La Terre, cœur de l’Univers, s'éveille au surnaturel… Janvier 2016, les méta-humains font leur apparition dans un fracas invraisemblable ; des hommes, des femmes, des enfants, personnes âgées à nourrissons, sont frappés par ce qu’on explique pas, des dons - ou une malédiction ? - qui les cataloguent comme des êtres à part entière, des faux humains, des méta-humains. Le monde entier est touché, nulle exception.

Nous sommes à LibertyTown, aux États-Unis, une ville aux grands enjeux, là où les méta-humains sont recensés en masse. Les médias s’y affolent, jouent des coudes pour avoir les derniers potins, les derniers événements marquants. Un jeu dans lequel tout le monde se plaît de participer, au point d’oublier la question essentielle à cette découverte : quel avenir pour ceux qui finiront par surpasser la race humaine ?

Lire la suite...
Actualités récentes
10/06 : Recrutement & Animation ─ www
30/05 : Amélioration du contenu graphique ─ www
29/05 : Système de succès opérationnel ─ www
Activité du forum
8 mois d'existence
Plus de 100 membres actifs
138 histoires et 1066 pages RP

LE STAFF
LES PRÉDÉFINIS
LES AMIS

Metro, l'Apocalypse à vos portes : Forum RPG CHRONOSREP

Morgue : Entre la chaleur de la vie et le froid des cadavres ( ft. Selena Dobrev )

  • Dilys Sharp
    Kerberos - Esprit Libre
    (5)26+0509152060301530none
    id11.07.17 11:41
    (5)Volonté : 26Messages : +0Réputation : 50$US : 9Xp : 15Force : 20Résilience : 60Agilité : 30Réflexes : 15Spiritualité : 30Astuce : noneBadges :
    avatar
    (5)26+0509152060301530none
      Kerberos - Esprit Libre
      ft.
      Selena Dobrev
      « Tout FEu, Tout Glace : La MORGUE»
      Entre la chaleur de la vie et le froid des cadavres
      Au petit matin, alors les rayons du soleil commencent à déchirer l'horizon, une nouvelle vision morbide venait se dessiner sur la place paradisiaque de Oli Beach. Une vague de Naufragés venait encore d'être signalé. C'était le deuxième événement de la sorte cette semaine. Dilys était arrivé avec la police cette fois. Devant établir des rapports sur ce genre d’incident, le précédant événement avait eu quelques complications. En effet, les corps n'avaient pas été déposé à la morgue habituelle, surement pleine depuis l'attentat. Du coup, c’était devenu compliqué pour obtenir des informations. Mais les effectifs de la police était réduit, quelque chose de normal au final devant la banalité de l’événement. Elle s'approcha alors facilement de la scène de crime, sans se faire repérer. Et elle put observer sans mal, les aller et venu. Les Agents de la fonction publique était déjà en train d'emballer les corps. Elle ne pourrait donc pas faire d'expertise sur place...
      Regardant ces corps bleuit et boursouflés se faire charger dans le camion, elle se dit qu'elle pourrait facilement se faire passer pour l'un d'entre pour les suivre jusqu'à la morgue. C’est ainsi, sans perde un instant, qu’entre deux chargements, elle se faufila jusqu’au camion, enfila une des poches mortuaires et pris place au milieu des autres.
      Laissant la poche légèrement entrouverte, elle se plongea dans un état méditatif pour générer le moins de mouvement d'air possible.

      Après réflexion, elle se dit que ce n'était pas forcément la meilleure idée qu'elle ait eue. Mais le voyage se passa malgré tout sans encombre. Si on faisait abstraction de l'odeur de poisson pourri qui se développait à l'arrière de véhicule. Au même titre que les autres corps, elle se fit également décharger et amener dans la morgue une fois arrivée.

      Pas évidant de définir à quel moment, elle pourrait sortir à travers la bâche. Elle ne pouvait se fixer que sur son ouïe, qui était fortement parasité par le moindre mouvement de la bâche en plastique. Les deux policiers semblaient être parti, mais il restait encore quelqu'un dans le labo.
      Au bruit pas, on aurait dit que c’était plutôt une femme plutôt légère. Mais impossible d'entrevoir une ouverture pour quitter sa position, ce devait être une médecin légiste. Elle semblait déjà prête à s'occuper de sa nouvelle livraison. Il n'y avait plus qu'à attendre qu'elle se pose devant un cadavre pour pouvoir s'extirper.
      Manque de chance, c'est son sac qui fut choisi pour la première expertise. Sa fermeture éclair commença à s'ouvrir. Chaque cran faisait monter sa tension et lui faisait regretter d'avoir eu l'idée de se faire passer pour un cadavre... Alors que la fermeture frôlait son visage, elle bloqua sa respiration afin de paraître la plus morte possible. Le lien continua sa course tout le long de son corps jusqu’à ces pieds. Tel une caresse qui venait titiller tous ces sens, elle devait se retenir du moindre frisson. Cela provoquer une sorte d’excitation, plutôt un frisson peur que de désir, qu’elle devait retenir. Son esprit se torture entre la sensation de devoir fuir et celle de toujours rester le plus calme possible.
      Mais au point culminant, lorsque ce petit bruit métallique retentit ! La réflexion ne fit qu’un tour, elle ne chercha même pas à l'identifié, pour elle, ça ne pouvait être que le scalpel. C'était fini ! Elle ne pouvait pas garder sa couverture une seconde de plus. Alors sentant une main survoler son torse, elle ouvrit soudainement les yeux et attrapa la jeune femme par le poignet, en s'exclamant :


      " - Désolé, je ne compte pas me faire ouvrir aujourd'hui ! "

      Puis se redressa d'un geste un peu brusque et soudain, en prenant appui sur le poignet. Elle avait mal estimé sa manœuvre, venant d’ouvrir les yeux et étant restée longtemps allonger, le sang lui monta d’un coup à la tête l’assommant un peu. Elle se retrouva ainsi à juste quelques centimètres de son visage. Sa vision trouble finit pas se stabiliser en se plongeant dans les yeux de la jeune femme. Une douce lueur semblait brûler au fond de ceux-ci.
      Était-ce le manque d'oxygène, ou la ressemblance avec son ancien amour ? Elle ne su estimait cette sensation qui l’avait surprise. Comment se défaire de cette impression qui traversait son être ? Peu à peu, ces yeux commencèrent à papillonner, prenant conscience du reste du visage. Une douce chaleur de gène lui remonta dans les joues. Elle venait peut-être de partager un moment un peu trop intime avec cette belle inconnue, elle devait se ressaisir. Mais un simple soupir, se courant d’air chaud qui frôla ces lèvres, suffit à la refaire sombrer un peu plus profondément dans son petit nuage.


      Zéro ? Tu commences à avoir froid ?
    • Selena Dobrev
      Rebelle
      (0)7+0/3000000none
      id18.07.17 0:38
      (0)Volonté : 7Messages : +0Réputation : /$US : 3Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : noneBadges :
      avatar
      (0)7+0/3000000none
        Sous le bruit assourdissant de la sonnerie de son téléphone portable les paupières pleines de sommeil de Selena se mirent à battre lourdement, encore marquées par les dernières images d'un rêve étrange. Il était tôt. Trop tôt. D'un mouvement de main aveugle elle s'empara de l'appareil qui beuglait et le porta à son oreille. Elle ne comprenait pas tout ce que disait la voix pressé de l'autre côté du combiné, mais son cerveau embrumé capta certains mots clés. Naufragés. Corps. Morgue. Venir en vitesse. Si on prenait la peine de l'appeler si tôt c'était que l'analyse post-mortem de ces corps devait être urgente. 

        Une douche, un café et une tenue enfilée à la hâte plus tard, Selena était en chemin vers son lieu de travail. L'air frais donnait une teinte rosée à ses joues habituellement pâles, ébouriffait encore plus des cheveux qu'elle n'avait pas eu le temps de coiffer.
        Lorsqu'elle arriva à la morgue, une certaine effervescence accompagnait l'arrivée du camion qui transportait les corps. Selena l'ignora et pénétra dans le bâtiment. Une fois sa blouse blanche sur le dos, elle se prépara mentalement à ce qui allait suivre. Même si elle pratiquait ce métier depuis longtemps, la vue d'un corps privé de vie, parfois mutilé, roué de coups, n'était jamais une partie de plaisir. Il fallait bloquer toutes les pensées non professionnelles qui polluaient son expertise et la rendait trop émotive. Ne pas ressentir, agir. 
        Quand elle entra dans la chambre mortuaire, la température ambiante chuta de quelques degrés. Pourtant la peau de Selena demeurait brûlante et chacune de ses respirations faisait  naître un mince nuage de condensation. 

        Elle remercia les policiers qui étaient venus déposer les sacs en plastique contenant les corps, puis se dirigea vers celui qui était situé juste à côté d'elle. Doucement, elle fit descendre la fermeture. Petit à petit on devinait des yeux qui ne s'ouvriraient plus, une bouche qui ne souriraient plus, un torse qui se soulèverait plus. La jeune femme qui se tenait dans le sac semblait dormir paisiblement. Elle n'avait pour l'instant aucune contusion visible, mais la couleur bleuté de sa peau laissait deviner le triste sort qu'elle avait subi. Selena dégagea l'espace située sous son cou afin de procéder à une première incision. D'une main ferme elle attrapa un scalpel à la lame rutilante. Alors qu'elle s'apprêtait à enfoncer l'outil dans la chair du cadavre, ce dernier, qui vraisemblablement devait trouver la mort ennuyeuse, leva le bras et arrêta son geste en l'attrapant au poignet. 
        Selena hurla, eu un mouvement de recul, mais la poigne de la femme était ferme. Les rouages de son cerveau fonctionnaient à toute vitesse. Comment cela était-il possible? Un mort qui revient à la vie ? Les secouristes s'étaient peut-être trompés et avaient placé dans le sac mortuaire une personne simplement inconsciente, et non décédée. Ou bien il s'agissait d'une méta-humaine, comme elle, qui possédait la capacité d'échapper à la mort. À cette perspective Selena se détendit un peu. Non, les zombis n'existaient pas. Les êtres aux capacités dépassant l'entendement, depuis quelques mois, oui. 
        Selena prit une grande inspiration et dégagea doucement son poignet de la main qui la retenait. La femme semblait perdue, l'esprit ailleurs et sa peau était tout simplement gelée. 

        - Vous êtes congelée, je vais vous chercher une couverture. 

        Sans attendre la moindre réponse, elle se dirigea vers un placard et en extirpa un épais carré de laine qui semblait avoir vécu. Discrètement, Selena insuffla un peu de chaleur à la couverture, histoire que ce vieux bout de tissu serve à quelque chose. Elle le déposa sur les épaules de la jeune femme qui paraissait toujours dans un autre monde.

        - Je ne pense pas que vous savez plus que moi comment vous avez atterrit dans ce sac. Je m'appelle Selena et je suis médecin légiste. Il y a eu un naufrage et de nombreux morts. Vous vous souvenez de quelque chose ? Quel est votre nom ?


      • Dilys Sharp
        Kerberos - Esprit Libre
        (5)26+0509152060301530none
        id18.07.17 20:40
        (5)Volonté : 26Messages : +0Réputation : 50$US : 9Xp : 15Force : 20Résilience : 60Agilité : 30Réflexes : 15Spiritualité : 30Astuce : noneBadges :
        avatar
        (5)26+0509152060301530none
          Kerberos - Esprit Libre
          ft.
          Selena Dobrev
          « Tout FEu, Tout Glace : La MORGUE»
          Entre la chaleur de la vie et le froid des cadavres
          Selena s'était écarté,
          ce qui avait permis à Dilys de sortir de sa transe. Elle regarda un peu autour d'elle, pour enfin prendre conscience de son environnement. Les autres corps était là aussi, étaler un peu plus loin. Sa présence ne semblait pas avoir choqué la médecin plus que ça. Elle en profita, pour analyser les différentes sources d'information à sa disponibilité : Les frigos, l'ordinateur, quelques piles de feuilles... Il manquait plus qu'à détourner son attention.

          Mais la surprise vint la saisir, quand la jeune femme lui posa un châle sur les épaules... Elle semblait très attentionnée, et s'était déjà fait une idée sur son identité. Autant entrer alors dans son jeu. Il serait surement plus simple d'obtenir sa confiance en allant dans son sens :


          " - Je... Je ne sais plus trop ce qui s'est passé. J'ai un gros trou de mémoire... J'étais parti mener une enquête, sur la mort mystérieuse d'un proche qui s'est passé il y a quelques nuits. Mais je ne me rappelle rien de la nuit qui vient de se passer. J'ai l'impression que la nuit a été dur. "

          Elle baissa la tête et se recroquevilla. Jouer l’amnésique devrait pas être trop dur, elle en avait vécu une récemment et s'en été toujours pas remise, alors un peu plus ou un peu moins :

          " Je cherche à trouver ce qui est arrivé à Tim Scam. Il avait été amené dans votre morgue, il y a trois jours. Il avait été aussi récupérer sur la plage... "

          Qui sait, elle arriverait peut-être même à l'aider sans le savoir. Mais pour l'instant, elle se devais de continuer à jouer la pauvre créature

          [HRP] Tim Scam est un nom random pour les besoins du RP, il est rattaché à rien sur le forum.
          [HRP]
          [/quote]


          Zéro ? Tu commences à avoir froid ?