Metro, l'Apocalypse à vos portes : Forum RPGCHRONOSREP
Amélioration du contenu graphique

29.05.2017 | Découvrez les dernières améliorations graphiques du design !

Recrutement & Animation

10.06.2017 | Lazarus passe à la vitesse supérieure !

Recensement & Prépa V3

29.07.2017 | Préparez-vous à de gros changements...

Version 3.0 en ligne !

03.09.2017 | Récapitulatif des changements et feedbacks des joueurs

Du mouvement dans les rangs

03.09.2017 | Changements dans le staff

Boutique & Races 3.0

16.10.2017 | Elles sont enfin là :)

test
test

mama don't cry - solo/fb

  • Styr Ymirdottir
    Genesis - Destructeur
    (0)7/4000000none
    id23.09.17 12:09
    (0)Volonté : 7Messages : /$US : 4Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : noneBadges :
    (0)7/4000000none
    avatar
    (0)7/4000000none
      Genesis - Destructeur

      MAMA DON'T CRY

      «Maman est-ce que tu entends ? Est-ce que tu entends mon coeur battre ?»

      Le pistolet braqué sur la tête de sa mère, vide d’amour, vide de tout sentiment viable, qui pourrait avoir un impact sur le sort de cette vieille femme. Rien. Un vide béant. La peur à la place de la raison, l’envie irrépressible de presser la détente. Mais une seule question revient : est-ce que tu entends mon cœur battre, maman ?

      Styr s'est laissée embarquer par la colère, la vengeance, s'oubliant tout simplement. Au début sa mère se servait d’elle pour expliquer sa dépression, puis le suicide de son énième mari, la traitant comme l’échec de sa vie, jouant de sa sensibilité, de ses complexes, s’octroyant toutes ses réussites, volant jusqu'à la seule once d’amour qu’elle pouvait encore obtenir.  Sa mère lui a tout volé. Ymir lui a tout pris et joue encore les victimes, même avec un gun braqué entre ses deux yeux.

      «Maman, avoue que tu m'as tout pris ? Avoue que tu m’as détruite ! Avoue que tu m’as rendu comme ça !»

      Au début, ce n’était que des voix, des petites hallucinations, des tocs et tics qui rendaient sa vie sociale catastrophique. Des colères inexpliquées, une immense rage qui bouffait jusqu'à sa dernière once de raison et la rendait odieuse, profondément mauvaise. Chacun de ses petits amis ont fini par lui vouer une passion débordante, mais tuante. Styr a massacré leurs âmes, sucé tout l’amour qu’ils puissent lui offrir et les a jeté. Mensonges sur mensonges pour tout prendre, pour trouver de l’amour, de la reconnaissance là où elle n’en a pas eu de la part de ses parents. Puis ça a été la drogue, le besoin de s’évader, d’arrêter d’exister ici pour un monde meilleur. Et même ça, sa mère lui a enlevé. Encore.

      Oh bon dieu. Styr voulait pas entendre un je t’aime ou un s’il te plaît, non. Juste un “je t’ai tout pris”, les yeux dans les yeux, le cœur sincère.

      Mais non. Non rien.
      Rien.

      Styr, tu me dois tout. Toute ta vie, tout ce que tu fais. TOUT.


      La détente se presse. Une euphorie vicieuse naît en elle. Tacheté de sang, son visage s'illumine, joue entre le carmin et la pâleur de sa peau. C'est comme une naissance, c'est si fort, si douloureux, mais quelque chose de nouveau vit. Puis les voix sitôt disparues reviennent à nouveau. Le silence savoureux, cette délicate attention, tout disparaît pour réanimer à nouveau la colère, la haine, plus fortes, plus passionnelles.

      Ça n'a duré qu'un instant.
      Mais à présent, ce n'est qu'à elle, sa mère ne lui volera pas.
      Elle ne peut pas. Plus.

      Oh mon dieu Styr, tu revis.