Metro, l'Apocalypse à vos portes : Forum RPGCHRONOSREP
Amélioration du contenu graphique

29.05.2017 | Découvrez les dernières améliorations graphiques du design !

Recrutement & Animation

10.06.2017 | Lazarus passe à la vitesse supérieure !

Recensement & Prépa V3

29.07.2017 | Préparez-vous à de gros changements...

Version 3.0 en ligne !

03.09.2017 | Récapitulatif des changements et feedbacks des joueurs

Du mouvement dans les rangs

03.09.2017 | Changements dans le staff

Boutique & Races 3.0

16.10.2017 | Elles sont enfin là :)

test
test

Entre Guerre et Paix

  • James Black
    Genesis - Destructeur
    (6)2181465100510017AdministrateurDestructeur Destructeur ♫ Meetic Courageux FlooderV.I.P.
    id18.08.17 19:06
    (6)Volonté : 218Messages : 1465$US : 100Xp : 5Force : 1Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 1Spiritualité : 7Astuce : AdministrateurDestructeur Destructeur ♫ Meetic Courageux FlooderV.I.P.Badges :
    (6)2181465100510017AdministrateurDestructeur Destructeur ♫ Meetic Courageux FlooderV.I.P.
    avatar
    (6)2181465100510017AdministrateurDestructeur Destructeur ♫ Meetic Courageux FlooderV.I.P.
      Genesis - Destructeur
      Alors nous sèmerons les graines du

      Chaos



      "Pose ton arme ! Pose la !"

      Les vociférations de la police me font tressaillir. A Beta, je suis chez moi : c'est mon quartier. Je les connais de rondes passées - comme je connais tous les policiers ayant le malheur d'être affectés ici pendant leur formation - mais il est fort probable qu'ils ne me reconnaissent pas. Pourtant, peu importe les raisons qui m'avaient menées ici, je réalise que je me suis plongé dans un merdier inextricable face auquel la seule issue possible était la violence...

      Mais revenons en arrière.
      Avant cette situation merdique.
      Avant les flingues braqués sur moi, il y avait cette pauvre loque...
      Rickert

      J'avais déjà croisé ce nouveau méta déclaré, chien fidèle à la loi de Turene, dans le quartier pauvre de Primo à Beta. Sa mutation soudaine rendait bien évidemment impossible toute tentative de dissimulation face aux autorités : son corps était devenu métallique, mais lui permettait tout de même de se mouvoir. Pourquoi la nature avait doté un être aussi insignifiant et faible d'un tel pouvoir ? Comme une puberté soudaine, il ne semblait pas véritablement accepter sa nouvelle nature. Ce constat me rappelait que même si les méta-humains étaient des élus voués à surpasser les autres créatures de la Terre, tous ne s'étaient pas vus offrir un pouvoir à l'image de leur personnalité. ..

      Malheureusement pour Rickert, la police de LibertyTown n'était pas toujours tendre avec les méta-humains. Bien au contraire. Depuis une semaine, deux affaires de violences policières venaient déjà d'entacher les premiers mois de mise en place de la Loi. En l'occurrence, même si l'homme était constitué d'un métal particulièrement solide, les coups pleuvaient sur lui alors que les agents tentaient de le "maitriser" - l'homme pourtant à terre et immobile - à coups de matraques. "Insupportable..." Alors que les portables sont braqués sur lui, je me recule, assez loin pour pouvoir laisser le pouvoir de mes flammes m'envahir, et cacher mon visage sous des flammes inextinguibles. Mon gant enflamme la machette que je sors de mon pantalon, laissant quelques badauds découvrant ma forme monstrueuse fuir ou s'effondrer de terreur. Je m'approche lentement de la scène, les portables braqués désormais sur moi. Deux personnes s'effondrent, trois s'enfuient, réduisant les spectateurs aux quelques figures observant la scène de loin, les deux policiers, et deux voitures bloquées par l'incident.

      - C'est quoi ce ... putain... lance un des agents de police. Le second recule, braquant désormais son arme sur moi. Rickert détale, allant s'écraser comme une merde sur le trottoir et s'enfuir dans l'obscurité d'une ruelle.
      - Fils de pute. Dis-je les dents serrés, réalisant que je venais de faire une connerie monumentale. Peut être que tous les métas ne méritaient pas de survivre à la fin du monde ?
      - Les gars...
      - Poste ta machette !
      - Qu'est ce qu'on dit déjà ?
      - On t'a dit de poser ta machette, tout de suite !
      - Fuck the Police ?

      Alors que mon sang bouillonne, je tape du pied sur le sol et laisse le pouvoir de mon "maître" s'y investir peu à peu. Dans une mouvance de plus en plus perceptible, les fissures apparaissent, laissant des sillons de flamme y naître.
      - Dernière sommation, pose ton arme !
      Je ne bouge pas. Saisit par l'excitation naissante, la peur de la mort qui ne m'effrayait plus vraiment... Je lève finalement doucement les mains.

      Tue les, tous, tous autant qu'ils sont. N'en laisse vivre aucun. Aucun ne mérite de s'en sortir. Tous, tous doivent mourir. Tous devront périr. Oui. Vas y. Tu le veux. Fais le. Maintenant. Enfin ! Laisse la bête sortir. Laisse la...


      - Ta gueule. J'ai compris. Je souris, laissant une flamme traverser lentement ma jambe et investir le sol...


      BOOOOOOOOOOOOOOM


      Une détonation violente surprend les spectateurs concentrés à capturer la scène avec leurs smartphone. L'explosion transforme l'espace urbain en véritable enfer. Les cris, la stupeur, les larmes. Le chaos venait de naître alors que mon visage s'était transformé. Ma chaire entièrement effacée au profit du Roi des Cendres, le dieu infernal : il ne restait plus qu'à laisser s'étendre sur eux mon pouvoir de destruction.

      Aucune victime, pour le moment, mais de nombreux blessés. L'une des voiture s'est vue retournée par le souffle et a pris feu : on est pas dans un putain de film américain, elle n'allait pas exploser. Je suis pris d'un doute : allais-je tuer des innocents ? Vraiment ? Je n'avais tué que des camés et autres fils de putes inutiles au monde. Mais des passants ? Je suis pris par le doute. Et les flics ? Les tuer me ferait franchir un cap. Je pouvais encore fuir. Profiter du trouble pour que tout soit un simple mauvais souvenir. Mais une silhouette semblait émerger du groupe de spectateurs. Sérieusement ? Un autre flic ? Un héros providentiel ?

      Si des clients voulaient un aller simple vers les sept cercles, alors j'étais ravi de leur offrir une mort rapide, expéditive.

      Je pourrais toujours dire qu'il s'agissait de légitime défense, non ?







      James Black : My dark pages



      Invité, ne vois tu pas la guerre qui se profile ?
    • Rayleigh Harper
      CIVIL - Bienfaiteur
      (0)303326000000none
      id18.08.17 21:37
      (0)Volonté : 30Messages : 33$US : 26Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : noneBadges :
      (0)303326000000none
      avatar
      (0)303326000000none
        CIVIL - Bienfaiteur
        Qu’est-ce qu’un héros ? Est-ce un martyr ? Un justicier hors-la-loi ? Un idiot ? Non … Un héros n’est d’aucun de cela.

              Ce soir-là, dans la fraîcheur de ce milieu de soirée, je rentrai au manoir, après une énième visite chez un jeune méta en souffrance à cause de son pouvoir, dans le quartier Béta. Ses yeux étaient devenue intégralement blanc, et aurai le pouvoir de voir l’avenir, dans un court laps de temps. Son don c’est activé sans prévenir lorsque nous nous sommes serrés la main, sa prise était puissante, et ses mots résonneront pour toujours dans ma tête, car dit avoir une voix inhumaine, ses yeux blanc plongés dans les miens.

              « - L’Enfer te trouvera … Craint le démon … Les flammes … Celui Qui Règne sur les Cendres est proche … Le spectre de la mort plane sur toi Rayleigh Harper … »

              Puis il me lâcha, s’excusant sans discontinuer, mais finit par se calmer et nous avons discuté, pour finalement le rassurer, et le quitter en bon terme, promettant de se revoir.
        J’étais loin de me douter que sa prévision arriverait aussi vite.

              Des cris, une foule au loin, et … Un incendie ? J’entends un officier de police harasser quelqu’un de jeter son arme. La curiosité guida mes pas vers la scène, où des badaud c’étaient amassés. Jouant des coudes parmi le champ de smartphones, je me frayais un passage, poussé par un profond et mauvais pressentiment. Et soudain. L’explosion.
        Le souffle me renversa, comme tant d’autres passants. Et c’est là que je le vit. Le Démon. Un crâne enflammé. Terrifiant. Ardent. Obscur. Une aura de haine le cernant. Il admire son œuvre, un sourire malsain aux lèvres.

              Et alors, je détale. Je cède à la peur. Mes jambes tremblent, j’ai le souffle court, je pourrai mourir à tout instant si il en décidait ainsi. Je me suis fait l’effet d’un couard. Après tout ce que j’avais dit, fait et conseiller, voilà que je cédais à la peur. Comme un enfant, ayant peur de ce que je ne comprends pas. De ce qui sort de l’ordinaire. Je braque dans une ruelle adjacente pour reprendre mon souffle, voyant toujours cet homme en feu au milieu de la route, parmi les flammes infernales qui lèche métal et bitume autour d’elles.

              Un autre cri retentit, et mon regard en cherche l’origine. La voiture près de lui. Trois personnes sont coincées à l’intérieur, le feu menaçant de les consumer. Mais je détourne le regard, fais un pas, entend de nouveau un appel à l’aide. Des larmes coulent sur mes joues. Mes poings se serrent. Et un feu flamboyant s’allument soudain en moi.

              Non. Je ne les laisserai pas mourir sans rien faire.

              Mon visage se ferme alors, je tire mon écharpe pour me couvrir le visage, et rabat la capuche de mon cache-poussière sur ma tête, en pivotant pour refaire face à la scène. Mon cœur bat la chamade. Peur. Adrénaline. Je ne me connaissais pas un tel courage. Mais face à une situation extrême, je suppose que tout homme peut découvrir qui il est réellement. J’avance. Vers ce destin incertain. Puis me rappelle les mots du jeune voyant. Mourir ici ? Et bien … Si je peux sauver ne serait-ce qu’une vie ce soir, alors j’aurai bien vécu. Qu’importe la ruine. Qu’importe la peur. Si je ne le fais pas, qui le fera ?

              J’émerge alors du reste de foule resté pour filmer la scène. Un pas. Deux pas. Le démon me remarque, et m’observe. Je continue d’avancer. Pour finalement presque courir vers la voiture enflammée ignorant copieusement le démon infernal. Sur le trajet, mes sentiments prennent le dessus, je sens l’électricité parcourir mes veines, et, finalement, j’arrive sur les lieux de l’accident. Je tire, je pousse, je force et je tente de rassurer les passagers. Mais alors je vois les deux passagers arrières commencer à brûler vifs. Je hurle de rage. Et j’ai fait ce que je m’étais juré de ne jamais faire en public.

              J’ai levé le poing qui, instantanément, se barda d’éclairs bleus. Je sentis ma force se décupler. Ma main pleine de puissance attrapa la portière avant, et je l’arrachais d’un bras, presque sans effort. Le conducteur sortit, en pleurs, criant, terrifié. En voyant ce qu’était son sauveur, il s’enfuit de plus belle. Les deux autres passagers finissant de hurler, leur corps fondant à quelques mètres de mon visage, dans une chaleur insoutenable. Je m’écarte de la voiture à reculons, la foudre s’étant répandues le longs de mes deux bras, mes yeux luisants d’une lumière cyan et électrique.

              Mon regard se repose alors sur le squelette enflammé. Sans réfléchir, j’ouvre mes bras, gorgés de puissance, paumes vers l’avant, avec un air de défi.

              « - Pour qui te prend tu … Comment oses-tu ?! Ces gens avaient une famille ! Des amis ! Et toi, tu les as regardés brûler, sans bouger une phalange ! »

              Soudain, au milieu de la colère, un souvenir. Un crâne enflammé. La violence. Gabrielle m’a parlé de lui. C’est donc lui ce fameux extrémiste pro-guerre.

              « - Tu te complais à tuer n’est-ce pas ?! Tu penses être un Dieu ? Un élu ? Mais tu n’es rien d’autre qu’un Démon ! Qui tues les innocents par jeu, et prônant une guerre qui nous détruira tous, toi y compris ! Nous devons protéger les humains ! Pas les détruire ! Si je le dois, je t’affronterai ! Mais sache que je n’y prendrai aucun plaisir ! »

              Qu’est-ce qu’un héros ?

              Une personne qui peut faire face à la mort, un sourire sur le visage, sachant que le droit le plus fondamental de l’humain sera respecté, même si il meurt : le Droit à la vie.
      • James Black
        Genesis - Destructeur
        (6)2181465100510017AdministrateurDestructeur Destructeur ♫ Meetic Courageux FlooderV.I.P.
        id18.08.17 22:46
        (6)Volonté : 218Messages : 1465$US : 100Xp : 5Force : 1Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 1Spiritualité : 7Astuce : AdministrateurDestructeur Destructeur ♫ Meetic Courageux FlooderV.I.P.Badges :
        (6)2181465100510017AdministrateurDestructeur Destructeur ♫ Meetic Courageux FlooderV.I.P.
        avatar
        (6)2181465100510017AdministrateurDestructeur Destructeur ♫ Meetic Courageux FlooderV.I.P.
          Genesis - Destructeur
          Alors nous sèmerons les graines du

          Chaos




          Chaos, Destruction.

          La peur qui investissait les badauds vint me nourrir puissance mille, me permettant enfin de comprendre ma place... Oui, plus il y avait de spectateurs pour assister à mes ravages, plus je pourrais tirer de leur terreur une puissance insondable. Tout devenait plus facile. Les flammes, enfin, m’obéissent. Mes yeux s'investissent d'éclats rouges - me permettant de voir tous les êtres qui nous entouraient - alors que ma voix devient caverneuse, craquelant comme si elle était émise depuis le cœur d'un incendie. Main tendue vers le héros improvisé, je n'allais pas l'attaquer si tôt, mais en profita pour éloigner les flammes du véhicule. Était-ce trop tard ? En mon for intérieur, j'espérais que les passagers avaient survécu. Les flammes finissent par s'éteindre, et s'enfoncent dans le sol d'où elles avaient émergé.

          "Je ... Je suis désolé." Je lève les bras, haussant les épaules d'un air faussement dépité. "Non, j'déconne." Mon sourire vaguement perceptible sur mon crâne enflammé allait peut être l'agacer, autant que sa tirade larmoyante qui, à mes yeux, rivalisait en naïveté avec les discours de Bartholomew Enrick Grant parus sur internet ce matin. Pourquoi m'excuserai-je pour ces morts encore accidentelles ? Il fallait que j'assume mon combat. Il y aurait des pertes, et ces badauds ne représentaient rien d'autre qu'un dommage collatéral.

          "C'est malheureux. Mais qui en ce monde tue par simple plaisir ? A part les véritables psychopathes... Je ne tire aucune gloire dans la mort de quoi que ce soit." Je lève les mains, créant autour de nous un mur de flamme qui empêchera les curieux de nous voir. Je regarde mes mains, comprenant tout le potentiel du don qui m'avait été offert. Ses mots m'avaient intrigués, comme si il connaissait les fondements de notre organisation avant même qu'elle ne se forme : ma prise de pouvoir avait elle déjà dépassé le cercle de nos membres ? Poussé par l'intrigue, j'en oublie les agents de police, inanimés au sol. Il fallait que je prenne le temps de les achever, mais le méta-humain qui venait de me présenter son pouvoir m'intriguait au plus haut point.

          "Tu parles comme si tu me connaissais. Ce n'est ni le jour ni l’endroit pour un débat, mais... je serais bien curieux de voir ce que tu comptes faire pour nous arrêter... Comme tu le dis si bien, je suis un Démon... Et nous sommes (les flammes s'intensifient) Légion."

          Alors que les flammes s'élèvent, je fais un premier pas avant de réaliser que mes jambes tremblent un instant : mes nouvelles forces me quittaient déjà ? Mon corps ne supportait-il plus l'énergie qui circulait en lui ? J'étais véritablement devenu un démon - à l'instar de Gabrielle et de Vicious - était condamné à se nourrir sans cesse pour obtenir la puissance que je désirais. Cette puissance avait un prix, et je n'étais évidemment pas à même de le payer durablement. Mais tous ces témoins m'avaient offert bien assez d'énergie pour affronter une armée !

          "La Mort nous frappera tous : leur destin était de s'éteindre ici pour forger l'avenir des vivants... Et cet avenir, je l'ai vu. Cette Guerre malheureuse s'imposera à nous, nous retirant des êtres chers qu'on le veuille ou non. La différence est que nous prenons les  armes avant de devenir les sacrifices de leur orgueil, de leur arrogance. Nous sommes le futur. L'avenir de ce monde en ruine... Dommage que tu ne puisses pas le voir... Je suis cer...

          Non, franchement, il voulait me faire faire la tirade du méchant ? Je réalise que j'étais vraiment entrain de lui raconter ma vie. Mais qui sait : sur un malentendu, j'allais peut être lui faire oublier les victimes de la bagnole et lui faire changer d'avis ?

          Les sirènes retentissent. Les issues du quartier nombreuses : ruelles, arrières boutiques. Je connaissais le coin comme ma poche et n'aurait pas de mal à disparaître. Redevenir "humain", retirer mon blouson, et le tour serait joué. Mais pas sûr que l'autre chevalier me laisse quitter les lieux impunément. J'allume une cigarette, attendant qu'il vienne au corps à corps, ou qu'il daigne quitter le cercle improvisé que j'avais créé.

          La Foudre, le Feu.
          On aurait pu former une belle équipe.

          "Tu sais, j'aurais préféré qu'on se rencontre dans un autre contexte. Ce pouvoir que tu as... Un vrai gâchis."







          James Black : My dark pages



          Invité, ne vois tu pas la guerre qui se profile ?
        • Rayleigh Harper
          CIVIL - Bienfaiteur
          (0)303326000000none
          id23.08.17 18:20
          (0)Volonté : 30Messages : 33$US : 26Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : noneBadges :
          (0)303326000000none
          avatar
          (0)303326000000none
            CIVIL - Bienfaiteur
            Ambiance:
             

            Les flammes de la Guerre. J’entendrai presque les tambours de batailles, comme jadis, résonner autour de nous. Mais, en lieu et place, c’est un mur de flammes infernales qui se dresse. L’aura de cette homme est noire, chargé de haine, de peur et de ressentiment. En d’autres temps, j’aurai engagé la conversation en priorité. Mais ces paroles, avec cette voix, ce qu’il a fait, les vies qu’il a prise par mégarde. Intolérable. Peut-être est-ce l’amassement d’émotions de ces deniers jours. Ou alors, j’ouvre enfin les yeux sur le monde tel qu’il est. Les gens qui le peuplent. Ceux qui veulent le détruire. Ceux qui qui veulent le défendre, comme moi. Et lui. Il dit qu’il ne fait que prendre les devants d’un combat inéluctable.

                  La foudre parcoure alors mon corps plus intensément. Je ne voie même pas ce qu’il a essayé de faire avec la voiture derrière moi. Je fixe ses yeux démoniaques, alors qu’il allume une cigarette, l’air de rien. Je ne suis pas un guerrier. Je le sais. Mais Gabrielle avait raison sur un point. Il faut savoir se battre pour ses convictions. Et, même si je sais que c’est suicidaire de l’attaquer, je le ferai. Pour montrer à tous que certains méta-humains défendent ce monde, malgré la haine.

                  « - Tu crois te battre pour survivre, mais tu te condamne en agissant de la sorte. Commencer un combat en avance est stupide. Si tu sais cette bataille si imminente, bat toi plutôt pour empêcher qu’elle arrive. Et cet orgueil dont tu fais cas, tu l'expose toi-même ici, clamant être une sorte de sauveur dans la destruction. Qui est le plus orgueilleux alors ?

                  Le Destin n’existe pas, démon. Nous forgeons ce monde à chaques secondes.Nous créons de nouvelles choses. De nouveaux mode de vie. L’unification est le futur, pas la destruction de l'Humanité. Le chaos appel le chaos. Tu ne fais que blesser des innocents qui ne veulent probablement pas de ce combat. Et je ne te laisserai pas faire plus de dégâts que cela.

                  Tu crois que je gâche mon don ? Tu as tort. Je vais me servir de ce pouvoir pour t’arrêter. Même si je dois en mourir. Qu’importe la ruine ! Qu’importe la Mort ! Je donnerai ma vie pour que ce monde soit en paix !
            »

                  Mes derniers mots ont été crié, sans que je m'en aperçoive. Je me jette alors sur le démon infernale, levant et chargeant mon poing d’autant d’électricité que je le peux. Ajoutant ma rage, et ma conviction. Même si, au fond de moi, je sais que je vais probablement mourir ce soir.

                  Mais qu’importe.

                  Je mourrai en Héros.
          • James Black
            Genesis - Destructeur
            (6)2181465100510017AdministrateurDestructeur Destructeur ♫ Meetic Courageux FlooderV.I.P.
            id23.08.17 19:46
            (6)Volonté : 218Messages : 1465$US : 100Xp : 5Force : 1Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 1Spiritualité : 7Astuce : AdministrateurDestructeur Destructeur ♫ Meetic Courageux FlooderV.I.P.Badges :
            (6)2181465100510017AdministrateurDestructeur Destructeur ♫ Meetic Courageux FlooderV.I.P.
            avatar
            (6)2181465100510017AdministrateurDestructeur Destructeur ♫ Meetic Courageux FlooderV.I.P.
              Genesis - Destructeur
              Alors nous sèmerons les graines du

              Chaos




              Ce gars était décidément bardé d'idéaux plus lourds que lui...

              Depuis quand les attaques préventives étaient stupides ? Depuis quand résister dès les premières lueurs de l'oppression était une erreur ? Écoutant sa longue tirade en tirant une grande bouffée de nicotine, j'assistais impuissant à la gradation de ses nerfs, qui l'avaient menés à hurler comme un dératé avant de se propulser sur moi comme une bête. Inversion des pôles, inversion des rôles. Il devenait l'agresseur, lancé sans retenue dans le flot de la violence.

              La violence de son coup de poing, justement, vint s'abattre sur mon avant bras, placé devant mon visage en protection salvatrice. Mais une onde d'énergie électrique me traverse soudainement le corps. Je pose un genoux à terre, incapable de bouger pendant une fraction de seconde d'horreur, et la fureur m'envahis plus encore. Cette petite brindille m'avait fait plier ?

              Jamais !

              "Fils de pute !"

              Cette colère me domine en un instant, laissant mes flammes se vivifier alors que mon poing enflammé s'élève vers le ciel. Un uppercut placé de toutes mes forces, un sho-ryu-ken décuplé par ma rage insondable. Si le Destin n'existait pas, j'allais mourir ici. Être arrêté. Ne pas voir ma vision se réaliser. Pourtant, tout semblait se diriger vers l'accomplissement de celle-ci. J'allais me débarrasser de lui, et fuir loin du regard des hélicoptères de la ville pour que continue notre oeuvre supérieure.

              "Souviens toi... Oui ! Souviens toi toujours que c'est toi qui a commencé ce combat..."

              Je n'allais pas verser dans la tirade. Non. Je n'allais pas jouer son jeu d'illuminé aveuglé par ses bons sentiments de vieil hipster bobo chic. Allez. Le type était probablement du genre à croire que ce connard misogyne de Gandhi et l’extrémiste Mère Theresa étaient des saints, et Hitler la pire ordure de l'Humanité. Ce genre de mec construisait toute sa connaissance sur des symboliques simplifiées, des images faciles à reconnaître qu'on lui imposait. Même une merde de Beta comme moi savait pourtant - grâce au vieux Gabe - que tout n'était que du vent. Pauvre con. Seule la puissance - de l'argent ou des armes - définit ou non l'union et le désordre, la paix ou la guerre.

              Mais était-il du genre à écouter, méditer et comprendre comprendre que la réalité du monde dépassait bien souvent les jolis idéaux ?

              Où étais tu quand ce méta se faisait tabasser ?
              Où étais tu quand en juillet la police chargeait sur les manifestant pro méta ?
              Où seras tu quand ils commenceront à alimenter des camps, nous enfermerons pour expérimenter sur nos corps supérieurs ?
              Où seras tu quand ils voudront nous vacciner, nous faire régresser à un état pitoyable et primaire ?
              Toutes ces questions me frôlaient les lèvres au point de les brûler.
              Mais il ne les méritait pas.


              Ce gosse de riche ne savait absolument rien de ce que vivent 90% des gens du monde. Rien du monde réel - de notre monde - ou le frigo était souvent bien vide et les huissiers trop présents.

              Ok. Je l'ai bien compris, il était perdu. Mais combien d'autres étaient comme lui ? Plus il y en aurait, plus notre mouvement souffrirait. Mais peu importe. A la fin, nous serons Légion.








              James Black : My dark pages



              Invité, ne vois tu pas la guerre qui se profile ?
            • Rayleigh Harper
              CIVIL - Bienfaiteur
              (0)303326000000none
              id24.08.17 11:29
              (0)Volonté : 30Messages : 33$US : 26Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : noneBadges :
              (0)303326000000none
              avatar
              (0)303326000000none
                CIVIL - Bienfaiteur
                Le choc est d’une violence inouïe. Mes pieds se décollent du sol, porté par le coup de poing du démon, et je vais m’écraser lourdement, à quelques pas de lui, poussant un râle de douleur à l’impact du béton sur mon dos. J’ai le souffle coupé, allongé sur le bitume chaud, des larmes aux yeux. La douleur est atroce. Certains os doivent être brisés, ou peut-être juste fêlés pour le moment. Le ciel, maintenant en face de mon visage, est sombre. Les flammes infernales m’empêchant de discerner les étoiles dans le firmament. La chaleur s’intensifie, j’ai l’impression de glisser peu à peu dans les Enfers. Mon corps est transi de douleur, et refuse de bouger.

                      Suis-je si faible ?

                      Si je n’ai pas la force de résister à cet homme, comment pourrai-je mener à bien mes objectifs ? L’école … Les héros …

                       Lèves-toi …

                       Lèves-toi, Rayleigh Harper !

                       Mes muscles se tendent alors, douloureux, hurlants, mais en vie. Je ne faiblirai pas. Pas maintenant. Mes avant-bras, chargé d’une énergie nouvelle, pousse le sol de chaque côté de mon corps allongé, me redressant peu à peu. Puis je me retrouve sur un genou, une main posé sur l’autre. Je finis par relever la tête, jetant un sourire franc et profond au démon.  

                      « - Oui. J’ai commencé ce combat. Par choix. Parce que, au fond, tu as raison. Il faudra se battre. Mais la menace c’est toi. Toi et tous ceux qui te ressemble. Ceux qui terrifient les innocents. »

                      Je fini de me relever complètement, mon corps se recouvrant une fois de plus d’électricité. Toujours souriant, malgré le filet de sang coulant de ma bouche.

                      Au travers du mur de flammes, je vois les gens continuer de nous regarde, de nous filmer. Les sirènes se rapprochant de plus en plus. Il va falloir faire vite. Je l’ai vu flancher à mon premier coup. Tout n’est peut-être pas perdu. Je dois croire en moi. Croire en mes idées. Et me battre pour elles.

                      « - Je suis l’étincelle de la vie. Et toi la flamme de la destruction. » ai-je murmurer.

                      Alors, la foudre autour de mes jambes s’intensifie, et je fonce de nouveau vers lui, avec une fougue nouvelle, sans hurler, courant à une vitesse prodigieuse, allant pour mettre un coup de pied au démon.
              • James Black
                Genesis - Destructeur
                (6)2181465100510017AdministrateurDestructeur Destructeur ♫ Meetic Courageux FlooderV.I.P.
                id24.08.17 19:13
                (6)Volonté : 218Messages : 1465$US : 100Xp : 5Force : 1Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 1Spiritualité : 7Astuce : AdministrateurDestructeur Destructeur ♫ Meetic Courageux FlooderV.I.P.Badges :
                (6)2181465100510017AdministrateurDestructeur Destructeur ♫ Meetic Courageux FlooderV.I.P.
                avatar
                (6)2181465100510017AdministrateurDestructeur Destructeur ♫ Meetic Courageux FlooderV.I.P.
                  Genesis - Destructeur
                  Alors nous sèmerons les graines du

                  Chaos




                  Les flammes de l'enfer continuaient de faire rage autour de nous. Mon coup de poing vint, à ma grande surprise, le faucher avec puissance et le propulser au loin : le pouvoir de la Peur glissait encore dans mes veines, me nourrissant assez pour décupler ma force de frappe : c'était la seule explication qui pouvait justifier comment un simple coup de poing pouvait sembler si dévastateur. Me dressant de toute ma hauteur, porté par une arrogance nouvelle, j'avance vers lui en l'observant alors qu'il tente de se relever.

                  "Oh putain... T'es sérieux ?! J'viens à peine de remarquer que t'étais entrain de chialer. Franchement ? La prochaine étape c'est quoi ? Le seppuku pour mourir en martyr ?"

                  Comme un boxer résistant au décompte et attendant un gong salvateur, il m'adressa un sourire provocateur, un défi qui me laissait perplexe. Dans quel état d'esprit un homme doit être pour vouloir se sacrifier pour de parfaits inconnus ? Ce genre d’héroïsme exacerbé n'existait à mes yeux que dans les comics ou au cinéma. "Je ne comprend pas. Pourquoi... Nous sommes pareils, toi et moi. Deux élus. Est-ce parce que... tu ignores ce qui nous arrivera ? C'est pour ça que tu es aveuglé par tes idéaux de bien et le mal ? Ma voix se pose, bien que toujours rauque et habitée par la puissance du démon. En dépit de la violence des spasmes s'atténuant peu à peu, je m'étires pour me préparer tranquillement au combat. Les flammes du mur restaient vives : elles étaient la seule chose qui me séparait des balles des policiers au dehors. "Innocent... Si tu avais vu l'outre monde et la Vérité, comme moi, tu saurais qu'il n'y a pas d'innocence."

                  Alors qu'il se précipite sur moi, jambe en avant, je comprend qu'il ne maîtrise absolument rien du combat. Je n'étais pas un maître du pugilat, mais mes années de débrouilles dans le ghetto de Beta m'avaient assez endurcies pour que j'acquière un sens du combat aiguisé : hors de question que je perde face à ce déchet. J'allais recevoir son coup de pied, de toute façon bien trop rapide grâce à son pouvoir surhumain. Mais je me souvenais spontanément d'une belle leçon que Lester m'avait fait comprendre à mes dépends : subir une douleur passagère valait amplement la victoire. Contractant mes muscles j'encaisse la frappe qui encore une fois me saisis de spasmes douloureux, insupportables. Mais il est là. Au corps à corps. Vu la différence de nos constitutions, il se trouve là où il n'aurait pas du être...

                  "T'as fini ? A moi..."

                  Je le saisis d'une étreinte ferme, contractant mes muscles des bras pour étouffer  l'écraser comme un pantin entre mes mains. J'en profite pour lui balancer un puissant coup de tête : même s'il tentait de se sortir de mon étreinte, chose qui semblait impossible sauf poussé par un pouvoir miraculeux, il devrait également esquiver mon crâne brûlant envoyé sur son nez.

                  Mon objectif était tout simplement de le défoncer : il n'aurait pas dû se dresser sur ma route.








                  James Black : My dark pages



                  Invité, ne vois tu pas la guerre qui se profile ?
                • Rayleigh Harper
                  CIVIL - Bienfaiteur
                  (0)303326000000none
                  id28.08.17 15:31
                  (0)Volonté : 30Messages : 33$US : 26Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : noneBadges :
                  (0)303326000000none
                  avatar
                  (0)303326000000none
                    CIVIL - Bienfaiteur
                    Le soudain regain de courage que j’ai eu, s’embrassa de plus belle, alors que je vis que mon coup l’avais atteint, malgré son stoïcisme affiché. J’y suis. Je ne pourrai rien physiquement contre lui en l’état actuel des choses. Il sait se battre, et pas moi, renversons la tendance avec intelligence. L’électricité est avec moi, je vais tenter de surcharger son système nerveux pour le paralyser, mais j’espère ne pas le tuer.

                          Je ne sais de quel "outre-Monde" ou quelle "Vérité" il parle. Ses idéaux sont à la limite du fanatisme. Et je ne peux tolérer un tel comportement, pas en ces temps incertains, ou la violence est un moyen trop simple à utiliser. Détruire n'apportera que la chaos. Mais dois-je pour autant détruire cette homme ? Cela ne serrai pas hypocrite de ma part ? Non. Il doit vivre. Assumer ses choix, vivre avec ses regrets, et apprendre de ses erreurs.

                          Mais alors il m’étreint, avec une violence nouvelle, j’en entends certains de mes os craquer sous la pression, mais pas se briser, du moins je l’espère. Son crâne recule alors soudainement, et je comprends ce que cela signifie. Alors je ferme les yeux, concentrant mon pouvoir, et remonte mes bras autour de sa taille pour le serrer contre moi, peu importe la chaleur et les brûlures. C’est quitte ou double ! Mes yeux se ré ouvre, crépitant d’un bleu cyan. Je sens que cette décharge sera ma dernière, je me vide de mon énergie trop vite, je ne me contrôle pas encore assez.

                          « - Pardonnes moi ! » ai-je crié, presque avec une nouvelle larme.

                          Et alors la foudre se déchaîna, expulsée de mon corps, avec grande intensité et dans un fracas assourdissant. Je ne veux pas le tuer, je ne veux tuer personne. Je dois simplement l’arrêter. Sauver ce qui peut encore l’être. Car je sens que, au fond de lui, il ne veut que le bien. Mais il s’y prend si mal … Tellement d’innocents vont souffrir si je le laisse continuer. Je le sauverai, comme tous les autres.


                    "A hero is no braver than an ordinary man, but he is braver five minutes longer."
                  • James Black
                    Genesis - Destructeur
                    (6)2181465100510017AdministrateurDestructeur Destructeur ♫ Meetic Courageux FlooderV.I.P.
                    id29.08.17 10:48
                    (6)Volonté : 218Messages : 1465$US : 100Xp : 5Force : 1Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 1Spiritualité : 7Astuce : AdministrateurDestructeur Destructeur ♫ Meetic Courageux FlooderV.I.P.Badges :
                    (6)2181465100510017AdministrateurDestructeur Destructeur ♫ Meetic Courageux FlooderV.I.P.
                    avatar
                    (6)2181465100510017AdministrateurDestructeur Destructeur ♫ Meetic Courageux FlooderV.I.P.
                      Genesis - Destructeur
                      Alors nous sèmerons les graines du

                      Chaos



                      Son "pardon" sonnait comme celui d'un adolescent incapable de retenir son émoi. Le genre qui pourrait me mettre en rogne si je n'étais pas face à un véritable danger de mort immédiat. Sérieux ? Il voulait en finir aussi vite ? Entre mes bras, enlaçant son corps meurtri comme un fétu de paille, j'étais prêt à le broyer - lui donnant une bonne leçon d'humilité - mais son regard empli d'une énergie électrique vint hérisser tous mes poils. Ou peut être était-ce le million de volt qui se préparait à me réduire en cendres ?

                      J'allais encore mourir contre un déchet, avant d'avoir pu réaliser quoi que ce soit ?
                      No more...
                      No fucking more...




                      L'instant dure une fraction de seconde. Le temps se suspens alors que l'énergie électrique me traverse, que je sens mes vêtements commencer à se déchirer sous l'impulsion intense, sous le fracas de la foudre.Hors de question de mourir ici, sur mes terres maudites. Pas alors que je venais de poser les premières pierre fumantes de la révolution. Si je sombrais ici, il ne resterait définitivement plus rien de moi.

                      Enculé de démon, mon âme sur ton livre noir...
                      Donne sens à notre pacte.
                      Donne moi le pouvoir... de l'écraser lui et tous les autres !

                      La Terre corrompue tout autour de nous est un terreau fertile pour le pouvoir infernal qui nous entourait. Je sens que chaque parcelle de terre est unie, ne fait qu'un... Je comprend que mon corps peut encore se nourrir de la Peur que j'avais créé, pour m'envelopper d'un linceul magique. L'énergie électrique atteint son paroxysme. La foudre déchaînée, je sens encore les spasmes parcourir mon corps, mais la puissance de l'explosion est absorbée par l'aura noire formée autour de moi, qui se dissipe désormais une fois son œuvre accomplie. Sans elle, j'étais mort. Quel salaud : c'est comme ça ? Toi aussi, tu veux la guerre ? Mon corps ne peut le punir. Du moins, pas encore. Genoux à terre, je n'arrive plus à impulser à mon corps l'ordre de se relever.

                      "Tu sais qu'on aurait pu être potes toi et moi. Mais non. Tu as choisis d'être le toutou du gouvernement. Je sais maintenant que tu ne seras pas le dernier à faire ce choix contre-nature... Je... Je... Mes yeux écarquillés se posent sur le sol, puis autour de nous. Je viens de réaliser quelque chose qui me dépassait grandement : Je comprend mieux l'étendue de notre travail. Pour sauver les nôtres de l'oppression... Nous sauver des laboratoires. Du contrôle. Des insultes, de la violence. Des armes braquées sur nous comme des regards inquisiteurs. J'ai tout vu. Si seulement tu pouvais le voir aussi..."


                      Cette guerre, ces morts, cette destruction n'était pas préventive : elle était nécessaire.


                      Allez, bouge ! Non. Pas encore. Mes jambes restent là où elles sont, dans la même position de soumission inacceptable. Ma main posée sur le sol refuse elle aussi de se lever. Mais mon esprit, lui, reste actif et ignore les spasmes. Il ignore la pernicieuse paralysie de mes membres tétanisés. Je laisse alors cette énergie magique parcourir le sol, corrompre la terre jusqu'à lui : s'il bouge... Non. Il ferait mieux de rester là où il est, et d'attendre la douleur de mes nerfs à vif s'estompe...

                      Il fallait un instant de status quo avant que la fin ne survienne...







                      James Black : My dark pages



                      Invité, ne vois tu pas la guerre qui se profile ?
                    • Contenu sponsorisé
                      id