Metro, l'Apocalypse à vos portes : Forum RPGCHRONOSREP
Amélioration du contenu graphique

29.05.2017 | Découvrez les dernières améliorations graphiques du design !

Recrutement & Animation

10.06.2017 | Lazarus passe à la vitesse supérieure !

Recensement & Prépa V3

29.07.2017 | Préparez-vous à de gros changements...

Version 3.0 en ligne !

03.09.2017 | Récapitulatif des changements et feedbacks des joueurs

Du mouvement dans les rangs

03.09.2017 | Changements dans le staff

Boutique & Races 3.0

16.10.2017 | Elles sont enfin là :)

test
test

[Toujours plus.]

  • Valerie Turner
    CIVIL - Indécis
    (6)7281869006503none
    id28.02.17 20:10
    (6)Volonté : 72Messages : 818$US : 69Xp : 0Force : 0Résilience : 6Agilité : 5Réflexes : 0Spiritualité : 3Astuce : noneBadges :
    (6)7281869006503none
    avatar
    (6)7281869006503none
      CIVIL - Indécis

      Valerie Turner - Toujours plus. - Août 2016




      Cela faisait maintenant 8 mois que Valerie avait obtenu ses pouvoirs. Elle n’avait jamais vraiment paniqué, au contraire même ; A part un cauchemar et une manifestation mystique digne des films d’horreur de nos jours, la jeune femme avait réussi à très vite apprécier ses pouvoirs. La seule chose qui l’avait préoccupée était de savoir si elle devait dévoiler son pouvoir ne serait-ce qu’à ses amis ou si elle devait le taire. Elle avait même réfléchi à faire une vidéo pour la poster sur le net, où elle aurait pu rester anonyme et où elle aurait pu surtout recevoir d’éventuels commentaires de personnes ayant aussi des dons extra-ordinaires. Il est vrai après tout que dans tous les comics de super-héro, ceux-ci se mettent à sauver la veuve et l’orphelin, mais la réalité en est tout autre une fois que l’on est confronté à un tel don. De plus, Valerie ne possédait pas une peau en acier ni une force surhumaine, son pouvoir était grandement limité en terme de « protection ». La diplômée en informatique croyait alors fermement qu’il serait plus facile pour les gens comme pour elle de parler de ceci derrière un écran et donc de manière anonyme. Elle taisait donc son pouvoir, mais ne passait pas un jour sans essayer de développer ses capacités.

      Ses canines avaient poussées et ce non à son insu. En fait, ces dernières semblaient être devenues plus ou moins rétractables et Valerie pouvait même les faire s’incliner vers l’avant : des muscles s’étaient développés à leurs racines. Mais ce n’était pas tout : de cette double paire de dents s’évacuait parfois un liquide au goût sucré-salé, non sans lui plaire. Elle se doutait bien qu’elle n’était pas capable de sécréter une sauce digne de ses origines japonaise, mais se demandait comment découvrir l’efficacité de son pouvoir ? Elle y songeait tous les jours.

      C’est alors qu’un après-midi où elle ne travaillait pas elle s’amusait à tordre ses avant-bras dans tous les sens, effectuant des signes avec ses mains et ses doigts pour accompagner le mouvement, tous plus grotesques les uns que les autres. Sous la peau de ses avant-bras, Valerie pouvait sentir par endroit des sortes de boules, comme des kystes. Il s’agissait là des glandes séricigènes qui accompagnaient sa mutation. Jusque-là, elle avait été capable de produire un fil rectiligne, simple mais la pression exercée par ses avant-bras faisait jaillir le fil jusqu’à une quinzaine de mètres, voire plus, mais passés cette distance, les fils n’avaient plus assez d’énergie cinétique pour efficacement adhérer aux obstacles qu’ils rencontraient. Lorsqu’elle produisait cette soie, elle sentait travailler le dessous de ses avant-bras, or la journaliste avait pu sentir d’autres glandes, elles toujours au repos, au-dessus de ses avant-bras. Pouvait-elle éjecter de la toile depuis plusieurs endroits différents ? Y en avait-il d’autres ? Des endroits loufoques et gores lui passèrent par la tête et lui fit tordre la bouche.

      Assise à son bureau, une assiette devant elle, elle avait enfin trouvé une expérience pas trop dangereuse mais surtout pas trop dégueulasse. A pleine dent et de biais, elle mordit son escalope de dinde. Très vite, des réseaux verdâtres et sombres se dessinaient sur le morceau de chair.

      _Daaaaamn…


      *Ding-dong*

      _Qu- Qui est-ce !?

      Quelque peu surprise par ce rendez-vous inopiné, elle jeta le morceau de viande qui commençait à noircir de plus en plus dans l’évier. Sur son bureau se trouvait une assiette avec quelques gouttes d’un vert foncé. Elle ouvrit la porte.


      _____



    • Akseli Andersen
      CIVIL - Dominateur
      (6)7390068016007none
      id01.03.17 0:09
      (6)Volonté : 73Messages : 900$US : 68Xp : 0Force : 1Résilience : 6Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 7Astuce : noneBadges :
      (6)7390068016007none
      avatar
      (6)7390068016007none
        CIVIL - Dominateur
        Akseli avait mis un certain temps à arriver là où il se trouvait : devant la porte de... l'inconnue qui avait réussi à le traîner dans un bar abritant des combats clandestins. Dit comme ça, il passait vraiment pour un benêt. Qui se laisse entraîner par une fille dont il ne connait même pas le prénom dans un endroit aussi peu recommandable? En plus, elle l'avait complètement planté là bas, étant partie sans la moindre explication.

        Akseli avait mis du temps à se trouver là, et cela s'expliquait en partie par le dernier point cité. Il avait mis un moment à digérer le comportement de la nippone, et n'avait dans un premier temps aucune envie de la revoir. Jamais. Cependant, une fois son orgueil ravalé, il s'était souvenu qu'ils avaient un but commun : dénicher des méta-humains. Il y avait longuement réfléchi, et bien sûr il s'était dit qu'il pourrait très bien le faire tout seul. Néanmoins, aller de bar en bar, de combat clandestin en combat clandestin - à compter qu'il ait autant de chance que la dernière fois, et même qu'il soit capable de trouver à nouveau un lieu abritant ce genre d’événements - ne lui semblait pas être la méthode la plus appropriée pour atteindre son objectif.
        Il avait déjà essayé l'hôpital, mais il s'était heurté à un problème de taille : Sigrún. Il avait également essayé Advent Tech, mais autant s'attaquer à une forteresse gardé par un millier de guerriers surentraînés. Tout cela lui donnait l'impression d'être un chasseur, mais un très mauvais chasseur. Cette traque infructueuse commençait sérieusement à l'agacer. Il se mit donc à réfléchir à d'autre moyen de trouver des méta quand une idée lui vint à l'esprit : pourquoi, au lieu de leur courir après, il ne trouverait pas un moyen de les amener à lui. Un appas, voilà ce qui servait au chasseur à dénicher du gros gibier.
        D'accord, mais, quoi comme appas? Cela lui pris encore plusieurs jours, de réfléchir à la façon la plus efficace de les attirer. Car, après tout, hormis leurs dons hors du commun, ils étaient tous différents les uns des autres, avec des convictions, des passions, des rêves qui divergeaient autant que pour le commun des mortels. C'est en discutant avec Yoko qu'il eut l'idée qu'il venait proposer à son autre connaissance asiatique. "Ce que tout le monde cherche, c'est quelqu'un qui lui ressemble. Quelqu'un d'aussi loufoque et étrange!" Elle avait assorti cette déclaration d'une horrible grimace. C'est alors qu'il avait pensé : les méta-humains, eux aussi, cherchent l'âme sœur. Et qui de mieux qu'un autre méta-humain peut comprendre ce que ça peut faire d'être un méta-humain?

        Akseli avait également mis du temps à se retrouver là où il se trouvait parce que, malgré ce qu'il voulait bien admettre, il était passablement ivre, la nuit où l'inconnue l'avait amené chez elle pour faire fonctionner son logiciel miraculeux. Il avait donc tourné en rond pendant un certain temps et sonné à une ou deux mauvaises adresses avant que la japonaise se tienne sur le seuil.

        - Salut, Watson, dit-il quand elle ouvrit la porte. Tu te souviens de moi? J'ai quelque chose à te proposer, si tu cherches toujours des méta. Et, moi, je ne te laisserai pas en plan au premier musclor venu. Je crois que tu m'en dois une pour ça, non?
      • Valerie Turner
        CIVIL - Indécis
        (6)7281869006503none
        id02.03.17 19:07
        (6)Volonté : 72Messages : 818$US : 69Xp : 0Force : 0Résilience : 6Agilité : 5Réflexes : 0Spiritualité : 3Astuce : noneBadges :
        (6)7281869006503none
        avatar
        (6)7281869006503none
          CIVIL - Indécis

          Valerie Turner - Toujours plus. - Août 2016




          _Ah ! C’est toi… Ouaip, ouaip, j’avais pas envie de finir écrabouillée, tu vois ?

          Sur ce elle se retourna. Sa tenue était assez légère et ne comportait qu’un débardeur noir et un short de pyjama rosatre ; il avait été rouge par le passé, mais était totalement délavé maintenant. En arrivant au bout du couloir, Valerie observa le bordel qui régnait dans son « salon-bureau ».

          « C’est toujours quand on a des invités que l’on se rends compte du bordel… »

          Elle n’eut pas le temps de continuer à songer lorsqu’elle aperçut son plafond… En effet, la femme araignée s’entraînait continuellement à améliorer la précision de ses lancés de toile et il en traînait un peu partout, comme dans une maison hantée. Valerie était stupéfaite et le stress ainsi que la panique commençait à l'envahir.

          _Euuuuuuh… Viens, allons dans la cuisine !


          Valerie fit demi-tour, en direction d’Akseli pour le précipiter vers la seule pièce presque acceptable de son appartement. Machinalement elle se mit devant l’évier, dans lequel le morceau de viande qu’elle venait de mordre afin d’injecter son venin commençait à pourrir.

          _Oui, donc, tu veux boire quelque chose ?! Dit-elle pour détendre l’atmosphère qu’elle jugeait oppressant. Dis-moi, quelle est ta proposition ?

          Derrière son dos, ses doigts étaient croisés : la journaliste se souhaitait que son invité ne prête pas attention aux éléments étranges qui étaient éparpillés dans son appartement. De sa position, elle pouvait apercevoir la statuette en pierre qui l’avait mordu cette fameuse nuit. La relique se trouvait sur son bureau, entre son clavier et sa souris. Partout où elle posait les yeux, elle se rendait compte des indices sur sa vraie nature qu’elle laissait.



          _____



        • Akseli Andersen
          CIVIL - Dominateur
          (6)7390068016007none
          id02.03.17 21:35
          (6)Volonté : 73Messages : 900$US : 68Xp : 0Force : 1Résilience : 6Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 7Astuce : noneBadges :
          (6)7390068016007none
          avatar
          (6)7390068016007none
            CIVIL - Dominateur
            Toujours plus.


             La jeune femme le fit entrer sans poser d'avantage de questions. Akseli s'était préparé à argumenter, peut être longuement, pour qu'elle veuille bien lui parler. Son comportement étrange lui facilitait la tâche et il ne s'en plaignit pas. Elle devint cependant encore plus bizarre une fois qu'il fut entré. Ils arrivèrent dans la pièce aux ordinateurs où il avait déjà été, mais quelque chose semblait avoir changé. Certes, il ne se rappelait pas vraiment de la déco ou quoi que ce soit en détail, mais il y avait quelque chose de bizarre dans cet appartement. Et l'attitude de sa propriétaire ne fit que confirmer cela. Elle le précipita dans la cuisine sans vraiment lui laisser l'occasion de rentrer dans le salon, mais il avait bien vu qu'il y régnait un bordel sans nom. Et qu'un peu de ménage serait le bien venu.

             Un fois dans la cuisine, elle s'appuya à l'évier et lui proposa - un peu à sa grande surprise, il fallait l'admettre - quelque chose à boire. Elle avait quand même un peu de manières, après tout.

             - Je dis pas non à une limonade, ou à quoi que ce soit d'autre de frais et sucré. Si tu as ça bien sûr.

             Elle lui avait à peine laissé le temps de répondre qu'elle enchaînait sur une autre question.

             - Dis-moi, quelle est ta proposition?


             Akseli se racla la gorge et se redressa légèrement, adoptant une position qu'il avait apprise au théâtre pour capter l'attention de l'auditoire quand la pièce va commencer. Plongeant son regard droit dans celui de la jeune fille, il s'appuya contre la table derrière lui.

            - D'après toi, qu'est-ce que tous les gens de notre âge cherchent, sur cette planète? Qu'est-ce tout humain, depuis toujours et dans tous les pays du monde, désire?

             Il se mit à marcher dans la cuisine, en profitant pour jeter un discret coup d'oeil à cet intriguant appartement. S'approchant de son hôte, il s'appuya sur le plan de travail près d'elle et traça devant elle un arc de cercle avec sa main grande ouverte, comme pour présenter un titre flottant imaginaire, alors qu'il prononçait le dernier mot de sa phrase :


             - Est-ce que ce ne serait pas : l'amour?


             De là où il se trouvait, il pouvait voir le salon qu'il avait dû quitter précipitamment et contre son gré. C'était bien des toiles d'araignée qui traînaient un peu partout. Elle élevait une colonie ou quoi? Et, est-ce qu'il n'y avait pas une odeur bizarre tout à coup?

          • Valerie Turner
            CIVIL - Indécis
            (6)7281869006503none
            id02.03.17 23:16
            (6)Volonté : 72Messages : 818$US : 69Xp : 0Force : 0Résilience : 6Agilité : 5Réflexes : 0Spiritualité : 3Astuce : noneBadges :
            (6)7281869006503none
            avatar
            (6)7281869006503none
              CIVIL - Indécis

              Valerie Turner - Toujours plus. - Août 2016




              Par chance, le frigo de Valerie se trouvait tout près. En se penchant sur le côté perchée sur une jambe, la jeune femme faisait semblant de chercher l’équilibre avec une main pour continuer de cacher l’évier et tendit l’autre bras pour ouvrir le frigo.

              _Ti… Tiens, sers-toi !

              Pour éviter qu’Akseli ne commence à lui poser des questions sur son attitude et sa santé mentale, elle embraya sur la seconde et lui demanda en quoi consistait sa proposition. Tout à coup, l’homme qui lui était encore étranger se mit à faire de grands gestes théâtrales. Valerie détestait les commerciales, à toujours en faire trop. C’est ce que faisait Akseli, en quelque sorte.

              _Je sais pas, moi, ils cherchent un but à leur existence, peut-être ?

              La journaliste avait envie de répondre qu’en ce moment la moitié devait sûrement chercher à comprendre pourquoi ils pouvaient soudainement cracher du feu ou la raison pour laquelle leur peau était devenue bleue, mais elle avait décidé d’être sympathique : peut-être son idée était bonne. Lorsqu’Akseli s’approcha d’elle, l’ambiance était encore plus bizarre qu’auparavant. Il se mit à écrire dans les airs, comme les mimes de la ville des amoureux.

              _Euuuh… Si tu essaies de me percho, c’est pas comme ça que tu vas y arriver…

              Valerie essayait de croiser le regard d’Akseli, qui commençait à détailler la pièce et sentir tout autour de lui. L’escalope qu’elle avait mordillée commençait à dégager une odeur nauséabonde. A l’intérieur de sa bouche, elle rétractait ses canines au maximum qu’elle pouvait.

              _Viens, on y va si tu veux dans le salon ! Je sais que ce n’est pas un lieu accueillant la cuisine. Dit-elle en se dirigeant vers le salon. Ne t’inquiète pas pour les toiles d’araignées, ce sont des décorations de l’an dernier, on a fêté Halloween chez moi…

              Est-ce que cette explication bidon allait passer ? Valerie l’espérait et essayait de paraître décontractée dans son fauteuil pour appuyer son mensonge ; elle venait de temporiser dans la cuisine pour trouver cette excuse, il fallait que ça passe.

              _Oooookay… Donc vas-y, développe… Qu’est-ce que tu attends de moi ? Je sais ni lire le tarot ni les lignes de main, si c’est ce que tu attends de moi.


              Sur ce, elle ricana légèrement.



              _____



            • Akseli Andersen
              CIVIL - Dominateur
              (6)7390068016007none
              id02.03.17 23:46
              (6)Volonté : 73Messages : 900$US : 68Xp : 0Force : 1Résilience : 6Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 7Astuce : noneBadges :
              (6)7390068016007none
              avatar
              (6)7390068016007none
                CIVIL - Dominateur
                Toujours plus.



                 - Si tu essaies de me percho, c'est pas comme ça que tu vas y arriver...


                 Cette réflexion faillit le faire éclater de rire, mais Akseli se contrôla. Alors qu'une désagréable odeur commençait à le prendre au nez, la jeune femme se dirigea tout à coup vers le salon duquel elle avait voulu l'éloigner en premier lieu. Cela commençait à devenir difficile à suivre.

                 Sa limonade à la main, il la suivit néanmoins sans broncher, dans cette pièce à la "décoration d'Halloween" étrange.

                 - C'est marrant, j'avais pas remarqué toutes ces toiles l'autre soir.


                Enfin, ce n'était pas vraiment la question. Il s'installa dans un fauteuil, croisa les jambes et prit une longue gorgée de limonade.

                 - Alors voilà, toi et moi on aimerait rencontrer des méta et en savoir plus sur eux. J'ai une idée pour qu'on y arrive, mais j'ai besoin de toi pour la mettre au point. Je me suis dit qu'il fallait trouver quelque chose permettant de réunir un maximum de méta dans un membre endroit. Bien sûr, c'est un peu délicat à faire physiquement sans que ça ressemble à du parkage, alors je me suis dit qu'il fallait quelque chose de plus "soft". Et aussi qu'il fallait quelque chose qui puisse les "attirer".

                 Son regard fut accroché une seconde par une longue toile qui flottait dans un courant d'air. Plutôt bien faite, il fallait l'admettre.

                - C'est là que j'ai pensé à l'amour, dit-il avec un sourire. Ils ont beau être méta, ce sont aussi des humains qui cherchent des relations, l'âme soeur, enfin tu me suis. Et qu'est-ce qui pourrait plus les rapprocher que leur différence? Voilà, je vais être plus clair : ce que je voudrais qu'on développe tous les deux, c'est un application de rencontre pour méta humain.
              • Valerie Turner
                CIVIL - Indécis
                (6)7281869006503none
                id03.03.17 20:25
                (6)Volonté : 72Messages : 818$US : 69Xp : 0Force : 0Résilience : 6Agilité : 5Réflexes : 0Spiritualité : 3Astuce : noneBadges :
                (6)7281869006503none
                avatar
                (6)7281869006503none
                  CIVIL - Indécis

                  Valerie Turner - Toujours plus. - Août 2016




                  Akseli fit une remarque à propos des toiles d’araignées qui pendaient au plafond. Une goutte de sueur perlait en réaction sur le front de Valerie.

                  _T’étais tellement fumé aussi, ça ne m’étonne pas…

                  Pfiou ! Elle pensait être parvenue à éviter une discussion pénible avec une telle remarque désobligeante. Pendant ce temps, le jeune homme s’installait confortablement avant de commencer à expliquer son projet. Il n’eut pas fini sa première tirade que Valerie se sentit obliger de commenter.

                  _Alors comme ça on a besoin de moi ?… dit-elle avec un sourire narquois.

                  La journaliste n’était que peu convaincue de son argumentation. Enfin, à vrai dire, elle ne se sentait juste pas concernée. L’amour… Qu’est-ce que c’était ? Elle n’avait jamais trop su, elle qui avait toujours été rejetée à l’école ; et puis ses parents, un couple du 21ème siècle ordinaire qui ne s’aimait plus et qui prenait encore moins soin de leur fille, il est où l’amour, il est où ? Bon, après, elle pensait tout aussi bien que les gens ont besoin de ce qu’Akseli a besoin d’éviter et qu’il se trompait donc à ce sujet: « le parkage. »

                  Bien sûr que si, déjà par leur manière de s’habiller, de se coiffer, de se maquiller, tout le monde s’insère dans une caste sociale et dans le siècle où ils vivent, appartenir à un groupe est vraiment très important. Valerie détestait un peu cette époque et aurait bien préféré vivre à une autre…

                  _Easy. J’saurais faire ça, en checkant deux trois trucs sur google, j’peux nous faire l’appli. Faudra faire le thème et trouver l’organisation au sein de l’appli. Dit-elle en comptant sur ses doigts les étapes de création. Personnellement, j’pourrais l’utiliser pour stalker et recenser les méta-humains… Ce serait pratique pour le journal… poursuivit-t-elle en se frottant le menton.

                  Valerie attrapa brusquement une toile qui vint fouetter délicatement son visage et l’arracha pour la mettre en boule et la jeter par la fenêtre ouverte.

                  _Mais du coup, tu sais que même si je fais une appli’ du tonnerre et que même si elle est ultra accessible et facile à prendre en main et cetera, il nous faudra de bon sponsors pour la hisser en tête de liste des meilleurs appli’ du moment ? T’as pensé où demander ? Et puis, Le domaine du marketing, tu t’y connais ?

                  La femme araignée le regardait avec un air dubitatif.

                  _____



                • Akseli Andersen
                  CIVIL - Dominateur
                  (6)7390068016007none
                  id03.03.17 21:27
                  (6)Volonté : 73Messages : 900$US : 68Xp : 0Force : 1Résilience : 6Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 7Astuce : noneBadges :
                  (6)7390068016007none
                  avatar
                  (6)7390068016007none
                    CIVIL - Dominateur
                    Toujours plus.



                    La jeune femme semblait plutôt partante, et vraisemblablement pas mécontente qu'on ait besoin d'elle. Elle révéla également une information qui intrigua le blondinet : ça serait pratique pour le journal... Etant donné qu'il ne s'agissait surement pas de son journal intime, Akseli en déduisit qu'elle devait être journaliste. Intéressant. Cependant, il se demandait bien comment elle comptait se servir de ces informations pour son travail. Ils devraient en reparler : il ne voulait pas être compromis parce qu'elle se montrait trop bavarde.

                    Elle soulignait également un point important : la visibilité de l'application en question. Il y avait plus ou moins réfléchi. Il y avait différents moyens de faire de la pub assez facilement à vrai dire. Bien sûr Liberty Town était une grande ville, mais il était assez confiant.

                    - Ne t'en fait pas pour le marketing, je sais me montrer convainquant quand il le faut. Je m'en chargerai. Toi, tu te chargeras de mettre l'appli au point et de la rendre la plus attrayante possible!


                    Il prit encore une longue gorgée de limonade qui lui fit un bien fou. Il faisait une chaleur torride en cet après-midi d'août.

                    - Pour ce qui est de la pub, j'ai quelques idées. Pour commencer, il faudrait imprimer des flyers que je distribuerai dans le quartier. En plus, je suis livreur, je pourrais demander à mon patron son accord pour en glisser un avec les pizza! Et j'ai une amie qui a un restaurant à l'autre bout de Japtown, je pourrais aussi lui demander de filer un coup de main. Après, il y a d'autres moyens moins "old school" : faire de la pub sur les réseaux sociaux, payer pour avoir des spots publicitaires en ville... Et puis, tu pourrais pas faire un article dans ton journal? Tu travailles pour quel titre?


                  • Valerie Turner
                    CIVIL - Indécis
                    (6)7281869006503none
                    id04.03.17 21:16
                    (6)Volonté : 72Messages : 818$US : 69Xp : 0Force : 0Résilience : 6Agilité : 5Réflexes : 0Spiritualité : 3Astuce : noneBadges :
                    (6)7281869006503none
                    avatar
                    (6)7281869006503none
                      CIVIL - Indécis

                      Valerie Turner - Toujours plus. - Août 2016




                      _Donc on part sur une base de 50/50 en termes de revenus, après ceux qui iront aux sponsors ?

                      Valerie le regarda d’un air dissuasif mais également snobant, comme si elle souhaitait lui présenter physiquement ce chantage. Pas de Valerie, pas d’informatique, pas d’informatique, pas d’appli.

                      _Je travaille pour l’Inside, j’peux très sûrement négocier un truc… Ils m’adorent là-bas, je suis leur guru de l’informatique.

                      Tout à coup, la journaliste eut une révélation : elle ne savait pas trop si elle pouvait lui faire confiance et un songe particulier la préoccupait dans l’instant présent… Elle ne connaissait même pas son prénom, en fait. Cela la faisait chier de se rendre compte de ça maintenant, car cela avait toujours été embarrassant pour elle que de demander des informations personnelles aux gens avec qui elle comptait entreprendre quelque chose; Se sentant souvent en compétition avec le monde entier, elle ne ressentait pas forcément l’obligation de demander, les gens l’ayant souvent fuit. Maintenant, qu'ils avaient un projet commun, elle se sentait idiote de ne pas le savoir. Pour interview n’importe qui, même le président, il n’y avait aucun problème car elle se foutait plus ou moins de la personne, mais il en était tout autre chose ici...

                      _C’est quoi ton numéro de téléphone ? Faut que j’puisse te contacter. Et j’mets quoi en nom ?

                      Valerie se leva du fauteil en tapotant sur son smartphone, la question l'avait gênée. La jeune femme se dirigeait vers la porte d’entrée. Au passage, elle secoua sa souris pour sortir son ordinateur du mode veille, elle allait avoir du pain sur la planche. S’appuyant sur le mur de son flanc droit, elle ouvrit la porte qui donnait sur le couloir extérieur apparemment plus propre que sa maison avec toutes les toiles d’araignées qui traînaient.

                      _Bon bah désolé, mais… j’ai du boulot, j’crois…




                      _____



                    • Akseli Andersen
                      CIVIL - Dominateur
                      (6)7390068016007none
                      id09.03.17 18:30
                      (6)Volonté : 73Messages : 900$US : 68Xp : 0Force : 1Résilience : 6Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 7Astuce : noneBadges :
                      (6)7390068016007none
                      avatar
                      (6)7390068016007none
                        CIVIL - Dominateur
                        Toujours plus.


                         "On part sur du 50/50 en termes de revenus", cette semi-question interloqua Akseli. Elle le regarda avec défiance, comme si elle s'attendait à ce qu'il essaye de l'arnaquer. Il éclata de rire. A vrai dire, ce n'était pas vraiment un projet financier pour lui...

                         - Tu sais, j'avais pas l'intention de faire payer l'appli pour qu'on ai un maximum de personnes qui l'utilise. A la limite en faisant un peu de pub pour deux ou trois marques on pourrait se faire un peu de sous mais t'attends pas à un deuxième salaire. Enfin, 50/50 ça me semble tout à fait normal.

                         La jeune asiatique travaillait pour un titre important : l'Inside. Avec ça, ils allaient avoir de la visibilité.

                         Elle lui demanda alors son numéro et son prénom, un moment qui, il le savait, allait finir par arriver. Cette demande sembla la mettre subitement mal à l'aise, ce qui donna au jeune homme quelques instants pour réfléchir. Il avait songé pendant un temps à lui donner sa véritable identité, mais en repensant au coup qu'elle lui avait fait lors de leur première rencontre et à son attitude plus que bizarre, il préférait de loin lui donner son faux prénom. De plus, si Yoko leur donnait un coup de main en faisant de la pub dans son restaurant et qu'elles étaient amenées à se rencontrer il ne voulait pas que sa nouvelle collaboratrice fiche tout en l'air.

                         - Tu peux mettre Bruce à ce numéro, dit-il en lui tendant un bout de papier où il venait d'inscrire la série de chiffres. Et toi, t'as un prénom ou je continue à t'appeler Watson?


                         Plongée dans son portable et à ses affaires, elle lui ouvrit la porte en l'invitant à sortir. Décidément, cette fille n'avait aucunes manières. Avant de la rejoindre à la porte, il jeta un long coup d'oeil à son appartement, puisqu'elle semblait désirer si fort qu'il n'y fasse pas attention. De plus, il tâchait de garder en mémoire les détails pour la prochaine fois où il viendrait.

                         Une fois face à elle sur le seuil, il lui tendit la main et dit :

                         - Merci, ça a été très productif. Je suis sûr que ça sera une collaboration concluante.


                        ---------------------------------------------------------------------------------

                         Akseli se tenait devant la pizzeria où il travaillait comme livreur six jours par semaine : Michelangelo's pizzas. Aujourd'hui était son jour de repos hebdomadaire, c'est pourquoi il en avait profité pour rendre visite à sa nouvelle collaboratrice. Il avait décidé d'aller directement demander à son patron son accord pour faire de la publicité pour leur projet après l'avoir quittée. En effet, empiéter sur ses heures de travail pour négocier cela ne lui semblait pas être la tactique la plus efficace, et puis il n'avait rien de mieux à faire.  

                         Quand il entra avec un air légèrement contrit, le pizzaïolo bedonnant le regarda d'un air surpris. Il avait l'air d'avoir de la sympathie pour lui, surtout depuis que le blondinet lui avait fait croire qu'il s'occupait seul de sa mère malade. Pour lui, Akseli était un simple livreur sans trop de personnalité, timide mais gentil et qui faisait son travail sans se plaindre.

                         - Eh bien mon grand, tu t'es trompé de jour? demanda-t-il en essuyant ses mains pleines de farine. Tu bosses pas aujourd'hui.


                         - Je.. je sais, répondit-il.

                         Il s'approcha et repris regardant alternativement la face ronde du chef et les miettes qui gisaient sur le comptoir.

                         - Je voulais vous demander un service en réalité...

                         La dernière fois qu'il lui avait demandé quelque chose, c'était pour avoir le scooter de livraison sur son jour de repos pour un trajet privé - officiellement pour rendre visite à sa mère, officieusement pour tenter une intrusion foireuse chez Advent Tech. Le chef le lui avait concédé de bon coeur, mais serait-il aussi indulgent cette fois-ci?

                         Le blondinet prit une profonde inspiration, plongeant un regard pétillant dans celui de son patron pour partager l'enthousiasme qu'il ressentait vis à vis de ce qu'il planifiait de faire avec Valérie.

                         - Voilà, j'ai un projet avec une amie : on va développer une application de rencontre pour des méta humains, pour qu'ils puissent plus facilement parler de ce que ça leur fait ce changement qu'ils ont vécu. Comme ça, ils pourraient rencontrer des gens comme eux, ou des gens pas comme eux qui seraient curieux.


                         Akseli eut un sourire rêveur.

                         - Seulement, reprit-il, il faudrait que cette application ait un maximum de visibilité pour que les gens en entendent parler et qu'elle marche, et je me demandais si vous seriez intéressé pour être plus ou moins un sponsor? Comme ça quand on livrerait des pizzas, on laisserait aux clients des flyers pour qu'ils découvrent notre application. En retour bien sûr, il pourrait y avoir de la publicité pour la pizzeria sur l'appli pour que les utilisateurs en entendent parler! Qu'est-ce que vous en pensez?

                      • Maître du Jeu 2
                        Personnage non joueur
                        (0)10$010000000none
                        id20.03.17 17:30
                        (0)Volonté : 10Messages : $0$US : 10Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : noneBadges :
                        (0)10$010000000none
                        avatar
                        (0)10$010000000none
                          Le Pizzaïolo


                          Michelangelo écouta son livreur parler. Son idée de projet, une application de rencontre. Mais pour quoi faire ? L'homme grassouillet ne voyait pas trop l'intérêt de faire ça. Que les métas puissent se rencontrer ? Discuter ? Et échanger sur leurs expériences ? Cela avait des allures d'organisation, d'appel au soulèvement ou en tout cas: à des choses pas très catholiques. Déjà, Michelangelo n'aimait pas spécialement les métas, comprenez qu'il n'a rien contre eux, s'ils veulent une pizza: pas de souci, tant qu'ils payent, évidemment. Mais il en avait déjà vu un au coin de la rue qui agressait des piétons. Comme s'il ni avait pas suffisamment de racailles en ville pour que des types avec des pouvoirs s'y mettent également. Mais bon, il voulait bien reconnaitre qu'ils ne devaient pas tous être ainsi... Mais de là à les aider à se rencontrer, à ce qu'ils puissent échanger ce qu'ils ont vécus... Ce ne serait pas là la porte ouverte au crime organisé ?

                          Et donc, son livreur voulait de l'aide: faire un maximum de publicité pour toucher le plus de monde possible. Il lui demandait d'être: plus ou moins un sponsor. Autant Michelangelo était quelqu'un de gentil et prévenant, il appréciait le jeune homme mais là, autant le blondinet s'y prenait maladroitement à son gout. Il voulait que les livreurs distribuent des flyers en même temps qu'ils livrent les pizzas aux clients. En échange, faire de la publicité sur l'application pour la pizzéria. Oui pourquoi pas... Mais il ni avait là rien qui ressemblait à un sponsor. Le cuisinier s'était attendu à ce qu'il lui demande de l'argent pour financer son projet, pas juste de distribuer un vulgaire papier. Ce que n'importe quelle boutique pouvaient faire. N'importe qui pouvait venir avec ses flyers et demander à en laisser dans le restaurant pour que les clients les voient et s'y intéressent. Ce que le blond demandait, c'était tout à faire similaire... De là à parler de faveur...

                          "Elle est déjà faite votre application ? Ils ressemblent à quoi vos flyers ? Et pourquoi cet intérêt pour les métas ? Enfin, je n'ai rien contre eux hein !"

                          Michelangelo se retourna pour retourner s'occuper de sa pâte à pizza. Un peu mal à l'aise à l'idée qu'on le pense anti-méta, surtout que le blond pouvait en être un, il n'en savait strictement rien. Il lança un bref regard à son livreur et lui fit un sourire qui se voulait amical et rassurant.

                          "Après tu peux laisser des flyers ici, les clients en prendront et on peut en glisser avec la carte des menus lors des livraisons bien sur. Comme on le fait déjà pour la boutique de fleurs du coin de la rue. Après... Pas besoin de me faire de publicité. Tu sais, voir débarquer ici un client mécontent: je n'aime pas ça, si en plus il a des pouvoirs, encore moins. Je ne veux pas de problèmes. Avec qui que ce soit d'ailleurs ! Autre chose ?"