La Terre, cœur de l’Univers, s'éveille au surnaturel… Janvier 2016, les méta-humains font leur apparition dans un fracas invraisemblable ; des hommes, des femmes, des enfants, personnes âgées à nourrissons, sont frappés par ce qu’on explique pas, des dons - ou une malédiction ? - qui les cataloguent comme des êtres à part entière, des faux humains, des méta-humains. Le monde entier est touché, nulle exception.

Nous sommes à LibertyTown, aux États-Unis, une ville aux grands enjeux, là où les méta-humains sont recensés en masse. Les médias s’y affolent, jouent des coudes pour avoir les derniers potins, les derniers événements marquants. Un jeu dans lequel tout le monde se plaît de participer, au point d’oublier la question essentielle à cette découverte : quel avenir pour ceux qui finiront par surpasser la race humaine ?

Lire la suite...
Actualités récentes
29/07 : Recensement & Prépa V3 ─ www
10/06 : Recrutement & Animation ─ www
30/05 : Amélioration du contenu graphique ─ www
Activité du forum
8 mois d'existence
Plus de 140 membres inscrits
148 histoires et 1181 pages RP

LE STAFF
LES PRÉDÉFINIS
LES AMIS

Metro, l'Apocalypse à vos portes : Forum RPG CHRONOSREP

Rencontre près des mouettes [PV Guilhem]

  • Dario Vazalenosvik
    Kerberos - Dominateur
    (9)40+0102141104060401010none
    id18.06.17 3:18
    (9)Volonté : 40Messages : +0Réputation : 1021$US : 41Xp : 10Force : 40Résilience : 60Agilité : 40Réflexes : 10Spiritualité : 10Astuce : noneBadges :
    avatar
    (9)40+0102141104060401010none
      Kerberos - Dominateur
      Dario était légèrement inquiet de la tournure des événements, beaucoup de choses bougeaient en ce moment. Il y avait eu ses attentats  qui avaient bouleversés la population, actuellement le climat était particulier, les gens avaient de plus en plus peur. De plus en plus de personnes devenaient un peu paranoïaque et de nouvelles forces émergeaient de Liberty Town. Notamment une organisation voulant la préservation du genre humain et une autre privilégiant la défense des droits des métas humains. Ces nouvelles forces perturbaient un équilibre présent dans la ville depuis plusieurs dizaines d’années et pouvait fortement impacter Kerberos, L’homme au masque de lapin se demandait si il ne faudrait pas agir pour pouvoir préserver leurs vies actuellement qui se trouvait être en plein changement. Le serbe n’aurait sans doute pas trop de problème avec une possible prise de pouvoirs des métas Humains, cela changerait certainement beaucoup de choses mais étant lui-même un méta humain, il y avait peu de risques pour lui que cela s’envenime. En attendant, il comptait bien maintenir le statu quo sur les différentes prises de positions et actions, des différents groupes. Tout ce qui comptait c’était que Kerberos puisse continuer à trouver son compte dans les affaires peu importe ce qui allait se passer dans le futur.

      Lors de son passage au QG, le cerbère avait eu vent d’une rumeur concernant la venue d’un nouvel arrivant qui chercherait à se procurer des armes. Ce mercenaire était toujours selon les rumeurs originaire du vieux monde et nouvellement arrivé à Liberty Town. Les règles changeaient pas mal en ce moment et le trafic d’armes et d’explosifs devenaient de plus en plus dangereux à cause de tous ces extrémistes. Un tas de rumeur circulait sur le fait que Kerberos soit lié aux différents attentats ayant frappé la ville, cela leur faisait plutôt mauvaise presse et Dario n’aimait pas tellement ça. Cela leur avait fait perdre un peu d’argent et il faudrait bientôt relancer la machine tout en faisant une opération de reconquête du publique. La chance du gang fût l’apparition de tous ses métas-humains, cela donnait beaucoup de sujets pouvant faire vendre et les journaux pouvaient se régaler. Il faudrait sans doute peu de temps avant que certains en vienne à suspecter un méta qui aurait le pouvoir de créé des explosions ou un truc dans le genre. Dans tous les cas, il fallait renflouer les caisses et cette petite affaire tombait à pic, il allait sans doute devoir s’occuper de ça.

      Le cerbère avait donné ses instructions à ses hommes trouvé où l’endroit put s’était établit le mercenaire et lui indiquer qu’il passerait le voir en précisant bien que l’homme serait sans doute le reconnaître. Lorsqu’il agissait en tant que cerbère Dario portait toujours son masque à gaz et ses oreilles de lapin, ce style le rendrait intriguant et pouvoir facilement perturber les gens aussi bien dans le sens commercial que celui d’une éventuelle embuscade. Ces précautions étaient également dût à une volonté de protéger aussi bien sa vie que celle de sa famille. L’une des plus grandes craintes de Dario était que l’on menace sa famille qui n’avait absolument rien à voir avec ses activités et ses actes. Il  avait prévu de fixer le rendez-vous en début de soirée sur le port alors que la nuit serait à peine tombée. Le port faisait partie du territoire de Keberos et représentait un lieu stratégique pour tout le trafic notamment à l’international.

      Arrivé l’heure stratégique, l’homme au masque de lapin commença à se rendre sur les lieux en empruntant une des voiture du gang. Il était venu seul, c’était largement mieux pour pouvoir inspirer confiance. Qui plus est avec ces nouveaux pouvoirs de méta, il pourrait éviter la plupart des blessures possibles. Le Yougoslave ne mit pas longtemps à trouver l’homme correspondant à la description, notamment grâce à la superbe moustache que celui-ci possédait.

      -Mr Krak’Oss je suppose ?
    • Guilhem Mac Culloch
      Esprit Libre
      (0)15+0183000000none
      id20.06.17 9:17
      (0)Volonté : 15Messages : +0Réputation : 18$US : 3Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : noneBadges :
      avatar
      (0)15+0183000000none
        Dans le mile, Bill.

        Bill, c'est lui, le gusse qui a l'air de penser qu'ici, Halloween ça se passe tous les jours. J'le mire, incrédule, de longues dizaines de secondes sans vraiment comprendre c'est quoi son problème à celui-là. Le mec a quand même pensé à cacher son identité sous un masque à gaz et une paire d'oreilles de lapin. Des foutues oreilles de lapin. J'suis pas franchement convaincu du concept, et personne peut m'en vouloir pour ça, c'est vachement spéciale comme idée. Et le pire, c'est qu'il pousse le délire à fond en s'affublant du charmant petit patronyme de Lapin Masqué. Bill le Lapin Masqué, y'a largement de quoi me donner l'droit de bloquer trente secondes, et venez pas m'faire chier avec mon surnom, je l'ai pas choisi. Krak'Oss, ça  me suit depuis que j'ai commencé à mettre mes talents d'ancien membre des forces spéciales britannique au service du plus offrant. 'Faut croire que péter des tibias, écraser des rotules, déboîter des épaules c'est tellement ma spécialité qu'on a fini par vouloir me consacrer. Je vais pas me plaindre, ça aurait pu être pire, ils auraient pu m'appeler Taserface...

        Bordel ce que c'est ridicule comme surnom ça, Taserface... tu connais Taserface, toi, Bill ?

        Il devait probablement en avoir rien à foutre de ce guignol, plus encore qu'il devait pas comprendre de quoi je pouvais bien causer. Ni même rien biter du tout à c'que je jacte, avec mon accent so British comme ils disent les gens. Bah, pas grave. Je me comprends, c'est tout ce qui compte. Je sors un cigare pré-coupé de ma boite personnelle, et en retire sa cape nuancée colorado maduro. Il va falloir que je pense à en acheter ou c'est mon doigt que je vais fumer à ce rythme. Mon briquet à essence vient prendre place au creux de ma dextre. J'en suis pas peu fier de mon Zippo, une belle pièce à l'ancienne que mon instructeur du SAS m'a filé à la fin de la sélection, il avait misé sur moi. Je m'en suis jamais séparé depuis. C'est comme quand tu donnes son premier jouet à un gosse, il en est tellement fier, tellement heureux, qu'il va te le conserver jusqu'à ce qu'il tombe en ruines. J'ai été un môme comme tout le monde, avant d'être mercenaire. Et toi, face de bouffeur de carottes sous extasie, t'as été minot avant de partir en couilles ?

        M'enfin, je raconte des conneries, 'faut pas faire attention, la faute à la bouteille ça...

        Cela a toujours été plus simple d'accuser un bon Blackadder d'être le coupable de tous mes maux que de reconnaître que moi aussi, je commence à péter les plombs. Je me décide finalement à allumer le pied de mon cigare, souffle au niveau du foyer avant de porter le tout en bouche, bien calé entre mes dents. Dès la première bouffée de fumée que je tire, j'ressens la saveur épicé du gaillard, et ça fait foutrement du bien. Je profite un instant du moment, la fumée tourne en bouche, avant d'être soufflée à l'air libre. Les plaisirs simples d'un vieil homme, son cigare cubain et son whisky écossais. Maintenant on va pouvoir causer affaire, le Lapin Masqué et moi. Maintenant que j'le mire avec plus d'attention, vrai que ça lui donne un style comme ça. Un air de fêlé qu'on aurait pas envie d'emmerder, sous peine d'le voir nous sauter au cou pour nous arracher la gorge avec ses grosses ratiches. Je suppose que ça devrait pas m'arriver ce soir, je suis pas venu chercher les problèmes, mais un potentiel fournisseur.

        Trêves de conneries, comme vous avez dû l'entendre et que vos hommes ont dû vous le rapporter, 'faudra d'ailleurs qu'on discute de l'épisode ''J'envoie mes hommes sonner à votre porte pour fixer un rendez-vous'', je cherche à me fournir en assez grande quantité de l'armement léger et du matériel explosif.

        Je marque un temps d'arrêt pour tirer une autre bouffée de cigare, en lâchant pas du regard les vitres du masque de mon interlocuteur. Ni ma vigilance d'ailleurs, ce qui pourrait me tomber sur le coin de la gueule ou que serait tenté de faire l'intéressé, genre une embuscade, ou tenter de me planter ou me plomber la cervelle. On sait jamais, les bruits ont l'air de rapidement se propager ici, qui sait quel taré aurait pas eu l'envie d'aller saigner le petit nouveau en ville. Nouvelle expiration, je reprends la parole.

        Maintenant, à savoir que j'ai pas encore le pognon pour réaliser la transaction. Ce que je cherche dans un premier temps, c'est de prendre contact, m'informer de ce que vous pourriez me fournir, et se fixer sur les détails d'une éventuelle vente.

        Et aussi que je voulais voir la fiole du petit chanceux avec qui j'allais faire affaire, pour mieux prendre le temps de me renseigner dessus par la suite, avant de conclure quoi que ce soit comme accord. Ce serait con d'aller acheter le matos pour faire sauter le Président des États-Unis à l'un des abrutis qui lui lèche le fion. Par détails, j'entends négociations des prix. J'ai pas envier de me faire enfler en payant le prix fort parce que je suis un étranger et qu'on veut se refaire sur ma poire.


      • Dario Vazalenosvik
        Kerberos - Dominateur
        (9)40+0102141104060401010none
        id01.07.17 1:47
        (9)Volonté : 40Messages : +0Réputation : 1021$US : 41Xp : 10Force : 40Résilience : 60Agilité : 40Réflexes : 10Spiritualité : 10Astuce : noneBadges :
        avatar
        (9)40+0102141104060401010none
          Kerberos - Dominateur
          L’homme qui faisait face à Dario avait visiblement tendance à abuser de la bouteille, il commençait à lui donner un prénom, Bill s’était bien la première fois qu’on lui donnait un surnom aussi rapidement dans une transaction commerciale. Enfin cela devait être normal pour un homme se faisant appelé Krakos surtout en tant que mercenaire, il était également vrai que cet homme devait savoir qu’il ne valait mieux pas donner son nom à la première personne croisé surtout dans ce type de milieu. Dario ne voulait véritablement pas lui en tenir rigueur étant donné qu’il était lui-même assez anonyme et même plus que son interlocuteur. Néanmoins le cerbère devait se montrer prudent pour le moment car il n’avait pas vraiment beaucoup d’information sur ce Guilhem qui visiblement voulait qu’on l’appelle Taserface. C’était un surnom un peu ridicule, il se souvenait qu’une fois un alcoolique avec une queue de cheval c’était brulé en s’endormant un peu bourré et avec une clope au bec. Peut-être que le mercenaire était un membre de la famille de ce gars-là, ils devraient envoyer des hommes faire quelques recherches approfondies sur le sujet afin d’avoir le fin mot de cette histoire.

          -Si vous voulez me donner un nom appelez-moi Roger Rabbit.

          Dario trouvait que Roger était un super prénom pour un lapin qui parle en ayant une personnalité un peu humaine. Avec l’esprit de son lapin Gribouille il avait même inventé un jeu qui s’appelait le picoti picota. Le Yougoslave aurait aimé jouer avec son lapin décédé mais celui-ci n’avait pas les bras assez long pour ça, donc il fallait trouver un autre partenaire de jeu. Sortant un calepin, l’égoutier commença à sortir son calepin pour noter le nom de Taserface et faire des recherches dessus. Même si l’autre semblait saoul, c’était une information assez intéressante à vérifier. Cet homme était étrange et bien qu’on ne pouvait nier que la boisson et la cigarette avait commencé à abîmer son organisme, il semblait tout de même avoir une certaine confiance en lui.

          Visiblement, il n’avait que peu apprécier le fait qu’on envoie des hommes le voir mais bon Dario était le chef d’un gang vieux de 70 ans, si il devait se déplacer pour chaque gugus bourré qui voulait des armes, il n’aurait pas été sortie de l’auberge. Peu importait le passé de cet homme, il n’avait jamais traité avec Kerberos alors on ne pouvait pas lui accorder de passe-droit spécifique. L’homme voulait du matériel de type armement léger mais aussi des explosifs et là ça risquait vraiment de poser problème aux intérêts du gang.

          -Ecoutez Monsieur Taserface concernant l’armement léger, ce n’est absolument pas un problème, on peut vous fournir cela. En ce qui concerne les explosifs par contre il me faudra plus de précision.

          Le jeune homme marqua une pause, il devait se montrer explicite et compréhensif de manière à ne pas offusquer son interlocuteur après tout il n’avait pas envie de se retrouver avec un alcoolo de la gâchette en ennemi.

          -Voyez-vous récemment à Liberty Town, l’hôpital a sauté ainsi que la base militaire et même s nous ne sommes pas responsables étant donné que nous sommes les spécialistes en explosifs, tout le monde nous montre du doigt et c’est un vrai problème. Nos affaires baissent ainsi que notre réputation. Si vous voulez faire sauter un dictateur au moyen orient ou une ONG a Londres je m’en fous, par contre si vous comptez agir à liberty Town alors la transaction sera sans doute plus délicate à effectuer et dépendra de votre but. Vous êtes bien sur libre de garder le silence et dans ce cas je respecterai la confidentialité de notre rencontre.

          Dario pensait se  montrer clair avec l’homme à la moustache, il ne pouvait pas accepter une affaire qui diminuerait encore plus l’image qu’entretenait les Kerberos, celle-ci était déjà suffisamment écorné. Par contre pour les opérations sur les autres régions du monde une transaction était tout à fait possible. Monsieur Taserface pouvait très bien lui mentir aussi mais Dario espérait que l’homme montrerait un certain sens de l’honneur à lui dire la vérité. Restait maintenant à connaitre la réponse du moustachu.