Metro, l'Apocalypse à vos portes : Forum RPGCHRONOSREP
Amélioration du contenu graphique

29.05.2017 | Découvrez les dernières améliorations graphiques du design !

Recrutement & Animation

10.06.2017 | Lazarus passe à la vitesse supérieure !

Recensement & Prépa V3

29.07.2017 | Préparez-vous à de gros changements...

Version 3.0 en ligne !

03.09.2017 | Récapitulatif des changements et feedbacks des joueurs

Du mouvement dans les rangs

03.09.2017 | Changements dans le staff

Boutique & Races 3.0

16.10.2017 | Elles sont enfin là :)

test
test

Tourner la page, lire un nouveau chapitre, survivre au suivant. [PV : Orpheus K. Sturtevant]

  • Kaal Belltower
    Personnage non joueur
    (0)4550146131151515157535Le fric c'est chicFranc-maçonTraumatisé du grand "boom"CourageuxModèleV.I.P.
    id10.06.17 23:29
    (0)Volonté : 45Messages : 50146$US : 131Xp : 15Force : 15Résilience : 15Agilité : 15Réflexes : 75Spiritualité : 35Astuce : Le fric c'est chicFranc-maçonTraumatisé du grand "boom"CourageuxModèleV.I.P.Badges :
    (0)4550146131151515157535Le fric c'est chicFranc-maçonTraumatisé du grand "boom"CourageuxModèleV.I.P.
    avatar
    (0)4550146131151515157535Le fric c'est chicFranc-maçonTraumatisé du grand "boom"CourageuxModèleV.I.P.
      ◄► La folle journée de Kaal Belltower ◄►
      Et c'est ainsi que je me retrouve plus ou moins caché, au fond de ce café et dos tourné à tout. Je suis assis à la table d'un parfait inconnue qui ne doit pas comprendre qui je suis et ce que je fais là. En fait, il m'a peut-être reconnu aller savoir, mais j'espère surtout garder un peu de ce moment de grâce et de paix avant que tout ce cirque ne recommence.

      "Désolé pour mon intrusion, je vous offre le déjeuner pour me faire pardonner. Où un café si vous le souhaitez."

      Je lui fais un demi-sourire, mais je sue à grosse goutte alors que je retire la capuche qui couvrait encore ma tête en partie. Derrière, plusieurs fois déjà des gens sont passés devant la grande vitre de la devanture de l'établissement en me cherchant. Ils essayent de trouver un fuyard seul et en costume cravate noir et rouge, je suis dans un imperméable... Emprunté... En bonne compagnie et dans le fond d'une lieu pas forcément des plus secrets même si ça ne tiendra pas éternellement. Qui est dehors ? La sécurité de ma propre entreprise, mais surtout encore et toujours des personnes qui pensent que je suis l'homme crabe de ce monde et même une paire de fanatiques qui ont essayé de me planter un pieu en argent dans le cœur, un pieu en argent ça fait super mal en plus il est très pointu !

      "Certaines journées sont plus folles que d'autres n'est-ce pas ?"

      À qui le dis-je, un moment avant il était assis à la table de ce petit café, l'instant d'après le patron, le PdG d'une des plus grosses entreprises de la ville débarque, avec un imperméable volé, s'installe dos a tout et le supplie plus ou moins du regard de faire comme si tout était normal alors qu'une horde de personnes semble le chercher. Mais comment en suis-je arrivé là ? C'est une longue histoire, elle met en scène un idiot qui créer de l'argent avec des idées plus ou moins géniales, moi donc, mais aussi, un drame photographique ou plutôt holographique ainsi que des fanatiques et une mâtinée pluvieuse. Une histoire qui fleure bon le quiproquo et qui prouve qu'il est plus que temps que je retrouve un ou une chef de la sécurité compétente si je veux survivre dans ce milieu hostile.

      "D'ailleurs, je m'excuse de briser la tranquillité de la vôtre."

      À ce moment-là, j'aurais déjà dû me présenter. Mais pour le moment, je suis occupé à respirer, en sueur, trempé d'eau de pluie et des propres effluves de mon corps et tremblant à cause du froid et surtout de l'agitation ambiante. Pour le moment, personne ne m'a reconnue, je ne suis pas le seul homme de couleur avec les cheveux court et teint, mais dès que quelqu'un va me reconnaître le cirque va recommencer.


      ____
    • Orpheus K. Sturtevant
      Brigadier - Dominateur
      (0)41/18162430303040none
      id11.06.17 11:18
      (0)Volonté : 41Messages : /$US : 18Xp : 16Force : 24Résilience : 30Agilité : 30Réflexes : 30Spiritualité : 40Astuce : noneBadges :
      (0)41/18162430303040none
      avatar
      (0)41/18162430303040none
        Brigadier - Dominateur
        Bien souvent, on ne sait pas de quoi est fait le lendemain. Si tel était particulièrement le cas d'Orpheus depuis l'acquisition de ses pouvoirs, cette réalité était d'autant plus probantes quand un PDG s'installe soudainement à votre table alors que vous étiez en train de lire sagement au fond d'un café. C'est avec la lecture de l'art de la guerre du stratège et philosophe Sun Tzu que le jeune homme se livrait à l'exercice d'une synthèse pour préparer ses examens futurs... Si jamais il n'était pas renvoyé de celle-ci. Après tout, être un méta-humain était quelque chose de plus en plus socialement inacceptable et si jamais de nouvelles lois discriminantes étaient votées, il n'en aurait pas été surpris.

        Par contre, le jeune home se sentit tout à fait mal à l'aise en voyant la figure de l'homme installé devant lui, dos à la plupart des clients. Celui-ci semblait éreinté par une sorte de course - ou plutôt de fuite ? - et suait des efforts qu'il venait de fournir. Plus encore, même lui qui n'était pas un féru de la mondanité du quartier Alpha dont il était pourtant un résident pratiquement permanent, il reconnaissait cet individu vêtu d'un imperméable qui le faisait passer pour une sorte de caricature d'homme pressé, "une comète humaine universelle" qui venait de s'écraser devant lui et dans sa vie. Les paroles du directeur général de la firme d'Avent Technologic le laissèrent légèrement interloqué. Sûrement entre autre car il ne comprenait pas la proposition du café alors que le jeune homme, face à l'évolution imprévisible du moment, s'était immobilisé, sa tasse en main. Sa firme... N'était-ce pas celle qui avait été récemment victime de l'attaque terroriste, entres autres lieux frappés simultanément ?

        Il la reposa et cligna de seul son seul œil visible, perplexe et ne sachant pas comment réagir. Trop surpris pour être mal à l'aise et répondre, le jeune méta-humain tenta de remettre ses pensées dans l'ordre. Alors il se contenta d'un simple et faible : "Eh bien... Euh... Pas de problème, monsieur B-..."
        Le jeune homme portait son cache-œil, ne sachant pas si ses pouvoirs s'étaient réactivés ou non. Cela lui donnait un air légèrement singulier, mais malgré son étonnement, il avait su retenir sa langue et in-extremis, avait donc sûrement pu sauvegarder la relative tranquillité de son interlocuteur. Le serveur arrivant, il bredouilla une nouvelle commande et la fit livrer au profit de son interlocuteur : "Et... Qu'est-ce qui peut bien vous amener ici ?" La question semblait avoir pourtant une réponse assez logique : le hasard. Et même si ce dernier avait bien fait les choses, Orpheus ne savait pas exactement comment réagir face à un individu dont la vie semblait bien plus trépidante. A quelques coups de feu près.
      • Kaal Belltower
        Personnage non joueur
        (0)4550146131151515157535Le fric c'est chicFranc-maçonTraumatisé du grand "boom"CourageuxModèleV.I.P.
        id13.06.17 14:22
        (0)Volonté : 45Messages : 50146$US : 131Xp : 15Force : 15Résilience : 15Agilité : 15Réflexes : 75Spiritualité : 35Astuce : Le fric c'est chicFranc-maçonTraumatisé du grand "boom"CourageuxModèleV.I.P.Badges :
        (0)4550146131151515157535Le fric c'est chicFranc-maçonTraumatisé du grand "boom"CourageuxModèleV.I.P.
        avatar
        (0)4550146131151515157535Le fric c'est chicFranc-maçonTraumatisé du grand "boom"CourageuxModèleV.I.P.
          ◄► Le calme avant la tempète ? ◄►


          La sueur sèche, ma respiration se calme, globalement, je retourne à mon état d'humain plutôt que de proie humaine. J'ai déjà subi cette chasse aux sorcières, mais c'est la première fois que la loi de Murphy me pousse à fuir comme un vilain, un paria au point de me retrouver dans une situation aussi inconfortable. Mais dans un autre sens, ça fait combien d'années que je ne me suis pas retrouvé dans un établissement plus modeste, plus calme pour discuter de tout et de rien ?

          Il semble abasourdi, en même temps la situation est tellement improbable qu'il serait dur de lui en vouloir. Je suis certain que dans ce cas je serais resté stupidement bouche bée sans pouvoir aligner une pensée correcte à l'époque. À vu d'oeil, d'ailleurs il n'en a qu'une... Il doit avoir la vingtaine ?

          "Évitons le monsieur, je t'empêche déjà d'être serin, je ne vais pas aussi te forcer à te formater."

          Oui je sais ce n'est pas le bon terme, évidement c'est aussi fait exprès. Ici ou ailleurs certaines choses restent et entre autres les conseils de mes employés sur certaines manières de faire. Utiliser un terme proche au son, mais pas forcement dans sa fonction force son interlocuteur à avoir un cours instant de réflexion qui impose un rythme. Je ne suis pas forcement fier d'user de ce genre de petit gris-gris et bidouillage oral pour m'en sortir à l'oral, mais tout le monde n'est pas un maitre de conférences. Ou encore sorti tout droit d'une faculté de lettre. En plus je ne me sers du vouvoiement qu'avec les personnes que je n'aime pas où celle qui se formalise rapidement de ce genre d'accroc à la politesse.

          Qu'est-ce que je fais ici ? Le hasard effectivement.

          "Une excellente question, qui a certainement une excellente réponse même si je ne la connais pas."

          Bah oui, je n'ai pas trop de raison d'être ici, si ce n'est pouvoir déguster un bon cappuccino pour la peine. Cela me rappelle ce vieux film, blues brothers ou l'un des héros passe tout le film à essayer d'avoir son fichu cappuccino, j'espère que je ne suis pas voué au même "running gag" ? Mais en tout cas, dehors ça a l'air de se calmer un peu, un petit soupir se dégage de moi même si je reste tout de même un peu vigilant.

          "Puisque tu as l'air de me connaitre, est-ce que je peux au moins connaitre ton nom ? Peut-être ton activité ? Je dirais bien étudient, mais ça serait totalement basé sur un préjuger et dire qu'une personne à une "tête" d’étudiant par son calme apparent et ses réactions serait ni gentil, ni constructif. "

          Quitte à avoir une conversation, autant commencer par les présentations.




          ____
        • Orpheus K. Sturtevant
          Brigadier - Dominateur
          (0)41/18162430303040none
          id15.06.17 15:46
          (0)Volonté : 41Messages : /$US : 18Xp : 16Force : 24Résilience : 30Agilité : 30Réflexes : 30Spiritualité : 40Astuce : noneBadges :
          (0)41/18162430303040none
          avatar
          (0)41/18162430303040none
            Brigadier - Dominateur

            Le jeune homme, toujours un peu mal à l'aise, laissa son interlocuteur lui répondre. Celui-ci lui indiqua de ne pas faire trop dans les manières ; en vérité, il ne se "formatait pas"; il était juste ainsi et la politesse était quelque chose qu'on lui avait durablement inculqué. Ce faisant, il n'était pas prêt de la laisser tomber, ou même de vouvoyer un inconnu, d'autant plus que celui-ci semblait prestigieux. En vérité, s'il s'était censuré, ça n'était pas moins que pour permettre plus de discrétion au profit de celui qui semblait fuir sa propre notoriété. "La rançon de la gloire", pensa-t-il en se demandant néanmoins pourquoi un homme aussi célèbre voyageait seul et sans protection. Cette question était d'autant plus pertinente que le jeune homme gardait à l'esprit que son entreprise avait été victime d'un assaut terroriste il y a peu, ce qui signifiait qu'un surcroît de vigilance eut était logique. Hormis s'il souhaitait rester discret ; auquel cas, sa curiosité s'aiguillait sur cette suite logique. Le hasard, s'il existe, a pourtant pour complices de multitudes de raisons et de facteurs que le jeune homme, sans les connaître, pouvait cependant déceler. Or, le sieur Kaal Belltower avait peut-être effectivement atterrit par hasard à sa table, mais le hasard seul ne justifiait pas qu'un homme aussi connu s'installe à la table d'un inconnu pour s'échapper à quelque chose.

            Bien que l'éminent homme d'affaire semblait être à l'aise, celui-ci pouvait remarquer que derrière l'éclat vif de l'oeil visible du jeune homme, il y avait aussi une profonde coquille de timidité qui l'empêchait de se détendre ; encore troublé par l'improbable, le jeune homme fit de son mieux pour formuler une réponse correcte : Orpheus Surtevant.... Je suis ... Un étudiant à l'université de Liberty Town.

            Il ne chercha pas à relever la tentative un peu maladroite de faire preuve de tact de son interlocuteur. Ce n'était pas comme s'il l'avait désiré. Le spot lumineux qui auréolait les hommes de prestiges n'étaient pas souvent braqués sur lui. Discret, il restait dans l'ombre de sa famille et de ses études. Une ombre solitaire, fils d'un chercheur chevronné et couronné de succès. Lui... Il n'avait hélas aucune aspiration pour l'avenir. C'était un peu triste, mais le jeune homme était porté par le courant des derniers événements qui semblaient être de plus en plus turbulents. Sa curiosité cependant était bine l'une des seules choses qui le poussaient à sortir du sentier battu de la normalité. Ici encore, elle allait peut-être lui apprendre quelque chose qui changerait sa vie. Peut-être même était-ce le début d'autre chose pour lui ? Ou alors, au contraire, cette rencontre resterait une simple rencontre. Le jeune méta-humain n'y réfléchissait pas trop et se lança, après avoir remué nerveusement sa cuillère dans sa tasse : Vous... Vous cherchez à échapper à quelqu'un ? Le jeune homme pris une pause avant d'ajouter : je veux dire... Vous n'êtes pas accompagnés ou protégé par qui que ce soit... Alors qu'après les derniers événements, j'ai cru comprendre que votre entreprise était une cible de choix... C'est pourquoi il est étonnant que...

            Le jeune homme, dans un effort un peu timide et rougissant, avait modulé sa voix pour être audible uniquement de son interlocuteur. La discrétion du jeune homme était cependant à revoir. Il espérait ne pas attirer l'attention de quelqu'un de mal intentionné : il ne souhaitait le malheur de personne ; ni le sien, ni celui de quiconque autour de lui.
          • Kaal Belltower
            Personnage non joueur
            (0)4550146131151515157535Le fric c'est chicFranc-maçonTraumatisé du grand "boom"CourageuxModèleV.I.P.
            id17.06.17 15:29
            (0)Volonté : 45Messages : 50146$US : 131Xp : 15Force : 15Résilience : 15Agilité : 15Réflexes : 75Spiritualité : 35Astuce : Le fric c'est chicFranc-maçonTraumatisé du grand "boom"CourageuxModèleV.I.P.Badges :
            (0)4550146131151515157535Le fric c'est chicFranc-maçonTraumatisé du grand "boom"CourageuxModèleV.I.P.
            avatar
            (0)4550146131151515157535Le fric c'est chicFranc-maçonTraumatisé du grand "boom"CourageuxModèleV.I.P.
              ◄► Derrière le rideau n° 1 ? ◄►


              Alala ! J'ai à peine dix ans de plus que lui et le voilà qui n'arrive pas à quitter le vouvoiement et les politesses. En même temps je comprends tout à fait, je ne peux me permettre de jouer ainsi avec l'étiquette seulement à cause ou grâce à ma place ce n'est pas le cas de tout le monde.  Bon, Orpheus Surtevant, inconnue au bataillon, et le contraire serait étrange n'est-ce pas ? Étudiant à l'université de Liberty Town, il a de la chance, à moins que ce soit normal ? J'imagine que c'est plus ma situation qui a été exceptionnelle, j'ai tout appris sur le terrain, sur le tas. D'ailleurs j'avais l'impression que c'était un étudiant et ça en est un. Je me demande bien ce que tu vas devenir mon bon Orpheus ? Chercheur ? Avocat ? À moins que la chance ne te sourie pas et que tu finisses cadre... Enfin employés, cadre ça serait déjà bien. Je n'ai pas l'impression qu'il soit destinée à finir dans une supérette, mais moi et mon instinct on est pas forcement infaillible. Si c'était le cas, je ne serais pas ici, il ne serait pas devant moi et je ne me poserai pas cette question. Je prends un apareil portable, note son nom pour des recherches futures ? Pourquoi ? Parce que, des fois il ne faut pas se demander outre mesure.

              "Je m'en souviendrai, enfin si ma mémoire ne me fait pas défaut, c'est pour ça que la technologie est pratique. "

              Il est discret, il est calme et pourtant vu la situation il y a pleins de manière de faire, réagir, interagir. Si je ne faisais que m'écouter, je pense que j'aurais envie de l'embaucher quand il aurait fini ses études. Heureusement pour moi, je ne suis pas directeur des ressources humaines... Je suis celui qui lui donne son travail surtout. Mh ? Est-ce que ce genre d'idée est raisonnable, absolument pas, mais bon a trop l'être est-ce qu'on ne devient pas inactif. Finalement, il pose la question qui est la plus évidente et sa manière de le faire montre qu'il a pesé au moins un minimum le pour et le contre. En même temps, ce n'est pas comme si j'allais le virer ou sortir une arme. Je lui fais un sourire, un peu jaune, mais véridique.

              "Disons qu'en principe oui, mais le problème est que en fuyant mes poursuivant, j'ai réussi aussi à perdre mon propre personnel. Le problème d'un itinéraire de fuite, c'est que quand celui-ci a fuité sur le net il n'est plus très utilisable."

              Je regarde alors un très cours instant la porte, c'est calme.

              "Si j'ai de la chance, bientôt des membres de ma sécurité passeront cette porte, ou la police. Sinon ça sera une foule belliciste voir des journalistes... Quoique ça serait un moindre mal la dernière option. "

              Je suis habitué à ce qu'on me crache dessus et cette histoire sera répété, déformée et amplifier donc bon. La serveuse passe, elle me reconnaît surtout depuis que je n'ai plus la capuche. J'essaye de lui faire un sourire et un clin d’œil avec l'index devant la bouche l'air de lui signaler que c'est un secret... Il faudra environ deux minutes pour qu'elle tweet ou passe le message sur un quelconque système de messagerie instantanée. La pause est terminée de toute évidence n'est-ce pas ? Pourtant Orpheus a tout fait pour que cela reste discret, d'ailleurs ayons un peu de foi en l'humanité peut-être que la serveuse saura tenir ses doigts ou sa langue un peu plus longtemps ? Je sors un portefeuille et retrouve un porte-carte, ah ! Mes cartes de visite, mais surtout les black card. Il y a un petit endroit qui peut être gratté comme les jeux que l'on trouve dans bureau de tabac, un numéro à utiliser avec le code ainsi caché et...

              "Si un jour tu as besoin de quelque chose, demande Albert... Pourquoi ça ? J'en ai juste envie. Je dois coller à cette image de personnage insouciant et en plus ma secrétaire va encore être dans tous ses états en sachant qu'une de ces cartes se balade. "

              Rien n'est plus cher que la gratuité n'est-ce pas ? Pourtant je n’ai rien à demander en retour, l'avantage d'être en haut c'est ça. Après qu'il la brule, la jette, la donne à autrui ou l'utilise se sera son, problème. Une belle carte noire, le logo d'Advent dessus, il n'a rien demandé et pourtant il l'a. Un piège ? Certainement, enfin il peut l'imaginer, c'est juste que j'agis d'instinct et celui-ci me dit qu'il est plus qu'un figurant.

              "Mon instinct me dit que tu es plus que tu sembles être, tu es ou tu seras va savoir. À toi de voir si tu gardes ou non  cette chose, surtout en sachant qui te la donner."

              Finalement il commence a y avoir de l'animation vers l'entrer, est-ce que la boite de pandore va s'ouvrir ?

              "Va ont appliquer la loi de Murphy ?"

              Dit-je en soupirant l'air résigné. Je ne peux plus faire grand-chose maintenant.


              ____
            • Orpheus K. Sturtevant
              Brigadier - Dominateur
              (0)41/18162430303040none
              id18.06.17 20:11
              (0)Volonté : 41Messages : /$US : 18Xp : 16Force : 24Résilience : 30Agilité : 30Réflexes : 30Spiritualité : 40Astuce : noneBadges :
              (0)41/18162430303040none
              avatar
              (0)41/18162430303040none
                Brigadier - Dominateur
                Devait-il se sentir flatté ? Le jeune méta-humain ne savait pas réellement comment réagir face à cette main tendue. Dans la glorieuse fédération des états-unis d'Amérique, la légende du self-made man, figure mythologique originel d'un american dream aux nombreux délaissés, était un l'objectif vers lequel la majorité aspirait. L'accomplissement par ses actes seuls pour devenir l'un des plus grands. Ce phare de lumière, telle une torche, avait déjà attiré des centaines de migrants par les années.
                Et là, face à lui, s'extirpant des milliers de délaissés, trônant sur son trône, voilà que cette même figure mythique incarnée face à ses yeux, voilà qu'une opportunité lui est tendue. Sur la voie du succès, nombreux sont les pièges et plus les raccourcis sont grands, plus les risques de ceux-ci sont élevés. Sans compter évidemment de la jalousie inhérente de tous les compétiteurs potentiels vers les sommets.

                Le plus ironique et qu'il n'avait jamais fait autre chose que contempler ceux-ci avec désintérêt. Devait-il accepter cette carte ? Que cela pouvait-il bien impliquer ? Son interlocuteur était un homme d'affaire. Il y avait donc un intérêt. Même s'il se trompait lourdement ; le jeune homme ne voulait pas être un acteur. Il n'aimait pas l'attention. Il n'avait aucune force. Et s'il avait un pouvoir... Celui-ci était inutile. Avoir une forme d'immortalité limité n'était pas en soi, une bénédiction. Pris avec philosophie, le jeune homme appréhendait l'avenir et espérait qu'on pourrait le soigner... Pourtant, il en doutait. Loin d'être un expert comme son père, son corps était désormais une unité unique qui se reconstituait toujours au même point. Son corps avait évolué d'une manière à ce que celui-ci ne puisse plus être changé. Il était donc condamné à ne pas mourir, sauf à ... Être totalement désintégré ? Le jeune homme préféra ne pas y réfléchir plus avant. Vous fondez des espoirs en moi... Qui sont sûrement beaucoup trop grand et ceux-ci risquent d'être déçu. Il n'imaginait pas de quoi serait fait l'avenir. Avec ou sans son "pouvoir", il l'avait déjà redouté. Il ne savait pas vers quoi aller.

                Mais remarquant l'attroupement et les bruits qui commençaient à s'amasser à l'entrée du café, le jeune méta-humain pouvait rapidement déduire que c'était les ennuis que son interlocuteur fuyait qui cherchaient à le retrouver. Auquel cas, celui-ci ne pouvait pas rester ici. Inspirant un grand coup, il attrapa ses sacs, y mit ses livres, déposa un peu de monnaie pour payer sa consommation, rangea la carte de son interlocuteur, se leva, attrapa la main du sieur Belltower avant de se diriger vers la remise. Passant près des casiers des travailleurs, il tourna vers une porte qui semblait sans issue. Et à l'intérieur de celle-ci, se trouvait... Une porte dérobée vers l'extérieur. Je doute que le subterfuge marche très longtemps, mais c'est pour le moment le meilleur que j'ai à vous proposer.

                Il avait agi à l'instinct, lui aussi. De toute manière, il ne pouvait pas laisser quelqu'un dans le pétrin. C'est pourquoi il essayait de permettre au directeur général de s'échapper. Vous avez une idée de qui pourrait se permettre de vous pourchasser ici dans le quartier Alpha ? Orpheus se demandait s'il risquait sa vie, quelque part. Cela dit, il était un peu tard pour y penser. Mon pouvoir ne pourra rien faire pour vous sauver.. Mais je peux peut-être les effrayer avec...

                Le jeune homme se retourna vers son interlocuteur et retira le cache devant son œil. Celui-ci possédait une pupille d'un rouge cramoisi et le blanc de son œil était d'une couleur totalement noire. Un spectacle contre-nature pour beaucoup de gens. Suffisamment pour effrayer les moins courageux... Du moins il l'espérait. Parce qu'il ne mentait pas : son pouvoir n'était pas quelque chose qui lui permettrait d'attaquer et il ne savait pas se battre. C'est pourquoi il fit signe à son compagnon de le suivre dans les ruelles. L'objectif était de tenter semer les poursuivants. Cependant, il ne savait pas à quel point ceux-ci étaient organisés, combien pouvaient-ils être et s'ils étaient dangereux.
              • Kaal Belltower
                Personnage non joueur
                (0)4550146131151515157535Le fric c'est chicFranc-maçonTraumatisé du grand "boom"CourageuxModèleV.I.P.
                id19.06.17 12:14
                (0)Volonté : 45Messages : 50146$US : 131Xp : 15Force : 15Résilience : 15Agilité : 15Réflexes : 75Spiritualité : 35Astuce : Le fric c'est chicFranc-maçonTraumatisé du grand "boom"CourageuxModèleV.I.P.Badges :
                (0)4550146131151515157535Le fric c'est chicFranc-maçonTraumatisé du grand "boom"CourageuxModèleV.I.P.
                avatar
                (0)4550146131151515157535Le fric c'est chicFranc-maçonTraumatisé du grand "boom"CourageuxModèleV.I.P.
                  ◄► In the urban jungle ◄►


                  Des espoirs déçus ? Penserais-tu être si important Orpheus ? Décidément j'adore ce prénom, même s'il est un peu étrange. Non, il ya deux types de personnes, ceux qui plante la bonne graine dans le bon terreau et avec l'attention qu'il faut et espère qu'elle germera... Puis ceux qui jette un tas de graine dans le potager et se dise que quoiqu'il arrive certaines prendront. On est plus dans le cas numéro deux, en fait on n’y est même pas puisque je n'ai pas réellement de dessein derrière ce don. La gratuité est-ce qu'il  ya de plus cher, mais parfois celui à qui ça coute n'est pas celui auquel on pense immédiatement. L'avantage quand on est au sommet de la pyramide, c'est qu'on peut se permettre quelques sacrifices sans que cela ait le moindre impact sur sa vie. Pour moi ce n'est qu'une carte qu'un service qui se rendra plus tard et cela n'a pas l'importance qu'il peut lui donner.

                  "Je ne fonde rien du tout, je sème."

                  Il comprendra ce qu'il comprendra, moi je ne fais qu'être moi-même est c'est déjà suffisamment dur par les temps qui court. Ainsi l'entrer voit se rassembler sa troupe de clowns, le bon étudiant prouve immédiatement qu'il mérite le petit morceau de carton et de plastique noir qu'il a eu entre les mains l'instant d'avant. Me faisant sortir avant même que je pense moi-même à réagir. Et finalement qui c'était ? Et bien en fait... Alors qu'on quitte les lieux, la réponse se fait évidente.

                  "Où est l'enfant du démon ?! Le petit oiseau bleu nous a dit que..."

                  La porte se referme, je n'ai pas eu la suite et en même temps vu le début... Le petit oiseau bleu ? Twiter ! J'aurais dû l'inventer, même si on peut dire que feu AMSON était dans ce genre de ton. Enfin soit, il faut vivre avec son temps. Arrivent alors deux informations, la première est la question plus que légitime qu'il pose. Qui est assez courageux ou fou pour nous poursuivre dans un quartier aussi sécurisé ? La seconde me prendra de court... Waow annoncé comme ça qu'il est un méta c'est particulièrement naïf... Engin soit,je ne relève pas plus que ça, il me sauve la peau ou au moins m'empêche de tomber trop vite dans une situation particulièrement désagréable.

                  "Une secte... Le problème des fanatiques c'est qu'à partir du moment où ils sont prêts à mourir pour la cause un peu de prisons ne leur fait pas très peur."

                  Mais la situation n'est pas aussi simple.

                  "La seule chose qui est pire qu'une foule vindicative et déchainée, c'est des adorateurs plus mesurés et organisés. Ils ont même des hackers maintenant c'est peu dire !"

                  Il faut vraiment que j'engage mes propres spécialistes, la ça devient urgent. Rien n'est plus efficace pour contrer un criminel, que de prendre un être de la même veine, car, il connait les ficelles et sais comment les tirer. Donc, il va falloir que je brasse de gros billet tout doux dans le deep web en espérant que j'attire des êtres capables d'éviter ce genre de débordement. Il me montre son oeil, j'ai un mouvement de recul. Oui du genre "oh putain !" je n'ai pas le sang-froid de mes équipes de sécurité et je ne suis pas dans une situation particulièrement calme.

                  "C'est surprenant effectivement, mais pour le moment évitons de les provoquer. Jusqu'à présent ils n'ont pas sorti d'armes, je ne suis pas sûr que ce sera encore le cas face à votre particularité."

                  De mémoire, ils doivent être au moins une demi-douzaine, mais c'est un peu monsieur et madame tout le monde. Tout le monde n'est pas une armoire a glace implacable même avec une volonté à faire peur et tourner les yeux un marine. Enfin ça approche plus d'une sorte de lavage de cerveau, mais ce n'est pas le sujet. D'ailleurs des bruits de pas se font entendre, maintenant qu'il m'a fait bouger, je ne pense pas que la meilleure chose à faire soit de rester statique.

                  "Je ne sais pas jusqu'où ils sont prêts à aller, alors autant ne pas se mélanger à la foule. Si on trouve un policier où un membre de la sécurité de mon entreprise on gagne, s'ils nous rattrapent on perd, ça sera plus simple de partir sur cette configuration et de... Nous faufiler ?"

                  Je ne suis pas un espion et je n’en ai pas la carrure, laissons l'étudiant montrer de quel bois il se chauffe pour le coup.


                  ____
                • Orpheus K. Sturtevant
                  Brigadier - Dominateur
                  (0)41/18162430303040none
                  id21.06.17 13:46
                  (0)Volonté : 41Messages : /$US : 18Xp : 16Force : 24Résilience : 30Agilité : 30Réflexes : 30Spiritualité : 40Astuce : noneBadges :
                  (0)41/18162430303040none
                  avatar
                  (0)41/18162430303040none
                    Brigadier - Dominateur
                    Le jeune homme ne prit pas réellement le temps de relever la plupart des paroles de son interlocuteur, plutôt concentré sur l'essentiel et sur le danger imminent. Une secte ? Le jeune homme ne comprenait pas comment ni pourquoi une secte pouvait en vouloir à celui qu'il cherchait à extirper de cette poursuite, mais la mention du mot "hacker" et "organisé" lui fit se demander si le monde ne tournait pas fou. Toujours aussi curieux mais conscient du danger, le jeune homme comprit qu'il valait mieux éviter de les provoquer et dissimula à nouveau son œil, quitte à perdre en réflexe pour les courses à venir. De toute manière, il n'aimait pas les confrontations et si le sieur Belltower lui indiquait que cela ne les effrayeraient pas, il valait mieux ne pas en rajouter plus encore.

                    Il préférait compter sur sa ruse pour résoudre cette situation. Le jeune homme se remémora dans son esprit les rues du quartier. Même s'il ne se souvenait pas complètement de tout, sa mémoire suffisait à prolonger les zones inconnues de manière logique. Il restait à deviner où les assaillants pouvaient se trouver. Mais ils allaient devoir courir pour les retrouver. Un jeu de loup aussi étendu favorisait non pas seulement la discrétion, mais aussi la connaissance des cachettes potentielles. Loin de deviner que le jeune homme commençait à se mêler à quelque chose de potentiellement de plus en plus dangereux pour lui, il ne faisait que répondre à son sens de la justice.

                    C'était le moment pour le jeune homme de mettre à profit sa mémoire eidétique. Kaal pu très vite le remarquer, mais le jeune homme n'hésitait jamais quand il s'agissait de choisir une ruelle plutôt qu'une autre. Et quand il s'agissait de contourner un potentiel obstacle, le jeune homme trouvait pratiquement toujours avec une certaine forme d'automatisme un chemin détourné. Comme si le quartier Alpha tout entier se trouvait dans sa tête. Profitant d'une accalmie pour souffler, Orpheus en profita pour demander entre deux souffles courts : Quelle est... Cette secte... ? La question était plutôt légitime, là aussi. Car Orpheus pouvait le confirmer intérieurement, il fallait être sacrément déterminé ou fanatique pour continuer de leur courir après autant de temps. Et... Où se trouvent vos ... Vos gardes du corps ? Cela dit... Je peux ... Cependant... Vous amener jusqu'à un poste de... Police. En comptant sur tous les détours potentiels, cela devrait prendre encore un peu de temps, mais ça n'était pas impossible.
                  • Kaal Belltower
                    Personnage non joueur
                    (0)4550146131151515157535Le fric c'est chicFranc-maçonTraumatisé du grand "boom"CourageuxModèleV.I.P.
                    id22.06.17 23:10
                    (0)Volonté : 45Messages : 50146$US : 131Xp : 15Force : 15Résilience : 15Agilité : 15Réflexes : 75Spiritualité : 35Astuce : Le fric c'est chicFranc-maçonTraumatisé du grand "boom"CourageuxModèleV.I.P.Badges :
                    (0)4550146131151515157535Le fric c'est chicFranc-maçonTraumatisé du grand "boom"CourageuxModèleV.I.P.
                    avatar
                    (0)4550146131151515157535Le fric c'est chicFranc-maçonTraumatisé du grand "boom"CourageuxModèleV.I.P.
                      ◄► La lumière au bout du tunnel ? ◄►


                      Des rues, une après midi pas spécialement animé, mais pas non plus silencieux. Il plut toujours à moins que ce soit calmé ? Nous le verrons bien en sortant. Finalement, c'est une pointe d'accalmie, on va de ruelle en ruelle, au loin des bruits de courses qui nous suivent certainement auprès de là à dire si oui ou non ce sont ceux du bar c'est une autre question. Orpheus Surtevant n'hésite pas sur le chemin a prendre, cela vaut mieux, car, soit c'est de l'assurance, soit une connaissance des lieux et dans les deux cas c'est mieux que l'inverse. Quelle secte ? Et bien la réponse est assez amusante.

                      "Je ne saurais l'affirmer, ils changent de nom une à deux fois par mois, à croire qu'ils aiment jouer avec nos nerfs. Ou alors c'est pour échapper à la police, ce qui serait plus logique... Ou alors un manque de constance de leur direction allez savoir."

                      Ou alors le fait que leur gourou est peut-être bipolaire allez savoir ? Je ne sais pas trop, tout ce que je sais c'est que c'est illuminés dont le nom est souvent les enfants de... mettent une pagaille monstrueuse dans ma vie, sans parler des manifestations pacifiques qu'ils transforment en échauffourée. Avoir un tas de personnes qui font une marche plus ou moins silencieuse au pied de sa tour ce n'est pas forcement le mieux pour son image, quand des idiots commence a sortir des slogans étranges et des pieds de biche pour provoquer la sécurité c'est pire. Où sont mes hommes, j'aimerai bien le savoir aussi, je ne serais pas contre quelques hommes et femmes en armures noires pour m'escorter jusqu’à un lieu ou je ne risque pas de finir au sol avec une commotion cérébrale et des bouts de verre dans le crane, ou éventuellement brulée sur un bucher suivant l'humeur de leur patron ou patronne.

                      "Aucune idée, ça sera plus simple de trouver des policiers effectivement."

                      Ça ou aller vers la tour Belltower, mais étrangement je ne doute pas du fait qu'il y ai des gens de chez eux qui fasse le pied de grue autour pour nous attendre avec de grand livre aussi épais qu'un point pour nous le lire, nous le faire manger ou je ne sais quoi encore.

                      "Et si possible évitez de trop vous exposer, je n'ai pas envie que vous deveniez aussi une cible."

                      Pour le coup, il ne restait qu'à continuer. Mais aussi se demander c'est quoi le tapage qui les suis ? Gang des environs qui ne l'entend pas de cette oreille... Aucune chance vu le quartier, non certainement quelques illuminés qui les suivent au son, ou des jeunes qui s'amuse dans les ruelles avec ce qu'ils ont sous la main... Espérons que ce soit plutôt ça, je n'attendrai pas pour avoir la réponse.  

                      "Pour quelqu'un qui s'autoproclame étant des espoirs perdu, vous mettez beaucoup d'énergie pour prouver le contraire."

                      C'est un peu ridicule, ce n'est pas trop le moment surtout de relever cette légère contradiction. Mais bon quand on court, respire et es traqué rien de mieux qu'un peu d'humour ou de sarcasme pour remettre du baume au cœur... Oh ça va tout le monde ne gère pas le stress de la même manière ! Que celui qui n'a jamais agi bizarrement dans ce genre de cas me jette la première pierre... AIE ! Hypocrite ! En tout cas, les rues de la ville et finalement plus loin le bruit d'une sirène de police. >Certainement l'approche peu à peu d'un lieu avec des véhicules leur appartenant. Le commissariat ou simplement un lieu où ils se rassemblent ? En tout cas, la fin de cette course poursuite certainement.


                      ____
                    • Orpheus K. Sturtevant
                      Brigadier - Dominateur
                      (0)41/18162430303040none
                      id10.07.17 19:18
                      (0)Volonté : 41Messages : /$US : 18Xp : 16Force : 24Résilience : 30Agilité : 30Réflexes : 30Spiritualité : 40Astuce : noneBadges :
                      (0)41/18162430303040none
                      avatar
                      (0)41/18162430303040none
                        Brigadier - Dominateur

                        Cherchait-il réellement à prouver quoi que ce soit ? Non, Orpheus n'avait pas ce genre de désir. Il ne cherchait finalement rien d'autre qu'à protéger l'homme qu'il venait de rencontrer. Même s'il détenait la carte de celui-ci, encore fallait-il que le jeune homme eut le courage et le besoin de l'appeler. Il y avait fort à parier que demain, les deux individus ne seraient plus que des inconnus, chacun à leur place dans cette société en mouvement. Il resterait étudiant, Kaal Belltower continuerait de diriger son entreprise. Et ces mêmes poursuivants continueraient sûrement eux aussi dans leur voie fanatique. Il n'avait pas peur de trop "s'exposer". En tant que métahumain, il était par définition dans une situation relativement précaire, de toute manière.

                        La preuve de cela apparut très vite quand il parvint à extraire l'homme d'affaire auprès de la police. Ceux-ci se firent relativement peu aimable envers sa personne et ce même s'ils n'estimaient pas que celui-ci soit un métahumain. Il était juste un individu lambda accompagnant un homme d'affaire bien plus "important" que lui dans le monde des affaires. Les policiers n'en cherchèrent pas plus. Même si ceux-ci ne comprirent pas le sens de ses paroles, Orpheus, se préparant à repartir, se contenta de répondre : "Peu importe les espoirs. Il faut bien vivre."

                        Même s'il n'avait pas confiance en lui, il n'allait pas abandonner les autres à leur sort. Et même lui, n'allait pas se laisser aller. Son pouvoir l'empêcherait de succomber, apriori, de toute manière. S'il se débrouillait bien, l'éternité s'ouvrait à lui. Le saluant d'un dernier geste demain, le jeune homme enfouit ses mains dans ses poches avant de s'avancer pour sortir de la rue et s'avancer dans l'immensité de cette ville où il n'était qu'un inconnu parmi tant d'autres.

                        HRP: Désolé du temps de réponse ! : (