La Terre, cœur de l’Univers, s'éveille au surnaturel… Janvier 2016, les méta-humains font leur apparition dans un fracas invraisemblable ; des hommes, des femmes, des enfants, personnes âgées à nourrissons, sont frappés par ce qu’on explique pas, des dons - ou une malédiction ? - qui les cataloguent comme des êtres à part entière, des faux humains, des méta-humains. Le monde entier est touché, nulle exception.

Nous sommes à LibertyTown, aux États-Unis, une ville aux grands enjeux, là où les méta-humains sont recensés en masse. Les médias s’y affolent, jouent des coudes pour avoir les derniers potins, les derniers événements marquants. Un jeu dans lequel tout le monde se plaît de participer, au point d’oublier la question essentielle à cette découverte : quel avenir pour ceux qui finiront par surpasser la race humaine ?

Lire la suite...
Actualités récentes
29/07 : Recensement & Prépa V3 ─ www
10/06 : Recrutement & Animation ─ www
30/05 : Amélioration du contenu graphique ─ www
Activité du forum
8 mois d'existence
Plus de 140 membres inscrits
148 histoires et 1181 pages RP

LE STAFF
LES PRÉDÉFINIS
LES AMIS

Metro, l'Apocalypse à vos portes : Forum RPG CHRONOSREP

Je vais lui rendre la monnaie de sa pièce

  • Akseli Andersen
    Dominateur
    (5)69+090025153135232145none
    id10.01.17 23:56
    (5)Volonté : 69Messages : +0Réputation : 900$US : 25Xp : 15Force : 31Résilience : 35Agilité : 23Réflexes : 21Spiritualité : 45Astuce : noneBadges :
    avatar
    (5)69+090025153135232145none
      Akseli se préparait un café, la télévision allumée sur le journal télévisé. Cela faisait un petit moment que ça ne parlait que de méta-humains, du vaccin de H&S ou de la nomination de Salem Turenne. Le jeune homme avait suivi tout cela de près et c'était renseigné autant qu'il avait pu. Cela faisait déjà plusieurs semaines qu'il s'était fait recalé à l'entrée d'Advent Tech où il avait voulu jeter un oeil à l'avancée des recherches sur les étranges pouvoirs d'une partie de la population. S'il n'avait pas, depuis, abandonné son idée fixe qui était d'entrer dans la prestigieuse entreprise, cela l'avait néanmoins refroidi. De plus, sa rencontre avec Yoko avait changé plus de choses qu'il n'aurait cru. Il l'avait revu de nombreuses fois, aussi bien pour s'entraîner à tirer que pour discuter de tout et de rien. Il avait fini par véritablement apprécier sa compagnie, si bien qu'il pouvait presque la qualifier d'"amie".
       Il n'avait toujours pas trouvé de solution pour entrer à Advent Tech et n'était pas non plus parvenu à produire les faux papiers qui auraient pu l'y faire embaucher. Cependant, il avait décidé qu'il était temps de se remettre sérieusement à son étude sur les méta-humains. Après tout, c'était en grande partie à cause d'eux qu'il était revenu à Liberty Town. Jusque là, il n'avait pas vraiment trouvé par où commencer malgré ses nombreuses recherches. L'idée qu'il s'apprêtait à mettre en application lui état venue alors qu'il mangeait une glace en compagnie de Yoko sur Oli Beach. Retourner à Epsilon après tant d'années lui avait donné une étrange sensation. Il s'était même demandé si sa mère avait été internée dans ce quartier, ou si Sigrún avait dû l'envoyer ailleurs. Il se demanda aussi si c'était une coïncidence totale qui avait poussé la jeune japonaise à lui parler de sa soeur.

       - Le jour où nous nous sommes rencontrés, tu m'as dit que tu ne t'entendais pas vraiment avec ta soeur, dit-elle après avoir donné un coup de dent vorace dans sa glace mente chocolat. Tu ne m'en as jamais vraiment reparlé depuis.

       Un léger silence avait suivi cette déclaration. Tout à coup, Akseli se rappela pourquoi il ne se liait jamais à personne. Au bout d'un moment, les gens finissent toujours par vous poser des questions sur votre vie. Et il ne lui avait même pas donné son vrai nom. Il ne pouvait - ne voulait - pas trop lui en dire. Il devait rester Bruce Abagwayne.

       - C'est vrai, admit-il. C'est sûrement parce que, pour moi, elle fait partie du passé. Elle est venue me voir par surprise il n'y a pas très longtemps et... disons que ça ne s'est pas très bien passé.

       - Peut être que, maintenant qu'un peu de temps a passé, tu pourrais... je ne sais pas, aller lui rendre une visite par surprise toi aussi?

       Il posa ses yeux bleus sur Yoko qui lui sourit avec bienveillance. Une visite surprise, hein? Voilà qui était une excellente idée. Bien sûr, la jeune femme ne pensait certainement pas à la même chose qu'Akseli,
      mais elle ne le saurait sans doute jamais.

       - Oui, tu as sans doute raison, répondit-il en souriant à son tour.

       En y resongeant, alors qu'il portait sa tasse de café brûlant à ses lèvres, il se dit que ce n'était que justice. Après tout, Sigrún elle aussi s'était introduite chez lui à son insu. D'ailleurs, depuis ce jour, il fermait toujours soigneusement la fenêtre. La boisson qui l'ébouillanta le tira de ses réflexions. Avec une grimace de douleur, il reposa sa tasse pour qu'elle ait le temps de refroidir et poussa un juron. Il se brûlait toujours avec son café.

       Trouver l'adresse de Sigrún n'avait vraiment pas été sorcier. Il avait d'abord songé à l'extorquer à Brenda, la secrétaire de l'hôpital à qui il avait fait du charme lors de sa précédente visite, puis s'était tout bonnement rendu compte qu'elle se trouvait dans l'annuaire. Comme il s'y attendait, sa soeur avait quitté le quartier de leur enfance pour vivre à Gamma, près de son lieu de travail. Cependant, il y avait une autre difficulté et non des moindres : ne pas se faire surprendre par Sigrún alors qu'il jetait un oeil à son appartement. A vrai dire, il avait cru comprendre que le directeur des urgences faisait un nombre important d'heures supplémentaires à l'hôpital et qu'elle y passait donc un temps important, de jour comme de nuit d'ailleurs. Ce dernier point était lui aussi très important. La foule peut avoir ses avantages, mais dans ce cas précis un voisin curieux pourrait se demander ce que fait ce jeune homme inconnu à entrer à l'intérieur de l'appartement du docteur Andersen. Non, il valait définitivement mieux agir la nuit, un soir où Sigrún serait de garde à l'hôpital.
       C'est ainsi qu'Akseli se mit à roder autour de l'appartement de sa soeur afin de surveiller ses allers et venues. A son grand désarroi, ces derniers étaient assez irréguliers ; elle ne semblait pas avoir un emplois du temps fixe. Pendant plus d'une semaine, il n'en avait pas moins inventé des stratagèmes tous plus farfelus les uns que les autres afin d'épier sa soeur en toute discrétion. Tantôt caché derrière des lunettes dans une librairie du coin de la rue, tantôt accoudé à un bar PMU à quelques mètres de l'immeuble. Lorsqu'il devait la surveiller de nuit, il devait trouver d'autres solutions. Le plus souvent caché dans l'ombre, il avait aussi parfois opté pour le rôle d'un ivrogne titubant, une bouteille à la main et sa capuche rabattue sur sa tête.
       Après ces observations donc, Akseli nota que les départs nocturnes de Sigrún pour l'hôpital - elle ne semblait aller nul par ailleurs à de pareilles heures de toute façon - était toujours suivis d'une absence prolongée. Cela lui donnerait largement le temps de fouiller l'appartement de sa chère soeur afin de voir s'il n'y trouvait pas une information intéressante sur les méta-humains - ou quoi que ce soit d'autre.

       Ainsi, Akseli préparait son nécessaire à cambriolage tandis que sa tasse refroidissait et que le présentateur télé continuait de l'impatienter en parlant encore et encore des "mutants". Il hésita une seconde à prendre son revolver avant de se décider à le laisser de côté. Certes, il pouvait toujours être utile en cas d'extrême urgence cependant si c'était Sigrún qui le surprenait il ne voulait ni la blesser ni lui donner une raison de le haïr définitivement en le croyant capable de tirer sur sa propre soeur. Sans compter que cela n'aiderait pas à la dissuader d'appeler la police.
       Il se mit donc en route pour le quartier Alpha où il trouva un endroit stratégique, repéré depuis un moment déjà, pour manger tout en surveillant à distance la porte d'entrée de Sigrún. Le crépuscule tomba dans des lueurs cuivrées, puis l'obscurité s'empara des lieux. Finalement, le jeune médecin sorti de chez elle alors qu'Akseli commençait à désespérer qu'elle aille travailler ce soir là. Il attendit encore un court instant avant de se diriger vers la porte.
       Bien sûr, il fallait une clef pour ouvrir la porte d'entrée de l'immeuble. Heureusement, le blondinet avait ses astuces. Enfilant deux gants clairs, il appuya sur tous les interphones à la suite. Il y en avait un certain nombre, et il était presque sûr que l'un d'entre eux ouvrirait sans décrocher l'interphone, attendant un ami, un mari ou un plat à livrer. Si cela ne marchait pas, il pourrait encore prétendre avoir perdu ses clefs mais cette première technique avait le mérite de pouvoir passer pour une farce et non pas pour une méthode d'intrusion.

      BZZZZZZZZZ


       Bingo! La porte se déverrouilla et Akseli pu entrer à l'intérieur de l'immeuble. Au préalable, il avait compté la place de Sigrún Andersen sur le panneau de l'interphone pour connaître son étage. Une fois les escaliers silencieusement montés, et ce dans l'obscurité, il arriva à l'étage en question. Il y avait deux portes, mais sous l'une d'elle un léger raie de lumière passait. Il se tourna donc vers la seconde et sorti ses crochets pour se mettre au travail, ses gants toujours en place.

      Spoiler:
       
    • Lazarus
      Maître du jeu
      (0)1082+0$0383000000???
      id11.01.17 9:31
      (0)Volonté : 1082Messages : +0Réputation : $0$US : 383Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : ???Badges :
      avatar
      (0)1082+0$0383000000???
        Le membre 'Akseli Andersen' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


        'd20' : 12
      • Maître du jeu
        Maître du jeu
        (0)165+0$0134000000Maître de jeu

        id12.01.17 21:52
        (0)Volonté : 165Messages : +0Réputation : $0$US : 134Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : Maître de jeu

        Badges :
        avatar
        (0)165+0$0134000000Maître de jeu

          Petite intrusion illégale...


          Après quelques petits efforts pour introduire le premier crochet dans la serrure, vous laissez paraitre un sourire de satisfaction. Plutôt fier d'avoir réussi à le faire dans cette obscurité. N'aurait-il pas été plus logique d'allumer la lumière du couloir au risque d'être vu? Mais de voir ce qu'on fait tout en prétextant que la serrure a prit de l'âge et donc un peu de jeu, aurait-été bien. C'est du moins ce qui vous traverse l'esprit mais vous l'oubliez vite car le second crochet s'engouffre enfin dans le logement à billes.

          A partir de là, pas besoin d'y voir clair! Vous tendez l'oreille, écoutant le mécanisme. Dosant vous doigts pour le sentir bouger. Un premier cran passe, puis un second. Vous sentez que vous être presque au bout. Reste un dernier effort: forcer sur la serrure pour faire tourner le loquet!!

          Et là...

          Clic !

          Comment? Il semblerait que c'est ouvert !


        • Akseli Andersen
          Dominateur
          (5)69+090025153135232145none
          id14.01.17 12:40
          (5)Volonté : 69Messages : +0Réputation : 900$US : 25Xp : 15Force : 31Résilience : 35Agilité : 23Réflexes : 21Spiritualité : 45Astuce : noneBadges :
          avatar
          (5)69+090025153135232145none
            Le verrou cédant sous ses doigts experts, Akseli ressenti un sentiment presque devenu familier. Après avoir tendu l'oreille pour savoir si personne ne risquait d'arriver, il poussa la porte et s'engouffra dans l'appartement, refermant soigneusement derrière lui.
            D'expérience, il savait qu'il ne valait mieux pas utiliser de lampe torche lorsqu'on fouille un appartement. Vu de l'extérieur, les passants ou une brigade de police en patrouille comprendrait immédiatement qu'il y avait quelque chose de louche. Il laissa donc son regard s'habituer à l'obscurité avant de chercher des yeux un interrupteur. Des lunettes à vision nocturne lui auraient été bien utiles. Il s'était fait cette réflexion plus d'une fois lors de ses intrusions illégales, mais n'avait jamais trouvé personne capable de lui en fabriquer ou à qui il pourrait en voler. Peut être qu'Advent Tech avait quelque chose dans le genre, qui sait?
            Mais ce n'était pas le sujet pour le moment. Il ne voulait pas non plus allumer la lumière du plafond, de peur que quelqu'un l'aperçoive par la fenêtre et soit capable de donner sa description à la police si ça tournait mal. Il finit par repérer la salle de bain ; en laissant la porte ouverte, ça lui suffirait largement à y voir clair dans tout l'appartement sans être trop exposé.
            Le logis de sa chère soeur n'était pas si grand et luxueux qu'il l'aurait pensé. En vérité, il n'était pas franchement plus spacieux que celui qu'il s'était dégoté à Japtown. Bien sûr, il y avait le bruit en moins, l'humidité ne semblait pas non plus s'être emparé des lieux et la kitchenette paraissait flambant neuve. Cependant, Sigrún devait être un peu à l'étroit ici, surtout maintenant que son envergure avait triplé. En témoignaient quelques plumes perdues ici et là dans la pièce.
            Mais il ne s'attarda pas sur ces détails et se dirigea vers le bureau de la médecin. Il y avait plusieurs papiers un peu éparpillés mais la plupart était des courriers : factures d'électricité, contrat internet, fiche de paye... Eh beh, travailler à l'hôpital payait sacrément mieux que de livrer des pizza par monts et par vaux! Il aurait peut être dû faire des études tout compte fait. Enfin, ce n'était pas le sujet non plus.
            Il continua à farfouiller, soulevant plusieurs piles de documents. Rien de bien probant. Il passa à sa bibliothèque, ouvrant les livres pour voir s'il n'y avait pas un papier, une photo, quoi que ce soit caché dedans... Toujours rien. Il finit par passer aux classeurs bien ordonnés qui servaient de base à la bibliothèque. C'était les vieux cours de médecine de Sigrún. Il s'assit en tailleur pour les consulter patiemment, tendant l'oreille et se redressant de temps en temps pour jeter un coup d'oeil par la fenêtre.
            Il y avait là une quantité incroyable d'informations, certaines plus utiles que d'autres et sa soeur les avait de toute évidence toutes apprises. Même si tout cela semblait très intéressant et potentiellement utile pour l'avenir, il s'efforça de passer les classeurs un par un le plus vite possible. Finalement il tomba sur quelque chose qui ne semblait pas avoir sa place ici. Un pochette cartonnée brune, qui ressemblait à un dossier. Akseli l'ouvrit. Il y avait là des annotations à propos d'un coma miraculeusement guéri, ainsi que des notes sur des prises de sang mais il n'avait pas les connaissances nécessaires pour les déchiffrer. Il n'y avait pas beaucoup de pages, et la plupart des informations à l'intérieur lui semblaient être du charabia. De plus, il n'y avait aucun nom sur ce dossier, un simple numéros de patient. Un note écrite sur un post-it piqua sa curiosité : "Doomsday??"
            Les deux points d'interrogation ne lui semblaient pas de trop. Qu'est-ce que c'était Doomsday? Un lieu? une maladie? Un petite recherche semblait s'imposer. De toute façon, il était temps pour lui de quitter les lieux. Pendant qu'il remettait tout en place et éteignait la lumière de la salle de bain, il se posait plusieurs questions. De toute évidence, les dossiers de sa soeur sur les meta-humains restaient à l'hôpital. Mais dans ce cas, pourquoi avoir rapporté celui-ci chez elle et l'avoir aussi bien caché? Qu'avait-il de particulier?
            Après avoir jeté un dernier coup d'oeil à la demeure de sa chère soeur, il referma la porte à clef et s'évanoui dans la nuit, ce simple mot résonnant dans son esprit : Doomsday.