Metro, l'Apocalypse à vos portes : Forum RPGCHRONOSREP
Amélioration du contenu graphique

29.05.2017 | Découvrez les dernières améliorations graphiques du design !

Recrutement & Animation

10.06.2017 | Lazarus passe à la vitesse supérieure !

Recensement & Prépa V3

29.07.2017 | Préparez-vous à de gros changements...

Version 3.0 en ligne !

03.09.2017 | Récapitulatif des changements et feedbacks des joueurs

Du mouvement dans les rangs

03.09.2017 | Changements dans le staff

Boutique & Races 3.0

16.10.2017 | Elles sont enfin là :)

test
test

Il faut parfois accepter l'aide qu'on nous propose

  • Krystopher J. Andrews
    CIVIL - Juge
    (6)136297762222233Courageux V.I.PModèle
    id22.08.17 18:01
    (6)Volonté : 136Messages : 2977$US : 62Xp : 2Force : 2Résilience : 2Agilité : 2Réflexes : 3Spiritualité : 3Astuce : Courageux V.I.PModèleBadges :
    (6)136297762222233Courageux V.I.PModèle
    avatar
    (6)136297762222233Courageux V.I.PModèle
      CIVIL - Juge
      Les fameuses chansons de Noël, je ne dois pas être le seul qui a des envies de meurtre lorsque j'entends pour la millième fois la même chanson. Tant de classique et pourtant si peu de choix, il pourrait faire un effort, aucun poste n'aurait le droit de mette la même chanson ou mieux, aucun centre d'achat aurait le droit au kitch. Il semblerait que Krys ait plus de patience que moi à ce sujet, sa bonne humeur ne semblait pas être affecté. Cela vous paraitra étrange, mais ses derniers jours, il semblait préoccupé. Dans environ deux semaines, Noël frapperait à nos portes. Krystopher en profitait pour faire quelques achats. Le parasite était venu lui aussi, il devait faire quelques achats.

      «Sérieux, tu n'aimes pas les hamburgers, c'est impossible»

      Il n'était pas rare que Krystopher aide Valentin lorsqu'il en avait besoin, alors il avait voulu lui payer le repas. Je crois que la réponse de Krys était des plus révélateur, une magnifique grimace en attendant le thème «hamburgers». Son expérience n'avait pas été concluante, quoique son choix de restaurant ne devait pas avoir aidé. Je ne me gène généralement pas pour montrer tout l'amour que je porte envers Valentin, il y a une chose que j'apprécie de ce parasite, c'est son visage des plus expressifs. Il semblait être en états de choc, simplement parce qu'un de ses proches n'aimait pas ce classique de la restauration rapide.

      «Désolez de ne pas apprécier la nourriture pour chien. Je te laisse, texte moi quand tu auras terminé, après je te montrerai c'est quoi de la vraie nourriture»

      De la vraie nourriture, le simple fait d'entendre ses mots étaient révélateurs. Il faut savoir que l'habileté cuisine n'était pas présente chez notre ancien mannequin, ils iraient probablement au restaurant. La plupart de ses cadeaux avaient été achetés, pour Elli, un kit de peinture, facilement transportable. Valentin aurait le jeu qu'il n'arrêtait pas de parler, mais il lui restait quelques achats à faire. Il hésitait encore à acheter quelques choses à ses parents, rien n'indiquait que l'affrontement se passerait bien et surtout il avait aucune inspiration. Cependant, ce n'était pas le seul problème, il semblerait que le copain d'Elli avait décidé d'acheter un cadeau pour Krystopher. Ils s'étaient fréquentés quelquefois, mais pourquoi lui acheter un truc.

      «Qu'est-ce que je pourrais bien lui acheter»

      Le principal soucis de Krystopher était l'ignorance, il n'avait aucune idée de ce que Matt avait pu lui acheter. S'était-il contenté d'écrire son nom sur le cadeau d'Ellie, acheter un petit truc à cinq dollars ou bien quelques choses de chers. Lui avait-on obligé à acheter un cadeau? Andrews choisirait un cadeau lié au sport, mais ignorait encore ce qu'il pourrait choisir. Aujourd'hui il se contenterait de faire du repérage, à moins d'une inspiration soudaine. Alors qu'il marchait dans les halles du centre commercial, une personne attira son attention. Une jeune femme d'environ son âge, elle transportait du matériel informatique et semblait peiner à tout transporter. La demoiselle ne semblait pas avoir pensé au transport ou bien s'était emballé lors de ses achats.

      «Avez-vous besoin d'aide?»

      Ses paroles furent accompagnés d'un mouvement vif, Krys effleura légèrement le manteau de la demoiselle. Une boite semblait vouloir prendre l'air, mais heureusement Krystopher l'avait saisi au vol. Difficile de savoir si la boite était tombée faute de logistique, ou bien si la présence de notre ancien mannequin avait fait sursauter la brunette. Machinalement, le regard de Krys ce posa sur le trésor qu'il venait d'attraper. Même en profitant des meilleurs rabais, elle devait s'être ruiné.
    • Avery Hogan
      CIVIL - Esprit Libre
      (0)16/4000000none
      id23.08.17 1:14
      (0)Volonté : 16Messages : /$US : 4Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : noneBadges :
      (0)16/4000000none
      avatar
      (0)16/4000000none
        CIVIL - Esprit Libre

        ❝Ne pas oublier le sac.❞
        Jour glacé, nuageux. Décembre.
        Noël approchait à grands pas et si certain s’affairait à la recherche du cadeau parfait, Ava, elle, s’affairait à trouver les meilleurs prix au magasin d’électronique. Effectivement, la hackeuse nécessitait du meilleur matériel informatique et faute de ne pas vivre dans le luxe, elle avait priorisé un bon matériel plutôt qu’un bel appartement. Le plus souvent, elle partait avec l’idée d’éviter les dépenses superflues. Une idée vaine. En grande passionnée d’informatique, les tentations étaient innombrables, allant du dernier microprocesseur en date, à la carte graphique la plus performante. C’était inévitable, Ava passait des heures à déambuler dans les moindres rayons, ne loupant rien des nouveautés ou des promotions les plus alléchantes.

        Après deux heures passées à arpenter la boutique, ayant par malchance omis de prendre un sac, elle se retrouvait chargée. Une boite coincée sous chaque bras, d’autres dans les poches de son manteau, portant le reste à bout de bras. Par fierté, son visage et sa démarche n’affichaient pas la moindre gêne, comme si la jeune fille gérait totalement la situation. Ce qui n’était pas vraiment le cas. Par de grand pas à l’allure extérieurement posée, bien que intèrieurement pressée, Ava se dirigea vers la première caisse qui se présentait à elle. Elle éloigna à l’aide de son avant-bras les articles de l’homme avant elle et déchargea avec soulagement tous ces futurs achats sur le tapis.
        Après quelques minutes, satisfaites d’être tombée sur une caisse rapide, elle s’avança pour régler.

        - C’est pour offrir ?

        La brune lâcha un non si brutal que même un sourd comprendrait qu’il valait mieux fermer sa bouche. Réfléchis avant de parler, crétin. Elle soupira avant de déposer l’argent qu’elle avait retiré au préalable sur le comptoir. 254€. Noté qu’elle était donc consciente qu’elle allait dépenser plus que de raison. Elle commença à ramasser ses articles, cogitant sur la manière la plus pratique de les porter.

        - Vous.. voulez un sac ?

        Irritée, adressant un dernier regard méprisant au vendeur, elle attrapa précipitamment la dernière boite et sortit. Elle s’éloigna de quelques mètres de la boutique, avant de s’arrêter un instant afin de remettre de l’ordre dans les articles qu’elle avait attrapés avec précipitation. Ava les tenait tant bien que mal, alors que ses bras fatiguaient. Déjà agacée, les musiques de Noël en remettaient une couche. Elle pesta. Période déprimante.

        - Avez-vous besoin d’aide ?

        Dans un sursaut, une boite, qui se tenait on ne sait comment en haut de la pile, s’échappa. Ava dévisagea l’homme qui se tenait en face d’elle, en arborant comme à son habitude un air glacial. Elle s’écarta, reprenant possession de son espace vital.

        - Je me débrouille très bien seule.

        Le jeune homme dégageait un certain charisme, mais Ava n’était pas du genre à être impressionnée pour si peu. Reprenant ses esprits, elle se mit à balayer le sol du regard, cherchant la boite, avant de voir que l’homme l’avait rattrapée. Au moins il a de bons réflexes. Ayant l’intention de récupérer sa précieuse boite, elle tenta brusquement un mouvement qui n’eut pas l’effet escompté. Tous ces achats finirent à terre.


      • Krystopher J. Andrews
        CIVIL - Juge
        (6)136297762222233Courageux V.I.PModèle
        id23.08.17 19:05
        (6)Volonté : 136Messages : 2977$US : 62Xp : 2Force : 2Résilience : 2Agilité : 2Réflexes : 3Spiritualité : 3Astuce : Courageux V.I.PModèleBadges :
        (6)136297762222233Courageux V.I.PModèle
        avatar
        (6)136297762222233Courageux V.I.PModèle
          CIVIL - Juge
          Il semblerait que la jeune demoiselle n'appréciait pas qu'on l'aide, elle avait semblé distante envers Krystopher. Il a certaines personnes qui s'imposent une rigueur des plus inutile, elles  n'ont pas besoin d'aide, elles doivent être forte. Ce type de pensée peut être dangereuse, elle nous empoisonne jusqu'à plonger dans une profonde mélancolie. Il ne faut pas non plus généralisé, d'autres personnes passent simplement une mauvaise journée. La cause importait peu, le résultat restait le même, notre demoiselle s'était créé un mur. On a tous envie de se protéger, nos manières diffères, mais ce n'est pas toujours la solution. L'un de nos plus grand problème est qu'on est parfois buté sur notre vision des choses.

          Notre ange cornus eut un léger sourire en apercevant la demoiselle chercher sa boîte, il l'agita devant ses yeux pour conclure cette recherche infructueuse. La réaction ne fut pas celle escomptée, il s'était fait bien des scénarios, mais la plupart étaient des échanges verbaux. Au-delà de la mauvaise humeur, ses gestes étaient beaucoup plus proches de l'agressivité, elle tentât de saisir la boîte. Elle n'eut pas le temps d'étirer suffisamment son bras qu'une boîte tomba au sol, puis suivis le reste de sa marchandise. Devant cette scène des plus cocasse, krystopher laissa entendre un léger soupire, étrangement, je me serais attendu à un rire.

          «Dire que j'allais rendre la boîte à faible coût, un petit sourire ou même un merci»

          Je croyais que ton humour merdique était réservé qu'à tes amis, la pauvre, elle n'avait rien fait. Ne vous détrompez pas, Krystopher possède un bon fond, il décida même de l'aider. Cependant, dans ce petit geste, il avait une certaine forme d'hypocrisie. Bien qu'il veuille aider, il voulait aussi s'assurer qu'elle soit réceptive à ce qu'il dirait. On est parfois plus enclin à écouter lorsqu'on est à notre hauteur, une psychologie assez basique en fait, souvent utilisé pour les enfants en bas âge. Cependant, il ne faut pas sous-estimer le contacte visuelle, d'ailleurs notre jeune homme attendis le moment propice pour lui adresser la parole.

          «La plupart du temps le monde est égoïste, alors pourquoi refuser le peu de bonne attention qu'on vous porte?»

          Le paradoxe d'Andrews, il n'avait jamais été le type de personne à s'écraser devant la télé durant des heures. Il courrait le matin, avait de la piscine dans ses temps libre, travaillait en soirée. Bref il prenait rarement le temps de se poser et pourtant il pouvait faire preuve d'un calme envoutant. Difficile d'imaginer ce qui lui passait par la  tête et pourtant on devinait une certaine réflexion. Parfois ses pensées valsaient presque avec la philosophie et il avait des moments comme ceux-là.

          «Malgré tout, mieux vaut tout de même rester dans des lieux publiques, on ne sait jamais»

          Le conseil du jour était: éviter les pervers en restant à la vue de tous. On applaudit tous Krystopher pour cette brillante réflexion. J'ai parfois de la difficulté à savoir si Krys fait de l'humour lorsqu'il lance ce type de phrase, nous laisserons donc la demoiselle faire son avis sur la question.
        • Avery Hogan
          CIVIL - Esprit Libre
          (0)16/4000000none
          id28.08.17 15:48
          (0)Volonté : 16Messages : /$US : 4Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : noneBadges :
          (0)16/4000000none
          avatar
          (0)16/4000000none
            CIVIL - Esprit Libre

            ❝Unknown 'til now.❞
            Il avait fallu que tout lui échappe. Elle s’abaissa, un semblant de plainte, ramassa le petit bordel étalé par terre avec plus d’habilité cette fois-ci, se releva péniblement, faisant face à l’homme qui se trouvait à seulement quelques pas. Venait-il de tenter de détendre l’atmosphère, de plus par une blague qui laissa la brune de marbre ?

            - Dire que j’aurais simplement pu tracer ma route. Sur ces paroles, elle arracha l’objet des mains de l’inconnu, reprit sa place, regard sombre dans lequel on pouvait déceler un semblant de défi. Lèvres légèrement remontées en coin, discernement d’un infime sourire railleur. Elle arbora une allure hautaine, pourtant détendu, effleurant l’impolitesse.


            - Ouais, le monde est égoïste. Tu peux garder ta bonté pour les personnes qui en réclame, ça court les rues. De toute évidence, sociabiliser n’était pas son fort. Tutoiement, - il ne fallait pas s’en étonner - elle ne s’encombrait pas de toutes les mondanités dont le monde faisait preuve. Pas de masque, de fausses notes, d’hypocrisie. Ses mots étaient crus, sa façon d’exprimer sa pensée était honnête, singulière, comme le ferait un jeune enfant ; à l’intérieur de ce corps de femme vivait encore cette enfant trop jeune touchée par l’abandon de sa mère. Pourtant restait une part de mystère, une part d’ombre, enfermée dans une boîte à double tours, qui la rendait fascinante, telle une énigme que l’on tenterait impatiemment de résoudre ; tenter, cela n’était pas chose aisée.
            Rire agacée, suivi d’un instant de réflexion. Il ne lâchait pas l’affaire, restait planté devant elle, attendant visiblement une réponse. Elle n’allait pas camper ici.

            - Bien. Un mot qui avait comme suspendu le temps pendant quelques secondes. J’ai aucune envie de perdre mon temps dans ce genre de discussion inutile, ça me donne l’impression de tourner en rond, je déteste ça. Pourquoi tu t’obstines tellement à m’apporter de l’aide ? Ça t’apporte quoi ? La satisfaction d'avoir aidé ton prochain peut-être ? Des futilités. Une perte de temps, pour elle, ça l’était. Ses principes étaient tels qu’il fallait que tout soit fait efficacement, sans distractions ou pertes de temps. Étrangement, cet homme la faisait aller à l’encontre de ces principes. Alors, toujours dans son élan d’assurance, elle regarda l’homme droit dans les yeux, concentration quelque peu superflue, visage légèrement de travers, comme pour chercher réponses à ses questions. Tiraillée. Son instinct lui disait d’aller dans le sens de l’homme, son caractère lui disait de continuer sa route.
            Instinct, juste le temps de prononcer quelques mots, sans pour autant le lâcher du regard.

            - T’as qu’à m’app’ler Ava.



          • Krystopher J. Andrews
            CIVIL - Juge
            (6)136297762222233Courageux V.I.PModèle
            id30.08.17 19:05
            (6)Volonté : 136Messages : 2977$US : 62Xp : 2Force : 2Résilience : 2Agilité : 2Réflexes : 3Spiritualité : 3Astuce : Courageux V.I.PModèleBadges :
            (6)136297762222233Courageux V.I.PModèle
            avatar
            (6)136297762222233Courageux V.I.PModèle
              CIVIL - Juge
              Il existe certaines personnes qui sont parfois butées, vous comprendrez qu'elle faisait partie de ce lot. Elle était agaçante et semblait l'ignorer, ou pire elle appréciait être exécrable. Au lieu d'attendre que Krystopher lui rend tranquillement son dut, elle l'arracha des mains. Elle n'accepta pas son aide, elle la déviait vers d'autres personnes et aucun merci, elle préférait l'envoyer paître. Le regard de Krys en disait long, elle venait d'envenimer sa journée. Les gens qui possèdent ce type de caractère ne se rendent pas compte qu'ils sont aussi nocifs qu'un poison.

              Il semblerait qu'elle n'avait pas comprise qu'au-delà de l'humour, son soupire avait été sincère. Il arrivait que les gens jouent à faire craquer Andrews, les règles sont simples: dite n'importe quoi, jusqu'à ce qu'il réagisse. Elle commençait à devenir désespérante, Krystopher fini par perdre son charmant sourire. Selon la demoiselle, il venait de lui faire perdre son temps. Elle ne se semblait pas réaliser, l'inverse était vrai. Malgré son caractère, elle avait réussi à le surprendre positivement, elle s'était. Il faut croire qu'elle appréciait Krys, même si elle n'osait pas l'avouer, ce comportement le déboussola légèrement. Il hésita entre lui rendre sa politesse ou bien être beaucoup plus doux. Un sourire revint sur son visage, un sourire bien différent

              «Moi c'est Krystopher, en ce qui concerne mon envie d'aider les gens, je n'ai pas comme mot d'ordre : "toujours prêt". Essayer de ne pas me confondre avec un boyscout, ce serait gentil. Pour en revenir à votre perte de temps, vous en êtes probablement la responsable. Ce contenter d'un : "non merci, ça va aller!" aurait offert l'ouverture d'une porte et éviter une bataille inutile. Si vous vous étiez contenté de me laisser rendre la boîte, rien ne serait tombé... Et je trouve étrange qu'on ne vous ait pas offert de sac ou même une boîte, cela aurait sauvé énormément de temps»

              J'espère que tu notes ce petit détail ma jolie, en général le monde n'apprécie pas qu'on soit impoli envers eux, surtout pour cause de gentillesse. Cependant, je dois avouer que Krystopher jouait un jeu dangereux, la plupart des gens déteste qu'on leur pende leurs erreurs au nez. Est-ce que cette conversation irait quelque part? On devinait rapidement qu'elle n'était pas une fille comme les autres, la traiter comme telle n'avait pas servis à grand chose. Pourtant, il aurait été préférable que tu sois moins agressif dans tes propos.

              «Alors, passez une mauvaise journée ou bien c'est votre caractère habituel?»

              Je ne m'attendais pas à ce qu'il pose la question directement, mais c'est l'un des charmes de Krystopher. Il peut aussi bien prendre mille détours ou allez directe au but. Dans ce cas, je crois que ce n'était pas une excellente idée. Difficile d'imaginer une belle amitié entre eux, elle ne semblait pas être le type de personne à accepter la critique. Qui sait, je me trompe peut-être. Krystopher avait repris son calme habituel, rendant cette question ambigüe. Étais-ce du jugement ou bien de l'inquiétude? Cette incertitude pourrait intriguer la jeune demoiselle.
            • Avery Hogan
              CIVIL - Esprit Libre
              (0)16/4000000none
              id05.09.17 22:18
              (0)Volonté : 16Messages : /$US : 4Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : noneBadges :
              (0)16/4000000none
              avatar
              (0)16/4000000none
                CIVIL - Esprit Libre

                ❝Life is life.❞
                Elle n’appréciait pas spécialement les reproches, la petite, c’était prévisible et ici c’en était clairement. Elle récoltait ce qu’elle avait semé, qui sème le vent récolte la tempête, elle en était consciente, bien que ces paroles lui laissèrent un arrière goût amer et l’envie inéluctable de se défendre.

                - Krystopher.. Parce que tu as voulu être gentil j’aurais du te remercier ? Est-ce que ça t’es déjà arrivé que, parce que tu as été un bon gars, la vie te remercie ? Pour moi en tout cas je pars du principe que la vie ne fonctionne pas comme ça, alors moi non plus.

                Des idées arrêtées sur la vie et son fonctionnement ; parce qu’elle a été élevée ainsi, a fini par réaliser que la vie ce n’était pas un cadeau, que la vie c’était misérable. Des caprices tout ça, similaire à des caprices d’enfant. Comme si ce bout de femme avait manqué une partie de son éducation ; la mère s’en était allée, alors plus personne pour être derrière elle, lui apprendre les bases de la vie, bases qu’elle a dû assimiler seule et bien trop rapidement. Alors il manquait un truc, comme une pièce absente dans la marchandise, un gosse défectueux. A peine douze ans, subit une crise d’ado prématurée : ah ça, elle en a vu défiler des claques sur sa face, bim une dans la joue droite, bam une dans l’autre. Elle en a fait voler des assiettes, en a cassé des verres, brisé des vases. Fonctionne mal, a des sautes d’humeurs, un caractère exécrable. Bordel ce qu’elle peut être chiante quand elle s’y met. Comme la vérité sort de la bouche des enfants, la vérité sort de la sienne, et des mensonges par ci par là, furtifs et indiscernables. Mais la plupart du temps une honnêteté à tout rompre.
                Elle n’était pas vexée, avait fini par s’y habituer, à ce genre de remarque. Elle le savait très bien qu’elle était chiante, vexante, irritante, tout ça elle le savait, le sait et le saura toujours. Mais à force, ça devenait simplement usant de répondre à ces questions, encore, et encore. Elle laissa un temps suite aux paroles de l’homme, temps qu’elle prit pour sortir un chewing-gum légèrement vieilli du fond de sa poche, goût pastèque, le fourra dans sa bouche et l’attendrit par des coups de mâchoires secs, avant de reprendre, déviant son regard de l’homme.

                - Non, mon comportement habituel. Non pas que j’en sois inconsciente, loin de là. A force c’était devenu un poids, son caractère. Alors je m’excuserai pas si par mes paroles passées ou à venir, je t’énerve ou te blesse, parce que j’y peux rien. T’es pas l’premier à me le dire, qu’j’ai mauvais caractère, mais ça fait longtemps que j’me force plus.

                Parce qu’elle avait déjà essayé d’être plus agréable ? Du moins c’était ce qu’elle laissait entendre. Un caractère acquis au fur et à mesure des aléas de la vie, de sa vie, caractère qui lui a finalement valu plus de problèmes pour faire face, contrairement à ce qu’on pourrait penser. Haussement d’épaules las et regard qui se reporta sur le sol en prononçant ces derniers mots, suivis de l’explosion habile d’une bulle de chewing-gum qui vient tout juste briser le silence. Elle le toisa, balaya le centre commercial d'un oeil observateur.

                - Hm.. presque sûre que t'es là pour acheter un machin pour offrir. En fait ils sont presque tous là pour ça.

                Observation pertinente, ma foi. Elle ne comprenais pas pourquoi cet homme était encore là, et à bien y regarder, en conclut qu’elle aussi aurait pu partir, mais elle ne l’avait pas fait en raison d’une volonté de se justifier, de ne pas laisser une discussion inachevée - pas par politesse, vous le devinez – bien qu’elle ne sache pas comment celle-ci allait se finir.



              • Krystopher J. Andrews
                CIVIL - Juge
                (6)136297762222233Courageux V.I.PModèle
                id08.09.17 17:28
                (6)Volonté : 136Messages : 2977$US : 62Xp : 2Force : 2Résilience : 2Agilité : 2Réflexes : 3Spiritualité : 3Astuce : Courageux V.I.PModèleBadges :
                (6)136297762222233Courageux V.I.PModèle
                avatar
                (6)136297762222233Courageux V.I.PModèle
                  CIVIL - Juge
                  On pourrait se questionner sur la raison qui poussait Andrews de rester. La réponse est assez simple, elle avait un côté amusant. Je me fous de tout et tout le monde, mais considère insupportable de ne pas avoir le dernier mot. N'est-ce pas légèrement contradictoire? Attention ma jolie, à trop parler tu risques de t'exposer. Le véritable stoïque est rare, il suffit généralement de trouver les bons mots pour faire réagir. Il semblerait que Krystopher était assez doué dans ce jeu, du moins elle semblait toujours vouloir enchérir ses propos, quitte à n'avoir aucun argument viable. Elle tentait d'argumenter, de démontrer que la vie n'était que ténèbres, cependant tous ses propos étaient bancales.

                  Elle se contentait de flirter avec des clichés : «la vie ne fonctionne pas comme ça, alors moi non plus.» Félicitations, tu as compris le sens de la vie, ce que des philosophes ne réussirent pas durant toute l'histoire de l'humanité. Je suppose que ce raisonnement était plus facile que d'avouer ses torts. Si tu désires la simplicité, il aurait été préférable que tu partes au lieu d'affronter Krys. Son petit sourire montrait qu'il avait trouvé une faille dans tes propos.

                  «Tu risque de me blesser, mais ce ne sera pas intentionnel, pour moi ce sont des excuses... Merci de cette attention!»

                  Pourquoi  se focaliser sur le négatif alors que tu peux te concentrer sur plus positifs ou simplement te foutre de la gueule des autres? Krystopher avait fait une interprétation plutôt suggestive de ce qu'elle venait de dire. Étais-ce son côté bouffon qui parlait, ou bien étais-ce une tentative pour la faire réagir? Pour l'instant, Ava était la parfaite image de la jeune femme malheureuse. Elle refusait toute gentillesse, le monde était contre elle, et bien sûr, elle détestait Noël, du moins, c'est ce que laissait sous-entendre ses propos. On ressentait une certaine amertume  : «Hm.. presque sûre que t'es là pour acheter un machin pour offrir. En fait ils sont presque tous là pour ça» Difficile de croire qu'il pouvait avoir une once de positif dans ses paroles.

                  «Tu dis cela comme si c'était une mauvaise chose»

                  On ne pouvait pas dire qu'elle était dans les fréquentations habituels de Krystopher, mais ce n'était pas une mauvaise chose. Sans même s'en rendre compte, la jeune femme s'ouvrait à Krystopher. Elle avait fait un léger résumé de son caractère, de ce qui la définissait. À demi mot, elle avait avoué avoir un passé douloureux et maintenant avouait ne pas apprécier Noël. Bien sûr tout cela restait de l'interprétation, mais c'était mieux qu'un : «Je me débrouille très bien seule»  Noël est un moment de l'année où on se retrouve en famille ou entre amis. Ne pas aimer Noël est légèrement triste, excepté si cela ne fait pas partie de votre religion. Étais-ce son cas? Cette mélancolie laissait comprendre qu'il avait bien plus qu'un côté religieux à cette amertume.
                • Avery Hogan
                  CIVIL - Esprit Libre
                  (0)16/4000000none
                  id13.09.17 18:15
                  (0)Volonté : 16Messages : /$US : 4Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : noneBadges :
                  (0)16/4000000none
                  avatar
                  (0)16/4000000none
                    CIVIL - Esprit Libre

                    Une discussion avec une vraie personne. Voilà bien longtemps qu’elle n’en avait pas eu, la dernière remontant surement à son appel avec son plus jeune frère. Passant la plupart de son temps à être derrière l’écran, elle ne sort de chez elle qu’à de rares occasions, des raisons essentielles ; se limitant à faire ses provisions dans la supérette du coin, acheter son matériel informatique. Elle n’avait plus l’habitude de discuter, de se tenir face à une personne, de former des phrases, de trouver des réponses. Elle avait toujours pensé que créer des liens n’était définitivement pas son truc. Pour certaine personne c’était simple, inné – c’était ce qu’elle se disait. Pour elle, c’était une corvée.

                    - Tu ne devrais pas prendre ça pour des excuses.

                    Simple précision. Elle ne comprenait rien aux relations, elle se sentait perdu, incomprise. Elle avait cette désagréable impression que chacun de ses mots était pris à la légère, pris et modelé afin d’entendre ce qu’ils voulaient entendre. Pourquoi est-ce qu’ils veulent toujours tourner la situation à leur avantage ? Elle se le demandait. Elle ne comprenait rien aux relations, elle se sentait étrangère, incomprise. Pour elle un non était un non. Certes elle avait du mal à exprimer clairement ce qu’elle pouvait ressentir, mais ses paroles, il fallait les prendre telles quelles.

                    - C’est vrai, qui n’aime pas Noël ?

                    Disait-elle cachant difficilement son mépris sous un rire hautain. Noël c’était pour les cons, ce qui sous entendait que tout le monde devait être con dans ce cas. Elle était là le parfait cliché de l’enfant qui n’aimait pas Noël. Bah oui, maman n’était plus là pour le fêter en famille. Au bout de deux Noël passés sans elle, elle s’était faite à l’idée qu’elle ne la reverrait sans doute plus, en tout cas qu’elle ne reviendrait plus. Enfouis dans sa mémoire restaient les quelques souvenirs poussiéreux de fêtes passés avec elle. Maintenant c’était loin, rien de plus qu’une fête commercial à laquelle elle ne prenait plus part.


                    - C’est juste fait pour dépenser inutilement. Enfin, maint’nant c’en est devenu une obligation.

                    Inutile de dire que c’était réellement ce qu’elle pensait. Ça, les commerces s’en mettaient pleins les poches. En plus de ça, dépenser pour les autres. Elle avait un côté radin et préférait garder son argent pour des choses utiles.
                    Voilà qu’elle se mettait à penser à des banalités. La conversation tournait autour de banalités affligeantes.




                  • Krystopher J. Andrews
                    CIVIL - Juge
                    (6)136297762222233Courageux V.I.PModèle
                    id16.09.17 17:45
                    (6)Volonté : 136Messages : 2977$US : 62Xp : 2Force : 2Résilience : 2Agilité : 2Réflexes : 3Spiritualité : 3Astuce : Courageux V.I.PModèleBadges :
                    (6)136297762222233Courageux V.I.PModèle
                    avatar
                    (6)136297762222233Courageux V.I.PModèle
                      CIVIL - Juge
                      Il arrive que nous avons une perception erronée de nous-mêmes. La jeune Ava semblait se soucier bien plus des gens qu'elle ne le pensait. Alors que Krys s'amusait à déformer ses propos, elle éclaircissait le fond de sa pensée. Il avait un côté amusant à les voir interagir, elle avait tendance à tomber facilement dans le jeu d'Andrews. Il se pourrait que ce soit une bonne chose, bien que j'en doute, elle ouvrirait peut-être les yeux. Je ne pense pas que cette discussion change sa personnalité, mais si cela permettait de fissurer sa carapace, ce serait un commencement. J'ai quelques doutes en ce qui concerne les méthodes de Krys, alors qu'il affichait un sourire chaleureux, on se serait entendu à de douce parole, mais sa réponse fut différente.

                      «J'ai toujours détesté cette excuse : Je hais Noël, car c'est une fête trop commerciale. Noël c'est surtout ce qu'on en fait. Si tu privilégies les cadeaux à la famille, c'est ton choix personnel. Si tu ne veux rien acheter, c'est encore un choix. Mais se plaindre que Noël est trop commercial, c'est simplement ne pas accepter ce qu'on en a fait»

                      Oublions un moment la musique qu'on entend partout, les films qui passent en boucle à la télévision et il a raison. Noël a été dénaturé, à la base, c'était l'occasion de se retrouver en famille, pour certain c'est le moment de recevoir. Est-ce que nous devons nous en plaindre? Qu'est-ce qui nous oblige à agir différemment? On aime se plaindre, mais on déteste le changement. Il n'y a pas énormément de période dans l'année où l'on peut être en famille. Cette année serait plus sombre, il ne se plaignait pas, la rencontre entre Krys et ses parents risquerait d'être tendue.

                      «Dit moi, qu'est-ce que ça t'apporte de tout voir en noir? Tu n'as pas besoin d'aide, être aimable c'est inutile et discuté avec les gens, c'est une perte de temps. Ma journée se résumera à : J'ai rencontré des gens intéressants aujourd'hui, c'était une journée vraiment sympa. Et toi? Merde que ce type était irritant? »

                      On pourrait croire que tout allait bien dans le meilleur des mondes et pourtant, les raisons de brouiller du noir étaient nombreuses. Ce serait le premier Noël sans sa soeur, il rencontrerait ses parents pour le dire :«Joyeuse fête et au fait, je suis méta», alors que ses parents ne s'étaient pas montrés chaud envers eux. Il devrait prendre l'avion, supporterait le décalage horaire et je passe tous les petits problèmes que les fêtes lui apporteraient cette année. Pourquoi rester positif, ou du moins essayer? C'est une question de survit, mieux vaut continuer d'avancer que de stagner. Reprenons les clichés, cela aide parfois à assimiler les informations: "La vie n'est pas un long fleuve tranquille", si vous restez sur place, vous risquez d'être emporté par le courant.