La Terre, cœur de l’Univers, s'éveille au surnaturel… Janvier 2016, les méta-humains font leur apparition dans un fracas invraisemblable ; des hommes, des femmes, des enfants, personnes âgées à nourrissons, sont frappés par ce qu’on explique pas, des dons - ou une malédiction ? - qui les cataloguent comme des êtres à part entière, des faux humains, des méta-humains. Le monde entier est touché, nulle exception.

Nous sommes à LibertyTown, aux États-Unis, une ville aux grands enjeux, là où les méta-humains sont recensés en masse. Les médias s’y affolent, jouent des coudes pour avoir les derniers potins, les derniers événements marquants. Un jeu dans lequel tout le monde se plaît de participer, au point d’oublier la question essentielle à cette découverte : quel avenir pour ceux qui finiront par surpasser la race humaine ?

Lire la suite...
Actualités récentes
10/06 : Recrutement & Animation ─ www
30/05 : Amélioration du contenu graphique ─ www
29/05 : Système de succès opérationnel ─ www
Activité du forum
8 mois d'existence
Plus de 100 membres actifs
94 topics RP & 732 réponses RP

LE STAFF
LES PRÉDÉFINIS
LES AMIS

CHRONOSREP

Science and faith ft. Hannibal Jäggerjack

  • Orpheus K. Sturtevant
    Croisé
    (11)25+0/11162430303040none
    id18.06.17 23:41
    (11)Volonté : 25Messages : +0Réputation : /$US : 11Xp : 16Force : 24Résilience : 30Agilité : 30Réflexes : 30Spiritualité : 40Astuce : noneBadges :
    avatar
    (11)25+0/11162430303040none

      Un soupir. Les yeux du jeune homme se lèvent vers le ciel nocturne. Une fine pluie balaie le sommet de l’immeuble. Son regard se veut contemplatif. Il n’a pas froid. Il devrait avoir froid. Mais il n’est plus humain, pas vrai ? C’est sûrement pour cela qu’il n’a plus froid. Le temps semble avoir désormais un tout autre poids sur son existence. Si par le passé, l’insouciance et l’incertitude dansaient main dans la main vers l’avenir, désormais, il semblait flotter en dehors du temps commun. C’était comme si un marteau froid s’était abattu sur lui alors qu’il tentait de prendre la mesure de ce qu’il avait entendu.

      Son cœur battait dans sa poitrine comme une sorte d’inéluctable malédiction alors qu’il cherchait à remettre un peu de sens dans son univers. C’était comme si son regard perdu dans l’infinité du ciel nocturne y cherchait un mode d’emploi pour résoudre ses maux. Sa main se porte à sa poitrine. Il pose ses doigts par-dessus le tissu, cherche à retrouver une cicatrice qui elle non plus, n’existe plus. Il remonte jusqu’à la capuche de son sweat-shirt et libère son œil captif. Il pose ses doigts dessus. Pour lui, rien n’a changé. Mais pour les autres, tout a changé. Une flaque d’eau lui renvoie un reflet de ce qu’il est désormais. Alors que ses doigts glissent lentement, son regard se plonge dans le miroir aqueux. Une couleur rouge luisante dans la nuit. Un clair-obscur l’encercle. Ses yeux, sont désormais un oxymore verrons pour l’humanité.

      Il aimerait en pleurer. Il cherche à en rire. Cette scène à tout du pathétique. Il possède l’immortalité. Un trésor pour l’humanité. Un trésor qui lui vaut désormais le rejet de celle-ci. De ce corps si peu préparé à l’effort physique, il s’avance sur le rebord et fait face à l’abîme. Le vent souffle fort dans ses oreilles. Peut-être devrais-je sauter, pensa-t-il.  Allait-il en mourir ? Y survivrait-il ? Combien de temps faudrait-il pour qu’il en guérisse ? Ces questions, sombres, le tourmentent. Parmi le brouhaha des bruits de la ville, les voix raisonnent une nouvelle fois dans ses oreilles. « Votre fils n’est plus humain. Ce n’est juste qu’un virus qui pense être encore humain »

      Il se retourne et serre les dents. Un mélange de tristesse de frustration lui enserre le cœur. Il retourne à l’intérieur du bâtiment. Rester ici ne servait à rien. La seule chose qu’il savait désormais, c’était que cette entreprise ne le considérait pas moins qu’une sorte de tube à essai vivant. Une sorte de colère, de frustration, d’un élan de rébellion s’allume dans son cœur. Tout cela était absurde. Il voulait rester humain. Il ne souhaitait pas être perçu autrement que comme ça. La pluie, glaçante, n’a pas réussi à éteindre cette flamme en lui. Malgré tout, il veut continuer. Malgré tout…. Même avec cet œil inhumain, mais avec ce pouvoir. Il continuerait. Quelque part, un espoir devait l’attendre.
      Il était si perdu dans ses pensées qu’il n’avait pas remarqué le temps. Il fallait partir. Mais être resté quelques minutes près d’un radiateur l’a aidé à sécher ses vêtements. Malgré tout, il ressemble toujours à une sorte de joli fantôme. Ses traits fins, son regard à la pupille rouge. Même si ce dernier avait un côté intimidant, l’innocence juvénile mélangé à cette lueur lui donnait désormais un regard saisissant. Occupé à le cacher, le jeune homme n’avait jamais pris le temps de le regarder autrement que comme un stigmate effrayant. Malgré une certaine appréhension, il allait libérer son regard jusqu’à arriver à la sortie de l’immeuble. Il avait besoin de respirer, d’espace.

      Dommage pour lui. Quand la porte de l’ascenseur s’était fermé, il n’aurait pas cru qu’il allait se retrouver enfermer dans celui-ci. Et encore moins avec une jeune femme qu’il n’avait pas remarqué. Les péripéties de la soirée ne faisait que commencer.