Metro, l'Apocalypse à vos portes : Forum RPGCHRONOSREP
Amélioration du contenu graphique

29.05.2017 | Découvrez les dernières améliorations graphiques du design !

Recrutement & Animation

10.06.2017 | Lazarus passe à la vitesse supérieure !

Recensement & Prépa V3

29.07.2017 | Préparez-vous à de gros changements...

Version 3.0 en ligne !

03.09.2017 | Récapitulatif des changements et feedbacks des joueurs

Du mouvement dans les rangs

03.09.2017 | Changements dans le staff

Boutique & Races 3.0

16.10.2017 | Elles sont enfin là :)

test
test

Liens - Emily J. Reyes - Carnet de bord

  • Emily J. Reyes
    CIVIL - Croisé
    (0)29101532383330253014none
    id12.07.17 20:38
    (0)Volonté : 29Messages : 1015$US : 32Xp : 38Force : 33Résilience : 30Agilité : 25Réflexes : 30Spiritualité : 14Astuce : noneBadges :
    (0)29101532383330253014none
    avatar
    (0)29101532383330253014none
      CIVIL - Croisé

      Claire Rodwish




      Âge : 34 ans

      Nature : Humaine, jusqu'à preuve du contraire.

      Métier : Fondatrice du club/bar PiCat's, et dirigeante d'un réseau mafieux aux ramifications internationales.

      Orientation sexuelle : Pansexuelle, ça veut dire qu'elle prend de tout, tant que ça souffre.

      Notes




      Née à Vienne, en Autriche, d’une aisée aux opinions politiques douteuses, la jeune femme a longtemps excellé dans la moyenne la plus moyenne de toutes les moyennes. Personne ne pouvait la battre à ce petit jeu quelque peu stupide, avouons-le. Et ceux qui y parvenaient faisait la Une du journal du lendemain, en gros titre noir et macabre.
      Il fallut attendre la mort de son père, tragiquement décédé suite à la chute depuis une rambarde de balcon mal fixée – c’est du moins le résultat officiel de l’enquête – pour qu’elle hérite du commerce de son paternel et prenne pleinement ses compétences au sérieux.
      Vive, intelligente, manipulatrice, sadique ce sont en général les mots qui reviennent quand on cherche à la connaitre. Avec le temps elle a développé son commerce autant que son goût pour la souffrance. Loin d’être masochiste, elle se délecte de la douleur qu’elle peut provoquer chez les autres, autant partenaire d’une nuit que concurrent de rue, autant physiquement que psychologiquement. Son outil favori : le cutter, nous vous laissons imaginer pourquoi.
      Sa dernière œuvre se trouve être un bar particulièrement bien quotté nommé PiCat’s, dans le quartier de Gamma, à Liberty Town. Tout en dorures, paillettes, marbre blanc et bois vernis. Musique jazz, danseuses aux courbures affriolantes, barman musclé au crâne lustré. Vous voyez le tableau.
      Elle n’est cependant que rarement sur place, son véritable emploi lui demande toute son attention. Un véritable cartel de drogue, de contrebande et de trafic en tout genre, usant autant sur le darknet que dans les ruelles du monde. Un réseau international, monté lentement et efficacement, grâce à toute sorte de participation légale, elles, comme par exemple – et sous couverture du bar – le sponsor officiel d’une boxeuse en pleine ascension.