La Terre, cœur de l’Univers, s'éveille au surnaturel… Janvier 2016, les méta-humains font leur apparition dans un fracas invraisemblable ; des hommes, des femmes, des enfants, personnes âgées à nourrissons, sont frappés par ce qu’on explique pas, des dons - ou une malédiction ? - qui les cataloguent comme des êtres à part entière, des faux humains, des méta-humains. Le monde entier est touché, nulle exception.

Nous sommes à LibertyTown, aux États-Unis, une ville aux grands enjeux, là où les méta-humains sont recensés en masse. Les médias s’y affolent, jouent des coudes pour avoir les derniers potins, les derniers événements marquants. Un jeu dans lequel tout le monde se plaît de participer, au point d’oublier la question essentielle à cette découverte : quel avenir pour ceux qui finiront par surpasser la race humaine ?

Lire la suite...
Actualités récentes
29/07 : Recensement & Prépa V3 ─ www
10/06 : Recrutement & Animation ─ www
30/05 : Amélioration du contenu graphique ─ www
Activité du forum
8 mois d'existence
Plus de 140 membres inscrits
148 histoires et 1181 pages RP

LE STAFF
LES PRÉDÉFINIS
LES AMIS

Metro, l'Apocalypse à vos portes : Forum RPG CHRONOSREP

Poison défaillant ou organisme résistant?

  • Invité
    Invité
    id11.06.17 21:47
    avatar
      NATASHA
      &
      BRITANY
      Poison défaillant ou organisme résistant?


      19 novembre 2016, 13h51, Upsilon.



      Britany n'aimait pas le quartier Upsilon. Non pas qu'il soit mal fréquenté, au contraire. Le souci c'était qu'il était inexistant. Comme un peu le cinquième côté d'un carré. Aucun grand événement ne s'y passait, aucun attentat n'ébranlait la population, aucun gang ne le dirigeait. Un peu comme une ville fantôme. Néanmoins, les habitants de ce quartier faisait affaire avec les Deltas, et sûrement d'autres gangs. C'était la raison de la venue de la Queen Delta ce soir là. Habituellement, ce n'était pas elle qui effectuait les livraisons. Mais c'était un gros client et, d'après son boss, il semblait l'apprécier. Encore un gros dégueulasse plein de pognon qui espère passer la nuit avec moi, ricana Britany. En effet, elle trouvait cela suspect qu'un client demande expressément sa venue. A un moment, elle avait même cru que c'était un piège. Mais si le boss la laissait y aller, c'est qu'elle ne craignait rien. La jeune femme avait une confiance aveugle envers le chef Delta. Après tout, son gang lui avait sauvé la vie.  


      La jolie blonde se promenait dans les ruelles d'Upsilon, ses talons claquant contre les pavés. Elle était en avance alors elle décida de faire un tour. Il n'y avait pas beaucoup de monde dans les rues, et les magasins étaient en train de fermer. Mais pas un seul policier en vue, ou autre uniforme. Pourtant, Britany avait entendu dire qu'il y avait une base militaire non loin d'ici. Le ventre à l'air, la jeune femme remit une mèche rebelle derrière son oreille en inspectant les environs. Personne ne semblait faire attention à elle, à son grand désarroi. Néanmoins, elle profita de la situation en allumant un de ses cônes aux herbes illicites.
      Forcément, il y avait quelques avantages à rentrer dans un gang qui trafique de la drogue. Elle tira longuement sur son pétard avant de ressentir les effets. Encore une fois, aucun habitant n'eût l'air offusqué ou choqué. Les gens sont vraiment pas drôle par ici, bouda-t-elle. Une fois son délice finit, elle regarda son smartphone. 15h04. Aie, elle allait être en retard.


      Arrivée devant l'adresse indiquée, Britany sonna avant d'inspecter les lieux. C'était une belle villa qui tranchait avec l'apparence morne du quartier. Des piliers de style grec ancien semblaient soutenir le toit de l'entrée, blancs comme neige. La porte d'entrée était faite de bois massif, avec une tête de lion en métal au centre. Il y avait même un paillasson où il était écrit "Bienvenue !". Tout ce luxe confirma son impression de départ quant à l'hôte qui allait ouvrir cette porte. Mais lorsque celle-ci s'ouvra, Britany se retrouva nez à nez avec une femme.
      Âgée d'une quarantaine d'années et portant un tailleur, elle la salua avant de la faire rentrer dans sa somptueuse villa. Surprise, la jeune méta-humaine se contenta de sourire face à cet accueil. L'intérieur était tout aussi surprenant que l'extérieur : Meubles en verre, plafond haut et même escalier en marbre. La Queen Delta, s'installa sur un canapé sûrement en soie, et attendit le retour de son hôte. Celle-ci arriva avec deux verres de Scotch avant de s'installer près d'elle.


      -Désolée de vous avoir fait déplacer. C'est juste que je n'ai pas trop confiance en les hommes, pas forcément ceux de Delta bien sûr. C'est stupide je sais, mais je suis plus à l'aise avec une femme. Vous ne m'en voulez pas trop j'espère?


      On pourrait croire qu'elle lui faisait des avances, alors que pas du tout. Etant une grande séductrice, Britany reconnaissait les numéros de charme, et ça, s'en n'était pas un. La dame avait l'air réellement embarrassée, donc la méta-humaine s'empressa de la rassurer, légèrement mal à l'aise. Elle n'avait pas l'habitude qu'on lui fasse confiance, surtout venant d'une étrangère. Finalement, la jeune blonde lui tendit le paquet où se trouvait sa poudre blanche, avant de récupérer la liasse de billet que la cliente lui tendait. La dealeuse compta par précaution, avant de finir son verre d'une traite. Elle avait hâte de rentrer à Gamma. En partant, elle remercia son hôte pour sa collaboration et tapa un numéro sur son smartphone. La jolie blonde attendit que quelqu'un décroche avant de parler.


      -Ouais Tony, c'est moi. Tu peux venir me chercher j'ai fini. ... Comment ça pas maintenant? Mais tu te fou de moi? ... Non je vais pas faire un tour. Si je t'ai prêté ma bagnole c'est pour que tu viennes me chercher dès que j'ai fini ! ... Je m'en branle que t'as une histoire à régler ! Hey c'est quoi ce boucan derrière? ... Tony? Allô? ... Allô?! Merde !

      Fin de la communication. Son chauffeur venait de la planter. Britany regarda son téléphone avec haine et se retint de le jeter contre un mur. A la place de ça, elle regarda l'heure. 17h34. Reste plus qu'à faire du stop, pesta-t-elle. La jeune blonde marcha longuement avant de croiser une voiture. Celle-ci la conduisit jusqu'au centre-ville d'Upsilon, avant de repartir à l'opposé de Gamma. Malgré sa fureur, la méta-humaine continua de marcher jusqu'à apercevoir au loin une usine qui semblait être désaffectée. Britany s'approcha jusqu'à s'apercevoir que c'était en réalité une ancienne zone industrielle. Cette nouvelle lui redonne le sourire : la jeune femme adorait ce genre d'endroit glauque. Direction les frissons.


      Britany ne s'était pas trompée sur le lieu. Même de jour, il était juste terrifiant. Cette découverte lui donne envie de tirer sur une autre de ses merveilles fumantes, et c'est ce qu'elle fit. Elle se promena parmi les barres de fer et les bâtiments dont la construction ne s'était jamais achevée. Un en particulier, attira son attention. Ce devait être un ancien cabinet, car la jeune méta-humaine crût reconnaître une salle d'attente. Le jour perçait à travers le toit ce qui diminuait légèrement la lumière. C'est magnifique, s'émerveilla-t-elle. Mais un bruit attira son attention : il y avait quelqu'un d'autre, elle en était sûre. Se faisant toute discrète, Britany se dirigea vers la source du bruit. Plus elle se rapprochait, plus l'odeur de gaz était forte. Allait-elle surprendre les travaux d'un scientifique fou? La jolie blonde prenait ça comme un jeu. Enfin, elle aperçut une silhouette de dos tenant quelque chose dans les mains. De là où elle était, la Queen du gang Delta dirait que c'est une femme. Elle se rapprocha légèrement pour observer la scène qui lui semblait surréaliste. L'étrangère inspirait un gaz toxique à pleins poumons, sans aucune difficulté respiratoire. C'était incroyable, Britany n'en revenait pas. Elle voulût s'approcher pour en voir plus, mais la toxicité du gaz la fit tousser. Oups, je crois que je suis découverte, songea Britany Jonhson.


      CODAGE PAR AMIANTE
    • Natasha Eirenn
      Juge
      (8)93+0140753154040403015none
      id12.06.17 9:33
      (8)Volonté : 93Messages : +0Réputation : 1407$US : 53Xp : 15Force : 40Résilience : 40Agilité : 40Réflexes : 30Spiritualité : 15Astuce : noneBadges :
      avatar
      (8)93+0140753154040403015none
        S.I.F. descendit de la voiture. Elle avait repéré l'endroit quelques jours plus tôt, en faisant des courses – bon, plutôt en pillant allègrement – une casse locale. Un complexe industriel à l'abandon de plus, avec un immeuble à moitié assemblé qui pointait vers le ciel comme une lance brisée. Personne n'avait l'air d'y passer, aucun signe que qui que ce soit y ait posé un pied ou un regard depuis des années. S.I.F. s'était plusieurs fois dit qu'elle avait besoin d'un endroit comme ça, un coin à l'abri des regards où elle pourrait faire des tests sur son corps sans être dérangée. Son appartement n'était pas assez grand et le garage commun de la résidence n'était pas vraiment privé, encore moins celui de l'université. Ce chantier, en revanche, était parfait.

        Elle avait d'ailleurs déjà commencé à aménager un petit établi, quelques jours plus tôt. Jusqu'ici, son sujet de préoccupation principal avait été son revêtement. Celui-ci la recouvrait intégralement, comme une véritable peau. Impossible d'accéder à ses systèmes internes sans pratiquer d'incision dans le revêtement. Seul problème, il ne se régénérait pas comme de la peau, il ne se régénérait même pas du tout. Chaque incision était définitive et parfaitement visible. Ne voulant pas passer pour une dépressive adepte de l'auto-mutilation, S.I.F. avait résolu de ne pas s'entailler la peau tant qu'elle n'aurait pas trouver un moyen de la réparer. Ses expériences à ce sujet portaient principalement sur de la colle extra-forte mélangée à des colorants chimiques imitant le teint de sa peau, avec des petits fragments de revêtement pris à des endroits discrets tels que son œil aveugle pour servir de cobaye, mais rien de concluant pour l'instant.

        Aujourd'hui, cependant, S.I.F. avait d'autres projets. A force de marcher dans les rues encombrées et polluées de la ville, elle avait remarqué que l'air pesant et encombré la dérangeait moins qu'avant. En fait ça ne la dérangeait plus du tout. Plus de quinte de toux quand une voiture lui vomissait ses gaz d'échappement au visage, plus de démangeaison du nez en passant devant une plaque d’égouts. Comme si tout cela ne l'affectait plus. Elle n'avait après tout plus vraiment besoin de respirer, aucune raison que des gaz toxiques lui fassent quoi que ce soit. Il n'y avait qu'une seule façon d'être certaine.

        Elle avait donc fermé le garage pour créer un environnement clos, laissé tourner le moteur de sa voiture pour que les gaz d'échappement s'accumulent, gardé le bipper en main au cas où les choses tourneraient mal, puis elle s'était installée juste derrière le pot d'échappement, un comics à la main. La fumée grise ternissait les pages plastifiées du magazine mais il ne semblait pas avoir d'autre effet. S.I.F. ne se sentait pas malade, elle n'avait pas l'impression d'étouffer, elle ne toussait pas. L'odeur ne semblait même pas si forte, comme si les capteurs olfactifs de S.I.F. étaient moins performants que ceux de Natasha avant… avant.

        Son ouïe, en revanche, était toujours aussi performante. Malgré les ronronnements du moteur, S.I.F. entendit un bruit dans son dos qui ressemblait à de la toux. Elle se tordit le dos pour se retourner, découvrant une silhouette rendue floue par tout le gaz accumulée mais indubitablement humaine. Ce n'était pas ce qu'elle avait en tête quand elle pensait que son expérience pouvait mal tourner. Elle se redressa d'un bond, coupant le moteur d'une pression sur un bouton, puis courut vers la silhouette. Il fallait la faire sortir, sinon l'inconnue – car il s'agissait d'une jeune femme, plutôt jolie et chic – allait s'intoxiquer et suffoquer pour de bon. S.I.F. lui passa un bras autour des épaules et la guida de force vers une pièce voisine, dont le toit crevé assurait une bonne aération. Ici, pas de gaz stagnant, l'inconnue pourrait reprendre son souffle.

        L'urgence passée, un nouveau genre de panique envahit S.I.F. Cette femme, qui qu'elle soit, venait de la voir lire tranquillement là où une personne normale aurait dû mourir dix fois. Elle allait forcément poser des questions, et si jamais elle comprenait quelque chose… S.I.F. n'aimait pas cette idée mais il n'y aurait aucun témoin dans cet zone à l'abandon, et beaucoup d'endroits où cacher un cadavre. Avant d'arriver là, cependant, Natasha voulait essayer le reste. Tout le reste. Et pour commencer, elle devait savoir à qui elle avait affaire.

        "T'es qui, toi ? Et qu'est-ce que tu faisais là ? T'as pas vu que c'était dangereux ?"