Metro, l'Apocalypse à vos portes : Forum RPGCHRONOSREP
Amélioration du contenu graphique

29.05.2017 | Découvrez les dernières améliorations graphiques du design !

Recrutement & Animation

10.06.2017 | Lazarus passe à la vitesse supérieure !

Recensement & Prépa V3

29.07.2017 | Préparez-vous à de gros changements...

Version 3.0 en ligne !

03.09.2017 | Récapitulatif des changements et feedbacks des joueurs

Du mouvement dans les rangs

03.09.2017 | Changements dans le staff

Boutique & Races 3.0

16.10.2017 | Elles sont enfin là :)

test
test

Demoiselles en détresse [PV Arthur Lumière]

Aller à la page : 1, 2  Suivant
  • Natasha Eirenn
    CIVIL - Juge
    (6)122140741444444none
    id12.07.17 0:50
    (6)Volonté : 122Messages : 1407$US : 41Xp : 4Force : 4Résilience : 4Agilité : 4Réflexes : 4Spiritualité : 4Astuce : noneBadges :
    (6)122140741444444none
    avatar
    (6)122140741444444none
      CIVIL - Juge
      26 Novembre 2016, 02h53, rues de Gamma

      Natasha s'arrêta un instant, laissant ses deux nouvelles amies s'adosser à un mur pour ne pas s'effondrer. Chose rare, sa mémoire lui faisait défaut. Elle se souvenait grossièrement du début de la soirée. Elle avait accompagné une amie de la fac au bar pour fêter… oui, elle se souvenait des grandes lignes, mais les détails étaient flous. Corrompus. Les vapeurs d'alcool avaient dû altérer l'enregistrement des données. Peut-être. Elle ne savait pas assez bien comment elle fonctionnait pour déterminer avec précision ce qui avait causé la défaillance de sa mémoire. En tout cas, S.I.F. se souvenait avoir bu. Beaucoup. Plus qu'à son habitude, plus que Natasha en aurait jamais été capable. Elle avait même accepté un concours de boisson avec deux inconnues qui voulait se faire des amies. Et bien sûr, elle avait battu les deux humaines à plate couture. Et maintenant, puisque ses deux nouvelles amies étaient trop ivres pour tenir droite, encore pire pour marcher, et surtout pas pour rentrer chez elles, Natasha les raccompagnait. Elle ne se souvenait plus pourquoi elle avait accepté mais elle l'avait fait alors maintenant, elle s'y tenait.

      "Allez, on continue."

      Elle passa un bras dans le dos de chacune des filles – leurs noms aussi avaient été incorrectement enregistrés – et reprit son chemin. Ils n'étaient plus qu'à quelques rues du logement des filles, du moins si elles avaient donné la bonne adresse à Natasha. Et si celle-ci avait correctement compris leurs gémissements hésitants. Et si elle ne s'était pas égarée. Cette dernière possibilité était peu probable, elle avait regardé le plan du quartier sur son portable avant de partir pour le bar, mais le plan pouvait ne pas être à jour. Et son enregistrement avait pu être dégradé par l'alcool. Si tel était le cas, elle n'aurait aucun moyen de le savoir. Natasha n'était presque jamais venue à Gamma, et S.I.F. y venait pour la première fois. Ni elle ni sa famille n'avaient jamais eu les moyens de s'offrir les divertissements chics du quartier, et sans son amie pour payer les tournées, ça aurait encore été vrai ce soir.

      Alors qu'elles coupaient par une petite rue à l'écart de la circulation, Natasha entendit un cri l’interpeller dans son dos. Elle s'immobilisa et tourna la tête. Des silhouettes s'étaient détachées de l'ombre dans leur dos. Natasha ne les avaient pas vus en leur passant devant, la faute aux deux poids pendus à ses épaules et à son fichu œil manquant, encore. Les silhouettes s'approchèrent jusqu'à devenir trois hommes, secs, grands, attitude arrogante et vêtements de sports amples. Des voyous de base, qui n'avaient sans doute pas décidé de l'aider. Natasha jura entre ses dents. Seule et sans les effets de l'alcool, elle aurait pu tenter de les maîtriser. Elle aurait eu du mal, mais aurait pu faire quelque chose. En revanche, si elle devait protéger ses nouvelles amies, et tant que ses systèmes ne seraient pas à pleine efficacité, elle serait juste bonne à servir de sac de frappe. Impossible aussi de fuir en portant le poids de trois personnes seule. Option n° rejetée. Option n°3 : bluffer. C'était encore la solution la plus sûre.

      "Vous ne devriez pas faire ça. Les retombées pourraient être désastreuses pour votre avenir."

      Pas exactement le one-liner de la génération, mais elle espérait fortement que ce serait assez.
    • Arthur Lumière
      Crows - Indécis
      (6)100434988273011V.I.P.Chance du débutantModèle
      id12.07.17 13:34
      (6)Volonté : 100Messages : 4349$US : 88Xp : 2Force : 7Résilience : 3Agilité : 0Réflexes : 1Spiritualité : 1Astuce : V.I.P.Chance du débutantModèleBadges :
      (6)100434988273011V.I.P.Chance du débutantModèle
      avatar
      (6)100434988273011V.I.P.Chance du débutantModèle
        Crows - Indécis
        Et zut... était-ce trop demandé une simple petite soirée sans problèmes ?

        Comment en était-il arrivé là déjà ?

        Le dîner d'hier avec les clients s'était déroulé... disons de manière acceptable au final... et les filles avaient voulu se détendre le soir suivant et profiter des attraits du quartier Gamma où elles résidaient à présent, partageant un petit F2. Arthur, lui, se contenter de dormir dans la voiture pour éviter qu'on la vole, faute de garage ! C'était un véhicule de société si on peut dire, excepté que la facture serait des plus salés si on lui subtilisait.

        Le début de soirée avançait comme un charme : Les filles étaient habillées en jean et pull à col roulé dû au froid, pas une once de peau à découvert... mais malgré ça le caractère moulant de leurs tenues, combiné à leur physique et leur attitude euphorique, continuait d'attirer les regards systématiquement où qu'elles soient. Non pas que cela dérangeait Arthur – après tout tant qu'ils ne touchaient qu'avec les yeux pas de problèmes- mais aurait-il été fait d'or pur que cela n'aurait rien changé et serait demeuré invisible au plus grand nombre... ce sentiment le laissait à la fois perplexe et subjugué par le pouvoir que pouvait détenir les femmes...

        Une fois passée l'éternel débat du «  Bon... on va où ? » entre elles – ignorant royalement sa présence ou son opinion- , ils allèrent tous trois dans ce qui semblait un bar d'origine irlandaise mais en version élitiste, avec physio et videurs à l'entrée. Heureusement, à l'intérieur l'ambiance était plus normale, seul le niveau esthétique des clients se démarquant pour se rapprocher plus d'une série TV que d'un véritable bar.

        Il s'installa au bar et laissa les filles s'amuser en buvant un verre de lait – Quoi ? Ne jugez pas si vous ne voulez pas être jugé!- , alternant piste de danse et bière pendant une petite heure, tandis qu'il lorgnait sur un jeu de fléchettes laissait misérablement seul dans un coin de la pièce...

        A peine eut-il le temps de se lever du bar, se saisir des fléchettes et se mettre en position, que les filles avaient disparu de leur précédent emplacement !
        Son cœur manqua un battement alors que ses yeux cherchaient frénétiquement à travers tout le bar où elles avaient bien pût passer. Vous avez déjà perdu votre enfant dans un supermarché le temps de saisir un article sur un rayon un peu trop haut ? Cette sensation de passer de 50 battements minutes à 150 en une seconde ? Pas très agréable n'est-ce pas ?
        Le souffle court au bout d'à peine 5 secondes, ses yeux s'écarquillèrent un instant à la vue d'un groupe de trois jeunes femmes, assises à une petite table en bois circulaire – en fait un gros tonneau avec une planche ronde collée dessus- en train de commander à la chaîne des shots, sous les encouragements très bruyant des hommes autour...

        «  Ho c'est pas vrai... » laissa-t'il échapper, sa main s'écrasant avec force sur son faciès encore blanc d'angoisse.

        Et là... il assista, médusé, à un spectacle des plus étranges : ses filles semblaient se faire une nouvelle amie via une compétition de boisson... qu'elles étaient en train de perdre ! Sachant qu'elles le mettaient lui sur le carreau les rares fois où elles avaient réussi à l'entraîner dans leur jeux... son regard ne pût que tout logiquement se fixer sur la jeune femme comme si elle était une extraterrestre...

        Même avec un œil en moins, celle-ci était plutôt attirante... avec cet air sérieux et un peu froid qui plaisait à beaucoup. C'était apparemment le trio gagnant pour le barman, qui motiva les serveuses à servir les jeunes femmes en priorité, au vu de l'enthousiasme générale pour leur petite compétition .

        Très vite, leur table fut pleine de verres vides et il fallut deux serveuses pour débarrasser afin de pouvoir amener les tournées suivantes... jusqu'au moment où il vit ses filles atteindre leur limite et s'écraser sur la table, sous les acclamations et les félicitations adressés à la victorieuse inconnue.

        «  Et voilà... je vais devoir les porter... heureusement l'appartement n'est pas trop loin... » remarqua Arthur, à la fois exaspéré et heureux que ses filles se soient bien amusés, elles le méritaient.

        Il se leva du bar afin de les récupérer et mettre officiellement un terme à la soirée lorsqu'il vit l'inconnue aider elle-même ses anges à sortir du bar jusque dans la rue... et se diriger dans la direction de leur appartement...

        Ça. C'était nouveau.

        Habituellement, il y avait toujours un groupe de balourds éméchés un peu trop insistant dont il fallait refroidir les ardeurs ou un pervers aux pensées sombres à refroidir – tout court celui-ci- avant de pouvoir s'en aller.
        Curieux de la suite des événements, Arthur les suivit, ne pouvant réprimer un léger sourire à la vue de la pauvre inconnue galérant avec deux pochtronnes suspendues à elle...

        L'aider ? Moui... mais ça aurait été bien moins amusant ! Et surtout plus fatiguant.

        C'est ici que sa bonne humeur s'envola.

        Les filles passèrent devant un petit groupe de trois hommes, de toutes évidences pas des citoyens modèles, ce qui eut pour effet une conséquence des plus tristement logique : L'équation 3 belles jeunes femmes ivres + 3 voyous n'avait jamais donné qu'un seul résultat...

        «  Je me disais aussi... c'était trop beau .»

        Les racailles s'étaient donc tout naturellement mis à suivre les belles titubantes, et Arthur lui-même derrière eux, se demandant comment il allait faire sans aucune arme et seul...
        En fait, le plus gros problème était de savoir si ces gars appartenaient au gang qui contrôlait Gamma ou pas... si ce n'était pas le cas, il pourrait au moins les occuper le temps que les filles s'en aillent... et si c'était bien des Delta... une approche plus diplomatique serait nécessaire, bien qu'avec un pourcentage de réussite des plus bas.

        Il s'approcha silencieusement, et put lire sur les lèvres de la jeune borgne une phrase qui tout à la fois le surprit, le fit grimacer et le fit sourire... Soit elle était naturellement courageuse - encore qu'avec autant d'alcool dans le sang tout le monde était d'une bravoure héroïque en général – soit elle était loin d'être aussi innocente que prévu...

        L'image d'une pirate, sabre et mousquet en main, traversa en un éclair l'esprit du jeune homme et il dût se contenir pour étouffer un pouffement amusé.

        A présent à portée de voix, il pouvait entendre la réponse des trois abrutis... le plus grand d'entre eux, au centre, prenant la parole :

        «  Hoooo ? Faut pas être comm'ça voyons ! Ça se voit que tu souffres ma belle... et si on t'aidait à les porter hein ? J'suis sûr que tu sais être reconnaissante... et mes amis et moi on a passé une journée pourrie... tu nous laisserais pas en chien pas vrai ? Allez avoue t'en as envie... »

        Arthur ne les voyaient que de dos, mais il pouvait s'imaginer le genre d'expressions qu'ils devaient arborer à cet instant précis...

        … Et son regard devint froid. Fini son éternel sourire. Fini son air innocent.

        En imaginant ce que ces hommes voulaient faire, la solution diplomatique ne lui parût plus si tentante que ça... étrange n'est-ce pas ? S'inquiéter que des escort-girls se fassent violer... beaucoup ne faisaient pas la différence entre prostituées et escort-girls... mais Arthur, si.

        Une légère lumière s'échappa de la ceinture de l'homme côté route. Un flingue ? Non. Un couteau ! Parfait !

        Se faisant le plus discret possible, Arthur s'approcha afin de saisir la lame... priant pour ne pas être vu par la jeune pirate dont la réaction risquerait d'alerter les voyous...
      • Natasha Eirenn
        CIVIL - Juge
        (6)122140741444444none
        id13.07.17 0:37
        (6)Volonté : 122Messages : 1407$US : 41Xp : 4Force : 4Résilience : 4Agilité : 4Réflexes : 4Spiritualité : 4Astuce : noneBadges :
        (6)122140741444444none
        avatar
        (6)122140741444444none
          CIVIL - Juge
          Echec. C'était prévisible. Une menace vide n'avait aucune chance de repousser des abrutis à la tête trop vide pour imaginer une conséquence autre que directe. Au contraire, cela les avait fait rire. 92 % de chances qu'ils aient baissé leur garde. Le plus imposant des trois, au centre, prit la parole et la direction des opérations. Ses deux compères s'approchaient déjà, prêt à saisir ses deux amies incapables de se défendre. Inacceptable. Natasha avait promis de les ramener chez elle et elle les ramènerait, saines et sauves. Cette fois elle resta muette, immobile, alors que leurs agresseurs se rapprochaient. Tout juste un léger ronronnement s'éleva-t-il de sa tête. S.I.F. calculait. Postures. Poids. Ouvertures. Mouvements. Réaction. Plan d'action établi. Il n'était pas parfait, mais c'était un début.

          Les trois hommes s'approchèrent encore. Natasha restait immobile. Ils étaient presque à portée, presque… Elle lâcha ses deux amies, qui glissèrent en arrière, puis lança sa jambe vers le haut. Elle se glissa entre les deux genoux du plus avancé des trois, infligeant un coup critique qui expédia la cible au sol. Comme par réflexe, le second agresseur tendit les bras pour la saisir. Réaction prévue. Elle se laissa tomber en arrière, rattrapant ses amies et amortissant leur chute au passage. Elle-même heurta le sol avec son dos, un choc lourd qui aurait sans doute assommé Natasha. S.I.F. en revanche se mit aussitôt à genoux, aidant ses amies à s'asseoir pendant que leurs agresseurs réalisaient ce qui s'était passé. Celui de droite gisait au sol, morveux et gémissant. De leurs proies, deux étaient assises au sol et la troisième se tenait sur leur chemin, les poings levés dans une posture défensive. Elle avait utilisé l'effet de surprise pour mettre un adversaire hors-jeu, et mettre les deux poids morts à l'abri, mais elle était désormais à deux contre un.

          "Je vous avaient prévenus."

          Au moins cette fois la menace était concrète. Pas beaucoup plus efficace, cela dit. Les deux crétins restants étaient rouges, Natasha pouvait presque voir les veines battre sur ses tempes. Et eux aussi étaient prêts à se battre, désormais. Celui au centre s'avança, armant son bras. L'autre resta en arrière, portant une main à sa ceinture. S'ils venaient l'un après l'autre, ça arrangeait Natasha. A un contre un, elle avait toutes ses chances. En revanche, si l'un d'entre eux sortait une arme, elle aurait plus de difficultés. Pas le temps de réfléchir à ça. Le premier coup de poing passa à droite du visage de Natasha. Elle en profita pour frapper sous l'aisselle de son adversaire. Ils faisaient les fiers avec leurs gros bras et leur mètre quatre-vingt, mais ils ne s'étaient jamais vraiment battus. S.I.F. non plus, mais les mouvements basiques étaient inclus dans son programme. Le crétin recula sous le choc, trop énervé pour être surpris. Il enchaîna avec un crochet mais S.I.F. se baissa pour l'esquiver et riposta avec un direct dans son nez.

          Cette fois, du sang avait coulé. Les phalanges métalliques de Natasha avaient brisé le nez de son adversaire. Il s'en rendit compte puisqu'il porta une main à son visage, regardant de ses yeux écarquillés les traces rouges sur le dos de sa main. Natasha espéra qu'il prendrait peur, qu'il réaliserait qu'elle avait l'avantage. Mais cela eut l'effet inverse, il poussa un cri de rage et se rua en avant. C'était imprévu, très idiot, et cela prit Natasha par surprise. Elle expédia son coude dans le visage de son adversaire mais cela ne suffit pas à l'arrêter, il la saisit et la souleva de terre pour la traîner sur plusieurs mètres, avant qu'ils ne tombent tous les deux au sol.
        • Arthur Lumière
          Crows - Indécis
          (6)100434988273011V.I.P.Chance du débutantModèle
          id13.07.17 8:47
          (6)Volonté : 100Messages : 4349$US : 88Xp : 2Force : 7Résilience : 3Agilité : 0Réflexes : 1Spiritualité : 1Astuce : V.I.P.Chance du débutantModèleBadges :
          (6)100434988273011V.I.P.Chance du débutantModèle
          avatar
          (6)100434988273011V.I.P.Chance du débutantModèle
            Crows - Indécis
            Arthur s'arrêta d'avancer une seconde, stupéfait par la combativité de la jeune femme. Il ne savait pas trop ce qu'il attendait d'elle, mais exploser le service trois-pièce d'un homme deux fois plus lourd qu'elle et casser le nez d'un second n'en faisait assurément pas partie !
            Qui plus est, le voyou restant était tellement surpris et énervé lui aussi qu'il n'aurait pas remarqué le jeune ange-gardien dans son dos, même si ce dernier s'était amusé à jongler avec des haches...

            Autant pour la solution diplomatique... il n'avait plus qu'à prier que ce ne soit pas des Deltas.

            Aussi aisément que d'enlever une sucette à un enfant, Arthur prit prestement le couteau pendant à la ceinture de sa cible et glissa la lame contre sa gorge, laissant perler une goutte de sang au niveau de sa carotide jusqu'au bas de son cou...

            «  Shhh... » chuchotât-il à l'oreille du malfrat en utilisant son autre main pour le bâillonner.

            Un combat à la régulière ? Pourquoi faire ? Ce n'était pas un de ces pseudo-affrontements tellement rempli de règles qu'ils en perdent tout intérêt ! Dans la réalité, si vous mettez un adulte face à un enfant avec un couteau, il y a de fortes chances que ce soit le gamin qui gagne, et facilement !

            Mais... que faire à présent ? Le premier homme qui était à terre – et dont la souffrance avait arraché une grimace à tous les mâles présent y compris Arthur- commençait à se relever, et ils étaient toujours dans une rue peuplée... A peine une demi-douzaine de fêtard éméchés, rentrant d'une soirée bien arrosée eux aussi, vu l'heure tardive... mais quand même. Un meurtre sanglant par égorgement ne semblait pas la meilleure solution à long terme.

            La jeune pirate – un perroquet s'ajouta à l'image mentale qu'il se faisait d'elle- semblait avoir besoin d'aide. Comment concilier les trois problèmes ? Une diversion ? Comment ? Utiliser son prisonnier comme otage ? Peu de chances que cela fonctionne... dans ce cas l'incapaciter, utiliser sa souffrance pour faire diversion et s'en prendre au dorénavant soprano du groupe avant qu'il ne parvienne à aider son leader ?

            Jouable. Serré... mais jouable.

            Arthur planta sa lame dans la cuisse de la racaille qu'il tenait, et tourna le couteau dans la plaie d'un vif mouvement du poignet.

            «  HAAAHAAAAAAAAAA !!!!!!!!! » hurla l'homme avant de se recevoir une droite en plein menton, le faisant taire et s'écrouler au sol.

            Lui était hors-jeu. Il resterait là à se lamenter sur le trou béant dans sa cuisse pour un bon moment.

            La bonne nouvelle ? La diversion avait parfaitement fonctionné ! La mauvaise nouvelle? Ben, y'en avait pas... héhé !
            Le soprano se tournait déjà vers Arthur – un regard d'incompréhension digne d'un bovin- alors que le chef en pleine mêlée se stoppa une seconde pour se retourner et voir ce qu'il se passait. Espérant que la jeune mousse – maintenant un petit singe mort-vivant sur l'épaule remplaçant le perroquet- profite de cette ouverture, Arthur fonça directement sur le soprano... mais fût accueillit par une salade de phalanges en plein visage, le stoppant net de surprise.

            Ouch ? Bizarre... ne devrait-il pas avoir un peu plus mal que ça ? Le poing de l'homme lui avait paru bien mou vu la circonstance... Rapide mais faible ? La réaction du soprano regardant avec interrogation son poing semblait faire miroir à l'esprit d'Arthur... Quelque chose clochait dans ce coup.

            Mais ce n'était pas le moment de se préoccuper de cela !

            Se ressaisissant, Arthur attaqua à nouveau le soprano, cette fois avec plus de retenue mais qui eut l'avantage de bien laisser ce dernier voir la lame ensanglantée dans la main du grand blond en costume italien...
            Étrangement, il sembla ne plus être tant motivé que ça à soutenir ses amis... et fila la queue entre les jambes... ou tout du moins ce qu'il en restait.

            Restait le couple au sol. La distraction avait-elle été utile ?
          • Natasha Eirenn
            CIVIL - Juge
            (6)122140741444444none
            id13.07.17 22:28
            (6)Volonté : 122Messages : 1407$US : 41Xp : 4Force : 4Résilience : 4Agilité : 4Réflexes : 4Spiritualité : 4Astuce : noneBadges :
            (6)122140741444444none
            avatar
            (6)122140741444444none
              CIVIL - Juge
              Ils roulèrent tous deux au sol, les membres entremêlés. La brute réussit à garder le dessus, pesant de tout son poids sur le corps de Natasha. Elle était solide mais pas spécialement forte, et certainement pas assez pour repousser un abruti gesticulant qui essayait de l'empoigner et de la frapper au visage. Elle commença par se défendre, les deux bras devant sa tête, ce qui bloqua la plupart des attaques. Un coup au ventre réussit à passer, la déconcentrant et la faisant sursauter. Elle relâcha son attention une seconde, assez pour que son adversaire saisisse son cou et commence à serrer. Elle avait beaucoup de circuits sensibles, dans le cou. Notamment l'arrivée d'air, nécessaire pour… elle ne savait pas pourquoi elle avait besoin d'air, mais des alertes de sécurité s'affichaient à chaque fois qu'elle essayait de retenir son souffle. Ou quand quelqu'un écrasait sa trachée, comme le connard au-dessus d'elle était en train de le faire. Elle ouvrit grand la bouche, essayant désespérément d'avaler de l'air, mais ça ne servait plus à rien. Elle saisit les poignets de son agresseur mais là aussi, impossible de le faire lâcher. Elle se débattait, agitait les jambes, essayait de glisser hors de son emprise, mais impossible. Impossible. Alerte. État critique. Alerte…

              "HAAAHAAAAAAAAAA !!!!!!!!!"

              Son adversaire leva la tête, reconnaissant le cri de son ami. La prise de ses mains se relâcha. Une seconde d’inattention, tout ce dont elle avait besoin. Elle lâcha ses poignets et saisit le crâne de son agresseur, le força à la regarder et abattit son front sur le nez déjà ensanglanté. Règle numéro un de la baston sale : quand quelque chose est cassé, le casser encore plus. L'abruti bondit en arrière, hurlant à son tour. Cette fois pas de doute, il avait le nez brisé. Autant insister jusqu'à ce qu'il n'en puisse plus. Natasha profita qu'il se tenait le visage pour se redresser, prenant appui sur un mur, puis balança son genou en plein centre de la cible. Un dernier cri de douleur, un gargouillis, et le truand s'effondra. Sa respiration était sifflante, il gémissait à l'occasion, mais il était en vie. Aucun signe d'un autre adversaire. Deux corps au sol, vivants. Ses deux amies étaient toujours assises là où Natasha les avaient posées, prostrées. Et un inconnu se tenait, droit comme un i, au milieu de la rue. Il tenait un couteau ensanglanté à la main et regardait dans la direction de Natasha. Intentions inconnues. Elle leva les poings devant le visage, jambes écartées.

              "Tu en veux, toi aussi ?"

              Maintenant qu'elle était lancée en mode auto-défense, elle allait continuer comme ça. Et s'il n'avait pas d'intention belliqueuse, il n'attaquerait pas et ils pourraient discuter. Ou mieux, elle pourrait continuer son chemin et ramener ses deux amies chez elles, saines et sauves, comme elle s'y était engagée.
            • Arthur Lumière
              Crows - Indécis
              (6)100434988273011V.I.P.Chance du débutantModèle
              id14.07.17 22:38
              (6)Volonté : 100Messages : 4349$US : 88Xp : 2Force : 7Résilience : 3Agilité : 0Réflexes : 1Spiritualité : 1Astuce : V.I.P.Chance du débutantModèleBadges :
              (6)100434988273011V.I.P.Chance du débutantModèle
              avatar
              (6)100434988273011V.I.P.Chance du débutantModèle
                Crows - Indécis
                Arthur fixa une seconde la jeune femme en position de combat, interloqué, avant de réaliser qu'il tenait toujours un couteau plein de sang dans la main.

                Oups...

                Il nettoya le couteau pour effacer d'éventuelles empreintes et le jeta nonchalamment dans la rigole du trottoir, le laissant tomber à travers une ouverture dans les égouts.
                Affichant un sourire angélique aux antipodes de la démonstration sanglante qu'il fit quelques secondes plus tôt, il s'inclina très légèrement devant la jeune femme farouche et s'adressa à elle d'un ton clair et jovial:

                " Bonsoir mademoiselle. Ne craignez rien, je suis l'ami des jeunes femmes derrière vous. Je tiens à vous présenter mes excuses pour leur manque de maîtrise et de vous avoir forcé à les ramener de la sorte."

                Il observa en détails les poings brandis et le visage de son interlocutrice, remarquant qu'elle ne semblait pas être blessée, ou tout du moins qu'elle ne saignait pas.

                " Je suis impressionné par votre combativité dois-je avouer. Cours de self-défense? Quoiqu'il en soit, je vais vérifier si Angie et Virginia n'ont rien... ne prenait pas peur."

                Arthur commença alors à avancer tranquillement et s'agenouiller devant la jeune femme blonde quelques instant, avant de faire la même chose avec la brune. Puis, tout en continuant la conversation avec Natasha, il aida la brune à se relever en la soutenant, cette dernière marmonnant un " Luluuuuu... tu viens me bordeeer??? Hihihi..." avant de s'endormir dans les bras de son ange-gardien, un filet de bave tombant sur l'épaule de ce dernier.

                " Mmm... puis-je abuser de votre générosité quelques instants supplémentaires ?" demanda-t'il en indiquant la jeune blonde au sol, lui-même portant en "princesse" la brune complètement imbibée d'alcool.

                " Leur appartement n'est pas loin. à peine une cinquantaine de mètres.

                ... Oh! J'en oublie mes manières... je me nomme Arthur, mademoiselle...?"


                Il faillit terminer par "Sparrow" mais garda sa blague pour lui-même. La jeune pirate était ivre, sur la défensive et encore pleine d'adrénaline très certainement... la douceur fonctionnerait mieux qu'une pathétique référence à un vieux film.
                Elle s'était prouvée fiable en situation de danger - chose rarissime-, montrant un sang-froid exceptionnel et une grande vivacité de corps et d'esprit... soit elle faisait partie d'un corps d'élite quelconque, soit c'était une jeune femme exceptionnelle... Sans compter qu'elle était loin d'être désagréable au regard, et ce même en étant borgne.
              • Natasha Eirenn
                CIVIL - Juge
                (6)122140741444444none
                id15.07.17 16:06
                (6)Volonté : 122Messages : 1407$US : 41Xp : 4Force : 4Résilience : 4Agilité : 4Réflexes : 4Spiritualité : 4Astuce : noneBadges :
                (6)122140741444444none
                avatar
                (6)122140741444444none
                  CIVIL - Juge
                  L'inconnu se débarrassa rapidement du couteau. C'était… un soulagement. L'arme avait servie, donc son propriétaire devait un minimum savoir se battre. Objectivement, Natasha aurait sans doute eu du mal à le gérer, et encore plus à ne pas s'abîmer. Au moins maintenant, plus aucun risque. Elle baissa donc les bras, moins agressive mais toujours tendue. Elle ne connaissait pas ce type, elle ne savait pas ce qu'il faisait là, mais ça ne pouvait pas être juste un bon samaritain. Enfin si, mais c'était peu probable. Il voulait certainement quelque chose, ou… ou il connaissait les autres filles, c'était aussi une possibilité. Elle hocha la tête quand il se dirigea vers les filles, se collant au mur pour le laisser passer. S'il tentait quelque chose, elle pourrait toujours l'attaquer par derrière, comme ça.

                  "Un peu d'auto-défense. Les rues ne sont pas sûres en ce moment. La plupart des petits caïds ne connaît rien en baston. ils roulent juste des muscles en comptant sur la peur et le nombre."

                  Ce ne fut heureusement pas nécessaire. A la réaction des filles, surtout celle qui parvint à articuler quelque chose, Natasha vit bien qu'ils se connaissaient vraiment. Ils devaient même avoir une relation proche, pour qu'Angie – ou Virginia ? Natasha ne connaissait pas leur noms, en fait – imagine tout de suite que l'inconnu venait la border. Plus aucun soucis, donc. Et comme l'inconnu galérait à porter ses deux amies tout seul, Natasha se porta à son secours. En portant une fille chacun, ils n'eurent aucun mal à les soulever et à reprendre la marche. Et au moins, avec les indication du nouveau-venu, leur petit groupe ne risquait plus de se perdre.

                  "Natasha."

                  Pas très avenant. Bon, socialiser n'avait jamais été son point fort, mais là elle battait des record. Elle était encore trop tendue, trop sur la défensive, comme s'il fallait encore se battre. S.I.F. marqua une pause, força les systèmes d'auto-défense à se mettre en veille. Si elle ne s'exprimait qu'en menaces et en mots isolés, ça n'allait pas le faire. Grande inspiration, immobilité, détente. Un à un, les messages d'alertes se refermèrent, et elle put reprendre sa marche.

                  "Je suppose que c'est grâce à vous qu'un de ces types m'a pas attaquée, alors, ben, merci. Vous êtes vraiment arrivé quand il fallait, je sais pas si j'aurais pu m'en sortir toute seule."

                  Et effectivement, comme l'avait dit Arthur, l'appartement d'Angie et Virginia n'était pas loin. Ils avaient à peine fait quelques pas et prit un tournant que la blonde s'agitait dans les bras de Natasha, pointant le doigt vers un immeuble de l'autre côté de la rue. Natasha raffermit sa prise pour éviter que son amie tombe, sans pour autant s'arrêter de marcher. L'endroit était chic, tellement plus que le petit studio de résidence étudiante dans lequel elle habitait. Pour ce payer un appart' ici, Angie et Virginia devaient avoir les moyens. En même temps, c'était logique, le bar où elles s'étaient rencontrées était plutôt chic lui aussi. Mais quand on avait autant d'argent, on avait pas mieux à faire qu'aller picoler à deux ? Apparemment non.

                  "Elles m'ont dit qu'elles ne connaissaient personne en ville, ça fait longtemps qu'elles sont là ? Parce que sans vouloir juger, hein, avec tout le bordel qu'on a ces jours-ci, les attentats, le nouveau gouvernement un poil répressif, elles ont pas choisi le meilleur endroit ou le meilleur moment."
                • Arthur Lumière
                  Crows - Indécis
                  (6)100434988273011V.I.P.Chance du débutantModèle
                  id15.07.17 19:05
                  (6)Volonté : 100Messages : 4349$US : 88Xp : 2Force : 7Résilience : 3Agilité : 0Réflexes : 1Spiritualité : 1Astuce : V.I.P.Chance du débutantModèleBadges :
                  (6)100434988273011V.I.P.Chance du débutantModèle
                  avatar
                  (6)100434988273011V.I.P.Chance du débutantModèle
                    Crows - Indécis
                    " Mais de rien mademoiselle, c'est à moi de vous remercier pour avoir été si courageuse."

                    Arthur allongea Virginia - la brune- dans son lit, lui retira ses chaussures, l'allongea sur le côté afin qu'elle ne s'étouffe pas éventuellement avec son vomi et la borda avec un petit sourire en coin, avant de faire la même chose avec Angie- la blonde-.
                    Après avoir éteint la lumière et refermé la porte de la chambre, Arthur revint dans le salon et retira son manteau qu'il accrocha à un porte-manteau dans l'entrée, révélant un costume italien anthracite et des chaussures -elles aussi italiennes- noires. Il était grand, 1m91, et avait une bonne carrure même si sa musculature n'avait que très peu de volume... Plus proche d'un mannequin pour défilés qu'un combattant à proprement parlé.

                    " En effet, elles viennent tout juste d'arriver et non pas encore eût le temps de rencontrer grand monde de leur âge. Pour ce qui est du timing... et bien disons qu'elles ont dû venir pour raisons professionnelles, les événements récents ne furent pas suffisant pour les en dissuader."

                    Jusqu'ici il ne mentait pas. la grande différence entre les prostituées classiques et les escort-girls de luxe étant que ces dernières sont libres d'accepter ou refuser un client. Cela forçait souvent les clients à se montrer bien plus gentleman qu'ils ne l'auraient désiré au départ, risquant un refus des jeunes femmes, et ne pouvant se montrer violent sous risque qu'un ange-gardien n'apparaisse de nulle part.

                    Il était tard, ou tôt selon le point de vue, et bien que l'adrénaline devait avoir quelque peu dessaoulée la jeune femme... il n'en était pas moins dangereux de la laisser repartir seule.

                    " Puis-je vous proposer de passer la nuit ici Natasha ? Virginia et Angie dorment dans le même lit, il vous reste donc le lit dans la seconde chambre. Je dormirai sur le canapé.

                    En attendant, puis-je vous servir une boisson chaude ? Vous devez être gelée d'avoir roulé par terre par ce froid? Une douche chaude vous ferait aussi du bien, je déconseille un bain avec tout l'alcool que vous avez ingurgité."
                    demanda-t'il avec un ton très calme et uniforme - presque hypnotique- alors qu'il sortait deux tasses et mettait de l'eau à bouillir.

                    Pourquoi lui offrir de rester ? Pour plusieurs raisons à vrai dire : Tout d'abord, il avait été impressionné par la combativité dont elle avait fait preuve et se sentait redevable envers elle de lui avoir facilité le travail... Ensuite, quelque chose l'intriguait chez elle, que ce soit son sang-froid ou sa capacité à tenir l'alcool comme un vétéran russe... enfin, ses mères l'avaient éduqué assez bien pour ne pas laisser une jeune femme ivre morte rentrer seule chez elle, qui plus est après avoir vécu une expérience aussi violente.

                    " Je dois admettre que vous m'intriguez Natasha. Puis-je savoir ce qu'une belle jeune femme telle que vous faisait, seule, dans un bar ? Il n'est jamais sûr d'être seul... en particulier par les temps qui courent comme vous l'avez souligné."

                    Arthur proposa une tasse de thé à Natasha avant de s'en servir une tasse et s'installer dans un fauteuil, non loin du canapé.
                  • Natasha Eirenn
                    CIVIL - Juge
                    (6)122140741444444none
                    id16.07.17 18:32
                    (6)Volonté : 122Messages : 1407$US : 41Xp : 4Force : 4Résilience : 4Agilité : 4Réflexes : 4Spiritualité : 4Astuce : noneBadges :
                    (6)122140741444444none
                    avatar
                    (6)122140741444444none
                      CIVIL - Juge
                      L'appartement était aussi classieux à l'intérieur qu'à l'extérieur, le genre que Natasha n'avait vu qu'au cinéma jusque là. En aidant Virginia et Angie à retrouver leur chambre, elle ne put s'empêcher d'admirer le décor. Elle-même était très heureuse de son studio vide et de son garage encombré, mais ça n'avait juste rien de comparable. Pour habiter un coin pareil, les deux filles devaient avoir un boulot qui rapportait gros. Ou être des héritières. A moins que l'argent ne vienne d'Arthur, que Natasha ne put s'empêcher d'observer. Après tout, il vivait ici lui aussi. Dans tous les cas, elle venait de mettre les pieds très loin de son milieu estudiantin habituel. Un premier pied dans la politique ? Peut-être, ce serait un sacré coup de chance. Elle prit note de demander à Arthur quand la situation s'y prêterait plus.

                      Ce qui ne manquerait sans doute pas d'arriver. Natasha fut surprise qu'Arthur lui propose de rester pour la nuit. Ils ne se connaissaient pas, elle faisait tâche dans le décor, et à part qu'elle avait aidé Angie et Virginia, elle n'avait rien fait pour mériter ce genre d'offre ou d'attention. Elle commença par lever un sourcil suspicieux, mais suivit tout de même Arthur dans la cuisine.

                      "Oh, juste une douche pour laver la sueur et la crasse, ça suffira, merci. Je suis pas encore trop bourrée, je tiens plutôt bien donc je devrais réussir à rentrer chez moi. Il doit bien y avoir une station de métro dans le coin, non ?"

                      Elle prit tout de même la tasse juste après l'avoir refusée. Le grand blond n'avait pas attendu son avis pour préparer deux tasses, et si elle ne buvait pas la seconde, personne ne le ferait. Un gros gâchis en perspective. Ça ne la dérangeait pas de boire, elle savait qu'elle pouvait… que le liquide ne posait pas de problème. Mais ça n'avait plus de goût non plus, et la chaleur n'avait pas beaucoup d'effet. Ce serait la même chose que boire l'eau directement au robinet. Elle ne but d'ailleurs pas quand elle suivit Arthur au salon, s'adossant à un mur face à lui.

                      "J'étais là avec des amies, en fait. Mais on s'est plus ou moins séparées au fur et à mesure de la soirée. Elles sont parties une par une, en prévenant les autres ou non, toujours accompagnées mais rarement par une autre fille de la bande. Je crois que j'étais la dernière, ou une des dernières, en tout cas je ne trouvait plus les autres, alors quand je suis tombée sur Angie et Virgi, que…"

                      Elle ne se souvenait pas de la façon dont elle avait abordé les deux inconnues. Ou de la façon dont elle avait été abordée. Déjà trop d'alcool dans ses systèmes à ce moment-là, S.I.F. n'avait pas enregistré l'information. Si vraiment elle pouvait être ivre, ou du moins subir des conséquences similaires, elle devrait faire plus attention à l'avenir. Et trouver un moyen d'examiner son propre fonctionnement interne.

                      "… bref, elles avaient l'air ravies de rencontrer quelqu'un du coin et d'à peu près leur âge, donc je me suis incrustée. Et comme c'est un peu de ma faute si elles ont fini ivres mortes, j'ai décidé de les ramener. Je ne pensais pas qu'on se ferait agresser à Gamma, c'est censé être friqué comme quartier. Pas le domaine des petits voyous."

                      Et ils y étaient. Ce n'était pas tout à fait planifié, mais elle était arrivée au sujet voulu, donc autant en profiter. Elle leva sa tasse, encore pleine, et fit un signe pour désigner la pièce, le mobilier, et surtout le faste ambiant.

                      "D'ailleurs, si c'est pas indiscret, comment vous faites pour habiter un coin aussi cher ? Elles sont pas plus vieilles que moi, et vous n'avez pas l'air beaucoup plus vieux non plus, mais vous habitez le coin le plus chic de Liberty Town alors que je galère à payer mon studio en résidence étudiante. C'est quoi votre secret ?"
                    • Arthur Lumière
                      Crows - Indécis
                      (6)100434988273011V.I.P.Chance du débutantModèle
                      id16.07.17 20:24
                      (6)Volonté : 100Messages : 4349$US : 88Xp : 2Force : 7Résilience : 3Agilité : 0Réflexes : 1Spiritualité : 1Astuce : V.I.P.Chance du débutantModèleBadges :
                      (6)100434988273011V.I.P.Chance du débutantModèle
                      avatar
                      (6)100434988273011V.I.P.Chance du débutantModèle
                        Crows - Indécis
                        Arthur observait Natasha, dissimulant un certain amusement face à l'attitude méfiante de celle-ci. Elle acceptait de prendre une douche, mais pas de passer la nuit là... il l'écouta en buvant une gorgée de thé de temps en temps, se demandant pourquoi de l'eau bouillante refroidissait aussi vite, elle était presque tiède après moins d'une minute ! Et pourtant le thé était toujours fumant...

                        «  Un métro ? Qui sait ? Nous ne sommes arrivés que hier soir, donc je pense qu'une jeune étudiante de la ville doit le savoir bien mieux que moi je le crains. Etudiante en quoi si je peux me permettre ? »

                        Ses amies l'avaient purement et simplement abandonné, grisées par l'alcool et certainement un beau parleur ou deux... difficilement de vraies amies selon les critères d'Arthur : laisser un membre du groupe seul était une des pires choses à faire dans l'Underworld, bien plus que dans le monde normal... question de survie.

                        Elle n'avait toujours pas touché au thé lorsqu'elle commença à poser la question la plus évidente... l'argent.

                        Arthur fixa la jeune femme quelques secondes sans dire un mot...

                        Lui dire la vérité ? Un peu tôt.
                        Mentir carrément ? Honnêtement, il n'en avait pas envie. Même si son œil manquant l'empêchait d'être recrutée, elle pouvait toujours être utile.

                        Il restait à savoir si sa moralité allait être un problème ou pas... la tester dans ce cas ?

                        « Et si je vous disais que ce sont les filles d'un parrain de la mafia ? Comment le prendriez-vous ? »  répondit-il, affichant un sourire mutin, scrutant chacune de ses réactions.

                        Il nota aussi qu'elle semblait penser qu'il habitait également ici. Si seulement elle savait qu'il dormait dans la voiture en bas, dans la rue, depuis son arrivée 24 heures plus tôt... cela lui rappela qu'il devait appeler son boss pour connaître la suite des événements. Ce dernier n'avait plus donné de nouvelles depuis l'arrivée d'Arthur à LibertyTown, et aucun nouveau client ne semblait être prévu.

                        « L'Underworld ne se trouve pas seulement dans les quartiers pauvres vous savez... en fait c'est même l'inverse : le véritable Underworld se tapit sous les couches de vernis de luxe de la haute société. »

                        En avait-il un peu trop dit avec cette dernière phrase ? Le coup du parrain pouvait passer comme une blague... mais là... oh et puis après tout pourquoi pas! Ce n'est pas comme si il allait rester dans cette ville ou revenir d'ici tôt ! Autant s'amuser un peu !

                        « Mais nous pourrons discuter après votre douche. Il y a déjà des serviettes propres de prêtes, je vous laisse donc vous détendre à votre aise. Il y a aussi un loquet à l'intérieur pour fermer derrière vous. Nous pourrons continuer notre discussion lorsque vous serez réchauffer, propre et détendue. »

                        Il finit sa tasse de thé, et se leva de son fauteuil afin de s'en servir une nouvelle. Il ne buvait jamais d'alcool, ne prenait jamais de drogues et prenait grand soin de son alimentation comme ses mères lui avaient appris... mais il manquait cruellement d'activité sportive. Il s'en rendit compte en voyant Natasha bougeait aussi rapidement durant l'affrontement : ce fut le coup de pied aux fesses dont il avait besoin pour se décider à s'inscrire dans une salle de sport... peut-être un sport de combat afin de faire d'une pierre deux coups ?


                      • Natasha Eirenn
                        CIVIL - Juge
                        (6)122140741444444none
                        id17.07.17 0:33
                        (6)Volonté : 122Messages : 1407$US : 41Xp : 4Force : 4Résilience : 4Agilité : 4Réflexes : 4Spiritualité : 4Astuce : noneBadges :
                        (6)122140741444444none
                        avatar
                        (6)122140741444444none
                          CIVIL - Juge
                          "Ingénierie mécanique."

                          Un instant, elle eut peur d'avoir été trop directe. De donner l'impression qu'elle n'était là que pour ça, l'argent. Ou pour poser des questions comme une fouineuse, ce que certains pouvaient trouver plus insupportable encore. Alors qu'en vrai ce n'était pas le cas, pas du tout. Elle voulait juste savoir, maintenant qu'elle était là, si elle pouvait en profiter. Si Arthur refusait de répondre, ou la rembarrait, tant pis. Elle n'aurait rien perdu, juste rien gagné non plus.

                          En fait, elle aurait presque préféré qu'il ne réponde pas. A la place, il se mit à parler de façon appuyée de pègre, de monde souterrain, bref, des gangs qui contrôlaient la ville. S.I.F. avait envisagé l'option de rejoindre un gang, et d'en prendre la direction, pour assurer son contrôle sur Liberty Town. Après tout, elle était programmée pour ça. Mais ce n'était pas l'option qui l'attirait le plus. En fait, du peu qu'elle avait pu en apprendre sans approcher les dits gangs, c'était même une très mauvaise idée. Ils étaient en lutte les uns contre les autre, chacun dominant ses activités et son territoire ; la violence y était fréquente, de même que les assassinats d'opposant trop ambitieux ; et enfin, leur contrôle était limité aux activités clandestines. S.I.F. ne voulait pas risquer de s'exposer à des assassins, et recherchait un contrôle plus tangible.

                          En bref, et contrairement à Arthur qui semblait friand du sujet pour insister ainsi dessus, elle n'était pas très attirée par le monde du crime. Bien sûre, commettre des crimes pour parvenir à ses fins n'était pas exclu, même si là aussi elle préférait éviter. Mais s'associer à des criminels, pas question. Pas tant qu'elle aurait d'autres choix. Et pour l'instant, son meilleur choix était d'attendre et d'observer, puis de grimper lentement les échelons. Elle n'était pas pressée. Et en attendant, le regard du blond ne la quittait pas. Il attendait une réponse, une réaction. Peut-être. Natasha finit par hausser les épaules.

                          "Eh bien… je serais surprise, je crois. Elles ne ressemblent pas à l'idée que je me fais de mafieuses. Après ça, tant qu'elles ne cherchent pas à m'impliquer dans leurs problèmes, je ne crois pas que je puisse faire grand-chose."

                          C'était… une réponse évasive. En même temps, elle ne savait vraiment pas quoi dire d'autre. L'imagination, ce n'était pas son fort. Sans doute qu'elle réagirait autrement en réalité, mais comment ? Mystère. Peut-être qu'elle essaierait d'en tirer parti, peut-être qu'elle les dénoncerait. Impossible de prédire. Heureusement, le blond lui offrit de lui-même une échappatoire.

                          "Oui, j'y vais !"

                          Natasha ne se fit pas prier et posa sa tasse sur une table avant de filer vers la salle de bain. A l'intérieur, elle verrouilla la porte et posa une serviette sur le battant, pour bloquer un éventuel judas de voyeur. Elle était presque certaine qu'il n'y avait rien à boucher mais elle ne pouvait absolument pas se permettre que quelqu'un la voit. Déjà parce qu'elle allait se déshabiller, mais aussi parce qu'elle était peut-être abîmée. La douche était aussi pour ça, pour se passer en revue.

                          Elle commença par ça, avant même d'aller sous l'eau. Aucun signe d'entaille ou de mécanique exposée ou déformée. De l'extérieur, elle était intacte et donc parfaitement humaine. En revanche, en touchant sa gorge, elle sentit que quelque chose bougeait. Cette pièce, ou quoi que ce soit, n'aurait pas dû être aussi mobile. Elle n'avait pas de quoi vérifier ça sur place, mais elle devrait y penser plus tard.

                          La douche en elle-même n'était qu'une formalité. Elle n'avait pas une goutte de sueur sur elle, et les seules crasses ramassées en se battant au sol étaient dans ses cheveux. Le shampoing fut de loin l'étape la plus longue, et pourtant elle ne fit pas l'effort de se sécher la tignasse. Elle se contenta d'un coup de serviette pour ne pas laisser une traînée humide sur son sillage puis se rhabilla et sortit. Elle espérait qu'Arthur aurait oublié leur discussion, ou au moins qu'il arrêterait avec la mafia.

                          "Alors, de quoi est-ce qu'on parlait ?"
                        • Arthur Lumière
                          Crows - Indécis
                          (6)100434988273011V.I.P.Chance du débutantModèle
                          id17.07.17 19:19
                          (6)Volonté : 100Messages : 4349$US : 88Xp : 2Force : 7Résilience : 3Agilité : 0Réflexes : 1Spiritualité : 1Astuce : V.I.P.Chance du débutantModèleBadges :
                          (6)100434988273011V.I.P.Chance du débutantModèle
                          avatar
                          (6)100434988273011V.I.P.Chance du débutantModèle
                            Crows - Indécis
                            La réponse de Natasha fut éclairante et légèrement décevante. Arthur se surprit lui-même à sa propre réaction : pourquoi était-il déçu? Une jeune femme bien sous tous rapports ferait un bon contact à l'université où elle étudiait... il faudrait simplement afficher une image plus légale et propre que prévu, rien de nouveau donc.

                            Il se resservit une tasse de thé et s'interrogea sur ses intentions réelles vis-à-vis Natasha:
                            La séduire ? Non. Elle était jolie mais pas son style.
                            Simplement la remercier ? Mmm... ce n'était habituellement pas dans son caractère, mais effectivement il lui était un peu redevable d'une certaine manière.
                            L'utiliser ? Evidemment. Mais pourquoi ? il n'avait nullement besoin de contacts à LibertyTown vu qu'il allait repartir dans un ou deux jours maximum...

                            Il se sentait inquiet. Pour une obscure raison qui lui échappait encore, quelque chose ne cessait de venir lui serrer le ventre comme si un malheur allait arriver... et son incapacité à mettre le doigt dessus ne le stressait que plus encore. Et ce maudit cauchemar qui n'arrêtait pas de revenir sans cesse à son bon souvenir!

                            Cherchant à s'occuper l'esprit, il alluma la télévision et ajusta le son afin de ne pas risquer de réveiller ses anges, zappant d'une chaîne à l'autre sans réel but. Une rediffusion de débat -totalement inutile- sur la Loi Turenne entre des "experts" anti-méta et un pro-méta battait son plein, et Arthur se surprit à l'écouter.

                            L'anti-métas semblait considérer ceux-ci comme des armes à part entières ne pouvant qu'être déchargées sur la population non-méta, là où le pro-méta prônait les immenses bienfait que pouvaient prodiguer de tels pouvoirs et la possibilité d'une émergence d'un nouveau stade d'évolution de la race humaine...

                            Cela devenait un poil trop compliqué pour le pauvre Arthur.

                            " Alors, de quoi est-ce qu'on parlait?"

                            Arthur baissa le volume du son de la télévision un peu plus.

                            " Vous me demandiez d'où venait tout cet argent je crois bien... et ma blague semble être tombée à côté...
                            En fait rien de bien exceptionnel à vrai dire. Leurs parents sont plutôt fortunés et me payent pour veiller sur elles durant leurs études, tout simplement. Je ne voulais pas vous inquiéter, veuillez excuser mon humour souvent grinçant."
                            dit-il en baissant légèrement la tête pour appuyer ses -fausses- excuses. " Puis-je à mon tour vous demander de m'en dire plus sur vos études et vous-mêmes ? Vous semblez avoir des problèmes d'argents... peut-être pourrais-je vous aider pour me faire pardonner?"

                            L’ingénierie mécanique... c'était vague. En particulier pour quelqu'un comme Arthur qui n'y connaissait strictement rien. Au final, ça débouchait sur quels compétences et jobs ? Néanmoins, le jeune homme comprenait le mot "mécanique" comme étant ce qui s'occupe des machines... une réparatrice d'ordinateurs ? de voitures ? De fusées spatiales?

                            Il n'en savait rien du tout et fut -encore une fois- mit face à face avec ses propres manques : avoir dû sortir du système scolaire à 14 ans l'avait privé de beaucoup de choses, dont une culture générale correcte.
                            Cela le frustrait beaucoup et il avait peur de passer pour un idiot en l'absence de Angie et Virginia, celles-ci auraient aisément compris de quoi Natasha parlait.


                          • Natasha Eirenn
                            CIVIL - Juge
                            (6)122140741444444none
                            id18.07.17 0:30
                            (6)Volonté : 122Messages : 1407$US : 41Xp : 4Force : 4Résilience : 4Agilité : 4Réflexes : 4Spiritualité : 4Astuce : noneBadges :
                            (6)122140741444444none
                            avatar
                            (6)122140741444444none
                              CIVIL - Juge
                              Comme Arthur s'était installé face à la télévision, et puisqu'il semblait décidé qu'elle resterait dans l'appartement pour l'instant – si pas pour la nuit – elle s'effondra elle aussi dans le canapé. Elle n'était pas bien lourde mais n'avait pas non plus été très délicate, tout le meuble avait tremblé. A la télévision passait un débat, le son était trop bas pour que Natasha saisisse de quoi ça parlait. En tout cas c'était agité. Elle garda l'oeil dessus, a cas où, mais elle n'en tirerait sûrement rien. D'autant qu'Arthur s'excusait de sa mauvaise blague. C'était donc bien ça, une blague. Elle haussa les épaules.

                              "Aucun problème, c'est un peu ma faute. Je veux dire, je ne suis pas douée avec l'humour, je suis trop… - elle agita les mains en cherchant ses mots, mimant la forme droite et raide d'un poteau –[color=#9933ff] ça me prend toujours par surprise, je sais pas comment y réagir."

                              C'était vrai, ça aussi. C'était déjà vrai pour Natasha, mais S.I.F. n'avait pas été améliorée sur ce point. Elle avait vraiment des progrès à faire niveau interactions sociales. Et se lier d'amitié avec des filles de milieux aisés, plus habituées aux mondanités et aux potins. Peut-être même qu'elles pourraient l'introduire auprès de membres importants de l'un ou l'autre parti, ou d'autres individus influents de la ville. Plus tard, bien sûr, pour l'instant S.I.F. n'était pas capable de tenter quoi que ce soit.

                              Comme Arthur en profitait pour poser, lui aussi, des questions, Natasha remarqua qu'elle n'avait pas reprit sa tasse. Le thé refroidissait sur une table, hors de sa portée. Tant pis, elle n'avait pas envie de se relever juste pour ça. Elle se tortilla juste pour s'avachir un peu plus dans les coussins. Ce canapé serait putain de confortable, si seulement elle était équipée pour en profiter.

                              "Oh, euh, non, j'ai pas de problème. Je suis pas riche, je tiens surtout grâce à une bourse et un peu d'aide de mes parents, mais ça me suffit. Après c'est sûr, si je pouvais louer mon propre garage et y avoir mes propres outils, je ne me plaindrais pas, mais l'université fournit déjà tout ça donc je ne me plaint pas."

                              Bien sûr, elle ne pouvait pas se démonter elle-même dans l'atelier de l'université, mais pour ça elle pourrait se contenter de son studio. Elle était beaucoup moins encombrante qu'un moteur de camion ou qu'un frigidaire en pièces détachées. Et surtout, ça attendrait qu'elle ait trouvé comment se réparer la peau.

                              "Ils pourraient difficilement ne pas nous fournir un atelier, en même temps. Le cursus est assez généralisé, il y a des cours théoriques, de la physique, du dessin industriel mais aussi des cours pratiques. Il y a pas mal de débouchés, moi je veux devenir garagiste. Ou mécanicienne sur des trucs plus gros et spécifiques, comme des avions ou des paquebots."

                              Enfin ça c'était ce que Natasha voulait, c'était la raison pour laquelle elle était partie se perdre dans le désert et était tombée sur… sur elle d'une certaine façon, sur S.I.F. Mais elle, S.I.F., est-ce qu'elle voulait encore ça ? Bien sûr que oui ! Mais elle était programmée pour autre chose. Elle devait faire autre chose. Un autre chose qui n'était pas compatible avec une vie d'ingénieure. C'était le rêve de Natasha, pas celui de S.I.F., mais il la faisait rêver elle aussi. Elle s'enfonça un peu plus, son menton touchant sa poitrine.

                              "Quelque chose comme ça. Je ne suis pas encore décidée. Et elles, elles étudient quoi?"
                            • Arthur Lumière
                              Crows - Indécis
                              (6)100434988273011V.I.P.Chance du débutantModèle
                              id18.07.17 14:24
                              (6)Volonté : 100Messages : 4349$US : 88Xp : 2Force : 7Résilience : 3Agilité : 0Réflexes : 1Spiritualité : 1Astuce : V.I.P.Chance du débutantModèleBadges :
                              (6)100434988273011V.I.P.Chance du débutantModèle
                              avatar
                              (6)100434988273011V.I.P.Chance du débutantModèle
                                Crows - Indécis
                                Utiliser uniquement le premier degré et éviter l'humour... noté.

                                Apparemment, c'était moins un problème d'argent qu'une frustration face à un manque d'argent. Pas aussi efficace qu'une dette ou une réelle pauvreté, mais utilisable néanmoins. Natasha semblait vouloir devenir mécano, et il était toujours utile d'avoir un mécano sous la main, en particulier lorsque l'engin à réparer est criblé d'impacts de balles!
                                Mais elle n'était qu'étudiante... combien d'années encore avant qu'elle ne soit diplômée? qu'elle soit engagée quelque part, économise assez et ouvre son propre garage? Dix ans? Quinze?

                                Arthur se permit un très léger sourire, cela offrait un certain nombre de perspectives.

                                " Angie, la blonde, étudie la sociologie et Virginia étudie la neuro-psychologie je crois bien... ou quelque chose comme ça. C'est assez technique et je n'ai pas vraiment compris lorsqu'elles ont tenté de m'expliquer je dois bien avouer."

                                Inutile de mentir sur ces points là, Natasha l'apprendrait si elle gardait contact avec les filles, même si Arthur en doutait.

                                En fait, il pouvait peut-être se montrer un tantinet plus descriptif grâce à la tv. Il monta légèrement le son pour qu'il soit audible et enchaîna:

                                " En fait, elles étudient ceci si j'ai bien compris." tenta Arthur en désignant le débat à l'écran. " Pas le côté politique en lui-même, mais les hommes derrière. Ment-il? Omet-il une vérité? Pourquoi ? Comment ? etc... chacune étudie un domaine différent, mais au final ils se recoupent. On pourrait dire que Virginia étudie au niveau d'un seul individu alors que Angie étudie la même chose mais au niveau d'un groupe."

                                Sa voix était quelque peu hésitante, peu sûr d'avoir lui-même compris en premier lieu.

                                " Vous êtes un fou monsieur ! Ces bombes ambulantes ne devraient pas être autorisées à déambuler dans la nature ! Imaginez que l'un d'eux ait le pouvoir de manipuler des gaz toxiques? ? Quid des pouvoirs qui privent tout un chacun de ses droits les plus élémentaires, tel que le libre-arbitre ? C'est du viol! Ni plus, ni moins! Et si un tel individu en venait à décider de contrôler le président ? Il existe des ports d'armes pour s'assurer de l'identité et la responsabilité de leurs utilisateurs... mais comment faire lorsque la personne est l'arme elle-même ???" vociféra tout d'un coup, avec une ardeur réelle, l'anti-méta.

                                Ce coup de sang fit taire Arthur, qui écouta involontairement la réponse du pro-méta : " Mais arrêtez de raconter n'importe quoi voyons ! Comme si chaque être humain n'était pas déjà une arme! On a pas attendu l'arrivée des métas pour s’entre-tuer à mains nues vous savez ! Certains métas ont de plus gros "muscles" d'accord! Et alors ? Que faîtes-vous de ceux qui sont inoffensifs... comme... comme... où ais-je mis cette fiche... Ah ! Cette petite fille découverte en Oregon capable de créer des sculptures de lumières! Et que faites-vous de ceux dont les pouvoirs ne sont pas moins que des miracles comme cet adolescent au Mexique capable de transformer les déchets en arbres ? Ou bien cette femme au Sahara capable de conjurer la pluie en plein désert ?
                                Ces pouvoirs ne sont ni bons, ni mauvais. Ils sont ce que chacun choisit d'en faire, de la même manière que nous choisissons d'utiliser un marteau pour construire ou pour fracasser un crâne !"


                                Le débat s'envenimait, chacun campant sur ses positions... un vrai dialogue de sourd. Et Arthur posa presque machinalement la question à Natasha... sans vraiment se rendre compte de l'intérêt soudain que suscitait en lui ce débat.

                                " Que pensez-vous des métas Natasha? Qui a raison pour vous ?"


                              • Natasha Eirenn
                                CIVIL - Juge
                                (6)122140741444444none
                                id19.07.17 1:02
                                (6)Volonté : 122Messages : 1407$US : 41Xp : 4Force : 4Résilience : 4Agilité : 4Réflexes : 4Spiritualité : 4Astuce : noneBadges :
                                (6)122140741444444none
                                avatar
                                (6)122140741444444none
                                  CIVIL - Juge
                                  Natasha hocha la tête, enfin autant que possible avec le crâne coincé entre sa poitrine et le dossier. Comprendre précisément ce dont Arthur parlait alors que lui-même ne le comprenait pas, ce n'était pas évident, mais elle y arrivait. Elle-même n'y connaissait rien, ce n'était pas faute d'essayer, mais elle… elle savait ce que c'était. Pas comment ça marchait, mais au moins les mots avaient du sens. Un peu. En tout cas ça tombait bien, S.I.F. avait justement prévu d'approfondir ces sujets par la suite. Maintenant elle pouvait demander de l'aide plutôt que se débrouiller toute seule.

                                  Arthur monta ensuite le son, rendant le débat audible. Évidemment, Natasha aurait dû s'en douter. Les méta-humains, le sujet du moment. Les deux participants se hurlaient dessus, lançant leurs arguments comme des parpaings. C'était stupide. S.I.F. n'était pas une experte en politique, pas encore, mais même elle avait retenu ça. Quand il s'agissait de convaincre quelqu'un, la forme des arguments était plus importante que le fond. La logique pure ne pouvait convaincre personne car les humains se fiaient à leurs sentiments plutôt qu'à leur raison. A leurs "tripes". Natasha avait été comme ça, elle l'était toujours un peu, mais pour elle, rien ne valait un argumentaire construit, cohérent et inattaquable. L'enrobage, elle devait encore apprendre.

                                  Elle ne prêtait pas trop attention à ce que disait l'un ou l'autre camp, elle pouvait revisionner l'enregistrement à volonté de toute façon. C'était simplement un fond sonore, un moyen d'illustrer les propos du blond en attendant sa prochaine réplique. Enfin jusqu'à ce qu'Arthur ne reprenne la parole et lui demande son avis. Elle haussa son sourcil, tourna son regard vers Arthur sans bouger la tête, puis haussa les épaules.

                                  "Aucun. Les méta-humains sont un facteur imprévu. Notre société était un système bien rodé jusqu'à leur arrivée, mais elle n'est pas adaptée à un monde où un individu unique peut posséder une capacité aussi puissante ou aussi unique. Mais ils sont là. A partir de là – elle leva un bras, un doigt dressé vers le plafond – deux solutions. Soit le système ne s'adapte pas et élimine le nouveau facteur. Éradication pure et simple des Méta-humains, neutralisation des possibles futures mutations, la totale. C'est une solution extrême, presque impossible à mettre en place, mais ça rassurerait ceux qui ne sont pas des méta-humains en ne changeant rien. Solution deux – elle dressa un second doigt - le système s'adapte. Soit on trouve une façon efficace et raisonnable d'intégrer les Méta-humains, soit ils se taillent une place, soit ils détruisent entièrement le système pour en rebâtir un nouveau prenant leur existence en compte. C'est la solution la plus probable, peu importe la façon dont on y arrivera, mais ça sera aussi la plus désagréable à court terme parce qu'elle va demander du changement, et les gens n'aiment pas le changement. Dans tous les cas – elle laissa retomber son bras – il y aura des gens insatisfait qu'il faudra soit convaincre, soit taper jusqu'à ce qu'ils abandonnent. Et certains ne se laisseront pas convaincre. Alors qu'ils soient bons ou mauvais, c'est pas le problème. Le problème, c'est comment on va s'adapter, nous tous, méta-humains ou non."

                                  Mouais. Pour quelqu'un qui faisait semblant de n'en avoir rien à faire, elle avait parlé longtemps. Bien sûr elle avait un avis sur la question. Elle était une méta-humaine, d'une certaine façon. Et bien sûr elle croyait ce qu'elle venait de dire. Parce que Natasha l'aurait pensé ? Parce que S.I.F. était programmée pour voir la société comme une machine, compréhensible, contrôlable, rationnelle ? Un mélange des deux ? Elle se laissa le bénéfice du doute et choisit la dernière possibilité.

                                  "Et vous ? On entend pas trop parler d'eux en dehors de Liberty Town, je crois. Yen a moins hors de la ville, et en plus ils viennent tous ici. Vous en pensez quoi ?"
                                Aller à la page : 1, 2  Suivant