La Terre, cœur de l’Univers, s'éveille au surnaturel… Janvier 2016, les méta-humains font leur apparition dans un fracas invraisemblable ; des hommes, des femmes, des enfants, personnes âgées à nourrissons, sont frappés par ce qu’on explique pas, des dons - ou une malédiction ? - qui les cataloguent comme des êtres à part entière, des faux humains, des méta-humains. Le monde entier est touché, nulle exception.

Nous sommes à LibertyTown, aux États-Unis, une ville aux grands enjeux, là où les méta-humains sont recensés en masse. Les médias s’y affolent, jouent des coudes pour avoir les derniers potins, les derniers événements marquants. Un jeu dans lequel tout le monde se plaît de participer, au point d’oublier la question essentielle à cette découverte : quel avenir pour ceux qui finiront par surpasser la race humaine ?

Lire la suite...
Actualités récentes
10/06 : Recrutement & Animation ─ www
30/05 : Amélioration du contenu graphique ─ www
29/05 : Système de succès opérationnel ─ www
Activité du forum
8 mois d'existence
Plus de 100 membres actifs
138 histoires et 1066 pages RP

LE STAFF
LES PRÉDÉFINIS
LES AMIS

Metro, l'Apocalypse à vos portes : Forum RPG CHRONOSREP

Magic & Fists.

  • Lysander Akardia
    Esprit Libre
    (7)43+0686655153530354015none
    id03.05.17 19:39
    (7)Volonté : 43Messages : +0Réputation : 6866$US : 55Xp : 15Force : 35Résilience : 30Agilité : 35Réflexes : 40Spiritualité : 15Astuce : noneBadges :
    avatar
    (7)43+0686655153530354015none

      Préparation
      ft. Gabrielle Alejandra Reyes
      Seul dans l'obscurité. Une lumière lointaine éclairait faiblement le lieu. Lysander ne savait pas où aller ni même où il était. Le silence pesait autour de lui. Quand il entendit un son. C'était un pleur mais de qui pouvait-il venir? Notre magicien éprouva un sentiment étrange un mal-être certain. Mais d'où cela pouvait provenir? Un contact chaleureux dissipa ce mal-être et la lumière devint plus éblouissante au point d'occulter tout autre chose.


      - Chaton, c'est bientôt l'heure. Tu ne veux pas trop te reposer avant le show n'est-ce pas? Allez on se motive!


      Il s'agissait là de sa manager qui venait interrompre sa sieste comme à son habitude. Une tête blonde et pourtant pleine sur une taille de mannequin. On pouvait se demander pourquoi elle était manager. Le prestidigitateur lui a posé la question. Sa réponse? "J'en avais juste envie."  Et d'ailleurs, il était temps pour elle de faire un récapitulatif de l'emploi du temps.


      - Alors ce soir, tu peux enfin retourner sur scène. Il faut dire qu'il y avait du chantier après tout ça. Quoiqu'il en soit, j'attends de toi un spectacle fabuleux. Ah d'ailleurs,
      je me suis permise de recruter des bras en plus.


      - Ce n'est pas comme s'il allait m'arri-...

      - Non non non non. Mieux vaut prévenir que guérir. J'ai demandé des gens efficaces et sûrs. Ils devraient arriver bientôt en attendant tu dois passer par le maquillage.

      - Nous savons tous les deux que je n'ai pas besoin d'artifices pour une beauté telle que moi.

      - Oui c'est cela allez file avant que c'est moi qui m'en occupe...


      Avec un sourire taquin, Lysander quitta sa pièce pour se diriger vers les loges. Et, pendant qu'il se faisait pouponner. Notre charmante manager, dans son tailleur parfaitement coupé, se dirigea vers la porte arrière prête à recevoir les nouvelles recrues du soir.

    • Gabrielle A. Reyes
      Esprit Libre
      (13)101+0122113655030151515none
      id04.05.17 1:34
      (13)Volonté : 101Messages : +0Réputation : 1221$US : 13Xp : 65Force : 50Résilience : 30Agilité : 15Réflexes : 15Spiritualité : 15Astuce : noneBadges :
      avatar
      (13)101+0122113655030151515none




        La guitare, grasse et gutturale résonne dans l'habitacle du fourgon tandis que le véhicule traverse les quartiers toujours aussi animés de l'Espace Amadéus. Les notes de métal aggressif du groupe allemand se marient à la perfection avec la prononciation d'apparence rude de la langue teutonne. Au dehors, les lumières et les noctambules défilent à une vitesse régulière, témoignant du temps coulé sous les ponts depuis les attentats de septembre. En cette belle soirée d'hiver, il semble que le temps ce soit arrêté pour ceux qui veulent s'offrir la douce euphorie d'une soirée loin de leurs ennuis; s'abandonnant dans les plaisirs mondains et les mains du gang local.

        Fixant l'extérieur de l'habitacle sans piper mot, Reyes ne peut s'empêcher de penser que ceux qu'on surnomme racaille semblent pourtant avoir fait bien plus en l'espace de quelques mois pour redonner vie aux habitants que leurs propres gouvernement. Elle soupire, détournant son regard de l'extérieur pour le promener dans le fourgon. Ces 5 collègues partageaient des conversations on ne peut plus mondaines, à défaut d'amicales. Après tout, il ne s'agissait de ce soir que d'un travail de routine pour la sécurisation d'un spectacle de prestidigitateur. Comme toujours, ils étaient tous revêtus de leurs combinaisons de routine: blazer renforcé en cuir avec le logo de leur entreprise, treillis ajusté aux jambes et bottes de sécurité renforcés de métal; chacun disposait également de son propre talkie walkie préalablement réglé sur la fréquence de la boîte. Comme toujours, Gabrielle avait été nommée responsable de l'opération compte tenu de ses capacités de leadership et de commandement, malgré son arrivée encore relativement récente dans l'entreprise. D'ordinaire, elle trouvait amusante l'habitude de ses collègues d'arriver sur les lieux d'une intervention avec du métal allemand, sortant ensuite du fourgon chacun leur tour pour s'aligner en haie d'honneur tandis que la jeune femme se montrait en dernier, d'apparence faible et fragile entourée de plusieurs gorilles à l'air patibulaire. Leur arrivée provoquait généralement son petit effet, mais cette fois ci, la belle n'était pas d'humeur particulièrement chaleureuse et, si elle s'efforçait de rester courtoise et chaleureuse envers son équipe, son esprit était pris par le doute.

        En effet, depuis quelques jours, une sensation intense semblait suivre la blonde en permanence, comme l’appelant quelque part au plus profond de ses entrailles, semblant l'exhorter à se réveiller. Cette voix semblait se répercuter à chaque bruissement de feuilles, chaque battement de cil, jusqu'à venir la hanter même durant son sommeil. Néanmoins, elle resta professionnelle, tentant de remettre à plus tard cette paranoïa naissante, afin de son concentrer sur son objectif de ce soir.

        Arrivant sur les lieux, les autres firent leur petit manège, permettant la quasi trentenaire d'attirer les regards sur elle, sa crinière blonde presque blonde voletant négligemment derrière elle tandis que son regard dur était vrillé sur l'entrée du batiment. Sans dire un mot, la femme engagea le pas vers l'entrée de l'espace, encadrée par son cortège pour le moins imposant. Suivant le plan mental qu'elle avait mémorisé ces dernières semaines, l'Ex militaire se déplaca d'un pas assuré vers les lieux de la représentation par l'entrée de service et se dirigea sans dire un mot malgré le brouhaha ambiant des spectateurs déjà arrivés et les vociférations du staff de scène.

        Attrapant au vol l'un des leurs, elle se présenta comme étant la responsable du service de sécurité, et demanda à voir ses clients du jour afin de voir le dernier briefing avant le début des festivités. Lui emboîtant le pas après les quelques présentations d'usage, Gabrielle se contenta de dire à ses hommes de se poster aux différentes entrées et sorties, leur signalant qu'elle les mettrait au courant en cas de changement de programme.

        Mais au fond de son regard noisette, ils ne purent que lire l'indifférence et un moral lourd. Ses pensées s'étaient teintes d'une pointe d'agacement à la vue de l'endroit, comme si ce qui se tapissait en elle réagissait à la présence de quelque chose d'autre...

      • Lysander Akardia
        Esprit Libre
        (7)43+0686655153530354015none
        id06.05.17 0:27
        (7)Volonté : 43Messages : +0Réputation : 6866$US : 55Xp : 15Force : 35Résilience : 30Agilité : 35Réflexes : 40Spiritualité : 15Astuce : noneBadges :
        avatar
        (7)43+0686655153530354015none

          Préparation

          Lysander était agréablement détendu. Il venait d'avoir droit à un court mais intense massage crânien. Selon, la maquilleuse, il avait l'air crispé. Et, il avait de quoi, ce rêve lui avait semblé étrange. Différents des autres mais il ne saurait dire pourquoi. Aussi, Lysander nota dans un coin de sa tête qu'il faudrait en parler avec s amère. Mais, quoiqu'il en soit, il avait d'autres pré-occupations plus urgentes. Comme sa manager qui venait avec une démarche qui, à l'oreille, était définitivement tout sauf calme alors que notre star du soir se faisait pouponner.

          - Tu ne devineras pas ce qui s'est passé...
          - Tu t'es faite ignorée comme si tu n'existais pas?
          - Comment...

          Inutile d'en dire plus qu'en un geste était suffisant, Lysander pointa sa tête de son index et le toucha à multiples reprises. Mais, il savait qu'il n'en avait malheureusement pas finie avec sa manager qui commence à se plaindre du manque de politesse et de courtoisie des gardes de nos jours. Pas un seul c'était décidé à la saluer ou la complimenter pour son apparence. Ce n'était pas qu'elle était superficielle mais elle aimait bien recevoir des compliments. Malheureusement, elle ne comptait pas en rester là. Elle espérait ramener le prestidigitateur prêt à se produire pour un plus grand effet.

          - Attends, je suis ton accessoire? Tu peux jouer Paris si tu veux mais je ne serais pas ton chihuahua.
          - Mais non, voyons, tu es mon chaton.
          - Je ne veux être ni l'un ni l'autre. Mais allons-y, dit Lysander tout en se relevant de son siège.

          Notre jeune homme remercia notre maquilleuse d'un baiser sur la main tel un gentleman sous le soupir de sa manager. Puis, puisqu'il était enfin prêt. Il suivit sa manager qui le mena au groupe de nouveaux gardes.

          C'est ainsi qu'il se présenta donc dans un trois pièce au blazer et pantalon noir parfaitement taillé même s'il avait délaissé le classique nœud papillon pour laisser sa chemise blanche légèrement ouverte. Ses cheveux habituellement dressés sur sa tête et aujourd'hui pour cette unique représentation retombée en cascade et lui donnait un air légèrement plus doux et charmeur.

          Au loin, Lysander reconnut immédiatement les nouveaux. Bien qu'il n'ait pas du tout l'air de bleus. Et, d'un pas léger, il se dirigea aussi discrètement que possible dans le dos de la seule femme du groupe, celle qui selon lui avait l'air d'être à leur tête et lui posa les mains sur les yeux.

          - Devine qui c'eeeest ♫, s'amusa-t-il.

        • Gabrielle A. Reyes
          Esprit Libre
          (13)101+0122113655030151515none
          id08.05.17 2:41
          (13)Volonté : 101Messages : +0Réputation : 1221$US : 13Xp : 65Force : 50Résilience : 30Agilité : 15Réflexes : 15Spiritualité : 15Astuce : noneBadges :
          avatar
          (13)101+0122113655030151515none
            MAGIC & FISTS
            #LYSANDER AKARDIA
             

            La voilà à nouveau. Cette présence immense qui semble s'être tapie dans un recoin de son esprit. Elle respire et fait entendre des grognements sourds dans son âme, battant à l'unisson avec son propre coeur. Comme une autre entité qui ne demande qu'à être libérée de cette emprise de raison et de bienséance. La blonde baisse les yeux au sol, les muscles tendus tandis que des sueurs froides lui coulent dans le dos. Cet Appel qu'elle avait déjà perçu auparavant, était peu à peu remplacé par une sensation de colère et de faim constante. Comme une créature affamée réclamant sa pitance, prise au piège dans une cage trop petite, un Titan retenu par des fers divins tirant pour se libérer de ses chaînes qui amoindrissent ses pouvoirs. Un Titan millénaire réveillé par quelque chose qu'elle même ne parvenait pas à discerner.

            Tentant de calmer une migraine naissante, la trentenaire ne fait plus attention aux sons qui l'entourent et s'emmure dans son esprit pour essayer de comprendre ce qu'il lui arrive. Les bavardages de ses collègues ne deviennent plus que des murmures lointains, le capharnaüm de la scène que l'on installe et des employés qui courent à droite à gauche dans son champ de vision ne deviennent plus que de vagues silhouettes colorées tandis que sa respiration se fait plus lente. Gabrielle ne pouvait se permettre de perdre son sang froid à nouveau, et tentait tant bien que mal de réfréner cette sourde ardeur...

            C'est alors qu'elle le sentit. L'espace d'un battement de cils, quelque chose lui avait saisi la tête et obstrué sa vision. Un sursaut. Une frayeur. Une panique. Dans un geste reflexe répété pendant des années afin de la maîtriser sans y réfléchir, l'Ex-militaire attrape de sa main gauche le pouce droit de celui qui vient de l'avoir par surprise, le tirant dans une direction peu naturelle afin de le tordre, tandis qu'elle l'amène vers le sol. Dans le même mouvement, son corps pivote de 90°, sa jambe gauche lancée afin de faucher son adversaire. Pour sa mémoire musculaire, la suite est nette: une fois l'aillaillant au sol, une clé de bras allait le soumettre. Il n'y a pas de réflexion, juste une lueur destructrice dans son regard, une froideur inhumaine dans l'exécution de ses gestes.

            Mais le mouvement s'arrête lorsqu'elle voit le visage du plaisantin. Sa main relâche aussitôt la pression, et son genou se cambre afin d'empêcher son vis à vis de trébucher tandis qu'elle le retient des deux mains pour l'aider à conserver son équilibre. Tout cela n'a duré que l'espace d'un souffle et la voilà à présent faisant face à son client du jour : Lysander Akardia, prestidigitateur quelque peu connu à présent. Ses collègues sont bouche bée, n'osant pas dire un mot devant la scène pour le moins cocasse qu'ils venaient de vivre; sachant pertinemment que cette petite connaissait quelques tours également, mais ceux qui impliquaient généralement des muscles déchirés ou des membres brisés. Aidant le magicien à se redresser, la femme semble avoir changé du tout au tout, passant d'une Militaire surentraînée à une jeune adulte prise en train de faire une belle connerie.

            C'est donc d'une voix troublée et confuse qu'elle se confond en excuses:

            " Vraiment désolée, Mr Akardia. J'étais dans mes pensées et je ne vous ai pas entendu arriver, j'ai... je n'ai pas réfléchi, et j'ai agi par réflexes... ça va ?. "

            Comme une enfant venant d'être prise la main dans le sac, elle affiche une bouille plutôt mignonne, tentant de désamorcer la situation tant bien que mal :

            " J'espère que tout va bien, Je me présente : Gabrielle Reyes, mes collègues et moi avons été dépêchés pour servir de Sécurité pour votre Spectacle de ce soir... Tout va bien ? "

             
             
            © 2981 12289 0
          • Lysander Akardia
            Esprit Libre
            (7)43+0686655153530354015none
            id08.05.17 22:53
            (7)Volonté : 43Messages : +0Réputation : 6866$US : 55Xp : 15Force : 35Résilience : 30Agilité : 35Réflexes : 40Spiritualité : 15Astuce : noneBadges :
            avatar
            (7)43+0686655153530354015none

              Présentation

              Lysander s'attendait à de nombreuses réactions, y compris celle qui arrivait alors. Aussi, il décida qu'il valait mieux se laisser faire et qu'elle finirait par voir qui il était. Il entreprit plutôt de mémoriser les mouvements de la demoiselle qui pourrait lui servir à l'avenir qui sait. Et alors, qu'il allait être mis à terre, la demoiselle le retint. Les présentations ne semblaient guerre de mise ici. En effet, la garde savait pertinemment qui il était. Aussi, elle l'aida à se redresser et il l'en remercia avant de se comporter comme à son habitude...

              - Eh bien, si j'avais su que je pouvais rencontrer des femmes aussi entreprenantes j'aurai fait appel à vous plutôt. Mais je vais parfaitement bien. Regardez moi!
              À peine froissé.


              Sur ces mots, il s'épousseta, de ses mains, les épaules puis les passa sur sa veste afin de calmer les légers plis. Et, avant que sa manager ne lance une remarque cinglante, le prestidigitateur fit une révérence envers la demoiselle. Ordinairement, il ne faisait pas la révérence. Mais, en tant que célébrité, il voulait conserver une image irréprochable afin d'éviter de ternir sa réputation - et accessoirement les commentaires agaçants de son père.

              - Mais bien que vous sachiez mon identité, je me dois de me présenter en bonne et due forme. Lysander Akardia, Prestidigitateur et spectacle de ce soir. Et vous êtes ?

              Ne souhaitant pas laissés les autres garde en plan, il se présenta à eux, un à un, serrant la main des acolytes de la demoiselle et les remerciant d'être venu en un sourire totalement franc. les présentations faites, en oubliant pas d'ailleurs de leur introduire sa manager, il se tourna vers la chef du groupe.

              - Je suppose qu'il est temps pour nous de parler sécurité?
            • Gabrielle A. Reyes
              Esprit Libre
              (13)101+0122113655030151515none
              id20.05.17 1:08
              (13)Volonté : 101Messages : +0Réputation : 1221$US : 13Xp : 65Force : 50Résilience : 30Agilité : 15Réflexes : 15Spiritualité : 15Astuce : noneBadges :
              avatar
              (13)101+0122113655030151515none
                MAGIC & FISTS
                #LYSANDER AKARDIA
                 

                Voilà donc un drôle de personnage qui semblait être dans les grôlles de son rôle en permanence. Se fendant d'une révérence surrannée, l'artiste fait le tour de ses convives de ce soir, affichant une façade pour le moins abordable. Gardant le silence pendant qu'il respecte les politesses d'usage, la blonde adresse un signe de tête respectueux à celle que l'individu a présenté comme la manager - et sans doute la commanditaire initiale des services de sécurité -. Ignorant autant que faire se peut la rageante migraine qui lui assaillait le crâne, Gabrielle croisa les bras en jetant un coup d'oeil à la salle qui se préparait avant l'arrivée des premiers spectateurs. Faisant un compte approximatif en se fiant à sa vision, elle se tourne vers son locuteur par défaut, articulant avec une certaine raideur :


                " En effet, Akardia. Donc, je serais en charge de la sécurité durant votre représentation. Je posterais certains de mes collègues au niveau de l'entrée de la salle tandis que d'autres seront disposés sur les côtés de la scène, devant et derrière le rideau principal. De cette manière, nous serons apte à agir, voire réagir en cas de problème majeur. Bien entendu, en cas de pépins, je vous invite à suivre les instructions de mes hommes concernant une éventuelle évacuation pour vous, ainsi que madame votre manager. elle fait une pause avant de reprendre du même ton machinal, En cas de problèmes, je m'occuperais personnellement de la sécurité avec ceux encore présents dans la salle et en cas de besoin, je prendrais le rôle de garde du corps personnel... Maintenant... "

                La Trentenaire se tait à nouveau, sur le point d'aborder un point qui faisait polémique au sein de l'entreprise ces derniers temps. Comme s'ils s'attendaient à cela, les gorilles auparavant stoïques semblent détourner le regard, faisant mine d'ignorer ce qui allait suivre. Et après ce qui semblait être une éternité, Alejandra reprends enfin la parole, mais cette fois ci avec étonnemment un peu moins d'aplomb et bien plus bas, obligeant son vis à vis à se rapprocher pour l'entendre correctement :

                " Depuis la Loi Turenne, nous sommes dans l'obligation de vous demander si vous ou votre entourage êtes ou comptez des Meta afin d'adapter votre sécurité. Notre escouade actuelle est purement humaine. "

                Gabrielle elle même était mal à l'aise avec cette nouvelle directive de ses supérieurs, n'étant elle même pas sûre de sa situation. Néanmoins, il lui avait semblé que tous les métas avaient des signes distinctifs hors, elle n'affichait rien de particulièrement notable...si ce n'était cette sensation persistante d'avoir quelqu'un d'autre dans la tête. Détournant légèrement le regard de celui du prestidigitateur afin de cacher à qui mieux mieux son malaise - ces individus étaient souvent d'excellents mentalistes - elle reprends


                " Je dois aussi vous demander si vous acceptez les spectateurs méta humains, ou si vous avez à votre connaissance des métas humains susceptibles de vous nuire. "

                 Elle se tait ensuite, gardant les yeux au niveau des pommettes de l'homme, se refusant à le laisser lire dans ses yeux...

                 
                © 2981 12289 0


              • Lysander Akardia
                Esprit Libre
                (7)43+0686655153530354015none
                id22.06.17 19:23
                (7)Volonté : 43Messages : +0Réputation : 6866$US : 55Xp : 15Force : 35Résilience : 30Agilité : 35Réflexes : 40Spiritualité : 15Astuce : noneBadges :
                avatar
                (7)43+0686655153530354015none

                  Planification

                  Alors que la responsable de la sécurité scrutait la structure. *Probablement pour évaluer la quantité du public*, pensa-t-il. Et, malheureusement pour lui vint l'habituel explication qui, cela dit était plus courte que celles auxquelles il avait eu droit par le passé. Il ne put s'empêcher de bailler et mis sa main devant sa bouche - afin d'éviter qu'un esprit le possède, c'est ce que dit sa mère. Bien qu'il y avait à présent une nouveauté dans ce petit exposé. En effet, depuis les incidents de Septembre, il était nécessaire de déclarer toute personne méta. Bien évidemment, Lysander ne l'avait pas fait. Après tout, il ne pouvait que repousser des gens - ou du moins, c'est ce qu'il croyait. Et, notre magicien ne connaissait personne dans la partie staff étant méta - autre que lui-même. Et, alors qu'il réfléchissait encore il remarqua que la demoiselle avait brusque détourné le regard. Il se demanda brièvement pourquoi mais fut tiré de sa réflexion par une nouvelle question quant au public accepté dans ses spectacles. Au final, les questions posées lui étaient extrêmement accessibles. Aussi, il répondit avec assurance et espièglerie.

                  - Et, je pense connaître un méta. Attention ne vous inquiétez pas. commença-t-il tout en levant doucement la main droite pour la faire passer derrière l'oreille de la garde, d'un rapide geste fit apparaître une pièce dans sa main et la lui donna. Plus sérieusement. Aucun membre du staff n'est à ma connaissance un méta. Quant au public... je suppose qu'il est possible d'avoir des métas dans le public. Après tout, je n'interdis pas l'accès aux métas. L'art ne doit pas être limité voyons! Je vous ferais bien un exposé de mon opinion sur les métas... Non en fait je ne le ferais pas par flemme.

                  Effectivement, il n'avait pas envie de développer sa pensée. Même s'il aurait pu dire à quel point c'était ridicule de répertorier les mutants et que le faire c'était céder sous la pression de ceux ayant occasionnés les événements. Il aurait pu dire qu'un méta avait le droit de choisir ou non de se recenser. Mais bon, il n'était pas l'heure du débat. Et puis, Lysander avait été fortement avisé de ne pas montrer un soutien fort pour la cause méta - du moins pour le moment. Sur ce, l'artiste avait besoin de vérifier une dernière fois ses accessoires.

                  Aussi, il décida qu'il étant pour lui de s'éclipser. Aussi, il se retourna en direction des coulisses tout en levant la main en guise de salut pour le groupe de sécurité.

                  Pour toute question, vous pouvez voir avec ma manager.
                  J'ai quelques objets à vérifier. Vous avez l'air compétente, je compte donc sur vous.