Metro, l'Apocalypse à vos portes : Forum RPGCHRONOSREP
Amélioration du contenu graphique

29.05.2017 | Découvrez les dernières améliorations graphiques du design !

Recrutement & Animation

10.06.2017 | Lazarus passe à la vitesse supérieure !

Recensement & Prépa V3

29.07.2017 | Préparez-vous à de gros changements...

Version 3.0 en ligne !

03.09.2017 | Récapitulatif des changements et feedbacks des joueurs

Du mouvement dans les rangs

03.09.2017 | Changements dans le staff

Boutique & Races 3.0

16.10.2017 | Elles sont enfin là :)

test
test

N'est pas héros qui veut. | Feat. James Black.

  • Jiao Wu
    CIVIL - Indécis
    (0)79157862101530156040VoteurV.I.P.Flooder[b]
    id19.06.17 21:38
    (0)Volonté : 79Messages : 1578$US : 62Xp : 10Force : 15Résilience : 30Agilité : 15Réflexes : 60Spiritualité : 40Astuce : VoteurV.I.P.Flooder[b]Badges :
    (0)79157862101530156040VoteurV.I.P.Flooder[b]
    avatar
    (0)79157862101530156040VoteurV.I.P.Flooder[b]
      CIVIL - Indécis

      Andrew Driver. Ce père de famille avait une femme et deux merveilleux enfants. Il avait un boulot bien payé, une douillette petite maison et une magnifique voiture. Sa vie presque parfaite avait de quoi faire de nombreux jaloux. Cependant, son bonheur disparut en janvier 2016. Un beau matin, en sortant de la douche, il constata un léger changement de la pigmentation de sa peau. Plus verte que la veille. Le couple Driver se précipita donc chez leur médecin généraliste afin de découvrir l’origine de cet étrange phénomène. Le docteur décréta que l’étude du cas d’Andrew était hors de ses compétences et qu’il devait se rendre à l’hôpital.

      Les jours suivants, le mari aimant finit par comprendre ce qui lui arrivait. Comme des milliers de personnes à Liberty Town, son corps mutait. Mais en quoi exactement ? L’homme chercha par tous les moyens à arrêter l’évolution de sa mutation, mais rien ne semblait marcher. À mesure que son apparence physique changeait, ses proches s’éloignaient progressivement de lui, par peur ou par dégoût. Son épouse le quitta et emporta ses enfants. Ses amis lui tournèrent le dos.

      Abandonné de tous, l’ancien humain, devenu une sorte de reptile sur pattes, à la peau écailleuse et verte, fut licencié de son travail suite aux récentes lois Turenne et sombra dans l’alcool. Il travaillait désormais pour les Crow, le gang ayant trouvé en lui une utilité certaine. Malgré sa terrifiante et imposante apparence, Adam était une personne plutôt calme et sérieuse, évitant les problèmes comme la peste. Pourtant, vu ce qu’il était devenu, avoir la paix n’était plutôt qu’un rêve pour lui.

      Jiao connaissait l’histoire d’Adam Driver, son voisin de pilier qui a emménagé, il y avait quelques semaines à peine. Parfois, le jeune asiatique le croisait dans la rue et l’observait avec peine. Il avait de la chance d’avoir un pouvoir invisible à l’œil nu. Aux yeux du monde, il n’était qu’un mioche, un orphelin aux parents sauvagement assassinés. Personne ne savait s’il était méta ou non. Même s’il l’était, comment le prouver ? Toutefois, Adam avait ce statut écrit sur le visage. Et à cause de ça, il était la cible de racistes.

      Pour la deuxième fois en une semaine, des jeunes gens, munis d’armes rudimentaires, entreprirent de l’agresser le soir, au retour de son boulot. Ces derniers se tenaient prêts au détour d’une rue déserte pour lui tomber dessus. L’homme-lézard n’avait pas essayé de se défendre lors de la première attaque. La police n’aurait jamais été de son côté si par malheur, il avait tenté de riposter. Par conséquent, Adam, du haut de son mètre soixante-dix, s'était protégé tant bien que mal des coups. Mais Jiao ne pouvait pas se résoudre à rester les bras croisés.

      Il avait grillé l’embuscade en rentrant de chez lui, à quelques pâtés de maisons de chez lui. Il avait donc filé rapidement chez lui pour changer de tenue. Sans ses lunettes, la capuche de son sweat-shirt sur la tête, un foulard au niveau du visage, il marcha d’un pas rapide en direction des voyous. À quelques pas, Adam rentrait chez lui, fatigué et le dos voûté. Il ne vit pas le garçon arrivé, mais soupira de désespoir lorsqu’il remarqua ses tortionnaires. À quelques pas de ces derniers, le jeune homme les héla.

      « Hey ! Bande de sacs à merde ! »

      Les sus-dénommés tournèrent la tête vers l’adolescent et éclatèrent de rire en le voyant approché. Le garçon de treize ans leva une main dans leur direction et l’un des deux hommes lévita avant d’être projeté avec violence contre le mur d’une bâtisse.

      « Merde ! Les gars, ramenez-vous ! »

      Deux autres hommes sortirent de la ruelle où s’étaient cachés les premiers agresseurs. Adam prit la fuite en sens inverse, comprenant qu’il valait mieux pour lui qu’il ne reste pas dans les parages. Désormais seul, Jiao comprit qu’il était dans la merde. En 4v1, ces chances de sortir de la confrontation en un seul morceau étaient minces.
    • James Black
      Genesis - Destructeur
      (6)2181465100510017AdministrateurDestructeur Destructeur ♫ Meetic Courageux FlooderV.I.P.
      id20.06.17 0:17
      (6)Volonté : 218Messages : 1465$US : 100Xp : 5Force : 1Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 1Spiritualité : 7Astuce : AdministrateurDestructeur Destructeur ♫ Meetic Courageux FlooderV.I.P.Badges :
      (6)2181465100510017AdministrateurDestructeur Destructeur ♫ Meetic Courageux FlooderV.I.P.
      avatar
      (6)2181465100510017AdministrateurDestructeur Destructeur ♫ Meetic Courageux FlooderV.I.P.
        Genesis - Destructeur

        ...And they shall know

        NO FEAR





        Tous les déchaînements de violence, aussi débordants et inhumains soient ils, sont toujours précédés d'un calme. Celui du matin avant un meurtre, du café qui précède un viol, de la rigolade innocente entre amis qui précède un rapt d'enfant : le Mal, aussi insondable soit-il, savait toujours se cacher sous des traits d'humanité. Probablement parce que l'Humanité elle même est la racine du mal.

        Ce vieux scooter volé entre les mains, couleur rose écaillé, n'allait pas du tout avec mon manteau de cuir et ses pointes intimidantes. Mais qu'est-ce que j'en avait à foutre ? Personne n'osera en rire, de peur de se voir encastré dans une bouche d'égout ou de manger le trottoir. Plus d'essence, et pas une thune pour en retirer. C'est ainsi que ce merveilleux voyage avec cette monture improvisée allait s'arrêter. Forcément, ma route m'avait arrêté en territoire Delta. 18h45. Le pire endroit pour me faire le coup de la panne : "Connerie !". Je gueule sans retenue au milieu d'une rue à peu près piétonne, constellée de gamins rentrant des cours et de cinoches qui allaient rapidement se remplir. J'avais beau avoir acquis mon alter-ego depuis presque un an - janvier, ça date - je n'étais absolument pas prêt à affronter le gros Lester et ce fils de lâche de Dull Jack. Il me fallait bien plus de temps. Vicious à l'abri, pour qu'elle me soit toujours utile, et plus de thune pour me refaire, une fois tous grillés et enterrés.

        Perdu dans mes pensées de meurtre, je remarque cependant la couleur d'un véhicule familier. LTPD. Les poulets sont ils déjà au courant du vol du scooter ? Vont ils reconnaître ma sale gueule et mes 10 arrestations mensuelles pendant ma jeunesse à Beta ? Aucun risque. J'abandonne le véhicule inutile dans une ruelle adjacente, loin du regard et des passages. Le coin est résidentiel. Ceux qui vivent là doivent probablement être dans les classes moyennes, la vie facile. Je trouve des vieux journaux, papiers, ordures, et lance un feu de joie qui effacera certainement mes empreintes, bien qu'il ne fera rien de plus.

        Je sens pourtant quelque chose de familier dans l'air. Une énergie qui n'a rien à voir avec ce que ce genre de quartier à l'habitude d’émettre : de la peur. Mon instinct parle. Attiré, comme un insecte vers une lumière brûlante, mon cœur bat à mesure que j'accélère la marche. Des voix. J'ai misé juste. Mais la voix d'un gosse. Putain : une embrouille de petits cons sans intérêt ! Pourtant, la vue d'un corps traversant l'air pour s'écraser sur le mur vint aussitôt faire passer cette scène de lassante escarmouche bourgeoise à un putain de combat de magiciens. Serait-il possible qu'un mec comme moi soit dans le tas des belligérants ? Débouchant de la ruelle, je vois un des types au sol, et l'autre vociférer pour en rameuter plus dans l'équation. Puis la lumière, l'évidence. Un type à la peau verte, protégé par un asiatique la main crispée vers l'avant. Deux métas, contre des enflures qui s'étaient donnés pour objectif de leur nuire. Je ne suis pas un héros. Jamais je ne donnerait d'importance à la vie d'un autre. Mais son pouvoir ? Peut être allais-je pouvoir en tirer quelque chose d'utile dans ma quête de chaos.

        Je m'approche à peu près discrètement du type au sol, alors que les autres ont l'air préoccupés par le gamin et son terrible pouvoir. Je m'abaisse vers lui, et plonge mon regard dans le sien. Je lui laisse entrevoir une fraction de mon pouvoir : le jeune homme se crispe, saisit d'effroi, et ne trouve même pas la force de hurler. "Chut..." Main sur sa bouche, il ne pourra de toute façon pas faire grand chose de plus. En silence, j'attends que l'asphyxie fasse son oeuvre. Je m'approche de son oreille, et en profite pour lui susurrer quelques mots : "S'il y a une chose que je ne supporte pas dans ce monde, aussi pourri soit-il, c'est que des déchets comme vous le rendent plus immonde encore...". Il ne s'est passé que quelque secondes. Il en faudra bien plus pour le tuer. Peu importe : il a déjà été privé d'oxygène depuis trop longtemps pour bénéficier de toute sa force. Un de ses amis finit par se retourner, et réalise la scène qui se déroulait derrière lui. "Je n'aurais pas le temps de savourer ta mort..." dis-je, avant de lui envoyer deux puissant coups de poings qui encastrent sa tête sur le rebord du trottoir. Au mieux, le choc le tuera dans les prochaines minutes. Au pire, il s'en sortira avec une grosse une fracture ouverte du crâne.

        "Alors alors ? Par qui on commence ?" dis-je, en m'adressant au gamin. J'attendais de voir ce qu'il avait dans le ventre. S'il me décevait, je n'aurais aucun scrupule à le voir disparaître avec le reste de ces déchets.






        James Black : My dark pages



        Invité, ne vois tu pas la guerre qui se profile ?
      • Jiao Wu
        CIVIL - Indécis
        (0)79157862101530156040VoteurV.I.P.Flooder[b]
        id22.06.17 15:51
        (0)Volonté : 79Messages : 1578$US : 62Xp : 10Force : 15Résilience : 30Agilité : 15Réflexes : 60Spiritualité : 40Astuce : VoteurV.I.P.Flooder[b]Badges :
        (0)79157862101530156040VoteurV.I.P.Flooder[b]
        avatar
        (0)79157862101530156040VoteurV.I.P.Flooder[b]
          CIVIL - Indécis




          Le plan initial avait été de mettre une branlée à deux voyous puis de partir aussi vite que possible. Cependant, la situation lui avait littéralement glissé entre les doigts. Deux choses n’avaient pas été prévues. Premièrement, la fuite de l’homme-reptile fut inattendue, mais censée avec du recul. Pourquoi se lancerait-il tête baissée dans un conflit provoqué par un gosse ? Jiao était intervenu un poil trop tôt. Sa seconde erreur fut d’être arrivé sans plan de secours. Sans plan B, bonjour les emmerdes !

          Pensant être dans de sales draps, l’adolescent voulut reculer, mais une lueur mauvaise dans les yeux d’un des hommes lui dit qu’il ne les sèmerait jamais à pieds. Par conséquent, autant se battre jusqu’au bout, après tout, qui d’autre que lui avait cherché la confrontation ? Cependant, l’inespéré se produisit. Un nouvel arrivant, qui n’avait rien d’un héros en raison de sa dégaine, tabassa sans ménagement deux des humains.

          L’homme était carrément flippant aux yeux du jeune asiatique, mais le Chinois recentra son attention sur son premier problème : en finir avec ces énergumènes. Sans trop de difficulté, il souleva le plus proche puis le projeta avec violence. L’autre gars, qui n’était pas resté les bras croisés, essaya de porter un coup de batte au gamin. De justesse, le jeune méta esquiva de côté l’attaque puis utilisa les mêmes techniques. Pêle-mêle, ces lâches prirent leurs jambes à leur cou, sans un regard en arrière pour leurs camarades tombés au sol.

          Jiao se frotta les mains avec énergie comme pour souligner la satisfaction du travail bien fait, avec un sourire sous son foulard. Cependant, il se rappela bien vite de la présence de l’inconnu, le motard. Comment réagir à son encontre ? Par mesure de précaution, le mutant voulut faire léviter l’individu, mais sa télékinésie ne fonctionna pas. Hébété, l’Asiatique, une main tendue en signe de « stop », était sans défense.

          « Re-restez où vous êtes, monsieur ! Qu-qui êtes-vous ? Vous m’voulez du mal ? »




        • James Black
          Genesis - Destructeur
          (6)2181465100510017AdministrateurDestructeur Destructeur ♫ Meetic Courageux FlooderV.I.P.
          id23.06.17 10:20
          (6)Volonté : 218Messages : 1465$US : 100Xp : 5Force : 1Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 1Spiritualité : 7Astuce : AdministrateurDestructeur Destructeur ♫ Meetic Courageux FlooderV.I.P.Badges :
          (6)2181465100510017AdministrateurDestructeur Destructeur ♫ Meetic Courageux FlooderV.I.P.
          avatar
          (6)2181465100510017AdministrateurDestructeur Destructeur ♫ Meetic Courageux FlooderV.I.P.
            Genesis - Destructeur

            ...And they shall know
            NO FEAR




            Alors que le jeune étudiant venait de corriger les agresseurs restant, voila qu'il les laisse prendre leurs jambes à leur cou ? Non. Pas tant que je serais là. Il fallait refaire son éducation ! Alors qu'il se place devant moi, attendant que je m’intéresse à lui et son joli pouvoir de méta, je concentre mon attention sur ceux qui viennent de prendre la fuite.

            "Tu vois gamin... Ça ne leur servira certainement pas de leçon." Crispant mes doigts, je laisse l'énergie des flammes nécrotiques habiter ma paume, avant de lancer une boule de flamme concentrée entre les deux jeunes hommes. L'explosion, en plus de les brûler partiellement, les projette de part et d'autre de la rue étroite. Le choc les blesse suffisamment pour qu'ils ne bougent plus. Sont-ils morts ? Peu m'importe.

            J'étais habité par un sens de la "justice" étrange. Mon sens des valeurs m'imposait de mener une bataille contre tous les humains inférieurs. Était-je devenu autre chose que l'incarnation de la Terreur ? Non. Mais il fallait que cet enfant comprenne l'étendue de sa mission. "Comme des parasites, ils seraient revenus. Plus nombreux." Dis-je, en m'approchant maintenant de l'étudiant toujours sur la défensive. "Plus violents." Je rentre mon regard enflammé dans le sien. "Ils t'auraient identifié et auraient tué tes parents !"

            Ces paroles vont probablement l'intimider. C'est un enfant : quel enfant, justement, serait assez dégourdi pour comprendre qu'il y a un poil plus de subtilité dans la violence de Libertytown ? Ils l'auraient reconnu, c'est sûr. Mais ces merdes n'ont rien a voir avec les gars de Beta. Pour avoir touché à un gamin du quartier, vous finissiez parfois dans un bidon d'essence au cœur d'un terrain vague, à supplier qu'on vous épargne.

            Qu'est ce que j'espérais, au fond ? Qu'il comprenne sa place dans le monde. "Si tu t'es fait agressé, c'est parce qu'ils craignent ta puissance : tu es SUPÉRIEUR." Les mots allaient certainement faire écho dans son inconscient : comment se satisfaire d'une vie médiocre, quand on peut aspirer à la grandeur ?


            _____________________________



            HRP : je tente une intimidation verbale sur toi.
            Intimidation Verbale : 4 (Astuce) + 10 (Intimidation) > Résultat du Dé à 13 > J'imagine que ca passe OKLM
            NB : Ma fiche n'est pas validée, mais ce n'est pas comme si on allait se battre hahahaha.






            James Black : My dark pages



            Invité, ne vois tu pas la guerre qui se profile ?
          • Jiao Wu
            CIVIL - Indécis
            (0)79157862101530156040VoteurV.I.P.Flooder[b]
            id03.07.17 17:26
            (0)Volonté : 79Messages : 1578$US : 62Xp : 10Force : 15Résilience : 30Agilité : 15Réflexes : 60Spiritualité : 40Astuce : VoteurV.I.P.Flooder[b]Badges :
            (0)79157862101530156040VoteurV.I.P.Flooder[b]
            avatar
            (0)79157862101530156040VoteurV.I.P.Flooder[b]
              CIVIL - Indécis




              En face de cet homme, sa faiblesse était révélée au grand jour. Sans son pouvoir, Jiao n’était plus qu’un petit garçon incapable et sans défense. Une soudaine panique l’assaillit lorsque d’étranges flammes s’animèrent dans les mains de l’inconnu. Pensant être la cible du projectile enflammé, l’adolescent eut le réflexe de se protéger de ses bras. Cependant, il ne sentit qu’une boule de chaleur passer près de lui avant d’entendre une puissante explosion suivie de déchirants hurlements de douleur. Il n’avait pas hésité une seule seconde pour punir de la manière la plus violente possible les humains. Cette absence de pitié faisait froid dans le dos.

              Le biker expliqua ensuite pourquoi il avait agi ainsi. Ces humains n’étaient que des nuisibles, que des insectes à écraser sous ses semelles. Ce point de vue était terrifiant...et tellement réaliste. « Tuer mes parents... » Le Chinois eut un rire amer suite à la déclaration de l’autre méta. D’autres humains s’étaient déjà débarrassés d’eux. Il n’avait plus personne à perdre. Juste lui. Cependant, même si l’être humain lui avait montré sa pire facette, Jiao refusait de céder aux appels de la vengeance et de la haine. Ce n’était pas par refus de faire le mal, mais par peur de ce qu’il pourrait devenir, par peur du futur.

              Il attendit que l’homme finisse de parler pour répondre. « Je suis un orphelin. Mes parents étaient des métas, tués par des hommes. Mais je veux que justice soit rendue, mais pas de cette manière... » Toutefois, il savait pertinemment qu’il se leurrait. La justice, celle des humains, ne serait jamais du côté des méta-humains. « Merde, je dis n’importe quoi… Eux… les humains, ils s’en foutent qu’on crève… » Un conflit faisait rage dans son for intérieur. Au sein de son cœur sommeillait une haine de l’humain qui menaçait de se réveiller. Supérieur… Il leur était supérieur...

              Cette idée s'insinuait, pire, s'imposait dans son esprit. Toujours sur ses gardes, Jiao comprenait ce que voulait dire son interlocuteur, mais souhaitait en savoir davantage sur ses motivations.




            • James Black
              Genesis - Destructeur
              (6)2181465100510017AdministrateurDestructeur Destructeur ♫ Meetic Courageux FlooderV.I.P.
              id04.07.17 10:37
              (6)Volonté : 218Messages : 1465$US : 100Xp : 5Force : 1Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 1Spiritualité : 7Astuce : AdministrateurDestructeur Destructeur ♫ Meetic Courageux FlooderV.I.P.Badges :
              (6)2181465100510017AdministrateurDestructeur Destructeur ♫ Meetic Courageux FlooderV.I.P.
              avatar
              (6)2181465100510017AdministrateurDestructeur Destructeur ♫ Meetic Courageux FlooderV.I.P.
                Genesis - Destructeur

                ...And they shall know

                NO FEAR





                Ce genre de moment embarrassant...

                Celui où vous réalisez que votre défonce aux Baths Salts vous pousse à courir tout nu dans les rues de la ville. Celui où vous croyez qu'on vous dit bonjour, mais réalisez qu'on s'adresse à la personne derrière vous. Celui où vous vous préparez à tcheck un pote, qui voulait simplement vous serrer la main alors que dans l'incompréhension, votre main s'est serrée pour un fist bump et que la sienne s'est allongée pour un tcheck. Bref. Ce moment où ce gamin venait de me parler de ses parents morts avait quelque chose de navrant. Tragique, presque. Au fond, je m'en foutais royalement, comme quand un africain affamé passe à la TV. On se dit "merde", et on continue à bouffer son steak. Contrairement à beaucoup, et surtout depuis qu'avait émergé mon alter ego, je n'avais plus la moindre empathie face à la mort.

                Seule le corps malléable de Vicious, la puissance de la terreur et l'émotion d'un ravage étaient des domaines encore capables d'exciter mes sens.

                Il reste sur ses gardes : il avait bien raison."Oh, mais oui. Non seulement ils se moquent de te voir mort, mais ils se foutent de te priver du peu de liberté que tu as. La Loi Turenne, tu connais ? Tu sais qui tenais des fichiers du genre autrefois ? ... Les Nazis." Et hop, on frôle le point Godwin. Oh, et merde, allons y à pieds joints, tant qu'on y était : "Et Hitler était humain, aussi. Il avait des sentiments. Les monstres ne sont pas ceux qui, comme moi, font peur et son différents." Lui dis-je, en montrant mon crâne brûlant. Ils se cachent dans chacun des cafards qui nous entourent. Ce sont ces humains qui créent des cases, des castes, des classes, t'y laissent mourir pour le simple plaisir de posséder plus ! Mais je le vois... Toi et moi, nous sommes différents. Tu fais partie de ma Révélation ! Que tu le veuilles ou non, désormais, nous sommes liés par notre nature unique. Cette même nature qu'ils veulent soumettre..." Je lui laissais son espace vital. Je ne sais si c'était par peur qu'il me pète le cou avec son pouvoir psychique, ou si c'était pour m'assurer qu'il m'écoute et ne tombe pas de frayeur. Dans tous les cas, je terminais : "Ne leur donne pas ce plaisir. Libères toi de leur emprise : la justice, la paix... Ne sont que mensonges."

                Je sentais un feu monter en moi. Comme une énergie insatiable. Je sentais mon aura d'horreur envahir l'air, grandissant hors de tout contrôle, au point d'envelopper l'enfant. Mais non, il ne fallait pas que je laisse la bête parler. Il fallait la contenir. Je sors mon smartphone, concentrant finalement mon attention sur autre chose que sur cette peur nourrissante. J'y trouve une photo de Vicious, à moitié nue, et lui présente en pleine face. T'aimes bien hein ? Mauvaise photo. Je me ravise, avant de trouver mes photos de cadavres trouvés dans l'Est Yard la semaine passée. Des métas isolés, qui avaient décidé de vivre isolés sous un pont. Massacrés par un gang, une foule en colère, une milice, j'en sais rien...

                "Tu verras : tu les serviras, servira un sens déplacé de la justice, et ils te soumettront. Te puniront. Ils te tueront ! Je t'offre un renouveau, que nous pourrions bâtir de nos mains, sur les cendres de ce monde..."


                Oh, l'Humanité entière à genoux sur les ruines de la civilisation !


                A force de parler de Justice, je repensais maintenant à celles et ceux que j'avais vu sur le net. Ceux qui s'étaient précipités pour s'inscrire dans les registre de Libertytown. Ceux qui avaient fait le choix de s'enregistrer, suivre les lois, servir la justice comme des chiens fidèles. Donner la patte, se mettre à terre. Ils me dégoûtaient. Regardant ce garçon, deux voies semblaient se dessiner pour lui : s'il décidait de servir cette fausse justice, il ne mériterait pas plus de vivre que les cloportes qui avaient brûlés vifs là-bas. S'il choisissait la liberté, alors il pourrait devenir un très puissant agent de la Destruction. Il était assez jeune pour faire le bon choix, mais peut être pas assez mûr pour l'assumer.








                James Black : My dark pages



                Invité, ne vois tu pas la guerre qui se profile ?
              • Jiao Wu
                CIVIL - Indécis
                (0)79157862101530156040VoteurV.I.P.Flooder[b]
                id06.07.17 23:50
                (0)Volonté : 79Messages : 1578$US : 62Xp : 10Force : 15Résilience : 30Agilité : 15Réflexes : 60Spiritualité : 40Astuce : VoteurV.I.P.Flooder[b]Badges :
                (0)79157862101530156040VoteurV.I.P.Flooder[b]
                avatar
                (0)79157862101530156040VoteurV.I.P.Flooder[b]
                  CIVIL - Indécis




                  À l’évocation de la mort de ses parents, Jiao repéra une absence de réaction de la part de son interlocuteur. La compassion ne semblait pas faire partie de son vocabulaire vraisemblablement, car il avait à peine cillé. L’inconnu continua son discours et franchit une étape en effectuant un rapprochement entre les créateurs de la loi Turenne, en l’occurrence les hommes, et les Nazis, les êtres humains les plus abjects que la Terre ait connus. L’Asiatique eut un rire nerveux à l’écoute de cette facile comparaison. Hitler était un connard. Mais les humains, qui avaient décidé de priver les métas de leur liberté, étaient tous des connards méritant la mort ? Une voix lui susurra dans l’esprit « et pourquoi pas ? ».

                  Mais faire partie de la Révélation de cet individu ne lui disait rien qui vaille. Le Chinois avait l’impression de parler avec un illuminé, un membre d’une étrange secte. L’homme au crâne de feu ne faisait pas face à un simple d’esprit, à un gamin paumé ou bouleversé par la perte de ses parents. Au contraire, bien qu’il ait parfois le sentiment de suffoquer, de se noyer lorsque sa tristesse le submergeait, il gardait tant bien que mal la tête hors de l’eau. Il était un jeune génie, assez intelligent pour se dire de se méfier des belles paroles, des beaux sourires, de tous les appâts que tendaient les hommes. Oui, les hommes, qu’ils soient métas ou humains. Il y avait une part de vérité dans les propos du biker, mais pourquoi ce dernier s’évertuait-il à faire adhérer l’étudiant à sa vision du système ?

                  Pour appuyer ses paroles, le pyrokinésiste lui montra une première photo indécente qui fit rougir Jiao. C’était clairement une mauvaise photo qui n’avait pas de rapport avec leur dialogue. Cependant, la suivante laissa sous le choc le jeune de quatorze ans. Des cadavres, de personnes comme lui, des méta-humains, mis à tabac, tués pour ce qu’ils étaient. Le poing serré, le collégien était presque convaincu. « J’aimerais en savoir plus sur ce que vous faites ? Vous êtes comme les terroristes qui ont bombardé Liberty Town ? » La curiosité du garçon avait été éveillée. Il faisait un premier pas vers l’inconnu.




                • James Black
                  Genesis - Destructeur
                  (6)2181465100510017AdministrateurDestructeur Destructeur ♫ Meetic Courageux FlooderV.I.P.
                  id07.07.17 10:08
                  (6)Volonté : 218Messages : 1465$US : 100Xp : 5Force : 1Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 1Spiritualité : 7Astuce : AdministrateurDestructeur Destructeur ♫ Meetic Courageux FlooderV.I.P.Badges :
                  (6)2181465100510017AdministrateurDestructeur Destructeur ♫ Meetic Courageux FlooderV.I.P.
                  avatar
                  (6)2181465100510017AdministrateurDestructeur Destructeur ♫ Meetic Courageux FlooderV.I.P.
                    Genesis - Destructeur

                    ...And they shall know

                    NO FEAR





                    Enfin ! Le gamin semblait, pour la première fois, prendre toute la mesure de l'importance de notre mission. Mais sa dernière remarque titilla grandement mon attention. J'avais eu vent de cet incident merveilleux, ce trésor que j'aurais voulu, oui, tant voulu, avoir la chance de pouvoir revendiquer. Mais non. Incapable de mentir, je lui sort tout, sans filtre ni contrôle, lui laissant une fenêtre sur mon âme pervertie :

                    "Ouais... Mais non... Pendant l'attentat, j'étais dans les vapes. Trois jours en soin intensifs dans les bras d'une super belle infirmière après avoir pris trois balles." Je regarde désormais vers le ciel, les mains crispées comme pour décrire la plus belle des expériences, avec une passion insondable : "C'est à ce moment là que j'ai eu une Révélation ! Une vision. J'ai été choisi pour mener une quête importante pour toi, pour moi, et pour tous ceux de notre engeance." Me voila digressant sur ce qui m'animait au plus profond de moi. Je m'approche de lui, le fixant de mes orbites vides et flamboyants : "Ça pourrait paraître difficile à croire hein ? Mais pensais tu, il y a dix ans, pouvoir projeter des gens contre les murs comme tu le fais aujourd'hui ? Attends, t'as plus que dix ans on est d'accord ?" Retombant dans mes éternels travers, il était évident qu'il n'allait pas pouvoir me prendre au sérieux. Mais il était plus important encore qu'il comprenne toute l'importance et urgence de notre mission. De toute façon, je détestais l'idée de manipuler un gosse tout comme je déteste tous les menteurs et manipulateurs en général.

                    "Tu veux en savoir plus sur ce qu'on fait ? Pour l'instant, je recrute, et on traque tout simplement les anti-métas, où qu'ils se trouvent, jusque dans leurs chiottes s'il le faut." Sans gêne, au risque de le brusquer, je le quitte un instant pour fouiller l'un des corps calcinés, pour en extirper un smartphone. Pas de code pour le déverrouiller ? Parfait. "Attends deux s'condes." Je tapote le numéro de Vicious, sauve le numéro et lui tend l'appareil, l'air satisfait d'avoir dompté l'appareil comme un véritable hacker des temps modernes : "Appelle-nous si t'as une galère. Pas avec les trucs de ta vie perso, j'en ai rien à foutre, mais avec des humains. On s'ra là." Il n'allait surement rien comprendre. Pourquoi prendre un téléphone à moitié calciné de la poche d'un type à moitié mort - ou peut être déjà mort ? Pour éviter de se faire tracer par la polie, pardi ! C'est pourtant la base. Le gamin avait surement un téléphone de ses tuteurs, ou par je ne sais quel biais. Tous les gamins ont un smartphone. J'espérais finalement, sincèrement, qu'il percute pourquoi je lui tendais cet appareil.

                    En plus présentant les corps d'un geste des doigts : "J'te laisse gérer la suite, gamin. J'ai des trucs à faire." Je pose sa main sur son épaule, le fixant dans les yeux alors que je fais disparaître le Dieu des Cendres. Ma chair se reforme, un spectacle assez déconcertant pour lui faire faire des cauchemar pendant des mois. Ma gueule humaine était bien plus acceptable. Ma crête brune et blanche, ma peau au teint un poil halé par les origines de mon père, je lui montrait qui j'étais vraiment.

                    "J'espère qu'on se reverra. Si ma Révélation s'avère exacte, tu sauras vite dans quel camp te ranger."









                    James Black : My dark pages



                    Invité, ne vois tu pas la guerre qui se profile ?
                  • Jiao Wu
                    CIVIL - Indécis
                    (0)79157862101530156040VoteurV.I.P.Flooder[b]
                    id09.07.17 20:25
                    (0)Volonté : 79Messages : 1578$US : 62Xp : 10Force : 15Résilience : 30Agilité : 15Réflexes : 60Spiritualité : 40Astuce : VoteurV.I.P.Flooder[b]Badges :
                    (0)79157862101530156040VoteurV.I.P.Flooder[b]
                    avatar
                    (0)79157862101530156040VoteurV.I.P.Flooder[b]
                      CIVIL - Indécis




                      Le méta-humain au crâne de feu n’était pas n’importe quoi. Survivre à trois coups de feu n’était pas donné à tout le monde. Jiao avait l’impression d’avoir affaire à un fou, non plus qu’un fou, à un gourou. Mais un guide charismatique qui savait trouver les mots pour réveiller les consciences. Un sentiment de révolte était né au sein du jeune garçon. « Treize ans... » L’Asiatique pinça ses lèvres lorsqu’il se rendit compte qu’il avait, inconsciemment, livré une information.

                      Son nouveau « camarade de chasse » s’avança vers les corps calcinés puis, sans gêne, extirpa un smartphone encore en assez bon état. Qu'avait-il derrière la tête ? Après quelques petites manipulations, il remit l’appareil entre les mains de l’adolescent dubitatif. Un numéro avait été ajouté dans le téléphone. Vicious… C’était le nom de l’inconnu ou d’une autre personne ? Cependant, Jiao n’eut pas le temps de le savoir que son sauveur s’éloignait et changeait d’apparence. Le démon laissa place à l’homme. Le jeune Chinois imprima dans son esprit le visage du biker.

                      Son regard dériva ensuite vers son nouveau smartphone. Il hésitait à s’en débarrasser sur-le-champ, mais son intuition lui affirma que ce bien lui sera d’une grande utilité par la suite. Dans le doute donc, il le rangea dans l’une de ses poches avant de sortir son propre téléphone. Un rire mauvais secoua Jiao. L’autre l’aurait certainement tué sans hésitation pour ce qu’il s’apprêtait à faire. « Bonjour, j’aimerais appeler une ambulance à l’adresse suivante... » Jiao avait pitié de ces hommes. C’était la seule chose qu’il allait faire pour eux.