Metro, l'Apocalypse à vos portes : Forum RPGCHRONOSREP
Amélioration du contenu graphique

29.05.2017 | Découvrez les dernières améliorations graphiques du design !

Recrutement & Animation

10.06.2017 | Lazarus passe à la vitesse supérieure !

Recensement & Prépa V3

29.07.2017 | Préparez-vous à de gros changements...

Version 3.0 en ligne !

03.09.2017 | Récapitulatif des changements et feedbacks des joueurs

Du mouvement dans les rangs

03.09.2017 | Changements dans le staff

Boutique & Races 3.0

16.10.2017 | Elles sont enfin là :)

test
test

Une rencontre menant à une nouvelle voie ? [SIGRÚN]

  • Anya V. Kovrov
    CIVIL - Indécis
    (6)2493029336101none
    id11.09.17 20:09
    (6)Volonté : 24Messages : 930$US : 29Xp : 3Force : 3Résilience : 6Agilité : 1Réflexes : 0Spiritualité : 1Astuce : noneBadges :
    (6)2493029336101none
    avatar
    (6)2493029336101none
      CIVIL - Indécis

      Une rencontre menant à une nouvelle voie ?



      Le don du sang était maintenant une chose impossible pour moi, maintenant. Moi qui donnais annuellement le liquide coulant dans mes veines, j'étais frustrée de ne plus pouvoir le faire afin de préserver l'anonymat de ma condition de méta-humaine.
      Comme le VIH, la science avait permis de faire une procédure simpliste et rapide pour savoir si le donneur était humain ou méta-humain. Si ce test n'avait jamais vu le jour, je serais en train de donner mon sang plutôt que de marcher dans cette ruelle d'Alpha.

      Il était dix-huit heures passé, peut-être même dix-neuf heures. La nuit était tombée, car comme toutes les journées d'hiver, ces dernières ne duraient jamais bien longtemps. J'avais hâte d'être en été, le soleil, la chaleur, le beau temps. L'hiver était une période qui ne plaisait pas, je n'aimais pas cette saison. Peut-être qu'en Europe, dans les pays montagneux cette période de l'année devait être agréable et belle à voir, mais à LibertyTown ce n'était pas le cas, selon moi.
      Je marchais tranquillement, les mains dans les poches de mon blouson de cuir. Le bruit de mes bottes claquait sur le bitume de cette ruelle relativement assez longue. Quelle idée d'avoir emprunté ce chemin ! Mais je n'avais pas envie de rencontrer la foule qui sortait des bureaux. Emmitouflé sous mon écharpe qui cachait une bonne partie de mon visage, j'avançais dans ce froid hivernal. Soudain, je sentais une pression forte qui s'était abattue sur mon épaule droite et qui me happait vers l'arrière. Mon équilibre était mis à rude épreuve. Mais je ne tombais pas. Non, une nouvelle force s'abattait sur moi pour me plaquer violemment contre le mur de la ruelle. Ma tête cognait lourdement sur ce qui semblait être un mur de pierre. La douleur me lançait, et je poussais un cri. J'étais en train de me faire agresser !

      L'emprise dont j'étais soumise m'empêchait de me mouvoir. Le souffle puant de mon agresseur m'écœurait. La proximité qui séparait nos deux corps, me faisait rapidement comprendre qu'il ne cherchait pas à me dépouiller de mes biens, mais bien qu'il avait envie de faire quelque chose d'encore plus crapuleux.
      Ses mains me soulevaient la poitrine avec virulence, il riait en plus. Tu n'as pas le choix Anya, tu dois t'en débarrasser de cette manière ! Il n'y avait que cette solution qui pouvait me permettre de m'échapper de ce monstre inconnu. Je fermais les yeux. Dans un laps de temps aussi court que celui d'un battement d'aile de papillon, je me retrouvais derrière mon agresseur. Je venais de me téléporter. Très vite je saisissais dans mon sac à main le taser d'auto-défense que l'on m'avait offert pour mes vingt-sept ans. Trois ans qu'il attendait d'être utilisé. La décharge électrique frappait l'individu dans sa nuque. « Mooooooooonstre ! » Criait-il avant de s'écrouler au sol. Je faisais plusieurs pas en arrière pour m'écarter de ce salaud. Mon cœur battait littéralement la chamade, quelques gouttes de sueurs venaient perler mon front, mon souffle était court et irrégulier. C'était la première fois que je m'en prenais à quelqu'un physiquement. Je regardais l'individu au sol, K.O. « C'est toi le monstre, ordure ! » Lui lançais-je même s'il ne m'entendait plus.

      Je fixais le sol pour me ressaisir de cette mésaventure. Courage Anya ! Tout va rentrer dans l'ordre, tu vas quitter cette ruelle en quatrième vitesse, et ce gars ne te reverras jamais, le secret sur ta condition de méta-humaine sera toujours préservée. Je me rassurais comme je pouvais. Je n'avais clairement pas envie de tomber sur les autorités, et que ces enfoirés m'imposent leurs maudites puces intradermiques !
      Deux possibilités s'offraient à moi, soit je décidais de rebrousser chemin – je devais en avoir pour huit cents mètres, soit je continuais d'aller vers l'avant où la distance était deux fois plus courte avant d'arriver sur une rue principale. Mieux fallait prendre l'option la plus longue. Un demi-tour, et je me mettais en route. Je sentais des gouttes de sueurs parcourir mon échine et se loger dans le creux de mes reins. Je n'étais pas rassurée, clairement pas. Tout cela ne se serait jamais produit, si la science n'avait pas mis en place un moyen de vérifier rapidement si le sang était humain ou méta-humain, car je serais à l'hôpital et non ici avec un gars inconscient.
    • Sigrún Andersen
      Genesis - Juge
      (6)17215256210070007V.I.P.Traumatisé du grand "boom"
      id13.09.17 10:12
      (6)Volonté : 172Messages : 15256$US : 210Xp : 0Force : 7Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 7Astuce : V.I.P.Traumatisé du grand "boom"Badges :
      (6)17215256210070007V.I.P.Traumatisé du grand "boom"
      avatar
      (6)17215256210070007V.I.P.Traumatisé du grand "boom"
        Genesis - Juge





        Alpha est mon point de départ. Ses hautes tours, ses hauts immeubles me donnent une vue imprenable sur la ville. Sa position centrale au sein de la ville me permets d'observer celle-ci aisément. Depuis les toits de ces bâtiments, je n'ai besoin que de me jeter dans le vide, sans effort, pour rejoindre en un temps éclair n'importe quelle destination.

        Les courants d'air -naturellement plus intenses à cette hauteur là- me procurent une sensation de bien-être incomparable. En effet, ceux-ci m'aident à faire le point, à réfléchir. Récemment, j'ai fait un choix. Ce choix pourrait signer mon arrêt de mort... Mais si ce n'est pas moi qui fais ce choix, c'est sûrement l'état qui le fera. Aujourd'hui mon poste... Et demain ? Sûrement mon logement, puis le surlendemain certainement ma vie.

        De mon perchoir, je peux observer l'hôpital Abraham en face de moi. Il est en reconstruction. Certains méta-humains utilisent leurs capacités surhumaines pour aider à celle-ci. Eux-aussi ont fait un choix. Est-ce le bon ? Je doute. Je soupçonne l'état de les avoir soumis à un chantage, qui voudrait aider de son plein gré cette communauté qui nous repousse ? Je détourne alors le regard.

        A ma droite, le QG d'H&S. Ceux-là aussi sont redoutables. Qui sait ce qu'il s'y passe... Combien de méta-humains doivent se trouver en cage à attendre de subir une batterie de test ?.. Il faudrait que j'en parle à James... Ou devrais-je l'appeler Vicious... Ca aussi est encore flou...

        Tout ceci me met hors de moi ! Il est dingue à quel point l'humanité a réussi à me faire changer d'avis ! Quelle idiote ai-je pu être toutes ces années à essayer de soigner mes semblables, de trouver des remèdes pour des maladies incurables...

        C'est à ce moment précis que, chaque soir, je me laisse tomber dans le vide. L'adrénaline que cela me provoque me ramène à la réalité et clarifie mon esprit. Quand je déploie mes ailes, l'instant où tout mon corps fait une sorte de sursaut, je sais que j'ai fait le bon choix en rejoignant Genesis.

        Je survole alors Alpha, le vent caressant mes plumes m'apaisent comme si celles-ci produisaient de l'endorphine.

        C'est avec calme alors que j'observe les passants en dessous. On voit tellement bien depuis le dessus... Cela fait maintenant deux fois que je passe au dessus de la même rue en un laps de temps relativement court. J'aperçois une femme, brune, suivi par un homme louche.

        *Tap-tap*

        Postée à présent sur le rebord du toit, personne n'a l'air de m'avoir remarquée, malgré mes grands attributs blancs. Tant mieux, un simple doigt pointé est tellement lourd qu'il n'en faut que deux ou trois pour vous comprimer toute la cage thoracique.

        La jeune femme s'engouffre dans une ruelle. Fatale erreur. Il y a quelques mois de cela, je serais accourue pour la sauver, quitte à me faire violenter également par le pervers qui s'apprête à le faire. Aujourd'hui, je préfère attendre. C'est égoïste, mais puisqu'elle ne présente aucun signe de mutation aux premiers abords, je décide de la laisser se débrouiller. Qui la sauvera de toute façon quand les mutants se soulèveront ? Autant être préparé. De plus, je n'ai pas envie que l'homme porte plainte contre moi... Vu ma mutation, les forces de l'ordre n'auraient aucun mal à me retrouver...

        Cela se passe et je vois distinctement la main de l'homme serrer sa poitrine. Cela me répugne, mais ce n'est pas encore le moment d'intervenir. Peut-être que cela ne le sera ce soir tout simplement jamais.

        Et c'est alors que mon instinct de mère se réveille : il s'agit d'une mutante ! En un clignement d'oeil, en une fraction de seconde elle se retrouve derrière lui ! La jeune femme s'est comme téléportée !

        Alors qu'elle n'a plus besoin de moi, j'hésite. J'hésite à aller lui parler. Quelle femme ! Cette mutante m'a semblé très à l'aise avec son pouvoir, bien qu'apparemment réticente à l'utiliser en premier lieu. J'hésite, car je pourrais aussi simplement m'envoler au loin et refaire ma vie. Mais j'ai maintenant une dette, une obligation, que dis-je ! Pour Genesis, pour James, pour les mutants et pour moi, je me dois de lui parler !

        Je suis déjà dans les airs, la ruelle étroite m'oblige à garder mes ailes relativement repliées. Elles me servent plus de parachute qu'autre chose. Je la survole lourdement, comme si j'allais m'écraser. Mais alors que je suis libérée de l'entrave des murs, je déploie mes ailes de nouveaux et effectue une acrobatie en tout point inutile, mais impressionnante. J'espère la captiver et attirer sa curiosité ainsi.

        _Attendez ! J'ai à vous parler.

        Elle est encore sûrement sous le choc. Il me faut utiliser mes connaissances.

        _Ne vous téléportez pas, s'il-vous-plaît. Je suis médecin, je ne vous veux aucun mal.

        Je lui tend une main pleine de sympathie. La paume tournée vers le haut, mes doigts l'habillent et lui donne fière allure en se mouvant synchroniquement. Je replie désormais mes ailes pour me donner moins de place dans la rue et chasser toute impression d'envahissement.