La Terre, cœur de l’Univers, s'éveille au surnaturel… Janvier 2016, les méta-humains font leur apparition dans un fracas invraisemblable ; des hommes, des femmes, des enfants, personnes âgées à nourrissons, sont frappés par ce qu’on explique pas, des dons - ou une malédiction ? - qui les cataloguent comme des êtres à part entière, des faux humains, des méta-humains. Le monde entier est touché, nulle exception.

Nous sommes à LibertyTown, aux États-Unis, une ville aux grands enjeux, là où les méta-humains sont recensés en masse. Les médias s’y affolent, jouent des coudes pour avoir les derniers potins, les derniers événements marquants. Un jeu dans lequel tout le monde se plaît de participer, au point d’oublier la question essentielle à cette découverte : quel avenir pour ceux qui finiront par surpasser la race humaine ?

Lire la suite...
Actualités récentes
10/06 : Recrutement & Animation ─ www
30/05 : Amélioration du contenu graphique ─ www
29/05 : Système de succès opérationnel ─ www
Activité du forum
8 mois d'existence
Plus de 100 membres actifs
94 topics RP & 732 réponses RP

LE STAFF
LES PRÉDÉFINIS
LES AMIS

CHRONOSREP

Chapter II : Lie to me || ft. Eveleen Callahan

  • Andrew Samuels
    Rebelle
    (0)31+08004000000none
    id11.04.17 17:34
    (0)Volonté : 31Messages : +0Réputation : 800$US : 4Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : noneBadges :
    avatar
    (0)31+08004000000none


      18 septembre 2016.
      Huit heures et trente minutes.
      Il y avait des jours avec et des jours sans. Le chignon - qui d'habitude n'avait pas un seul cheveux de travers - était aujourd'hui affaisé. Une tenue business casual, donc plus délabrée qu'à son attitude. Petites chaussures plates de ville. Cheveux - de son point de vue - en bataille. C'était définitivement un jour sans. Elle. ne dormait pas très bien ces jours-ci - pour ne pas dire pas du tout. Andrea avait ce truc - pour ne pas l'appeler par sa vraie dénomination - qui grandissait en elle. Non, espèce de tarlouze, on ne parle pas d'un bébé dans son ventre.

      - Andrea ! Dans mon bureau !
      Ouhlà. Il n'était pas content. Et pour cause, Andrea non plus. Elle fronça les sourcils et s'executa. Sa démarche était abusément lente, pour une jeune femme d'ordinaire dynamique. Son supérieur, qui venait de brailler à travers tout l'étage et tous les bureaux, s'en prenait à présent à la rédactrice en chef. Lorsqu'elle referma la porte derrière elle, son chef n'attendit pas plus d'une seconde pour exploser.

      - J'ai reçu un appel ce matin... un appel vraiment amusant.
      - Vraiment ?
      - Je ne plaisante pas, Andrea !
      - Peux-tu arrêter ?
      - QUOI ? DE T'APPELLER ANDREA ?
      - Oui. Je fais exactement référence à cela.
      - NON !
      - Très bien...

      Elle prit un petit moment pour respirer. Andrea, c'était le genre de femme qui possédait le plus grand self-contrôle qui puisse exister sur Terre. Mais ces derniers jours - et surtout - avec le manque de sommeil... elle était susceptible de faire légèrement entorse à cette règle.

      - Veux-tu bien m'expliquer pourquoi l'une de mes rédactrices en chef - censée être la plus douée - n'est pas encore à jour sur l'affaire des attentats ? Et veux-tu bien m'expliquer pourquoi cette rédactrice en question n'a pas eu les informations adéquates à temps ? Elle qui, d'ordinaire, obtient toujours tout avant tout le monde. J'aimerais bien savoir pourquoi l'un de nos concurents à eu une information cruciale avant nous. J'aimerais bien savoir...
      - Écoute, je pense avoir passé l'âge de me faire gronder. Et je pense que tu as également passé l'âge de parler avec des sous-entendus, sans aucune franchise et de manière détournée.

      Un temps. Un mouvement. Andrea était le genre de femme avec beaucoup de caractère mais... normalement, elle faisait preuve d'un tout petit peu plus de délicatesse et de grâce que cela. Après un petit moment, quelques flots de paroles supplémentaires et, surtout, une bonne décharge de colère en plus, Andrea se fit affecter à une nouvelle mission. Cette mission s'appelait Eveleen Callahan. En quoi consistait cette mission ? Fouiller, comme d'habitude. La demoiselle en question était infirmière à l'hôpital Abraham. Lors des attentts, elle était de service aux urgences. Mais, ça n'était de loin pas l'information la plus croustillante. Eveleen - selon plusieurs témoins - aurait été aperçue en train de faire des actions hors de la portée des êtres humains. En dautres termes : Eveleen Callahan serait une métahumaine.

      Toutes ces informations, c'était le job d'Andrea de les trouver. Voilà la raison de la colère de son chef. Et - par dessus le marché - des concurrents directs étaient déjà au courant. Il fallait donc se presser.

      Neuf heures et cinquante-quatre minutes.

      Andrea triturait le petit bout de papier que lui avait tendu son chef, après la guerre. Elle composa le numéro indiqué. Dès qu'elle eut une douce voix au bout du fil qui s'annonçait, elle s'empressa de se présenter.

      - Bonjour, Andrew Samuels du Liberty Town Inside News à l'appareil... êtes-vous bien Miss Eveleen Callahan ?