La Terre, cœur de l’Univers, s'éveille au surnaturel… Janvier 2016, les méta-humains font leur apparition dans un fracas invraisemblable ; des hommes, des femmes, des enfants, personnes âgées à nourrissons, sont frappés par ce qu’on explique pas, des dons - ou une malédiction ? - qui les cataloguent comme des êtres à part entière, des faux humains, des méta-humains. Le monde entier est touché, nulle exception.

Nous sommes à LibertyTown, aux États-Unis, une ville aux grands enjeux, là où les méta-humains sont recensés en masse. Les médias s’y affolent, jouent des coudes pour avoir les derniers potins, les derniers événements marquants. Un jeu dans lequel tout le monde se plaît de participer, au point d’oublier la question essentielle à cette découverte : quel avenir pour ceux qui finiront par surpasser la race humaine ?

Lire la suite...
Actualités récentes
10/06 : Recrutement & Animation ─ www
30/05 : Amélioration du contenu graphique ─ www
29/05 : Système de succès opérationnel ─ www
Activité du forum
8 mois d'existence
Plus de 100 membres actifs
138 histoires et 1066 pages RP

LE STAFF
LES PRÉDÉFINIS
LES AMIS

Metro, l'Apocalypse à vos portes : Forum RPG CHRONOSREP

[Solo] You can bring me back to life

  • Hannibal Von Jäggerjack
    ETA - Dominateur
    (9)431+095530403010403040FondatriceFranc-maçonGrand fouMeeticV.I.P.
    id10.07.17 16:32
    (9)Volonté : 431Messages : +0Réputation : 955$US : 30Xp : 40Force : 30Résilience : 10Agilité : 40Réflexes : 30Spiritualité : 40Astuce : FondatriceFranc-maçonGrand fouMeeticV.I.P.Badges :
    avatar
    (9)431+095530403010403040FondatriceFranc-maçonGrand fouMeeticV.I.P.
      ETA - Dominateur

         
      Only you can stop the pain
      6 décembre 2016. Alles Gute zum Geburtstag!

      Papa, Père,

      Je croyais... Je croyais être capable de porter le poids du monde sur mes épaules, être ton messie, le tien et celui de Dieu. Celui de Hyéronimus. J'ai faillis à mon devoir, combien même j'aimerai, je ne peux pas. Je ne suis qu'une simple humaine.
      Tu penses toujours qu'être humain suffit à Dieu ? Je lui voue ma vie, toute mon intégrité, mes plus grands espoirs et lui offre mes rêves. J'ai consacré ma vie à son existence céleste.  Me remercie t-il en donnant des capacités surnaturelles à d'autres ?
      J'étais censée être celle qui répondrait à ses plus grandes attentes, son enfant préféré. J'aurai aimé être Samael, cet enfant de la lumière adoré par son père. J'ai fini tel Lucifer, au fond des enfers. Je croyais être l'élue. Je suis l'élue déchue.


      L'encre tombe sur la lettre, tout s'efface et s'enlace, cela ne ressemble plus à rien d'autre qu'une tâche, qu'un vaste échec. Un énième. Les larmes s'écoulent sur tes joues, t'effondrant sur ton pupitre, à en hurler toute la rage condensée dans ce si petit corps. Voilà des semaines que tu tentes d'exprimer ces sentiments contraires qui t'habitent, ceux de l'amour inconditionnel que tu portes à l'égard de ton père mais surtout cette haine qu'il provoque en toi depuis tant d'années. Dévorée, détruite de l'intérieure, tu n'as plus rien d'autres en toi qu'un vide béant d'incertitudes. Il y a des jours où mourir est la solution la plus agréable qui sonne dans tes entrailles.

      00h32. SMS. Il y aura à manger pour deux ce soir. Cain, cet homme pour qui tu éprouves les mêmes sentiments contraires, bien que la balance tente à se pencher depuis quelques mois. Une rencontre hasardeuse, qui fini un coup d'un soir, puis une relation secrète entre rendez-vous tardifs et petit verres alcoolisés entre deux meurtres. Une relation qui se souhaitait stable à l'avenir, tu l’espères. Ce n'est pas comme-ci vous n'aviez pas déjà quelque chose en commun, de bien plus fort que des relations sexuelles tordues. Vous avez donné la vie. Et tu as porté le poids de sa mort seule. Je me souviens du jour où tu as demandé à ton père si tu pouvais avoir un mariage de princesse. Il t'avait justement répondu « un mariage d'impératrice ou rien. » Quinze ans, déjà folle amoureuse de la main de son père, Caïn Powell faisait de l'effet à toutes les femmes du manoir, à commencer par ta mère, ayant presque suppliée à ses genoux qu'il la tringle comme la plus grosse des... Bref. Ta petite sœur aussi, Willy, rêvait secrètement d'avoir la bague aux doigts et l'homme à son bras.

      Aucune n'a réussi.
      Hormis toi.

      Fierté mal placée, tu as surtout eu la punition de porter la vie, une part de lui, une part de toi, et de la perdre aussitôt. Sans mariage, sans vie heureuse, sans surprise agréable de la vie. Sans rien hormis une peine grandissante de jour en jour, des cicatrices qui ne se ferment pas et ne veulent pas se panser.

      SMS. Nous aurons l'occasion de fêter ça plus tard. Journée chargée, beaucoup de fatigue. Ils ne s'étaient pas vu depuis un moment et pour cause. Quelque chose cloche chez Hannie depuis quelques jours et cela la tourmente au point d'en vomir chaque matin.
    • Hannibal Von Jäggerjack
      ETA - Dominateur
      (9)431+095530403010403040FondatriceFranc-maçonGrand fouMeeticV.I.P.
      id10.07.17 23:36
      (9)Volonté : 431Messages : +0Réputation : 955$US : 30Xp : 40Force : 30Résilience : 10Agilité : 40Réflexes : 30Spiritualité : 40Astuce : FondatriceFranc-maçonGrand fouMeeticV.I.P.Badges :
      avatar
      (9)431+095530403010403040FondatriceFranc-maçonGrand fouMeeticV.I.P.
        ETA - Dominateur

           
        Only you can stop the pain
        ... on ne parle jamais vraiment de maman, on ne parle pas d'elle, de ses intentions mal placées ou de ses rêves les plus intéressés. On ne parle pas non plus de la mère aimante qu'elle a été avec les trois autres enfants qui ont composé cette famille, sauf moi. Je lui pardonne d'avoir aimé Hyéronimus plus que moi, il est un ange descendu du ciel, remonté trop vite.

        Quand je suis arrivée à ma quinzaine d'années, j'ai compris qu'elle n'a pas porté ma vie au sein de son humanité. Je suis tombée sur plusieurs lettres qu'elle écrivait à son amant, son tendre et cher François, un français malotru richissime, toujours présents à vos grands bals. Son accent de la France, tu sais celui qui est hautain et meilleur que tous les autres, lui faisait un effet à mouiller son entre-jambes rien qu'à la première syllabe. Bref. Agatha racontait la plus lourde épreuve de sa vie, celle où elle devait choisir entre son titre de Reine du manoir, avec sa richesse et son luxe de vie, ou son honneur.

        Cette pute a choisis son titre. Un titre que j'ai dépassé dès ma venue au monde. Un titre que j'ai obtenu parce que je n'étais pas le fruit de son existence fastidieuse, mais bien de l'amour que tu portes portais à ma mère. Ma vraie mère.


        02h36. SMS. Ce n'est pas une proposition. Un sourire s'affiche sur son visage. Un large sourire en réalité. Du Cain tout craché. Une joie effacée par une précipitation vers les toilettes. Tout ce qu'elle a pu engloutir quelques heures plus tôt, rendu aux entrailles de la terre ─ ou aux égouts, dépend de votre âme poétique. Trois semaines qu'elle se consume à petit feu, se sent mourir de l'intérieur, une sensation dramatique, un état léthargique qui la coupe de ses fonctions de Seraphim et davantage de future Gouverneure.  Une condition problématique pour sa quête du pouvoir et de l'absolution.

        Un virus ? Un poison. Les tests sanguins sont passés depuis quelques jours et les résultats se font attendre. Son assistant, très dévouée à son cheffe, a pris toutes les dispositions pour ne pas que cela s'ébruite. Et quand on pose la question sur son absence depuis quelques semaines au niveau des médias, il se contente de répondre que être Gouverneur ce n'est pas être star de la réalité, chacun son petit jardin secret et sa vie privée. Un adorable jeune homme.

        02h59. SMS. J'ai besoin de prendre soin de moi, je ne suis vraiment pas en forme. Aurait-il les mots juste pour elle ? Est-ce que cette fois Cain peut se montrer tendre, à l'écoute, compatissant ? Au fond, elle en doute.  Et n'espère même pas. Le regard se baisse sur sa poitrine, sur son ventre et s'y attarde. Il y a dix ans, je portais la vie et je t'ai blottis contre moi, avec tellement d'amour et de passion. J'aurai voulu mourir à ta place mon fils.

        Ce qu'elle souhaite plus que tout c'est connaître l'amour maternelle.
        Cet amour qu'elle n'a jamais eu.
        Qu'elle n'aura jamais.
      • Hannibal Von Jäggerjack
        ETA - Dominateur
        (9)431+095530403010403040FondatriceFranc-maçonGrand fouMeeticV.I.P.
        id11.07.17 12:04
        (9)Volonté : 431Messages : +0Réputation : 955$US : 30Xp : 40Force : 30Résilience : 10Agilité : 40Réflexes : 30Spiritualité : 40Astuce : FondatriceFranc-maçonGrand fouMeeticV.I.P.Badges :
        avatar
        (9)431+095530403010403040FondatriceFranc-maçonGrand fouMeeticV.I.P.
          ETA - Dominateur

             
          Only you can stop the pain
          ... Je me suis toujours demandée pourquoi, moi, parmi tes trois enfants, j'étais et je suis la favorite. C'est pas une question qu'on se pose avec une colère logée au fond du cœur, c'est plus... Se satisfaire d'être l'élue, mais avec la volonté de comprendre pourquoi je suis unique. Pourquoi je suis la meilleure ?C'est pas une question de capacité, n'est-ce pas ? Tu aimais ma mère plus qu'Agatha, plus que tes autres enfants. Je suis le fruit d'un amour inconditionnel.

          J'aurai aimé connaître ma mère. J'aurai... J'aurai aimé la voir autrement qu'à travers le miroir que je regarde chaque matin en y contemplant un visage qui ne se ressemble ni au tien, ni à ma fratrie.


          Les larmes percutent les écrits. Tu te consumes dans cette tristesse depuis ton enfance. Ce n'est pas la mort de Hyéronimus, la séparation avec Cain, les mots terribles de ton père ou la mort de ton fils qui ont créé cette tristesse. Elle a toujours été là, au fond de toi. Parce que je n'ai jamais été là pour toi ma fille.

          ... Être face à la réalité ne veut pas dire l'accepter. Je suis face à une consternante réalité : tu as été le pire père au monde, mais je t'aime papa. Je t'aime irrémédiablement. Je t'aime plus que quiconque ne peut t'aimer sur cette foutue terre. Combien même j'aimerai te tuer, t'attacher et te torturer de mille et une manières... Je ne pourrai pas.

          03h06. SMS. Si je peux faire quelque chose, n'hésite pas. Tes yeux s'écarquillent. Est-il sincère ? 03h08. Je serai là. Le coeur qui tente de s'arracher à ta poitrine. 03h08. N'importe où, n'importe quand. Tu fonds en larmes, encore une fois, à bout de force. Tu ne mérites pas tout cet amour Hannibal et pourtant tu fais naître en chacune des personnes que tu rencontres une flamme, une lumière qui ne s'éteint jamais. Te rendre indispensable, essentielle, c'est ton fond de commerce. Et ceux qui n'ont pas cette lumière en eux te jalousent, cherchent à te nuire, te déconstruire. Combien de cœur as-tu brisé ? Tu voles leur vitalité et les assèche de toute volonté, jusqu'à que tu ne sois que leur unique et seul but.

          Et le pire, c'est que c'est juste ton aura, juste ton naturel.
          Tu ne fais rien de spécial.
          Tu vies.

          SMS. 08h29. J'ai vos résultats madame. Il faut impérativement que l'on se voit. Le réveil est violent, le message te tord à nouveau l'estomac et tu finis par presque rendre tes entrailles. C'est si grave que ça ? SMS. 08H42. Venez le plus rapidement possible.




          ... Vous êtes sur de vous ? Il hésite, exprime une émotion de gêne et n'ose plus rien dire. Ce n'est pas habituel chez lui. Ton homme de main est quelqu'un de clair, concret, qui va droit au but et ne tourne jamais autour du pot. Mais cette fois, cette fois-ci, il ne sait plus quoi dire, quoi faire. Vous êtes enceinte madame. Et selon les chiffres, il y en a deux.

          Assise, mains sur le ventre, tu fixes le sol. Appelez moi une voiture, j'ai une visite à faire ce matin. Le jeune homme va pour prendre son téléphone et s'arrête en cours d'exécution. Vous devriez prendre le temps d'accepter la nouvelle et nous pourrions trouver, avec le reste des chargés de campagne, une solution ? On peut.... Un geste de la main, il se tait et tu reprends la parole. Je crois que vous n'avez pas compris la place que vous occupez. Vous êtes assistant, simplement. C'est moi qui prend les décisions, personne d'autre. Donc quand je vous dis... D'APPELER UNE PUTAIN DE VOITURE VOUS APPELEZ UNE PUTAIN DE VOITURE ET VOUS SORTEZ DE CHEZ MOI. Il s'exécute aussitôt et sors de l'appartement, posté devant sa porte jusqu'à que la voiture arrive.

          SMS. 09h56. Je suis là dans une vingtaine de minutes. Tu regardes longuement ton portable. SMS. Une heure, finalement. L'horreur.

        • Hannibal Von Jäggerjack
          ETA - Dominateur
          (9)431+095530403010403040FondatriceFranc-maçonGrand fouMeeticV.I.P.
          id11.07.17 15:44
          (9)Volonté : 431Messages : +0Réputation : 955$US : 30Xp : 40Force : 30Résilience : 10Agilité : 40Réflexes : 30Spiritualité : 40Astuce : FondatriceFranc-maçonGrand fouMeeticV.I.P.Badges :
          avatar
          (9)431+095530403010403040FondatriceFranc-maçonGrand fouMeeticV.I.P.
            ETA - Dominateur

               
            Only you can stop the pain
            ...Je me souviens de mon neuvième anniversaire, comme-ci c'était hier. Vingt-ans s'est écoulé depuis, mais je suis capable de décrire chaque détail de cette magnifique robe que je portais. Blanche, avec des rubans, des paillettes sur la tulle, des petites pierres de quartz - des vraies - sur mon bustier. Quand je tournais sur moi-même, elle prenait tout l'espace, elle fouettait le sol et rendait folle de jalousie Wilhemina. Le plus important ce n'était pas la robe mais cette couronne en or massif posé sur ma tête. Tout le monde était là, pressés de rencontrer leur future cheffe de famille, avec la hâte de contempler qu'elle conviendrait parfaitement à ce poste. Tu ne laisses jamais rien au hasard, étalant aussi bien ton argent que ton pouvoir. Un serpent, futée et avisée, capable de prendre par surprise quiconque tente de jouer au plus malin que toi.

            La journée s'allongeait, les adultes entre eux et les enfants conviés à arpenter le jardin en pratiquant leurs jeux favoris. Une chasse humaine commençait. Willy était le chat. Qui penses-tu qu'elle traquait avec fureur ? Et lorsqu'elle eut l'occasion de poser la main sur ma couronne, elle le fit. Tu te rappelles de ce qui s'est passé, hein papa ? Tu te souviens du sang partout sur ma robe blanche ? Je lui ai brisé la mâchoire à coup de couronne, je lui ai détruit chaque soupçon d'espoir de me surpasser un jour. Je l'ai humilié devant tout le monde, je l'ai réduite à néant.

            Ce jour-là, tu m'as prise dans tes bras et m'a promis ton empire.
            Tu avais ce regard fier posé sur moi.
            A cet instant, j'ai ressenti plus d'amour que je n'ai pu en recevoir dans toute ma vie.


            Cain la tuera pour son retard. Une habitude prise comme-ci l'homme n'était qu'un pantin, qu'un objet, une chose qu'on plie à sa volonté sans soupçon d'empathie, de compassion. Une manière qui finira par lui coûter très cher. Cain la brisera par agacement, par impétuosité, parce qu'il est macho, avec un ego surdimensionné et ne supporte qu'on le rabaisse, qu'on lui ôte sa position de tout puissant. Il est exactement comme son père. Ou peut-être qu'il ne fera rien. Peut-être qu'il fuira face à l'annonce fatidique de sa grossesse. Trois mois que la vie se forme en son humanité. Un scénario bien lugubre qui se répète onze ans plus tard. Les mains plaquées contre son ventre, elle hurle, elle pleure et fracasse tout ce qu'il y passe sous ses yeux. Son appartement est un foutoir, ça ne ressemble à rien d'autre qu'à un après Tchernobyl.

            Et si ça recommence ? Et si elle doit à nouveau tenir ses enfants contre sa poitrine et les sentir s'éteindre ? Et si elle est condamnée à toujours souffrir jusqu'à la fin ? 11h20.  SMS. J'ai de nombreuses questions à te poser. 11h21. SMS Des questions qui selon les réponses, auront un impact sur notre relation. 11h22. SMS. Dit-moi. 11h24. Je te les poserai droit dans les yeux. A tout de suite.

            Prêt à être père Cain ?
            Prêt à souffrir comme j'ai souffert ?