La Terre, cœur de l’Univers, s'éveille au surnaturel… Janvier 2016, les méta-humains font leur apparition dans un fracas invraisemblable ; des hommes, des femmes, des enfants, personnes âgées à nourrissons, sont frappés par ce qu’on explique pas, des dons - ou une malédiction ? - qui les cataloguent comme des êtres à part entière, des faux humains, des méta-humains. Le monde entier est touché, nulle exception.

Nous sommes à LibertyTown, aux États-Unis, une ville aux grands enjeux, là où les méta-humains sont recensés en masse. Les médias s’y affolent, jouent des coudes pour avoir les derniers potins, les derniers événements marquants. Un jeu dans lequel tout le monde se plaît de participer, au point d’oublier la question essentielle à cette découverte : quel avenir pour ceux qui finiront par surpasser la race humaine ?

Lire la suite...
Actualités récentes
10/06 : Recrutement & Animation ─ www
30/05 : Amélioration du contenu graphique ─ www
29/05 : Système de succès opérationnel ─ www
Activité du forum
8 mois d'existence
Plus de 100 membres actifs
94 topics RP & 732 réponses RP

LE STAFF
LES PRÉDÉFINIS
LES AMIS

CHRONOSREP

Visite médicale à domicile [Jessie Hudson]

  • En ligne
    Sarah Olyween
    Juge
    (10)47+050083204020205022Traumatisé du grand "boom"CourageuseV.I.P.
    id20.12.16 11:41
    (10)Volonté : 47Messages : +0Réputation : 5008$US : 3Xp : 20Force : 40Résilience : 20Agilité : 20Réflexes : 50Spiritualité : 22Astuce : Traumatisé du grand "boom"CourageuseV.I.P.Badges :
    avatar
    (10)47+050083204020205022Traumatisé du grand "boom"CourageuseV.I.P.
      Nous sommes le 20 décembre, il est près de huit heures du soir et je suis encore à la morgue de l'hôpital Abraham. Je viens de terminer mon lot d'autopsie et me dirige vers les vestiaires, lorsque l'un de mes collègue docteur m'interpelle.

      "Bonsoir Sarah ! Je sais que tu es présente sur place depuis sept heures du matin, mais j'ai un service à te demander."

      "Bonsoir Curtis. Je suis navrée mais je ne suis pas en état de pratiquer une autre opération"

      lui répondis je

      "Ne t'en fait pas ce n'est pas ce genre de service. Je suis arrivé depuis deux heures et mon assistante médicale n'a pas encore montré le bout de son nez. Il n'est pas question que tu la remplace, mais que tu aille voir comment elle va"

      M'informa t'il.

      "Ah, si ce n'est que ça, je peux bien te rendre ce service"

      Conclus je

      "Génial, il s'agit de Jessie Hudson, tu trouvera son adresse dans la base de donnée"

      Une bonne demi heure plus tard, après avoir en effet obtenu l'adresse de l'aide soignante, je suis devant sa porte et hésite un moment avant de sonner. Lorsque j'entends des pas derrière la porte, je parle à haute et intelligible voix.

      "Bonsoir, navrée de vous déranger, c'est le docteur Curtis qui m'envoie"
    • Invité
      Invité
      id21.12.16 4:29
      avatar


        « ... Quelle heure il est? »

        Un coup de tonnerre retentit dans le petit appartement, tirant Jessie d'un sommeil bavard comme il lui arrivait de plus en plus régulièrement d'en subir ce mois-ci.
        On sonnait à la porte.

        Plongée dans le noir, et pâteuse avec ça, elle attrapait à la hâte de quoi s'inventer l'air plus présentable. D'abord un jean, qui traînait par là; puis ce fichu élastique, lequel fut débusqué au terme de longues secondes d'agitation maladroite. Quel jour on est déjà? Aucune idée. Jessie manqua alors de percuter le recoin vengeur d'un meuble - qui dans ses souvenirs boiteux n'avait pas toujours été sur ce trajet - et parvint tout compte fait à rejoindre l'entrée sans trop d'encombres. Tandis que de la main gauche elle terminait d'arranger ses cheveux grossièrement attachés, de la droite Jessie tournait d'un geste habituel la clé fichée dans la serrure.
        Elle ouvrait enfin.

        A la porte se tenait une femme au visage vaguement familier, de ceux qu'on ne connaît pas mais qu'on a croisé par le passé, sûrement oui, sans plus. Un sentiment banal et étrange à la fois qui, ajouté au complet de la situation, piégea l'espace d'un instant le portrait de Jessie dans une expression de confusion mêlée d'embarras.
        « ... Quelle heure il est? » demandait-elle précipitamment, le ton singulier d'un réveil mal établi et sans plus de politesses d'ailleurs.

        Tard. Un peu trop tard; elle avait dormi bien plus qu'il ne l'eut fallu en réalité, délaissant malgré elle ses quelques responsabilités à Abraham. Si ce comportement n'était pas une habitude il s'installait cependant dans une mécanique inhabile et fâcheuse, laquelle avait commencée à se manifester par quelques moments d'étourdissements épisodiques sans grande importance. On avait peu à peu gravit les échelons jusqu'à constater l'inévitable, ce qu'en tout cas Monsieur Hotkins - un agréable psychanalyste il faut le dire - avait qualifié d'inévitable. Il le lui avait répété, qu'elle avait besoin de repos, sans quoi elle finirait par tomber.
        Aux oreilles de Jessie, ça sonnait surtout comme un remède de grand-mère (le goût et l'apparence en moins), le genre de truc qu'on vous explique quand la ligne internet déraille, débranchez votre modem et rebranchez-le. Et puis, il y avait cette fierté.
        Jessie aurait voulu lui donner tort.
        AVENGEDINCHAINS
      • En ligne
        Sarah Olyween
        Juge
        (10)47+050083204020205022Traumatisé du grand "boom"CourageuseV.I.P.
        id22.01.17 18:39
        (10)Volonté : 47Messages : +0Réputation : 5008$US : 3Xp : 20Force : 40Résilience : 20Agilité : 20Réflexes : 50Spiritualité : 22Astuce : Traumatisé du grand "boom"CourageuseV.I.P.Badges :
        avatar
        (10)47+050083204020205022Traumatisé du grand "boom"CourageuseV.I.P.
          Je regarde ma montre après que la jeune femme m'ai demandé l'heure.

          - Il est presque vingt heures trente

          Répondis je à sa question

          - Mais il n'est pas question que vous sortiez dans cet état

          Rajoutais je en saisissant mon portable et composant le numéro du docteur Curtis

          - Curtis s'inquiète un peu pour vous, je vais lui signaler que vous n'êtes pas en état de travailler.