La Terre, cœur de l’Univers, s'éveille au surnaturel… Janvier 2016, les méta-humains font leur apparition dans un fracas invraisemblable ; des hommes, des femmes, des enfants, personnes âgées à nourrissons, sont frappés par ce qu’on explique pas, des dons - ou une malédiction ? - qui les cataloguent comme des êtres à part entière, des faux humains, des méta-humains. Le monde entier est touché, nulle exception.

Nous sommes à LibertyTown, aux États-Unis, une ville aux grands enjeux, là où les méta-humains sont recensés en masse. Les médias s’y affolent, jouent des coudes pour avoir les derniers potins, les derniers événements marquants. Un jeu dans lequel tout le monde se plaît de participer, au point d’oublier la question essentielle à cette découverte : quel avenir pour ceux qui finiront par surpasser la race humaine ?

Lire la suite...
Actualités récentes
29/07 : Recensement & Prépa V3 ─ www
10/06 : Recrutement & Animation ─ www
30/05 : Amélioration du contenu graphique ─ www
Activité du forum
8 mois d'existence
Plus de 140 membres inscrits
148 histoires et 1181 pages RP

LE STAFF
LES PRÉDÉFINIS
LES AMIS

Metro, l'Apocalypse à vos portes : Forum RPG CHRONOSREP

Origin of the Ice [Ft Micah]

  • Rony Frost
    Juge
    (6)46+0184032201030405020V.I.P.
    Voteur
    Flooder
    Courageux
    Meetic
    id20.06.17 12:21
    (6)Volonté : 46Messages : +0Réputation : 1840$US : 32Xp : 20Force : 10Résilience : 30Agilité : 40Réflexes : 50Spiritualité : 20Astuce : V.I.P.
    Voteur
    Flooder
    Courageux
    MeeticBadges :
    avatar
    (6)46+0184032201030405020V.I.P.
    Voteur
    Flooder
    Courageux
    Meetic




      29 Septembre 2016 - Fin de journée
      Appartement de Rony



      Cela allait bientôt faire deux semaines depuis la rencontre avec la jeune rousse. Elle n'avait pas encore rappelé. Trop de travail ? Plus l'envie ? Je ne savais pas vraiment. Entre temps, j'avais fait une rencontre pour le moins étrange, mais qui se révélait être plus que positive. J'ai appris à maîtriser mieux mon pouvoir. Désormais, j'étais en mesure de former quelques pics et une forme ressemblant de près ou de loin à un égide. C'était la fin de journée. Encore une de ces journées ensoleillées. Heureusement, Grâce à mes pouvoirs, j'arrivais à réduire la chaleur dans mon appartement. J'étais assis dans mon fauteuil à regarder une émission, quand soudain, la sonnette résonant dans l'appartement. A cette heure ? Peut-être Satoru. Ou même la jeune femme. Je ne savais pas. Arrivé à la porte, je fus surpris quand je l'ouvris. C'était 4 hommes, habillés chiquement. Costard cravate noire.



      Bonjours ! Désolé de vous déranger, nous sommes venues suite à votre appel concernant la température de votre appartement.



      Mais je n'ai jamais appelé. Cela devait être une erreur ou un canular. Mais ça m'avait quand trop sérieux pour en être une. Lorsque l'homme du fond passa sa main dans son dos, je comprenais très vite la situation. Ce n'était en aucun cas des professionnels de ce domaine. Mais plutôt des mercenaires. Ou je ne savais trop quoi. Il devait sûrement essayer son arme ou quelque chose que je risquerais de ne pas trop aimer. Ils devaient savoir par je ne savait qu'elle moyen que j'avais des pouvoirs. Sans ça, ils ne mentionneraient pas la température. Sans perdre une seconde, ayant toujours la main droite sur la poignet de la porte, je décida de la refermer aussitôt, puis de geler la porte avec le mur. Ce n'était pas très solide, mais ça devrait les retenir quelques instants. Je prenais la direction de ma chambre et décida de me cachait dans l'armoire. Pas très discret, mais au moins, je pouvais avoir un aperçu dans la chambre. J'entendais au loin la porte se briser et les hommes entrer à toute vitesse.



      Fouiller tout l'appartement ! Il faut qu'on chope cet usurpateur à tout prix ! Et vivant !



      Hein ? Comment ça usurpateur ? Usurper quoi ? Encore des demeurés ! Je les entendaient remuer tout l'appartement. Quand soudain, l'un des hommes entra dans la chambre. Il commençait à fouiller. Une fois devant l'armoire, il s’apprêtait à l'ouvrir. Mais je frappais la porte tellement fort qu'il fut projeté contre le mur. Il était tout étourdis, je me rapprochais de lui, agrippa sa tête au niveau des cheveux et la claqua sur la table de chevet. Il tomba et ne bougea plus. Probablement assommer. Un de moins. Plus que 3. Le raffut avait forcement alerté les autres. Il fallait que j'agisse vite.



      Je sortais de ma chambre et en regardant le salon, je voyais deux des trois venir. J'étais désormais dos à la porte de la salle de bain. J'ai juste eu le temps de former mon bouclier. Le premier lançait une attaque frontale. J'ai réussi à le parer sans trop de damage, mais c'était au tour du second, aussi encaisser, mais ça faisait déjà plus mal. J'attendrais pas un prochain, j'utilisais la porte fermée derrière moi comme point d'ancrage pour me propulser. Avec un coup d'égide venant du bas, je parvins à neutraliser le plus proche. Le second en profita pour m’assener un coup sur le côté du visage. Cela me fis reculer et en tentant de me retenir pour ne pas tomber, j'ouvris la porte de la salle de bain, m'écrasant au sol. Je recula et me mis dos au lavabo. L'homme allait entrer dans la pièce. Pour le mettre au sol, cela n'allait pas être du gâteau. Soudain, une idée brillante me venais. Le robinet de ma salle de bain était défectueux, autant en profité. Je me levais et donner un grand coup de bouclier sur le robinet. Ce qui eu pour effet d'envoyer une colonne d'eau sur l'assaillant. Pour l'instant, il avait juste été surpris par l'eau, rien de plus. Je mis ma main droite à la source de la colonne et la gela instantanément. On aurait dit comme un coup de poing géant façon glace. Il vola à travers l'appartement.



      Et de 3. Plus qu'1. Mais où était-il ? Je ne savais pas. Mon appartement était dans un piteux état. Il va falloir que je nettoie tout ce bordel une fois le tout fini. La seule échappatoire possible que je puisse envisager était d'aller au commissariat pour déclarer l'attaque. Certes, ils seraient au courant que j'étais différent d'eux, mais peut-être seraient-ils enclin à m'aider ? Je pris donc la direction de la sortie. Quand je vis que le dernier était sur le pallier avec une arme à feu dans les mains. Ne savant pas si mon bouclier était bulletproof, je décida de me rendre.



      C'est bon, vous avez gagnés ! Que me voulez vous ?



      Tu verras bien, voleur !



      Je sentis quelque chose heurter l’arrière de mon crane si fort que se fut le noir instantanément. Lorsque je ré-ouvrit les yeux, j'étais dans un endroit fermé, avec très peu de luminosité. J'avais les pieds liés et les mains attachées à un gros tuyau. Un homme dont le visage ne m'était pas inconnu s'approcha.



      Ben ça alors ! Quelle coïncidence ! On se retrouve ! Qu'a tu as dire pour ta défense, escroc !




  • Micah Prescott
    Indécis
    (10)96+0112077256530251515Chance du débutantCourageuseFlooder
    id22.06.17 19:08
    (10)Volonté : 96Messages : +0Réputation : 1120$US : 77Xp : 25Force : 65Résilience : 30Agilité : 25Réflexes : 15Spiritualité : 15Astuce : Chance du débutantCourageuseFlooder Badges :
    avatar
    (10)96+0112077256530251515Chance du débutantCourageuseFlooder

      Micah Prescott

      ft. Yosetta Cyr-Rancourt

      「 Icy case 」
      Cela faisait déjà un petit moment depuis sa rencontre avec Rony. Micah ne pouvait pas s’ôter de la tête l’idée de découvrir d’où provenait les pouvoirs du jeune homme. Et puis le fait qu’il avait réussi à se rappeler quelques détails de son accident d’hélicoptère pouvait peut-être l’aider. La rousse venait de terminer d’effectuer des clichés pour un article qui allait paraître le lendemain. Elle regarda le résultat de ceux-ci et se décida à en choisir une dizaine qu’elle allait proposer à sa collègue journaliste. La demoiselle allait encore devoir les retoucher un petit peu au niveau de la luminosité et du contraste. Micah fourra son appareil photo au fond de son sac et se mit en chemin pour rentrer chez elle. Elle enverrait les photographies le soir même, par mail. Traversant la ville, la rousse ne put s’empêcher de repenser à Rony. Il fallait absolument qu’elle découvre ce qu’il en était. Au fond d’elle, elle savait pertinemment que le sentiment qu’elle avait à ce moment-là ne partirait pas sans avoir assouvi sa curiosité. On lui disait souvent, lorsqu’elle était jeune, que sa curiosité était mal placée. C’était vrai, parfois. La rousse repensa alors à la peste qui la dénonçait toujours à la police lorsqu’elle entrait par effraction quelque part ou quand elle prenait des photos de personnes importantes (plus ou moins). Cela faisait un moment qu’elle ne l’avait pas vue, et c’était pour le mieux. Avec son espèce de sixième sens, elle ferait fourrer la plupart de ses affaires actuelles. Cette peste était douée pour la retrouver où qu’elle aille.

      Soufflant un bon coup devant cette pensée, Micah prit la résolution de se rendre chez Rony. Après quelques longues minutes de trajet, elle arriva enfin au pied de l’immeuble où il habitait. En montant les escaliers, la demoiselle ressentit une sorte de sensation bizarre. Elle ne saurait pas dire quoi, mais cette sensation était là. Une fois à l’étage du jeune homme, la rousse découvrit que la porte de l’appartement était légèrement entre-ouverte. Tout ceci ne disait rien de bon. Elle sortit un mouchoir de son sac et attrapa la poignée avec celui-ci en veillant précautionneusement à ce que sa peau n’entre pas en contact avec l’objet métallique. Elle poussa donc doucement la porte avec le mouchoir toujours en main. Micah n’avait pas pris son arme avec elle, alors elle resta tout de même sur ses gardes. N’entendant aucun bruit, elle fit le tour de l’appartement.

      « Rony ? C’est Micah. »

      La rousse était consciente que le jeune homme n’était pas présent, mais elle voulait essayer malgré tout. Elle se rendit dans toutes les pièces, mais aucune trace du jeune homme. Elle tenta alors de lui téléphoner plusieurs fois, mais aucune réponse. Il fallait se rendre à l’évidence, soit il avait été enlevé et il était encore vivant, soit son corps serait retrouvé le lendemain par la police. Il y avait effectivement des gouttes de sang sur le sol, cependant cela ne voulait rien dire. La quantité n’était pas assez conséquente pour être fatale. Cherchant un maximum d’indice, elle prit des photos de tout ce qui pouvait paraître suspect. Laissant toujours les preuves sur place. Ne sait-on jamais, peut-être que la police arriverait à le retrouver avant elle. Elle décida de lancer un coup de fil anonyme aux forces de l’ordre avant de quitter les lieux en prenant soin de ne toucher à rien.

      Une fois arrivée chez elle, elle importa les photos de l’appartement ainsi que celles qu’elle devait rendre pour le soir même. Elle fit les retouches nécessaires et envoya celles-ci à Sonia, la journaliste. Puis, elle se pencha sur l’affaire Rony.

    • Rony Frost
      Juge
      (6)46+0184032201030405020V.I.P.
      Voteur
      Flooder
      Courageux
      Meetic
      id08.07.17 16:48
      (6)Volonté : 46Messages : +0Réputation : 1840$US : 32Xp : 20Force : 10Résilience : 30Agilité : 40Réflexes : 50Spiritualité : 20Astuce : V.I.P.
      Voteur
      Flooder
      Courageux
      MeeticBadges :
      avatar
      (6)46+0184032201030405020V.I.P.
      Voteur
      Flooder
      Courageux
      Meetic




        Inconnue - Inconnue
        Inconnue



        L'homme avait une voix familière. Je ne saurais dire quand et où je l'avais entendus, mais quelque chose de sûr était que cela ne datait pas d'hier. Avec lui, se tenait 3 hommes armés de battes. Ils essayaient d'avoir l'air menaçant, mais, dû à mon apprentissage et mon stage militaire, je savais réagir en conséquence et ne pas laisser la panique prendre le dessus.



        Tu te souviens de moi ?



        N'ayant aucun souvenir de cette personne. Je savais juste que je l'avais déjà rencontrer. Au vu de l'expression de son visage, il avait l'air surpris que je ne le reconnaissais pas. Il reprit son monologue.



        (En finlandais) et maintenant ? Ça t'aide à retrouver la mémoire ?

         

        Hein ? Il savait parler Finlandais ? Ça devait forcement être quel-. Mais oui ! C'était bon, je m'en rappelais. C'était le chirurgien qui s'était occupé de moi à l’hôpital suite à mon crash. Mais que faisait-il là ? Et surtout, que me voulait-il ?



        Il semblerait que tu es retrouvé la mémoire. Petit rappel si jamais tu as oublié, je suis le Dr. Jarvinen. Tu dois te demander pourquoi tout ce raffuts et la raison de ma venu ? Il se pourrait bien que tu m’as pris quelque chose. Quelque chose qu'il me revient de droit. Donc ce qu'on va faire, c'est que tu vas m'expliquer comment tu as fait et tu vas me le rendre.

         


        Mais il était complètement fou. Je n'ai strictement rien volé. Il devait forcement confondre avec quelqu'un d'autre.



        Voler quoi ? Ça devait avoir de l'importance si tu t’inquiètes autant (dis-je avec un sourire narquois)



        Soudain il s'éloigna, récupéra un objet métallique. Je n'arrivais pas à voir ce que c'était, mais au bruit, c'était sûrement pas du plastique. En se tournant, je pouvais clairement identifier une chaîne. Pas besoin d'être un génie pour comprendre que ce n'était pas pour faire jolie. Il s'approcha de moi, pris un peu d'élan, puis m'asséna un puissant coups sur le côté droit de mon crane. Le choc fut tels, que ma tête fut emmené par le mouvement, quelque chose de choses coulait, en reprenant mes esprits, c'était mon sang qui coulait. Il était rouge, mais un rouge clair, comme s'il y avait une nuance de bleu dedans. Étrange. Il me reposa la question, qui fut accompagné de la même réponse. Et BAM, un autre coup. Ce coup-ci, on pouvait clairement distinguer du bleu dans mes tâches de sangs. Je fus stupéfié par cette découverte. Il s'approcha et s’accroupi devant la tâche rouge sang, teinté de bleu ciel.



        Tu vois, c'est de ça que je parle. Comment à tu fais pour l'acquérir, alors, que nous, cela fait des années que l'on essaye ?

         


        Je n'en est aucun idée, espèce de malade ! (Je sentais la rage monter en moi) maintenant tu vas me relâcher de SUITE !




        A peine je pus finir ma phrase, que mes menottes se gelaient et explosaient. J'étais libre, mais par dessus-tout, j'étais énervé, j'avais envie de mettre fin à leurs jours sur le chant. Je fis apparaître de la glace sur mes deux bras, sur l'un, une batte gelée, sur l'autre, mon égide.




        A mon tour




        le premier homme s'approcha de moi, tenta une frappe lourde, pas difficile à esquiver. S'ensuivit par un revers de ma batte en pleine mâchoire, il tomba raide au sol. Le second profita que ma batte soit de l'autre extrémité pour m’assener un coup tellement violent, que ma batte s'envola et se brisa, et me fis titubait. Une sorte de craquement était audible lors du choc. Okay, donc mon bras droit était devenu inutilisable. Ma stratégie sur le premier avait très bien fonctionné, donc je la remis en pratique. Même résultat. Il ne restait plus qu'un homme. Moins baraqué que les autres, tremblant. Le Dr. N'était plus devant moi, mais sur le côté, hurlant :



        Attends ! C'est bon, on se rend, tu as gagné !



        Je tournai la tête pour voir si oui ou non reddition il y avait bien. A la place, je vis un bouclier massif, d'une beauté sans égale. Le Dr. S'approchais de moi avec ce fameux égide. Plus il s'approchait, plus le bouclier s'illuminait, plus j'avais l'impression qu'on me vidait de mon énergie. A t-elle point que mes jambes se dérobaient pour tomber à genoux.



        Voilà ! C'est comme ça ! Je ne sais pas encore pourquoi, mais j'ai le comment !



        La voix était de plus en plus faible jusqu’à ce que je n'entendisse plus rien. De même pour la vue. Lorsque je ré-ouvris les yeux. C'était retour à la case départ. Enchaîné mais plus fermement, avec des gants sans doute pour m’empêche d'utiliser mes pouvoirs. Le Dr était assis devant moi. Je voulais avoir des réponses. Sur tout ce bordel, sur pourquoi j'ai ces dons, ou malédiction ? Peut-être savait-il ?




      • Micah Prescott
        Indécis
        (10)96+0112077256530251515Chance du débutantCourageuseFlooder
        id11.07.17 13:38
        (10)Volonté : 96Messages : +0Réputation : 1120$US : 77Xp : 25Force : 65Résilience : 30Agilité : 25Réflexes : 15Spiritualité : 15Astuce : Chance du débutantCourageuseFlooder Badges :
        avatar
        (10)96+0112077256530251515Chance du débutantCourageuseFlooder

          Micah Prescott

          ft. Yosetta Cyr-Rancourt

          「 Icy case 」
          Cela faisait maintenant une semaine que Micah essayait de retrouver la trace de Rony, sans y parvenir. Elle avait suivi quelques pistes, mais aucune n’avait vraiment conduit quelque part. La rousse ne voulait pas abandonner. Elle savait qu’elle était une bonne détective et qu’elle saurait trouver quelque chose d’ici peu. Il fallait juste être un peu plus patiente. En espérant que le jeune homme soit toujours en vie. Elle regardait souvent les actualités et écoutait la radio afin de savoir si l’on avait trouvé un corps. Malheureusement, rien de neuf de ce côté-là. La demoiselle savait aussi que parfois il fallait attendre plusieurs années avant de retrouver quoi que ce soit. Elle soupira. Récemment, elle était entrée en contact avec un policier qui avait accepté de l’aider. Ils se voyaient de temps en temps pour parler de l’affaire Rony. Et aujourd’hui était l’un de ces jours. La rousse regarda sa montre. Elle avait rendez-vous dans une quinzaine de minutes dans un café à Upsilon. Autant dire qu’il fallait qu’elle se dépêche. Ni une, ni deux, elle attrapa sa veste et parti en fermant la porte de son bureau.

          Une fois à Upsilon, Micah décida de passer chez Rony afin de vérifier que rien n’avait bougé et qu’il n’était pas revenu sans l’avertir. Malheureusement, ce n’était pas le cas. Elle partit donc de l’appartement, pensive. Elle était maintenant entrée dans le dit café et fit signe à l’officier. Celui-ci se trouvait à la même table où ils s’asseyaient habituellement. La rousse lui fit son plus beau sourire. Elle vint se poster en face de lui sans s’asseoir et émit un petit rire. « Je vois que vous avez commencé à manger sans moi, ce n’est pas très aimable de votre part. » Le policier mangeait tranquillement une part de tarte au citron meringuée. Il leva les yeux de sa nourriture et ne lui répondit pas. Micah n'en tint pas rigueur et s’assit finalement. Elle demanda à la serveuse un verre d’eau et un croissant. Il n’était que dix heures trente du matin, elle n’allait pas manger, comme lui, un dessert. Une fois la nourriture arrivée devant la rousse, elle engloutit celle-ci en silence, laissant par la même occasion le policier terminer lui aussi. « Alors, vous avez des nouvelles ? Une piste utile cette fois ? » La demoiselle fit un non de la tête. Son visage se déforma pour faire une sorte de grimace triste. « Allons, ne faites pas cette tête. J’ai une bonne nouvelle pour vous. Enfin, ne vous réjouissez pas trop non plus, mais j’ai peut-être quelque chose. »

          Le visage de la rousse s’alluma un peu. Elle attendait de savoir ce que pouvait bien lui réserver son interlocuteur. Celui-ci sortit un papier plié en quatre de sa poche. Au recto, on pouvait voir une photo avec quelques hommes et au verso, un nom et une date. Ce n’était pas le nom d’une personne, mais plutôt celui d’un groupe. « Après que vous m’ayez parlé du pouvoir de votre ami et de son accident, cela m’a rappelé une histoire que j’avais entendue il y a quelques années. Vous voyez les hommes sur cette photo ? » Micah hocha la tête doucement, pressée d’entendre la suite. « Hé bien, ils étaient soupçonnés d’appartenir à une secte qui vouait une adoration à un espèce d’esprit de glace. » Il marqua une pause, puis reprit. « Je ne sais pas si ça a un rapport, peut-être que ça n’a rien à voir et peut-être que cette secte n’existe pas, mais je me suis dit que c’était un début de piste à suivre. » La rousse semblait réfléchir quelques instants. Elle avala d’une traite son verre d’eau, se leva brusquement de sa chaise, manquant de la renverser. Puis elle s’adressa au policier, un sourire victorieux aux lèvres. « Vous êtes le meilleur ! J’avais déjà effectué quelques recherches rapides sur cette secte sans vraiment y faire attention, mais puisque vous m’en parlez, je vais chercher un peu plus loin. Est-ce que je peux vous emprunter cette photo ? Super merci, à bientôt ! » Elle n’attendit pas sa réponse et quelques secondes plus tard, elle était hors du café.

          ---------------------------------------------

          Quatre jours plus tard

          Micah venait d’arriver à proximité d’un entrepôt qui semblait abandonné vu de l’extérieur. Ses recherches sur la secte l’avaient menée jusqu’ici. Elle avait eu un peu de difficulté à trouver d’anciens membres qui osaient lui en parler. Fort heureusement pour elle, elle avait réussi à persuader, un peu par la torture, l’un d’entre eux de lui révéler leur cachette. La jeune femme était fatiguée, cela faisait quelques jours qu’elle ne dormait pas. Elle espérait que ces gens ne seraient pas trop nombreux et que Rony ne serait pas en trop mauvais état pour l’aider. Elle avait envoyé un message à son ami officier pour le prévenir qu’elle avait une piste sérieuse et que si il n’avait pas de nouvelles d’elle d’ici deux heures, il devait venir avec des renforts à l’adresse qu’elle lui avait indiqué. Elle resta tapie dans l’ombre de la ruelle devant le bâtiment pendant quelques instants, réfléchissant à un plan B si son premier plan échouait. Elle essayait aussi d’écouter afin de peut-être entendre un bruit suspect.

        • Rony Frost
          Juge
          (6)46+0184032201030405020V.I.P.
          Voteur
          Flooder
          Courageux
          Meetic
          id13.07.17 2:54
          (6)Volonté : 46Messages : +0Réputation : 1840$US : 32Xp : 20Force : 10Résilience : 30Agilité : 40Réflexes : 50Spiritualité : 20Astuce : V.I.P.
          Voteur
          Flooder
          Courageux
          MeeticBadges :
          avatar
          (6)46+0184032201030405020V.I.P.
          Voteur
          Flooder
          Courageux
          Meetic




            Inconnue - Inconnue
            Inconnue



            Cela faisait déjà plusieurs fois que cela se produisait. Ça doit s’arrêter ! Si jamais je me libère une nouvelle fois, je ne referais pas deux fois la même erreur. Les gants me seraient bien trop forts les mains. Je n’avais aucune liberté de mouvement. J'étais une nouvelle fois enchaîné comme de la viande prête à être découpée. L'homme était assis, devant moi. Je ne savais pas depuis combien de temps j'étais là. Une matinée ? Une journée ? Une semaine ? Je n'en savais rien. Si c'était depuis aussi longtemps. C'était mal engagé pour moi. Je ne connaissais personne dans la ville. Facile à faire disparaître. Ce qui voulait dire qu'une fois les informations qu'il souhaitait récupérer, il va sûrement me supprimer de l'équation. Il fallait que je réfléchisse à un nouveau plan d'attaque. Et ce coup-ci, pour s'enfuir, quitte à en foutre quelques-uns six pieds sous terre.



            L'homme restait immobile, l'air pensif. Il tenait un couteau dans ses mains. Il s'amusait à le faire tourner comme si cela allait l'amener à trouver ce qu'il recherche. Dans son exécution, on reconnaissait facilement l’agilité d'un docteur. L'une des deux questions qui me turlupinait était de savoir s'il avait vraiment de quoi le faire. Je ne pensais pas, plutôt laisser ça à un quelconque sbire. La seconde était qu'elle était la conclusion qu'il avait tirer juste avant le black out. Tout ça doit être lié à ce bouclier. Il avait une aura, quelque chose de familier, je ne saurais quoi dire, mais j'ai l'impression de l'avoir déjà vu. En parlant de lui, il était là, adosser sur le mur, à la même distance que pendant le black-out. Il semblait que plus il restait près de moi, plus je m'habituais à sa présence.



            L'homme décida enfin de se lever et se dirigea vers moi. Une impression de déjà-vu. C'était clair qu'il avait trouvé sa réponse. Il sera fort le couteau dans sa main droite et s'approcha plus pour être à porter d'action contre moi. Allez ! Encore quelques centimètres, et je pourrais lui faire regretter de s'approcher. Il appela deux sbires, il n'en restait plus qu'un en arrière. S'il y en avait d'autres, ils n'étaient sûrement pas à côté. Les deux sbires m'attrapaient la tête pour me l'immobiliser. J'avais donc la tête tournée à 90 degrés, mais que font ces abrutis ? Le docteur approchait le couteau de ma joue, l'entailla et pas qu'un peu, sans même voir la plaie, je sentais que ça coulait le long du reste de la joue et dans le cou. La douleur ne se fit pas attendre, je faisais tout pour me débattre. Mais les deux sbires m’en-penchais toute action. Par la même occasion, je poussais un hurlement à m'en arracher la voix. Je sentais une nouvelle fois la rage monter. J'avais l'envie de tout casser. De nouveau l'envie de les fracasser, un par un. Le docteur se mit à hurler. Pris un bout de verre fracturé et l'utilisa comme un miroir juste devant moi. Mes yeux avaient changé de couleur. Ils étaient devenus bleu clair, proche du blanc. Avait-il réussi à conclure quelque chose ?



            Te rappelles-tu de ce qui s'est passé après ton accident ?
            Mon air étonné le fit poursuivre.
            Tu t'es écrasé, mais ça, tu le sais déjà.
            Tu t'es ensuite sortis de la carcasse et tu as marché, marché.
            Jusqu’à trouver une grotte. Notre grotte. Là où se trouvait ce bouclier.
            Il le montra du bout de son couteau ensanglanté.
            Tu as déambulé jusqu'au fond, là ou se trouvait la statue et ce bouclier. Et tu l'as touché !
            SALIS ! DE TON SANG IMPUR! TU NOUS AS VOLE CE QUI NOUS REVIENT DE DROITS ! DE NAISSANCE !
            Dit-il en m’assénant un revers de couteau sur le bras droit.
            ET POUR CA, TU VAS LE PAYER ! DE TA VIE ! UNE FOIS QUE NOUS SAURONS COMMENT RÉCUPÉRER LE DON, TU SERAS SACRIFIE !



            Il fit demi-tour et ordonna d'un signe de tête aux deux sbires de me lâcher. Ma joue me faisait énormément mal, de même pour mon bras. J'étais dans une telle colère, que la rage commençait à prendre le dessus. Tous, dos à moi, ils repartaient dans ce qui semblait un pré-fabriquer. Cela ne devait pas se situer à plus de 20 mètres. Juste avant de rentrer dedans, je leurs adressa une dernière fois la parole, d'une fois étrangement calme.



            Priez pour que ces chaînes ne se brisent jamais.



            Ils se remettaient en direction du pré-fabriquer et rentraient tous. j 'étais désormais seul, dans le coin de l’entrepôt mal éclairé, à attendre mon sort.




          • Micah Prescott
            Indécis
            (10)96+0112077256530251515Chance du débutantCourageuseFlooder
            id16.07.17 20:54
            (10)Volonté : 96Messages : +0Réputation : 1120$US : 77Xp : 25Force : 65Résilience : 30Agilité : 25Réflexes : 15Spiritualité : 15Astuce : Chance du débutantCourageuseFlooder Badges :
            avatar
            (10)96+0112077256530251515Chance du débutantCourageuseFlooder

              Micah Prescott

              ft. Yosetta Cyr-Rancourt

              「 Icy case 」
              Tapie dans l’ombre depuis déjà quelques minutes, Micah attendit encore afin de voir si quelqu’un allait sortir du bâtiment. Tout était étrangement silencieux. La rousse entreprit finalement de faire quelques pas à l’intérieur. Le bâtiment abandonné semblait avoir un sous-sol. Étonnant que personne ne surveille l’étage supérieur. Mais cela aurait été très suspect que quelqu’un y entre et voit un gardien alors que l’endroit est supposé être vide. La demoiselle marchait à présent sur la pointe des pieds, tout en restant sur ses gardes. Elle avait sorti son colt anaconda et le gardait dans sa main droite. Elle n’hésiterait pas à s’en servir au besoin. Arrivant enfin à hauteur des escaliers, elle put apercevoir deux membres de la secte surveiller le périmètre. C’est alors qu’elle entendit un hurlement venant d’en bas. Ce devait être Rony ! Il ne fallait pas qu’elle tarde trop, elle profita de la distraction que ça fut pour les deux hommes qui s’étaient déplacés en direction de la pièce d’où provenait le hurlement. Micah descendit quelques marches, puis entendit revenir l’un des gardes. Elle se précipita, en silence, juste derrière les escaliers. L’homme semblait regarder dans la direction opposée à la jeune femme. Elle en profita pour lui sauter dessus par surprise et de lui couvrir la bouche avec sa main avant de l’assommer avec la crosse de son arme. Elle cacha ensuite le corps de l’homme inconscient sous l’escalier. Il ne restait plus qu’à espérer qu’il ne se réveille pas de si tôt.

              La rousse entendit des éclats de voix venir d’une pièce non-loin de là où elle se trouvait. Plusieurs bruits de pas résonnèrent dans le couloir. Ne se sentant pas prête à affronter plusieurs personnes en même temps, la demoiselle s’engouffra dans la première porte qu’elle vit. Ce n’était qu’une toute petite pièce, mais dans celle-ci se trouvait une autre porte. Micah ne savait pas où elle conduisait, mais elle savait qu’elle ne pourrait pas ressortir par la porte qu’elle venait d’emprunter. Et bientôt, les autres gardes découvriraient celui qu’elle avait assommé. Respirant un grand coup, elle mît la main sur la poignée et la tourna doucement, essayant de faire le moins de bruit possible. Légèrement entrouverte, elle put constater ça donnait sur un grand entrepôt et au milieu de celui-ci se trouvait une chaise avec une personne assise dessus. Elle jeta un coup d’œil aux alentours de la pièce et il semblait être seul. Elle poussa donc la porte et se déplaça silencieusement, mais rapidement, vers la chaise en question.

              « Rony ?! Tu vas bien ? »

              Micah ne put s’empêcher de remarqué que le jeune homme était ensanglanté. Et apparemment, c’était bien son sang. Elle regarda autour d’elle afin de trouver comment le détacher de ses chaînes. Elle ne pouvait pas tirer au risque d’ameuter toutes les personnes présentes dans le bâtiment. Malheureusement, elle ne trouva rien pour les briser et ils manquaient cruellement de temps. Elle se tourna alors vers Rony. Pouvait-il utiliser ses pouvoirs afin de se libérer ? Elle ne savait pas s’ils l’avaient épuisé physiquement et mentalement. Il était possible qu’il ne puisse pas le faire. La demoiselle se dépêcha de lui poser la question malgré tout.

              « Ok, Rony, c’est soit t’arrive à briser tes chaînes sans faire de bruit et on a plus de temps pour s’enfuir. Soit, je tire dessus avec mon colt et ils se ramènent, donc t’as moins de temps pour récupérer. »