Metro, l'Apocalypse à vos portes : Forum RPGCHRONOSREP
Amélioration du contenu graphique

29.05.2017 | Découvrez les dernières améliorations graphiques du design !

Recrutement & Animation

10.06.2017 | Lazarus passe à la vitesse supérieure !

Recensement & Prépa V3

29.07.2017 | Préparez-vous à de gros changements...

Version 3.0 en ligne !

03.09.2017 | Récapitulatif des changements et feedbacks des joueurs

Du mouvement dans les rangs

03.09.2017 | Changements dans le staff

Boutique & Races 3.0

16.10.2017 | Elles sont enfin là :)

test
test

Don't you see it coming ?

  • Jared Aberline
    Crows - Dominateur
    (6)1168915115000077Animateur
    id15.09.17 0:07
    (6)Volonté : 116Messages : 8915$US : 115Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 7Spiritualité : 7Astuce : AnimateurBadges :
    (6)1168915115000077Animateur
    avatar
    (6)1168915115000077Animateur
      Crows - Dominateur


      Tout juste effleurés, les fils invisibles du temps s'étaient tendus et teintés d'une tonalité unique ; merveilleuse mélodie imaginaire jouait d'un doigt calme et précis. Les pupilles contractées à l'extrême, Jared discernait son environnement avec netteté alors qu'il parcourait les chemins des éventualités où se mêlaient pouvoir, traitrise et désillusion. Dans l'ombre de l'accalmie générale de LT progressait un mal insidieux et latent, bientôt... oh bientôt, tout ne serait plus que sang et peur, cendre et horreur. Assis sur un trône fait de crânes, au milieu des ruines de la ville, le Roi Corbeau y contemplait le déclin de ses ennemis. Alléchante perspective bientôt tangible.

      Assis derrière son bureau, le regard éclairé par une carte des cinq quartiers en feu. Figé dans une expression de démence, Jared restait captivé par les reflets dansant sur les meubles de la pièce, ces mêmes faisceaux difformes qui en dessinaient les contours et redéfinissaient l'espace à chaque nouvelle oscillation endiablée. L'incandescence pâlit à mesure que les résidus de papier brûlé, jusqu'alors portés par la chaleur, venaient tapisser le sol. Puis l'obscurité noya de nouveau les lieux.

      Quelques instants plus tard, alors que l'odeur de fumée persistait et que les premiers rayons de soleil s'immisçaient timidement dans la pièce, Viatcheslav fit entrer les trois agents demandés par son patron : Arthur Lumière, Cassidy Snyder et John Doe. L'assistant muet les installa autour de la table basse, où Jared les y rejoignit.

      -"Républicains et Démocrates s'engraissent sous le nez d'une populace identifiant Métah et Gangs comme source de tous ses maux." Il ne se dérobait aucunement quant à la responsabilité des Crows pour une partie de leur malheur. Mais ces pauvres faibles, imbéciles et pleurnichards, doublement dépouillés, laissaient davantage leur morale que leur raison porter leurs complaintes.

      -"Il est temps de faire payer la krysha à tous ces quémandeurs d'aumônes politiques." Ici, il n'était pas question d'une quelconque taxe monétaire. Non, le chantage porterait sur l'information, directement détachée du cœur de l'administration actuelle. Un dossier glissa alors sur la table basse, avec un visage et un nom : John Edwards, assistant au gouvernement, suffisamment proche du pouvoir pour obtenir des renseignements, et suffisamment lambda pour n'éveiller aucun soupçon. Sa fille suivait des études d'architecture à l'université de LT, tandis que sa femme subissait un traitement lourd contre son cancer du sein.

      La réunion de ces trois Corbeaux n'empruntait rien au hasard. Peut-être seraient-ils suffisamment perspicace pour entrevoir le rôle de chacun.


    • John Doe
      Crows - Destructeur
      (6)8054692551111
      id15.09.17 10:06
      (6)Volonté : 80Messages : 546$US : 92Xp : 5Force : 5Résilience : 1Agilité : 1Réflexes : 1Spiritualité : 1Astuce : Badges :
      (6)8054692551111
      avatar
      (6)8054692551111
        Crows - Destructeur

        Bordel de merde. Pourquoi, oui pourquoi est-ce que les réunions secrètes se tiennent-elles à des heures pas possible ? Toujours entre 2 et 6 heures, comme une règle de bienséance, quasi-personne ne déroge à cette règle. Cela mon petit JD c’est pour se fondre dans le manteau noir de la nuit obscure de mes boulishs sur un plateau d’argent, oui. Rien de plus étrange que ça au contraire. Va savoir, j’suis qu’un larbin qui exécute les ordres, et c’est bien mieux ainsi. La responsabilité du pouvoir, trop lourde pour mes aspirations. Combien d’hommes ont chuté par leurs arrogances, la vanité ou leur faim insatiable ? Je ne me rappelle pas grand-chose de ma mère. Des bribes de son visage angélique et quelques conseils disséminés au grès du LSD : « la liberté, mon cœur, est de pouvoir choisir celui dont on sera l’esclave ». Tu trouves ça paradoxal et décousu ? Tiens, prend ce rail de C. et arrête de m’emmerder ; c’est pas la Charité ou l’Hôpital ici. Pas vrai D. ? … D. ? Jamais là quand il faut lui…

        -"Républicains et Démocrates s'engraissent sous le nez d'une populace identifiant Métah et Gangs comme source de tous ses maux. Il est temps de faire payer la krysha à tous ces quémandeurs d'aumônes politiques."

        Un dossier glisse sur le bureau : John Edward... Comme figé dans le temps, seule la tête de JD est prise de légers tremblements. A peine visible si l’on ne le regarde pas attentivement.  
        *-Héhéhé, intéressant, succulent. Mmmh, laisse moi parler à Jared.
        -T’es là toi ? T’apparais quand ça t’chante quoi.
        -Alleeeer...
        -Non.
        -JiDééé, j’vais me mettre colère si tu continues.
        -… Pff, gamin.*

        L’instant d’après, sa tête part en arrière. Craquant doucement son cou en s’étirant, un faible rire s’échappe d’entre ses lèvres. Ses yeux, deux petits points lugubres, observent les protagonistes ainsi que les lieux. Frottant son menton imberbe, ses pieds prennent le relai. Les yeux rivés sur le sol et faisant les cent pas - entre le mobilier de qualité - son trajet aléatoire est ponctué d’onomatopées et de mots lâchés ici et là. Une marionnette à l’attitude désordonnée, ses fils emmêlés le pousse jusqu’à son siège sur lequel il pose ses deux mains sur le dossier. Les yeux plongés dans ceux du boss, seule réelle marque de respect et de vérité, un léger rictus se dessine sur son visage :

        -Enchanté Jared. Je me présente : D. A votre service. silence mort le temps d’une révérence -Mais vous le saviez n’est-ce pas ? Large sourire dévoilant ses canines, est-ce une simple blague, une attaque masquée ou une vérité énoncée ? Quoi qu’il en soit, D. se redresse et s’assoit à cheval sur le bord du fauteuil. -JD vous admire vous savez ? Mais cette histoire d’accident lui trotte encore dans la mémoire... Hum ? Rah-la-la, je m’égare, je m’égare hinhin. Que voulez-vous de ce Edward ? Ses organes ? Pourquoi lui… non. Quelque chose de bien plus… Subtil ?! Ai-je tords ? Ohoho, pourquoi appeler le gamin ? La discrétion n’est pas son fort...

        Ses yeux, toujours précipités dans ceux du chef, le défie avant qu’un sourire détourne son attention vers les deux autres invités.
      • Jared Aberline
        Crows - Dominateur
        (6)1168915115000077Animateur
        id16.09.17 18:48
        (6)Volonté : 116Messages : 8915$US : 115Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 7Spiritualité : 7Astuce : AnimateurBadges :
        (6)1168915115000077Animateur
        avatar
        (6)1168915115000077Animateur
          Crows - Dominateur

          Jared se releva pour se rendre jusqu'à son bureau, interrompant par la même occasion la logorrhée du fou Petrouchka. "D, tes capacités ne seront pas nécessaires dans les premières phases de l'opération." Il ouvrit un tiroir, en récupéra un petit objet long et brillant pour le glisser dans sa poche, puis revint à hauteur du psychosé. "Ton appétence violente sera bientôt satisfaite. En attendant, retire-toi dans un recoin de ton esprit, fais-toi discret et laisse Johnny prendre part à cette réunion. Là, tout de suite, c'est de lui dont j'ai besoin." Petrouchka, pantin déchainé et bringuebalant, cascadeur diabolique à la batte tantôt vengeresse, tantôt clémente. John, D, deux facettes d'une même pièce, deux esprits aux habilités propres, emprisonnés derrière le même passé, mais qui desserviraient le clan à merveille.

          -"Les politiques, les juges, les gens de la haute..." les mots sifflèrent comme des insultes entre les dents du Parrain, alors qu'il s'était rassis ".. ne nous accepterons jamais dans leur palais dorés. Qu'on devienne respectable ou non, à cause de qui nous sommes et de ce que nous représentons. Ils nous positionnent en incarnation du mal pour que nous stigmatisions toutes leurs haines." Pour chaque action qu'avait ordonnée le Parrain, si l'éthique se discutait, la volonté, elle, fut systématiquement orientée vers la protection de sa famille.

          -"Monsieur Edwards représente une opportunité, celle de remodeler le rôle que nous impose cette ville depuis trop longtemps. Je veux qu'il devienne nos yeux et nos oreilles au sein du gouvernement et vous allez m'y aider, chacun d'entre vous quatre." Ses pupilles percèrent au plus profond du regard de John, à la recherche du recoin abritant D. "Lorsque nous l'estimerons opportun, alors, seulement, l'enfer nettoiera les rues pour que seule notre famille subsiste."

          Sa main glissa à l'intérieur de sa veste, puis en ressortit une cigarette qu'il cala entre ses lèvres. La lumière de l'allumette vacilla en-dessous du visage du Parrain, lui prêtant le faciès d'un démon où remontaient le volutes de fumée. "John Edwards va se rendre à l'Aphrodia. Arthur, Cassidy, vous vous chargerez de l'y endetter. Après quoi, nous prendrons soin, avec John, à ce que notre fantoche assimile pleinement le moyen par lequel il pourra solder son obligation ; et s'y tienne." Nouvelle bouffée, nouveau reflet, même expression.



        • Arthur Lumière
          Crows - Indécis
          (6)100434988273011V.I.P.Chance du débutantModèle
          id16.09.17 21:18
          (6)Volonté : 100Messages : 4349$US : 88Xp : 2Force : 7Résilience : 3Agilité : 0Réflexes : 1Spiritualité : 1Astuce : V.I.P.Chance du débutantModèleBadges :
          (6)100434988273011V.I.P.Chance du débutantModèle
          avatar
          (6)100434988273011V.I.P.Chance du débutantModèle
            Crows - Indécis
            Enfin.

            Enfin le big boss des Crows allait lui être présenté ! Jared Aberline, celui qui avait épargné sa vie au risque de se faire un ennemi de son équivalent à la Nouvelle-Orléans... pourquoi avait-il fait cela ?

            Au départ, Arthur pensait que cette fameuse raison allait lui être révélée, mais la présence de Cassidy et Joe - qu'il connaissait déjà quelque peu- rendait cette éventualité peu probable. C'était donc une toute autre affaire qui exigeait ses compétences...

            Il entra en silence, prenant soin de laisser passer Cassidy devant lui, et finit par entrer en dernier dans la pièce où se trouvait celui qui ne pouvait être que le maître des Crows et du quartier Beta tout entier. Arthur s'installa sur une des chaises autour de la table basse et attendit avec toute l'attention du monde que Jared démarre la réunion.

            Ses premières paroles sonnaient plus comme un préchi-précha d'un gourou de secte, mais nul doute qu'une passion brûlante animait ses mots, et il possédait un charisme des plus impressionnant! Un homme qui maîtrisait non seulement sa propre vie, mais aussi celles des autres... et ce n'était pas du bluff, à ressentir la volonté écrasante et l'intelligence aiguisée qui émanaient de tous les pores de sa peau...
            Cela expliquait la loyauté presque aveugle d'un très grand nombre des membres du gang, chose qu'Arthur avait toujours eu du mal à comprendre dans l'Underworld où l'intérêt personnel était généralement la règle première de tout groupe.

            Le dossier posé fut rapidement lu à peine celui-ci apparut. John Edward... une fille et une femme... professions... ok, compris.

            Laissant Jared et Joe - ou plutôt D- discuter, Arthur s'enfonça dans son dossier en réfléchissant aux intentions de monsieur Aberline : Inutile d'être un génie pour comprendre qu'il désirait simplement un espion proche de cette Jagger, mais qu'entendait-il par " l'enfer nettoiera les rues" ?
            Le grand blond avait bien peur de comprendre ce que cela signifiait... et si il tombait juste... des préparations étaient de rigueur.

            En attendant, mr Aberline semblait se concentrer presque exclusivement sur le père de famille... mais bien d'autres options affluaient dans l'esprit du jeune Ange-gardien, devait-il en faire part ou garder ses idées pour lui ? Après tout les ordres étaient limpides, et qui était-il pour se penser capable d'y apporter des améliorations ? Son boss avait une bien plus grande expérience dans ce domaine que lui !

            Mais... attirer mr Edward à l'Aphrodia n'allait pas se révéler bien difficile... n'y avait-il pas moyen d'utiliser sa femme et sa fille afin de le motiver plus efficacement qu'avec une simple dette monétaire ou d'honneur ?

            Levant le regard du dossier, Arthur croisa les bras... de toutes évidences en pleine réflexion, hochant affirmativement la tête à l'occasion pour montrer qu'il suivait les paroles et les intentions de Jared.


          • John Doe
            Crows - Destructeur
            (6)8054692551111
            id12.10.17 14:19
            (6)Volonté : 80Messages : 546$US : 92Xp : 5Force : 5Résilience : 1Agilité : 1Réflexes : 1Spiritualité : 1Astuce : Badges :
            (6)8054692551111
            avatar
            (6)8054692551111
              Crows - Destructeur

              Le visage de D, à la demande de son maître, se tranquillise, s’adoucie pour reprendre les traits jeunes et amicaux de John. A la surface, le calme ambiant et des hochements de têtes aux paroles poignantes et pleines d’aspiration du chef des Crows. Dans un coin abyssal de mon esprit, D est assis en tailleur, les yeux, à travers les miens, fixés sur ceux de Jared. Une sensation aigre dans la bouche, une graine rancunière vient de germer dans son monde violent.
              Un applaudissement lent emplie le crâne de John à la fin de l’annoncement du plan… Donne-t-il son accord sur les prochains évènements à venir ou sur les mots « l’enfer nettoiera les rues » ? Tout ce que je peux dire pour le moment c’est que D est d’accord. Au moins il ne fera pas des siennes, même si cela n’est jamais assuré avec lui.

              Personne ne semble bouger et tout le monde se regarde dans le blanc des yeux. Attendant que quelqu’un fasse le premier pas, dise un mot, un son. En regardant les participants on pourrait se croire dans un cross-over entre les « 8 salopards » de Tarantino et de « 12 hommes en colère » avec Fonda. Le silence s’étiole et je le romps en applaudissant comme l’a fait D. Je l’entends sourire et le sens ricaner du fond de sa cellule psychique. Tout en me redressant, je tire doucement sur mon jean et ma veste pour les remettre en place.

              -Bien. Je pense qu’on a fait le tour chef ? Notre entrée en scène ne fait pas partie des premiers actes, est-ce que je peux disposer pour me préparer à accueillir notre prochain jouet ?
            • Jared Aberline
              Crows - Dominateur
              (6)1168915115000077Animateur
              id02.11.17 20:21
              (6)Volonté : 116Messages : 8915$US : 115Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 7Spiritualité : 7Astuce : AnimateurBadges :
              (6)1168915115000077Animateur
              avatar
              (6)1168915115000077Animateur
                Crows - Dominateur

                D'un hochement de tête approbateur, Jared laissa Johnny quitter la pièce. Son entrée en scène, tel qu'il la nommait, serait le point d'orgue du premier acte, l'annonce du chaos de LT et le premier écho de l'effondrement des rivaux des Corbeaux.

                -"Arthur, Cassidy, vous avez deux jours pour vous préparer." Le temps ne leur était pas spécialement compté, non, mais l'Aberline dépréciait plus que tout l'improvisation maladroite des dernières minutes. Ce coup, une fois accompli, leur ouvrirait bien plus d'opportunités que ne le fit les évènements de septembre dernier.

                Un sourire mauvais se dessina sur le visage du parrain alors qu'il tirait de nouveau sur sa cigarette. Le démon Aberline portait son regard sur les voies du Temps dors et déjà empruntées, d'où émergeait l'unique vérité qu'il pourchassait : celle d'une réussite sans faille. Après tout, n'avait-on pas besoin de croire en quelque chose, même si cette chose n'eut aucun fondement absolu ? Le moment semblait idéal pour un verre, et un froid et calculé discours de sinistres connotations. Mais le Roi Corbeau préféra laisser place à l'action alors que sa famille le laissait seul dans son bureau.

                * * * * * * * *

                Jour fatidique. L'agitation avait frappé le quartier, la veille au soir. Le téléphone sonna et les ordres tombèrent. Mauvaises directives pour l'objectif de la mission principale, mais les priorités semblèrent se redistribuer au gré des récents évènements. La jeune Snyder avait souffert de son entrevue avec monsieur Powell, suffisamment pour que sa simple présence auprès du lapin John Edwards présenta un risque que le Parrain ne pouvait tolérait. La protection des siens passait également par l'obligation de les prémunir de leurs propres fautes, alors, d'une simple visite à l'Aphrodia, Jared expliqua à sa protégée et belle de nuit son retrait de l'opération Kourtchatov. Nul doute qu'elle comprendrait la raison de ce congé, l'Aberline lui savait l'esprit suffisamment aiguisé pour saisir toute l'importance de la mission et sa franchise l'éclairerait quant à son état actuel et son incapacité à y participer.

                Du reste, l'opération ne subit qu'une légère modification. Jared s'était arrangé pour qu'une nouvelle recrue, qui ne serait regrettée de personne, joue l'intermédiaire auprès du crédule et politique monsieur Edwards. Alcool et sexe -cocktail de plaisir et d'excès- aux frais de la maison pour son engagement dans le gouvernement de notre belle cité-état. Salive venimeuse d'un besoin sordide bientôt assouvi, mensonge nécessaire, simulacre d'amabilités bien placées pour s'attribuer les services d'un faible. Le dégout dévisagea le Parrain tandis qu'il laissait son esprit se torturer de tous ces inutiles peuplant la ville, dont la seule valeur résidait dans leur sacrifice sur l'autel du trafic d'organes. John Edwards représentait à merveille ces cafards inféconds. Verrait-il seulement ce qu'allait lui offrir les Crows ? Tourmente, souffrance, mais au bout du compte, un nom qui détonnerait dans toute LT et résonnerait à jamais dans l'Histoire de cette ville.

                Tout reposait à présent sur la discrétion et la délicatesse d'Arthur.



              • Contenu sponsorisé
                id