La Terre, cœur de l’Univers, s'éveille au surnaturel… Janvier 2016, les méta-humains font leur apparition dans un fracas invraisemblable ; des hommes, des femmes, des enfants, personnes âgées à nourrissons, sont frappés par ce qu’on explique pas, des dons - ou une malédiction ? - qui les cataloguent comme des êtres à part entière, des faux humains, des méta-humains. Le monde entier est touché, nulle exception.

Nous sommes à LibertyTown, aux États-Unis, une ville aux grands enjeux, là où les méta-humains sont recensés en masse. Les médias s’y affolent, jouent des coudes pour avoir les derniers potins, les derniers événements marquants. Un jeu dans lequel tout le monde se plaît de participer, au point d’oublier la question essentielle à cette découverte : quel avenir pour ceux qui finiront par surpasser la race humaine ?

Lire la suite...
Actualités récentes
29/07 : Recensement & Prépa V3 ─ www
10/06 : Recrutement & Animation ─ www
30/05 : Amélioration du contenu graphique ─ www
Activité du forum
8 mois d'existence
Plus de 140 membres inscrits
148 histoires et 1181 pages RP

LE STAFF
LES PRÉDÉFINIS
LES AMIS

Metro, l'Apocalypse à vos portes : Forum RPG CHRONOSREP

Saül Zanetti [55%]

  • Saül Zanetti
    W.I.P.
    (0)3+050518000000Genre : Cactus
    id05.05.17 15:49
    (0)Volonté : 3Messages : +0Réputation : 505$US : 18Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : Genre : CactusBadges :
    avatar
    (0)3+050518000000Genre : Cactus
      Modèle de présentation

      Informations Générales



      Nom : Zanetti, né d'un père italien et d'une mère israélienne.

      Prénom : Saül était le prénom de son grand-père maternel. La prononciation exacte devrait être Sha'ul, mais Saül ne fait plus attention ; son enfance, passée à l'entendre massacré par n'importe qui, lui a fait comprendre qu'il ne fallait pas insister. Pour l'embêter parfois, Sara l'appelait Shoul ou, pis encore, Léonard.

      Age : 25 ans.

      Nationalité : À l'exception des quelques mots d'italien qui ponctuent son discours et trahissent les origines très prononcées de son père, Saül est on ne peut plus américain.

      Métier/Activité : Concierge de l'aire restauration au complexe U3.

      Orientation sexuelle : Saül n'a jamais pris ni le temps ni la peine de se poser la question. Il se considérait hétérosexuel, jusqu'à ce que les préférences et les fantasmes d'une centaine d'autres personnes ne viennent perturber les siens.

      Nature : Méta ; empreinte psychique. De manière totalement passive et sans qu'il ne s'en aperçoive, Saül s’imprègne progressivement des gens qui l'entourent et stocke dans son cerveau l'ensemble de leurs facultés cognitives (connaissance, intelligence, pensées, mémoire, langage, perception, émotion, etc.). Ces fonctions, empruntées à gauche et à droite, se mêlent doucement aux siennes, dans un brouillon confus de souvenirs et de certitudes qui ne lui appartiennent pas. Petit à petit, les fines frontières de son identité se troublent jusqu'à ce qu'on le retrouve en train d'essayer des talons dans une boutique de chaussures pour femmes. Tantôt on le surprendra à se présenter du mauvais prénom, tantôt on commentera son accent texan sorti de nulle part.

      Avatar : Un personnage original de Len-yan.


      Allons plus loin



      Quelle enfance a eu votre personnage ?
      Grandir d'un père italien et d'une mère israélienne confronte assez vite n'importe quel enfant à la réalité, aussi triste et intransigeante soit-elle. Le racisme ? À peine. C'est le teint basané, comme ça, qui trahit et qui attire certains regards ; c'est encore un concept trop complexe à cet âge là, de toute façon, pour le comprendre vraiment et se sentir affecté. Non, c'est plutôt la discipline, et les boîtes dans lesquelles les parents ont trop souvent tendance à enfermer leurs gosses sans même prendre la peine de leur demander laquelle ils préfèrent.

      Sara aimait le vert, bouger, sauter, grimper sur les montants du canapé et s'y suspendre par les jambes. Dès qu'elle en avait l'occasion, elle me criait « Regarde Saül ! » vêtue de sa plus belle grimace, de sa robe rose et de ses chaussettes fleuries, juste avant que la Mère Juive, tous sourcils froncés, ne tourne la tête en même temps que moi et ne la menace d'une fessée. Dans sa boîte à elle, toute décorée de rose roses, il n'y avait pas de place pour ce genre de singeries.

      La mienne venait livrée avec son sempiternel « Bon ça suffit Saül ! Sors jouer avec ta sœur un peu. », chargée d'outils en plastique, de voitures et autres gadgets pour petits garçons, toute peinte de bleue, mais surtout pas celui pastel. Rester allonger sur le tapis moelleux du salon pour lire ou colorier était permis, mais jamais trop longtemps : les petits garçons doivent courir et inventer des épées de brindilles, trébucher et s'écorcher les genoux en bonne et due forme.

      Un « Être un garçon c'est caca » m'avait offert une gifle, la première d'une longue lignée, d'une part parce qu'on ne dit pas caca, c'est pas propre, et d'une autre parce qu'on n'a pas le droit de changer de boîte, c'est contre nature.


      Que fait votre personnage à LibertyTown ?
      N'importe qui, ne serait-ce qu'un instant, a déjà contemplé l'idée, aussi passagère soit-elle, de tout plaquer derrière soi sans jamais se retourner. C'est une pensée fatale qui naît de l'inconfort, qui germe dans l'inconscient comme un si en bouteille.

      C'est un fantasme que nourrissait souvent Sara, d'ailleurs, dans lequel elle essayait de me faire une petite place. Lorsqu'elle mentionnait son futur pèlerinage de Compostelle, elle grimpait toujours debout sur son lit pour suivre du doigt la carte des Chemins qu'elle avait d'épinglée à son mur. De Pouenté la Reyaaaa ! – elle le disait toujours avec un accent débile d'espagnole fêtarde –, suivre jusqu'à Pampelune, puis vers Bordeaux, passer par Torse – elle avait arrêté d'essayer pour celui-là –, pour finalement atteindre Paris.

      Elle rêvait bêtement d'aventure, comme une enfant, rêvait de s'y dévouer corps et âme. Elle rêvait d'une vie loin de LibertyTown où l'empire Zanetti/Ben Ari de tantes et autres grands-mères étendait ses longs tentacules. Je crois qu'à cette époque là encore, une part d'elle pensait vraiment pouvoir y échapper, s'enfuir loin des « L'école ou la rue, jeune fille ! » que la Madre lui répétait chaque fois qu'elle se révoltait contre les études secondaires – sur lesquelles elle se faisait une joie de cracher. À quinze déjà, si on lui avait donné la liberté nécessaire, elle aurait certainement découvert un nouveau continent ou grimpé le mont Everest sur les mains.

      C'est dans mon lit qu'elle venait pleurer ses chimères broyées. Elle s'effondrait comme une planche et laissait exprimer toute sa rage d'adolescente incomprise. « J'en ai marre d'Elle, putain ! » et on pouvait comprendre qu'elle le criait avec l'emphase d'une majuscule. La Sainte-Mère l'enfonçait constamment, comme un clou, sans même faire attention à l'angle de frappe.

      Je me demande parfois si partir l'aurait sauvé, ou ce qu'elle penserait de me savoir encore concierge au U3, huit ans plus tard, aussi ambitieux qu'une huître. Peut-être qu'elle m'aurait forcé à quitter ce job minable, ou peut-être qu'elle m'aurait rejoint dans un magasin de sport quelconque qui aurait su exploiter son zèle inépuisable. Saül et Sara, fierté des Zanetti/Ben Ari, paumés de service envers et contre tous.

      Juste d'imaginer la tête des tantes à Thanksgiving, ce serait jouissif.


      Quel est l'avis de votre personnage sur les meta-humains (si votre personnage en a conscience) ?
      Pas tout le monde n'est au courant de l’existence avérée des meta-humains. Pour être plus exact, certains se refusent simplement à y croire. Illuminatis ou bien autre raison, tout est prétexte pour se voiler la face. Votre personnage croit-il à l'apparition des humains possédant des pouvoirs ? Si oui, qu'en pense-t-il ?
      Quelques phrases suffisent.

      Quel est l'alignement de votre personnage ?
      L'alignement d'un personnage est ce qui détermine le fondement même de ses actions, de quel côté se rangera-t-il au cours d'une lutte pour le pouvoir, etc. C'est très important de le définir et de rester en accord avec ce choix dans vos RPs. Sachez cependant que ce n'est pas permanent. Au cours de certaines occasions, il est possible que votre personnage change d'alignement.
      Quelques phrases suffisent.

      Quelles sont les plus grandes motivations & aspirations de votre personnage ?
      Souhaite-t-il devenir enseignant dans son école ou encore général de l'armée ? Peut-être ne pense-t-il tout simplement qu'à se retirer. Le désir d'impressionner un parent peut s'avérer une bonne motivation (quoique frustrante) pour y parvenir, au même titre que la conquête d'un territoire d'un autre gang. Après avoir découvert la nature du feu intérieur qui l'anime, demandez-vous jusqu'où votre personnage serait capable d'aller pour atteindre ce but. Que sacrifierait-il sur l'autel de son ambition ?
      Quelques phrases suffisent.

      Quel est l’événement le plus marquant/ayant le plus façonné la vie de votre personnage ?
      Why can’t we laugh now like we did then?

      Les films dépeignent trop souvent l'annonce d'un décès de la même façon. Les réalisateurs essaient d'en faire quelque chose d'étrange, de presque mystique. Les voix s'assourdissent et les sons s'évaporent. Lentement, le temps ralenti jusqu'à ce qu'une mélodie triste, souvent au piano ou au violon, n'entame en douceur ses premières notes. Les acteurs s'effondrent, se déchirent en larmes et, pour bien que le spectateur lointain comprenne quelque chose qu'il n'a peut-être jamais expérimenté de sa vie, on entend les policiers lâcher un « Toutes nos condoléances, madame. » avant de se retourner pour partir. La porte reste ouverte derrière eux, on les voit se couvrir de leur manteau et s'éloigner sous la pluie.

      Dans la réalité où le mélodrame n'est pas nécessaire, où il n'y a ni violon ni piano, le choc est trop grand. Il te frappe au ventre à l'instant où ton cerveau comprend les mots qu'on lui annonce, et une nausée violente te prend aux tripes. J'aurais aimé avoir autant de classe, me laisser tomber à genoux et lever le visage vers une caméra en plongée pour hurler de douleur et de chagrin… mais j'ai tout juste eu le temps de mettre la main devant la bouche pour me vomir dessus, comme une loque.

      How come I see you and ache instead?

      À dix-sept ans, Sara s'est jetée du toit de notre école immédiatement après avoir déclenché l'alarme incendie du bâtiment, trois semaines avant la remise des diplômes. Lorsque les premiers élèves hilares ou paniqués ont commencé à sortir dehors, son corps inerte gisait déjà sur le sol.

      C'est le genre de drame que les médias dépeignent en page dix pour ne pas trop plomber l'ambiance. À défaut d'avoir la moindre explication logique, ils recouvrent l'histoire d'un film plastique distordu ; il faut une bonne raison pour se suicider, il parait, et en l'absence de justifications plausibles ou de fautif à pointer du doigt, il faut fabuler pour que le titre de l'article soit suffisamment attrayant : « Une adolescente victime d'intimidation se suicide » « Une adolescente se suicide : un décès qui cause l'émoi » « Le suicide d'une adolescente : sécurité, surveillance et encadrement scolaire ». Évidemment, chaque article relate les faits avec la plus parfaite neutralité et s'engagent rapidement vers des conclusions ouvertes pour laisser le lecteur réfléchir aux conséquences d'un tel acte. Les journalistes effleurent à peine le deuil et la douleur, mentionnant en une ligne que Sara abandonne derrière elle des parents et un jumeau qui l'aime.

      Devenir Avelim, supporter la Shiv'ah pendant une semaine et les « C'est maintenant ou jamais Saül, il faut pleurer », comme si sept misérables jours étaient suffisants, comme s'ils allaient effacer par magie l'énorme gouffre insurmontable, incommensurable, intersidéral causé par la perte de soi-même.

      Endurer les pleurs de la véritable fautive, la Sainte-Matrice, et serrer les dents lorsqu'elle se lamente sur son sort comme une madeleine. Rester planter devant le miroir de la salle de bain, les yeux plongés dans ceux d'une personne maintenant demie. Frapper la table du poing, tremblant de rage : « Ferme ta gueule, putain. Juste, ferme ta gueule. » pour aussitôt récolter une claque de père, dans la sienne de gueule.

      Perdre une moitié de soi, mais ce n'est pas important. « Sara ! Mon enfant ! Mon bébé, ma petite fille… » Dans tous les cas, le deuil d'une mère l'emporte sur tous les autres.

      How come you only look pleased in bed?

      C'est le genre de drame qui laisse une empreinte, un poids. Un sentiment de vide et de manque, une sorte de brique qu'on traîne avec soi pour toujours. Parfois, en fouillant la poche de son pantalon, on retrouve un petit galet lisse et on se surprend à le caresser quelques fois dans la journée. Parfois, en se réveillant le matin, on surprend un parpaing attaché à sa cheville, qu'on devra supporter pour le reste de la semaine.


      Le mot de la fin



      Parlez-nous de vous !
      Connaître un minimum les joueurs parcourant le forum peut être toujours plus plaisant. Présentez-vous brièvement si vous le souhaitez. Qui êtes-vous ? Quelles sont vos attentes sur le forum ? Par quels moyens l'avez-vous trouvé ? Êtes-vous quelqu'un de très disponible ? etc :) Faites vous plaisir !

    • Hannibal Von Jäggerjack
      ETA - Dominateur
      (0)543+0175756403010403040FondatriceFranc-maçonGrand fouMeeticV.I.P.
      Poule pondeuse
      id19.05.17 10:29
      (0)Volonté : 543Messages : +0Réputation : 1757$US : 56Xp : 40Force : 30Résilience : 10Agilité : 40Réflexes : 30Spiritualité : 40Astuce : FondatriceFranc-maçonGrand fouMeeticV.I.P.
      Poule pondeuseBadges :
      avatar
      (0)543+0175756403010403040FondatriceFranc-maçonGrand fouMeeticV.I.P.
      Poule pondeuse
        ETA - Dominateur
        Coucou Sol !

        Je viens up ta fiche de présentation : où en es-tu ? Est-ce que tu as besoin d'aide ? De conseils ? Ou tout simplement de temps ? Demande nous si tu as besoin d'un délai - on comprend que tu puisses être très occupé, surtout en cette période.

        Courage pour la suite.
      • Hannibal Von Jäggerjack
        ETA - Dominateur
        (0)543+0175756403010403040FondatriceFranc-maçonGrand fouMeeticV.I.P.
        Poule pondeuse
        id02.07.17 13:36
        (0)Volonté : 543Messages : +0Réputation : 1757$US : 56Xp : 40Force : 30Résilience : 10Agilité : 40Réflexes : 30Spiritualité : 40Astuce : FondatriceFranc-maçonGrand fouMeeticV.I.P.
        Poule pondeuseBadges :
        avatar
        (0)543+0175756403010403040FondatriceFranc-maçonGrand fouMeeticV.I.P.
        Poule pondeuse
          ETA - Dominateur
          Coucou Saul

          Je te up. ♥
          Des news ? Je vais devoir archiver si tu donnes pas de signe de vie... Sad

        • Saül Zanetti
          W.I.P.
          (0)3+050518000000Genre : Cactus
          id08.07.17 0:33
          (0)Volonté : 3Messages : +0Réputation : 505$US : 18Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : Genre : CactusBadges :
          avatar
          (0)3+050518000000Genre : Cactus
            pardon pardon pardon. i_i

            Je suis lent et coincé entre les cartons de mon déménagement et la chaleur impossible des étés canadiens ; je vais essayer fort fort de finir ma fiche bientôt (mais c'est vraiment pas mon fort, trop de perfectionnisme tue la perfection), promis.

            pardon pardon ♥
          • Hannibal Von Jäggerjack
            ETA - Dominateur
            (0)543+0175756403010403040FondatriceFranc-maçonGrand fouMeeticV.I.P.
            Poule pondeuse
            id08.07.17 11:03
            (0)Volonté : 543Messages : +0Réputation : 1757$US : 56Xp : 40Force : 30Résilience : 10Agilité : 40Réflexes : 30Spiritualité : 40Astuce : FondatriceFranc-maçonGrand fouMeeticV.I.P.
            Poule pondeuseBadges :
            avatar
            (0)543+0175756403010403040FondatriceFranc-maçonGrand fouMeeticV.I.P.
            Poule pondeuse
              ETA - Dominateur
              Y a pas de soucis Saül. ♥
              Prends ton temps, tant qu'on est prévenu, on est bon!

              courage courage et glace à l'eau!