Metro, l'Apocalypse à vos portes : Forum RPGCHRONOSREP
Amélioration du contenu graphique

29.05.2017 | Découvrez les dernières améliorations graphiques du design !

Recrutement & Animation

10.06.2017 | Lazarus passe à la vitesse supérieure !

Recensement & Prépa V3

29.07.2017 | Préparez-vous à de gros changements...

Version 3.0 en ligne !

03.09.2017 | Récapitulatif des changements et feedbacks des joueurs

test
test

The game is on.

  • Gabriel Anson
    Delta - Esprit Libre
    (0)4611142725403040530none
    id31.03.17 18:20
    (0)Volonté : 46Messages : 1114$US : 27Xp : 25Force : 40Résilience : 30Agilité : 40Réflexes : 5Spiritualité : 30Astuce : noneBadges :
    (0)4611142725403040530none
    avatar
    (0)4611142725403040530none
      Delta - Esprit Libre
      The Game is ON.


      Gabriel Anson
      &

      Derek Andersen



      Fin d'après-midi
      Usketon - Lasergame

      _________________________________________________________



      Une seconde partie débutait pour Deidara. L’après midi touchait à sa fin et il s’était attardé par le complexe Usketon pour se détendre un peu. Pas qu’il était particulièrement tendu me diriez-vous, mais le blond n’était pas du genre à se refuser un petit plaisir impulsif en fin de journée. Voilà quelle était la raison de sa présence au milieu de ce dédale de couloirs et plateformes, plongés dans une obscurité éclairée presque uniquement de néons à lumière noire. Les cheveux relevés dans un chignon désordonné, un gilet connecté sur le dos, éclairant ce dernier ainsi que son poitrail d’une lumière bleue, il chassait d’un pas léger, arme à la main.  

      Évidemment, le but premier d’une partie de Lasergame n’était pas de s'affronter en duel. Deidara n’avait jamais eu l’esprit d’équipe cependant, et c’est ainsi que son objectif était passé du simple : « obtenir un maximum de points » à « mettre des battons dans les roues de ce satané blond. » Oui il y avait un second blond dans cette histoire. Difficile de le décrire avec précision, la pénombre n’aidait en rien, mais l’artiste arrivait à y voir assez clair pour ne pas le perdre d’une semelle. Cheveux relativement cours, à teinte claire, l’art et la manière de se déplacer dans un environnement « hostile ».  
      Tout avait commencé par un banal échange de tirs. A peine allumé et Deidara s’était fait descendre. Il avait rendu la pareille à son agresseur, qui lui avait renvoyé l’ascenseur aussitôt rallumé, et ainsi de suite.

      Les deux têtes blondes se livraient à ce petit jeu depuis dix bonnes minutes, et Deidara commençait à perdre l’avantage du terrain qu’il possédait. C’était simple, il avait en face de lui un véritable tueur. La précision de ses tirs était incroyable, si bien qu’à peine entré dans le champ de vision de l’ennemi, il était abattu en un instant.
      Le King de Gamma jouait cependant sur ses plates bandes, et il connaissait ce labyrinthe dans presque tous ses moindres recoins. Les assauts embuscades allaient bon train, bien que régulièrement contrées par l’opposant, qui semblait avoir le nez fin pour se sortir des situations périlleuses.
      Cet homme savait où se déplacer pour pousser l’autre au replis, et contrairement à Deidara, qui connaissait les lieux comme sa poche, cette compétence semblait innée pour son adversaire, il ne l’avait après tout jamais vu traîner par ici, impossible qu’il connaisse les lieux. Sans son pas silencieux et ses réflexes vifs, le plus jeune n’aurait certainement eu que peu de chances d’atteindre sa cible.

      Cependant plus les minutes passaient, et plus son adversaire prenait connaissance du terrain. Si sa mémoire était aussi bonne que sa visée, Deidara était fait comme un rat d’ici cinq minutes. Son adversaire restait en retrait depuis le début de la partie, se contentant de répondre aux attaques de son poursuivant, de manière terriblement efficace. Il restait cependant la proie, et Deidara le chasseur. Aucun doute que cela changerait dans quelques instants.
      La coordination main-œil de l’artiste était plutôt bonne, mais il était bien loin d’approcher du niveau de l’homme qu’il avait en face de lui. Il n’était pas un professionnel de l’arme à feu, et se savait dépassé en compétences, avant même d’entrer dans ce combat. L’appel du challenge avait été cependant trop fort pour ne pas se lancer dans un tel duel, et sa fierté le poussait à l’heure actuelle à ne pas considérer le replis comme une option. Ce n’était qu’un jeu après tout.

      Un jeu qu’il allait perdre cependant. Il était temps de passer une vitesse. Hors de question de se laisser pousser, si il devait chuter, il serait le seul à sauter.
      La formule mentale fit sourire le blond, qui d’une oreille, comptait avec attention le nombre d’explosions qui retentissait de la base la plus proche, qui était vraisemblablement à l’aube de sa mort. Encore quatre coup avant le bang final.

      L’androgyne avait coincé sa proie dans un angle, et la harcelait littéralement de tirs.  

      Trois coups, il était temps de bouger, et son ouverture venait d’apparaître. Une inconditionnelle du lasergame venait d’apparaître derrière lui, et fort heureusement, elle était dans son équipe. Les deux jeunes se croisaient régulièrement ici, et lors de la partie antérieure, Deidara l’avait couvert quelques minutes le temps qu’elle abatte l’une des bases.
      Deux coups, il était temps pour elle de lui rendre la pareille, et en un regard, accompagné d’un léger mouvement de tête, la damoiselle avait prit sa place, pour canarder la cible, qui finirait par tenter une percée d’ici peu. Ô qu’il devait être agacé de derrière son mur, ce n’était pas très sport comme méthode, mais Deidara était du genre irritant.

      Un coup, il s’élançait silencieusement dans le couloir qui jouxtait l’angle dans lequel était piégé le tireur hors pair.

      Le BOOM final retentit autour deux, couvrant les autres sons l’espace de quelques secondes, et c’est cet instant précis qu’attendait Deidara, pour dans l’élan de sa course, sauter et prendre appuis sur le mur du couloir qui faisait face à celui derrière lequel se trouvait l’homme qu’il comptait bien toucher cette fois-ci.

      C’était le même principe que sauter sur les murs dans Mario Bross, bien que Deidara ne pouvait le faire qu’une fois et non enchaîner les sauts, il s’y entraînait encore.

      C’est ainsi que le blond, en quelques instants, passa au dessus de la palissade, pour se rendre compte que sa cible avait bougé, et abattu la jeune fille qui l’avait remplacé cinq secondes auparavant. La proie était dos au prédateur et à l’entente du juron qui sortit de sa bouche, elle le savait.

      Il était déjà trop tard cependant, la lumière rouge de Derek venait de s’éteindre, Deidara avait lâché l’arme qu’il tenait à deux mains pour se rattraper sur le haut du mur, et passer au dessus, prenant la place de son adversaire quelques secondes plus tôt. Le membre de l’équipe rouge s’était retourné vers son assaillant, qui lui lança un sourire rayonnant à travers la pénombre, avant de prendre ses jambes à son coup.

      Cette fois ça y est, il pouvait le sentir, il avait titillé son adversaire une fois de trop, et il était à présent celui qui était traqué. Le sourire ne s’effaçait cependant pas de son visage, bien trop euphorique d’avoir eu sa cible en beauté, il trottinait à travers le dédale de couloirs, abattant les quelques imprudents sur son chemin, tout en surveillant ses arrières, à l’affût de son poursuivant. D’ici cinq minutes, les pompes à fumées se mettraient en route, plongeant l’ensemble du labyrinthe dans un brouillard épais. Il reprendrait l’avantage à cet instant, mais pour le moment, il allait subir les foudres d’un tireur d’élite en chasse.






    • Derek Anderson
      CIVIL - Esprit Libre
      (0)265224177000000
      id31.03.17 21:07
      (0)Volonté : 265Messages : 224$US : 177Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce :
      (0)265224177000000
      avatar
      (0)265224177000000
        CIVIL - Esprit Libre
        La journée avait été longue, je n'avais rien fais de spécial à part regarder la télévision comme souvent. J'avais ensuite proposé à Abigail de sortir, d'aller voir un film au cinéma ou de chercher un local ou bâtiment intéressant pour nos affaires. Mais elle semblait occuper, malheureusement. C'est ainsi que j'avais déambulé dans les rues, le métro pour terminer à Gamma. Je n'y venais pas souvent, mais c'était quand même un coin intéressant, voir amusant. Parti pour le quartier Usketon où j’espérais m'y amuser un peu. J'avais d'abord pensé à une salle d'arcade puis j'avais vu un lasergame, depuis combien de temps n'en avais-je pas fait? A bien y réfléchir, je crois bien que la phrase exacte serait plutôt: je n'en ai jamais fais et ça pourrait être fun. Ouais, tirer sur des gamins, la morve au nez... Me remémorer mes anciennes batailles, voir si je n'ai pas perdu la main. Genre je l'ai perdu! Avec les petits boulots que je fais, une chose est sûre: tirer sur des gens semble être l'une de mes meilleures qualités. Aussi triste que cela puisse paraitre.

        C'est ainsi que je m'étais retrouvé avec ce truc lumineux sur le dos, équipe rouge. Tant mieux, j'aimais le rouge. Mais bordel qu'est-ce que c'est voyant! Sur un champs de bataille avec ça, l'espérance de vie est de dix secondes. Et encore. Ok Derek, calmes toi. Ici, c'est une salle de jeu, pas un champs de bataille, personne ne va mourir. Il ni a pas de mines, de grenades, ni de soutient aérien. Quoique, un soutient aérien aurait été énorme pour ce jeu non? Quoi? Direct vous trouvez que ça ferait "too much"? Rabats joies...

        Reste que c'était amusant. Facile, mais amusant. Les gens se cachaient, jouaient à la guerre. Mais ils manquaient cruellement d'expérience et de précision. J'étais donc parti avec l'objectif de marquer un maximum de points, d'exploser le record. Un petit blondinet était passé à porté, je l'avais donc shooté sans autre forme de procès. Mais le jeune homme m'avait eu peu de temps après. Ce qui m'amusa, j'avais pris une balle. D'ordinaire cela ne m'aurait fait ni chaud ni froid, bon ok un peu mal, mais voilà. Sauf que là, je devais jouer le jeu. Je le retrouvais rapidement pour l'avoir une fois encore. Et c'est ainsi que le petit jeu débuta. Ce type devait être rancunier ou alors il aimait prendre quelqu'un pour cible. Car il me traquait, il tentait de m'avoir envers et contre tout.

        Embuscades et coups fourrés semblaient être la spécialité de ce type, mais lui aussi manquait encore un peu d'expérience et je pouvais compter sur la mienne et mes réflexes pour m'en sortir. J'en profitais aussi pour dézinguer deux ou trois autres joueurs de temps en temps. Ne cherchant pas spécialement à me focaliser sur l'autre: s'il aime me traquer et perdre, c'est son problème hein? Moi j'suis ici pour défoncer du noob et exploser un record. Après quelques échanges de tirs, je m'étais mis à couvert dans un coin, descendant trois joueurs. C'est là que l'autre blond me coinça, décidé à ne pas me laisser bouger de là. Si seulement j'avais eu une grenade, un couteau ou juste autre chose que ce simple pistolet laser... Bon ok si ça avait été le cas cet endroit serait déjà couvert de sang et les flics me pourchasseraient. Mauvaise idée. Reste que ça me gonflait. D'un coup d’œil je vis une nana, qui elle aussi me harcelait de tirs alors que le blond avait disparu. Et merde!

        Roulade rapide d'un point de couverture à un autre, me relever, lever l'arme: abattre cette dinde qui se prend pour une guerrière. Fait. Trouver l'autre... Balayage de la scène d'un regard, ce fichu décompte aussi qui m'énervait, genre on met un décompte! On attends pas que tout le monde soit mort? C'est n'importe quoi! Et là je le vis: ce con tentait un mouvement acrobatique et je compris qu'il m'avait niqué sur ce coup. Lâchant un "fais chier" alors que la lumière rouge s'éteigne. Ce petit merdeux m'avait eu! Sa réception fut plutôt bonne, on s'échangea un sourire amusé alors qu'il s'échappait déjà. D'accord... Tu veux jouer petit? Très bien, on va jouer alors.

        J'avançais d'un pas de conquérant, tirant les joueurs qui apparaissaient sur mon chemin avant de me mettre à couvert. Cette avancée épique m'avait fait intérieurement marré, j'étais genre le punisher qui dézinguait tout sur son passage, sachant que sa mission est juste et qu'il fait ce qui est nécessaire. Sauf que ma mission, c'était de pourrir ce mec qui m'avait prit en grippe et semblait décidé à me faire chier. Lui apprendre qu'on ne rigole pas avec moi. Il voulait m'emmerder? J'allais lui faire vivre l'enfer. Je fis signe à deux mecs de mon équipe de vérifier le périmètre. L'un se fit avoir mais m'offrit la vision sur trois cibles. Une que j'abattais dans la foulée. Le blondinet était un peu plus loin. Enfin je dis le, mais c'était peut-être la? Avec ses cheveux longs, son corps svelte... Allez savoir. Et franchement quelle importance?

        Je contournais la base bleu pendant que mon équipe faisait diversion, j'avais juste eu à leur faire signe de foncer. Putain de chaires à canons... Arrivant donc par derrière, j'en tirais trois, puis j'aperçus ma cible, cherchant surement un plan, un échappatoire. Il comptait me refaire le coup de bondir sur le mur? Sauf que cette fois, ça ne marcherait pas. De souvenir, j'avais compris que d'ici peu il y aurait de la fumée. Ce qui à première vu arrangerait mon ennemi qui connaissait le terrain. Sauf que je commençais moi aussi à m'y habituer. J'avais vu cette petit planque, derrière la palissade, il y avait un bidon et juste la place pour s'y cacher, bon en étant accroupit. Et jouer le campeur ne me plaisait pas. Mais c'était la seule issue possible pour l'autre sauf s'il comptait affronter toute l'équipe rouge en ignorant où j'étais. Un risque, qu'il ne prendrait pas. J'en étais sûr. Restait donc à être patient...


        -----------------------------

        derek
      • Gabriel Anson
        Delta - Esprit Libre
        (0)4611142725403040530none
        id17.04.17 14:00
        (0)Volonté : 46Messages : 1114$US : 27Xp : 25Force : 40Résilience : 30Agilité : 40Réflexes : 5Spiritualité : 30Astuce : noneBadges :
        (0)4611142725403040530none
        avatar
        (0)4611142725403040530none
          Delta - Esprit Libre
          The Game is ON.


          Gabriel Anson
          &

          Derek Andersen



          Début de soirée
          Usketon - Lasergame

          _________________________________________________________


          Comme prévu, l’androgyne avait un tireur à son cul, et son premier réflexe fut de revenir vers la base bleue, qui était sa meilleure défense. Se cacher parmi le troupeau n’était pas une mauvaise stratégie à l’heure actuelle, il n’aurait qu’à attendre patiemment hécatombe des siens pour savoir lorsque le guerrier frapperait à sa porte. Avec une visée comme celle de son adversaire, les bleus tomberaient comme des mouches si il s’aventurait par ici.

          En effet, à peine quelques minutes plus tard, c’était la fête chez les bleus. Deidara entendait un véritable concert de cette voix informatisé, scandant à tors et à travers « Vous avez été désactivé. » et il savait que le loup était entré dans la bergerie. Ses coéquipiers de fortune en profiteraient sûrement pour suivre le mouvement et profiter de la percée et prendre le contrôle de la base. Elle était déjà perdue pour l'artiste, et honnêtement, il n’en avait cure. Il se repassait mentalement les différents chemins pour prendre son adversaire à revers, maintenant qu’il était celui qui se retrouvait poursuivit.

          Il ne fallu pas longtemps pour que le boom retentisse, et que les LEDs bleus éclairant le plafond de la zone ne virent au rouge. La voix informatique annonça d’ailleurs la couleur depuis les hauteurs du plafond.

           Domination Rouge. 

          Et bien, au moins c’était clair, il ne serait pas dans l’équipe vainqueur cette fois-ci. Pas que ça lui importait vraiment cependant. Ce qui lui importait à l’heure actuelle, c’était sa position délicate. Il était dans un cul de sac, et passer au dessus des parois – ce qui était interdit soit disant passant, tout comme le fait de courir et de se mettre à croupis ou au sol, pour des raisons de « sécurité » – ne l’aiderait pas à présent. Les rouges avaient envahi la zone et si une lumière bleue apparaissait au dessus de leurs têtes, il pouvait être certain de se faire descendre. Autant dire qu’il était coincé. Coincé parce que les trois jeunes qui l’accompagnaient venaient de se faire descendre en un rien de temps, et qu’il était certain de l’identité de celui qui lui collait au train. Coincé parce que son seul échappatoire était un couloir qui donnait directement sur une fenêtre pour les tireurs embusqués. Il la connaissait bien celle-ci, pour l’avoir utilisé pas mal de fois.

          Il était cuit, et c’est pour cette raison qu’il passa, en courant tout de même - l’espoir fait vivre comme on dit – en adressant son majeur à la fenêtre pour le tireur qui l’attendait très certainement. L’effet fut instantané.

          Vous avez été désactivé.

          Et voilà que les lumières de son gilet et de son arme étaient éteinte. Le temps pour lui de s’éloigner en toute discrétion de la zone infestée de rouges en attendant qu’ils se dispersent. L’homme qu’il avait à ses trousses ne semblait pas du genre à rester en défense de la base, il s’aventurerait de nouveau loin des « siens », l'artiste en était certain.  

          La partie durait déjà depuis un moment et la fumée venait d’envahir le labyrinthe pour la troisième et dernière fois. L’androgyne savait qu’il jouait là ses dernières actions et il repartit donc en chasse, allant à la rencontre de son poursuivant.
          Ils ne tardèrent pas à se rencontrer à nouveau, et le jeu du chat et de la souris reprit son cours, chacun usait de ses talents pour toucher l’autre avec le plus d’efficacité, mais la game touchait à sa fin. Deidara savait qu’il était attendu au tournant, il était repéré, et le canon de l’arme ennemi était très certainement déjà orienté vers sa position.

          La stratégie lui intimait d’attendre, tandis que l’impulsion hurlait « FONCE ». Et il fonça donc. Le kamikaze sortit de sa planque arme braqué sur sa cible. Cette dernière l’attendait de pied ferme, et chacun se retrouva donc l’arme pointée sur le gilet de l’autre.

          Vous avez été désactivé. 

          Qui était sorti vainqueur de ce face à face ? Celui dont le gilet n'était pas éteint. Les lumières venaient de se rallumer dans le labyrinthe, et la voix désincarnée passa son message :

          Tous les joueurs sont prier de retourner à la zone d’embarquement.

          Le vestiaire. C’était terminé, et dieu que c’était frustrant. Le jeune King avait les lèvres pincées une expression presque contrariée sur le visage, tandis qu’il jaugeait à présent son adversaire d’un œil plus éclairé. L’homme devant lui était blond aux yeux clairs, pas vilain à regarder, son« arme » toujours braquée, tout comme son regard.
          Le rouge remportait la partie.

          Deidara finit par se détendre le premier, et il accorda au vainqueur, que dis-je, au conquérant, un sourire des plus charmants tandis qu’il relevait son pistolet pour venir le poser contre son épaule, ce après quoi il tourna le dos à l’ennemi qui n’en était plus un, pour suivre les flèches peintes sur les murs qui ramenaient tout ce petit monde au bercail.

          Arrivé dans la zone d’équipement, le jeune blond laissa l’employé du Lasergame désactiver son plastron et le déboucla pour le reposer avec l’arme factice sur le présentoir prévu à cet effet. Certaines personnes lui adressaient des signes de têtes ainsi que des salutations amicales. De visuel, le blond reconnaissait une bonne moitié des personnes qui s’amassaient dans la pièce, mais aucune d’entre elles ne captait son attention autant que l’autre blond qui venait de pénétrer dans la salle.

          Le fameux tireur inconnu. Évidemment, l'artiste avait su dès le premier échange de tirs que la partie était perdue d’avance face à une telle maîtrise de la visée, du moins, perdue si l’on choisissait une confrontation de face. Il se trouve que le challenger du jour n’avait pas eu que la maîtrise des armes à feu à son tableau de compétences, mais également l’instinct et la stratégie nécessaire pour anticiper et contrer les embuscades et les coups fourrés. Deidara était face à un véritable combattant, et il avait évidemment perdu la confrontation. C’était à prévoir, et pourtant, il avait malgré tout en bouche le petit goût amer de la défaite. Oui, l’androgyne n’aimait pas perdre.

          L’imprimante sortit les fiches des différents joueurs, et l’employé se chargea d’appeler les numéros correspondant aux différents gilets pour distribuer à chacun sa fiche de score, où était recensé les stats. Le nombre de tirs encaissés, le nombre de tirs manqués, de tirs réussis, dans la poitrine, sur les épaules et sur le pistolet.

          L'artiste récupéra sa fiche lorsque son numéro fut appelé et sortit de la salle d’équipement. Il détacha ses cheveux qui retombèrent dans son dos, et attendit patiemment la sortie de cet homme dont il voulait connaître le nom, tenant à la main sa chemise, qu'il ne remettrait certainement pas maintenant. Il avait chaud, et le top noir qu'il portait était déjà presque trop. Un verre lui ferait du bien, et il comptait bien aller boire un coup dès qu'il avait mis la main sur ce qu'il attendait, ou plutôt celui qu'il attendait.







        • Derek Anderson
          CIVIL - Esprit Libre
          (0)265224177000000
          id06.05.17 20:06
          (0)Volonté : 265Messages : 224$US : 177Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce :
          (0)265224177000000
          avatar
          (0)265224177000000
            CIVIL - Esprit Libre


            La partie se terminait donc. Après l'embuscade et la prise des rouges, il y avait eu un petit face à face final avec l'androgyne qui tenait absolument à m'emmerder ou à me prendre pour cible. On retournait donc à l'entrée pour y déposer notre bordel et recevoir la fiche avec nos performances. Pas que cela m'intéressait, mais c'était marrant. J'imaginais vaguement recevoir une feuille similaire lors de mes opérations militaires et l'ironie de la chose. Je remarquais que l'autre blondinet m'observait avec une légère insistance. Je songeais alors à Higins... Ce mec semblait m'avoir retrouvé au milieu de la ville, dans ce quartier qui plus est. Il m'avait tiré dessus juste après l'explosion. Et si cet individu, inconnu qui m'avait prit pour cible, travaillait pour lui? J'évitais de croiser son regard, tout en sachant qu'il m'observait. Devais-je l'attraper à la sortie? Le brutaliser un peu pour lui faire comprendre que si Higins me retrouvait, il allait s'en souvenir? Reste que s'il m'approchait un peu trop, je lui explosais son visage d'androgyne.

            Je déposais alors l'arme factice, on m'aida à retirer l'attirail puis j'attendis pour les scores. Perdant de vue l'autre, ce qui m'agaça un peu. Légèrement nerveux, la main crispée, j'attendais et avançais dans la file en attendant qu'on m'appelle. Je savais que j'aurai mieux fais d'éviter de revenir ici à Gamma. Un attentat et une balle de la part d'une ancienne connaissance auraient normalement suffit à me faire comprendre que ce quartier puait la merde. Sérieusement... Pourquoi être revenu? Pour m'occuper et m'amuser un peu. Ouais, et voilà le résultat.

            Alors que j'avais ma fiche et que je me dirigeais vers la sortie, je pris une longue inspiration. Me calmer, je devais me détendre. Depuis cette histoire, cet attentat, j'avais tendance à devenir un peu parano, à "voir" Higins partout. Ou encore à me souvenir des choses que j'avais vu, que j'avais ressenti quand j'étais dans l'armée, quand j'étais à la guerre... J'étais donc sur le qui-vive, comme si j'étais de retour sur un champs de bataille. Et ce petit lasergame n'avait pas aidé, cette imitation de jeu de guerre... Je m'attendais à voir sortir des hommes armés d'ici ou de là. De devoir les affronter au milieu des badauds, sans mes armes sur moi. D'un coup, tout le monde me semblait suspect, tous avaient un petit quelque chose qui me disait que je devais me méfier.

            Je passais alors la porte. L'air à l'extérieur eut un effet rafraichissant sur moi. Je pris une longue inspiration, fermant les yeux pour me détendre. J'entendais mon rythme cardiaque résonner dans mon corps, me focalisant dessus pour retrouver une certaine tranquillité. Me souvenant de mes cours de boxe et de judo, à la fin des séances, on faisait toujours des étirements ou des exercices de méditation. Apprendre à être en paix avec son âme et son corps, un truc qu'aimait beaucoup répéter mon ancien professeur de judo. A présent, si quelqu'un me parlait, je pense que j'aurai réagis normalement, enfin je crois. Contrairement à il y a quelques secondes, là, j'aurais sauté sur la personne pour le frapper.

            Ma veste sur l'épaule, j'ouvris les yeux pour regarder la rue, apercevant les joueurs qui partaient, content de leurs performances ou un peu déçu. Bon... Et à présent, qu'est-ce que j'allais faire? Je sortis mon téléphone, écrivant un SMS à Abigail. J'avais... Besoin de lui demander un truc, un besoin de me rassurer. Je lui demandais donc si elle avait trouvé des informations sur Higins, s'il était toujours en mission ou revenu en Amérique. C'était devenu le genre de SMS que je lui envoyais le plus souvent. Ça ou: l'adresse d'une de mes cibles à abattre ou effrayer en tant que Solomon.

            Remettant mon téléphone dans ma poche, je vis alors que l'autre, le blond androgyne aux cheveux longs, était là. Il m'observait de ses yeux de... Oui des yeux de fouines. Quoi? Il m'avait emmerdé toute la partie! Je pouvais au moins penser à une petite vacherie sur lui non? Bon d'accord, il avait pas trop une tête de fouine, ni de rongeur. Il semblait pas bien méchant non plus même si... Même si quelque chose chez lui me disait qu'il ne fallait pas le sous estimer.  Après tout, il avait été suffisamment têtu pour me pourchasser, pour tenter encore et encore de m'avoir même après avoir surement comprit que j'étais un professionnel. Je poussais alors un soupire.

            "Ouais ? Tu m'veux quelque chose ?"

            Au moindre signe suspect, je lui fais une clé de bras, lui collant le menton au mur pour le questionner sur qui il est ou ce qu'il me veut. Et s'il joue au dur en refusant de parler... Je lui brise le bras. Quoi ? J'ai dis que depuis les attentats, je virais un peu parano... Les souvenirs des champs de batailles qui viennent me hanter de nouveau.



            -----------------------------

            derek
          • Gabriel Anson
            Delta - Esprit Libre
            (0)4611142725403040530none
            id12.05.17 10:18
            (0)Volonté : 46Messages : 1114$US : 27Xp : 25Force : 40Résilience : 30Agilité : 40Réflexes : 5Spiritualité : 30Astuce : noneBadges :
            (0)4611142725403040530none
            avatar
            (0)4611142725403040530none
              Delta - Esprit Libre
              The Game is ON.


              Gabriel Anson
              &

              Derek Andersen



              Début de soirée
              Usketon - street

              _________________________________________________________


              Bon sang, il en mettait un temps. Allez, sort sort sort sort sort ! Le voilà. L’homme tant attendu pris une longue bouffée d’air frais lorsqu’il sortit de la salle. Yeux clos, son froncement de sourcils disparu rapidement, et la tension de son corps sembla s’estomper.
              Alors comme ça il avait les nerfs. Pas question de l’astiquer trop longtemps celui-ci. Un coup de sa part et Gab' pourrait sûrement dire adieux à sa jolie dentition. En parlant de dentition, le jeune blond sortit de sa veste sa paire de mitaines en cuir et les enfila sur ses mains. Ça n’allait pas aider à évacuer sa chaleur corporelle, mais mieux valait être prudent dans les lieux bondés comme celui-ci.

              Non pas que les méta’s y étaient dévisagés, Gamma était un vrai petit havre de paix pour tous ces gens, comparé aux autres quartiers de la ville. Il y avait même déjà croisé une personne qui avait des ailes dans le dos. Des putains d’ailes ! C’était génial.  Mais voilà, lui souhaitait garder ce petit détail pour lui même, du moins, pour l’instant.

              L’homme qu’il détaillait du regard de bas en haut envoya un sms, avant de jeter un regard dans sa direction. Enfin, il reconnu sa présence. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il ne semblait pas enchanté, et Gabriel ne pu réprimer le sourire provocateur qui s’étala sur ses lèvres. Semblant abandonner, l’inconnu lâcha un soupire.

              "Ouais ? Tu m'veux quelque chose ?"

              - On peut dire ça comme ça, hm. Ricana-t-il.

              Le plus jeune s’avança d’un pas prudent, au vu du regard suspicieux que lui lançait son aîné, et tendit la main, un sourire des plus amicaux au lèvres.

              - Andrew, hm. Andy pour les intimes. Ajouta-t-il accompagné d’un clin d’oeil malicieux.

              Ah, ce vieux toc de langage, toujours présent, bien que l’artiste ne s’en rendait pas compte. Il surveillait d’un œil attentif les expressions de l’homme qu’il avait face à lui, bien conscient qu’il était une menace au vu de son tempérament actuel. Il semblait sur les nerfs, prêt à sauter sur le premier qui le bousculerait. Gabriel n’avait aucune envie de faire les frais des névroses d’un ancien combattant. C’était sûrement ce qu’il était. Stress post-traumatique ? Revenait-il de mission ? Afghanistan ? Syrie ? Il n’avait pas le teint particulièrement halé, donc ça n’était probablement pas le cas. Tant de scénarios se bousculaient dans sa tête, son imagination débordait. Pourquoi cet intérêt soudain ? Honnêtement, il n’en avait aucune idée. Il avait besoin de s’occuper, et pour une fois, il venait de tomber sur quelque chose d’intéressant.

              - C’est un sacré coup de gâchette que tu as là. Ma curiosité à eu raison de moi, et je sens à présent que t’offrir un verre pour me faire pardonner d’avoir gâché ta partie est la moindre des choses à faire, ouais.






            • Derek Anderson
              CIVIL - Esprit Libre
              (0)265224177000000
              id22.06.17 22:02
              (0)Volonté : 265Messages : 224$US : 177Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce :
              (0)265224177000000
              avatar
              (0)265224177000000
                CIVIL - Esprit Libre


                A ma question, l'autre eut un sourire légèrement agaçant. Le genre suffisant qui m'énervait, qui me donnait envie de rabattre le caquet à ceux voulant un peu trop s'y croire. Enfin... Vu la partie, vu son comportement du mec qui m'avait prit pour cible. Il devait juste aimer emmerder le monde pour s'amuser. Pas forcément un espion de mon pire ennemi. Derek, arrête de penser que tout n'est que complot. Je le regardais, tentant de ne pas lui en coller une dans sa petite face de tête à claques. Ou alors c'était juste moi qui interprétais mal les choses? Il avança d'un pas lent vers moi, surement que ma tension était visible et finit par lever une main vers moi pour me saluer, tout en souriant chaleureusement. Bon allé... Pourquoi pas.

                J'empoignais sa main, lui rendant son salut et son sourire. Social, Derek. Tu dois être social! Il se présenta donc: Andrew ou Andy pour les intimes. Ouais, donc ça sera Andrew. On est pas potes et encore moins intime.

                "Enchanté... J'hésitais un instant. Moi c'est Scott."

                Amusant. Oui très. Quoi donc? Comme on donne toujours une part de vérité dans un mensonge. Mais là, ce n'était qu'une petite private joke avec moi-même. Ouais, je m'aime bien et je me fais parfois des blagues. J'avais noté que Andrew avait un petit toc de langage, ajoutant des "hm" ici et là pour ponctuer ses phrases. Dans mon cas, ça serait plutôt des injures. Chacun son truc quoi. Reste que je me détendais un peu, essayant d'oublier Higins, me disant qu'il est loin, qu'il est toujours en Afghanistan. Enfin, je l'espère... Reste que Andrew me semblait un peu plus grand, à présent que j'étais proche de lui. Enfin, c'était une demi-portion hein? A l'armée, il aurait été la risée des favoris de Hig... Et voilà, je retourne encore sur cette fichue pente. Sales habitudes.

                Il me flatta alors en parlant de mon habilité avec un flingue. Ouais, je le savais, enfin... Quoi répondre? Merci? Andrew me proposait donc de m'offrir un verre. Je reculais d'un pas, affichant un sourire qui se voulait sympa. Comment lui dire... Désolé l'ami mais je ne mange pas de ce pain là? Enfin il voulait se faire pardonner. Pourquoi? Avoir gâché ma partie? Bof... Le fait de me sentir traqué avait rendu le jeu plus amusant, dommage que ma paranoïa elle, est foutue la merde en me faisant stresser inutilement.

                "Rien de gâché, c'était amusant de voir quelqu'un s'acharner. J'en avais repéré deux ou trois qui eux avaient abandonné l'idée de m'avoir et préféraient fuir... Enfin! Pour une première fois, ce n'était pas si mal j'imagine."

                Va pour un coup à boire, je lui ferai comprendre, aussi subtilement que je le peux que: je ne suis pas intéressé. Enfin, le tact et moi, on a jamais fait connaissance, donc la subtilité ne sera peut-être pas présente non plus. On verra en temps et en heure.

                "Va pour un verre alors! Et toi alors, tu t'es bien amusé à te faire tirer dessus?"

                Petite plaisanterie pour voir comment il réagirait. Il m'avait donné l'impression d'aimer être le centre d'attention, me prenant en chasse car j'avais montré être meilleur que lui. Allait-il donc bien le prendre ou au contraire et refroidir à l'idée de boire un coup? Suspens...


                -----------------------------

                derek