Metro, l'Apocalypse à vos portes : Forum RPGCHRONOSREP
Amélioration du contenu graphique

29.05.2017 | Découvrez les dernières améliorations graphiques du design !

Recrutement & Animation

10.06.2017 | Lazarus passe à la vitesse supérieure !

Recensement & Prépa V3

29.07.2017 | Préparez-vous à de gros changements...

Version 3.0 en ligne !

03.09.2017 | Récapitulatif des changements et feedbacks des joueurs

Du mouvement dans les rangs

03.09.2017 | Changements dans le staff

Boutique & Races 3.0

16.10.2017 | Elles sont enfin là :)

test
test

[Flashback] Bar "The lost traveler"

  • Caithleen Miller
    CIVIL - Rebelle
    (6)124478295342212Modératrice - Univers / PrésentationsTraumatisé du grand "boom"FlooderV.I.P.Courageuse
    id12.04.17 16:56
    (6)Volonté : 124Messages : 4782$US : 95Xp : 3Force : 4Résilience : 2Agilité : 2Réflexes : 1Spiritualité : 2Astuce : Modératrice - Univers / PrésentationsTraumatisé du grand "boom"FlooderV.I.P.CourageuseBadges :
    (6)124478295342212Modératrice - Univers / PrésentationsTraumatisé du grand "boom"FlooderV.I.P.Courageuse
    avatar
    (6)124478295342212Modératrice - Univers / PrésentationsTraumatisé du grand "boom"FlooderV.I.P.Courageuse
      CIVIL - Rebelle
      En cinq minutes à peine de marche, ils étaient presque rendus au bar qu’avait mentionné Caithleen lorsque son inconnu du jour repris la parole, lui faisait lever un sourcil circonspect. Sans pression, il lui annonçait que dans la précipitation de toute à l’heure, lorsque ses collègues avaient débarqué, il l’avait vu plus ou moins en petite tenue, mais «t’inquiète, j’ai pas vu grand chose». Même en n’ayant pas vu grand chose, visiblement il s’était très bien rendu compte qu’elle était assez peu habillée à ce moment là. Et ça l’avait marqué le garçon, pour qu’il ait le besoin de s’en excuser maintenant. Secouant la tête d’un air navré, elle enchaîna.

      - Et sinon, tu te tires souvent des balles dans le pied comme ça, tout seul...? T’aurais rien dit, j’aurais rien su, hein. Enfin, j’espère que au moins tu as profité du spectacle.

      Elle était narquoise, comme à son habitude, assez peu perturbée par sa révélation. Elle s’en fichait plus ou moins, en fait. Dans son raisonnement, il aurait pu la voir en maillot de bain que cela aurait été la même chose, à quelques dentelles près.

      - On arrive, Jean-Claude.

      Elle persistait et signait, tant qu’elle n’aurait pas un autre nom à utiliser, ça serait Jean-Claude, que cela lui plaise ou nom.En fait, si cela l’agaçait, c’était encore mieux. Revanche mesquine, encore et toujours. Et puis, maintenant qu’ils se retrouvaient dans un lieu public, elle ne risquait plus rien. Et mieux encore, c’était elle qui était en possession d’une information dont le jeune homme avait besoin. C’était donc elle qui dominait désormais. Caith n’avait rien de sadique ni ne manipulateur, mais la situation était bien trop étrange pour qu’elle ne tente de pas de lui tirer les vers du nez.

      Elle l’entraîna donc dans son bar favori, son refuge à elle et quelques amie, leur QG comme elles aimaient l’appeler. En pleine semaine, aucune chance de les croiser cependant, et c’était pour le mieux. Niché dans une rue parallèle aux avenues luxueuses d’Alpha, de l’extérieur l’établissement de payait pas de mine avec son néon daté qui clignotait faiblement. Mais l’ambiance à l’intérieur était toute autre. C’était un bar chaleureux, d’ambiance cubaine, avec un large comptoir de zinc et de bois mêlés. La salle était meublée de bric et de broc, d’un ensemble dépareillé de tables hautes de de tabourets de bar, certains n’étant que de vieux tonneaux, d’autres de véritables meubles. Derrière le bar, un ensemble impressionnant de verres et de bouteilles diverses montait jusqu’au plafond. Le toux baignait dans une musique entraînante et dans des lumières tamisées contrastant avec l’éclairage agressif des rues du quartier.

      Reconnaissant Caithleen le barman lui adressa un signe de la main qu’elle lui rendit avec un sourire, un serveur venant à leur rencontre alors qu’ils investissaient une table libre. Ils passèrent commande -Caith ne manquant pas de préciser que la tournée était pour monsieur- et une fois servis, elle reporta son attention sur son interlocuteur.

      - Bien. Nous disions donc un peu plus tôt que peut être, si tu étais sage, je te donnerai le numéro de Andersen. Mais qu’est-ce qui me prouve que tu ne vas pas ensuite la harceler sans fin?

      Tout ceci n’était qu’un prétexte. Ce n’était pas tous les jours qu’elle rencontrait l’un de ses semblables, et elle était plus que curieuse à son propos.
    • Derek Anderson
      Brigadier - Esprit Libre
      (6)273224180352112none
      id17.04.17 18:11
      (6)Volonté : 273Messages : 224$US : 180Xp : 3Force : 5Résilience : 2Agilité : 1Réflexes : 1Spiritualité : 2Astuce : noneBadges :
      (6)273224180352112none
      avatar
      (6)273224180352112none
        Brigadier - Esprit Libre


        On avait donc marché dans la rue pour nous rendre dans un bar. Vu le pas décidé de la demoiselle, j'en déduisais qu'elle savait où aller. Moi, j'avais retirer mon haut en kevlar pour être plus... Discret. La cagoule et les lunettes dans la poche de mon imper, je paraissais presque normal. Presque. Je profitais de la marche et du long silence pour sortir mon téléphone et envoyer un sms à Abigail. Lui dire où j'étais, que j'allais bien même si ça, elle s'en doutait. Ok, je voulais aussi de ses nouvelles, la nerd ne sortait pas beaucoup et je me demandais bien ce qu'elle devait faire ce soir. Caithleen me demanda si je me tirais souvent moi même dans le pied. Ce qui m'intrigua mais elle expliqua très rapidement: elle n'avait pas remarqué que je l'avais vu presque nue. Disant qu'elle espérait que j'ai bien profité du spectacle, ce qui me fis sourire. Pourquoi l'avoir dis d'ailleurs? Car c'était amusant? Et c'était fun de dire que je l'avais vu, que limite, je m'en voulais un peu. Certes, j'avais pas vu grand chose mais je ne le regrettais pas. Comme je n'aurai pas regretté de n'avoir rien vu en fait. Un soutient gorge reste un soutient gorge quoi... En guise de réponse, je m'étais donc contenté de hausser les épaules.

        Et voilà que nous arrivions donc dans le bar, un peu à l'écart dans une petite rue, l'entrée ne payant pas de mine mais l'intérieur était sympa. Un bar type cubain, je n'avais jamais mis les pieds dans un de ce genre mais cela ne me déplaisait pas. Tout un tas de bouteilles derrière le comptoir, comme toujours. J'étais prêt à parier que c'était pour la plupart: des bouteilles avec de l'eau et du colorant pour le style. Ce que beaucoup de bars faisaient en fait. Mais passons. Nous nous installions donc à une table pendant que Caith saluait le barman et commandait en spécifiant que c'était moi qui payait. Je commandais une bière, en pinte tant qu'à faire. J'aimais la bière son gout en tout cas, après ça dépendait si c'était de la classique ou une bière particulière. j'avais découvert des bières, venant d'Europe, de Belgique, je crois, qui étaient incroyablement bonnes. Le souci, c'est que je ne pouvais en boire que pour apprécier le gout... Essayez donc de vous saouler avec un facteur auto-guérisseur. Avant même d'avoir finit mon verre, mon corps aura déjà assimilé et éliminé l'alcool. Terminé l'état d'ivresse, la sensation d'être défoncé à une drogue ou un médicament. Ou alors, il fallait que je trouve un truc capable d’assommer un éléphant. Pas que cela me manquait, même si parfois... Pouvoir finir dans un état second pour me vider la tête m'aurait fait du bien.

        Caith en profita pour reprendre la conversation. Ramenant la discussion sur sa supérieure et l'éventualité qu'elle me donne son adresse. Me demandant alors si je comptais la harceler sans fin ou non. Je lui fis un sourire, ayant totalement ignoré le prénom qu'elle m'avait donné. Si ça l'amusait, pourquoi la contrarier? Je fis la moue, faisant mine grossièrement de chercher ce que j'allais répondre.

        "Déjà, je suis toujours sage. Je lui fis un clin d’œil amusé. Ensuite, rien ne pourra prouver que je ne la harcèlerai pas. Entre nous: je pourrai très bien dire ce que je veux pour tenter de te convaincre non?"

        Sacrée soirée en tout cas. Je m'étais infiltré dans les locaux de l'hôpital pour y trouver ce que Sigrùn Andersen avait sur moi, je m'étais battu -façon de dire- avec une employée. Terminant au sol, collé à elle plusieurs fois, cela tournant presque au tripotage. Et me voici donc dans un bar avec la même personne. Cette nana me sidérait: elle était parfaitement inconsciente. Je l'avais clairement menacé et je m'étais mutilé devant elle. Au lieu de prendre peur, elle semblait autant s'amuser de cette affaire que moi.

        C'est alors que le serveur apporta notre commande, je le remerciais tout en buvant une longue gorgée de bière, apparemment cubaine. Pas mauvaise, mais de loin pas la meilleure non plus. Je tendais l'oreille pour écouter la musique, les conversations aux alentours, toujours aux aguets d'un hypothétique souci pouvant survenir. Quoi? Avec ma poisse tout aussi incroyable que ma capacité à cicatriser, on finit par se méfier de tout hein? Enfin se méfier... J'essaie juste d'estimer quelle sera la prochaine merde à me tomber sur le coin du visage. Mon téléphone vibra alors dans ma poche, me faisant esquisser un sourire. Je savais ce qu'il y avait sur ce message, je pouvais donc le regarder plus tard.

        "Sinon, le plus surprenant serait ma capacité à me tirer moi-même une balle dans le pied ou toi et ta témérité se rapprochant presque à des pulsions suicidaires? Tu te fais souvent agresser par un inconnu que tu invites ensuite à boire un verre?"

        Voilà, ça, c'est fait. Je pris machinalement la note pour regarder le prix. La somme m'indifférait totalement, juste, je me demandais à quel moment j'allais lui lâcher que je n'avais pas un sous en poche... Bah ouais: quel idiot sortirait avec son portefeuille, ses papiers quand il compte commettre un cambriolage? Tant qu'à faire, autant laisser aussi une carte de visite, non ?
      • Caithleen Miller
        CIVIL - Rebelle
        (6)124478295342212Modératrice - Univers / PrésentationsTraumatisé du grand "boom"FlooderV.I.P.Courageuse
        id23.04.17 19:35
        (6)Volonté : 124Messages : 4782$US : 95Xp : 3Force : 4Résilience : 2Agilité : 2Réflexes : 1Spiritualité : 2Astuce : Modératrice - Univers / PrésentationsTraumatisé du grand "boom"FlooderV.I.P.CourageuseBadges :
        (6)124478295342212Modératrice - Univers / PrésentationsTraumatisé du grand "boom"FlooderV.I.P.Courageuse
        avatar
        (6)124478295342212Modératrice - Univers / PrésentationsTraumatisé du grand "boom"FlooderV.I.P.Courageuse
          CIVIL - Rebelle

          Alors que Jean-Claude -s’il ne lui donnait pas rapidement son nom, ou à défaut un pseudo, elle allait finir par l’appeler de la sorte ad vitam eternam- commandait une bière, elle demanda de son côté un mojito. Il faisait encore chaud, le rhum ici était bon et la menthe fraîche.

          Il continuait de jouer au guignol, lui faisant hausser un sourcil alors qu’elle croisait les bras, moyennement convaincue. Sage, mon œil. Il avait la tête du chat qui avait mangé le canari.

          - La question était rhétorique. Bien sûr que je ne peux rien croire de ce que tu me racontes. Mais j’aurai bien aimé te voir te justifier.

          Elle lui adressa son sourire le plus sarcastique sans cesser de l’observer. Certains mensonges en disaient bien plus que la vérité, et la façon de se justifier et de se défendre d’une personne pouvait être très révélatrice. Tout comme la franchise du jeune homme l’était. Il ne la considérait clairement pas comme une menace, à peine une nuisance, et ne se donnait donc même pas la peine d’essayer de la biaiser. D’un côté, c’était vexant. Mais c’était aussi là la vérité, et Caithleen n’était pas orgueilleuse au point de refuser l’évidence. Elle n’était absolument pas une menace pour lui, et même son pouvoir à elle n’avait à priori rien d’agressif, bien au contraire. Et au corps au corps, il la surclassait sans peine.

          Leurs consommations furent déposées devant eux, et la jeune femme pris son verre entre ses mains. La multitude de petites gouttelettes condensées se déposa sur sa peau, humidifiant l’épiderme malmené par les désinfectants et savons qu’elle utilisait un nombre incalculable de fois par jour. A l’instar de son interlocuteur, elle sirota une gorgée de sa boisson avant de reprendre la parole. La liquide frais et sucré sur sa langue la fit presque ronronner de plaisir. Ce n’était qu’après une longue, longue journée de travail qu’on appréciait ainsi ce genre de choses.

          - En général, les gens qui m’agressent aux urgences finissent attachés à un brancard ou alors entre les mains de la sécurité. Tu en as de la chance, dis moi!

          Repoussant une mèche de cheveux derrière son oreille, elle resta un instant silencieuse, puis plissa les yeux avant d’enchainer.

          - D’ailleurs, en parlant de pulsions suicidaires...

          Toujours aussi prompte, elle se pencha soudain par dessus la table pour attraper le jeune homme par le col de son tee-shirt, le tirant brusquement vers elle pour mieux voir sou cou mis à nu. Plus aucune cicatrice, rien.

          - ... je suppose que ton acte de toute à l’heure n’était pas si stupide que ça.

          Elle fini par le lâcher, posant les coudes sur la table pour appuyer sa tête dans ses mains, le fixant avec une curiosité renouvelée. Leurs pouvoirs se ressemblaient, si elle avait bien compris ce dont il s’agissait.

          - Régénération, hein? Spontanée? Tu peux l’étendre à quelqu’un ?

          Elle avait pris la peine de baisser le ton, et leur discussion pouvait sans peine passer inaperçu. Caithleen n’était pas aussi écervelée et inconsciente qu’il pouvait le croire. Simplement plus directe et prête à tout pour étancher sa soif de connaissances que la moyenne des gens.
        • Derek Anderson
          Brigadier - Esprit Libre
          (6)273224180352112none
          id30.04.17 15:33
          (6)Volonté : 273Messages : 224$US : 180Xp : 3Force : 5Résilience : 2Agilité : 1Réflexes : 1Spiritualité : 2Astuce : noneBadges :
          (6)273224180352112none
          avatar
          (6)273224180352112none
            Brigadier - Esprit Libre


            Cait m'avait donc répondu que sa question était purement théorique et qu'elle aurait surtout voulu me voir me justifier. A quoi bon me justifier? Déjà, j'étais nul en baratin. Je disais ce que je pensais et j'avais tendance à m'emporter rapidement. Ensuite, je ne craignais pas grand chose d'elle. Au mieux, elle pourrait appeler à l'aide pour parvenir à s'échapper en semant un peu la pagaille dans le bar et c'était un endroit public où elle connaissait du monde: son élément. Mais hormis ça, je ne voyais pas trop de danger pour moi. Alors qu'elle me souriait, je sortais machinalement mon téléphone. Me demandant ce à quoi elle pouvait bien penser de moi. Enfin, je la voyais comme une personne un peu trop téméraire et elle devait me prendre pour un cinglé quasiment suicidaire ou vraiment trop insouciant. L'un comme l'autre, elle n'aurait pas totalement tord d'ailleurs. Abigail avait donc répondu à mon sms et évidemment, elle m'avait joint les infos que je voulais. Informations sur une certaine Caithleen Miller ainsi que sur Sigrùn Andersen. Je pouvais les mettre sous le nez de la demoiselle, mais je gardais ça pour plus tard, au cas où. Moyen de pression ou juste lui dire que malgré tout, j'avais un peu de ressources.

            Elle m'expliqua ensuite que ceux qui tentaient généralement de l'agresser, terminaient attachés à un brancard ou aux mains de la sécurité. Que je pouvais donc m'estimer heureux. Boarf... Menotté à un brancard, y doit bien y avoir moyen de s'en détacher. Soit en cassant le brancard, soit... En s'explosant un poignet, non? Et la sécurité, j'avoue que ça aurait été chiant, mais rien d'insurmontable, je pense. Bon... Pour le moment, Solomon n'avait pas trop de soucis avec la justice, mais avec une histoire comme ça, je pense qu'on ne pourrait plus dire ça.

            Viens alors un sujet un peu plus délicat. Elle revenait à mon acte suicidaire en disant qu'il ne devait pas être si stupide que ça. Elle en avait dans le ciboulot la demoiselle. Me demandant si c'était de la régénération, si elle était spontanée et si je pouvais l'étendre à quelqu'un. Je pris ma bière et bu une longue gorgée. Juste pour le plaisir de la faire languir. J'imagine qu'elle ne voyait pas si souvent que ça des métas ou qu'elle n'avait pas trop l'occasion de discuter pouvoir avec eux en tout cas. Surtout qu'elle avait un pouvoir similaire. Elle amplifiait la régénération également, mais elle, cela fonctionnait sur les autres. D'où sa question si je pouvais moi-même l'étendre aux autres. J'en déduisais donc que Cait pouvait le faire sur elle ainsi que les autres. Jouer un peu le mec intriguant ou dire la vérité? Comme je l'ai dis plus haut, je suis un peu nul pour mentir, jouer la comédie... Mais dire de la merde pour éluder une question: ça je sais faire.

            "Je savais simplement que tu me soignerais ?"

            Me revenais alors en tête les conneries que j'avais sorti à sa supérieure, disant que j'étais comme Doomsday, que je pouvais mourir et ressusciter tout en devenant à chaque fois un peu plus fort. Je me demandais d'ailleurs si elle y avait crut ou qu'elle s'était doutée que je disais de la merde? Elle aussi avait suggéré le facteur auto-guérisseur. En même temps, plusieurs mois dans le coma, un réveil miraculé, aucune séquelle et le corps qui n'a pas perdu en musculature... C'était facile de deviner mon pouvoir en fait. J'avais justement eu du bol que ce soit un pouvoir comme ça que je possède, un autre, ne m'aurait jamais sorti du coma. Quoique, allez savoir.

            "J'avais dis à ta chère supérieure que j'étais immortel. Genre je meurs, je reviens à la vie, plus fort en fonction de ce qui m'avait couté la vie. Qu'elle pouvait remercier l'infirmière qui avait voulu m'achever par pitié. J'me demande si elle a gobé cette histoire..."

            Elle m'avait un peu surprit en tirant sur mon col pour s'approcher de moi. J'avoue que j'avais pensé que mon charme animal s'était déclenché malgré moi et qu'elle était follement attirée par mon sex-appeal. Mais c'était pour mieux analyser mon cou et pouvoir poser ses questions. Pour une nana, elle avait une sacrée paire de couilles, pardonnez moi l'expression. Enfin... Il était surement préférable de jouer cartes sur table. Là où j'en étais, continuer sur les bobards ou les conneries ne m'avancerai à rien. Et elle était sympa, peut-être qu'on pourrait établir une relation de confiance... Qui sait? Mon cercle d'amis était tout de même très restreint. Je n'avais que Abigail en fait. La solitude, l'ennuie et la monotonie. Tout ça, ouais ça me pesait un peu. Plutôt que de me lancer dans le mercenaire professionnel, j'aurai eu meilleur temps de m'amuser et profiter de mes capacités pour être réellement insouciant... Genre rattraper le temps perdu, me trouver une ou plusieurs nanas, m'amuser. Mais justement. J'étais différent, j'avais perdu deux ans. Et j'avais malgré moi besoin de confiance, de stabilité. On avait voulu me tuer, on me recherchait pour terminer le travail.

            "Donc tu peux te soigner avec ton pouvoir ainsi que les autres. Plutôt pas mal pour une infirmière. Ou médecin? J'avoue que je ne sais pas trop. Et oui, facteur auto-guérisseur accru. Je cicatrise extrêmement vite. Sans ton intervention, il aurait fallu attendre quoi... Une voir deux minutes grand maximum. Et non, ça ne fonctionne que sur moi. Enfin, j'ai jamais vraiment essayé de soigner quelqu'un. Mon boulot veut plutôt que je détruise plutôt que je sauve des vies. Même si cette dernière option se produit quelques fois."

            Le ton de ma voix sous-entendait que je ne prenais pas forcément plaisir à tuer. C'est du moins ce que j'avais voulu faire comprendre. Je ne tuais que si c'était nécessaire et jamais gratuitement. Après, mon boulot de mercenaire voulait que je tue ou blesse plus souvent que je ne protège. Les gens, enfin mes clients, avaient plutôt tendance à vouloir éliminer quelqu'un ou l'intimider plutôt que de vouloir sauver son prochain. L'égoïsme humain quoi.

            "Et tu as réalisé que tu étais une méta comment? J'avoue que cela m'intéresse. Dans mon cas c'est... D'un ennui mortel."

            Comme elle, j'évitais de parler trop fort. Inutile qu'on surprenne notre discussion. J'étais un peu plus sérieux et moins enclin à dire de la merde. Hormis Abigail avec qui je discutais souvent, j''étais rarement sérieux avec les autres. Il y avait eu Angela mais on ne s'était pas revu depuis longtemps. Je me demandais comment elle allait d'ailleurs. Enfin, je terminais ma bière, poussant un long soupire de satisfaction. C'était si bon... Même si les effets d'une cuite me manquait un peu, malheureusement.
          • Caithleen Miller
            CIVIL - Rebelle
            (6)124478295342212Modératrice - Univers / PrésentationsTraumatisé du grand "boom"FlooderV.I.P.Courageuse
            id08.05.17 18:16
            (6)Volonté : 124Messages : 4782$US : 95Xp : 3Force : 4Résilience : 2Agilité : 2Réflexes : 1Spiritualité : 2Astuce : Modératrice - Univers / PrésentationsTraumatisé du grand "boom"FlooderV.I.P.CourageuseBadges :
            (6)124478295342212Modératrice - Univers / PrésentationsTraumatisé du grand "boom"FlooderV.I.P.Courageuse
            avatar
            (6)124478295342212Modératrice - Univers / PrésentationsTraumatisé du grand "boom"FlooderV.I.P.Courageuse
              CIVIL - Rebelle
              Sans se préoccuper de ce que pouvait bien trafiquer le jeune homme sur son téléphone, Caithleen continuait de siroter son cocktail, écrasant méticuleusement les grains de sucre de canne au fond du verre avec sa paille. Elle se fichait bien qu’il puisse rechercher des informations sur elle, car après tout n’importe qui d’un peu débrouillard et sachant se servir des réseaux sociaux pouvait obtenir de telles informations.

              Elle avait eu au moins le mérite de le surprendre, voire le déstabiliser en l’attrapant de la sorte par le col pour l’attirer à elle. Et il avait l’air presque... Déçu, nota-t-elle avec un sourire taquin.

              Ainsi il avait essayé de faire croire à Sigrùn qu’il était immortel, quelque chose dans ce genre. Son affirmation la fit avaler de travers tant c’était ridicule à entendre. Méta ou pas, personne ne pouvait réellement ressusciter, la mort restant encore une frontière infranchie.

              - Honnêtement, il y a de fortes chances de Sigrùn ait véritablement percé ton don à jour, surtout si elle a eu accès à ton dossier médical et à un échantillon de sang. Immortalité, sérieusement?

              Elle eut un rire bref et héla le serveur pour une nouvelle tournée, qui arriva rapidement à leur table en même temps que les verres vides en disparaissaient. Mais Caithleen n’y prêta pas vraiment attention, prenant machinalement sa boisson entre ses mains tant elle était concentrée sur ce que lui racontait le méta.

              - Si j’avais su, je me serais pas donnée la peine de te guérir.

              Elle avait prononcé ces mots d’un air légèrement irrité, un peu vexée de s’être faite avoir par sa petite comédie.

              - C’est amusant, enchaîna-t-elle, si toi tu n’as jamais essayé de te servir de ton pouvoir sur quelqu’un d’autre, de mon côté je n’ai jamais essayé sur moi même...

              Cela doit être possible, songea-t-elle. A l’occasion, il faudrait qu’elle essaie, mais elle n’était pas non plus assez téméraire pour se blesser dans le seul but de vérifier cette hypothèse. Cela attendrait le jour -le plus lointain possible - qu’elle se fasse mal accidentellement. Le fil de ses pensées fut interrompu alors qu’il lui demandait comment elle avait découvert l’existence de son propre pouvoir.

              - Oh, je sais déjà plus ou moins comment tu l’as découvert de ton côté de toute façon.

              Elle marqua une pause, se remémorant les conditions de la découverte fortuite de sa condition de méta. Un frisson fit trembler un instant ses épaules, n’ayant rien à voir au verre givré entre ses doigts.

              - Je m’en suis rendue compte au boulot, il s’est manifesté de lui même. Pour la faire courte, j’ai réussi à stabiliser une personne sur le point de nous claquer dans les pattes. On a dû refaire deux fois les analyses tant le bilan était incohérent, mais à peine un heure après mon intervention, le bilan biologique de cette personne c’était réellement amélioré, de façon totalement incompréhensible. Et moi, sur le coup, en touchant cette patiente, j’ai cru devenir dingue. C’était comme si un court instant, j’ai ressenti la même chose qu’elle. C’est toujours aussi désagréable, d’ailleurs, mais on s’y fait.

              Caithleen utilisait ce don avait parcimonie, quand elle était sûre que cela soit vraiment utile et que personne n’était là pour regarder. Le statut des métas était encore bien trop indéterminé pour qu’elle se risque à faire son «comming-out» pour le moment. Et en ce sens, elle comprenait en partie la parano de... Jean-Claude. Avec un soupir, elle sorti son téléphone et un bloc note de son sac à main. Griffonnant rapidement le numéro de Sigrùn, elle le tendit au jeune homme.

              - Voilà. Et maintenant que tu as ce que tu veux, tu compte me laisser ici... Toute seule...? Et sans même me dire ton nom...?

              L’alcool aidant, un sourire mutin étira ses lèvres alors qu’elle se penchait légèrement vers lui, bien consciente de la vue qu’elle pouvait lui offrir de la sorte. Mais elle s’amusait bien trop pour le laisser se défiler comme ça.
            • Derek Anderson
              Brigadier - Esprit Libre
              (6)273224180352112none
              id08.05.17 22:33
              (6)Volonté : 273Messages : 224$US : 180Xp : 3Force : 5Résilience : 2Agilité : 1Réflexes : 1Spiritualité : 2Astuce : noneBadges :
              (6)273224180352112none
              avatar
              (6)273224180352112none
                Brigadier - Esprit Libre


                Caithleen m'avait donc écouté parler. Elle disait qu’honnêtement, il y ai peu de chance que Sigrùn est prise au sérieuse mon histoire d'immortalité. Je fis un sourire. Franchement? Avant qu'elle ne lise les résultats de l'analyse, je pense qu'elle devait y croire. Expliqué comme je l'avais fais, ça semblait plausible. Bah quoi? Elle avait voulu parler de sa fausse culture des comics, en me comparant à Deadpool, alors qu'elle se trompa de nom deux ou trois fois je crois. Elle enchaina pour dire que si elle avait su pour mon pouvoir, elle ne m'aurait pas aidé. Quoi? Cela l'embêtait d'avoir usé de son pouvoir comme ça? Par réflexe? Elle avait le don de soigner des gens et elle était docteur, c'était tout à son honneur. Elle faisait preuve d'un altruisme, que je n'aurais probablement jamais. Elle trouva cependant amusant de soulever que moi, je n'ai jamais essayé mon pouvoir sur quelqu'un alors qu'elle, ne l'a jamais testé sur elle. Amusant en effet. Mais ça prouvait encore ce que je pensais: elle était altruiste, elle voulait aider son prochain avant tout. Moi... J'étais un soldat, une arme. Mon pouvoir me permettait d'être meilleur, plus fort, plus endurant et surtout: ne moins craindre la douleur ou la mort.

                "Elle m'avait comparé à Deadpool. Faisant mine de s'y connaitre en comics. Moi, j'ai juste dis que j'étais comme Doomsday. J'ignore si un méta possède un tel pouvoir mais... Je pense que probablement, quelque part, il y en a un qui est comme ça."

                Je terminais alors mon verre, appréciant la fraicheur de ma main au contact du verre puis du liquide ambré dans ma gorge. C'était agréable, il faut bien l'admettre. Je me demande si en trouvant un dosage ultra fort, je pourrais ressentir encore les effets de l'alcool. Enfin, rien d'important.

                "Amusant? Oui et non. Tu as voué ta vie pour protéger et soigner celles des autres. Je trouve normal que tu t'en serves ainsi: sur les autres. Et ton réflexe de m'avoir soigné aussi inutile que tu pense que cela ait été le cas, prouve encore tes choix de vie. Ton envie d'aider ton prochain. C'était... Tout à ton honneur."

                Je lui fis un sourire. Elle disait alors se douter de comment j'avais découvert mes pouvoirs. En même temps, j'étais plutôt connu à l'hôpital pour être un cas particulier... Deux ans de coma, un réveil sans prévenir, un corps en parfait état, les muscles opérationnels et aucune séquelle cérébrale. Elle m'expliqua ensuite qu'elle avait découvert son pouvoir au boulot, en stabilisant un patient dans un état critique sans trop savoir comment. Disant qu'elle ressentait la douleur que la personne avait pendant qu'elle utilisait son pouvoir... Ainsi, je l'avais fais souffrir avec ma blessure à la gorge, sans le vouloir.

                "Désolé si... Tu l'as eu en travers de la gorge alors. Pour tout à l'heure."

                Oui, je pensais plus la choquer sur le moment. Qu'elle parte appeler à l'aide et que j'en profite pour déguerpir. Pas qu'elle me soigne via un pouvoir et qu'elle ressente la douleur d'avoir un trou dans la gorge et le gout du sang plein la bouche. Tout ceci me fit penser, je devrais voir si je peux ou non, soigner les autres. Enfin je me vois mal devenir un sauveur mais... C'est toujours intéressant de connaitre toutes les possibilités de mon pouvoir.

                Cait soupira alors, sortant son téléphone ainsi qu'un bloc note. Elle griffonna quelque chose et me le tendit. Expliquant que c'était le numéro de sa supérieur. Me disant que maintenant que j'avais ce que je voulais, j'allais la laisser toute seule? Sans même lui donner mon nom. Elle souriait, de façon un peu... Je sais pas trop quoi, mais c'était perturbant. Et j'avais une vue plongeante sur sa poitrine. Mais putain, elle me faisait quoi là? Ok Derek, relève les yeux. Regarde la dans les yeux. Non, enlève ton regard de son décolleté. Putain mais c'est qu'une question de volonté! Lèves les yeux! Vous l'aurez comprit: après un combat avec moi-même, je parvins à la regarder dans les yeux, non sans mal. Un peu mal à l'aise, j'hésitais à quoi lui répondre. Ne comprenant pas trop ce qu'elle voulait de moi. S'amusait-elle de voir mes réactions? Je froissais le papier et lui tendis.

                "Merci mais pas besoin. J'ai déjà obtenu son numéro, son adresse ainsi que la même chose sur toi depuis tout à l'heure. Si... Je reste c'est... T'es un peu intrigante. Le genre de femme étrange qui doit m'attirer. Le genre à se faire menacer, à garder contenance et avoir encore de la curiosité pour comprendre ou analyser la personne qui l'a menacé. Et bon... Je soupirais en souriant. T'es de loin la meilleure compagnie que j'ai eu depuis longtemps. Donc autant profiter de la soirée, non?"

                Putain Derek, respect. Pour une fois tu dis pas de la merde en mode: je suis un gamin insouciant qui ne sait pas être sérieux. De là à dire beau parleur, ok, n'exagérons pas. C'était bien, sans plus, mais c'est tout hein?

                "Mon nom sinon? Je pensais tu avais fais le rapprochement avec le type dans le coma depuis presque deux ans. Qui se réveille comme si de rien n'était et moins de trois jours après: fout le camps du service hospitalier. Je pensais être une légende et que tout le monde connaissait mon nom à l'hôpital."

                Je lui fis un sourire amusé. J'hésitais à utiliser mon téléphone pour lui donner. Lui montrant dans la foulée que grâce à Abigail, j'avais déjà récupérer son numéro. Mais... Pourquoi ne pas le dire clairement si ça lui tenait autant à cœur? Quoique, la faire languir encore un peu aussi me semblait amusant. Tout comme elle, je me penchais lentement vers elle, lui faisant un sourire taquin.

                "Et j'y gagne quoi à te donner mon nom ma chère?"
              • Caithleen Miller
                CIVIL - Rebelle
                (6)124478295342212Modératrice - Univers / PrésentationsTraumatisé du grand "boom"FlooderV.I.P.Courageuse
                id21.05.17 0:17
                (6)Volonté : 124Messages : 4782$US : 95Xp : 3Force : 4Résilience : 2Agilité : 2Réflexes : 1Spiritualité : 2Astuce : Modératrice - Univers / PrésentationsTraumatisé du grand "boom"FlooderV.I.P.CourageuseBadges :
                (6)124478295342212Modératrice - Univers / PrésentationsTraumatisé du grand "boom"FlooderV.I.P.Courageuse
                avatar
                (6)124478295342212Modératrice - Univers / PrésentationsTraumatisé du grand "boom"FlooderV.I.P.Courageuse
                  CIVIL - Rebelle
                  5, 4, 3, 2, 1... 404 error. Un bug généralisé sembla paralyser son acolyte l’espace de quelques instants, et Caithleen ne pouvait pas nier s’amuser follement. Ni l’avoir complètement fait exprès. Elle vit l’incompréhension, puis l’incrédulité se dessiner sur le visage du jeune homme, puis sa lutte contre le magnétisme qui attirait ses yeux comme des aimants sur sa poitrine. Mais au moins, son petit numéro avait eu pour mérite de le déstabiliser suffisamment pour qu’il ne parvienne pas à la baratiner une fois de plus.

                  Avec un sourire équivoque, elle s’empara du papier chiffonné qu’il lui rendait, entreprenant de méthodiquement le réduire en une boulette compacte entre ses doigts alors qu’il s’expliquait. Cet homme restait tout de même un mystère. Son coma récent et son pouvoir de méta n’expliquaient à son sens pas vraiment cette espèce de parano qui l’habitait, mais passons. Caithleen pouvait bien passer outre pour le moment.

                  Avec une grimace, elle lui renvoya la boulette de papier, faisant une moue satisfaite en la voyant rebondir sur son front.

                  - Hmf! Je suis étrange, inconsciente, voire selon tes propres termes «d’une témérité se rapprochant presque à des pulsions suicidaires»... Et c’est ça la meilleure compagnie que t’aies eu depuis longtemps...? Tu m’étonnes que tu sois en galère...!

                  Caithleen avait cependant conscience de ne pas vraiment être dans la norme des femmes de son âge. Elle avait un sale caractère, était bien plus indépendante que la moyenne, et d’une franchise bien trop brutale pour son propre bien. Nombreux étaient ceux qui passaient leur chemin face à l’irascible médecin, peu désireux de s’y frotter. Sigrun était de celles qui semblaient pouvoir la supporter, voire même apprécier sa compagnie et son humour mordant. Ce mec aussi en semblait capable. Il avait même encaissé un certain nombre de coups de sa part un peu plus tôt, sans vraiment sembler lui en tenir rancune. Au contraire même, cela semblait l’avoir diverti au plus haut point. Ce qui, elle devait l’avouer, avait tendance à l’agacer et à la vexer un peu.

                  - J’ai pas la mémoire des noms. Dans ma tête, tu es «le type réveillé miraculeusement d’un coma de deux ans, avec aucune séquelle visible, cas très intéressant mais s’étant carapaté trop vite pour qu’on comprenne». Du coup, Jean-Claude, c’est quand même encore le plus rapide à dire.

                  Ceci étant dit, son Jean-Claude semblait avoir de la ressource. Car en plus de son habilité à s’esquiver et à éviter ses rendez vous médicaux quasi-surhumaine, il semblait avoir quelque part un informateur capable de lui donner de précieux renseignements, comme un numéro de téléphone ou une adresse. Avait-il réussi à se procurer le sien? Elle aimerai bien voir jusqu’où il oserai pousser son audace.

                  Mais monsieur semblait d’humeur joueuse, constata-t-elle alors qu’il se penchait à son tour vers elle, se prenant au jeu. Ainsi, il essayait de la faire marner, refusant de lui répondre...? Qu’à cela ne tienne. Elle avait de la ressource, et aucun scrupule à s’en servir. Caithleen se pencha encore un peu plus, ne laissant qu’un souffle entre leurs visages. A cette distance, son murmure fut parfaitement audible.

                  - Beaucoup de choses. Mais tu peux aussi attendre le troisième ou quatrième verre. A ce stade là, je n’aurai sans doute plus la patience de te tourner autour comme une petite fille sage. Alors?
                • Derek Anderson
                  Brigadier - Esprit Libre
                  (6)273224180352112none
                  id03.07.17 21:07
                  (6)Volonté : 273Messages : 224$US : 180Xp : 3Force : 5Résilience : 2Agilité : 1Réflexes : 1Spiritualité : 2Astuce : noneBadges :
                  (6)273224180352112none
                  avatar
                  (6)273224180352112none
                    Brigadier - Esprit Libre


                    Elle semblait énormément s'amuser en se jouant de moi. Quoi? Comment ne pas combattre cette envie de regarder un décolleté? Que le mec, hétéro, qui n'a jamais eu se genre de combat se moque, mais à mon avis: il ni en aura pas beaucoup. Voir aucun. On a tous ça dans le sens, tel un instinct primaire, un rappel peut-être de la petite enfance, nous remémorant que, sans de généreuses poitrines, nous ne pouvions être nourrit. J'avais vu un documentaire là dessus, disant que oui, l'attirance des hommes pour les seins pourraient bien venir de l'alitement. J'étais plutôt sceptique. Après tout, là j'étais grave attirer et ce n'était nullement par les mamelons de ma mère. Tant mieux d'ailleurs, j'avais suffisamment de problèmes psychologiques pour ne pas y ajouter l'inceste ou un complexe d’Œdipe. Quels genre de problèmes? Insouciance proche de l'envie suicidaire, paranoïa naissante suite à ce qu'on ait voulu me tuer. Dépression suite à un manque d'activité. Certes, j'avais une activité, mais ce n'était pas régulier. La plupart de mon temps, je glandais, regardais la télévision, imaginais ma vengeance ou élaborais des plans pour m'enfuir. Ouais, un mec normal avec une vie normale et des hobbies ordinaires. Totalement sain le mec. Moi même je m'inspire la confiance, je la transpire même.

                    La boulette de papier qui heurta mon front me fit sortir de ma réflexion débile. Elle semblait contrariée. Quoi? Car j'en avais pas besoin? Elle cita toutes les critiques que je lui avais fais. Et bêh... Rancunière la donzelle. Faudra que je m'en souvienne. Quoique... Ce n'est pas comme si on allait se revoir, restons sérieux. Concluant que si elle était ma meilleure compagnie, elle comprenait mieux ma galère. Ce à quoi je répondis d'un sourire.

                    "J'prend rarement le temps de discuter ou d'apprendre à connaitre en ce moment."

                    Je buvais mon verre, me contentant de l'observer, d'attendre sa réaction ou de voir ce qu'elle comptait faire. Le petit jeu du comment s'appelle ce mec chelou continuait de plus belle et il semblait évident que ça la frustrait un peu. Peut-être même beaucoup? Les femmes... Une amie à moi m'a toujours prouvé que cette citation ou ce dicton, avait du vrai dans bien des manières: suis moi, je te fuis et fuis moi, je te suis. On veut ce que l'on ne peut avoir. On se serait rencontré dans ce bar, je l'aurai abordé en me présentant: jamais elle n'aurait été intéressé. Soyons d'accord hein? Habituellement, j'étais le mec pas doué, le type gentil qui discute, écoute, qui devient rapidement le meilleur ami gay. Là, elle m'avait dérangé dans mon boulot, enfin... Presque. J'avais agis sur la défensive, gardant le mystère car j'étais quand même entré par effraction dans le bureau de sa collègue ou supérieure. M'appréciait-elle un peu ou le besoin, l'envie de savoir mon identité la poussait à me parler? Je pense que le second point à attisé le premier et nous en sommes là. Putain Derek... T'es dans un bar, avec une nana plutôt très mignonne, qui te laisse lorgner et flirt limite avec toi. Et toi, tu essais de dresser un portrait psychologique? Tu vois pas qu'elle voudrait que tu dresses autres choses? Ok, là je m'emporte... Pardon ça fait longtemps. Deux ans et quelques mois en fait. Donc forcément, parfois, ça me travaille... Un peu... D'accord !! Beaucoup. Moquez vous...

                    Elle en revenait à mon prénom. Disant que le miraculé qui s'est sauvé sans qu'on comprenne pourquoi, c'était trop long à retenir. Et qu'elle n'était pas douée pour les retenir en général. Mais bien sur!! Après Jean-Claude, ça sera Jambon?

                    Elle en venait à ce que je gagnais si je parlais. M'imitant comme je l'avais fais avec elle: s'avançant vers moi, approchant ses lèvres des miennes. Je pouvais sentir son souffle sur ma peau, l'odeur de sa boisson dans son haleine. Disant alors que je pourrais gagner beaucoup de chose ou que je pouvais attendre quelques verres de plus. Qu'elle ne me tournerait plus autour comme une petite fille sage. A sa question finale, ma réponse fut simple et spontanée. Même si mon souffle sur sa peau ayant légèrement accéléré pouvait l'avoir aiguillé sur ma pulsion. Mes lèvres vinrent se frotter doucement, effleurer à peine les siennes. Mes mots sortirent alors de ma bouche, tel un souffle, à peine audible dans la cohue de l'établissement.

                    "Juste un avant gout alors..."

                    Je l'embrassais, lui volant le baiser qu'elle le veuille ou non. Pendant un instant, je me sentis comme un type normal, dans un bar, flirtant et prenant du bon temps. J'en oubliais le méta-humain, j'en oubliais Solomon, Higins, l'armée, l'accident et mon coma. Juste elle, juste ses lèvres avaient à présent de l'importance. Elle, son odeur, son gout de mojito et ses lèvres. Je reculais lentement, affichant un sourire amusé mais également... Satisfait. Pas de l'avoir surprit, non, mais la satisfaction de me sentir bien. Un air de gamin qui venait d'avoir son premier baisé. Depuis le temps, c'était presque comme si c'était la première fois. Dire que je tabasse ou tue des gens régulièrement et les simples et petits plaisirs de la vie sont si rares... Je me sentis alors... Pitoyable. Misérable. Ouais, j'avais quand même une vie de merde depuis ce réveil, depuis ce changement d'identité. On rêve tous de recommencer à zéro, dans mon cas, la version 2.0 est quand même plus brouillon que l'originale.

                    "Derek... Je terminais ma bière. Un autre verre contre un nom de famille et moi aussi je peux demander des trucs sur toi?"

                    Nouveau jeu, nouvelles possibilités. Ou cela lui aura suffit et bonne soirée connard, sera ses derniers mots?
                  • Caithleen Miller
                    CIVIL - Rebelle
                    (6)124478295342212Modératrice - Univers / PrésentationsTraumatisé du grand "boom"FlooderV.I.P.Courageuse
                    id06.07.17 23:37
                    (6)Volonté : 124Messages : 4782$US : 95Xp : 3Force : 4Résilience : 2Agilité : 2Réflexes : 1Spiritualité : 2Astuce : Modératrice - Univers / PrésentationsTraumatisé du grand "boom"FlooderV.I.P.CourageuseBadges :
                    (6)124478295342212Modératrice - Univers / PrésentationsTraumatisé du grand "boom"FlooderV.I.P.Courageuse
                    avatar
                    (6)124478295342212Modératrice - Univers / PrésentationsTraumatisé du grand "boom"FlooderV.I.P.Courageuse
                      CIVIL - Rebelle
                      A l’excuse que lui formula son interlocuteur, elle ne pu que hausser les épaules en hochant la tête. Elle même prenait rarement le temps d’apprendre à connaître quelqu’un. Sans qu’elle ne sache vraiment trop pourquoi, elle mettait toujours entre les autres et elle une limite, une barrière à ne pas franchir. Elle s’attachait peu au niveau émotionnel, gardant souvent une indépendance farouche vis à vis de quiconque. Peut-être avait-elle une sorte d’incapacité à s’investir dans une relation sérieuse, une peur de s’investir? Quoi qu’il en soit, malgré le fait qu’elle ne soit pas repoussante, elle n’avait jamais réellement été en couple avec qui que ce soit. Des coups d’un soir, relations sans lendemain, voilà qui pour le moment lui convenait bien. Assez pour étancher la soif de chaleur qu’elle éprouvait parfois dans des étreintes sans conséquences.

                      A vrai dire, dans le cas présent, c’était les circonstances de la rencontre qui l’attiraient. Le fait que quelques heures auparavant ils aient été sur le point de s’étriper mutuellement rendait la chose pour le moins... exotique. Sans considérer l’ouragan de pensées plus ou moins avouables qui déferlait sous la crâne de son vis à vis, elle le détaillait sans vraiment se gêner. Et ce qu’elle voyait ne lui déplaisait pas. Elle avait pu le constater de façon bien plus... percutante quelques temps plus tôt, mais il était plutôt bien bâti, et sa haute stature ne lui déplaisait pas. Ses traits étaient loin d’être désagréables. Tout à fait son genre, et elle ne s’en cachait pas vraiment. Et cette aura de mystère, voire de danger qui planait autour de lui avait le don de l’exciter.

                      Ils étaient maintenant littéralement à un souffle l’un de l’autre. Elle sentait la respiration du jeune homme s’accélérer légèrement. Le sentiment d’anticipation, les quelques instants précédant ce qui était tant attendu étaient délicieux... Ces fractions de secondes où le cœur et la raison s’emballent dans l’expectative, où l’on sait que l’autre va nous embrasser.

                      Caithleen ferma les yeux en sentant ses lèvres effleurer les siennes et murmurer contre sa bouche avant de mieux s’en emparer. Et quel délicieux avant goût...

                      Elle ne recula pas, ne chercha même pas à se dérober. Bien au contraire, elle savoura ce baiser qui n’était, au fond, qu’un prélude à toute autre chose. Était-ce le mojito un peu trop chargé ou bien une solitude un peu trop prolongée...? Quoi qu’il en soit, alors qu’il se reculait pour finir son verre et poursuivre leur petit jeu, un sourire mutin étira ses lèvres, donnant à son visage auréolé de boucle rousses un air à la fois joueur et sensuel.

                      Promptement, elle parcouru de nouveau la distance qui les séparait pour l’attraper par la nuque et l’attirer à elle. Ce baiser n’eut cette fois ci rien de doux ni d’innocent. Les lèvres de la jeune femme rencontrèrent celle de Derek avec l’ardeur qui caractérisait si bien la rousse explosive, pour un contact bien moins chaste que le précédent. Ce ne fut que lorsqu’elle lui eut totalement volé son souffle qu’elle délia leurs lèvres, pour glisser le sienne le long de la courbe de sa mâchoire, jusqu’à son oreille.

                      - En fait, j’ai menti. Je connais très bien ton nom, Derek Anderson.

                      Elle ne manqua pas de mordiller le lobe de son oreille avant de poursuivre.

                      - Je peux quand même répondre à quelques questions, même si comme je te l’ai dis toute à l’heure... J’aime les confidences sur l’oreiller.

                      Elle se recula pour appuyer son menton dans la paume de sa main, jaugeant la réaction de Derek sans cacher son amusement. Allait-il prendre peur et faire marche arrière...? Ou rentrerait-il dans son jeu...? Et voulait-il vraiment ce dernier verre...?
                    • Derek Anderson
                      Brigadier - Esprit Libre
                      (6)273224180352112none
                      id07.07.17 22:44
                      (6)Volonté : 273Messages : 224$US : 180Xp : 3Force : 5Résilience : 2Agilité : 1Réflexes : 1Spiritualité : 2Astuce : noneBadges :
                      (6)273224180352112none
                      avatar
                      (6)273224180352112none
                        Brigadier - Esprit Libre


                        A peine avais-je finis ma phrase et reposé mon verre que Caithleen s'était avancée de nouveau. Elle avait répondu à mon baiser, elle semblait même avoir apprécié. Ou alors, la surprise avait joué en ma faveur ? J'avais un doute mais pourquoi pas. Ainsi donc, elle s'avançait vers moi, un sourire accroché à son joli visage. Sa main m'attrapa rapidement la nuque, me tirant vers elle : ah ouais elle est comme ça... Carrément? Ce second baiser fut bien plus intense que le premier. Déjà, je le subissais presque contre toute attente. Enfin, j'avais juste eu le temps de comprendre avant que ses lèvres vinrent se coller aux miennes. Mon rythme cardiaque accéléra, surement à cause de l'excitation. Je m'étais même légèrement crispé, de plaisir. Alors qu'elle allait mettre un terme à ce langoureux échange, j'eus juste le temps de lui mordiller, à peine, la lèvre.

                        Elle glissa ainsi ses lèvres sur mon menton, remontant lentement vers mon oreille alors que ma main glissait lentement de son bras vers son épaule. Effleurant juste du bout des doigts pour enfin venir se mélanger dans la chevelure de braise de la rousse. Toujours cette sensation de frisson, d'excitation. J'avais totalement oublié cela, oublié le plaisir de toucher une femme ou d'être touché. Cela me changeait tellement de mes contacts habituels... Aucune envie de meurtre, d'infliger une douleur. Plutôt un besoin de ne pas se sentir seul, d'assouvir un besoin primaire. D'être aimé ou simplement de profiter de l'instant.

                        Elle me souffla à l'oreille qu'elle avait mentit, qu'elle connaissait mon nom et le prononça. M'arrachant un sourire amusé. J'eus alors la chair de poule dans la nuque : elle mordillait mon oreille pour finalement reprendre la parole. Avouant qu'elle acceptait de répondre à quelques questions, même si elle préférait les confidences sur l'oreiller.

                        Ma main poursuivit son chemin, passant dans son cou, grimpant presque timidement à l'arrière de son crâne. Tirant doucement sa tête vers moi pour déposer un baisé dans son cou. Laissant alors mes doigts tomber dans son dos pour remonter lentement vers sa nuque. Une caresse légère, ne frôlant qu'à peine le tissu de ses vêtements, ne laissant à sa peau et ses terminaisons nerveuses qu'une vague idée de la sensation. Tout ceci dans le but de la faire frissonner. Et aussi car un pelotage en règle, dans un bar qui plus est, aurait totalement cassé l'ambiance. Putain Derek, pas si pervers ou alors tu réfléchis malgré la situation et tes antécédents !

                        Mes lèvres s'approchèrent de son oreille, laissant un soupire s'échapper, un souffle qu'elle pouvait sentir sur sa peau et entendre distinctement malgré la musique qui passait dans l'établissement. Je souriais toujours et lui glissais dans un murmure.

                        "Donc autant aller à... L’hôtel à l'avenue Lincoln? Me semble c'est à un ou deux pâtés de maisons."

                        Quoi ? Bon ok, j'aurai carrément pu lui donner son adresse personnelle qui est genre deux bâtiments à coté du dit hôtel. Mais sérieusement... Quelle femme naturellement constituée aurait pas flippé sa race en apprenant qu'un inconnu sache ça? Là... La coïncidence était plausible. Je crois.
                      • Caithleen Miller
                        CIVIL - Rebelle
                        (6)124478295342212Modératrice - Univers / PrésentationsTraumatisé du grand "boom"FlooderV.I.P.Courageuse
                        id10.07.17 13:10
                        (6)Volonté : 124Messages : 4782$US : 95Xp : 3Force : 4Résilience : 2Agilité : 2Réflexes : 1Spiritualité : 2Astuce : Modératrice - Univers / PrésentationsTraumatisé du grand "boom"FlooderV.I.P.CourageuseBadges :
                        (6)124478295342212Modératrice - Univers / PrésentationsTraumatisé du grand "boom"FlooderV.I.P.Courageuse
                        avatar
                        (6)124478295342212Modératrice - Univers / PrésentationsTraumatisé du grand "boom"FlooderV.I.P.Courageuse
                          CIVIL - Rebelle
                          Alors qu’elle s’était emparée de ses lèvres sans lui laisser la moindre chance de se replier, elle le senti se crisper un instant sous la surprise. Puis sous le plaisir. Elle avait conscience d’avoir tendance à être presque agressive dans ce genre de moments, mais elle savait ce qu’elle voulait, et ne s’en cachait pas. Pourquoi tourner autour du pot lorsqu’elle pouvait aisément se faire comprendre de cette façon? L’instant de surprise passé, il se détendit, entrouvrant ses lèvres pour lui répondre, à sa grande satisfaction.

                          Caithleen frissonna alors qui glissait ses doigts contre sa peau. Ne la touchant pas vraiment, la frôlant juste assez pour lui faire espérer plus. Vouloir plus. Sa main se glissa dans le désordre de boucles rousses encadrant son visage pour l’attirer à lui et glisser ses lèvres dans son cou. Et ce fut à son tour de murmurer à son oreille, ne cessant pas de la provoquer. Un sourire satisfait étira cependant ses lèvres à la proposition impertinente, ne relevant pas la proximité de l’hôtel proposé avec son propre domicile.

                          Sortant son téléphone de sa poche, elle pianota rapidement et entérina la proposition en réservant la chambre désirée directement en ligne -les joies des nouvelles technologies - retournant l’écran vers Derek avec un sourire équivoque. Caith n’était pas du genre à revenir sur ses décisions, surtout lorsqu’elle était provoquée de la sorte. Sans se soucier de l’accord initialement passé avec le jeune homme, elle laissa quelques billets sur la table, ne se souciant pas non plus de récupérer sa monnaie.

                          Cette partie du jeu avait assez duré à son goût, aussi elle l’entraîna hors de l’établissement, laissant derrière eux le bruit des conversations, de la musique et des verres s’entrechoquant.


                          ***


                          L’hôtel réservé était vraiment tout proche, établissement moderne et chic comme on en trouvait à Alpha, bien que cela passe totalement au dessus de la jeune femme, seule la proximité l’ayant intéressée. La marche rapide avait fait retomber l’effet de l’alcool, ne lui laissant plus le luxe de cette excuse. Ne restaient plus que l’excitation et le désir, qui eux avaient pris racine, revenant en force alors qu’elle claquait la porte de la chambre derrière eux.

                          Se hissant légèrement sur la pointe des pieds, elle pris ses lèvres d’assaut sans la moindre retenue, le repoussant jusqu’à ce qu’il trébuche contre le lit et chute en arrière. Avec un sourire mutin, elle grimpa à califourchon sur lui, ses gestes emprunts d’une sensualité qu’on ne lui aurait pas suspectée au premier regard.

                          - Le déjà vu de cette situation est assez flagrant, n’est-ce pas...?

                          Et pas plus que quelques heures auparavant, elle n’avait l’intention de le laisser s’enfuir. Peut être le laisserait-elle prendre le dessus dans cette toute autre lutte les opposant...? Et encore, songea-t-elle...
                        • Derek Anderson
                          Brigadier - Esprit Libre
                          (6)273224180352112none
                          id19.08.17 15:57
                          (6)Volonté : 273Messages : 224$US : 180Xp : 3Force : 5Résilience : 2Agilité : 1Réflexes : 1Spiritualité : 2Astuce : noneBadges :
                          (6)273224180352112none
                          avatar
                          (6)273224180352112none
                            Brigadier - Esprit Libre


                            Il ne fallut pas longtemps à la demoiselle pour réfléchir et répondre à ma proposition. Elle avait dégainé son portable, surement prit une réservation à l'hôtel en question. Elle me le montra et ouais, c'était bien ça. Cette fille n'avait vraiment pas froid aux yeux et... C'est justement ça qui me plaisait ! Elle balança l'argent pour les boissons et m'entraina rapidement à l'extérieur. Oui, je me laissais emmener. La promenade à l'extérieur fut vivifiante, l'air frais me réveilla. Coté alcool, je n'en sentais pas les effets et dans tous les cas: ils avaient tendance à se dissiper rapidement. Restait le désir, observant le déhanché de la demoiselle, regardant ses cheveux onduler à chacun de ses pas... Elle était attirante, espiègle et rebelle, une vraie femme quoi. Ou en tout cas: une femme que je l'aime.

                            La porte de la chambre claqua. J'hésitais à dire une connerie, comme à mon habitude. Mais elle ne m'en laissa pas le loisir et c'était probablement mieux. Inutile de casser l'ambiance avec mes idioties. Elle m'embrassa donc sans retenue, me poussant doucement en arrière jusqu'à ce que je n'ai d'autre choix que me laisser tomber sur le lit. Elle s'installa sur moi, toute souriante. Beaucoup moins violente que la première fois, beaucoup plus sensible. Mes mains glissèrent sur ses jambes, remontant doucement sur ses hanches. Elle ironisa sur la situation, rappelant la précédente, celle où on s'était battu et terminé ainsi.

                            En guise de réponse, je la tirais vers moi. Collant mes lèvres aux siennes avec désir, glissant ma main dans son dos, remontant lentement entre ses omoplates. Mon rythme cardiaque s'emballait, depuis le temps que je n'avais pas touché une femme, j'étais excité mais nerveux. Comme un puceau pour sa première fois. Ce qui m'amusait un peu, me remémorant brièvement cette expérience. J'espérais que celle-ci soit tout autant mémorable et agréable. Mais aussi qu'elle soit mieux, inutile de me couvrir de honte suite à mon absence de relation amoureuse ou physique. Oui, c'était ça qui me stressait un peu: être trop rapide ou trop brute.

                            Mes doigts glissèrent sur son ventre, remontant lentement vers sa poitrine, passant sous ses vêtements pour s'arrêter sur ses côtes. Prendre le temps d'apprécier, de nous amuser. Mon souffle en était saccadé par le désir.
                            "Très. Mais nettement plus agréable aussi, non ?"

                          • Caithleen Miller
                            CIVIL - Rebelle
                            (6)124478295342212Modératrice - Univers / PrésentationsTraumatisé du grand "boom"FlooderV.I.P.Courageuse
                            id25.08.17 17:02
                            (6)Volonté : 124Messages : 4782$US : 95Xp : 3Force : 4Résilience : 2Agilité : 2Réflexes : 1Spiritualité : 2Astuce : Modératrice - Univers / PrésentationsTraumatisé du grand "boom"FlooderV.I.P.CourageuseBadges :
                            (6)124478295342212Modératrice - Univers / PrésentationsTraumatisé du grand "boom"FlooderV.I.P.Courageuse
                            avatar
                            (6)124478295342212Modératrice - Univers / PrésentationsTraumatisé du grand "boom"FlooderV.I.P.Courageuse
                              CIVIL - Rebelle

                              Lost travelers



                              Elle avait eu conscience de son regard sur ses courbes alors qu’ils cheminaient jusqu’à l’hôtel. La façon pas vraiment discrète qu’il avait de laisser transparaître son désir alors que ses yeux s’égaraient le long de sa chute de rein alors qu’elle faisait claquer ses talons d’un pas décidé sur le pavé. De capter la lumière artificielle de la rue jouer dans sa chevelure alors qu’elle la ramenait sur un épaule, puis dériver plus loin...

                              Cela faisait trop longtemps qu’on ne l’avait pas regardée de la sorte, ni même touchée. Elle avait été trop prise par trop de choses ces derniers temps. La découverte de son pouvoir, le boulot... Le boulot, et encore le boulot... Elle s’y noyait presque, jusqu’à s’y oublier. Mais à force de négliger les besoins et désirs de son corps, elle constatait qu’elle était au bord de l’implosion, toute la frustration accumulée sans faire de bruit ces derniers temps menaçant de prendre le dessus.

                              En comparaison, bien qu’également fébrile et nerveux, Derek était bien plus calme et composé qu’elle même, ce qui la tempérait, l’encourageait à la patience. Pour le moment.

                              Sa réponse à sa remarque lui tira un sourire alors qu’un frisson remontait le long de son dos, les endroits où il la touchait semblant brûler sous ses doigts. Il avait les mains abîmées, presque rêches songea-t-elle alors qu’il les glissait sous ses vêtements. Et cela n’était pas vraiment désagréable, à vrai dire.

                              - Oui. Nettement plus.

                              D’un geste fluide, elle se redressa, échappant à ses mains avec un sourire taquin. Sans une once d’hésitation, elle retira son haut pour le jeter au pied du lit. Sur sa peau couleur crème mouchetée de tâches de rousseur, la dentelle noire de sa lingerie se détachait nettement, dans un contraste affriolant.

                              - Jusqu’ici, rien de bien neuf, n’est-ce pas...? Mais me concernant, en revanche... Je m’estime un peu lésée.

                              Après tout il l’avait dit lui même: il l’avait vue un peu plus tôt dans les vestiaires. Entendant bien remédier à cette injustice, elle le tira à elle jusqu’à ce qu’il se redresse, et fit à son tour glisser ses doigts le long de son torse par dessus le tissu, jusqu’à atteindre les pans de la veste et de l’en débarrasser. Le tee-shirt suivi rapidement le même chemin.



                            • Derek Anderson
                              Brigadier - Esprit Libre
                              (6)273224180352112none
                              id04.10.17 17:35
                              (6)Volonté : 273Messages : 224$US : 180Xp : 3Force : 5Résilience : 2Agilité : 1Réflexes : 1Spiritualité : 2Astuce : noneBadges :
                              (6)273224180352112none
                              avatar
                              (6)273224180352112none
                                Brigadier - Esprit Libre

                                Elle se trouvait donc lésée ? Quoi? J'avais eu droit à une vision furtive sur son corps partiellement dénudée dans les vestiaires, juste avant que ses collègues ne débarquent en hurlant. Je m'estimais plutôt frustré de ne pas avoir réellement eu le temps de profiter de la scène. Bon, ce coup-ci, je n'avais rien n'a redire, sa peau tacheté de tâches de rousseur, sa lingerie... Elle était magnifique. Laissant mes doigts glisser sur sa peau douce, appréciant ce simple contact pourtant si agréable. Elle me tira à elle, m'obligeant à me redresser pour faire voler mon haut afin que je termine dans la même tenue qu'elle. Mon torse légèrement bronzé et musclé était donc visible, laissant voir plusieurs cicatrices que j'avais obtenu durant mon long séjour à l'armée. Des marques de balles, de coupures ainsi qu'une longue balafre suite à mon accident. Les blessures depuis mon réveil, elles ne laissaient aucune marque, aucun souvenir.

                                Elle se plaqua contre moi tout en m'embrassant avec ardeur, me laissant par la même occasion apprécier la sensation de cette étreinte ainsi que de la vue. Elle ne me laissait pas trop le temps d'en placer une, ni de m'adapter à la situation. Et j'aurai même parié qu'elle s'en amusait.
                                Et que pouvais-je dire? Quoique, il n'était plus trop temps de parler, mais celui d'agir. J'étais aussi stressé que pour ma première fois, me souvenant de mon état fébrile, voir même pathétique... Enfin, ça faisait longtemps, il me fallait juste me remettre en selle comme on dit. Et bon, c'est comme le vélo, ça ne s'oublie pas. Non ? Bon d'accord, j'avais un peu peur de me retrouver tout couillon, essayant vaguement de me souvenir comment dégrafer un soutif sans galérer. A essayer de garder mon calme, à ne pas aller trop vite et transformer ce bon moment en un désastre. Mais sérieusement: essayez de garder votre calme avec un tel brin de femme à califourchon sur vous avant de vous foutre de moi.

                              • Caithleen Miller
                                CIVIL - Rebelle
                                (6)124478295342212Modératrice - Univers / PrésentationsTraumatisé du grand "boom"FlooderV.I.P.Courageuse
                                id25.10.17 23:11
                                (6)Volonté : 124Messages : 4782$US : 95Xp : 3Force : 4Résilience : 2Agilité : 2Réflexes : 1Spiritualité : 2Astuce : Modératrice - Univers / PrésentationsTraumatisé du grand "boom"FlooderV.I.P.CourageuseBadges :
                                (6)124478295342212Modératrice - Univers / PrésentationsTraumatisé du grand "boom"FlooderV.I.P.Courageuse
                                avatar
                                (6)124478295342212Modératrice - Univers / PrésentationsTraumatisé du grand "boom"FlooderV.I.P.Courageuse
                                  CIVIL - Rebelle

                                  Lost travelers