Metro, l'Apocalypse à vos portes : Forum RPGCHRONOSREP
Amélioration du contenu graphique

29.05.2017 | Découvrez les dernières améliorations graphiques du design !

Recrutement & Animation

10.06.2017 | Lazarus passe à la vitesse supérieure !

Recensement & Prépa V3

29.07.2017 | Préparez-vous à de gros changements...

Version 3.0 en ligne !

03.09.2017 | Récapitulatif des changements et feedbacks des joueurs

Du mouvement dans les rangs

03.09.2017 | Changements dans le staff

Boutique & Races 3.0

16.10.2017 | Elles sont enfin là :)

test
test

Vive le vamp', vive le vamp' d'hiver ! [PV Yvan]

  • Alejandra Ducatore
    CIVIL - Bienfaiteur
    (0)5/3000000none
    id11.10.17 13:59
    (0)Volonté : 5Messages : /$US : 3Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : noneBadges :
    (0)5/3000000none
    avatar
    (0)5/3000000none
      CIVIL - Bienfaiteur
      La neige c'est cool, c'est beau, mais ça joue des tours quand on y fait pas gaffe. Alors, non, pas des tours de Noël genre « ouais c'est trop mignon » alors que vous êtes avec votre amoureux en train de faire des bonhommes de neige. Sauf que, trois choses : un, Alejandra n'avait pas d'amoureux, deux, elle était pas en train de faire des bonhommes de neige, et trois, bah putain, ça fait mal de se casser la gueule sur le sol enneigé. Surtout quand on a dérapé dessus.

      Maiiiiis, retour en arrière ! Magie magie !

      La jeune femme était arrivée sur la Place Europe en début de soirée. Seule dans son appart', sans autre perspective que de mater des séries ou de jouer un peu de sa guitare fraîchement achetée, elle avait décidé de sortir un peu, pour profiter de l'hiver et potentiellement se faire un repas un peu exotique. Bon, pour le côté exotique, on repassera, sachant qu'elle s'était contentée de prendre des fajitas et un soda, observant en même temps les derniers clients qui avaient voulu traîner leurs pattes par cette soirée de janvier. Elle avait au passage remarqué deux jeunes un peu bizarres, aux allures de voyous de cité sensible, mais sans y faire plus attention que ça.

      Flânant un peu dans les boutiques et restos, Alejandra s'était mise en tête de s'acheter un petit truc, histoire de se faire plaisir encore. Voir pour finir la soirée, car bon, c'était un peu morose de traîner dans les rues enneigées sans personne d'autre. Le célibat c'bien, mais quand vous avez un cadre un peu romantique comme ça, ça vous pèse un peu. Bref, comme disait Pépin. Notre Espagnole préférée se trouvait donc sur la Place Europe, décidée à finalement reprendre le chemin de son appart', quand elle avait perçu des voix depuis l'autre côté de la place. Les deux voyous vus plus tôt, qui parlaient entre eux à voix précipitées. Amplifiant son ouïe pour qu'elle les entende mieux, elle eut le déplaisir d'apprendre qu'ils préparaient un sale coup. Une mission pour la Ducatore !

      Je sais ce que vous pensez : ça fait un peu léger, et dans les films, c'est comme ça qu'on se retrouve plongé dans les emmerdes jusqu'au cou ! Eh bah ouais, mais la jeune femme était impulsive, et elle s'ennuyait, alors il fallait bien trouver un truc. Par chance, elle ne quittait jamais ce qu'elle appelait sa tenue de « justicière en herbe » quand elle sortait : treillis, sweat à capuche, le foulard et les mitaines, le tout en noir parce que ça faisait mieux pour se fondre dans la nuit. Cliché, ouais. Efficace, ça dépend. Mais dans tous les cas, enfilant son foulard pour masquer son visage, la jeune femme avait rabattu sa capuche et avait suivi les deux jeunes.

      Ils n'allèrent pas méga loin. Ils attendirent juste qu'il n'y ait personne, puis entrèrent dans la boutique encore ouverte juste avant la fermeture. C'était une boutique de bijoux. Avec des cagoules sur la tronche, ils attaquèrent essayant de dérober ce qu'ils pouvaient avant de s'enfuir. Et c'est là qu'Alejandra intervenait ! Elle s'élança à leur poursuite, essayant de profiter du fait que c'était une sportive.

      Eh ouais, c'est beau et tout la neige. Sauf quand on glisse dessus. Et qu'on se retrouve sur le cul, se frottant le bas du dos car bordel ça fait mal, et que les deux voyous continuent de courir.

       « Bien joué, Alejandra. Nan vraiment, pas mal du tout, tu te pètes le dos, et tout, ouais, sympa l'aide. Va être content le commerçant. » se murmurait-elle.

      Ou pas. Il y avait davantage de chances qu'il l'insulte ou un truc du genre.
    • Yvan Collins
      CIVIL - Rebelle
      (6)10210340188313313Traumatisé du grand "boom"VoteurV.I.P.
      id14.10.17 11:24
      (6)Volonté : 102Messages : 10340$US : 188Xp : 3Force : 1Résilience : 3Agilité : 3Réflexes : 1Spiritualité : 3Astuce : Traumatisé du grand "boom"VoteurV.I.P.Badges :
      (6)10210340188313313Traumatisé du grand "boom"VoteurV.I.P.
      avatar
      (6)10210340188313313Traumatisé du grand "boom"VoteurV.I.P.
        CIVIL - Rebelle
        Vive le vamp', vive le vamp' d'hiver !Yvan & Alejandra Yvan, le méta pseudo-vampire, n'est toujours pas resencé malgré les changements politique en vigueur en ce début d'années. Ne croyant pas en la sincérité totale du gouvernement sur le sujet méta, il préféré cacher sa nature aux yeux des autres, pourtant, depuis la prise de conscience de ses pouvoirs, chez lui s'est éveillé une envie de justice. Souhaitant mettre son pouvoir au service d’autrui, il parcourt la ville à la nuit tombé, pour venir en aide et protéger ses concitoyens du mal qui court les rues.



        Marchant d'un pas lent sur cette neige tout fraîche et craquante pas après pas, chaque souffle qu'il dégageait ainsi, venait à faire apparaître une légère fumée très volatile qui venait à disparaître tout aussi rapidement qu'elle était apparue. Le froid était implanté dans la ville en cette fin de janvier, tout comme la solitude qui planait toujours au-dessus du pseudo-vampire. Ayant passé les fêtes de fin d'années seul, Yvan aurait pu se réjouir de l'avancé politique mise en vigueur quelques jours plus tôt, pourtant, ce ne fut pas le cas. Ne s’étant toujours pas recensé, du simple fait qu'à ses yeux, ceci était un simple piège à cons, il faisait ainsi au mieux pour cacher sa nature.

        Arborant ainsi et toujours cette même paire de lunette de rouge teinté, pour atténuer la luisance de ses yeux muté, c'est de même, toujours sous un imper et un borsalino aux teintes beige, que l'homme évoluer tel le parfait citoyen qu'il souhaitait afficher.

        Parcourant ainsi la Place Europe en ce début de soirée pour tout bonnement prendre l'air, le trentenaire ne savait plus vraiment quoi pensé de l’insouciance que pouvait avoir tout les personnes qui vivait ainsi comme si de rien n'était alors que le monde avait tellement changé en une année. Lui qui avait vu sa vie presque détruite par l'apparition du phénomène méta sur sa propre personne, sans conter l’attentat auquel il avait réchappé, cette année avait pour lui tout changé.

        Vagabondant de vitrine en vitrine, portant son regard sur des objets parfois hors de prix, Yvan ce dépité tout seul des maigres revenus qui était les siens. Perdu ainsi dans ses pensées, il vint à en être brusquement sorti par la vision de plusieurs masses noires qui vinrent à courir vers une ruelle alors qu'ils sortaient à peine de bijouterie.


        Analysant rapidement la situation, il aperçut une autre personne autrement vêtue, mais elle aussi quelque peu masqué, qui venait alors d'entamer une course-poursuite avec les deux autres personne de noir vêtue. S'élançant lui aussi dans une course folle, il retira son imper, puis son chapeau, passant à tout prêt d'un centenaire à poubelle, il jeta le tout juste à côté avant de sortir une cagoule de sa poche de pantalon. Retirant ses lunettes, qu'il mit rapidement dans une poche, il enfila la cagoule et passa rapidement à côté de la personne qui poursuivait ce qui était les voleurs et qui c'était alors vautré sur le sol enneigé. Courant à vive allure, autrement dit ''vampirique'', il ne tarda pas à rattraper les braqueurs. Sautant sur un premier, il le fit lourdement chuter. Lui retirant ce qui couvrait son visage, il le fixa, puis lui dit d'une voix grave en pointant un sac remplie de bijoux alors étalés sur le sol.

        '' Ceci n'est pas à vous. ''

        ©️ 2981 12289 0
      • Alejandra Ducatore
        CIVIL - Bienfaiteur
        (0)5/3000000none
        id15.10.17 13:59
        (0)Volonté : 5Messages : /$US : 3Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : noneBadges :
        (0)5/3000000none
        avatar
        (0)5/3000000none
          CIVIL - Bienfaiteur
          Nan mais allô quoi ! Il y a un... un type, ouais un type, qui s'est permis d'aller lui aussi à la poursuite des deux jeunes voyous. Genre il a vu Alejandra étalée au sol comme une vieille merde, il l'a vue en train de souffrir considérablement de sa chute, et il a rien fait. Même pas il vient l'aider, nan, il va directement voir les voyous. Et il leur fait sûrement la leçon, tout ça, et voilà que ça c'est pas bien de faire ça, et nanarèeuh. Franchement, c'est pas Charlie tout ça. Mais genre pas du tout. Vous verriez la jeune femme faire ça, vous ? Vous la verriez essayer de faire passer son acte de justicière avant le bien-être d'un inconnu ?

          Bon, okay, oui elle l'aurait fait. Mais, et la galanterie ? Hein ? Une femme à terre, faut s'en occuper, quand on est un gentleman extraordinaire ! Ou même si on est pas extraordinaire, en fait, ça serait cool. Fort aimable, en fait. Bon, après, c'pas tout, mais évidemment, Alejandra n'allait pas rester comme ça, le cul par terre, à attendre vainement que quelqu'un ne vienne l'aider à se remettre sur ses pattes. Aussi le fit-elle toute seule, avant d'aller à la rencontre des voyous et de l'inconnu monsieur – si c'en était un.

          Et ouais, c'était un monsieur. Qui avait des yeux putain de rouge. Waaaah ! Trop classe ! Bon, un peu glauque et intimidant, mais grave trop classe sa mère ! Vachement tape-à-l'oeil, si on se permet un jeu de mot facile ; mais pas grave. Et il avait l'air de dominer d'une manière fort théâtrale les méchants voyous devant lui. Enfin peut-être pas un des deux, qui s'apprêtait à lui balancer un coup de poing. Au moins, on avait pas affaire à des voyous de catégorie wesh : un à terre, l'autre ne fuyait pas. C'était des gens sympas. Criminels, mais sympas.

          N'écoutant que son grand cœur, son sens de la justice et le fait que bon, fallait bien aider les gens dans le même camp qu'elle, Alejandra fonça à toute allure à l'encontre du voyou. Comme au ralenti, elle vit la scène : elle sautant, pied droit en avant avec la jambe tendue, poussant un cri de guerre et s'apprêtant à coller un méchant coup au délinquant. Bon, on est d'accord, c'est swag, classe,e t tout, ça en jette un max ? Ouais, grave. Carrément, mon pote.

          Sauf que dans la pratique...

           « Kaméhaméhaaaaaa cabròn ! »

          En fait elle a pas vraiment touché l'autre du pied. Elle manque un peu de pratique, la jeune Espagnole, et donc forcément, elle a plutôt heurté de plein fouet le voyou, roulé au sol, dans la neige, et poussé un cri de joie en mode :

           « Trop mortel ! »

          Bon, dans la pratique, ça fait mal, de se rétamer – encore – dans la neige. Mais, n'oublions pas les bonnes manières ; il y avait le monsieur aux yeux rouges à saluer, surtout que ça devait être un collègue vu ce qu'il faisait.

           « Salut ! Toi aussi t'es là pour arrêter les méchants ? »
        • Yvan Collins
          CIVIL - Rebelle
          (6)10210340188313313Traumatisé du grand "boom"VoteurV.I.P.
          id15.10.17 17:26
          (6)Volonté : 102Messages : 10340$US : 188Xp : 3Force : 1Résilience : 3Agilité : 3Réflexes : 1Spiritualité : 3Astuce : Traumatisé du grand "boom"VoteurV.I.P.Badges :
          (6)10210340188313313Traumatisé du grand "boom"VoteurV.I.P.
          avatar
          (6)10210340188313313Traumatisé du grand "boom"VoteurV.I.P.
            CIVIL - Rebelle
            Vive le vamp', vive le vamp' d'hiver !Yvan & Alejandra Yvan, le méta pseudo-vampire, n'est toujours pas resencé malgré les changements politique en vigueur en ce début d'années. Ne croyant pas en la sincérité totale du gouvernement sur le sujet méta, il préféré cacher sa nature aux yeux des autres, pourtant, depuis la prise de conscience de ses pouvoirs, chez lui s'est éveillé une envie de justice. Souhaitant mettre son pouvoir au service d’autrui, il parcourt la ville à la nuit tombé, pour venir en aide et protéger ses concitoyens du mal qui court les rues.



            Maintenant le braqueur au sol, sa cagoule à la main et l'index de cette dernière pointant un sac de bijoux renversé sol la neige, Yvan fixait le malfaiteur d'un regard profond et effrayant de sa nature monstrueuse. Apeuré, ou du moins intrigué, ne comprenant pas vraiment ce qui venait de lui arriver, l'homme vint à pâlir à la vue du pseudo-justicier. Bégayant quelques mots à l'encontre de son camarade qui s'était ainsi stoppé et retourné, ce dernier, après quelques dixièmes de secondes à sans nul doute cogité à la situation, s'approcha de son partenaire afin de lui venir en aide.

            Maintenant sa prise sur le malfaiteur, le pseudo-vampire constatant l'attaque proche du second, distingua de son ouïs hors norme la course de la personne précédemment étalée et revenant à la charge contre ceux qu'il venait de poursuivre. Ne s'appuyant pas totalement sur l'aide possible de cette personne qui s'approchait d'eux, Yvan s'apprêtait à se défendre de l'attaque du second malfaiteur.

            Entendant l'arrêt brutal de la course de la personne dont il faisait dos, que ne fut pas sa surprise de voir cette dernière bondir non loin de lui et venir s’écraser dans un hurlement iconique, sur le braqueur. Saut étrange, entre la chute et un bond de ''lucha libre'', fit pourtant mouche, étalant la cible au même titre que le bondisseur. Ayant cru distinguer un brin féminin dans le hurlement du sauteur, cette impression vint à se confirmer quand cette dernière vint à cri sa joie d'avoir ainsi mis à mal son adversaire.

            Balayant du regard entre la scène qui s'offrait à lui et l'homme avec qui, il était aux prises, ce qui semblait être une jeune femme, sous cet attirail ayant pour but de cacher son visage, vint à s'adresser au pseudo-vampire. Le saluant et lui demandant s'il était là, pour lui aussi arrêter les méchants, le trentenaire vint à décoché un coup-de-poing à l'homme qui se débattait alors de son emprise. Réitérant un second coup, Yvan la fixa quelques instants et lui dit alors : '' Il est toujours conscient ! '' Lâcha-t-il avant de redonner là encore un coup à l'homme qui tentait de lui échapper.

            ©️ 2981 12289 0
          • Contenu sponsorisé
            id