Metro, l'Apocalypse à vos portes : Forum RPGCHRONOSREP
Amélioration du contenu graphique

29.05.2017 | Découvrez les dernières améliorations graphiques du design !

Recrutement & Animation

10.06.2017 | Lazarus passe à la vitesse supérieure !

Recensement & Prépa V3

29.07.2017 | Préparez-vous à de gros changements...

Version 3.0 en ligne !

03.09.2017 | Récapitulatif des changements et feedbacks des joueurs

Du mouvement dans les rangs

03.09.2017 | Changements dans le staff

test
test

L'arrivée de Cerberus. [PV : Lars Rickster]

  • Kaal Belltower
    Personnage non joueur
    (0)4550146131151515157535Le fric c'est chicFranc-maçonTraumatisé du grand "boom"CourageuxModèleV.I.P.
    id17.06.17 17:03
    (0)Volonté : 45Messages : 50146$US : 131Xp : 15Force : 15Résilience : 15Agilité : 15Réflexes : 75Spiritualité : 35Astuce : Le fric c'est chicFranc-maçonTraumatisé du grand "boom"CourageuxModèleV.I.P.Badges :
    (0)4550146131151515157535Le fric c'est chicFranc-maçonTraumatisé du grand "boom"CourageuxModèleV.I.P.
    avatar
    (0)4550146131151515157535Le fric c'est chicFranc-maçonTraumatisé du grand "boom"CourageuxModèleV.I.P.
      ◄► Kerberos ◄►


      Lars Rickster, son passé, sa vie, tout semble être fait et prévu pour qu'un jour il puisse... Si je dois être son tremplin, alors soit. Tu es Lars, tu es maintenant le protecteur de mes employés et tu deviendras certainement plus. Soit le gardien des portes de ce que certains appellent une sorte d'enfer, le Cerbere de cet immeuble et de ses vies, Cerberus.

      "Monsieur, surnommer ainsi votre personnel est contre indiqué."
      "C'est vrai, mon bon Albert. Je ne m'en servirai que pour moi-même."

      Il est temps d'y aller, de rencontrer mon prochain défenseur, l'incident du 11 septembre et aussi quelques petits cas qui ont suivi m'ont invité à faire plus attention a certains détails. Pa exemple m'assurer que mon chef de la sécurité ne croule pas sous les dettes, les trahison c'est surfait et ce n'est pas bon pour l'image.

      "Allons à la Kaal-cave."
      "Bien."

      J'entre dans l'ascenseur, droit, dans un beau costume trois pièges rouge et noir portant le logo de mon entreprise. Mon cher Majordome appuie donc sur le bouton de l'étage de mon bureau et active la petite musique d'ambiance... Je suis vraiment un gamin quand je mis met, mais un grand gamin avec beaucoup d'argent et encre plus à bruler. Le cercle vicieux du plus j'en ai, plus j'en ai a écouler que j'investit qui ne font que grandir ce que j'ai à... Bref, ne cesse d'être incontrôlable. Le grand bureau qui est le mien est dans un grand silence, une lumière d'ambiance rouge y règne et les tons sont sombres. À l'entrer, deux gardes d'Advent porte des arme de gros calibre et les fameux uniforme de l'entreprise. Je passe à côté d'eux.  Je n'ai pas la moins idée de qui est qui, c'est le désavantage du casque, dur de reconnaitre un visage juste avec la forme du menton et la bouche. Même sans ça ils sont pleins et je ne les connais pas tous par coeur. Une fois passé je demande à mon second de toujours.

      "Jake ?"
      "Jake is a lie, monsieur."

      Un grand bureau, un grand projecteur holographique laissant planer une sorte d'interface rouge qui n'est pas du tout surjouer... Elle l'est juste trop. Ainsi il arrivera par dev nt, forcement il n'y a qu'une entrer. Il passe les gardes et, voilà ! L'effet sera parfait, bon ça ne changera pas que j'aurais l'impression qu'il pourrait m'arracher le coeur d'une seule main et ça tombe bien... Non je ne la ferais pas celle-ci. Bref, il va arriver. J'ai une caméra dans son bureau qui est vide. Il aura la totale liberté de l'aménager, le décorer et faire ce qu'il veut dedans... Bon après tout c'est un peu comme un second domicile et en plus je préfère avoir des employés bien dans leur environnement plutôt qu'ils soient dans des trucs préfabriqués. Pourtant il est sur le point d'arriver.

      "Un autre héros, malheureusement la gloire ne paye pas les factures n'est-ce pas ?"
      "Effectivement monsieur."

      La porte s'ouvre, les deux gardes font un garde à vous et laisse passer leur futur supérieur.

      "Bienvenue monsieur Richter. En principe c'est le moment où on fait plein de mondialité, parle pour ne rien dire puis jouons au petit jeu de l'entretien. Mais je n'en ai pas spécialement envie et vous non plus n'est-ce pas ? Donc voici la carte magnétique de votre bureau, vous l'aménagerez comme vous le souhaitez, le planing temporaire de la sécurité et un uniforme au cas où vous ayez envie de l'enfiler. On vous a prévenu qu'il valait mieux conserver un certain anonymat, il me semble ? C'est plus sûr pour pouvoir agir en dehors de la structure de l'entreprise. "

      Je me lève, lui serre la main s'il semble vouloir le faire puis mets la main sur le contrat qui est déjà rempli. Avant de me dire...

      "Un petit passage par les services de développement et l'armurerie pourrait être utile d'ailleurs, il vaudrais mieux que vous aimiez les gadgets technologiques vous allez travailler avec. "

      Je suis debout, je passe de l'autre côté du bureau et laisse Albert aller au secrétariat vérifier ce qu'il a à vérifier.

      "Le petit tour du propriétaire ? J'espère que vous avez des idées, parce que j'aimerai que vous vous sentiez impliqué... Une personne m'a fait penser à envisager une unité canine pour détecter les explosif et autre saleté, vous avez déjà travaillé avec des chiens de garde dans l'armée ? Je ne sais pas s'ils sont fiables, enfin eux j'ai peu de doute. Enfin ça sera a vous de trancher le sujet, c'est vous le directeur de la sécurité maintenant."

      Allons donc, je le traite déjà plus comme une connaissance qu'un employeur. Il n'aime pas les ordres et ça tombe bien, je n'aime pas en donner.


      ____
    • Invité
      Invité
      id19.06.17 22:18
      avatar
        Avant de sortir de chez lui, Lars prit le temps d'observer sa mise dans la glace avec attention. Aujourd'hui il devait faire bonne impression à son nouveau patron. Cela pouvait être une formalité comme quelque chose de compliqué, notre homme n'étant pas le plus à l'aise avec les relations sociales.

        Il avait renoncé à porter un costume de banal gorille de portique et avait opté pour quelque chose de plus urbain, moins officiel. Un pantalon noir avec une chemise bleu gris accompagnait une veste en cuir de moto. Ses cheveux étaient coiffés légèrement en arrière, mettant en avant une décoloration de ses cheveux venue avec l'âge. Il caressa légèrement le membre en bois de rose qui lui servait de substitut et renonça à le couvrir d'un gant, après tout, ce n'en serait que plus voyant.

        Un coup de clef dans la serrure il déplora devoir prendre les transports en commun, son handicap lui interdisant de conduire, alors qu'il savait pertinemment que même à un bras, il était capable de faire mieux que la pluparts des gens. Mais forcé de s'accomoder, il essayait de trouver un espace de sérénité mentale loin du bourdonnement incessant des conversations inutiles et de la sensation étouffante de la surpopulation de la rame à une heure de pointe. Cette routine allait être emmerdante.

        Enfin arrivé à la station, Lars se prit encore une fois à admirer le quartier d'Alpha, merveille de béton et de verre qui n'avait rien à envier à Manhattan par exemple. Sortant son téléphone de sa poche il se mit à pianotter l'adresse du siège de Advent Technologic et tomba bien vite dessus. Se laissant emporter par le flot ininterrompu de piétions, il arriva presque sans s'en rendre compte à destination.

        Enfin c'était l'heure, il chassa les dernières traces d'anxiétés avec calme, et poussa la porte de l'impressionant édifice. Il fut polimment accueilli et redirigé vers le bureau du grand directeur.

        Lorsqu'il entra, il eut l'imrpession d'être accueilli avec enthousiasme et familiarité malgré le ton plutôt officiel de son nouveau patron.. Amusé il tend la main gauche à Kaal, essayant de ne pas l'horiffier en serrant sa main morte d'office, ce qui donna une poignée de main particulière. Avec un sourire il répondit faisant mine de rien :

        [dleft="#ffffff"]
        "Enchanté Mr Belltower, c'est pour moi un grand plaisir de vous rencontrer enfin. "[/dleft]

        Laissant son employeur lui asséner le programme de la journée Lars apprécia son sens pratique, néanmoins, cela était confus,il le laissa finir poliment.

        [dleft="#ffffff"]"Je pense qu'il faut tout d'abord effectivement faire un tour du propriétaire. Les chiens pourraient être une bonne idée, mais je pense que ce n'est pas la solution la plus pratique, je vous suggère de laisser ça pour quelques instants, quand j'aurais estimé quelques détails."[/dleft]

        Il appréciait ce type, il était plutôt sympa, voir accueillant. Pas du tout le genre que Lars avait été habitué à fréquenter. Il se laissa naturellement pensé que le jeune homme avait du avoit une vie de privilégié, pleine de bien pensance et de bonheur, ce qui avait pu lui laisser le temps de dévellopper de l'empathie. Lars chassa ses pensées de son esprit se concentrant sur la suite de l'entretient.
      • Kaal Belltower
        Personnage non joueur
        (0)4550146131151515157535Le fric c'est chicFranc-maçonTraumatisé du grand "boom"CourageuxModèleV.I.P.
        id20.06.17 14:35
        (0)Volonté : 45Messages : 50146$US : 131Xp : 15Force : 15Résilience : 15Agilité : 15Réflexes : 75Spiritualité : 35Astuce : Le fric c'est chicFranc-maçonTraumatisé du grand "boom"CourageuxModèleV.I.P.Badges :
        (0)4550146131151515157535Le fric c'est chicFranc-maçonTraumatisé du grand "boom"CourageuxModèleV.I.P.
        avatar
        (0)4550146131151515157535Le fric c'est chicFranc-maçonTraumatisé du grand "boom"CourageuxModèleV.I.P.
          ◄► Tu es maintenant le roi de ta jungle Lars. ◄►

          Je pense, je vous suggère. Parfait ! Il a tout de suite compris un point ou même le fait naturellement. Mais je vais tout de même remettre une couche pour être sûr que cela soit tout à fait perçu et qu'il n'y aura pas de quiproquo a l'avenir.

          "Je vais être immédiatement clair sur un sujet, monsieur Rickster. VOUS êtes le chef de la sécurité. À partir du moment où une discussion et surtout une discussion doit être prise dans l'entreprise, si cela se rapporte de près ou de loin à la sécurité c'est votre travail et donc votre réflexion. De ce que j'ai cru comprendre, vous n'aimez pas recevoir des ordres et ça tombe bien je n'aime pas en donner. Si d'ici une heure vous vous dites qu'il faut renforcer la sécurité dans le parking sud par exemple, pas la peine de me contacter pour le faire. Vous contactez le service chiot va bien. Le budget, le transport pour le matériel, trouver des candidats que vous sélectionnerez ou non, c'est à vous de voir à quel point vous allez déléguer tout ça. Plus on réduit le temps entre un problème et sa solution, mieux c'est, je m'arrangerai toujours pour faire passer ça aux actionnaires et pour les banques, la c'est mon job."

          On entre dans l'ascenseur, j'espère qu'il n'est pas déjà a la limite au niveau du monologue, je n'ai pas fini et en plus il va prendre plus de paroles en une mâtiné de ma part que son prédécesseur en une année entière. Une fois la machine lancée, il comprendra bien vite qu'avec Advent tout est fait pour que son job et celui de ceux qui l'entour soit facilité et optimisé. C'est vraiment comme une famille, mais en plus organisé tout de même c'est comme si le petit frère savait d'avance quand c'est son tour de sortir ses poubelles et le faisait avec le sourire... Sauf que la famille est à la taille d'une fourmilière, voir plutôt une ruche vu que c'est en hauteur. L'ascenseur descend.

          "Votre comportement par rapport à vos employés, le rapport que vous entretiendrez avec eux, votre manière de faire et tout ça c'est aussi votre charge. Tant que des personnes de la partie sociale ou un avocat d'Advent ne vient pas vous critiquer, c'est que tout va bien. Je n'ai pas d'ordre ou d'instruction, je n'ai qu'une exigence : peu importe vos méthodes tant que ça fonctionne. Sachez juste que même si je fais peu de progrès, une fois par semaine j'assiste et m'entraine avec certains gardes pour garder la forme, la encore on adaptera selon les plannings que vous mettrez en place. Aussi, si pour une raison où une autre le moindre de mes déplacements, la moindre de mes réunions ou quoi que ce soit perturbe ou met en danger la bâtiment ou ses employés c'est votre devoir de m'en informer pour que je m'adapte."

          De manière totalement théâtrale, mais néanmoins pas réellement fait exprès, à moins qu'avec le temps mon cerveau ait appris par cœur le temps que met cet engin pour faire de mon bureau a la sécurité ? Possible ? Bref le son d'arrêt de notre moyen de locomotion vertical et la porte qui s'ouvre. Ah et bien sûr... Monologue, monologue ♪

          "En question de sécurité, c'est à moins de m'adapter et non l'inverse. De la même manière quand mon conseiller en image ou mon chef du pôle de recherche et développement me rappelle à l'ordre dans leurs domaines respectifs je les écoute tout autant."

          Je me retrouve devant le quartier général de la sécurité. Devant moi une porte blindée et si épaisse que je me demande même si un obus la percerait en un seul coup. Les murs son aussi au moins en béton armé et il y a des gardes, des caméras et tout le tralala. Mais surtout j'ai un immense doute... Il y a un capteur visuel et aussi biométrique. Jusque-là aucun souci, mais... J'ai l'habitude de mettre ma main droite, mais ça fonctionne aussi pour les gauchers ? Malgré le fait que le boitier soit à droite, j'ai un gros blanc et finalement teste de mettre ma main gauche ce qui me force a une position étrange et s'ils n'étaient pas habitués à mon comportement parfois fantasque ils se demanderaient ce que je fou encore. Réponse eu, ça fonctionne pour les deux mains !

          "Parfois, il ne faut pas chercher à comprendre... Enfin je vous expliquerai si vous voulez."

          Dis-je en me tournant vers mon chef de la sécurité. Avant de sortir d'une petit mallette un sac plastique... Oui les petits trucs transparents qu'ils distribuaient avant dans les supermarchés. Mais celui-ci est noir avec un logo Advent mais surtout il fait presque officielle pochette surprise sur le coup, allez énumérons au fur et à mesure que ça sort.

          "Le passe-partout, le double du passe-partout, une carte magnétique, un triple de votre contrat et surtout une carte diamant noire pour vos dépenses professionnelles."

          Ouais, la carte bancaire noire qui doit son nom au diamant noir en son centre... Quand on achète pour des millions en équipement de pointe cela ne se fait pas avec n'importe quoi ma dame ! Même si je désacralise énormément la chose et c'est tout à fait exprès. Je dois immédiatement lui montrer qu'au poste où il est il va palper pour des millions en équipement de pointe et qu'il vaut mieux qu'il n'ait pas peur de sacrifier du matériel. J'ai était très clair dans mes critères de sélection, l'humain passe avant le matos. S'il faut faire sauter dix véhicules pour sauver une petite fille alors il a intérêt à ce que même Michael Bay soit impressionné par le feu d'artifice.

          "Je ne passerai pas cette porte, au fond au centre c'est votre bureau dont on voit l'entrer au milieu du centre névralgique de la sécurité. Ce n'est pas que je ne peux pas, mais que je ne le ferai pas. À partir de cette ligne, c'est votre territoire, vous serez chez vous et j'estime n’avoir rien a redire sur ce qui s’y passe et encore moins à venir vérifier tant que ça reste dans le domaine du légal."

          Pas de bizutage, de viol et tout le tralala, la salle d'entrainement que j'utilise est au sous-sol donc je ne contourne pas cette règle na ! Le reste tout va bien tant qu'on suit la loi sacrée du pour vivre heureux vivons cacher et la seconde qui est : pas de témoins, pas de crime. Ne faites pas vos vierges effarouchées ! Vous croyez vraiment que j'ai le temps de suivre au train des milliers d'employer dans un bâtiment ? Et je ne vous parle pas des succursales en internationale ! C'est sa jungle, son territoire, il y sera le lion, le fauve ou le ce qu'il veut tant qu'il fait son job. C'est une largesse d'esprit a la limite de la mièvrerie et je l'assume, je ne vais pas dire a d'anciens militaires ou membres des forces spéciales comment faire leurs tafs. D'ailleurs, certains sont bien là pour ça, cette manière de leur lâcher la bride tout en pouvant continuer d'être dans leur cœur des pseudo-héros. Si l'un deux nettoie les rues ou protège son quartier avec du matos d'ici, alors qu'il le fasse tant qu'il fait ses heures en même temps je n'aurais rien à redire. D'ailleurs, je sais que certaines le font et je me suis même assuré que la police ferme les yeux sur certaines de leurs activités de justicier autoproclamé tant que le nom d'Advent n'est pas officiellement cité. D'ailleurs, on va en venir au dernier point avant de repartir.

          "Il y a une chose toute particulière à comprendre au sujet d'Advent. La sécurité passe aussi par l'anonymat. Nous sommes le parfait paratonnerre médiatique de beaucoup, quand ça va mal, il y a une grande chance que ça nous retombe dessus. Donc, si a un moment je vous appelle au téléphone ou même l'un en face de l'autre Cerberus, ce n'est pas seulement une lubie personnelle... Bon un peu quand même. Mais ! C'est aussi parce que je souhaite minimiser l'utilisation de vrai nom. J'ai déjà eu un employé qui s’est fait matraquer à mort et sa fille est encore à l'hôpital suite à un incident dans un parc d'attractions parce qu'il a été reconnu par un manifestant... Pour information oui il y en a en moyenne une a deux plus ou moins pacifistes a l'entrer, bonne chance avec ça. Donc ! Peu importe si vous décidez de changer les uniformes ou autre, il y a une chose qui ne devra pas changer ou plutôt deux, c'est les deux seules choses sur lesquelles je ne reviendrai pas sous aucun prétexte : Pas de nom dessus, au mieux un nom de code ou un matricule et une portion suffisante du visage toujours couverte. On a déjà suffisamment de problèmes pour ne pas tendre le bâton."

          La porte se referme, je n'ai ne pas passer ne serait-ce qu'un ongle vers l'intérieur du complexe de sécurité, je m'installe sur un banc et observe le monsieur qui je reçois. Il peut rester debout, partir, ou ce qu'il veut c'est maintenant son problème. Par contre, s'il veut avoir l'occasion d'en placer une autant en profiter tout de suite. Je lui laisse la surprise de constater que son bureau est tellement blanc qu'il va avoir besoin d'une paire de lunettes solaire qui d'ailleurs l'attende à l'entrer de celui-ci. Ainsi qu'une pile incessante de magasine de décorations diverses pour voir ce qu'il voudra en faire et croyez-moi, remplir une pièce de quatre-vingts mètres carrés de vide absolu c'est un travail en soit. En fait, il pourrait même y mettre un petit appartement en plus de sa salle de contrôle dedans et si c'est son choix ce n'est certainement pas moi qui l'en empêcherai. Il y a bien un casernement complet avec tout ce qu'il faut pour vivre dedans deux étages plus bas... Oui il y a des agents de la sécurité qui vivent littéralement a vie dans l'immeuble, s'il n'y avait pas les psychologues pour les forcer a aller dans des espaces verts et se détendre ne ville se serait de vrais petits robots.


          ____