La Terre, cœur de l’Univers, s'éveille au surnaturel… Janvier 2016, les méta-humains font leur apparition dans un fracas invraisemblable ; des hommes, des femmes, des enfants, personnes âgées à nourrissons, sont frappés par ce qu’on explique pas, des dons - ou une malédiction ? - qui les cataloguent comme des êtres à part entière, des faux humains, des méta-humains. Le monde entier est touché, nulle exception.

Nous sommes à LibertyTown, aux États-Unis, une ville aux grands enjeux, là où les méta-humains sont recensés en masse. Les médias s’y affolent, jouent des coudes pour avoir les derniers potins, les derniers événements marquants. Un jeu dans lequel tout le monde se plaît de participer, au point d’oublier la question essentielle à cette découverte : quel avenir pour ceux qui finiront par surpasser la race humaine ?

Lire la suite...
Actualités récentes
29/07 : Recensement & Prépa V3 ─ www
10/06 : Recrutement & Animation ─ www
30/05 : Amélioration du contenu graphique ─ www
Activité du forum
8 mois d'existence
Plus de 140 membres inscrits
148 histoires et 1181 pages RP

LE STAFF
LES PRÉDÉFINIS
LES AMIS

Metro, l'Apocalypse à vos portes : Forum RPG CHRONOSREP

Photographiez-moi comme une de vos françaises

  • Akseli Andersen
    Dominateur
    (5)69+090025153135232145none
    id13.01.17 23:13
    (5)Volonté : 69Messages : +0Réputation : 900$US : 25Xp : 15Force : 31Résilience : 35Agilité : 23Réflexes : 21Spiritualité : 45Astuce : noneBadges :
    avatar
    (5)69+090025153135232145none
      Bruce et Yoko se retrouvèrent comme deux benêts devant le Izakawa Same où ils avaient prévus de passer la soirée. L'ignoble requin qui surplombait la porte s'était effondré après que deux individus - passablement ivres - aient eu l'idée lumineuse de chercher à le chevaucher un peu avant l'arrivée des deux jeunes gens. Le bar avait dû fermer pour la soirée, le linteau de la porte menaçant lui aussi de s'écrouler.

       - Super! s'exclama Bruce. Où est-ce qu'on va bien pouvoir aller maintenant?

       Yoko lui lança un regard malicieux, ses paupières recouvertes de l'épais maquillage noir qui accompagnait toutes ses sorties nocturnes.

       - Tu sais Bruce, il y a un tas d'autres façons de s'amuser à Japtown.

       Cette annonce éveilla la curiosité d'Akseli qui suivit la jeune japonaise. Ils marchèrent un moment dans les rues du quartier asiatique avant qu'elle ne s'arrête devant un café. A travers la fenêtre, le blondin aperçut une dizaine d'écrans d'ordinateur et de vieilles bornes de jeux d'arcades. Il y avait aussi un flipper et un baby foot ainsi qu'un jeu de fléchettes accroché à l'un des murs.

       - Un cybercafé? ça existe encore ces trucs?

       Yoko se contenta de rire tout en levant les yeux au ciel, puis elle poussa la porte du café. Sa robe étincelante et ses talons hauts contrastaient légèrement avec l'ambiance des lieux, cependant elle semblait s'y trouver chez elle. Elle leur commanda deux verres, puis ils se lancèrent dans une, puis deux parties de fléchettes endiablées. S'ensuivi le flipper, le baby foot et un jeu de course automobile, les verres s'enchaînant plus facilement encore que les parties. Finalement, Yoko amena Bruce devant ce qu'elle ne cessa d'appeler "le meilleur jeu de la terre et du ciel et de tous les univers".
       
       Les deux jeunes gens se saisirent d'armes en plastique et luttèrent pendant bien une heure contre des zombies aux capacités toutes plus saugrenues les unes que les autres. Après s'être fait dévoré pour la énième fois, Bruce poussa un juron d'agacement.

       - Sérieusement? Un zombie qui contrôle les écureuils? c'est n'importe quoi!

       - Eh, on en voit des choses étonnantes en ce moment à Liberty Town! Pourquoi pas des zombies télépathes?

       - Tu crois que ça se pourrait? fini par demander Bruce après avoir rit tout en secouant la tête d'un air dépité. A ton avis, quel est le pouvoir le plus improbable qu'un pauvre mec ait découvert un matin en se levant?

       Yoko posa un doigt sur son menton avec une mine exagérément concentrée.

       - Hmmm, pouvoir rendre les gens fous de joie en sonnant chez eux avec une pizza bien chaude?

       Bruce la bouscula amicalement. La jeune femme rit à moment à ce qu'elle venait de dire ; elle avait sans doute bu un mojito de trop.

       - Sérieusement, dit-il, j'aimerai vraiment en savoir plus sur ces méta-humains. De quoi sont-il vraiment capables? Combien sont-il?

       Yoko haussa les épaules avec un lourd soupire.

       - J'en sais rien! Trop de menthe pilée pour réfléchir à tout ça, je pense que je vais rentrer.

       - Ce n'est pas la menthe qui est pilée, Yoko. Effectivement tu devrais rentrer, ajouta-t-il en riant.

       Elle croisa ses mains dans son dos tout en se dandinant exagérément.

       - Tu ne viens pas avec moi, Bruce le super livreur de pizza? Je pourrais avoir un petit creux sur la route.

       - Non, merci Yoko. Je vais plutôt essayer d'exploser ton score sur ce maudit jeu!

       Ce disant, il s'empara du pistolet en plastique avec des airs de cowboy. La japonaise pouffa avant de venir coller un baiser sur sa joue.

       - Comme tu veux, mais tu risques d'en avoir pour des mois.

       La laissant s'éloigner sous le regard avide des quelques jeunes garçons qui se trouvaient là, Akseli se tourna face à l'armée de zombies, prêt à faire feu.
    • Valerie Turner
      W.I.P.
      (7)66+081811303030452035none
      id14.01.17 11:34
      (7)Volonté : 66Messages : +0Réputation : 818$US : 11Xp : 30Force : 30Résilience : 30Agilité : 45Réflexes : 20Spiritualité : 35Astuce : noneBadges :
      avatar
      (7)66+081811303030452035none



        Toutes les semaines, Valerie se rendait au moins une soirée au cybercafé du coin. Pour elle, ce passe-temps était presque aussi cher que d'aller au casino tellement elle dépensait de l'argent dans les bornes d'arcade. Tous les jours de la semaine, c'est en pensant à son score actuel sur les différentes plate-formes qu'elle économise chaque pièce qu'elle reçoit lorsque l'on lui rend la monnaie à l'épicerie ou au supermarché. Mais depuis quelque temps, ce café était aussi devenu le point de départ que Valerie s'était fixé pour dénicher des mutants. Dans cet univers geek, elle espérait écouter les ragots de nerds fada de comics qui ne pourraient que s'exclamer en postillonnant à cause de leur appareil dentaire de méta-humains qu'ils auraient vu; du moins cela était sa supposition et pour le moment, elle ne s'était pas avérée juste.

        Une cigarette à moitié éteinte sur le coin de ses lèvres, Valerie gribouillait son carnet de note. Sur celui-ci se trouvait plus de dessins qu'autre chose. Il s'agissait là d'un carnet recouvert de cuir et dont les feuilles étaient détachables pour permettre un réapprovisionnement en papier. Valerie se l'était offert récemment en décrochant son job de journaliste, mais jusqu'à présent, rien de concret n'y figurait. Comme pour soulager sa frustration, elle sirotait après quelques ratures sa limonade -Elle aime beaucoup la sensation des bulles qui pétillent dans sa bouche.

        Pour Valerie ce moment de la soirée était arrivé, celui après une longue journée de travail -et donc d'investigation et de recherches- vaine. Celles-ci s'accumulent de jour en jour et la jeune journaliste commence à croire les conseils de ses collègues, comme quoi un journaliste se doit d'avoir des contacts, des "connexions". Alors la bleue se mit à lever la tête et regarder autour d'elle. Le cybercafé ne débordait pas de monde et c'est rapidement que son attention se porta sur les deux seules personnes qui se trouvaient en face d'elle.

        Elle les épia pendant leur partie tout en produisant des cercles de fumée. Elle était tellement attentive qu'elle déposait la cendre de sa cigarette parfois à côté du cendrier; en effet, il lui semblait avoir entendu le mot "méta-humain" dans leur conversation. Au bout d'un moment, la jeune femme s'en alla et ce n'est qu'après une troisième cigarette qu'elle se décida à bouger. La compagne du blond avait l'air totalement bourrée et elle espérait qu'il en soit de même pour le jeune homme: il serait plus facile à questionner. Valerie n'était pas sûre d'en tirer quelque chose, mais qui ne tente rien n'a rien.

        _Alors, besoin de renfort? dit-elle en agrippant le second pistolet et en glissant une pièce dans la fente prévue.

        Très vite, elle se mit à dégommer plus de la moitié des zombards à elle seule et la partie ne dura alors qu'à peine deux minutes. Clignant d'un oeil et affichant un sourire en coin, la cow-boy fit tournoyer le pistolet dans sa main avant de le ranger dans son étui. Elle s'appuya ensuite grâce à son coude contre la machine comme une vraie lourdingue et se mit à questionner le jeune homme.

        _Trop facile ce jeu. Dis-moi, je t'ai entendu parler avec ta copine de méta-humain et de ce que j'ai entendu, t'as l'air de bien t'y intéresser, n'est-ce pas? Tu serais chaud pour enquêter avec moi? Le sujet m'intéresse aussi.

        Voilà. Le tact de Valerie avait encore frappé.


        ____
      • Akseli Andersen
        Dominateur
        (5)69+090025153135232145none
        id14.01.17 13:02
        (5)Volonté : 69Messages : +0Réputation : 900$US : 25Xp : 15Force : 31Résilience : 35Agilité : 23Réflexes : 21Spiritualité : 45Astuce : noneBadges :
        avatar
        (5)69+090025153135232145none
          Alors qu'Akseli s'efforçait de viser les zombies qui l'assaillaient, sa vision de plus en plus trouble n'aidant pas vraiment, une jeune femme surgit à ses côtés.

          - Alors, besoin de renfort?

          De toute évidence, elle avait elle aussi l'habitude de ce jeu vu qu'elle dégommait tous les ennemis en rendant tout à coup encore plus ridicule le score du jeune homme. Elle sentait fort la cigarette, et de ce qu'il avait pu voir du coin de l'oeil, elle était asiatique.
          Quand la partie s'acheva, elle fit tournoyer le pistolet avant de le ranger. C'est alors qu'il se tourna vers elle. Elle avait bien l'air de venir de l'orient lointain, quoi que ces yeux soient légèrement moins bridés que ceux de Yoko. Elle lui semblait aussi sacrément moins jolie, avec une mine un peu bourrue, mais il ne peut s'empêcher de se dire que ça ferait sans doute l'affaire. Il ne dirait pas non à un peu de compagnie ce soir.
          Cependant, elle n'avait pas l'air d'attendre ça de lui. Il avait cru en la voyant s'accouder à la borne d'arcade et en le regardant droit dans les yeux qu'il s'agissait d'une technique de drague bien maladroite, mais son discours l'assura du contraire. Sa proposition était aussi inattendue que bienvenue, au point que cela lui semblait presque suspicieux. Le temps d'analyser brièvement la situation, il avala d'une traite le shooter que Yoko avait laissé à leur table. Il senti la chaleur de l'alcool couler dans sa gorge, mais sa langue n'avait plus vraiment de sensation et il n'aurait su l'identifier avec certitude.

          - Enquêter? Tu te prends pour un détective ou quelque chose ça? dit-il avant de rire un peu trop bruyamment. Je peux savoir par où tu penses commencer exactement, Watson?

          Il s'assit à la table qu'ils avaient investi avec Yoko depuis le début de la soirée, invitant la mystérieuse jeune femme à s'asseoir. Puis il leva la main en direction du serveur et demanda :

          - Je t'offre à boire?
        • Valerie Turner
          W.I.P.
          (7)66+081811303030452035none
          id14.01.17 13:33
          (7)Volonté : 66Messages : +0Réputation : 818$US : 11Xp : 30Force : 30Résilience : 30Agilité : 45Réflexes : 20Spiritualité : 35Astuce : noneBadges :
          avatar
          (7)66+081811303030452035none



            Le jeune homme s'était allègrement moqué de Valerie en la comparant à ce qu'elle n'était absolument pas: Sherlock Holmes. Cela le rendit furieuse, car elle rentrait chaque soir bredouille et son rédacteur en chef commençait à lui foutre la pression. Le blond avait donc réussi à trouver comment l'agacer, mais la journaliste essaya de se ressaisir en se réconfortant grâce l'état de sobriété dans lequel se trouvait son protagoniste: il allait faire ce qu'elle voudrait.

            Celui-ci se mit à table et proposa à la nippo-américaine de lui offrir un verre. Cette dernière ne savait pas trop si il voulait la draguer ou simplement offrir un verre en "toute amitié" car certaines personnes sont amies avec tout le monde dès lors qu'elles ont pris un verre de trop.

            _Non, mais tu peux payer l'addition. On a du pain sur la planche, bouge toi.

            Très confiante en elle, elle était persuadée qu'il allait la suivre dehors, elle, cette femme mystérieuse qui semblait posséder quelques centres d'intérêts communs avec lui. Elle se dirigea alors en direction du comptoir, échangea deux trois paroles avec la patronne puis paya ses consommations. Enfin, elle se rendit dehors.

            En passant la porte, elle s'alluma de nouveau une clope. La journaliste avait aucune idée de ce qu'elle faisait et lors de sa première inspiration, elle se demandait scrutant le ciel étoilé ce qu'ils allaient bien pouvoir faire; elle comptait beaucoup sur les idées du blondinet, même si celui-ci n'avait pas eu l'air très enclin à l'aider.

            "J't'en foutrais, moi, des connexions, pff..."

            Sur ces pensées, elle expira sa première bouffée de fumée et ses songes furent soudainement interrompus. Plus loin sur sa gauche se battaient deux hommes avec leur nana en spectatrice.

            _Mais oui... Bien sûr! s'exprima-t-elle à voix basse.



            ____
          • Akseli Andersen
            Dominateur
            (5)69+090025153135232145none
            id14.01.17 17:53
            (5)Volonté : 69Messages : +0Réputation : 900$US : 25Xp : 15Force : 31Résilience : 35Agilité : 23Réflexes : 21Spiritualité : 45Astuce : noneBadges :
            avatar
            (5)69+090025153135232145none
              - Non, mais tu peux payer l'addition. On a du pain sur la planche, bouge toi.

              Akseli poussa un lourd soupire en voyant la demoiselle se diriger vers le comptoir pour régler ses propres consommations. Mais elle se prenait pour qui, cette nana? Il serait bien resté assis à cette table plus longtemps, à vrai dire il y aurait bien piqué un somme. Cependant, sa curiosité l'emporta et il fini par se lever pour essuyer son ardoise et rejoindre la jeune femme, en espérant que l'air soit assez frais dehors pour le dégriser ne serait-ce qu'un peu.
              Elle était devant la porte, un cigarette entre les lèvres.

              - Eh, j'peux savoir ce que tu fais là? C'est quoi ce plan foireux, je suis pas...

              Interrompant sa tirade indignée, un homme en étala un autre d'un puissant coup de poing, le tout sous les cris d'une femme qui se tenait légèrement à l'écart. L'asiatique les regardaient d'un air captivé.

              - Outch, ça a pas dû faire du bien, commenta-t-il sans faire mine de bouger.

              L'homme qui était à terre se releva, reprenant la bagarre de plus belle. Akseli hésita à s'en mêler. L'alcool qui imbibait sans doute tous les tissus de son corps lui donnait des envies d'en découdre. Il n'était pas du genre bagarreur, préférant largement la négociation ou la fuite, mais il avait déjà eu son lot d'affrontement pour se débrouiller. Enfin, si les deux hommes décidaient de se liguer contre lui il finirait sans doute à l'hôpital, peut être entre les mains de Sigrún qui en profiterait pour lui donner une autre leçon de morale.

              - Mais oui... Bien sûr! chuchota la jeune femme, sa cigarette entre les doigts.

              - Quoi? Qu'est-ce qui est sûr? Tu les connais? C'est des méta-humains?

              Il n'avait déjà pas les idées très claires, si sa nouvelle connaissance ne parlait que par phrases énigmatiques il n'allait pas réussir à suivre...
            • Valerie Turner
              W.I.P.
              (7)66+081811303030452035none
              id14.01.17 18:06
              (7)Volonté : 66Messages : +0Réputation : 818$US : 11Xp : 30Force : 30Résilience : 30Agilité : 45Réflexes : 20Spiritualité : 35Astuce : noneBadges :
              avatar
              (7)66+081811303030452035none



                _Non, j'ai jamais vu ces mecs de ma vie, et pourtant, crois-moi, je traîne souvent à Japtown.

                Mécaniquement, la nippo-américaine amena sa cigarette de nouveau à sa bouche, comme si ce geste ponctuait ses phrases. Tournant seulement ses yeux vers Akseli, elle continua:

                _Qu'est-ce que tu ferais si t'obtenais des pouvoirs du jour au lendemain? Peut-être que tu tenterais ta chance, toi aussi, n'est-ce-pas? dit-elle en riant.

                C'est vrai ça. Mais pourquoi est-ce qu'elle même ne le fait pas? Pourquoi est-ce que Valerie ne tente pas de se faire des amis en se targuant de son pouvoir. Elle attirerait la foule à coup sûr. Peut-être la peur que les gens se lassent? Ou que l'armée la capture -ce qui semblait déjà plus vraisemblable en Amérique? En tout les cas, ce n'était pas le moment de se questionner sur sa propre vie, la journaliste venait d'avoir un éclair de génie.

                _On va aller là où ça se castagne. Des rings de MMA, tu as déjà vu ça? Si j'avais obtenu une force surhumaine, je serais sûrement parti me faire plein d'argent là-bas...

                Sa voix accompagnait l'aspect songeur de son visage. Elle se posait la question à l'instant même de ce qu'il aurait mieux valu entre cette fameuse force et ses pouvoirs arachnéens. "Mieux que rien, anyway." pensa-t-elle en espérant que ses pouvoirs lui seraient bientôt plus utile.

                _Bon, tu sais où ça peut se trouver? Parce que sinon faudrait passer chez moi, que j'fasse une vérif' sur l'ordi, j'ai un programme pour trouver ce genre d'info bien planqué sur le web.

                Ayant peur qu'Akseli ne s'endorme en le voyant lutter contre l'alcool et le sommeil -ce qui la réconfortait à l'idée de savoir qu'il ne serait pas capable de retrouver son appartement-, elle expulsa la fumée de sa cigarette dans sa direction, tousser allait le réveiller.


                ____
              • Akseli Andersen
                Dominateur
                (5)69+090025153135232145none
                id14.01.17 18:32
                (5)Volonté : 69Messages : +0Réputation : 900$US : 25Xp : 15Force : 31Résilience : 35Agilité : 23Réflexes : 21Spiritualité : 45Astuce : noneBadges :
                avatar
                (5)69+090025153135232145none
                  La fumée l'assaillit au visage, et il fut pris d'une quinte de toux. L'air frais l'avait déjà légèrement réveillé, maintenant il ne se sentait plus sur le point de tomber de sommeil. De plus, une des phrases de la jeune femme l'interpella : "j'ai un programme pour trouver ce genre d'info bien plaqué sur le web." Ah vraiment? il avait déjà rencontré un hacker qui lui avait été bien utile, mais c'était près de trois ans auparavant et le logiciel qu'il avait développé était devenu obsolète.
                  Il s'étira avec un long bâillement. Cela contribua à le réveiller un peu plus.

                  - J'ai une tête à faire du free fight? demanda-t-il. Je connais pas d'endroit comme ça, je suis pas là depuis assez longtemps.

                  Il regarda intensément la jeune femme qui continuait de tirer sur sa cigarette. Il y avait quelque chose d'agressif et d'insupportable, tant dans sa dégaine que dans sa façon de parler. Elle le regardait d'un air assez méprisant, qui n'était sans doute pas sans lien avec son degré d'alcoolémie.

                  - J'aurais dû suivre Yoko, j'aurais passé une fin de soirée bien plus agréable... soupira-t-il. Mais ce n'est pas une mauvaise idée, allons donc chez toi utiliser ton programme magique.

                  Ce disant, il remonta son bermuda d'un air délibérément gauche, vérifiant par la même occasion que son pistolet était toujours bien coincé dans sa ceinture, sous son tee-shirt. Il avait pris l'habitude de s'en munir quand il sortait le soir avec Yoko, officiellement parce qu'ils n'étaient jamais à l'abris d'une séance d'entrainement au tirs s'ils trouvaient un coin tranquille. Officieusement, il voulait aussi être capable de défendre la jeune japonaise si la soirée tournait mal, ses formes en ayant attiré plus d'un, et il savait que ce n'était pas son corps mince et sec qui impressionnerait qui que ce soit.
                  Bref, il avait peut être bu quelques verres de trop, il n'était pas pour autant devenu complètement inconscient. Il se savait vulnérable dans son état, et bien qu'il n'arrive pas à voir pourquoi cette invitation soudaine pouvait aussi être un traquenard. Il restait donc sur ces gardes, ne laissant pas pour autant voir que la situation l'avait mis en alerte et passablement dégrisé.
                • Valerie Turner
                  W.I.P.
                  (7)66+081811303030452035none
                  id14.01.17 23:13
                  (7)Volonté : 66Messages : +0Réputation : 818$US : 11Xp : 30Force : 30Résilience : 30Agilité : 45Réflexes : 20Spiritualité : 35Astuce : noneBadges :
                  avatar
                  (7)66+081811303030452035none
                    Valerie Turner a écrit:



                    Le jeune homme avait l'air de nouveau frais lorsqu'il répondit à la question de Valerie par un léger sarcasme dont elle n'eut cure -ou du moins faisait semblant.

                    _Bon, on est partis. J'habite dans la rue parallèle.

                    ___

                    _Tourne-toi s'il-te-plaît, je n'ai pas envie que tu vois le code. dit-elle en tapotant le clavier aussi rapide que l'éclair.

                    Sur ce, la porte s'ouvrit et c'est nez-à-nez que les deux protagonistes se retrouvèrent dans l'ascenseur.

                    _Alors, tu fais quoi dans la vie? Tu livres des pizzas? T'es toujours pas tombé sur un méta-humain? Je vais finir par croire qu'il s'agit de légendes urbaines.

                    Valerie essayait tout bonnement de le questionner. Peut-être voulait-il garder cette information secrète et ne lui avait alors pas révélé la première fois. C'est pour cette raison qu'elle lui reposa la question, pour voir si la réponse allait différer et comment. C'est une méthode pour déceler les menteurs en quelque sorte.

                    Une fois chez elle, la journaliste balança ses clefs sur la commode près de l'entrée. Il s'agissait d'une belle commode qui datait des années 1770, mais elle n'avait pas l'air de la respecter plus que ça si on en croyait le bordel dessus: lettre, clefs, écharpes et gants en tout genre camouflaient presque le meuble à vrai dire. Après avoir allumé la lumière du couloir, elle disparut dans une porte sur la droite et ressortit quelques instants plus tard avec un verre d'eau.

                    _Tiens, ça ira mieux. lui adressa-t-elle, persuadée qu'il n'avait pas encore beaucoup décuvé.

                    Elle lui prépara aussi un tabouret à côté de son bureau. Valerie avait préféré utiliser la pièce qui aurait du servir de salon pour faire un grand bureau. Plusieurs meubles destinés à contenir des ordinateurs occupaient la pièce et sur certains d'entre eux se trouvaient des ordinateurs. En étant attentif, l'on pouvait compter plusieurs modems internet aussi, qui comportaient tous une L.E.D. de couleurs différentes et donnaient l'impression de se trouver à un spectacle de son et lumière. Enfin, les rideaux étaient fermés et les contrevents en tuile: ils ne sont pas souvent autrement. La journaliste se posta devant l'écran de l'ordinateur dont la tour semblait être la plus grosse parmi toutes les autres dans la pièce. Derrière elle se trouvait un grand panneau où elle avait affiché quelques articles de journaux, mais aucun ne parlaient de méta-humain. En quelques clics, le logiciel qu'elle avait conçu était lancé.

                    Le moteur de recherche amélioré qu'elle s'était inventé ne leur laissa pas beaucoup le temps de souffler. Valerie eut à peine le temps de se reparfumer et d'enfiler son manteau, qu'une musique retentit.

                    _Eh bien voilà où nous allons!

                    Le logiciel leur avait fourni l'adresse d'un bar à l'extrémité de Japtown. Il s'agissait d'un bar de Biker si on en croyait le nom.

                    _En route!


                    ____
                  • Akseli Andersen
                    Dominateur
                    (5)69+090025153135232145none
                    id15.01.17 19:34
                    (5)Volonté : 69Messages : +0Réputation : 900$US : 25Xp : 15Force : 31Résilience : 35Agilité : 23Réflexes : 21Spiritualité : 45Astuce : noneBadges :
                    avatar
                    (5)69+090025153135232145none
                      Comme l'avait promis la demoiselle - dont il n'avait toujours pas le prénom d'ailleurs - elle à habitait à deux pas du cybercafé. Précautionneuse, elle lui demanda de se tourner alors qu'elle tapait le code de la porte de son immeuble. Cela donna un rire jaune à Akseli qui s’exécuta, s'adossant au mur à côté d'elle et croisant les bras sur son torse.

                      - T'inquiète pas Watson, dit-il sans quitter son sourire en coin, je compte pas venir te rendre visite tous les quatre matins. Je me demande déjà ce que je fous là...

                      Il avait décidé de prendre les airs d'un homme simple et antipathique à l'humour douteux, bien loin du distingué et lumineux Bruce qu'il réservait à Yoko. Il fallait dire que les verres qu'il avait bus l'aidaient grandement à jouer ce rôle.
                      Quand ils furent dans l'ascenseur, elle commença à l'assaillir de questions. Il se demanda si elle faisait ça par peur qu'il ne tente quoi que ce soit dans cet espace confiné. Quoi qu'il en soit, elle n'avait pas vraiment l'air de savoir s'y prendre pour amener une discussion. Il en déduisit qu'elle n'avait sans doute pas l'habitude d'aller vers les gens de cette façon, malgré ce que pouvait laisser penser la facilité avec laquelle elle était lui avait demandé son aide.
                      En tout cas, elle ne se gêna pas pour lui faire comprendre qu'elle avait allègrement suivi sa conversation avec Yoko en lui parlant de son métier de livreur. Ce qui l'agaça passablement ; il ne l'avait même pas remarquée dans le bar.

                      - Des méta-humains? Ouaiiis, je livre souvent aux tortues ninja c'est des bons clients.

                      Ils arrivèrent enfin à son appartement, de taille respectable mais encombré par plusieurs ordinateurs et tous les fils que cela impliquait. Elle ne semblait pas non plus très maniaque question rangement, il n'y avait qu'à jeter un coup d'oeil à sa commode - enfin si vous arriviez à l'apercevoir sous tout son barda. Alors comme ça, vous n'avez pas vraiment l'habitude d'accueillir du monde non plus, mon cher Watson.
                      Il ne put s'empêcher de la stigmatiser comme une geek sans amis ne sortant jamais de chez elle en voyant tout cela, cependant, elle avait laissé entendre qu'elle traînait souvent en ville et ne semblait pas vraiment effrayée par l'action - après tout elle l'emmenait assister à des combats plus ou moins légaux.
                      En entrant plus avant dans l'appartement, il remarqua également les articles accrochés au mur comme dans les fils policiers.

                      - Alors quoi, t'es vraiment une enquêtrice? demanda-t-il en montrant le mur d'un doigt mal assuré.

                      Elle se contenta de revenir de la cuisine et lui tendit un verre d'eau.

                      - Tiens, ça ira mieux, dit-elle.

                      Il s'en saisit et le bu goulûment, puis repéra le tabouret qu'elle plaça pour lui près d'un des ordinateurs. A vrai dire, il aurait préféré s'affaler dans un bon fauteuil, mais il s'assit à côté d'elle sans rien dire, posant lourdement sa tête dans sa main. Il posa un regard qu'il voulu vide sur l'écran où la jeune femme commençait à taper. En réalité, il regardait attentivement ce qu'elle était en train de faire pour voir comment fonctionnait son fameux logiciel. Il ressemblait à vrai dire à un vulgaire moteur de recherche, mais il lui donna l'information qu'elle désirait en deux minutes et il était déjà temps de repartir.

                      C'est ainsi qu'ils se retrouvèrent à nouveau dehors, en direction du Rocky Bar Boa. "Un nom prometteur" pensa-t-il. C'était à l'autre bout du quartier, ils en auraient pour un moment avant d'y arriver. La marche remua légèrement son estomac, et il se dit qu'il faudrait qu'il parle s'il ne voulait pas perdre sa dignité devant sa nouvelle mystérieuse associée.

                      - Et toi alors Watson, tu fais quoi dans la vie? T'es policière ou quelque chose comme ça?

                      Il la détailla un moment.

                      - T'as pas vraiment l'air d'une policière. T'es détective privée? Tu cherches un méta-humain en particulier?

                      Il repensa au dossier qu'il avait trouvé chez sa soeur Sigrún. Doomsday, une simple recherche sur le net lui avait permis de décrypter ce mot mystérieux. Une force digne de superman et une peau invulnérable hein? Peut être que ce méta-humain se trouverait au Rocky Bar Boa ce soir pour empocher des gains. Après tout, la demoiselle disait vrai : est-ce qu'il ne ferait pas ça, lui, s'il dégotait ce genre de pouvoirs?
                      Enfin, ils arrivèrent devant le fameux bar accueillant des combats clandestins. Plusieurs gros bras se trouvaient devant, ainsi qu'une tripotée de motos. Akseli les visualisa mentalement, lui et Watson, et se dit qu'il allait devoir utiliser ses talents pour qu'ils puissent entrer. Heureusement, il avait assez décuvé avec leur longue marche à travers Japtown.

                      - Passe ton bras autour du mien, intima-t-il à la jeune femme.

                      Elle afficha une mine à la fois surprise et réticente, puis jetant un oeil au videur planté devant la porte elle s'exécuta. Cela n'enchantait pas vraiment Akseli de devoir dévoiler ses talents de comédien, mais maintenant qu'ils étaient là il avait bien l'intention d'entrer Pour sa part, il carra légèrement les épaules et releva le menton avant de s'approcher du videur qui discutait avec deux motards. En les voyant approcher, ils leur jetèrent des regards peu avenants.
                      Avant qu'ils aient pu prendre la parole, Akseli désigna une des moto qui se trouvait là.

                      - Elle est à vous cette bécane? C'est une 1200 Roadster nan?

                      - P't'être bien, répondit un des lascars. Tu t'y connais ou quoi mon gars?

                      Le blondinet laissa pointer un sourire. Il savait avoir piqué la curiosité des trois hommes, peut être même avait-il choisi la moto de celui qui avait répondu. Quoi de mieux pour engager la conversation avec des bikers que de leur parler de moto?

                      - Assez pour savoir que la ligne Sportster est sûrement une des meilleures de Harley Davidson. C'est de la qualité américaine ça!

                      Le videur leva un sourcil, mais le biker qui lui avait répondu hocha la tête en souriant.

                      - Mon ex roulait sur une Triumph, enchaîna Akseli en secouant la tête d'un air attristé. Une vraie merde anglaise, c'est sûrement pour ça que ça a pas marché entre nous.

                      Le biker - le seul qui semblait vraiment disposé à discuter - éclata de rire tout en bourrant les côtes de son camarade.

                      - Les femmes, finit-il par commenter dans une briante démonstration de rhétorique.

                      Akseli haussa les épaules puis posa sa main sur celle avec laquelle Watson avait pris son bras.

                      - En voilà une à qui j'ai promis un peu d'action ce soir, c'est bien ici que ça se passe?

                      - Tu t'es pas trompé d'adresse, mon gars! Si vous voulez voir du sang c'est au Rocky qu'y faut v'nir.

                      C'est ainsi que le videur les laissa passer, non sans les gratifier au préalable d'un regard menaçant. Une fois à l'intérieur, Akseli libéra bien volontiers le bras de la geek.

                      - Je suis sortie avec une motarde, mentit-il pour toute explication à ce qu'il venait de se passer.

                      Il faisait une chaleur étouffante dans le bar, accompagnée de cris et d'une forte odeur de bière et de sueur. La foule acclamait les deux combattants qui s'affrontaient sauvagement au coeur d'une arène entourée de barres de fer. L'un d'eux vint s'y abattre dans une giclée de sang, l'arcade probablement en morceaux, avant de tomber KO sous les viva des spectateurs.
                      S'il restait à Akseli des envies de se battre, elles venaient de se volatiliser en une seconde.

                      - Eh bien voilà, dit-il à l'asiatique, tu voulais de la bagarre, on y est...
                    • Valerie Turner
                      W.I.P.
                      (7)66+081811303030452035none
                      id15.01.17 21:35
                      (7)Volonté : 66Messages : +0Réputation : 818$US : 11Xp : 30Force : 30Résilience : 30Agilité : 45Réflexes : 20Spiritualité : 35Astuce : noneBadges :
                      avatar
                      (7)66+081811303030452035none



                        _Je suis journaliste, et j'ai besoin d'un article qui déchire. Je vise un article traitant de méta-humain. Je veux voir si il y en a d'autres.

                        Le ciel était dégagé mais la lumière des néons et autres lampiottes présentes à Japtown empêchaient de voir les étoiles. Ce n'était pas grave, Valerie n'y connaissait rien et savait à peine discerner la grande ourse dans tout ce bazar d'étoile. La journaliste n'avait pas besoin de l'étoile du berger pour s'orienter: ce qui la guide, ce sont les différentes enseignes luminescentes, surtout ceux au coin des rues.

                        Vêtue cette fois-ci de son manteau jaune, ses lunettes roses abaissés sur son nez lui donnaient un air encore plus blasée. Elle allait en avoir besoin pour rentrer à l'intérieur; dans ce genre de bar, les rigolos ne sont pas acceptés et sa mine penchant donc plus du côté sérieux allait peut-être suffire. De plus, il était sûr que son mini-short et son débardeur, même sans décolleté, allaient être appréciés.

                        Lorsqu'ils arrivèrent depuis la rue perpendiculaire à celle de leur destination, ils purent apercevoir de nombreuses motos garées en épi. "C'est bien là." Le coeur de Valerie battait assez rapidement, car celle-ci débutait une petite crise de panique. Aussi sûre d'elle qu'elle puisse paraître, il y avait toujours une chance qu'ils se fassent jeter, surtout si l'un deux puait déjà l'alcool. De plus, ce n'était pas sûr qu'ils trouvent là matière pour son article.

                        Soudainement, le jeune homme brisa le silence d'un léger murmure pour demander son bras. Rectification, il lui prit carrément le bras, ne lui laissant pas vraiment le choix. Trop près du videur qui les regardaient de travers, elle décida de ne rien dire, mais son allure n'avait rien de naturelle.

                        Tout se passa si vite. Valerie eut peur que son pseudo-compagnon se fasse casser la gueule au moment où il s'intéressa aux motos devant le bar, mais finalement, ils furent à l'intérieur tellement vite qu'elle n'eut pas le temps de savoir quoi dire.

                        _Continue à sortir avec qui tu veux, du tant que ça marche! Bien joué! Bon... Maintenant, il faut savoir où se déroulent les combats.

                        Valerie scrutait attentivement les personnes à table. De droite à gauche, elle balayait du regard tout l'intérieur du bar avant d'apercevoir des gens qui descendait des escaliers au fond de la pièce.

                        _Intéressant... L’écriteau "W.C." est pourtant à l'autre bout de la pièce.

                        Elle tira son comparse par le bras et se précipita vers l'escalier. Ce dernier était pentu et beaucoup de monde semblait y faire la queue. "Et si c'était finalement les toilettes?" En entrant dans le bar, l'atmosphère puait la bière et la sueur. Le premier était compréhensible, le second déjà un peu moins puisque l'établissement semblait être climatisé. De plus, il faisait autour de 18 degré dehors avec une légère brise, il n'y avait pas matière à transpirer... Cependant, plus elle descendait les escaliers et plus cette odeur de sueur lui prenait le nez.

                        _C'est bon, c'est bon! dit-elle en serrant les coudes contre son corps et ses poings. On est à la bonne adresse. Prions pour que l'on y voit un méta-humain. continua-t-elle par murmure.

                        En bas des escaliers se trouvait de nouveau un videur. Les gens devant eux semblaient devoir payer l'entrée. Valerie sortit son porte-monnaie pour checker sa fortune. Une fois devant le molosse, elle paya l'entrée pour elle et son compagnon, en guise de remerciement.

                        Derrière une porte de métal, ils s'y trouvaient. Dans la foule, le coeur de Valerie battait à l'unison tandis qu'elle s'étonnait à la fois de cette cave secrète et de l'isolation sonore qui les avait empêché d'entendre le vacarme ambiant jusque là. Le jeune homme semblait lui avoir adressé la parole, mais elle n'entendit pas, autant à cause du bruit que par le fait qu'elle était subjuguée par l'arène qui se trouvait devant elle. Des tâches de sang maculaient le sol de cette dernière et elle crut même apercevoir une dent, prête à tomber en dehors du ring.

                        Alors que la journaliste tripotait secrètement son appareil photo qui se trouvait dans la large poche de son manteau, une sorte de présentateur faisait une annonce en criant dans un micro vintage.

                        _Eeeeeeeet ce soir, vous la voulez, vous l'attendiez, celle qui chaque semaine conserve le titre de champiiiiiiiion......Miiiiileeeeenaaaaaaaa!

                        Depuis le plafond tombait sur l'appel de son prénom celle qui se faisait appeler Milena. Valerie était ébobie et apeuré en même temps. La chute de la championne avait fait vaciller le ring et sa peau reflétait la lumière des projecteurs. Tant que ceux-ci pointait en sa direction, il était impossible pour les spectateurs de la regarder à cause de l'aveuglement provoqué. La femme, toute de métal, se mit à pousser un hurlement.


                        Son cri guttural secoua la journaliste qui commençait à se demander ce qu'elle foutait là. Elle attrapa la main de celui qui s'appelait de ce qu'elle avait entendu en cachette Bruce. Milena ne s'arrêta pas à un cri et commença à se déformer. La femme de métal commençait à se liquéfier partiellement pour se reformer autrement derrière. A présent, sa main formait un marteau.

                        Valerie parvint à sortir de sa tétanie pour prendre une multitude de cliché.

                        -Flash-
                        -Clic-
                                                 -Clac-
                        -Flash-
                        -Clic-


                        ____
                      • Akseli Andersen
                        Dominateur
                        (5)69+090025153135232145none
                        id15.01.17 22:44
                        (5)Volonté : 69Messages : +0Réputation : 900$US : 25Xp : 15Force : 31Résilience : 35Agilité : 23Réflexes : 21Spiritualité : 45Astuce : noneBadges :
                        avatar
                        (5)69+090025153135232145none
                          - Continue à sortir avec qui tu veux, du tant que ça marche! Bien joué! Bon... Maintenant, il faut savoir où se déroulent les combats.

                          Akseli ne put dissimuler sa surprise. Un compliment? Ainsi elle pouvait se montrer aimable. Il fut doublement surpris quand elle lui paya même l'entrée à l'arène, une fois qu'ils furent descendus à la cave.
                          Après le combat dont ils venaient de voir le dénouement, le présentateur appela ce qui semblait être le champion en titre : Milena. L'arrivée de la combattante fit sursauter Akseli malgré lui, mais il fut bien vite fasciné par la créature qui se dressait devant sur le ring. Sa peau était entièrement recouverte de métal! Se pourrait-il qu'il s'agisse de ce fameux patient de Sigrún? Sa deuxième capacité le fit pencher pour une réponse négative, mais ne fit qu'augmenter son excitation. Elle était capable de changer la forme de son corps! Il ne put s'empêcher de penser que cela devait être drôlement utile pour crocheter des serrures.
                          Alors qu'il s'extasiait devant la championne, la petite journaliste lui attrapa la main. "Eh bien, voilà autre chose..." songea-t-il sans pour autant se dégager. En regardant son visage, il se rendit compte que derrière son masque intrépide elle était tétanisée. Cependant elle sortit assez vite de sa torpeur pour dégainer un appareil photo qu'il n'avait pas vu venir. Les flashs des plusieurs clichés qu'elle prit envahirent la salle et attirèrent l'attention de plus d'un spectateur, ainsi que celle de Milena.
                          Réagissant au quart de tour, Akseli lui attrapa le bras pour la tirer à l'écart. Dans le même geste, il la plaqua contre un mur pour la tenir à l'abris des regards courroucés.

                          - Mais qu'est-ce que tu fous?! siffla-t-il entre ses dents. T'es pas à un match de hockey là!

                          Il attendit quelques secondes, le temps qu'on les oublie et que le présentateur reprenne la parole pour faire venir l'opposant de Milena - non sans avoir fait une remarque sur l'incident qui venait d'arriver.
                          Il finit par s'écarter de la paparazzi en herbe, son calme parfaitement retrouvé. Son coeur s'était emballé quand il avait vu d'où venaient les flashs, et plus encore quand le regard de Milena se mit à scruter la salle à la recherche du responsable. Heureusement, il avait depuis toujours appris à se maîtriser, et ce n'est pas avec colère, mais plutôt avec agacement, qu'il repris la parole :

                          - Range-moi ça, si on nous prend pour des flics ou même des fouineurs on va pas juste se faire jeter dehors...

                          Ce disant, il vérifia à nouveau si son pistolet était toujours en place. En se retournant vers l'arène, il vit le second combattant entrer en lice. C'était un énorme tas de muscle de près de deux mètres, ses veines saillant sous sa peau. De longs bracelets de cuivre couvraient ses bras, sans doute pour se protéger des coups de son adversaire à la santé de fer. Il était énorme, mais ce n'était pas forcément le fruit d'une mutation quelconque.
                          Un cloche sonna sur le ring et le combat fut engagé. Le Colosse se jeta sur Milena, la saisissant à bras le corps avant de la soulever au dessus du sol avec un cri animal. Avant qu'il ait eu le temps de la jeter contre les barreaux métalliques, la femme de fer lui mit un violent coup de genou dans l'estomac et il la lâcha instantanément, reculant de quelques pas en se tenant l'abdomen. Il se fit tout à coup plus prudent, observant les gestes de son adversaire.

                          - Tu peux encore abandonner, prévint Milena d'une voix forte, s'attirant les acclamations de ses admirateurs.

                          - T'en fait pas ma belle, je les fais toutes fondre tu feras pas exception...

                          "Mauvaise réponse" se dit Akseli en voyant la méta-humaine se jeter sur le Colosse avant même qu'il n'ait fini sa phrase. Armant son bras marteau, elle voulu lui envoyer en plein visage mais il leva le bras juste à temps et encaissa le coup avec son bracelet. Il voulu lui faire un croche-patte, mais Milena fut plus rapide et lui envoya la pointe de son pied dans l'arrière de la cuisse. Avec un cri, il tomba un genou à terre. C'est probablement ce qui signa la fin du combat.
                          Milena lui fit manger son genou, lui délogeant quelques dents au passage. Dans un effort désespéré, il se releva et lui envoya son poing dans le visage. La championne tituba à peine, tandis que la main du tas de muscle était en sang. C'est alors qu'elle envoya son marteau dans le torse du pauvre Colosse qui alla s'écrouler quelques pas plus loin, sans doute avec quelques côtes cassées.

                          - Eeeet une fois de pluuus, notre champiooooonnne!!! s'écria le présentateur en présentant Milena qui poussait des cris victorieux sous les applaudissements de la foule en délire.

                          Akseli avait gardé les bras croisés tout le long du combat et ne pris pas la peine d'applaudir. Il observa le géant brisé qui se faisait sortir de l'arène dans une traînée de sang. "Plus de combat pour lui...".

                          - Pour les amateurs de sang et d'os brisés elle est un véritable héros, commenta-t-il à l'adresse de la jeune asiatique. Avec un peu de chance, un méta-humain voudra venir la détrôner ce soir ; et si non, ton article pourrait en attirer plus d'un, ajouta-t-il en plantant son regard dans le sien, oubliant tout à coup son rôle de benêt.
                        • Valerie Turner
                          W.I.P.
                          (7)66+081811303030452035none
                          id17.01.17 20:53
                          (7)Volonté : 66Messages : +0Réputation : 818$US : 11Xp : 30Force : 30Résilience : 30Agilité : 45Réflexes : 20Spiritualité : 35Astuce : noneBadges :
                          avatar
                          (7)66+081811303030452035none



                            _MILENA WINS!

                            Le combat était fini et Valerie n'avait pas envie d'attendre Sub-zéro venir ou encore Skorpion. La baston tout compte fait, c'était peut-être mieux quand elle était sur console.

                            _Pour les amateurs de sang et d'os brisés elle est un véritable héros. Avec un peu de chance, un méta-humain voudra venir la détrôner ce soir; et si non, ton article pourrait en attirer plus d'un.

                            Si le regard de l'asiatique avait été tantôt blasé ou méprisant, il était désormais empli de peur. Le benêt avait eu raison lorsqu'il la plaqua contre le mur: Valerie n'avait pas été assez discrète. Dans cette ambiance, elle aurait pu se faire tabasser, ce n'était pas un lieu pour gentleman.

                            _Viens, on se tire!

                            Elle se retourna pour faire face à une montagne de muscle et de testostérone. Le sourire à l'envers que l'homme afficha lui foutu encore plus la trouille et c'est tête baissée qu'elle le contourna -contourner, oui, il était géant. Difficilement, elle se faufila entre les différents bikers qui agitaient leurs bras en l'air et lui présentaient leurs anémones qui leur servaient d'aisselle.

                            Une fois en dehors du bar, elle dut s'asseoir au sol. Si les lampes traditionnelles de Japtown ne lui permettaient pas de voir des étoiles, sa crise de panique, elle, accomplissait cette tâche. Par chance, la brise la revigorait et lui faisait retrouver son calme.

                            "Quelle idiote! Une caméra cachée, c'est ça qu'il me faut!"

                            La fouineuse experte en informatique et électronique venait de se rendre à l'évidence même. Ses outils devaient eux aussi être discrets et camouflés!




                            ____