Metro, l'Apocalypse à vos portes : Forum RPGCHRONOSREP
Amélioration du contenu graphique

29.05.2017 | Découvrez les dernières améliorations graphiques du design !

Recrutement & Animation

10.06.2017 | Lazarus passe à la vitesse supérieure !

Recensement & Prépa V3

29.07.2017 | Préparez-vous à de gros changements...

Version 3.0 en ligne !

03.09.2017 | Récapitulatif des changements et feedbacks des joueurs

Du mouvement dans les rangs

03.09.2017 | Changements dans le staff

Boutique & Races 3.0

16.10.2017 | Elles sont enfin là :)

test
test

Besoin de tes services... Mais pas ceux là...

  • Cain Powell
    CIVIL - Dominateur
    (6)2267606102110057
    id17.06.17 23:01
    (6)Volonté : 226Messages : 7606$US : 102Xp : 1Force : 1Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 5Spiritualité : 7Astuce : Badges :
    (6)2267606102110057
    avatar
    (6)2267606102110057
      CIVIL - Dominateur

      Do you know what I want ?

      Cela faisait quelques jours que ses enquêtes personnelles avaient repris. Toujours à la recherche d'un membre un peu plus haut placé dans la hiérarchie d'un des gangs. Dans l'esprit de pouvoir obtenir une entrevue avec le boss. Il visait tout d'abord Kerberos, qui avaient les activités les plus proches de ses connaissances personnelles. Mais depuis qu'Hannibal avait assassiné ses deux pistes les plus fraîches il était dans une impasse.

      Il avait ainsi décidé de changer de cible. Et après plusieurs larbins notoires, il avait obtenu un nom et une adresse avec quoi il allait pouvoir commencer à attaquer les choses sérieuses. Il n'était pas très familier avec le quartier de Beta, donc demanda à l'un des valets de son immeuble de l'y conduire.

      Arrivé devant Aphrodia, il envoya le fameux valet aller chercher la femme qu'il voulait voir. Cassidy Snyder, elle travaillait ici. Son valet revint dans la voiture, prévenant Cain qu'il avait laissé la consigne de la faire venir, qu'ils attendraient là. Très bien... De toute évidence, le jeune homme n'était jamais allé dans une maison close et ne connaissait pas la manière dont ces établissements fonctionnent. Tant pis, si elle n'était pas là sous peu, Cain irait lui-même la chercher.

      Finalement, au moment où la jeune femme se présenta devant l'établissement, la portière arrière de la voiture s'ouvrit et la voix du mafieux de Boston se fit alors entendre depuis l'intérieur.

      Cassidy Snyder... Montez s'il vous plait.
    • Cassidy Snyder
      Crows - Malfaisant
      (0)38170443104535153035none
      id18.06.17 12:58
      (0)Volonté : 38Messages : 1704$US : 43Xp : 10Force : 45Résilience : 35Agilité : 15Réflexes : 30Spiritualité : 35Astuce : noneBadges :
      (0)38170443104535153035none
      avatar
      (0)38170443104535153035none
        Crows - Malfaisant
        Scarlett trônait dans le salon de l’entrée avec quelques unes de ses protégées. Elle sirotait un verre de whisky, sec, bien mérité, au milieu d’un va-et-vient de clients habitués. Elle prenait une pause et se laissait aller à quelques introspections. Le mois de novembre toucherait bientôt à sa fin, et la question de recensement trottait encore dans sa tête. Jared n’avait pas encore fait entendre son avis sur la question et elle préférait attendre ses directives. Enfin, c’était pas vraiment une question de préférences pour être honnête, simplement une forme un peu craintive de loyauté.

        Alors qu’elle y songeait, une toute jeune femme à la chevelure flamboyante s’assit à côté d’elle, le regard morne et quelque peu abattu. Même si Cassidy était plus du genre égoïste et froide au naturel en dehors du travail, les filles, de par leur condition même, échappaient à cet aspect de sa personnalité. Sûrement le fait de patauger dans la même sombre merde. La fille en question c’était Johanne -surnommée Rubis-, une gamine paumée parmi tant d’autres, qui avait décidé deux semaines auparavant qu’il était temps de s’en sortir. Mais elle ne s’imaginait peut-être pas le clappier dans lequel elle avait mis les pieds et dont elle ne sortirait plus de son plein gré. La solidarité de son foyer d’accueil, étrangement, n’était plus à prouver, et Cassidy lui sourit en dégageant avec douceur son visage porcelaine d’une mèche rousse un peu rebelle.

        [dleft="#cd4040"]Qu’est-ce qui te tracasse jolie poupée ?[/dleft]
        [dright="#ca7f56"]C’est juste trop dur ce soir. Les clients sont crades et, tu sais…[/dright]
        [dleft="#cd4040"][...] Ouais. Je sais. Aller, redresse le menton, et sers toi un verre, ça t’aidera. Oublis pas que le pouvoir est littéralement entre tes mains...[/dleft]

        Alors qu’elles échangeaient un regard affectueux et entendu, un homme pour le moins singulier se présenta à l’hôte d’accueil baraqué qui gardait la maison et assurait la sécurité des hôtesses. Il formula une demande visiblement précise et échangea quelques mots avec l’employé, avant de tourner les talons et de repartir comme il était venu. Franck, grand barbu trapu, vint délivrer le message à la belle.

        [dright="#6d6385"]Eh Scarlett, ce mec demandait après toi. Il attend dehors.[/dright]
        [dleft="#cd4040"]D’accord Franck, mais depuis quand je m’occupe des clients directement sur le trottoir au juste ?[/dleft]
        [dright="#6d6385"]Écoute, il a pas demandé après Scarlett.[/dright]

        Il poursuivit d’une voix plus basse.

        [dright="#6d6385"]Il veut voir Cassidy Snyder. Je t’accompagne ou je le fais déguerpir ?[/dright]

        Ce détails piqua sa curiosité mais provoqua aussi sa méfiance. Elle prenait grand soin de garder son identité dissimulée ici et à ne se faire connaître que comme “Scarlett” dans le milieu, tout comme les autres filles en somme. Rare étaient ceux à l’appeler et encore moins à connaître son prénom ─ en dehors de quelques corbeaux. Il fallait s’épargner autant de problèmes que possible ici.

        [dleft="#cd4040"]Mmmh… Laisse, je m’en occupe.[/dleft]

        Elle dévoila la crosse de son Colt dans le manteau qu’elle attrapa et enfila. Mieux encore, elle savait viser juste ce qu’il fallait pour éloigner les emmerdes. Elle estima que c’était suffisant comme précaution. Laissant la rouquine finir son verre, elle prit la direction de la porte et sortit dans l’air frais de la soirée naissante. Une voiture attendait là, et à son arrivée la portière s’ouvrit pour laisser entendre une voix masculine pour le moins autoritaire :

        [dright="#a73c5e"]Cassidy Snyder... Montez s'il vous plaît.[/dright]

        Frissonnant du haut de ses talons, elle se contenta de répondre avec malice et charmes, estimant que c’était le meilleur angle d’attaque pour savoir ce qui se tramait derrière cette visite impromptue. Elle se pencha un peu pour apercevoir l’intérieur du véhicule et surtout son mystérieux interlocuteur. Elle dévoila par la même occasion, et sans trop de subtilité, ses atouts féminins qui formulaient à eux-seuls une invitation au voyage.

        [dleft="#cd4040"]Ah chéri, va me falloir une grosse avance dans ce cas-là. Tu veux pas plutôt faire ça au chaud, à l'intérieur ?[/dleft]



        Fiche de présentation Fiche technique
        Compte principal - Eveleen
      • Cain Powell
        CIVIL - Dominateur
        (6)2267606102110057
        id22.06.17 3:12
        (6)Volonté : 226Messages : 7606$US : 102Xp : 1Force : 1Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 5Spiritualité : 7Astuce : Badges :
        (6)2267606102110057
        avatar
        (6)2267606102110057
          CIVIL - Dominateur

          Do you know what I want ?

          Il aurait du se douter qu'elle allait tenter d'utiliser ses charmes dès le début. Le moins que l'on puisse dire était que la dénommée Cassidy avait été gâtée par la nature. Mais ce n'était pas l'objet de la visite du mafieux et il fallait garder les idées claires pour avancer.

          L'argent serait le dernier de mes problèmes pour cela, croyez-moi. Toute aussi charmante serait votre compagnie et vos services, je n'en doute pas, ce n'est, hélas, pas l'objet de ma visite de ce soir.

          Il tend le bras pour l'inviter à monter dans le véhicule avant de reprendre.

          Je pense que vu le sujet de la conversation que j'aimerai avoir avec vous, nous gagnerions tous les deux à l'avoir en privé plutôt qu'au milieu de la rue. Je pense que vous ne souhaitez pas que des oreilles baladeuses aient vent de votre autre activité.

          Le temps de Cain était précieux, et si, de prime abord, passer la soirée en compagnie de cette Cassidy aurait été avec plaisir, plusieurs choses faisaient que cette option n'était pas au menu ce soir. A commencer par son agenda personnel et le besoin de se retrouver face à face avec le leader des Crows. Mais aussi simplement Hannibal... Bien qu'il avait du mal avec le concept de relation et que la leur n'en était pas forcément une officiellement pour l'instant, c'était le genre de détail dont il pouvait se passer pour le bien de la jeune femme (et le sien, par extension).

          Il se voulait courtois envers la femme de la nuit, sans se montrer particulièrement intimidant pour le moment. Il prenait toujours ces entrevues doucement, un pas après l'autre, faisant monter la pression graduellement en fonction de la réponse qu'il recevait à ses demandes. Pour le moment, il n'avait eut à utiliser son pouvoir sur personne à LibertyTown pour son plan de gangs.
          Seuls des propriétaires immobiliers ont été victimes de ses talents.

          Il se disait que la fameuse Cassidy avait une place décente dans la hiérarchie du gang des Crows. Elle serait peut-être la première victime de la mutation de M. Powell. Bien que, de toute évidence,
          il préférerait ne pas avoir à en arriver là.
        • Cassidy Snyder
          Crows - Malfaisant
          (0)38170443104535153035none
          id22.06.17 22:31
          (0)Volonté : 38Messages : 1704$US : 43Xp : 10Force : 45Résilience : 35Agilité : 15Réflexes : 30Spiritualité : 35Astuce : noneBadges :
          (0)38170443104535153035none
          avatar
          (0)38170443104535153035none
            Crows - Malfaisant
            Comme son instinct le lui faisait sentir, l’étrange quidam n’était pas là pour ce genre de business, et il le lui confirmait à l’instant. Cassie leva un sourcil circonspect dans une attitude interdite. Il émanait de son interlocuteur une assurance presque mystique, et elle notait toute la délicatesse avec laquelle les mots étaient choisis. Ce détail, paradoxalement, titillait autant sa curiosité qu’il mettait à mal son calme. Alors que l’intéressé tendait une main dans sa direction en guise d’invitation répétée, Cassie eut un mouvement de recul de la tête tout en lui adressant un regard suffisant. Elle ne montrerait pas que la tournure de la situation pouvait éventuellement la décontenancer. Elle se redressa de l’encadrement de la voiture, une main toujours posée sur la portière. Brièvement, elle jeta un oeil en direction de l’entrée de l’établissement de joie. Elle ne savait pas bien si elle souhaitait ou non y trouver une tête connue, toujours est-il qu’elle ne croisa le regard d’aucun de ses frères d’arme.

            Ce temps mort, qui ne dura pas plus de dix petites secondes, lui permit de faire un point rapide de la situation. Le fait que cet illustre inconnu soit en possession de son identité et vienne, impunément et aux yeux de tous, pousser la porte de l’Aphrodia pour s’entretenir avec elle d’un sujet quelconque démontrait deux choses : il semblait déterminé, et il possédait les moyens de mettre en oeuvre toute cette détermination. Alors, même si elle craignait quelque peu de monter seule à bord du véhicule sans que personne n’ai vent de ce déplacement, elle craignait aussi pour ses intérêts mais surtout pour ceux de son gang. Logique si son existence leur est dédiée... Peser le pour et le contre fut donc chose relativement aisée : elle se devait - ou voulait - savoir de quoi il retournait.

            - Très bien, si tu m’prends par les sentiments aussi… Allons-y.

            Sa désinvolture naturelle ne l’avait pas quittée, et sur ces mots elle prit place à l’arrière, aux côtés de son hôte pour le moins singulier. La portière claqua et elle eut une pensée pour son colt, dont elle sentait la crosse rigide contre ses côtes. Elle poursuivit, sans tenir compte du vouvoiement auquel elle avait droit depuis le début de leur rencontre :

            - Alors, que puis-je faire pour toi ? Et à qui ai-je l’honneur au juste ?

            Incisive, elle souriait, et elle avait plongé ses yeux dans ceux de l'inconnu, comme pour y chercher un indice ou y lire une réponse à sa question. Pour l’heure, si les formes étaient là, nul doute qu’aider cet importun n’était absolument pas à l’ordre du jour.



            Fiche de présentation Fiche technique
            Compte principal - Eveleen
          • Cain Powell
            CIVIL - Dominateur
            (6)2267606102110057
            id11.07.17 0:02
            (6)Volonté : 226Messages : 7606$US : 102Xp : 1Force : 1Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 5Spiritualité : 7Astuce : Badges :
            (6)2267606102110057
            avatar
            (6)2267606102110057
              CIVIL - Dominateur

              What I really really want ?

              Ses questions étaient légitimes. Vu les actions entrepris par Cain récemment, il y avait des chances que cette femme travaille pour lui à l'avenir, et par conséquent, il n'avait pas grand chose à lui cacher de prime abord. C'est ainsi qu'il décida qu'une approche cartes sur table était préférable pour le moment. Si jamais elle se montrait réticente, il pourrait toujours réviser son approche.

              Je me nomme Cain Powell, mais je doute que ce nom vous parle. Pour le moment en tout cas. La raison de cet entretien est plutôt simple et je vais me permettre d'aller droit au but avec vous.

              Il était rare qu'il aille à l'essentiel avec les sous-fifres de ses cibles, voir même leurs seconds. Mais suite au fiasco de sa tentative d'approcher les boss de Kerberos, il tentait une méthode différente dans le cas des Crows. Il était facilement compréhensible pour Cassidy que Cain s'apprêtait à prendre la parole, comme pour terminer de répondre à ses questions, mais il semblait préoccupé à regarder par la fenêtre du véhicule, comme pour attendre quelque chose. Qu'ils arrivent à un endroit précis ou bien qu'ils sortent d'une zone donnée. Difficile à dire... Toujours est-il qu'il resta silencieux quelques minutes sans vraiment regarder la jeune femme.

              Je vais aller droit au but. Disons que je cherche à faire une... OPA hostile, si je puis me permettre du terme. Les Crows ne sont pas les seuls concernés. A terme, Kerberos, Crows, Delta, tous seront entre mes mains.

              Il marque une courte pause puis se sent comme obligé d'explicité ses propos d'avantage.

              Cette ville... Il n'y a pas d'ordre. Tant de potentiel gâché par des rixes sans intérêt.
              Dans une ère où n'importe qui peut avoir le pouvoir d'accomplir des actes mythiques, les ténèbres de Liberty Town ne peuvent se permettre de se faire la guerre. Je ne pense pas que les leaders actuels de ces trois factions en soient capables. C'est pourquoi je vais prendre les choses en mains.


              Il a le ton dur, assuré. Cain ne bluff pas, il émane de lui un charisme et une assurance telle que juste en l'écoutant on pourrait presque signer à sa proposition, mais Cassidy n'est certainement pas de ceux qui se laissent bercer par des mots doux si facilement.

              C'est pourquoi j'ai besoin de votre aide. Je cherche à avoir un entretien avec votre boss pour lui proposer mon projet.

              De nouveau il s'arrête. Toute éventuelle sympathie a désormais disparu de son visage, laissant paraître le Cain terrifiant que les autres membres de Crows ont pu faire face avant qu'il n'atteigne la jeune femme.

              Maintenant on peut faire ça de plusieurs manières... Toutes plus ou moins difficiles pour vous. Les cartes sont entre vos mains, Cassidy Snyder.
            • Cassidy Snyder
              Crows - Malfaisant
              (0)38170443104535153035none
              id12.07.17 19:30
              (0)Volonté : 38Messages : 1704$US : 43Xp : 10Force : 45Résilience : 35Agilité : 15Réflexes : 30Spiritualité : 35Astuce : noneBadges :
              (0)38170443104535153035none
              avatar
              (0)38170443104535153035none
                Crows - Malfaisant
                “Monsieur Powell”... Non, ce nom ne lui évoquait effectivement pas grand chose. Alors qu’elle prenait son mal en patience, elle scrutait les rues sales qui défilaient à travers la vitre sombre du véhicule luxueux. Elle tentait de mémoriser le chemin qu’ils empruntaient tout en se repérant mentalement dans son quartier natal. Elle nota la longue pause de son interlocuteur mais ne l’interrompit pas. Elle savait qu’une réponse viendrait. Elle vient toujours.

                Si entre temps elle s’était imaginé plusieurs possibilités, s’était construit des hypothèses un peu abracabrantes, rien ne l’avait  préparée à tant… d'ambition ? Une ambition et une condescendance frôlant le mauvais goût. Elle avait beau aimer le pouvoir et, plus encore, aimer se tenir proche des hommes le détenant, quelque chose lui déplaisait à cet instant précis. Peut-être était-ce dû à la loyauté qui avait, malgré elle, pris place dans ses valeurs ? Peut-être. Peut-être aussi qu'elle n'aimait pas se sentir menacée.

                Rien que ça sans déconner ?… Tu manques pas d'air putain. - pensa la belle, à part d’elle.

                Elle le laissa calmement terminer de s’expliquer. A mesure que les mots sortaient de sa bouche, Cassie prenait conscience du mégalomane qui se tenait face à elle. Un sacré mégalo même. Bon, tout le déroulé de cette rencontre allait déjà en ce sens, c'est vrai qu'elle avait pu le voir un peu venir. Sa requête paraissait simple, en apparence. Seulement, qu’entendait-il vraiment par “les leaders en sont-ils capable” et “prendre les choses en main” ? Elle était bien placé pour avoir conscience de toutes les nuances qui peuvent se jouer derrière de simples mots. Et puis, cette loyauté qu’on évoquait plus haut, insidieuse, la titillait et lui murmurait de ne pas exposer frontalement le roi corbeau. Elle jouerait la carte du mensonge.

                - Mon aide ? Ecoute, au cas où ça t’aurait échappé, les putes ne valent pas mieux que les cadavres ici. A part “prendre les choses en main” à ma manière, je peux pas t’aider beaucoup plus mon mignon.

                La menace qu’il avait proféré ne lui avait pas échappé, cependant l’insolence semblait être sa meilleure amie du moment.

                - Soit dit entre nous, même si je le pouvais, je ne vois pas trop ce qui me forcerait à aider un illustre inconnu à s’immiscer dans les plans de ma famille.

                Si le mensonge et la désinvolture ne suffisaient pas, elle opterait pour un digne sacrifice. Enfin probablement. Elle ajouta d'ailleurs  d'un air qui se voulait détaché :

                - Ce que tu pourrais vouloir me faire, la vie me l’aura déjà infligée plus durement. Et concrètement, c’est pas ce qui me donnera les moyens de répondre à ta requête.

                Malgré son aplomb, son regard dubitatif et son menton fièrement tendu vers lui, son rythme cardiaque commençait à s’accélérer quelque peu. Elle entendait ne pas se démonter, pourtant, l’instinct de survie et son “pif légendaire” pour détecter les situations de merde, commençaient à légèrement s'agiter. Bien qu'elle eut apprécié "prendre congé" sur l'instant, elle ne douta pas que sa requête serait rapidement classée sans suite. Et comme sauter d'un véhicule en marche était peut-être un peu excessif encore, elle se contenta de soutenir courageusement le regard de l'homme.



                Fiche de présentation Fiche technique
                Compte principal - Eveleen
              • Cain Powell
                CIVIL - Dominateur
                (6)2267606102110057
                id03.09.17 5:32
                (6)Volonté : 226Messages : 7606$US : 102Xp : 1Force : 1Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 5Spiritualité : 7Astuce : Badges :
                (6)2267606102110057
                avatar
                (6)2267606102110057
                  CIVIL - Dominateur

                  I will tell you what I want

                  Comme les autres avant elle, elle nie. Comme les autres avant elle, elle se dédouane de tout, elle essaye de se débiner. Elle lui déballait le grand classique. "Je ne sais rien, et même si je savais quelque chose, je dirai rien." Si Cain jouait au Bingo, il serait clairement en train de crier victoire à présent.

                  Il aurait pu perdre son sang froid. Il aurait pu la menacer de diverses manières que ce soit, hausser le ton, lui faire ses gros yeux, mais rien ne change. Son faciès ne dévie pas de ce qu'il montrait jusqu'alors et sa voix ne change pas de ton non plus. Il fait simplement un léger geste à l'attention du chauffeur qui change aussitôt de direction.

                  En effet, vous n'êtes tenue de rien. Vous pouvez ne rien me dire, juste essayer de partir et simplement oublier cette conversation. Mais je sais me montrer persuasif quand nécessaire. J'ai bien remonté les échelons de votre gangs jusqu'à vous après tout.

                  Il réfléchit quelques instants. D'après les divers pions l'ayant amené jusqu'à elle, Cassidy n'est pas une sous-fifre comme les autres. Cogner dessus n'arrangerait surement rien, même si la pensée lui était venu plusieurs fois depuis son entrée dans la voiture. Une fois à la tête des Crows, elle pourrait lui être utile.

                  Elle lui dit alors qu'elle a déjà tout vu, tout vécu. Cain ne peut s'empêcher de glousser un instant, chose plutôt rare chez lui en fin de compte. Qu'elle lui dise ça au moment où il réfléchissait à toutes les solutions pour la faire parler était plus amusant en quelques sortes. Ses paroles étaient-elles fondées ou bien était-elle simplement naïve ? Avec un peu de chance, pour elle, ils ne le sauront jamais.

                  Eh bien, faisons plus simple. Je ne suis pas difficile. Donnez moi le nom de votre supérieur et où le trouver. Je finirai bien par arriver à la tête pensante de votre organiser tôt ou tard.

                  La voiture s'arrête. Cassidy pourra surement reconnaître les environs. Elle est devant chez elle.

                  Vous êtes libre de me répondre ou de quitter cette voiture Miss Snyder. Notez toutefois que chaque choix entraîne des conséquences. Parfois cela peut même être désastreux en cas d'un très mauvais choix. Certaines personnes meurent à cause de mauvais choix. Que ce soit le leur, ou bien celui d'une autre personne.

                • Cassidy Snyder
                  Crows - Malfaisant
                  (0)38170443104535153035none
                  id04.09.17 22:20
                  (0)Volonté : 38Messages : 1704$US : 43Xp : 10Force : 45Résilience : 35Agilité : 15Réflexes : 30Spiritualité : 35Astuce : noneBadges :
                  (0)38170443104535153035none
                  avatar
                  (0)38170443104535153035none
                    Crows - Malfaisant

                    Le frisson de l'instinct de survie lui effleure l'échine. Elle ne se décontenance pas, non. Elle n'est pas facile à décontenancer. Mais insidieusement, son pouls s'accélère, ses poings se serrent et sa mâchoire se contracte durement. L'étranger sait sur quels leviers faire pression, au moment le plus opportun. Si elle se veut solide, force est de constater que sa confiance en elle et sa grande gueule se sont un peu émoussés.

                    - Persuasif ? Ah ouais ? Pas assez visiblement si vous êtes pas capable de remonter plus haut qu'une simple pute de bas étage.

                    Elle l'écouta glousser grossièrement, alors qu'une colère mêlée de doutes montait en elle. Il ne lui avait pas fallu longtemps pour conclure qu'elle n'aimait pas l'air suffisant de ce gars-là, mais un peu plus pour intégrer qu'elle s'était peut-être engagée dans un vrai plan de merde. Pensait-elle, à ce moment-là, à sauver sa peau, lâcher le nom qu'il cherchait, pour s'en retourner à sa "petite vie tranquille" ? La vraie question résidait ailleurs. Craignait-elle le roi corbeau plus que ce petit bourgeois arrogant ? Tant qu'elle répondrait par l'affirmative, sa loyauté ne serait pas à prouver, ni à débattre. Elle déglutit avec un peu de mal, son aguichant sourire ayant laissé place à un regard meurtrier. Au même moment, le contact dur et presque douloureux de son colt serré contre ses côtes se rappela à elle.

                    Elle l'écouta réitérer sa question. Elle pensa à l'envoyer chier avec une flopée d'insultes brodées maison, au même moment où le paysage derrière la vitre lui semblait étrangement familier. Mais quel fils de pute. Si la vie, et plus précisément, la vie à Beta a quelque chose à vous apprendre et une chose que Cassie aura bien retenue, ce serait "Menace au lieu d'être menacé". Cela fonctionne avec beaucoup d'autres verbes : Voler, tabasser, baiser, tuer.

                    - Sans déconner ? Je vais te montrer moi ce que c'est un "choix aux conséquences désastreuses" connard.

                    Elle a dégainé le joli jouet qu'elle gardait sous son manteau depuis sa sortie de la maison close. Lui faire comprendre que ses menaces étaient réelles, fondées, n'avait pas bien participé à la rendre coopérante. L'appât du gain aurait peut-être même mieux fonctionner que ça... Quoiqu'il en soit, éliminer cet espèce d'ordure tout de suite semblait être une solution satisfaisante tout d'un coup. À défaut de vraiment passer à l'action, lui faire comprendre qu'elle avait de quoi se défendre et qu'elle était en mesure de le faire semblait également un bon parti... Elle tient l'arme chargée d'une main sûre, et connaisseuse. Pas de cran de sûreté, le doigt sur la gâchette.

                    J'apprécie pas tes menaces. Je vois pas ce qui me retient de t'exploser la cervelle là maintenant pour avoir la paix. Ça rendrait service à tout le monde je crois.

                    Il faut reconnaître que le coup de théâtre de son interlocuteur, s'arrêter devant chez elle, avait eu le don de mettre à mal le "calme" relatif de la belle de nuit. La peur ne faisait pas réellement partie de son vocabulaire, mais quand il était question de vivre, de survivre, et de se protéger, elle ne rechignait pas à grand chose. Si la situation ne lui permettait pas d'afficher à son tour un air suffisant et sûr d'elle, sa prise s'était raffermie. Elle se tenait à son arme comme à une bouée de sauvetage et elle espérait que ça suffirait à faire passer ses "sentiments" à monsieur Powell. Et dans tous les cas de figure, son doigt était prêt à presser la détente.



                    Fiche de présentation Fiche technique
                    Compte principal - Eveleen
                  • Cain Powell
                    CIVIL - Dominateur
                    (6)2267606102110057
                    id07.09.17 6:07
                    (6)Volonté : 226Messages : 7606$US : 102Xp : 1Force : 1Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 5Spiritualité : 7Astuce : Badges :
                    (6)2267606102110057
                    avatar
                    (6)2267606102110057
                      CIVIL - Dominateur

                      What I really really want

                      Encore une fois, la scène se répète. Cain avait beau essayé des approches différentes, au final, seule la manière forte fait parler les gens de ce milieu. Elle ne se moque pas de lui cependant. Certains ont tenté, ils ne sont plus là pour raconter la suite de la conversation.

                      Je suis quelqu'un de patient, Miss Snyder. Je jugeais important de me présenter à mes futurs collaborateurs plutôt que de me contenter de prendre l'ascenseur directement vers votre boss.

                      Il reste fidèle à ce qu'il tentait de faire depuis le début d'un côté. Voir si jamais il n'y avait pas moyen de moyenner en quelques sortes. C'est alors qu'elle sort une arme et la pointe en sa direction. Il ne frémit pas. Non pas qu'il pensait qu'elle bluffait, mais simplement que les armes ont souvent été pointées en sa direction pour que cela ne le perturbe pas outre mesure, étant à même de garder un air stoïque.

                      Elle a le doigt sur la gâchette et menace Cain. Prête à tirer, à lui exploser la cervelle contre la vitre arrière de sa voiture. Il ne l'entendait pas de cette oreille. L'évolution des choses faisait qu'il était trop tard pour passer du Plan A au simple Plan B. Il fallait faire usage du Joker immédiatement.

                      Stop. Tu ne me feras rien, femme. Mais en effet je pense qu'une démonstration de mauvais choix et de ses conséquences s'impose.

                      Cette voix résonne dans sa tête, ces mots sonnent comme un ordre immuable. Il devient impossible à Cassidy d'aller à l'encontre de ce simple "Stop" qu'il a prononcé de manière presque nonchalante, bien qu'il montrait à présent une mine terrifiante capable de terroriser bien du monde sans le moindre doute.

                      Tu vas monter dans ton immeuble, entrer dans chaque appartement, et tu tueras toutes les personnes que tu croiseras. Si tu n'as pas assez de balles, improvise.

                      L'aspect le plus pervers du pouvoir de Cain était sans aucun doute le fait que vous êtes parfaitement conscient de vos actes. Vous n'en êtes simplement pas les maîtres. La commande qu'il venait de lui donner, bien que d'une extrême violence, était simple. Il n'était pas quelqu'un qui fait dans la demi-mesure. Se dresser face à lui était une erreur fatale, pire encore venant d'une femme.

                      Quand tu auras terminé, si tu termines, tu reviendras et on reprendra notre discussion.

                      Il tend le bras et ouvre la portière, faisant signe à la belle de sortir de la voiture et de commencer sa nouvelle mission. Il attendrait.

                    • Cassidy Snyder
                      Crows - Malfaisant
                      (0)38170443104535153035none
                      id07.09.17 16:37
                      (0)Volonté : 38Messages : 1704$US : 43Xp : 10Force : 45Résilience : 35Agilité : 15Réflexes : 30Spiritualité : 35Astuce : noneBadges :
                      (0)38170443104535153035none
                      avatar
                      (0)38170443104535153035none
                        Crows - Malfaisant


                        "Stop". Sans qu'elle comprenne comment, elle se noya dans un renoncement absolu bien que toujours fermement accrochée à sa bouée. Ce qui devait être son salut semblait devenir l'objet de sa torture et d'une injustice immense. Ce n'était pas le sol qui se dérobait à elle, mais son propre corps : sa volonté. Comme si la voix de l'homme l'avait avalée toute crue, lui ponctionnant son libre-arbitre au passage. Si les émotions déferlaient en elle, elle n'y puisait aucune force, seulement une rage immense qui semblait se perdre dans un trou noir d'abdication. Ce simple mot, et ceux qui suivirent, ordre bref mais acéré, avaient entaillé son esprit et ne laissait planer aucun doute face à la suite des évènements : elle allait entrer comme il lui demandait, et il ne resterait personne. Elle regretta d'avoir emmené son arme ce jour-là.

                        Elle cherchait, non sans un puissant désespoir, la force de résister. La volonté ne manquait pas : elle ne lui appartenait juste plus et était dirigée ailleurs. Les pensées défilaient à vive allure alors qu'elle n'était plus qu'une spectatrice embarquée à bord de son propre corps. Si elle avait gardé espoir, encore assise à l'arrière du véhicule, constater qu'elle se levait pour prendre la direction de son immeuble la fit vaciller ─ intérieurement tout du moins. Elle se demanda si ses émotions transparaissaient malgré tout sur son visage mais si tel était le cas, il devait se régaler d'y lire une sincère détresse et le vivier d'une haine grandissante et affamée.

                        Les insultes fusaient mais seul son esprit les matérialisaient. Si elle ne pouvait même pas émettre un son, que pouvait-elle contre lui finalement ? Elle se démenait comme un diable, mais cela lui faisait l'effet d'une cage trop petite, trop sombre et remisée à l'écart de tout. C'était sans effet, même si elle s'épuisait. Le ciel était gris et l'air glacé. Elle avançait d'un pas sûr, robotique, vers la bâtisse qu'elle connaissait bien. Aucun badaud ne passaient par là et elle pensa que c'était certainement mieux. Ça ressemblait à un jour comme les autres.

                        Elle aurait voulu pouvoir fermer les yeux mais elle n'y parvint pas. Elle se vit toquer, ouvrir les portes mal fermées ou défoncer celles qui résistaient. L'épaule endolorie, elle se vit pointer son arme sur des femmes, des hommes et des enfants. Elle en connaissait la plupart. Tout le monde se connait dans la promiscuité de ces murs délabrés. Elle sentit la gâchette sous son doigt meurtrier, l'odeur de la poudre dans l'air. Elle vit le rouge habiller les corps. Elle sentit le chaud sanglant brûler sa peau délicate et elle entendit les suppliques de ses victimes. L'expérience de la mort, et du meurtre, n'avait pourtant jamais été désagréable. Elle vit sa main ne pas hésiter une seule seconde à vider son chargeur sur sa voisine de pallier et collègue de travail. Les balles vinrent à manquer alors qu'elle était au quatrième et dernier étage. Elle n'avait pas ou presque pas rencontrer de résistance. Les gens étaient pris au dépourvu. Elle logea sa dernière balle dans la poitrine d'un homme, rengaina son arme et chercha de quoi poursuivre en se montrant créative. Elle trouva un couteau moins émoussé que les autres et finit sa besogne à la force de sa lame et de ses bras.

                        Les larmes roulaient et creusaient des sillons dans son visage carmin. Elle descendait les marches, suivant à la lettre les derniers ordres qui lui avaient été confiés. Elle ignorait combien de temps s'était écoulé : plusieurs minutes, peut-être une heure. Une éternité somme toute. Au bout de la sixième balle fichée dans le corps d'un de ces voisins, elle avait abandonné le compte et son semblant de réflexion intérieure. Elle avait lâchement renoncé, rendu les armes, constatant qu'aucune issue ne semblait possible, s'abandonnant à la mission imputée. Elle n'avait pas peur de son geôlier. C'était au delà, elle était terrifiée. Elle vint finalement à pousser la porte d'entrée, mécaniquement, le pas lourd jusqu'à la voiture qui attendait toujours laissant derrière elle le théâtre du jeu macabre de son assaillant.

                        Son corps était endolori et avait certainement bleuit par endroit. Son visage devait témoigner de son état d'esprit ou de ce qu'il en restait à l'heure actuelle. Elle se planta devant le véhicule, muette et le regard vide, pas plus vivante que les corps chauds abandonnés à l'intérieur.



                        Fiche de présentation Fiche technique
                        Compte principal - Eveleen
                      • Cain Powell
                        CIVIL - Dominateur
                        (6)2267606102110057
                        id07.09.17 19:52
                        (6)Volonté : 226Messages : 7606$US : 102Xp : 1Force : 1Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 5Spiritualité : 7Astuce : Badges :
                        (6)2267606102110057
                        avatar
                        (6)2267606102110057
                          CIVIL - Dominateur

                          I wanna, I wanna

                          Tandis que la jeune femme embarque dans sa funeste mission, Cain tend le bras vers l'extérieur pour se saisir de la portière pour la refermer. Il fait alors signe à son chauffeur de ne pas bouger pour le moment. Alors que des coups de feu retentissent à intervalles plus ou moins réguliers, le mafieux a le nez dans son téléphone. Il porte alors l'appareil à son oreille.

                          911 ? Je veux signaler plusieurs coups de feu. Il pose un instant, laissant la personne lui répondre, confirme la situation, tout en ayant d'autres coups de feu en fond sonore. Oui c'est bien ça, une femme blonde est entrée armée. Je crois qu'elle habite ici. [...] Très bien. [...] Oui, je me met à l'abri. [...] Merci à vous.

                          Quelques moments plus tard, la jeune femme refait son apparition, passe le parvis de l'immeuble et marche doucement sur le trottoir de la rue déserte. Si elle ne l'était pas complètement avant, les hurlements et coups de feu ont eut raison des derniers passants. Elle semble avancer vide de toute âme presque, comme une poupée molle. La portière s'ouvre.

                          Assieds-toi.

                          Un nouvel ordre auquel elle ne peut qu'obéir. La voiture était propre jusqu'à présent, mais ça, c'était avant. La porte se referme et d'un signe au chauffeur, elle démarre doucement. Rapidement, ils croisent des voitures de police qui se dirigeaient sur place. Elle n'est plus sous son contrôle, mais il a prouvé aisément qu'en un sens, elle le serait désormais à jamais.

                          J'en déduits que tu as complété ce que je t'ai demandé. Bien. Peux-t-on reprendre notre conversation ? Ou bien as-tu besoin d'un second exemple ?

                          Il la regarde d'un air sévère. Ce qu'elle venait de faire, ce qu'il venait de lui faire faire, c'était son quotidien à lui, un fait divers parmi tant d'autres. Il n'y prêtait plus attention. Après tout, il n'avait rien à faire là dedans pour sa part, c'était sa vie à elle qui venait de basculer. Sans surprise, il a toujours cet air calme. Les traits de son visage sont durs, il est clair d'y avoir qu'il n'y avait pas de marche arrière à présent.
                        • Cassidy Snyder
                          Crows - Malfaisant
                          (0)38170443104535153035none
                          id07.09.17 22:46
                          (0)Volonté : 38Messages : 1704$US : 43Xp : 10Force : 45Résilience : 35Agilité : 15Réflexes : 30Spiritualité : 35Astuce : noneBadges :
                          (0)38170443104535153035none
                          avatar
                          (0)38170443104535153035none
                            Crows - Malfaisant
                            Elle continue de regarder le film de sa vie sans ronchonner. Elle s'attèle à réunir les petits morceaux d'elle qui ont volé en éclat sous le poids intransigeant de l'ordre donné. La portière s'ouvre, le fil de son esprit reste emmêlé. Une pelote inextricable de déni sur l'empreinte au fer rouge qui macule sa conscience. Elle s'assoit sous le joug du mot impérieux qui lui est donné. Et la voiture reprend sa marche. Les sirènes et les lumières semblent lointaines, et même la voix de l'homme résonne de trop loin. Elle a la gerbe.

                            Elle ne verra pas son air sévère. Elle ne le regardera pas. Un geste nerveux lui contracte la mâchoire. Elle n'a pas oublié la colère, mais elle reconnait qu'elle n'aura pas le dessus. Les mains devant elle, sur ses jambes, s'aggripent machinalement au tissu de son manteau. Sa respiration est bruyante, et difficile. Elle essaye de réfléchir : si elle se tait, que se passera-t-il ? La fera-t-il recommencer ? L'amenera-t-il aux forces de l'ordre ? La tuera-t-il ? Elle pourrait s'en prendre à des gens qui comptaient un peu plus que ses voisins... même s'il ne restait rien à piétiner d'elle-même. Son instinct de survie prit le dessus et elle ravala la fierté qui lui restait. Malgré les semi-sanglots qui agitaient sa bouche, elle entreprit de prendre la parole. Elle ne sut pas si elle appréciait ce contrôle retrouvé, car il lui sembla soudain bien trop précieux et fugace à la fois.

                            - Tu veux... un nom...

                            Sa gorge était serrée. Et puis elle nota toute la perversion de la situation dans laquelle elle se trouvait. Il aurait pu exiger d'elle qu'elle parle tout de suite, s'évitant ainsi des embarras et une perte de temps. Mais non, ce gars prenait un malin plaisir à jouer avec elle depuis le début. Si elle lâchait une info', elle le ferait sciemment. Bon après, il lui restait l'excuse de la menace très très convaincante quand même.

                            - Aberline.

                            Elle regrettait sa lâcheté mais la situation lui semblait appeler un seul et même dénouement, seul le chemin pour y parvenir semblait différent. Plus ou moins long, plus ou moins sanglant. Ses oreilles bourdonnaient encore d'émotions mal comprises, et la nausée lui étreignait fortement la gorge. Elle inspira profondément en fermant les yeux. Il avait ce qu'il voulait. Il avait gagné, et la belle avait la défaite mauvaise. Encore plus avec le sang poisseux un peu partout sur elle.

                            - Maintenant laisse-moi descendre tu veux.



                            Fiche de présentation Fiche technique
                            Compte principal - Eveleen
                          • Cain Powell
                            CIVIL - Dominateur
                            (6)2267606102110057
                            id07.09.17 23:30
                            (6)Volonté : 226Messages : 7606$US : 102Xp : 1Force : 1Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 5Spiritualité : 7Astuce : Badges :
                            (6)2267606102110057
                            avatar
                            (6)2267606102110057
                              CIVIL - Dominateur

                              I wanna, I wanna

                              La démonstration eut l'effet escompté. Tant bien même voudrait-elle se débattre d'avantage, l'envie n'y est pas, à chaque fois qu'elle songera à agir à l'encontre de Cain à l'avenir, elle se souviendra de cet épisode et de la facilité avec laquelle il l'a forcée à le faire. Elle lui donna un nom, un simple nom. D'un côté c'était ce qu'il voulait, d'un autre, pourquoi pas obtenir plus de détails ?

                              Qui est-ce et où je peux le trouver ? Il marque une courte pause et précise sa question : Une fois que tu auras répondu à ça, tu seras libre.

                              Elle hésite un instant, compréhensible, puis fini par donner une réponse. Pas trop de détails, sans doute n'en sait-elle pas plus après tout. Il lui donnera le bénéfice du doute. Pas de localisation exacte mais suffisamment pour entamer des recherches approfondies. D'un signe furtif au chauffeur, la voiture comment à doucement décélérer pour se ranger contre le trottoir.

                              Merci bien. Tu peux y aller.

                              Il lui ouvre alors la porte, courtoisement d'ailleurs. Mais avant qu'elle n'ait le temps de sortir, il pose son bras en travers de la voiture pour lui bloquer le chemin. Il fallait conclure mieux que ça après tout, assurer un minimum ses arrières tout en rappelant ce qu'il en coûtait de se frotter à lui.

                              Ah j'oubliais ! Des fois que tu aies des velléités de prévenir ton boss de mon arrivée potentielle, je saurai que ça vient de toi. Note qu'une fois que je suis lié à quelqu'un, rien ne peut rompre ce lien. Si j'étais toi du coup, j'y réfléchirai à deux fois avant de prendre une nouvelle décision pouvant s'avérer stupide.
                            • Cassidy Snyder
                              Crows - Malfaisant
                              (0)38170443104535153035none
                              id08.09.17 23:38
                              (0)Volonté : 38Messages : 1704$US : 43Xp : 10Force : 45Résilience : 35Agilité : 15Réflexes : 30Spiritualité : 35Astuce : noneBadges :
                              (0)38170443104535153035none
                              avatar
                              (0)38170443104535153035none
                                Crows - Malfaisant
                                Se barrer, c'est à peu près la seule idée qui s'imposait naturellement et sans cesse à elle. Coincée sur la banquette arrière d'un véhicule en marche, elle restait l'otage de ce misogyne assumé et ça commençait à être sérieusement pesant. Son regard fixait vaguement les mains qui se tortillaient toujours contre son manteau. Une désagréable sensation d'être étrangère à elle-même lui tenaillait les entrailles. Son visage se renfrogna quand elle vit que sa confession appelait de nouvelles questions...

                                - C'est, Lui. Elle marqua une pause, pour souligner l'importance de son rang. Elle savait qu'il comprendrait très bien. J'ignore où tu peux le trouver ni où il habite. C'est lui qui décide et qui vient à nous, pas l'inverse. Mais je pense pas me tromper en te conseillant de débuter tes recherches dans l'Primo.. Je sais qu'il y a des planques dans certains sous-sols.

                                Elle jugea sa réponse crédible et espérait que ce serait suffisant pour noyer le poisson. Elle ne pouvait décemment pas se résoudre à lui indiquer l'adresse du QG. Sa réponse sembla satisfaire l'homme à côté d'elle ce qui pourtant n'eut pas pour effet d'enfin la détendre un peu. Secouée par des hauts-le-coeur, elle attendait simplement la permission et l'arrêt de la voiture pour décamper. Il prit la peine de lui ouvrir la portière, et alors qu'elle savourait la fraicheur de l'air sur son visage livide, il trouva pertinent d'en rajouter une couche.

                                Nul doute qu'elle l'écouta, et l'entendit. Ses yeux étaient clos, et sa respiration toujours hachée. Soumise ? A dire vrai, son corps tout entier avait bien saisi le message et comprenait ce qu'impliquerait des représailles. En guise de preuve de bonne foi, ce dernier décida qu'il fallait lui envoyer un signe à ce propos : elle ne retint pas plus la nausée qui la taraudait depuis sa sortie de l'immeuble. Un dégueulis malodorant barbouillait l'intérieur de la portière et le pavé de la rue et sans doute également un peu les chaussures de son ravisseur. Après ce léger incident, elle s'extirpa de sa prison, et se nettoya la bouche du revers de la main. Elle prit soin d'essuyer cette dernière sur l'épaule de celui qui l'avait mise une dernière fois en garde, s'en pouvoir s'empêcher d'ajouter :

                                - Comme tu peux voir... le message est passé je crois.

                                (...)

                                Quelques minutes plus tard, quelques pas plus loin, il ne reste qu'elle et les immeubles. Le ciel est bas, la nuit arrive. Il lui semble reconnaître l'endroit, mais elle est certaine qu'elle n'aura pas le courage ni la force de marcher à pied jusqu'au QG à ce moment précis. Elle tâtonne sa veste, se rappelle que l'arme s'y trouve toujours. Ses jambes flanchent et elle se réfugie contre un mur, plutôt misérable. Elle trouve enfin son téléphone. Elle compose le dernier numéro de son historique en tentant de mettre de l'ordre dans ses idées. Elle plaque l'appareil contre son oreille où sont agglutinés des mèches de cheveux engluées de sang séché. La tonalité prend fin et elle demande :

                                - JD ? Tu fais quoi là ? ...



                                Fiche de présentation Fiche technique
                                Compte principal - Eveleen