Metro, l'Apocalypse à vos portes : Forum RPGCHRONOSREP
Amélioration du contenu graphique

29.05.2017 | Découvrez les dernières améliorations graphiques du design !

Recrutement & Animation

10.06.2017 | Lazarus passe à la vitesse supérieure !

Recensement & Prépa V3

29.07.2017 | Préparez-vous à de gros changements...

Version 3.0 en ligne !

03.09.2017 | Récapitulatif des changements et feedbacks des joueurs

Du mouvement dans les rangs

03.09.2017 | Changements dans le staff

Boutique & Races 3.0

16.10.2017 | Elles sont enfin là :)

test
test

Rencontre en Bas-fonds [ Ft Cerise]

  • Arthur Lumière
    Crows - Indécis
    (6)100434988273011V.I.P.Chance du débutantModèle
    id27.08.17 11:12
    (6)Volonté : 100Messages : 4349$US : 88Xp : 2Force : 7Résilience : 3Agilité : 0Réflexes : 1Spiritualité : 1Astuce : V.I.P.Chance du débutantModèleBadges :
    (6)100434988273011V.I.P.Chance du débutantModèle
    avatar
    (6)100434988273011V.I.P.Chance du débutantModèle
      Crows - Indécis
      Tous les enfants ayant grandit dans la rue vous le diront : les règles sont les mêmes partout, quelque soit la ville dans laquelle vous vivez.
      Les quartiers pauvres de New-York, Los Angeles, Paris, Tokyo, Moscou... même si l'architecture et la langue changeaient, au final c'était la même chose... et LibertyTown n'échappait pas à cette logique.

      Arthur s'attendait néanmoins à quelques variations uniques, comme si Primo allait être peuplé de dizaines de métahs au mètre carré!

      Mais non. Le grand blond pénétra dans une version plus grande et vaste du quartier pauvre de la Nouvelle Orléans qu'il connaissait si bien... au final c'était la même ambiance, les mêmes regards en coin oscillant entre peur, méfiance et agressivité. Les gens cherchaient un bouc émissaire à leurs malheurs afin d'éviter de se remettre en question, seuls face à eux-mêmes. Plus simple comme ça.

      Il découvrit avec un petit sourire en coin des gamins à certains coins de rue semblant jouer ou discuter innocemment.

      " Des sentinelles..." murmura-t'il en se remémorant l'époque où il était à leur place. La principale source de revenus des gamins dans ce type d'endroit provenait de leur capacité à passer inaperçu aux regards non-entraînés. Ainsi, lorsque des flics, des cibles ou des rivaux débarquaient dans une zone, ils étaient capables de foncer pour avertir leur employeur du moment.

      Il sortit un morceau de papier de sa poche et relut l'adresse marquée dessus. Son nouveau "chez lui" ne devait plus être très loin... situé en plein cœur de Primo, Arthur ne savait qu'en penser à l'heure actuelle.
      Si son embauche était réellement sérieuse, habiter ici serait une bonne protection autant contre les forces de l'ordre que contre les autres gangs, ou n'importe qui d'autres. Mais c'était aussi un bon moyen de le garder à l’œil facilement, chose qu'il n'appréciait pas du tout.

      Plus il s'approchait, plus les rues devenaient labyrinthiques.

      " Bon... ça suffit. J'ai besoin d'une pause, et j'ai faim." lança-t'il à personne en particulier.

      Cherchant du regard un endroit où se sustenter, il aperçut un MacDo non-loin de là. Pas vraiment à son gout, mais cela devrait suffire.

      Lorsqu'il passa les portes, jamais le slogan de cette chaîne de restaurant ne lui parut des plus coquasses : " Venez comme vous êtes".
      Lui étant habillé en costume italien et long manteau se retrouva être une sorte de curiosité dans le moins classe des fast-food de la ville !

      Il pouvait oublier la discrétion.

      Commandant un menu BigTasty sur un des écrans tactiles, il partit s'installer en attendant que sa commande arrive.

      Observant la rue à travers la vitre, il se rendit compte qu'il n'avait pas une fois été abordé par les racketteurs du coin, et ce malgré son apparence promettant un porte-feuille bien garni... c'était étrange, pour ne pas dire illogique... à moins que?
      Son appartenance au gang des Crows avait-elle déjà fait le tour des rues en seulement 48 heures ? c'était rapide. très rapide même pour un quartier de cette taille!

      C'était aussi une très bonne chose. Cela signifiait que les infos circulaient vite et donc qu'avec un bon réseau d'informateurs Arthur pouvait facilement être au courant de bien des choses en un temps record... du moins au sein de Beta.

      C'est alors que la serveuse lui apporta son "repas". Il en profita donc pour lui montrer l'adresse en question qu'il recherchait.


    • Cerise Martinez
      CIVIL - Esprit Libre
      (0)15/12000000none
      id28.08.17 3:21
      (0)Volonté : 15Messages : /$US : 12Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : noneBadges :
      (0)15/12000000none
      avatar
      (0)15/12000000none
        CIVIL - Esprit Libre
        Cette situation l'énerve... La journée promet.

        Un mec est sorti de nulle part, tatoué jusqu'à la moelle osseuse venait lui porter un message cette nuit-là : Les Crows veulent te parler, par l'intermédiaire d'Arthur Lumière, un nouveau. Le lendemain matin (si on considère deux heures du matin comme la nuit), l'agacement lui reste en travers de la gorge. Cerise ignore le pourquoi de cette missive, bien qu'elle cultive une hypothèse. Arthur s'occupe des prostitués : elle le sait, elle connaît le mec puisque certaines de ses copines travaillent avec lui. Si les Crows lui demanderait de vendre son cul, les choses se passeraient mal pour tout le monde, mais surtout pour la pauvre Martinez.

        Elle espère qu'autre chose occupera l'objet de la rencontre. D'après les dires de ses copines, Arthur reste un homme bon et raisonnable, bien meilleur que bien des clients et des macs en tout cas. Cerise détesterait devoir confronter un homme dont on lui dit tant de biens, d'autant plus que d'après ses maigres moments passés près de lui, il avait fier allure. Mais les affaires restent les affaires, et nonchalamment notre latina préférée se métamorphose en voyou.

        Vêtements sombres. Sombres comme le secteur primo. Des verres fumés viennent cacher ses yeux : on ne pourra pas lui dire qu'elle a mal regardée le mec en face. Son afro est ligoté en un chignon derrière la tête alors qu'une large et glauque batte métallique se repose sur ses petites épaules, laissant une capuche terré contre le dos. Un foulard triangulaire blanc et noir caresse son maigre cou. En deux ajustements son anonymat peut se préserver : pratique.

        Elle avance brusquement sur son skate-board. D'ordinaire elle patine presque sur le sol. Là, elle frappe le bitume. Elle voudrait être ailleurs. Elle voudrait s'allumer un gros joint, se marrer avec la vie et déguster de la glace comme à la vieille époque : pas pactiser avec des maniaques... Encore, Delta garde une retenue mais les Crows... Elle chasse quelques pensées en gardant à l'esprit que les gens seront peut-être sympas... Puis, elle ignore toujours la raison de cette rencontre. Elle reste indécise : est-ce vraiment une bonne chose, tout ce mystère ?

        Au coin d'une rue, un groupe de gamins joue. Elle glisse en leur direction.

        - Hé, les enfants ! J'ai un service à vous demander.

        Ils avancent, prudents. Le groupe compte six jeunes garçons qui dépassent à peine huit ans. Elle leur sourit. Le plus grand d'entre-eux se démarque de la bande pour se rapprocher de Cerise.

        - Vous voulez quoi ?
        - Je veux savoir si quelqu'un est passé par là.
        - On n'a vu personne m'dame...

        Il plonge son regard vers le sol. De sa poche, la Martinez agite des piécettes.

        - C'est 1.30$ pour un bonbon dans le coin non ?
        - Ouais...
        - Je veux savoir si un grand blond, probablement habillé en noir, est passé ici.
        - ...

        Elle agite à nouveau les pièces en insistant de derrière les verres fumés.

        - Ouais, on a vu un grand blond passé récemment.
        - Tu connais son nom ?
        M'sieur Lumair-Light, un truc du genre, on m'a dit. Vous êtes une grosse pute ou quoi ?

        La remarque choque aucunement Cerise. Les enfants répètent ce qu'ils entendent.

        - Qu'est-ce qui te fait dire ça jeune homme ?
        - On m'a dit que les filles proches de c'gars c'était de grosses putes et qu'elles donnaient des maladies...
        - As-tu vu beaucoup de putes avec ça ?

        Elle exécute un revers cinglant avec sa large batte. À ce moment du récit, il convient d'expliquer une chose : Cerise possède deux battes. La première, l'habituelle, s'utilise en tout temps. Elle est couverte d'amusants collants à un point où elle a pris des couleurs mauves, roses et vertes. La deuxième appartenait à son père. Il lui a donné lorsqu'elle a emménagé en appartement, pour la protéger. Elle se distingue de la première par sa lourdeur. Cerise a collé de nombreuses têtes de mort sur ses parois froides et grises. C'était la hache de guerre, en quelque sorte. Impressionné, le gamin réplique :

        - Je peux toucher ?
        - Ah ça non.
        - Mon grand-frère fait pareil.
        - Quoi ?
        - Il ne prête pas sa batte.
        - Il fait bien si tu veux mon avis. T'as pas l'âge de t'en servir, à moins que tu veuilles jouer au baseball, comme les pros !

        Des étoiles éclaircissent les yeux du gamin tandis que Cerise mime des joueurs professionnels.

        - Ce serait super cool mais on n'a pas assez d'argent pour ça.
        - Je pourrais peut-être t'aider si tu réponds à mes deux dernières questions : est-ce que m'sieur Light était accompagnée ?
        - Non m'dame.
        - Il est parti où ?
        - Au McDo du coin.
        - Bien.

        Elle donne un billet et des pièces à l'enfant. Elle espère qu'il partagera mais d'après les regards envieux de ses amis, elle pense qu'il n'aura pas le choix. Elle les quitte mais avant le gamin lui dit à voix-haute :

        - Mais vous voulez le voir pour quoi ?
        - Dis à qui le veut que je devais le rencontrer pour affaire.

        Sur ce, Cerise se dirige vers le McDo désigné. Plus elle y pense, plus elle se dit qu'elle aurait dû s'arrêter pour jouer avec les enfants. Mais non, le devoir l'appelle apparemment. Il faudrait aider ces gosses, pense la Martinez mais l'idée d'elle-même travaillant pour une cause la fatigue. Une fois à côté du fast-food, elle croise le regard d'Arthur par la fenêtre. Elle fait signe qu'elle veut le voir avant de se réfugier au stationnement. Elle se sent prête à attendre qu'il finisse de manger mais elle préférerait qu'il se dépêche. Vraiment.
      • Arthur Lumière
        Crows - Indécis
        (6)100434988273011V.I.P.Chance du débutantModèle
        id14.09.17 10:17
        (6)Volonté : 100Messages : 4349$US : 88Xp : 2Force : 7Résilience : 3Agilité : 0Réflexes : 1Spiritualité : 1Astuce : V.I.P.Chance du débutantModèleBadges :
        (6)100434988273011V.I.P.Chance du débutantModèle
        avatar
        (6)100434988273011V.I.P.Chance du débutantModèle
          Crows - Indécis
          De la merde réchauffée... voilà ce qu'était en train de mâcher Arthur.

          Il n'était pourtant pas du genre difficile, mais là, même pour un fast-food c'était vraiment très mauvais. Beta semblait à la hauteur de sa réputation dans tous les domaines, pas seulement architecturaux.

          Dépité, il leva un instant le regard de son « festin » et observa la rue à travers la fenêtre pour ne voir qu'un tableau qu'il connaissait déjà par cœur : combien de ces mômes parviendraient à l'âge adulte ? Combien en bonne santé ou simplement entiers ?

          Très peu.

          La serveuse avait été incapable de le renseigner sur l'adresse qu'il recherchait – à se demander si elle travaillait vraiment dans le coin !- et ne semblait pas plus encline à l'aider dans ses recherches... elle semblait surtout usée et aigrie, résultat d'une vie à servir de la merde à des clients aussi désagréables  que le quartier... pas vraiment de quoi gonfler l'estime de soi et entretenir le plaisir de faire son travail !

          C'est alors qu'il croisa le regard d'une jeune femme le fixant avec insistance avant de lui faire signe de la rejoindre à l'extérieur.

          Allons bon. Une prostituée souhaitant faire sa passe ? Non aucune chance... son regard tout autant que sa gestuelle n'étaient en rien assez aguicheurs. Des ennuis en perspective ? Peu probable... même si les deux battes qu'elle tenait n'étaient en rien rassurantes. Il ne connaissait personne dans le coin et n'avait donc pas encore eu le temps de se faire d'ennemis ou d'amis, que lui voulait-elle donc ?

          Légèrement confus, Arthur céda à la curiosité et se leva – jetant à la poubelle son repas presque intact sans une once de remords- et sortit du fast-food.
          La jeune métisse est là, l'attendant au stationnement comme si il était en retard à un rendez-vous galant... cela lui donna l'impression un quart de seconde de rejoindre une petite amie très énervée contre lui pour une raison encore inconnue... et la vision de ces battes n'arrangeait rien !

          Cette idée le fit sourire quelque peu. Se faire enguirlander pour ce genre de broutilles par la femme qu'on aime pouvait même être un moment relativement agréable : après tout certaines femmes avaient un je-ne-sais-quoi de mignon lorsqu'elles s'emportaient dans ces cas là !

          Mais il avait des problèmes autrement plus importants à gérer pour l'heure que se trouver une chérie : L'Aphrodia à garder, ses « pouvoirs » à maîtriser, des armes à se procurer, son nouvel appartement à trouver en premier lieu... et une tête à trouer...

          *Sigh !*

          Chaque chose en son temps !

          Arthur arriva devant la jeune femme bien plus petite que lui du haut de ses 1m98, et haussa un sourcil interrogateur avant de demander d'un ton calme et posé :

          «  Oui ? Que puis-je faire pour vous mademoiselle ? »

          Inutile ici d'user de son sourire charmeur et commercial... tous deux étaient des enfants des rues de toutes évidences, même si la tenue et le phrasé d'Arthur lui donnait l'apparence d'un « mec de la  haute ».
        • Cerise Martinez
          CIVIL - Esprit Libre
          (0)15/12000000none
          id23.09.17 21:06
          (0)Volonté : 15Messages : /$US : 12Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : noneBadges :
          (0)15/12000000none
          avatar
          (0)15/12000000none
            CIVIL - Esprit Libre
            - Oui ? Que puis-je faire pour vous mademoiselle ?

            À ce moment, Cerise réalise que quelque chose manque. Elle rencontre bien Arthur Lumière : le doute peut être écarter. Elle se souvient de ses cheveux blonds, de son imposante stature et de son visage des rares fois qu'elle a vu l'homme. Alors pourquoi une telle réaction ? Est-il seulement au courant ?

            Elle saute de son skate-board mais elle maintient un pied dessus. En cas de problème, elle veut pouvoir s'enfuir. Elle jette un oeil aux environs, n'y voyant personne. Des bâtiments sales, des enseignes décrêpis, des ombres d'humains, des déchêts poussant comme des mauvais herbes, deux chiens errants et peut-être une flaque d'un liquide immonde. Elle voit autant d'hommes des Crows que de richesse : dû moins tout cela réside dans sa pérception des choses. Légèrement embarassée, elle répond :

            - C'est Cerise. Cerise Martinez. Je suis une amie d'Ashley, tu as déjà bossée avec elle...

            Toujours autant perplexe, Cerise se questionne sur la marche à suivre. Doit-elle se montrer agressive, confiante, humble ou détendue ? Dans le doute, elle prend une expression neutre et compte sur ses lunettes de soleil pour le bluff. Son père parlerait poker et y voierait un bon réflèxe de sa fille, même s'il ne le dirait pas de haute-voix. Il joue trop au poker, le daron...

            - Quelqu'un m'a dit de venir te voir, Arthur. Et me voici. C'est tout ce que je sais... Tu sais de quoi je parle, si ? Un mec des Crows à ce qu'il paraît... Écoute si j'ai fais un truc qui ne fallait pas, on peut s'arranger. Je n'aime pas le conflit...

            Aucun mensonge là-dedans. Elle se prépare au conflit certes mais elle préfèrerait mille fois partir sans embrouilles et sans violence. La violence reste une sale chose qu'elle cherche à éloigner de son quotidien, bien que ce soit difficile, voir impossible. Triste vie, triste quartier. Elle soupire, lasse.
          • Arthur Lumière
            Crows - Indécis
            (6)100434988273011V.I.P.Chance du débutantModèle
            id04.10.17 17:16
            (6)Volonté : 100Messages : 4349$US : 88Xp : 2Force : 7Résilience : 3Agilité : 0Réflexes : 1Spiritualité : 1Astuce : V.I.P.Chance du débutantModèleBadges :
            (6)100434988273011V.I.P.Chance du débutantModèle
            avatar
            (6)100434988273011V.I.P.Chance du débutantModèle
              Crows - Indécis
              Ce fut rapide.

              A peine 48 heures et voilà que son nom semblait déjà connu un peu partout ! Cela n'éclaircissait en rien la situation présente, mais c'était impressionnant !

              Arthur haussa un sourcil à l'évocation d'Ashley.

              ... Ashley... Ashley... Ha ! Oui ! Une des filles de l'Aphrodia! Par contre... Cerise Martinez, ça, était un nom totalement inconnu du grand blond. Apparemment un membre du gang lui avait envoyé pour une raison, mais sans autres infos impossible de deviner laquelle. Il était censé faire quoi ? Inventer un truc sur le tas ? A moins qu'elle n'ait été bernée par un faux membre du gang?

              Cette dernière pensée fit naître un léger malaise et ses tripes lui hurlaient que ça n'allait encore pas être son jour!

              Décidant de creuser un peu la question, Arthur décida de vérifier ce point épineux avec la skateuse:

              " Bonjour Cerise. Es-tu certaine que l'homme qui a demandé que tu viennes me voir était un membre? "

              Zut. Si la réponse était négative, cela pouvait être n'importe qui cherchant à localiser Arthur en suivant discrètement la jeune femme... et dans ce cas... ils étaient observés en ce moment même sans l'ombre d'un doute.
              Quelques gouttes de sueurs froides naquirent dans le dos et la nuque du Veilleur alors qu'il se faisait violence pour ne rien laisser paraître à l'extérieur. Surtout ne pas fouiller du regard les alentours !

              Un contrat avait-il été posé sur sa tête ? Fort probable. Si Sergueï avait eu vent du refus de Mr Aberline à l’exécuter... il pouvait avoir décider d'engager des pros, après tout le meurtre n'était en rien la spécialité des mafias.
              Et du coup, cette petite servait à la fois de GPS et d'appât pour leurrer Arthur à découvert, en pleine rue ?

              Bordel!

              Devenait-il paranoïaque avec les déboires de ces derniers jours ? Ou allait-il prendre une balle en pleine tête dans une seconde ? Cela pouvait-il seulement le tuer au fait ?

              Bien que la question soit intrigante, n'ayant aucune envie de la tester il prit rapidement une décision:

              " Attends. Laisse tomber on ne va pas en discuter ici. Peux-tu m'emmener à cette adresse ? Je sais que ce n'est pas loin mais je ne suis pas du coin et j'ai un sens de l'orientation particulièrement mauvais je dois admettre..."

              Sortant le morceau de papier avec l'adresse de sa nouvelle demeure temporaire, il lui tendit et profita d'une voiture passant un peu vite pour balayer du regard les environs aussi nonchalamment que possible.

              Il lui fallait une arme... un endroit où dormir en sécurité... des voisins de confiances... et fissa. Pour la piaule, il avait heureusement les moyens de s'acheter une petite maison dans le coin un peu plus tard dans la journée. Par contre pour les armes l'idée de demander à ses nouveaux collègues ne l’enthousiasmait pas trop... sans compter que toutes les armes de bonnes qualités étaient vendus par Kerberos apparemment, à moins d'être assez taré pour aller tenter de voler une réserve militaire bien sûr!

              Et puis il devait se mettre à niveau avec Beta. Peut-être que cette petite Cerise pouvait lui être utile en fin de compte ?

              Enfin... en admettant qu'elle ne fasse pas partie de ceux qui voulaient le descendre...


            • Cerise Martinez
              CIVIL - Esprit Libre
              (0)15/12000000none
              id15.10.17 19:10
              (0)Volonté : 15Messages : /$US : 12Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : noneBadges :
              (0)15/12000000none
              avatar
              (0)15/12000000none
                CIVIL - Esprit Libre
                - Bonjour Cerise. Es-tu certaine que l'homme qui a demandé que tu viennes me voir était un membre ?

                À cette réponse, Cerise échappe un rictus. Devait-elle le savoir ? Sa connaissance des membres du gang reste assez sommaire. Elle en connaît quelques-uns mais sans plus. À-vrai-dire, elle cherche à les éviter normalement parce qu’elle préfère ne pas fricoter avec des gens aussi violents. Bon, cette affirmation garde ses limites car la Martinez, ouverte comme elle est, se voit mal refuser de socialiser avec quelqu’un pour cette raison. Pour en revenir à l’essentiel, qu’un inconnu lui dise qu’il est membre de la mafia, Cerise ne suspecte rien à prime abord puisqu’elle admet qu’elle ne connaît pas tout le monde et que se faire passer pour un membre d’un gang de rue se finit souvent par un couteau bien senti à la gorge.

                - Il me semble… En tout cas c’est ce qu’il m’a dit…

                Elle sent soulagé. À-vrai-dire, si cela se termine par un bête malentendu, ça l’arrangerait, quitte à avoir perdu son temps. Néanmoins, elle déglutit lourdement lorsqu’elle cerne des traits nerveux chez le pauvre Arthur. Mince, si lui aussi a des problèmes avec les mecs du gang, ça pourrait mal se finir et… À moins qu’il soit nerveux pour autre chose ? Quoiqu’il en soit, Cerise pourra s’inventer des scénarios autant qu’elle veut, elle ne sait pas.

                - […] Peux-tu m'emmener à cette adresse ? Je sais que ce n'est pas loin mais je ne suis pas du coin et j'ai un sens de l'orientation particulièrement mauvais je dois admettre...


                Elle fronce les sourcils. Doit-elle miser sur la bonté humaine ou sur leur perfidie ? Elle fixe Arthur quelques instants, comme pour lui montrer sa réticence avant de répondre.

                - Je connais le coin t’inquiète. Le coin n’est pas trop mal, pour Primo je veux dire.

                Elle enfourche son skate-board et se met en route. Elle compte sur Arthur pour qu’il la suive. Alors qu’ils descendent une rue, Cerise ne peut s’empêcher de parler :

                - Sinon, la vie ça va ? Comment va Ashley ? Ça fait longtemps que je ne l’ai pas vue… Ah, j’ai l’air méchante comme ça mais en vrai je suis gentille. Tu veux une clope ?

                Le paquet de cigarette s’agite devant le grand blond. S’il y a quelqu’un capable de socialiser en toute circonstance, c’est bien cette petite Martinez. Il faut dire qu’elle préfère ça à montrer les crocs. Jouer la méchante, elle aime moyen. Jouer la fille sympathique lui ressemble davantage. Puis, le duo arrive très bientôt à l’adresse écrite et insouciante, la jeune femme oublie de regarder ses arrières en cas d’éventuels assaillants.
              • Arthur Lumière
                Crows - Indécis
                (6)100434988273011V.I.P.Chance du débutantModèle
                id19.10.17 0:06
                (6)Volonté : 100Messages : 4349$US : 88Xp : 2Force : 7Résilience : 3Agilité : 0Réflexes : 1Spiritualité : 1Astuce : V.I.P.Chance du débutantModèleBadges :
                (6)100434988273011V.I.P.Chance du débutantModèle
                avatar
                (6)100434988273011V.I.P.Chance du débutantModèle
                  Crows - Indécis
                  Génial. Elle avait donc suivit les ordres d'une personne dont elle n'était même pas sûre de l'identité... ou alors elle mentait, mais dans ce cas-là elle était vraiment très douée.

                  Inspirer... expirer.

                  Marchant aussi vite que possible sans ressembler à un de ces pratiquants de marche-à-pied sportive, le grand blond suivi la jeune femme en restant concentré afin d'anticiper une éventuelle embuscade. Rien ne prouvait qu'elle le menait bien à l'adresse voulue et pas droit dans la gueule du loup...
                  Cerise semblait nerveuse, mais était-ce dû à un rôle possible d'appât ou bien Arthur la rendait-elle simplement fébrile pour une quelconque raison ? Après tout, les réputations avaient souvent tendances à être exagérer en passant de bouche-à-oreille dans la rue.

                  Se demandant ce que la fameuse Ashley avait bien pu lui raconter sur lui, Arthur répondit à la "gentille" demoiselle se trimbalant avec deux battes de Baseball... comme toute gentille fille bien élevée se doit de le faire bien entendu. Qui était Ashley déjà? Ha oui! Difficile de se souvenir de tous les noms en 24h, mais le visage de la prostituée en question lui revînt en mémoire.

                  " Elle... va aller de mieux en mieux. Il semblerait que l'ancien Veilleur ne faisait pas particulièrement bien son travail, mais je compte bien rectifier certaines lacunes de mon prédécesseur. Cela va me prendre un peu de temps mais j'y arriverai, ce n'est pas la première fois.

                  Non merci au fait. Je ne fume pas."


                  Rapidement, ils arrivèrent devant un grand immeuble type HLM en très mauvais état, avec à vue de nez quatre appartements à chacun des huit étages. Le bâtiment semblait sur le point de s'écrouler, et Arthur sentit un frisson d'effroi en imaginant l'état des appartements minuscules qui le composait.

                  " Sainte mère de l'au-delà..." ne put-il s'empêcher de laisser échapper. " C'est une blague ??? Mr Aberline veut vraiment me faire dormir là-dedans?!? Ce serait plus simple de me planter un couteau dans la carotide directement !"

                  Ne vous méprenez pas: Arthur n'a vraiment rien du gosse de riche qui faisait un caprice parce que la déco n'était pas à son gout! Mais il ne pouvait dormir ici pour des raisons de sécurité avant tout. Même si les habitants de l'immeuble étaient au courant qu'il ne fallait s'en prendre à lui sous peine de mort douloureuse... on était loin de ce dont il avait besoin pour pouvoir dormir tranquille.

                  " Bon... ça ne va pas le faire du tout. Il va falloir que je fasse quelque chose de fortement déplaisant..." grommela-t'il d'un air plus que contrarié en se retournant face à cerise, le regard dur et perçant.

                  " Cerise..." dit-il tout bas d'une voix calme et grave... trop calme peut-être?

                  Se rapprochant jusqu'à être à distance de bras de la skateuse, Il plongea son regard dans le sien et...

                  " Tu sembles bien connaître Beta et j'ai besoin d'un guide. Je t'offre un job... Trouve-moi une maison à acheter en pas trop mauvais état et je te paye le double de ton salaire mensuel. Intéressée ?"


                • Cerise Martinez
                  CIVIL - Esprit Libre
                  (0)15/12000000none
                  id26.10.17 18:40
                  (0)Volonté : 15Messages : /$US : 12Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : noneBadges :
                  (0)15/12000000none
                  avatar
                  (0)15/12000000none
                    CIVIL - Esprit Libre
                    Heureuse d’entendre qu’Ashley va mieux, Cerise pousse son skate-board vers l’avant. Pour une prostituée, elle espère qu’elle ne s’en sort pas trop mal. Ils arrivent finalement à l’adresse. La Martinez remarque aussi la décrépitude sordide de l’endroit. Pourtant, ça n’avait pas si mauvaise allure il y a… depuis quand a-t-elle mis les pieds ici ? Deux ans peut-être ? Ah, ceci explique cela.

                    - Sainte mère de l'au-delà... C'est une blague ??? Mr Aberline veut vraiment me faire dormir là-dedans?!? Ce serait plus simple de me planter un couteau dans la carotide directement !

                    À la réaction d‘Arthur, elle ne peut s’empêcher de ricaner. Un tel choc, un tel empressement, il y a de quoi rire ! Elle imagine ce monsieur Aberline le rouler dans la farine. Néanmoins, elle arrête par politesse avant d’y aller de son opinion :

                    - Au moins il y a un toit, non ?

                    À l’instant où elle fait cette remarque, elle observe ce qui restait d’une fenêtre éclater en mille morceaux. Quelqu’un a jeté une chose (un sac poubelle ? elle n’en sait rien). Elle fronce les sourcils. Effectivement, cet endroit craint plus qu’à l’habitude mais bon, c’est Primo.

                    - Bon... ça ne va pas le faire du tout. Il va falloir que je fasse quelque chose de fortement déplaisant...

                    Elle lève un sourcil. Son bras s’élance discrètement vers la poignée de sa batte.

                    - Plaît-il ?
                    - Cerise... Tu sembles bien connaître Beta et j'ai besoin d'un guide. Je t'offre un job... Trouve-moi une maison à acheter en pas trop mauvais état et je te paye le double de ton salaire mensuel. Intéressée ?

                    Elle lâche toute méfiance à l’instant. Si elle était un personnage de cartoon, elles auraient des signes de dollar à la place des pupilles, sans parler du son de la caisse enregistreuse. Elle sourit à pleine dent. Pas qu’elle soit particulièrement assoiffée d’argent (pas comme Enriquo, son frère) mais Dieu sait qu’elle en a besoin. Deux fois son salaire mensuel ! C’est genre… tellement plus que d’habitude !

                    - Mais grave ! Suis-moi, je connais le meilleur appartement de Primo. Il est à quatre rues d’ici.

                    Elle le sait car une connaissance y habite. Par meilleur appartement de Primo, elle ne réfère même pas ces petits appartements pour les petites gens mais à quelques pièces connectées ne ressemblant pas trop à un taudis. Un tel bloc existe mais encore faut-il le connaître, faut-il savoir qu’à l’intérieur on n’a pas trop froid l’hiver et que les araignées n’y pondent pas trop d’œufs. Enjouée, elle saute sur son skate-board qui lévite. Dans son empressement, elle oublie complètement toutes ces histoires de pouvoir et file. Elle se déplace rapidement mais tente de ne pas semer le pauvre Arthur. Au bout d’une quinzaine de minutes, elle arrête devant un haut bloc d’appartement.

                    - Tu vois, il y a même des balcons encore en état ici ! Je connais quelqu’un qui y habite et ce n’est pas mal pour Primo. Certes, tu pourrais trouver mieux à Deuzio mais ça dépend de ton budget.

                    Elle décèle quelques graffitis sur l’établissement (comme quoi, on a beau s’habituer à leur présence comme celle des feuilles mortes l’automne) et rien de trop vulgaire y est écrit. Incroyable ! Elle regarde Arthur, des étoiles dans les yeux.

                    - T’en penses quoi ? On peut jeter un coup d’œil à l’intérieur : il paraît qu’ils ont repeinturés l’entrée !
                  • Arthur Lumière
                    Crows - Indécis
                    (6)100434988273011V.I.P.Chance du débutantModèle
                    id27.10.17 19:25
                    (6)Volonté : 100Messages : 4349$US : 88Xp : 2Force : 7Résilience : 3Agilité : 0Réflexes : 1Spiritualité : 1Astuce : V.I.P.Chance du débutantModèleBadges :
                    (6)100434988273011V.I.P.Chance du débutantModèle
                    avatar
                    (6)100434988273011V.I.P.Chance du débutantModèle
                      Crows - Indécis
                      ??? Mais?!? Diable! Un hoverboard ? Sérieux ? Tout droit sorti de Retour vers le futur !

                      Ok. Soit Arthur avait dormi plus longtemps que prévu hier soir, soit Cerise affichait publiquement sa nature de méta-h, alors qu'elle avait la possibilité de la cacher vu son apparence 100% humaine.
                      Le premier réflexe d'Arthur fut de la questionner, mais il hésita quelques secondes... utilisant ce temps afin d'essayer de deviner les capacités de celle-ci : Télékinésie? Magie? Maîtrise de la gravité? Du magnétisme? De l'air?

                      N'y tenant plus, il finit quand même par craquer et poser les deux questions qui lui brulaient les lèvres:

                      " Dis-moi Cerise... c'est quoi exactement ton pouvoir ? ça a l'air fun! Tu t'es fait recensée?"

                      Arthur se laissa alors guider par son nouvel agent immobilier improvisé. De toutes façons, les chances qu'elle trouve pire étaient maigres!

                      Le bon côté de Primo, c'était que l'endroit offrait une bonne protection contre les flics de manière générale... et une très bonne contre les criminels pour peu que l'on fasse partit des Crows! Les seuls dont on avait encore à se méfier étaient les fous, Kerberos, Delta et possiblement l'Armée ou l'Egide... bon effectivement il restait pas mal de monde... mais ça en éliminait quelques uns ! Aucuns risques non plus de terrorismes, puisque le principe du terrorisme est d'être remarqué, et une attaque à Primo aurait été très loin de faire la une.

                      Le nouvel immeuble que lui présenta Cerise fit relativement bonne impression au grand blond : Pas luxueux, mais au moins il avait l'air de tenir tout seul celui-là ! Et bonne surprise... un petit groupe d'ados arborant des tatouages et blasons de corbeaux semblaient avoir élu domicile au pied de l'immeuble! Des fans ? Peu probable. Mais de jeunes recrues potentielles cherchant à se faire recruter en faisant les petits boulots... n'ayant pas encore fait leurs preuves certes... mais à leur âge Arthur aussi avait les dents qui rayaient le parquet.

                      Curieux et amusé de voir comment aller réagir ce jeune groupe à l'arrivée d'un inconnu en costume chic, Arthur laissa naître un petit sourire en coin amusé alors qu'il répondait à cerise.

                      " Ça m'a l'air très bien... Vas-y je te suis."

                      Arthur avait certains critères prioritaires à respecter: Tout d'abord, il fallait que l'endroit possède plusieurs accès, afin de toujours avoir une porte de sortie. Ensuite, il devrait certainement faire installer le minimum syndical dans ce type de quartier... à savoir une porte blindée. Puis vérifier l'insonorisation, l'identité de tous ses voisins... il y avait un peu de travail si l'appartement lui plaisait.

                      C'est à peine arrivé à dix mètres de l'entrée que les premiers commentaires firent leur apparition.

                      " Hahahaha! Regardez l'autre comment il est sappé ! Il s'est perdu le pauvre! Il a cru qu'il était chez le président ma gueule!" commença à se moquer un des jeune du groupe. Composé de deux filles et quatre garçons, tous oscillaient entre 13 et 16 ans à vue de nez, grand max. " Bah alors? T'es venu chercher de quoi te distraire chez nous c'est ça?" lança-t'il en désignant Cerise. " Les coincées du cul d'Alpha suffisent pas? Mais ici c'est notre turf! On est les Crows! Envois la monnaie si tu veux pas rentrer à poil chez toi !" finit-il en ouvrant grand les bras dans une attitude clairement arrogante, soutenu par le reste du groupe... bien que les deux jeunes adolescentes semblaient avoir quelques doutes...

                      Retrouvant un sourire aussi innocent que chaleureux, Arthur attendit de voir comment aller réagir Cerise... de plus en plus curieux de mieux connaître la jeune femme.


                    • Contenu sponsorisé
                      id