Metro, l'Apocalypse à vos portes : Forum RPGCHRONOSREP
Amélioration du contenu graphique

29.05.2017 | Découvrez les dernières améliorations graphiques du design !

Recrutement & Animation

10.06.2017 | Lazarus passe à la vitesse supérieure !

Recensement & Prépa V3

29.07.2017 | Préparez-vous à de gros changements...

Version 3.0 en ligne !

03.09.2017 | Récapitulatif des changements et feedbacks des joueurs

Du mouvement dans les rangs

03.09.2017 | Changements dans le staff

Boutique & Races 3.0

16.10.2017 | Elles sont enfin là :)

test
test

Dark encounter in a dark alley

Aller à la page : 1, 2  Suivant
  • Cain Powell
    CIVIL - Dominateur
    (6)2267606102000000
    id09.03.17 0:27
    (6)Volonté : 226Messages : 7606$US : 102Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : Badges :
    (6)2267606102000000
    avatar
    (6)2267606102000000
      CIVIL - Dominateur
      5 septembre 2016
      UNE SOMBRE RUELLE



      Cain était arrivé à LibertyTown il y a peu. Mais il n'était pas du genre à chômer. Aussitôt sur place, il s'était déjà mis au travail. Tout d'abord un lourd abattage de recherches afin de mieux comprendre les enjeux des différents quartiers, qui les contrôlaient, comment et pourquoi. Et part travail de recherche, comprendre bien entendu qu'il a lourdement manipulé les gens pour obtenir les réponses à ses questions, que ce soit par le biais d'intimidation ou bien tout simplement en abusant de ses facultés de méta-humain.

      Dans tous les cas, en connaissance de cause, il avait décidé de faire du gang Kerberos sa première cible. C'étaient eux qui opéraient dans des secteurs qu'il connaissait le mieux et seraient donc la cible la plus facile du lot. Trouver des membres du gang n'était pas particulièrement complexe. Remonter la chaîne petit à petit pour retomber finalement sur les leaders était une autre paire de manche. C'est armé de patience que Cain opérait. Il savait qu'après un peu de réussite, tout s'accélérerait pour lui.

      Il avait réussi à localiser deux membres plus ou moins haut gradés du gang après avoir longuement tiré les vers du nez d'autres agents de Kerberos. Il était ainsi en route pour pouvoir contrôler ces deux individus, que ce soit de manière naturelle ou non, ce n'était pas important, la finalité serait la même : Kerberos allait changer de propriétaire dans un avenir proche. En avançant dans la petite ruelle où il était supposé trouver ses deux victimes, Cain se retrouva avec deux cadavres non loin devant lui, et une figure masquée, de dos, entre eux, sans aucun doute l'auteur du "crime".

      C'était sans aucun doute un frein à ses plans, mais rien d'insurmontable. Il était cependant intéressant d'obtenir l'information sur qui était cet assassin et quels étaient ses motifs.


      J'avais besoin de ses hommes en vie.



      La lourde voix rocailleuse de Cain résonna alors entre les murs de la ruelle. Il prit exprès un ton particulièrement grave, cherchant à forcer ses capacités dans l'unique but d'intimider son interlocuteur avant que son dernier ne commence à lui répondre, ou même ne se retourne face à lui. Les bras croisés sur sa poitrine, il n'était pas inquiet un seul instant quand à sa sûreté face à un meurtrier potentiel.


      Pourquoi les as-tu tué ? Et méfie toi des mots que tu vas employer, je suis pressé et de mauvaise humeur.



      Il avait l'habitude de se sortir de ses situations délicates via la parole uniquement et comptait bien faire de même cette fois-ci de nouveau. C'était d'ailleurs devenu encore plus simple depuis qu'il avait obtenu son pouvoir, mais dans la mesure du possible, il ne s'en servait pas systématiquement.



      Spoiler:
       
    • Hannibal V. J. Powell
      GouverneurHannibal
      (0)6272309158000000FondatriceFranc-maçonAmoureuse
      Poule pondeuse
      id10.04.17 22:40
      (0)Volonté : 627Messages : 2309$US : 158Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : FondatriceFranc-maçonAmoureuse
      Poule pondeuseBadges :
      (0)6272309158000000FondatriceFranc-maçonAmoureuse
      Poule pondeuse
      avatar
      (0)6272309158000000FondatriceFranc-maçonAmoureuse
      Poule pondeuse
        GouverneurHannibal


        « Feeling my faith erode »

                  Petite impératrice tombée de son trône il y a maintenant dix ans est décidée à reprendre les rennes, affirmant pouvoir et autorité sur qui peut bien se mettre à genoux devant-elle : c'est à dire à peu près tout le monde. Très peu d’exceptions se comptent sur les pointes efféminées de ses doigts, souvent les ongles rouges carmin comme le sang qu'elle laisse aisément couler à chaque passage furtif chez une cible choisie avec affection. Hannibal n'a rien d'une douce mélodie mais sonne à la manière d'un Lacrimosa quand elle apparaît dans vos parages, rien de bonne augure, pas même pour Satan en personne. Une haine qui l'habite depuis bien trop longtemps, formée pour évincer les erreurs que la nature a permis sûrement par mégarde : elle se voit comme un ange vengeur venu réparer les fracas de son Dieu adulé. C'est à cet effet qu'elle a très vite repris la charge de l'ETA sur ses épaules : vingt huit années et commandante suprême d'une organisation qui ne veut pas que du bien pour la population « diversifiée » de LibertyTown. Une illuminée armée et préparée pour mettre à bien son objectif : l’annihilation de toute forme méta-humaine.

        La colombe avait trouvé ses nouvelles cibles, deux membres du gang de Kerberos - et bien qu'il y ait une omerta sur les gangs de cette ville - Hannibal avait choisi de n'épargner personne. Pas même son propre sang. Vingt-heures, pas loin, le soleil se couche et LibertyTown semble pourtant s'animer. Une magie inexplicable qui, pour une fois, semblait ravir la militaire. L'amour malsain de ses gens à céder à l'alcool, aux plaisirs charnels, en faisait des personnes facilement trouvables... et à piéger. Une sombre ruelle, deux membres, un échange simple, rapide. Ego te absolvo. Du sang sur les murs, une inscription bien particulière qui signait l'oeuvre de la colombe à l'aile noire. L'unique membre à la marque en noire ne faisait pas les choses à moitié, et ne se permettrait surement pas que ce soit le cas.

        Jusqu'à cette voix. Et au-delà de la voix, c'est l'homme qu'elle porte par ses mots. Ce seul et unique être pour lequel Hannibal est redevable. Celui pour qui elle a porté la vie dans un silence mortuaire, sans qu'il n'ait un seul soupçon sur les faits. Celui pour qui elle aurait tout donné afin qu'il sorte de son esprit, de sa vie... et se taise à tout jamais. « Pas toi je t'en supplie... » Dans sa voix on sentait bien plus que de la peur, mais de la terreur. Cain Powell. Tremblante, elle vacillait entre les cadavres dans le désespoir de pouvoir se sortir d'ici... Sans perdre plus que ce qu'il n'a déjà pris.

        AVENGEDINCHAINS
      • Cain Powell
        CIVIL - Dominateur
        (6)2267606102000000
        id11.05.17 3:05
        (6)Volonté : 226Messages : 7606$US : 102Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : Badges :
        (6)2267606102000000
        avatar
        (6)2267606102000000
          CIVIL - Dominateur

          You've made a huge mistake

          Dès lors qu'elle se retourne, Cain la reconnait immédiatement. Elle a beau avoir grandit depuis la dernière fois qu'il l'avait vue, il ne pouvait se tromper à son sujet, pas ELLE.

          ...J'avais BESOIN d'eux Hannibal Von Jäggerjack...VIVANTS !

          Quand Hanni était plus jeune, Cain faisait référence à elle en la qualifiant de "rejeton" ou même "parasite". Ce n'était pas tellement péjoratif envers elle, plus envers les enfants d'une manière générale. Rarement il l'avait appelée par son prénom, très très rarement. Plus tard, elle gagnait le sobriquet de toutes les autres : "femme". Qu'il l'appelle par son nom complet ici avait à peu près le même effet que quand vous êtes tranquillement assis dans votre chambre et que vous entendez le ton dur de votre mère vous appeler par votre nom de famille. Vous ne savez pas quoi, mais vous savez que ça sent pas bon pour vos matricules.

          L'air sévère, il la fixait droit dans les yeux, d'un regard pouvant vous glacer le sang et remettre en cause votre simple présence face à lui. Baissant brièvement ses pupilles pour bien constater que les deux cadavres n'étaient autres que ses cibles. Il s'était donné du mal, faisant le travail lui-même qui plus est, pour parvenir à les localiser... Si la personne debout face à lui à cet instant était une autre, il lui aurait déjà ordonné de se fracasser le crâne contre le mur d'à côté, mais Hannibal avait trop de valeur pour ça, il allait devoir canaliser la colère qui montait doucement en lui.

          Avant de réfléchir à comment tu vas payer pour ça, je vais te demander... une seule fois... Pourquoi les as-tu tué ? Tu as la chance de connaître mon aversion pour les gens qui mentent ou tournent autour du pot donc fait nous tout deux une faveur et n'aggrave pas ton cas.

          A mesure qu'il parlait, ses doigts se resserraient dans sa main pour former son poing, presque crispé. Il n'était pas du genre à particulièrement apprécier la gente féminine, c'était le moins que l'on puisse dire. Les respecter était hors de propos, et lever la main sur elles n'était pas un problème pour Cain. Ça, elle le savait que trop bien. Sexiste au possible, voir que ses plans étaient embêtés était une chose, par une femme... S'en était une toute autre.

        • Hannibal V. J. Powell
          GouverneurHannibal
          (0)6272309158000000FondatriceFranc-maçonAmoureuse
          Poule pondeuse
          id13.05.17 23:46
          (0)Volonté : 627Messages : 2309$US : 158Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : FondatriceFranc-maçonAmoureuse
          Poule pondeuseBadges :
          (0)6272309158000000FondatriceFranc-maçonAmoureuse
          Poule pondeuse
          avatar
          (0)6272309158000000FondatriceFranc-maçonAmoureuse
          Poule pondeuse
            GouverneurHannibal


            « Feeling my faith erode »

                   « N'oublie jamais Hannibal, tu me devras bien plus  qu'un service. » Ces paroles qui raisonnaient, un écho lointain qui apparaît à présent comme un cri d'alarme, comme une sentence irrévocable alors persuadée qu'elle n'aurait plus jamais à croiser son regard.  L'air qui lui manquait plus tôt revient peu à peu, son corps alors brûlant de terreur retrouve son teint glacé, sa saveur froide, son apparence cadavérique. Voilà bien longtemps qu'elle ne s'était pas sentie vivante, apeurée, perdue. Quelque chose chez cet homme a changé, l'homme qu'elle a connu autrefois n'était pas aussi imposant, pas aussi charismatique. Il avait cette fougue, cette innocence brisée. Il avait toute son admiration. Maintenant il n'a plus rien, hormis un être fait de sa chair et de son sang porté pendant neuf mois, hormis le statut du père de son fils. Et ça, ça la tuait de l'intérieur. « Chien battu a rongé sa laisse pour s'extirper des coups de son maître... Petit chien perdu cherche son chemin ? Caïn, je t'ai connu plus docile. » La terreur qui l'habitait il y a encore quelques minutes a disparu. Encore étonnée de ce qui venait de lui arriver, Hannibal resta tout de même sur ces gardes : il y a de très fortes chances qu'il fasse parti de l'un d'entre eux. Plus rien ne peut la surprendre... Hormis être éprise par une telle peur.

            Rapidement, un coup d’œil sur toutes les issus possibles : elle pouvait largement tenter le combat contre lui, ses années à l'armée et sa maîtrise du corps à corps surpassait de loin la sienne. Le seul problème, c'est ce dont il a été capable il y a quelques minutes, si il recommence il risquerait de pouvoir l'attendre et celle-ci ne rien faire. « Ces hommes là traitent avec mon père. Traitaient. Je veux détruire son business... Il semblerait que toi aussi, si ils t'intéressent ? » Menteuse ! Menteuse ! Bonne menteuse. Caïn avait des chances de découvrir ses mensonges, il a toujours eu un don pour ça... Pourtant Hannibal a toujours été douée pour faire avaler des couleuvres, même à lui, même à son père. Moins de chances pour lui de découvrir son lien avec l'ETA : très peu de personnes en connaissent l'existence.  Personne n'est assez renseigné, personne n'est assez doué pour déterminé qui elle est, quels sont ses buts et pourquoi elle fait ça.

            Une voix résonne, un cri, des pleurs... Dès lors qu'elle croise son regard, elle l'entends, elle le voit. Le bébé. « Il te retrouvera et te tuera, ne joue pas sur ses plates bandes, ne tente pas de faire quoi que ce soit pour devenir plus puissant que lui. Tu n'es personne Caïn Powell. » Jouer avec le feu, jouer avec son impulsivité. Qu'il vienne au corps à corps, elle le couchera sur le champ.

            AVENGEDINCHAINS
          • Cain Powell
            CIVIL - Dominateur
            (6)2267606102000000
            id14.05.17 0:13
            (6)Volonté : 226Messages : 7606$US : 102Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : Badges :
            (6)2267606102000000
            avatar
            (6)2267606102000000
              CIVIL - Dominateur

              You've made a huge mistake

              Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'Hannibal avait pris la confiance en s'éloignant de son père. Elle essayait presque même de lui tenir tête. Habituellement, seuls ceux qui n'avaient jamais eut affaire à lui emprunter cette route sinueuse. Il semblerait qu'en tant d'années passées à l'écart, elle avait oublié à quel point il pouvait être terrifiant.

              Docile ? ... Femme, tu dois penser aux moments où je manipulais ton père comme un pantin. Remémore toi plutôt quand nous étions seuls. Qui était docile à ce moment là ? N'était-ce pas toi qui couinait à chacun des coups ? Qui finissait par implorait pour subir d'avantage ?

              Des hommes de son père ? Qui seraient également membres de gangs ? A LibertyTown ? Difficile à croire, mais elle ne semblait pas mentir. Un triste concours de circonstances pour eux. Mais Boston était derrière Cain et si jamais le père d'Hannibal mettait les pieds ici, il n'aurait pas le luxe d'être chez lui cette fois.

              Ooooh ? Des menaces ? Elle le menaçait ? LUI ? Un petit rire moqueur s'échappa un instant de la bouche de Cain. C'était son quotidien depuis peu d'être menacé, mais jamais il n'avait imaginé qu'Hannibal serait de ceux ayant recours à ça. Il allait devoir lui apprendre à respecter la chaîne alimentaire.

              Reprenant un air sévère, menaçant, d'un regard dur capable de glacer le sang et de figer le temps autour de vous, il mima de sa main droite une forte emprise sur le cou de la jeune femme.

              Apprend à rester à ta place, femme ! Ne te prend pas pour mon égal, encore moins mon supérieur. Tu n'es rien face à moi. D'une simple pensée, d'un simple geste de la main, d'une simple pression de mes doigts, je peux t'arracher la tête, me saisir de ta gorge et te regarder gigoter jusqu'à ce que tu expulses ton dernier souffle d'air. Tu es en vie car je te tolère. Tu as échappé à ton père car je te tolère. Ne fait pas l'erreur de te dresser face à moi.

              Le ton était clair. La moindre bavure à venir de la part d'Hannibal allait laisser des séquelles...


              Spoiler:
               
            • Hannibal V. J. Powell
              GouverneurHannibal
              (0)6272309158000000FondatriceFranc-maçonAmoureuse
              Poule pondeuse
              id19.05.17 13:31
              (0)Volonté : 627Messages : 2309$US : 158Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : FondatriceFranc-maçonAmoureuse
              Poule pondeuseBadges :
              (0)6272309158000000FondatriceFranc-maçonAmoureuse
              Poule pondeuse
              avatar
              (0)6272309158000000FondatriceFranc-maçonAmoureuse
              Poule pondeuse
                GouverneurHannibal


                « Feeling my faith erode »

                             « Ce jour-là, j'aurai dû mourir plutôt que de te devoir quoi que ce soit...» Comme-ci la main de Caïn lacérait son cou, elle tentait de la retirer, de toutes ses forces, à s'en mutiler... Tellement l'air lui manque. Le sang coule de son cou, arpente sa poitrine et file entre ses habits noirs pour s'y perdre. A tout cela s'ajoute une peur effroyable, un effroi qui ne veut la quitter et semble doucement la détruire, la dévorer, la tuer. Naturellement Hannibal n'est pas intimidable, ayant longtemps tenu un rôle supérieur à tous les autres, se montrant au-dessus - autant en capacité mentale que physique - et prouvant sa force inné. Une aura se dégage, ce quelque chose qui fait qu'on s'en écarte ou s'en approche, au risque de se brûler.

                            Caïn est cette exception. Dix années d'écart qui n'ont jamais vraiment pris place dans leur relation et n'aura jamais eu un quelconque impact. Il était cet homme dangereux, fougueux, mystérieux et auquel son père accordait peut-être autant d'importance qu'à elle : et ça, c'était ce qui animait l'intérêt de la jeune demoiselle. Refusant systématiquement sa présence lorsque Caïn était là, son père tentait de protéger sa tendre et chère petite fille de l'influence néfaste de ce bandit. Puis... Elle a ouvert la boite de Pandore. La première fois ce fut un échec cuisant, si il s'était retenu de la frapper, Hannibal n'avait pas retenu ses coups et quand bien même elle aurait du finir en bouillie, la jeune demoiselle resta intact. Les fois suivantes ce fut différent, Caïn ne resta pas impassible, autant à sa nervosité qu'à son charme. La dernière fois qu'ils se sont vu, ce soir là où Hannibal quitta le cocon familial pour s'engager dans l'armée, Caïn déposa en son être plus qu'un moment inoubliable mais la vie. « Il me semble que ce soir là, nous étions bien des égaux. Ce n'était pas ton mental macho et dominateur qui parlait mais bien ton cœur. » Voilà bien longtemps que la colombe n'avait pas pleuré, n'avait pas laissé toute sa colère, sa peur et sa tristesse se déverser. « Tu m'as déjà brisée Caïn, ne recommence pas, je t'en prie... » Elle ne savait pas vraiment si c'était la peur ou ses profonds sentiments qui parlaient à ce moment précis... Pourtant quelque chose en Hannibal venait de resurgir et ses mains qui étaient à son cou, finirent par se réfugier contre son ventre. Une douleur innommable la prenait au point d'en tomber à genoux. « Je pensais fuir mon père mais c'était toi le problème. » Fixant le sol, les larmes qui coulaient sur ses joues finissaient sur le sol... Comme-ci le ciel entendait ses maux, l'orage brisa le silence et une pluie battante tomba sur LibertyTown.

                AVENGEDINCHAINS
              • Cain Powell
                CIVIL - Dominateur
                (6)2267606102000000
                id21.05.17 3:03
                (6)Volonté : 226Messages : 7606$US : 102Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : Badges :
                (6)2267606102000000
                avatar
                (6)2267606102000000
                  CIVIL - Dominateur

                  You've made a huge mistake

                  Piquer l'orgueil de Cain avait été une erreur qu'Hannibal ne referait certainement pas de sitôt. Frappée de plein fouet par l'intimidante prestation du bandit, elle en perdit les moyens. Face à lui, elle était comme face à un géant la dépassant de plusieurs mètres, une présence vous faisant perdre tous ses moyens. Mais... Si il est vrai qu'un géant menaçant vous plonge dans son ombre qui peut sembler être tels les abysses, il est possible aussi d’interpréter ça comme si vous étiez simplement protégés du reste du monde. Dans l'ombre du géant, personne ne vous voit, personne ne vous entend. Lorsqu'Hannibal se livra à lui, ses nerfs avaient lâchés, mais ce n'était plus de la peur qui l'habitait. Ce n'était plus de l'appréhension face à Cain. C'était presque du soulagement d'avoir pu expulser ces mots, ces pensées de son être.

                  A mesure qu'elle parlait, qu'elle pleurait, l'homme restait impassible, silencieux. Sous la pluie battante, il demeurait immobile face à elle. Ses cheveux trempés masquaient une partie de son visage, dont ses yeux, rendant son expression illisible. Avançant de quelques pas, il s'approcha d'elle. Il se saisit alors fermement de ses épaules, serrant sans doute suffisamment pour faire presque mal. Sans vraiment forcer, il la plaqua contre le mur qui était là.

                  Une famille, est une faiblesse. Faiblesse que je n'ai plus. Les enfants sont une faiblesse. Faiblesse que je n'ai pas. Les amis sont une faiblesse. Faiblesse que je n'ai pas. L'affection envers d'autres est une faiblesse. Faiblesse que je n'ai pas.

                  Il marque une petite pause, marquée par la foudre qui déchire alors le ciel de LibertyTown en deux, assourdissant presque la majorité des gens n'étant pas encore à l'abris de l'orage.

                  Pour faire ce que je fais, je dois être fort, plus que les autres. Moins on a de faiblesses, plus on est forts. Mes adversaires ne peuvent exploiter aucune faiblesse de ma part car je n'en ai pas. Ils ne peuvent que s'attaquer directement à moi, et ils échouent.

                  Toi... Tu n'es pas une faiblesse.

                  Plus maintenant.


                  Il relâche son emprise sur elle alors, puis se détourne doucement, faisant volte face, comme pour partir sur cette note. A mi-chemin dans la petite ruelle, il s'arrête, figé sur place, sous la pluie qui a redoublée d'intensité.

                  Tu es forte maintenant.
                • Hannibal V. J. Powell
                  GouverneurHannibal
                  (0)6272309158000000FondatriceFranc-maçonAmoureuse
                  Poule pondeuse
                  id21.05.17 17:47
                  (0)Volonté : 627Messages : 2309$US : 158Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : FondatriceFranc-maçonAmoureuse
                  Poule pondeuseBadges :
                  (0)6272309158000000FondatriceFranc-maçonAmoureuse
                  Poule pondeuse
                  avatar
                  (0)6272309158000000FondatriceFranc-maçonAmoureuse
                  Poule pondeuse
                    GouverneurHannibal


                    « Feeling my faith erode »

                                 Yeux écarquillés, immobile, le souffle coupé, le contact fut tant sulfureux qu’électrifiant. Hannibal pouvait sentir son souffle, son cœur battre... voir ce visage entaillé par les méfaits de la vie, si brut d'apparence mais tendre au cœur de la jeune femme. Paralysée, tentant en vain de poser sa main sur son visage, elle esquissa un refus total de par son manque de force ; Caïn a toujours eu le don de la maîtriser, quoi qu'elle puisse faire ou dire. Cette fois là, ce n'était pas "ce don" mais bien "ce regard", celui-là même qui a toujours certifié qu'Hannibal avait fait le bon choix en offrant son cœur à la seule et unique personne qu'est à présent face à elle. Les mots de son agresseur eurent l'effet d'un tsunami... ravagée, Hannibal ne sut quoi dire, quoi faire. Postée là, silencieuse, presque dans un silence macabre, la petite impératrice comptait les cicatrices qui saignaient à nouveau. Lorsqu'il s'écarte pour lui tourner le dos, ce qui était de la peur se transforma en colère. « Caïn... » Un murmure, un souffle. « Caïn... ! » Plus fort, audible et perceptible. « CAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAIN !!!!! » Un hurlement qui venait des tréfonds de son âme, entre colère, peur, joie, tristesse et amour. Libérée, ce qui semblait la tétaniser s'évapora en même temps que ses cris. Aussitôt elle couru, à grand pas pour se jeter contre lui et l'attraper, glissant ses bras autour de ses côtes, le serrant de toutes ses forces.  Hannibal redevenait cette enfant, cette gamine de dix huit ans qui courait après l'homme de sa vie, tentant de captiver toute son attention, être le centre de son monde. « Est-ce que tu sens mon cœur ? Est-ce que tu l'entends ? » Sa poitrine s'écrasa contre la grandeur de son dos musclé, le souffle langoureux et voluptueux. « Si tu le brises à nouveau, c'est toi que je briserai. » Plus forte, son étreinte était violente, brutale, elle aurait pu briser les côtes de n'importe quel homme avec ce qu'elle offrait là... mais le titan qui se trouvait dos à elle, pas celui-là. « J'aurai pu être ta plus grande force, mais tu t'écartes de ton trône d'empereur... » Comprendrait-il cette référence, dix ans plus tard ? Avait-il oublié Hannibal tout ce temps.. ?

                    La jeune femme lâche prise, essoufflée, yeux rivés vers le sol... Quelle est la suite à présent ?

                    AVENGEDINCHAINS
                  • Cain Powell
                    CIVIL - Dominateur
                    (6)2267606102000000
                    id21.05.17 23:32
                    (6)Volonté : 226Messages : 7606$US : 102Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : Badges :
                    (6)2267606102000000
                    avatar
                    (6)2267606102000000
                      CIVIL - Dominateur

                      You've made a huge mistake

                      Cette conversation, c'est sa libération. Elle murmure, elle parle, elle exulte puis se jette sur Cain. Il ne bouge pas, la laisse l'enlacer, le serrer contre elle sans frémir. Elle savait qu'il n'était pas de ceux qui montrait ses émotions en public. Mais tout cela semblait bien peu lui importer à cet instant. Oui. Oui il sentait son cœur battre. Comment ne pas l'entendre résonner en lui lorsqu'elle se serrait si fort dans son dos ?

                      Tu n'es plus suffisamment faible pour que je brise ton cœur à nouveau.

                      C'est alors que son bras se relevait doucement pour poser sa main sur celles d'Hannibal qu'un passant s'arrêta au bout de la rue et regarda en leur direction, semblant s'attarder doucement sur les deux corps un peu plus loin. Cain stoppa son geste et fixa son regard le plus sévère vers l'inconnu, qui trembla de manière très visible en un instant, sursautant et pris les jambes à son cou aussitôt. La main du bandit retombe alors le long de son corps, sans s'attarder sur celles de la jeune femme dans son dos.

                      Tournant la tête derrière lui, Cain regarda par dessus la tête d'Hannibal pour voir un petit renfoncement dans l'allée, qui lui permettrait de poursuivre cette conversation à l'égard des regards indiscrets. Se tournant alors, il passe son bras dans le dos de la jeune femme et la ressert contre lui d'avantage, la soulevant du sol en même temps. En quelques pas, il se retrouva dans le fameux renfoncement. Reposant la belle au sol, il la plaqua dos au mur. Sa main se posa alors sur la cuisse d'Hannibal. La griffant, il remonta doucement d'un geste fluide, glissant sur son fessier, ses hanches, sa taille, le bord de sa poitrine, jusqu'à se figer autour de son cou, qu'il empoigna. Il lui adressa tout de même quelques mots à mesure de son geste.

                      Je vais prévenir ton père que deux de ses agents à LibertyTown sont morts. Ça pourra peut être débouché sur un règlement de ma dette envers lui.

                      Il pensait à voix haute surtout... L'emprise de sa poigne sur Hannibal était assez forte, de quoi laisser une marque après quelques instants, mais il ne faisait pas ça pour l'étouffer. Seuls ses doigts était serrés sur les côtés du cou, ce qui lui laisserait tout de même la possibilité de respirer normalement... presque...
                    • Hannibal V. J. Powell
                      GouverneurHannibal
                      (0)6272309158000000FondatriceFranc-maçonAmoureuse
                      Poule pondeuse
                      id22.05.17 12:42
                      (0)Volonté : 627Messages : 2309$US : 158Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : FondatriceFranc-maçonAmoureuse
                      Poule pondeuseBadges :
                      (0)6272309158000000FondatriceFranc-maçonAmoureuse
                      Poule pondeuse
                      avatar
                      (0)6272309158000000FondatriceFranc-maçonAmoureuse
                      Poule pondeuse
                        GouverneurHannibal


                        « Feeling my faith erode »

                                       Cain... La peine éprouvée se dissipa pour laisser place à une attention toute particulière à celui-ci, si vide et pleine d'émotions à la fois. Aussitôt qu'il souleva tout son être, le réconfort se trouva auprès de son corps chaud, se laissant bercer par son parfum si particulier, par les battements de son cœur. Moi aussi, je l'entends, je le sens. Hannibal repensait à toutes ses fois où ils eurent un simple échange, avec de la douceur, de la sensualité. Des moments beaucoup trop rares, presque inexistants. Alors elle savourait, elle profitait de ce moment où Cain Powell lui montrait un soupçon de tendresse.

                                      Le simple contact de sa peau contre la sienne, la sensation d'être au cœur de son attention, le centre de son univers, rien qu'un court instant... La petite impératrice s’extasiait, se laissant aller vers ses penchants plus prononcés, plus violents, adoptant un regard des plus docile à son assaillant. Instinctivement, la demoiselle posa ses mains sur son avant bras, celui-là même qui la bloquait contre le mur, main à sa gorge. Des mains qui caressaient son bras, tout en maintenant son regard dans le sien. Pendue à ses lèvres, toute ouïe de ce qu'il pouvait bien lui dire, Hannibal avait adopté un comportement bien différent en quelques secondes. « Tu veux vivre sur mes succès maintenant ? » Pour autant, même dans une situation telle que celle-ci, Hannibal ne perd pas le nord : si il contacte son père et reçoit une réponse qui ne convient pas, Cain pourrait bien revenir pour lui briser tous les os. Cette fois-ci, elle n'est pas sûre que la discussion prenne le même chemin. Son secret doit-être bien gardé, caché au monde entier... Et surtout à lui. « J'ai des comptes à régler avec lui, laisse moi m'en charger sans intervenir. » La phrase se voulait plus longue, ornée d'une menace pour laquelle il y aurait sûrement grosse conséquence. Pas sûre que l'impératrice les assume encore une fois.

                                   Pour clore la discussion, taire le moindre désir de la prolonger, la colombe a sa technique secrète, celle qui le plie sans cesse : elle prend sa main, amène son doigt à sa bouche et commence à le suçoter, jouant à la fois de sa langue et coup de crocs. Aussitôt qu'elle pense avoir capté toute son attention, elle tente de s'avancer jusqu'à son cou pour y déposer un baiser, et plus si affinités. « Cain Powell, me feriez vous l'honneur de... » Jusqu'à cette énorme gifle qui vient s'écraser sur le visage brut et durcit de l'homme. « ... me lâcher immédiatement où tu rejoins les deux autres cadavres à quelques mètres de toi. Tu crois pouvoir me sauter dans cette ruelle avec tout ce que tu m'as fais subir ? Tu croyais que quelques tendresses effaceraient ma colère ? Lâche moi ou je te démonte. » Vicieuse vipère déjà prête à toute éventualité.

                        AVENGEDINCHAINS
                      • Cain Powell
                        CIVIL - Dominateur
                        (6)2267606102000000
                        id22.05.17 21:47
                        (6)Volonté : 226Messages : 7606$US : 102Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : Badges :
                        (6)2267606102000000
                        avatar
                        (6)2267606102000000
                          CIVIL - Dominateur

                          Give me your heart and soul

                          Il s'attendait à ce genre de réponse de la part d'Hannibal à vrai dire. Tant et si bien qu'il en serait presque amusé. Presque. Sans esquisser le moindre changement émotionnel sur son visage, il se pencha en avant pour aller murmurer quelques mots à l'oreille de la jeune femme.

                          La dernière fois que tu m'as provoqué, tu t'es mise à pleurer comme une petite fille... méfie toi.

                          Alors qu'il se redressait suite à ces petits chuchotements, elle décida à passer à l'action, bien que toujours sous l'emprise de la poigne du bandit. Pendant quelques instants, il l'observe jouer avec son doigt dans sa bouche. Pour être tout à fait honnête, même si il ne le montrait pas forcément, c'était particulièrement excitant, et elle savait pertinemment l'effet qu'elle pouvait avoir sur lui avec ce geste.

                          Il savait ce qu'elle allait faire, s'attaquer à son cou était la suite habituelle à cette petite provocation de la chaire. Déliant légèrement son emprise, il lui donna l'occasion de s'approcher de lui pour parvenir à ses fins. La surprise fut plus grande quand elle tenta de lui administrer une monumentale gifle. Mais Cain l'avait vue venir celle là. Si bien qu'à quelques centimètres de son visage, la main d'Hannibal se figea. Monsieur Powell s'était saisit de son poignet, stoppant le mouvement qui aurait pu être plutôt blessant.

                          Il relâche alors sa prise sur son cou et s'écarte un peu d'elle, laissant également filer sa main. Fouillant sa veste trempée un instant, il sort une petite carte de sa poche et la tend vers Hannibal. Une adresse était inscrite  sur cette dernière. C'était dans le quartier des habitations d'Alpha. Si la jeune femme s'y connaissait un petit peu en immobilier, elle reconnaîtrait qu'il s'agisse surement de l'adresse d'un des immeubles les plus chers de Libertytown, même au sein d'Alpha. Il commence à repartir alors, s'éloignant à nouveau d'elle.

                          Tu pourras me trouver ici. Quand tu seras un peu plus calme, on pourra discuter.

                          Encore une fois, il lui tourne le dos, mais cette fois-ci, bien que d'un pas lent, il ne s'arrête pas pour le moment.
                        • Hannibal V. J. Powell
                          GouverneurHannibal
                          (0)6272309158000000FondatriceFranc-maçonAmoureuse
                          Poule pondeuse
                          id22.05.17 22:10
                          (0)Volonté : 627Messages : 2309$US : 158Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : FondatriceFranc-maçonAmoureuse
                          Poule pondeuseBadges :
                          (0)6272309158000000FondatriceFranc-maçonAmoureuse
                          Poule pondeuse
                          avatar
                          (0)6272309158000000FondatriceFranc-maçonAmoureuse
                          Poule pondeuse
                            GouverneurHannibal


                            « Feeling my faith erode »

                                            Quelle surprise, hésitante, peu sûre d'elle.... Hannibal reste muette, Cain suscitant en elle énormément de doutes mais surtout de sentiments contraires. Une heure plus tôt, ô grand jamais, elle n'aurait pensé, pas même imaginé, le fait que son ancien amant débarque dans cette ruelle pour la mettre dans un état pareil. Pourquoi faut-il toujours qu'il débarque au mauvais moment, lui mette chaînes et boulets à ses pieds, la réduisant à ses simples volontés... Pourquoi faut-il toujours que la colombe de retrouve en cage, acceptant sa sentence, se jouant et se complaisant de la situation ? L'échec de sa vie c'est la relation qu'elle entretien avec tous les hommes qui ont croisé son chemin : chacun d'entre eux a brisé son âme, son cœur... son existence entière.

                            Il s'écarte, prend de la distance et semble ne pas vouloir la torturer davantage : dans le fond, au-delà de son impétuosité, de son cœur de pierre et son âme imperméable, se cache un être de raison, de sentiments, qui a refusé de ressentir pour ne plus souffrir. Une chose qu'elle aurait du faire il a bien des années, s'inspirer de lui pour mieux avancer, elle a tenté... en échouant dans la douleur la plus intense. « J'ai.... J'ai... Porté la vie. J'ai porté une partie de toi. » C'était la révélation, celle-là même qui aurait un impact assez suffisant pour capter toute l'attention pour ne devenir que son univers. Hannibal ne faisait pas ça pour le retenir, ni pour le faire souffrir, quand bien même se venger... Mais pour se libérer d'un poids énorme, pour qu'il comprenne ô combien elle avait pu mourir, seule, tout ce temps. « J'étais seule... Je voulais... Je voulais que tu sois là mais je voulais te protéger avant toute chose. Je ne voulais pas que ton cœur se brise comme le mien s'est brisé ce jour-là. Je ne voulais pas qu'une balle de loge entre tes deux yeux... Je ne ... Je... » Dans un silence macabre, alors que la pluie cessa, Hannibal se laissa glisser contre le mur, carte en main, regard vide.

                            Un souffle, un second.. « Je passerai... Si tu veux en parler. ». Puis elle se rendit compte qu'elle n'attendait plus rien de lui, de la vie ou même du monde. Plus rien, en cet instant présent.

                            AVENGEDINCHAINS
                          • Cain Powell
                            CIVIL - Dominateur
                            (6)2267606102000000
                            id22.05.17 22:32
                            (6)Volonté : 226Messages : 7606$US : 102Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : Badges :
                            (6)2267606102000000
                            avatar
                            (6)2267606102000000
                              CIVIL - Dominateur

                              Give me your heart and soul

                              Ses premiers mots, cette phrase balbutiante, avait stoppé Cain dans son élan, figé net sur place, comme il l'était un peu plus tôt finalement. Mais cette fois-ci, Hannibal ne le voyait plus. Ces mots, il avait presque peur d'en comprendre la signification. Plutôt que de regarder devant lui, il leva la tête vers le ciel, fixant les nuages noirs qui faisaient pleuvoir sur LibertyTown. Si bien que seul Dieu pouvait voir son expression à cet instant. Quelques moments passèrent, il ne bougeait pas, tandis qu'elle s'effondrait.

                              Il avait compris ce à quoi elle faisait référence. Il avait compris les sacrifices qu'elle avait faits pour rester elle, pour lui, pour être encore là aujourd'hui. Les dernières goûtes ruisselaient alors sur le visage de Cain à mesure que la pluie stoppait.

                              Quelques secondes plus tard, il se tourna une nouvelle fois pour rebrousser chemin et se diriger une ultime fois vers Hannibal. Elle était recroquevillée sur elle-même par terre. Debout devant elle, le bandit se baissa à son tour. Il comprenait sa souffrance. Posant sa main sur la tête de la belle, il lui caressa doucement ses cheveux trempés pour ensuite lui ramener la tête contre sa poitrine, la serrant contre lui. Il l'enveloppa de ses bras et posa son menton sur le dessus de la tête d'Hannibal. Il resta ainsi quelques instants.

                              Tu n'as pas à souffrir seule.

                              Il se veut réconfortant, aussi étrange que ça puisse être. On pourrait presque se méprendre à penser qu'il s'agisse d'une personne différente, mais c'était bien Cain Powell. Il ne bougeait pas, continuant de la serrer contre lui. Ceux qui n'avaient pas décidés de l'abandonner, elle avait décidé de s'en écarter. Pendant trop longtemps, Hannibal s'était exclue du monde pour diverses raisons. Solitaire, Cain ne la comprenait que trop bien. Il comprenait les implications de ce qu'elle venait de lui avouer. Il aurait été cruel de la laisser là après tel aveux.

                              Où est-il ?

                              Tout du moins... Il pensait avoir compris...
                            • Hannibal V. J. Powell
                              GouverneurHannibal
                              (0)6272309158000000FondatriceFranc-maçonAmoureuse
                              Poule pondeuse
                              id22.05.17 23:37
                              (0)Volonté : 627Messages : 2309$US : 158Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : FondatriceFranc-maçonAmoureuse
                              Poule pondeuseBadges :
                              (0)6272309158000000FondatriceFranc-maçonAmoureuse
                              Poule pondeuse
                              avatar
                              (0)6272309158000000FondatriceFranc-maçonAmoureuse
                              Poule pondeuse
                                GouverneurHannibal


                                « Feeling my faith erode »

                                                Quelques mois avant son engagement, Hannibal pris rapidement conscience de son état physique. Nausée, prise de poids, douleurs à la poitrine, désirs sexuels à burlesque exhaustés mais surtout, et avant tout, la sensation d'avoir la vie en soi. Bien que très jeune, la colombe avait totalement conscience de ce qu'il se déroulait en elle et ce qu'elle pouvait offrir neuf mois plus tard. La surprise fut grande : peur, joie, excitation mais avant tout l'envie et le désir incommensurable de protéger ce petit être, envers et contre tous. Il n'y eut jamais de doutes quant à la paternité, Cain étant le seul homme pour qui Hannibal s'est offerte. Meurtrie un an plus tôt par le suicide de son frère, la jeune femme et future mère voyait à présent en elle un réconfort sans nul doute venu du ciel.

                                La décadence vint à peu près à six mois de grossesse, lorsqu'on lui annonça que l'enfant qu'elle portait, avait, en réalité, rien de bien vivant hormis un cœur qui bat et des os qui partaient en lambeaux. Une maladie rare, dont on ne connait pas la cause mais bien les conséquences, brisant les os des fœtus pour ne rien en laisser... Hormis une mère effondrée, en souffrance perpétuelle de savoir que l'amour de sa vie n'était déjà plus. Hannibal savait que... Lorsqu'elle le mettrait au monde, il mourrait aussitôt. Ce jour arriva et plus rien au monde ne comptait hormis.. « Wolfgang Abel Von Jäggerjack Powell. Il a eu le droit à... Une identité et énormément d'amour. Je l'ai tenu de longues heures dans mes bras avant que son souffle ne soit plus. Il... Il avait ton teint et ta bouche. Une jolie bouche. Il... Avait le meilleur de son père, un air audacieux et un regard de conquérant. »

                                Agrippée à ses vêtements, effondrée, en pleurs, elle ne savait même plus qui elle était, ce qu'elle faisait, ce qu'elle pouvait bien devenir à présent. Au fond, avouer une telle chose à Caïn, c'était comme lui mettre des chaines à ses poings, à ses chevilles et le priver de tout ce qu'il avait pu construire jusqu'ici : un mur contre lequel chaque peine, chaque souffrance s'effondrait. Hannibal venait d'ouvrir la brèche.

                                AVENGEDINCHAINS
                              • Cain Powell
                                CIVIL - Dominateur
                                (6)2267606102000000
                                id23.05.17 0:08
                                (6)Volonté : 226Messages : 7606$US : 102Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : Badges :
                                (6)2267606102000000
                                avatar
                                (6)2267606102000000
                                  CIVIL - Dominateur

                                  Give me your heart and soul

                                  Si il avait su, si il avait appris qu'il avait un fils, qu'il allait avoir un fils... Il se serait lié émotionnellement à lui et là, à cet instant présent, il serait en larmes, tout comme l'est Hannibal. Mais, presque tristement fidèle à lui-même, il ne présente pas d'émotion visible. Peut être une pointe de déception. Une déception envers sa propre personne. Peut-être aurait-ce été différent si il avait été là, si il n'avait pas laissée Hannibal partir seule. Mais tout cela était du passé désormais. Il était presque content qu'elle soit occupée à pleurer contre lui en ce moment, car ça voulait dire qu'elle ne voyait pas qu'il était demeuré peu affecté par ce qu'elle lui disait.

                                  Pour la première fois depuis longtemps, Cain n'en avait, à cet instant, cette nuit, plus rien à faire d'être vu avec quelqu'un d'autre. Passant ses bras sous le corps frêle d'Hannibal, il la souleva avec lui à mesure qu'il se redressait. La gardant dans ses bras, serrée contre lui. Un des deux membres du bandait la supportait tandis que son autre main remontait contre la tête de la belle, la forçant contre la poitrine de Cain.

                                  Sans dire le moindre mot, il se mit en marche, la laissant pleurer contre lui. Il se dirigea vers la grande rue qui recoupait cette petite impasse. Là il se mit en travers de la route, fixant droit la première voiture qui se dirigeait en sa direction. Sans rien dire, sans rien faire, celle-ci s'arrêta devant eux. Mais la voiture n'avait pas pillée, son conducteur avait calmement freiné avant de stopper son véhicule. Il en sortit alors puis se dirigea sur le côté, ouvrant sa portière arrière et invitant d'un geste Cain à y entrer.

                                  Toujours en portant Hannibal dans ses bras, il entra dans le véhicule, et toujours sans dire le moindre mot, ce dernier repris sa route. En quelques minutes, grâce au trafic réduit la nuit, la voiture arriva à bon port et s'arrêta de nouveau. Le conducteur sortit de nouveau pour ouvrir la porte à Cain qui portait toujours la mère de son fils entre ses mains. Ils étaient arrivés à Alpha. Au sein du quartier le plus chic de Libertytown, ils étaient dans le chic du chic. En entrant dans l'immeuble, les gardiens l'accueillirent de petites courbettes accompagnées d'un honorifique "Bonsoir, M. Powell."

                                  Seuls dans l'ascenseur, toujours aucun mot, toujours sans la lâcher. Ils arrivèrent rapidement au dernier étage du bâtiment. L'ascenseur ouvrit ses portes, directement dans l'appartement. Ce n'était pas un palier où il y avait plusieurs logements. A cet étage uniquement, le palier complet était le logement. Une surface gigantesque semblant appartenir à Cain. Doucement, il se déplaça vers l'une des chambres, où il déposa Hannibal sur le lit pour la laisser là. Il aurait pu s'allonger à côté d'elle, continuer de la prendre dans ses bras, mais il alla dans une autre pièce...

                                  Sans même s'enfermer, il était dans l'une des salles de bains, assis au fond de la baignoire, le pommeau de douche allumé lui faisant couler de l'eau chaude sur le dessus de la tête.

                                  Il était encore habillé... Recroquevillé sur lui-même, son visage niché dans ses mains contre ses genoux...
                                Aller à la page : 1, 2  Suivant