte comme à mon habitude ce costume trois pièces surmontées d'une cravate rouge sang, le vêtement de haute couture étant lui-même de teinte sombre et rouge et ayant un logo Advent Technologic plus ou moins discret sur le poitrail au niveau de la poche où est un mouchoir en tissus visibles.

      "Cette échauffourée fut si prompte à s’évaporer que cela remet en cause toute mon organisation."
      "Effectivement, mon bon Albert, j'ai donc un peu de temps libre.."
      "Cela fait un certain temps que vous n'avez eu d'interaction sociale avec mademoiselle Brook en excluant les rapports mensuels."
      "Je vais voir si elle a du temps à me consacrer effectivement. Peut-être même une autre de ses idées géniales à mettre à plat."

      Ah ! Que ferais-je sans mon majordome. Oui, j'ai un être absolument exquis, anglais pour bien aller dans le stéréotype, qui m'aide à m'organiser dans tout cet océan d'incertitude remplie de requin divers qu'est mon poste de président de compagnie... Bon, je suis moi-même un de ces requins, mais c'est un détail n'est-ce pas ? Avant cela, j'ai quelques papiers à vérifier. Une offre publique d'achat, il faudra que je revoie les détails quelque chose me chagrine sans savoir pourquoi... Encore une paire de lettres d'insultes et/ou de menace de mort anonyme... Des expérimentations ? Qu'est-ce que ça fait ici, c'est du ressort du département de recherche, je prends le document et la met dans une de mes poches, j'en parlerai éventuellement avec Sakura si elle a le temps.

      Je demande à Albert de faire prévenir ma cheffe du département recherche et développement, que si elle souhaite s'entretenir j'ai la possibilité de la voir immédiatement. Une réponse positive semble me revenir je vais donc attendre là où il le faut. Je vais donc au sas, enfin c'est une salle d'attente qui a ce nom, j'ai promis à Sakura que je ne viendrai pas la fliquer, du coup quand je souhaite la voir je vais donc dans cette pièce particulière et la préviens. Depuis qu'on travaille ensemble, je ne suis jamais allé dans son laboratoire à l'improviste même si je pourrais le faire. Mais je n'ai aucune envie de blesser ma poule aux oeufs d'or, même si elle est bien plus que ça, je me suis résous à me rappeler qu'elle est ceci également.

      Une grande salle, suffisamment pour permettre à son lit d'y stationner, à la sortie du grand ascenseur aménagé spécialement pour lui permettre de se déplacer partout dans l'immeuble. Il permet également de déplacer du matériel lourd, mais elle a tout de même la priorité sur son usage. Mais honnêtement, ce sas est aussi un moyen de me donner du temps pour me préparer psychologiquement. Sans ça, j'aurais un mal fou à ne pas avoir un air de pitié déplacé en la voyant, ça ou avoir encore plus l'air mal à l'aise... Je ne sais pas si elle préfère monter ou que je descends. Dans tous les cas, d'une manière où d'un autre l'élévateur se met en marche et finalement après le dernier ding.

      "J'espère que je ne te dérange pas."

      J'ai abandonné le vouvoiement depuis longtemps avec elle, puisque pour des raisons évidentes, je ne peux pas lui serrer la main... J'ai pour habitude de lui faire la bise comme sur le vieux continent. Elle est d'ailleurs la seule à ne pas en venir à avoir réellement le droit à ce genre de salutation évidemment. J'évide de peu de lui dire qu'elle a l'air en forme, les mauvaises habitudes de la politesse... À la place, je trouve une phrase bien clichée pour éviter de créer un blanc.

      "À chaque fois que je te vois, je me rappelle de la chance que j'ai d'avoir un esprit si brillant à mes côtés."

      C'est vrai, même si horriblement bateau. Mais j'ai bien du mal à trouver un compliment pour un être comme elle, un génie dans une prison de chaire. Mon téléphone vibre... Je le retire d'une poche. Il ressemble plus à une plaque de verre qu'a un appareil cellulaire, la pointe des appareils holographiques portatifs. Dessus, je peux y voir un article de journal défiler sur cette matière belle, mais si froide... Une nouvelle marche pacifiste réduite au silence par ces monstres d'Avent et leurs chiens de garde de la police... Cela me tire un demi-sourire et un petit rire jaune, je commence à être que trop habitué à être le grand méchant loup ça m'atteint presque plus... Presque...

      "Désolé, je suis tout a toi maintenant."

      J'ai quand même un petit fond d'aigreur dans la voix, mais ce n’est pas dirigé vers elle et elle le sait très bien.


      ____
    • Invité
      Invité
      id12.12.16 19:36
      avatar

        Une rencontre avec Kaal. De quoi égayer n'importe quelle journée de Brook. Celle-ci particulièrement n'avait pas été des plus désagréable. La scientifique avait passé la majorité de la mâtiné à revoir les nouveaux plans du projet ARK, espérant avoir trouvé une solution qui se posait à eux depuis bientôt deux semaines. Ou bien n'étais-ce qu'une ? Le temps filait parfois à une vitesse …

        Bref. Elle était maintenant très, trop, bien habillée et en place dans son lit, dont les draps avaient été changés expressément pour l'occasion. Brook se refusait de se l'avouer mais elle attendait cette événement depuis plusieurs heures, comme une petite gamine impatiente. Pour des raisons professionnelles bien entendu.

        L'ascenseur descend doucement. Un monte-charge aux allures hybride de palace et de labo, tout à fait dans ses dispositions. Elle aime cette endroit, conçu tout spécialement pour elle. Finalement dans un accord discret, l’élévateur s'arrête et les porte s'ouvre, laissant paraître l'homme de la situation, souriant et charmeur comme à son habitude.

        Brook sourit à son tour tandis qu'il lui parle. Mondanités sans importance mais venant d'un homme dont on dit que la parole vaux son pesant d'or. Il lui fait même la bise, elle sait maintenant depuis longtemps qu'elle est la seule à recevoir ce petit geste et cela lui fait extrêmement plaisir. Tout le monde aime se sentir spéciale n'est-ce pas ?

        Finalement c'est son tour de parler. Un rapide ajustement sur la console de son carrosse et les hauts-parleurs de la pièce prennent vie dans un agréable crépitement.

        « Bonjour Kaal, articule une voix cristalline, je suis toujours heureuse de te voir, tu le sais bien. »

        Un regard enjôleur confirme la phrase, certains diraient que leur échange est stéréotypé et bateau, mais pour Brook il s'agit d'une routine vieille comme son admission dans l'entreprise et dont elle tire un plaisir ô combien certain.

        « Tu voulais me voir ? Reprend la voix. S'agit-il de précision sur le projet ARK ? Le conseil d'administration cherche encore à ralentir le projet ? »

        L'ordinateur arrive même à simulé une pointe d'inquiétude. Le projet lui tient à cœur et elle n'a guère l'habitude d'être ainsi retardé par des imprévus. Un terreau fertile pour développer son anxiété. Ou alors elle a peut-être lue quelque part que les hommes aiment bien les femmes faisant parfois preuve d'un peu de vulnérabilité. Peut-être.

      • Kaal Belltower
        Bienfaiteur
        (9)42+54783420151515157535Le fric c'est chicFranc-maçonTraumatisé du grand "boom"CourageuxModèleV.I.P.
        id14.12.16 13:46
        (9)Volonté : 42Messages : +5Réputation : 47834$US : 20Xp : 15Force : 15Résilience : 15Agilité : 15Réflexes : 75Spiritualité : 35Astuce : Le fric c'est chicFranc-maçonTraumatisé du grand "boom"CourageuxModèleV.I.P.Badges :
        avatar
        (9)42+54783420151515157535Le fric c'est chicFranc-maçonTraumatisé du grand "boom"CourageuxModèleV.I.P.
          ◄► Ce sourire vous va à ravir ◄►

          Toujours heureuse de me voir n'est-ce pas ? Cela me fait me rappeler qu'il a fallu qu'Albert me rappelle que je ne l'ai pas vu depuis trop longtemps pour que je pense à la voir. Évidemment, je ne lui avouerai pas, mais je me sens d'autan plus coupable un cour instant quand c'est couplé à l'histoire du téléphone. Cette installation semble lui convenir et si ce n'était pas le cas elle serait différente de toute manière, elle arrive même à faire dire à cette voix artificielle ou plutôt faire jouer des sentiments. Ainsi c'est sans mal que je sens une pointe d'inquiétude programmer pour être ressentie. Je lui réponds tout d'abord d'un grand sourire.

          "Ces rabat-joies n'ont pas leurs mots à dire sur tes projets et je m'assure toujours qu'ils s'en rappellent."

          Pour appuyer mes propos et la rassurer, je passe lentement ma main sur sa joue le temps d'une courte caresse. En principe, je préfère rassurer les gens d'une main sur l'épaule, mais elle ne le sentirait pas c'est donc le genre de petit geste qui lui sont tout droit réservé et elle mérite amplement ce genre de petites attentions. Bon évidemment avec toute autre femme cela serait du harcèlement sexuel, mais avec le temps nous avons mis les choses au clair et il ne me semble pas l'avoir entendu une seule fois se plaindre de mes manières envers elle. En réalité, pour en revenir au conseil, le jeu de pouvoir entre eux et moi est beaucoup plus délicat que je n'ose lui avouer ou même à moi-même, mais je n'ai ni le besoin ni l'envie de le préciser dans l'instant.

          "Je ne t'ai jamais pressée et je ne compte pas le faire aujourd'hui, d'une manière ou d'une autre tu vas encore révolutionner le monde."

          J'ai légèrement accentué le mot encore, je veux qu'elle sente que je lui fais confiance et qu'elle ne se fasse pas du mal à vouloir aller au-delà de ses capacités sommes tout exceptionnelles.

          "Pour être honnête, j'ai eu la chance d'avoir un peu de temps supplémentaire, d'où mon arrivée aussi tôt. C'est une occasion parfaite de passer un peu de temps ensemble."

          Évitons juste de dire que c'est mon assistant qui m'a rappelé que c'est possible, cela serait malvenu et je n'ai pas envie qu'elle pense que je l'oublie même si dans ce cas particulier ce n’était pas totalement faux.

          "Alors ma belle, tu as envie de parler d'une chose en particulier ?"

          Oui s'est un peu osé de l'appeler ainsi, mais je n'ai pas honte de le faire pour le même genre de raison que pour les petites attentions précédentes. Lui rappeler qu'elle est aussi une femme et que malgré son état elle est charmante est aussi la responsabilité et le devoir d'un homme... Et puis malgré son handicape, elle reste une jeune femme... Ravagée par une machinerie qui la tiens en vie, mais tout de même.


          ____