La Terre, cœur de l’Univers, s'éveille au surnaturel… Janvier 2016, les méta-humains font leur apparition dans un fracas invraisemblable ; des hommes, des femmes, des enfants, personnes âgées à nourrissons, sont frappés par ce qu’on explique pas, des dons - ou une malédiction ? - qui les cataloguent comme des êtres à part entière, des faux humains, des méta-humains. Le monde entier est touché, nulle exception.

Nous sommes à LibertyTown, aux États-Unis, une ville aux grands enjeux, là où les méta-humains sont recensés en masse. Les médias s’y affolent, jouent des coudes pour avoir les derniers potins, les derniers événements marquants. Un jeu dans lequel tout le monde se plaît de participer, au point d’oublier la question essentielle à cette découverte : quel avenir pour ceux qui finiront par surpasser la race humaine ?

Lire la suite...
Actualités récentes
10/06 : Recrutement & Animation ─ www
30/05 : Amélioration du contenu graphique ─ www
29/05 : Système de succès opérationnel ─ www
Activité du forum
8 mois d'existence
Plus de 100 membres actifs
138 histoires et 1066 pages RP

LE STAFF
LES PRÉDÉFINIS
LES AMIS

Metro, l'Apocalypse à vos portes : Forum RPG CHRONOSREP

Ce que la vie nous offre de meilleur - ft Cain

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
  • Hannibal Von Jäggerjack
    ETA - Dominateur
    (9)431+095530403010403040FondatriceFranc-maçonGrand fouMeeticV.I.P.
    id12.07.17 22:21
    (9)Volonté : 431Messages : +0Réputation : 955$US : 30Xp : 40Force : 30Résilience : 10Agilité : 40Réflexes : 30Spiritualité : 40Astuce : FondatriceFranc-maçonGrand fouMeeticV.I.P.Badges :
    avatar
    (9)431+095530403010403040FondatriceFranc-maçonGrand fouMeeticV.I.P.
      ETA - Dominateur

         
      ANTON & GALATEA
      Hannibal franchie la porte, une première fois, simplement vêtue d’une chemise de nuit et d’escarpins. Le regard désaprobatteur de son conseiller lui fit remarquer sa bêtise ; la fureur de sa peur ne ferait pas taire le froid ambiant en cette période hivernale. Passée les portes du bâtiment, elle crèverait de froid, même si le chemin jusqu'aux appartements de Caïn se fait court. Important de noter que sa jeune grossesse l'a rendu faible, fatiguée et très irritée. Les premières nausées ont eu raison de sa faim et de sa vigueur… à son grand malheur. Une condition fragile qui impose un réel dégoût chez la jeune femme, habituée à ne jamais fléchir, surtout physiquement parlant.

      La seconde fois, ce fut couverte d’un épais manteau et d’une large écharpe. Après l’essai de plusieurs tenues qui ne la serrent pas trop - déjà assez ballonnée et nauséeuse comme ça pour en rajouter - Hannibal fini par trancher pour un pantalon à pince, léger pull et escarpins. Classe, efficace, juste de quoi paraître présentable sans trop se surcharger. Cette fois-ci son assistant esquissa un sourire et l’accompagna soigneusement vers la sortie, assurément protecteur. Madame… je tiens à m’excuser pour tout à l’heure.. J’ai… Un signe de la main, délicat, accompagné d’une légère caresse sur son bras. Promet moi seulement d’agir comme un ami et de n’en dire mot à personne. Son regard remplis de fierté, celle d’avoir conquis la confiance de la jeune femme, suffit à Hannibal pour comprendre qu’il n’en dira jamais mot. Quoi qu’il lui en coûte.

      Le trajet fut court mais les embouteillages fréquents d’Alpha l’ont rendu plus lourd. La seraphim s'impatiente, une hâte indescriptible de poser des mots sur un amas de peur, d'incertitudes et de colère. Un début de grossesse qui s’annonce fastidieux, autant pour elle, pour les enfants mais aussi pour Caïn… où la surprise sera plus grande qu’effroyable. Sa réponse conviendra t-elle ? Y a t-il une bonne réponse à l’annonce qui sera faite ? Pas vraiment… Qui donc peut bien prévoir la réaction d’un être face à la création de la vie, d’une part de lui et de son être aimé ? Il faut être d’un grand altruisme pour élever un enfant, lui offrir tout son amour, toute sa considération… toute sa vie. Plus encore s'ils sont plusieurs, avec une parité exacte, indissociable.

      Postée devant le bâtiment de Caïn, le plus luxueux et sans aucun doute le plus coûteux, la colombe hésite, marche d’un léger pas et se montre presque fuyarde. Il n’est pas trop tard pour faire demi-tour, prendre ses affaires et partir à l’autre bout du monde… ou tout simplement mettre fin à leur gracieuse et innocente vie. Poings serrés, lèvres pincées. Une jeune femme s’approche, la servante qu’elle a l’habitude de croiser et pour laquelle Hannie éprouve sympathie. Bonjour Madame. Vous.. Vous souhaitez entrer ? Un souffle. Vous pouvez m’emmener jusqu’à lui ? Un signe de la tête, les deux femmes font chemin jusqu'à lui.

      Arrivée, la servante s’eclipse et Hannie fait face à un Caïn sûrement impatient, dévoré à l’idée d’en savoir plus. Mais avant même qu’il prononcé le moindre mot, la jeune femme prend les devants. Comment étaient tes parents, Caïn ? Un silence de mort s'installe dès que la dernière syllabe sonne.
    • En ligne
      Cain Powell
      Dominateur
      (15)206+02810223030557030
      id14.07.17 6:58
      (15)Volonté : 206Messages : +0Réputation : 2810$US : 22Xp : 30Force : 30Résilience : 5Agilité : 5Réflexes : 70Spiritualité : 30Astuce : Badges :
      avatar
      (15)206+02810223030557030

        I can't drown my demons

        Depuis quelques temps désormais, Hannibal agissait de manière étrange. Cain n'était pas du genre à trop creuser les choses entre eux tant qu'elle ne souhaitait pas aborder les sujets elle-même donc il n'en fit pas grand chose. Mais il gardait toujours cette "inquiétude" au coin de l'esprit.

        Elle avait des questions à lui poser. De nombreuses questions qui plus est. Si beaucoup d'hommes se mettent la pression et commencent à gamberger ou bien s'imaginer des scénarios catastrophe en entendant ses mots de la bouche de leur moitié, ce n'était pas tout à fait le cas de Cain. Il serait faux de dire qu'il était impassible dans cette situation, mais il n'était clairement pas autant affecté qu'il aurait pu l'être.

        Lorsque la jeune femme passe le pied de la porte, le mafieux est assit dans un de ses fauteuils en face. Il ne bouge pas, se contente de lever les yeux pour fixer le regard de sa belle. Même si il eut voulu prendre la parole, elle ne lui laissa pas l'occasion de l'initiative. Ses parents ? C'était ça ses questions importantes dont les réponses allaient définir leur avenir ? Ce n'était surement que la première d'une longue série... une très longue série.

        Je n'ai jamais connu ma mère et mon père était le pire. Il la regarde un instant puis se reprend. Un des pires.

        Il ne voulait pas dire par là que son père était mauvais, qu'il le maltraitait ou autre, mais simplement qu'en tant qu'être humain, en tant qu'homme, le père de Cain était juste... anecdotique... Le genre de personne qu'il use et abuse au quotidien désormais, le genre de personne qu'il utilise comme paillasson pour s'essuyer les pieds avant de rentrer chez lui.

        Sa mère, elle n'a jamais été là, peut-être était-elle morte, peut-être les avait-elle abandonné, il n'a jamais cherché à le savoir et dans un sens, cette absence est surement la source du rapport si sexiste que Cain peut avoir avec les femmes. Enfin, celles qui n'ont pas le luxe d'être Hannibal Von Jäggerjack, bien entendu.

        La réponse fut concise, brève, classique Cain en gros, mais ce n'était pas un sujet qui méritait de divaguer pour lui, tant ses parents ne représentent rien dans sa vie. La vraie question à présent était de savoir "Pourquoi ?" cette question. Mais il n'allait pas demander. Elle avait des questions, de nombreuses questions, et elles allaient s’enchaîner. Silencieux suite à sa réponse, il attendait patiemment la suite.

        Si elle était troublée, il la rendrai paisible.
      • Hannibal Von Jäggerjack
        ETA - Dominateur
        (9)431+095530403010403040FondatriceFranc-maçonGrand fouMeeticV.I.P.
        id14.07.17 17:55
        (9)Volonté : 431Messages : +0Réputation : 955$US : 30Xp : 40Force : 30Résilience : 10Agilité : 40Réflexes : 30Spiritualité : 40Astuce : FondatriceFranc-maçonGrand fouMeeticV.I.P.Badges :
        avatar
        (9)431+095530403010403040FondatriceFranc-maçonGrand fouMeeticV.I.P.
          ETA - Dominateur

             
          how deep IS your love ?
          Je ne pense pas avoir le pire père, ni le meilleur, il est vrai. Cependant il m’a inculqué des valeurs que je ne peux renier, bien que j’aimerai. Parfois. La jeune femme fait une pause, se délie de son écharpe qu’elle pose sur le bord d’un fauteuil, répétant l’action avec son manteau qu'elle déboutonna avec minutie. Tout au long de sa réponse, ses yeux n’ont fait que soutenir le regard de Caïn, sans battre d’un cil. Hannibal reprend. J’ai eu la chance d’avoir un père particulièrement aimant et attentionné à mon égard, ce qu’il n’a pas été pour mes frères et ma soeur.  En tant qu’enfant, ça m’importe peu. En tant que mère, je ne supporterai pas l’idée qu’il y ait une différence entre mes enfants. Pendant un instant, Hannibal pensa “nos enfants”, mais rectifia rapidement le tir pour que Cain n’en puisse déceler le moindre soupçon.

          Sa peau est particulièrement blanche, plus que d’habitude, son teint fatigué et ses cernes insiste sur ses maux, de quoi facilement croire qu’elle est malade, pas qu’un peu. Ça n’est pas surprenant : sa première grossesse fut une catastrophe. Il y a des femmes pour lesquelles porter la vie n’est pas simple, Hannibal en fait partie. Agatha Von Jaggerjack n’est pas ma mère. Mon charmant père a dû taire cette information auprès de ses proches conseillers, même pour toi. Je l’ai appris vers mes… quinze ans ? Ça ne m’a pas rendu triste, enfin en comparaison de perdre son petit frère ou mettre au monde un enfant pour le sentir mourir contre soi, ça ne m’a pas rendu triste. Un long monologue pendant lequel Hannibal se justifie presque d’être ce qu'elle est, pour tous ses défauts, ses peurs… Ses hantises. Une nausée lui serre le cœur, sa main vient rapidement devant sa bouche et elle fini par s’en mordre la peau. Et ton frère ? Comment est-il ? Des questions que la jeune femme ne se serait jamais permise de poser si elle n’était pas en position d’exiger des réponses de sa part. Cain ne peut plus reculer. Hannibal non plus. À quel point m'apprécies-tu Cain  Powell ? Je reprends…  Serais-tu capable de tout sacrifier pour moi ?

          Et la seule règle dans tout ça, c’est qu’il n’y a pas de bonne réponse ou mauvaise réponse.
        • En ligne
          Cain Powell
          Dominateur
          (15)206+02810223030557030
          id17.07.17 4:31
          (15)Volonté : 206Messages : +0Réputation : 2810$US : 22Xp : 30Force : 30Résilience : 5Agilité : 5Réflexes : 70Spiritualité : 30Astuce : Badges :
          avatar
          (15)206+02810223030557030

            They know how to swim

            Il était rare de la part d'Hannibal de s'ouvrir au sujet de sa famille. Pire encore au sujet de son père. Pire encore au sujet de sa mère. Cain en appris beaucoup au sujet de cette illustre famille en quelques instants, sans qu'il n'ai à demander quoi que ce soit, ce qui n'était pas loin d'être une grande première.

            Mais, sans qu'il ne sourcille, une phrase tiqua dans la tête du propriétaire des lieux : "En tant que mère, je ne supporterai pas l’idée qu’il y ait une différence entre mes enfants". Pourquoi disait-elle ça ? C'est alors que la matière grise de Cain se mit en branle pour rattacher les morceaux du puzzle qu'était Hannibal, les uns après les autres, à vitesse grand V.

            Les absences, les maladies, les vomissements, la pâleur, son appétit d'ogre souvent coupé, les questions presque obsessionnelles à propos des parents, parler de SES enfants. Il pensait avoir compris. Il y avait peu de place au doute à présent, mais il n'allait pas nécessairement la confronter à ce sujet sans qu'elle ne s'ouvre à lui. Elle était venue lui poser des questions et il ne comptait pas vraiment lui couper l'herbe sous le pieds juste pour se dédouaner.

            Toujours au sujet de la famille, elle aborda le sujet de son frère. Elle aussi en avait un. On pouvait lui donner le bénéfice du doute, Cain ne s'ouvrait quasiment jamais donc elle n'en savait sans doute rien, mais Abel n'était plus de ce monde.

            Comment était-il.

            Il pencha la tête en arrière, cède l'échange de regards avec Hannibal pour regarder le plafond avant de reprendre, sans la regarder.

            C'était quelqu'un de bien. Un gars gentil et sympathique qui frôlait l'utopisme. Il était naïf. Il me rappelait mon père... Mais c'était mon frère. Et je l'aimais comme tel. Sa mort me fait toujours mal à ce jour. J'aimerai le revoir.

            Il ne mentait pas vraiment. Abel était bel & bien mort il y a longtemps et Cain aimerait vraiment le revoir. Subtilité étant qu'Abel n'est plus son identité et même son frère ne savait pas où il était caché désormais. Le meilleur moyen de le tenir en sécurité, ne pas savoir lui-même ce qu'il en était de sa situation.

            Les questions suivantes étaient plus étranges, surtout venant d'elle, surtout vu leur relation. Le visage du mafieux s'était de nouveau baissé pour fixer la belle Hannibal. Il ne présentait pas son regard particulièrement sévère qu'il pouvait avoir habituellement, mais sa manière de la dévisager ne la mettrait peut-être pas en confiance pour autant.

            Le fait que je ne dévisse pas la tête à coup de gifle de la femme qui arrive tard sans me dire pourquoi pour me bombarder de questions les unes après les autres, devrait répondre à la question d'à quel point tu es appréciée.

            Il marque une brève pause, réfléchissant légèrement à la seconde et dernière question.

            Je suis prêt à faire beaucoup de choses pour toi. Tout sacrifier n'en fait pas partie. Il a un ton cinglant, claquant, puis il complète sa réponse : Cela dit, mis en situation ou devant le fait accomplis, difficile à dire ce que je ferai. Après tout, on ne sait jamais ce que l'avenir nous réserve. On peut souvent se retrouver démunis devant les manipulation du destin qui nous prennent de court. Quelque chose dont on ne s'attend pas, qu'on ne sait pas comment gérer, ou comment en parler... Ça peut arriver si vite. D'un moment à un autre, ce qu'on est prêt à faire ou non, nos convictions, tout peut voler en éclats.


            Mais tout ça, tu es bien placée pour le savoir, n'est-ce pas ?

          • Hannibal Von Jäggerjack
            ETA - Dominateur
            (9)431+095530403010403040FondatriceFranc-maçonGrand fouMeeticV.I.P.
            id17.07.17 18:45
            (9)Volonté : 431Messages : +0Réputation : 955$US : 30Xp : 40Force : 30Résilience : 10Agilité : 40Réflexes : 30Spiritualité : 40Astuce : FondatriceFranc-maçonGrand fouMeeticV.I.P.Badges :
            avatar
            (9)431+095530403010403040FondatriceFranc-maçonGrand fouMeeticV.I.P.
              ETA - Dominateur

                 
              how deep IS your love ?
              Bien placé pour le savoir... Ça résonne, ça tape contre  ses tempes et ça fait monter en elle une sorte de colère muette, une envie irrépressible de lui mettre une balle entre les deux yeux. Sans savoir pourquoi, sans être capable de contrôler ça. Doucement, son regard se baisse sur ses mains, fixant les paumes avec une attention particulière. Combien de litre de sang ont-elles essuyées ? Combien de cou ont été brisés, combien d'os ont été réduits à néant, par ses mains ? L'assassin se pince les lèvres : est-ce une vie pour ses enfants ? Certainement pas. Les mois à venir vont être décisifs et ses choix d'avenir devront se faire en conséquence. Au final, la question, la vraie question est serais-tu capable de tout sacrifier pour eux ? Dans le fond, Hannie s'en contre-fiche qu'il soit capable ou non de tout plaquer pour ses beaux yeux, elle se suffit à elle-même, pour toujours et à jamais, mais pour leurs enfants, elle souhaite qu'il en soit réellement capable. C'est pour ça qu'elle se retrouve là, à lui imposer cet interrogatoire. Légitime pour une femme enceinte de savoir si le géniteur a les capacités d'assumer son rôle de père ou non.

              Puis elle entendit à nouveau les paroles de Cain, en fond. J'aimerai le revoir. Les yeux toujours rivés sur ses mains, elle se revoit serrer de toute ses forces son petit frère, son corps froid, sans vie, pleurant toutes les larmes de son corps. Implorer Dieu n'a pas suffit, on lui a ôté le premier grand amour de sa vie d'une manière si cruelle...  Les larmes roulent sur ses joues blanches, et rougissent à peine son teint cadavérique. J'aurai aimé le rencontrer. Une phrase forte de sens. Cain parle de lui avec une telle douceur et pourtant avec énormément de distance. C'est qu'il doit compter, qu'il a la force d'aimer quelqu'un, même si d'apparence il ne montre rien. Hyéronimus était comme ça aussi. Il voulait être soldat, il voulait aller à l'armée et porter fièrement le poids de la nation sur ses épaules. Elle mord plus fort ses lèvres pour ne pas éclater en sanglot, ravalant toute sa tristesse avec une telle ardeur. J'ai porté ses rêves tout ce temps, mais j'ai la sensation de m'être fourvoyé, parfois... De m'être égarée de mes propres rêves, finalement, de m'être condamnée. Le monstre cache donc une innocente enfant brisée ? Hannibal, serais-tu en train de te repentir ? Il faut croire que porter la vie lui permet de se remettre en question.

              Un mouchoir dans sa poche, elle sèche ses larmes et ne relève le visage que lorsqu'elle a fini. Ne me menace pas trop Cain, tu risquerais d'être surpris. La jeune femme le redoute, son regard n'arrange rien, mais elle tient bon face à lui et ne se laissera pas bouffer par le lion. C'est une lionne après tout. Et si onze après j'avais débarqué avec ton fils, si Wolfgang s'était présenté à toi comme ton fils ? Qu'aurais-tu fais, toi qui n'est pas capable de sacrifier tes propres intérêts pour autrui ? D'une question elle balayait sa mise en scène, son ton sec et imposant. Cain a compris de quoi il en retourne mais il est hors de question de céder avant qu'il ait répondu à toutes ses questions.

            • En ligne
              Cain Powell
              Dominateur
              (15)206+02810223030557030
              id18.07.17 0:21
              (15)Volonté : 206Messages : +0Réputation : 2810$US : 22Xp : 30Force : 30Résilience : 5Agilité : 5Réflexes : 70Spiritualité : 30Astuce : Badges :
              avatar
              (15)206+02810223030557030

                I'm scared to get close

                Le moins que l'on puisse dire, c'est que cette conversation avait le don de sortir les deux amants hors de leur zone de confort. Ils abordaient un à un des sujets qu'ils préféraient passer sous silence en temps normal : la famille. Leurs pères respectifs, leurs mères respectives, leurs frères respectifs, même si il n'y avait pas grand chose à dire dans le cas de Cain, Hannibal semblait prendre très à cœur cette conversation.

                Le fait qu'elle prenne les paroles du mafieux pour des menaces en disait long sur sur son état mental actuel. Elle avait largement excédé ses limites et était épuisée. Même si la remarque de Cain pouvait être interprétée de la sorte, Hannibal le connaissait mieux que ça, elle aurait du savoir lire entre les lignes, sa réaction n'était qu'un indicateur supplémentaire qui confirmait les soupçons du propriétaire de luxueux appartement.

                Wolfgang était un sujet particulièrement sensible, encore maintenant. Lorsqu'elle le mentionna, le visage de l'homme se renferma, penchant doucement la tête vers le sol. Irrémédiablement, il repensa à la soirée où il l'avait retrouvée, où elle lui avait avoué. Où il avait sombré. Sans relever la tête, il répond calmement. Toute potentielle intimidation, aussi infime soit-elle, était absente de sa voix. C'était surement la première fois qu'Hannibal l'entendait sur ce ton.

                Souviens-toi ce qui s'est passé quand je t'ai ramenée ici pour la première fois.

                Il ne voulait pas en avouer d'avantage. Se souvenir qu'il était en telle position de faiblesse, ce terrible aveu de sa part, il ne pouvait se permettre de le prononcer à voix haute. Recroquevillé sur lui-même dans sa baignoire, cette simple image et toute sa terrible raison le hantait encore régulièrement dès qu'on parlait d'enfants de manière plus ou moins directe.

                Il relève alors la tête, tout doute, tout sentiment de faiblesse a disparu. Son regard est de nouveau l'air sévère qu'il porte habituellement. Il n'est pas en colère, il n'enrage pas, mais il faut la connaissance du personnage d'Hannibal pour qu'elle s'en rende compte. Un individu lambda ne ferait surement jamais la différence.

                Je ne sacrifierai rien. Ce serait impensable.

                A nouveau, sa réponse peu sembler être la mauvaise, très clairement, mais elle est accompagnée d'une conclusion.

                Tu crois que j'ai sacrifié quelque chose pour toi ? J'ai fais en sorte que tu aies ta place avec moi. J'ai aménagé ma vie, aménagé mes plans et la manière avec laquelle je les conduits. Je ne fais pas de sacrifice. J'étends mon jeu. Je ne vais pas sacrifier mes ambitions pour rendre quelque chose pour adéquat à quelqu'un. Je vais les faire grandir d'avantage et encore plus vite pour que tout soit au mieux le moment venu.

                Il fronce les sourcils un instant, regarde Hannibal de manière un peu plus dure que jusqu'à présent.

                Que caches-tu derrière toutes ces questions, Hannibal ?

                Dans le fond, il était presque certain de la réponse, mais il voulait l'entendre de sa bouche. Si il pouvait la pousser un peu dans une direction, c'était une chose, lui couper l'herbe sous le pieds en revanche, ce n'était pas vraiment quelque chose qu'il souhaitait faire avec elle... Pas pour ça.
              • Hannibal Von Jäggerjack
                ETA - Dominateur
                (9)431+095530403010403040FondatriceFranc-maçonGrand fouMeeticV.I.P.
                id18.07.17 13:42
                (9)Volonté : 431Messages : +0Réputation : 955$US : 30Xp : 40Force : 30Résilience : 10Agilité : 40Réflexes : 30Spiritualité : 40Astuce : FondatriceFranc-maçonGrand fouMeeticV.I.P.Badges :
                avatar
                (9)431+095530403010403040FondatriceFranc-maçonGrand fouMeeticV.I.P.
                  ETA - Dominateur

                     
                  how deep IS your love ?
                  Au bout de ses capacités, au bout de sa résistance physique. Trois jours sans manger, à vomir avec un ventre vide, sans vraiment dormir, paniquant à l'idée d'une maladie incurable, d'une mort certaine sans avoir accompli ses propres rêves. Mais quels sont-ils Hannie, tes rêves ? Tu voulais une vie tranquille, accompagné d'un mari, d'enfants, un métier sympa, sans être trop riche, sans être trop pauvre, les aléas d'une vie normale. C'était ton rêve de gamine, être normale. Puis est venu les diverses volonté d'une gamine brisée par la vie : retrouver ta mère. Chose qu'elle n'aura sûrement jamais, une mère. C'est peut-être pour ça que la maternité l’effraie autant... Comment être une bonne mère quand tu n'as pas d'exemple sur lequel t'appuyer ?

                  Te souviens-tu de son état ? Te souviens-tu à quel point il a été affecté ? Ce n'est rien comparé à ta souffrance, au vide qui s'est immiscé en toi et à la solitude qui te ronge depuis bientôt onze ans. Lui n'a rien vécu, n'a rien compris. Il s'est recroquevillé sur lui-même pour pleurer sur lui-même. Comparé à toi, il n'a pas assez souffert. La fatigue, les nerfs, la douleur d'un estomac qui hurle de ne plus avoir de quoi se nourrir depuis trop longtemps, ont réduit à néant ton empathie. Je me souviens d'avoir été seule le jour où je l'ai porté mort dans mes bras, pendant des heures, contre moi, en lui répétant que je l'aimerais jusqu'à mon dernier souffle. A peine ses mots prononcés, tu te sens coupable d'une injustice... Comment aurait-il pu être là ? Tu l'as privé de ses droits. Son regard devient vide, exténué, presque mort.

                  Le poing contracté, le regard fermé, une expression insaisissable qui se plaque sur son visage et qui semble ne prévoir rien de bon. La jeune femme tourne en rond pendant qu'il termine son discours, fait les cent pas, tente d'occuper son esprit, mais ça ne suffit pas, ça ne suffira jamais. Puis sa question. La question de trop. Le poing fermé, elle vient l'encastrer dans la porte, l'avant-bras passant à travers. CA NE SUFFIT PAS! C'EST MOI QUI POSE LES QUESTIONS! Voilà une Hannibal à laquelle il n'a jamais eu à se confronter, totalement instable, perdue, dépassée par les événements. Si bien qu'à peine son bras retiré du trou béant, qu'elle a formé avec son poing un peu plus tôt, elle vacilla. Dos à Cain, elle titubait et tenta de retenir sa chute, en vain. Je suis désolée... Des mots prononcés alors que son corps est à deux doigts de s'étaler sur le sol, les yeux à demi-fermés.

                • En ligne
                  Cain Powell
                  Dominateur
                  (15)206+02810223030557030
                  id18.07.17 16:58
                  (15)Volonté : 206Messages : +0Réputation : 2810$US : 22Xp : 30Force : 30Résilience : 5Agilité : 5Réflexes : 70Spiritualité : 30Astuce : Badges :
                  avatar
                  (15)206+02810223030557030

                    I hate being alone

                    Chaque instant qui passe, chaque geste qu'elle fait, chacune de ses paroles, tout confirme le ressentit de Cain à son sujet. Elle est à bout. Non, elle est bien au delà de ça. Chaque moment pourrait être le dernier avant qu'elle ne sombre définitivement. A force de ressasser le passé, on arrive forcément à songer à des moments plus douloureux que d'autres. La souffrance de la naissance de Wolfgang n'éclata que de plus belle dans le cœur d'Hannibal.

                    C'était la première fois qu'elle était si... ouverte. Pas tant qu'on pouvait lire en elle facilement ou bien qu'elle s'ouvrait trop, juste... Ouverte dans le sens d'une plaie ouverte. Les événements récents avaient ravivés cette vieille blessure et elle en souffrait, presque tout autant qu'à l'époque. C'était une étrange sensation pour Cain. A mesure qu'elle parlait de leur premier enfant, il entendait sa propre voix dans sa tête se répéter "je comprends...", mais aucun mot ne sortait de sa bouche.

                    Il la laissait se débattre avec elle-même, lutter contre ses souvenirs l'affectant comme une torture, silencieux. Ce n'était pas qu'il ne voulait rien faire, qu'il ne voulait rien dire. Juste que... Il ne savait pas quoi. Il se sentait terriblement impuissant. Il savait très bien que des mots n'avaient aucune valeur face à une telle peine, face à une telle expérience traumatisante.

                    Elle explose finalement. Elle se tourne et encastre son poing dans la porte. Il reste de marbre. En temps normal il aurait sans aucun doute explosé en retour, surtout quand on fait des dégâts sur sa propriété, mais ce soir là était différent. A peine commence-t-elle à s'excuser qu'elle est coupée dans son élan par les bras de son amant qui s'enroulent autour d'elle.

                    Ne dis rien. Ferme les yeux. Respire lentement et ne pense à rien. Repose toi sur moi.
                    Je suis là maintenant, je suis avec toi, tout sera différent. Tout ira bien.


                    Cette fois il n'y aura pas de problème.

                    Il sait, et indirectement lui fait savoir. Elle n'a pas à lui avouer, elle n'a plus à se torturer, il vient de lui enlever ce poids des épaules.

                    Laisse toi aller Hannibal. Je m'occuperai de tout.
                  • Hannibal Von Jäggerjack
                    ETA - Dominateur
                    (9)431+095530403010403040FondatriceFranc-maçonGrand fouMeeticV.I.P.
                    id18.07.17 18:24
                    (9)Volonté : 431Messages : +0Réputation : 955$US : 30Xp : 40Force : 30Résilience : 10Agilité : 40Réflexes : 30Spiritualité : 40Astuce : FondatriceFranc-maçonGrand fouMeeticV.I.P.Badges :
                    avatar
                    (9)431+095530403010403040FondatriceFranc-maçonGrand fouMeeticV.I.P.
                      ETA - Dominateur

                         
                      how deep IS your love ?
                      Quelques longues secondes se sont écoulées entre le moment où ses yeux se sont fermés, son corps réceptionné de peu par Cain, et celui où elle papillonna, l'air perdue et envahi d'un sentiment de culpabilité frôlant la crise de larmes. Honteuse, la femme enceinte n'osa même pas croiser son regard, baissant immédiatement les yeux. Ce n'est pas le genre de la maison que de fuir ses responsabilités, mais même elle ne se reconnait pas, même elle doute de ses propres convictions. La fatigue lui bouffe le peu de raisonnement qui lui reste, oubliant jusqu'à sa propre dignité. Une allure bien pâle par rapport à celle habituelle. A nouveau, la jeune femme ferma les yeux, repris doucement sa respiration pour calmer son cœur battant à la chamade, retrouver des pulsations normales, éteindre la douleur qui contraint tous ses muscles. La voix de Cain la berce et elle finit par se laisser totalement aller, au point où son amant fini par porter tout son poids contre lui.

                      Lorsqu'elle reprit plus ou au moins conscience, Hannie fini par s’asseoir sur le sol, l'accompagnant contre elle. Ils se retrouvèrent sur le sol, elle contre lui, de face, et se retira de ses bras pour à nouveau poser son regard dans le sien. Cette fois, il y a une forme d'inquiétude qui le berce. Cette fois c'est différent Cain, ils sont deux. Elle remarqua pour la première fois, depuis bien longtemps, à quel point il est beau, à quel point son visage peut lui offrir une sensation d'apaisement, son odeur un réconfort certain. Sans un mot, elle porta sa main à son visage, elle caressa d'abord sa joue, puis sa barbe et ses lèvres. J'ai besoin d'un ami, d'un amant, d'un conjoint, d'un partenaire. Pas que tu prennes tout en main. J'ai besoin qu'on soit deux, cette fois. La main qui tombe contre son corps, elle ne le quitte pas du regard et fini par se mettre à genou, face à lui, s'avance tendrement vers lui et pose un baiser sur son front. Qu'on soit une équipe, au moins pour eux. Un baiser sur sa joue et elle recula, pour laisser une légère distance entre eux.

                      L'annonce délivra ses hantises, apaisa ses démons, soufflant sur ses mots. Une sorte de libération, comme enlever chaîne à ses poignets. La peur qu'il refuse, qu'il fuit, qu'il prenne jambes à son cou et ne revienne pas, tout ça s'efface et semble enlever une dose d'inquiétude. Cette fois, elle n'y arrive pas sans lui.

                    • En ligne
                      Cain Powell
                      Dominateur
                      (15)206+02810223030557030
                      id18.07.17 18:40
                      (15)Volonté : 206Messages : +0Réputation : 2810$US : 22Xp : 30Force : 30Résilience : 5Agilité : 5Réflexes : 70Spiritualité : 30Astuce : Badges :
                      avatar
                      (15)206+02810223030557030

                        Can you feel my heart ?

                        Doucement, elle l'écoute, elle suit ses paroles, elle respire, se calme peu à peu. Doucement, ils se posent sur le sol de l'appartement. Et pour la première fois de la soirée, elle le surprend vraiment. "Ils sont deux". Si son visage demeure majoritairement inexpressif, il ne peut s'empêcher d'écarquiller les yeux.

                        Ils sont deux. Cette phrase faisait écho dans sa tête, comme un signe du destin, comme une manière de s'excuser de leur avoir pris leur premier enfant à tord. Comme pour essayer de penser leurs plaies béantes. Si avoir un seul enfant était beau, en avoir deux était devenu symbolique. Puis, dans des murmures, elle se confie à lui, sur ses plus grandes craintes.

                        Dans une voix étrangement douce, presque juste un simple souffle, inaudible à quelconque autre personne qui serait plus éloignée de lui que l'est Hannibal, il lui répond de simples mots :

                        Je serai là. Je serai toujours là.

                        Lui aussi fait son introspection. Même si il s'est beaucoup moins ouvert qu'elle, ce genre d’événement pousse forcément les gens au passé lourd à le ressasser. Qu'aurait-il pu faire d'autre ? Qu'aurait-il pu faire de mieux ? Tant de choses. Il ne regrettait pas ses actes, mais si il avait l'occasion de recommencer à vivre sa vie du début, ses choix ne seraient surement pas les mêmes.

                        J'ai déjà abandonné ma famille...

                        Il pose sa main contre sa joue, la caresse doucement et, une image se grave surement à jamais dans les yeux d'Hannibal. Cain la regarde, sans son air sévère, sans son air inexpressif habituels,
                        ses yeux ne sont plus plissés, ses lèvres ne sont plus stoïques. Il a un regard chaleureux et un fin sourire. Il la regard avec tendresse. Chose qu'il n'a jamais fait jusqu'alors.

                        Jamais plus.
                      • Hannibal Von Jäggerjack
                        ETA - Dominateur
                        (9)431+095530403010403040FondatriceFranc-maçonGrand fouMeeticV.I.P.
                        id19.07.17 0:08
                        (9)Volonté : 431Messages : +0Réputation : 955$US : 30Xp : 40Force : 30Résilience : 10Agilité : 40Réflexes : 30Spiritualité : 40Astuce : FondatriceFranc-maçonGrand fouMeeticV.I.P.Badges :
                        avatar
                        (9)431+095530403010403040FondatriceFranc-maçonGrand fouMeeticV.I.P.
                          ETA - Dominateur

                             
                          how deep IS your love ?
                          Hannibal ne pu retenir ses larmes face à de telles confessions, tentant en vain de cacher ses émotions, une joie mêlée à de la confusion. Le regard de Cain bouleversa tout son être, ajoutant beaucoup de délicatesse à cette scène pleine de sincérité, ce qu'elle parvint à comprendre par la rareté de son sourire. C'est la première fois qu'elle voit un sourire, un vrai sourire, sur le visage de Cain. Pas celui qui veut dire je vais te faire manger ou t'es à moi, mais le sourire qui veut tout simplement dire je t'aime, ou presque. Hannie espère peut-être un peu trop de ce sourire, mais ça lui suffit, ça la contente, ça lui permet de panser ses plaies, de s'armer pour les difficultés à venir. Il sera là, pour toujours et à jamais, il lui a dit, c'est une promesse à demi-mot et si il ne la tient pas... Si Cain ne tient pas sa parole, il n'aura pas l'occasion d'en prononcer d'autre. Nous serons ta famille, on ne te laissera pas l'occasion de nous abandonner. Ces simples paroles eurent l'effet d'un calmement, d'une dose de morphine : tout semble s'effacer, plus rien d'autre ne compte hormis ce moment de plénitude.

                          Coupant ce moment émotion, l'estomac de la jeune femme grinça de toute puissance. La faim semble faire son grand retour et pas qu'un peu. Sans prendre garde, elle emporte la main de Cain contre son ventre et la plaque. Je crois que tes enfants et moi-même mourrons de faim. Et pour la première fois depuis longtemps, Hannibal se met à rire, sans pouvoir s'arrêter. La situation est à la fois épique et tellement risible. C'est vrai ça, c'est tellement peu le genre d'Hannibal de se réduire à ce type d'échange roucoulant. Pourtant, pourtant cette fois elle en a besoin et ne le cache plus. Dit.. Cain.. La jeune femme hésite un instant, le regarde avec un air inquiet et fronce légèrement les sourcils. Je pense que c'est le moment de.. De rendre ça officiel, entre nous, de vivre ensemble, de.. Tu vois ? De vivre à quatre, avec les emplois du temps de chacun, les activités de chacun. Être une famille, s'approchant de la normale, pour l'image et l'éducation de leurs enfants. Et on prépare la chambre des plaisirs comme il se doit. Chambre des enfants, vous pensiez ? Hannibal ne perd jamais le nord.


                        • En ligne
                          Cain Powell
                          Dominateur
                          (15)206+02810223030557030
                          id19.07.17 0:47
                          (15)Volonté : 206Messages : +0Réputation : 2810$US : 22Xp : 30Force : 30Résilience : 5Agilité : 5Réflexes : 70Spiritualité : 30Astuce : Badges :
                          avatar
                          (15)206+02810223030557030

                            Can you fix the broken ?

                            Ses premiers mots, sa première phrase, résonnent en lui comme des mots de délivrance. Comme si c'était quelque chose qu'il avait toujours souhaité entendre. Lui qui s'était battu toute sa vie durant pour être seul, embrassait à présent une vie de famille. Il repartait de 0. Une nouvelle ville, une nouvelle famille.

                            Son corps chuta en avant, tombant telle une avalanche sur Hannibal pour la prendre dans ses bras, la serrer contre lui, alors qu'il plongeait sa tête contre sa poitrine. Il ne dit pas un mot mais son geste en disait pour lui : "merci". L'ambiance se calme alors tandis que l'homme se relève et présente une mine plus habituelle.

                            Elle a faim. Compréhensible après tout ce qui lui arrive récemment. Tout ce stress accumulé qui vient de disparaître presque complètement laisse une place vide dans son estomac. Il a un petit rictus à ce moment là, comme si il reconnaissait là enfin l'Hannibal qu'il connaissait. L'ogre tant redouté de ses cuisiniers. Elle poursuit, mais il ne dit rien et se relève puis s'avance vers l'interphone.

                            Apportez à manger, ma dame a faim.

                            Puis en regardant à côté, il ajoute :

                            Et également de quoi prendre des mesures, il va falloir changer une porte.

                            Étrangement, pas de regard noir lorsqu'il se retourne vers Hannibal. Pourtant, elle sait à quel point sa propriété lui est chère. Il se rapproche d'elle de nouveau puis se penche en avant, suffisamment pour lui attraper les mains et la relever. Alors qu'il la libère rapidement, elle peut constater qu'elle a quelque chose en sa possession désormais.

                            Entre ses doigts se trouve une paire de clefs. Peu utile compte tenu du fait que tout est ouvert par les valets, mais c'est la symbolique qui est forte et qui comptera à ses yeux.

                            Vous êtes ici chez vous.

                            Comme si il parlait aussi à ses enfants.

                            Non... Nous sommes chez nous.

                            La chambre des plaisirs ? Cain ne pu s'empêcher de glousser un instant lorsqu'elle mentionna ça.

                            Il y a deux clefs à ton trousseau... Tu pourras y aller après manger.
                          • Hannibal Von Jäggerjack
                            ETA - Dominateur
                            (9)431+095530403010403040FondatriceFranc-maçonGrand fouMeeticV.I.P.
                            id19.07.17 1:17
                            (9)Volonté : 431Messages : +0Réputation : 955$US : 30Xp : 40Force : 30Résilience : 10Agilité : 40Réflexes : 30Spiritualité : 40Astuce : FondatriceFranc-maçonGrand fouMeeticV.I.P.Badges :
                            avatar
                            (9)431+095530403010403040FondatriceFranc-maçonGrand fouMeeticV.I.P.
                              ETA - Dominateur

                                 
                              EAT ME
                              Hannie fixa longuement les clefs. Voilà bien des années qu’elle ne s’était pas sentie chez elle, au confort et avec l'être aimé. Lorsque son frère décèda, tout sembla bien lointain et si peu familier. Le goût de vivre s'est enfui avec l’envie de partager sa vie avec quiconque, perdre une partie de soi peut entacher bien d’autres points. L'armée, bien qu’elle considéra longtemps ses paires comme sa famille, n’a jamais eu ce don particulier de lui offrir ce sentiment d'accueil, de maison, de sûreté, surtout après les évènements macabres de janvier où toute sa section fut traquée, assassinée, réduit à néant. De ceux qui composaient l’ETA avant sa formation non-officielle, il en reste peu, les meilleurs… Et Hannibal, qui a repris le flambeau d'une cause si sombre mais chère à son cœur. Pourtant confuse, la jeune femme se prend de peur à devoir faire le deuil d’une activité macabre telle que Seraphim. Il le faut, pour les enfants, pour Caïn, pour eux. Pour sa nouvelle famille. Vint à la pensée de la jeune femme une interrogation pour laquelle il faut être deux à répondre : le prénom de leurs enfants. Après tout… même si ils ne connaissent le sexe, ils peuvent déjà émettre des suppositions. Il faut, rapidement, que je prenne rendez-vous pour une échographie, voir si tout se passe bien. Je vais contacter mes proches conseillers pour que cela reste de l’ordre privé, le temps que le nécessaire soit fait et avoir les meilleurs médecins pour s’occuper de tout ça. Le Président appuyera ma décision. Hannibal pense à voix haute, mais le fait que Caïn entende ses réflexions permet de faire le point. La bonne santé des enfants et la sienne sont primordiales pour que cela fonctionne rapidement et si son amant a la possibilité de protéger un peu plus leurs intérêts, alors il est nécessaire qu’il soit averti.

                              La table est mise, les plats sont servis et sans plus attendre, l’ogre se met à table. Manque de politesse ou impatience, elle n’attend pas le maître des lieux, trop affamée pour quoi que ce soit d’autre que d’avaler une quantité effarante de nourriture. Entre deux bouchées et bouche pleine, la jeune femme reprend. Si elle est fermée à clef c’est que.. personne d’autre n’en a eu usage ? Une pointe de jalousie fait surface, peut-être mal placée, peut-être pas, mais Hannie aime l'exclusivité et surtout être la première, l’unique et la dernière. Je veux la voir… maintenant. Tel un caprice d’enfant, elle fini son assiette et essuie sa bouche, se lève et tend la main pour qu’il la guide jusqu'à leur pièce favorite.


                            • En ligne
                              Cain Powell
                              Dominateur
                              (15)206+02810223030557030
                              id19.07.17 1:33
                              (15)Volonté : 206Messages : +0Réputation : 2810$US : 22Xp : 30Force : 30Résilience : 5Agilité : 5Réflexes : 70Spiritualité : 30Astuce : Badges :
                              avatar
                              (15)206+02810223030557030

                                Let me show you

                                Rapidement, elle se met à table. Elle ne cherche même pas à comprendre ce qui se passe autour d'elle et se content simplement de dévorer toute nourriture qui passe sous la main. C'était normal vu sa condition, même si Cain n'était pas au courant du délai entre son dernier repas et celui-ci. Il aurait eut une table déjà prête pour son arrivée sinon.

                                Lorsqu'elle questionne l'existence de la fameuse pièce, Cain détourne le regard, comme un petit pêché inavoué et presque inavouable.

                                En vérité... Je l'ai aménagée après notre première nuit ici.

                                Elle voulait la voir. Son ton ne laissait même pas place aux négociations et puis elle avait déjà terminé de manger. A une vitesse ahurissante à vrai dire. On aurait dit les héros des vieux dessins animés japonais. Il se lève à son tour, lui prend la main et avance dans son immense appartement, dont la belle n'avait pas visité une bonne partie encore.

                                Finalement ils arrivent à l'extrémité de celui-ci, face à une porte semblant tout à fait banale,
                                à l'exception prêt qu'elle n'était pas ouverte et pas ouvrable sans avoir la clef qui allait avec ! Un coup de trousseau plus tard, la porte était ouverte. La lumière était éteinte et on ne voyait à peine à l'intérieur, uniquement grâce aux lumières des pièces dans leur dos.

                                Il n'y avait aucune fenêtre ici, mais la pièce était équipée. Les quelques jouets avec lesquels ils s'étaient amusés il y a quelques mois étaient tous là, et bien d'autres. La pièce était en vérité assez grande, plutôt gigantesque même, mais elle était pleine. Tout ce dont un dom ou un sub pouvait imaginer, et qui existait, était présent ici, à peu de choses près.

                                Grosso modo, Hannibal ouvrait les yeux sur 50m² de sextoys sous toutes leurs formes. La plupart étant livrés avec les tenues qui allaient avec. La vaste majorité étant à base de latex semblant moulant. D'un coup d'oeil, elle pourrait presque deviner SES mesures à elle d'ailleurs. Tout était prémédité.

                                Au milieu de la pièce trônait un lit presque circulaire qui avait un sommier sur lequel étaient présents d'épais anneaux de métal où on pouvait attacher diverses choses.

                                J'espère que tu y trouveras ton compte... Cette pièce a été conçue avec ton unique plaisir en tête.
                              • Hannibal Von Jäggerjack
                                ETA - Dominateur
                                (9)431+095530403010403040FondatriceFranc-maçonGrand fouMeeticV.I.P.
                                id19.07.17 2:13
                                (9)Volonté : 431Messages : +0Réputation : 955$US : 30Xp : 40Force : 30Résilience : 10Agilité : 40Réflexes : 30Spiritualité : 40Astuce : FondatriceFranc-maçonGrand fouMeeticV.I.P.Badges :
                                avatar
                                (9)431+095530403010403040FondatriceFranc-maçonGrand fouMeeticV.I.P.
                                  ETA - Dominateur

                                     
                                  EAT ME
                                  La main fermement agrippée à la sienne, la demoiselle découvre la grandeur des lieux. À vrai dire, sans conteste, c’est bien trop vaste pour un si petit corps. Déjà petite, elle se perdait entre les pièces du manoir, ne s’étant jamais vraiment habituée au lieu. Vivre si richement n’a jamais été un plaisir pour elle, se contentant de sa petite chambre et ses cachettes entre deux fonds de couloir. C’est bien pour jouer à cache cache, mais sinon, c’est inutile. Autant de pièces pour en faire si peu de choses… Toutes les baptiser ? Pourquoi pas, ils auront de quoi s’occuper tout ce temps à passer ensemble, surtout avec ses pulsions de femme enceinte qui finiront pas devenir ingérables, autant pour elle que pour lui. Quoi que… Finalement la balade dure une minute, tout au plus, se laissant guider à travers les couloirs pour se retrouver, tous les deux, face à une porte ou la serrure est de mise, bien spécifique par rapport aux autres.

                                  La porte ouvre et c’est comme la première fois à Disney, émerveillée, Hannibal ne sait plus où donner de la tête. Tout est parfaitement rangé, tout est à sa taille et sa condition à elle. Cain a tout adapté pour elle, dans les moindres détails. À cet effet, la sub s'avance vers les colliers en cuir ; le choix est large mais un, tout particulièrement, attire son attention. Noir, large, un anneau qui est accompagné d’un pendentif avec une inscription. Daddy's girl. Hannie n’attends pas d’ordre ou d'accord pour avoir le droit de le prendre en main, sans attendre elle s'écarte et porte son attention sur autre chose, la main porteuse de son nouveau cadeau.

                                  Toujours pas de mots, ni d’expression sur son visage, tout semble dire qu’elle est en réflexion mais en réalité, elle est dans son monde, dans leur monde, cette transe si spéciale qui leur permet de faire qu’un dans cette tendance sexuelle si particulière. Une tendance comparable aux plus beaux arts. Les cordes à présent, différentes matières, différentes largeurs, tressages ou encore couleur. Les plus rugueuses sont celles qui marquent le plus mais les plus souples sont celles qui permettent le plus de choses. Une légère hésitation, il choisira par lui-même. Ses doigts ne peuvent s’empêcher de parcourir les divers objets, les diverses tenues. Tout semble neuf, non-utilisé. Tu l’as vraiment fait pour moi cette salle. Tout est… à ma taille, avec une disposition particulière avec la mise en avant de tout ce que j’apprécie le plus et ce qui peut bien tenter de me plaire. Doucement, elle se retourne et lui fait face, de quoi lui laisser apercevoir ce regard satisfait, illuminé par une envie irrépressible.

                                  Hannie ne s’arrête pas là, enlève ses talons aiguilles et fini par monter sur le lit, découvrant avec ses mains les anneaux. Son imagination ne cesse de propulser diverse images plaisantes, des cas de figure divers et variés, sûrement moindre par rapport aux idées toujours aussi folles de Cain. Je crois qu’on a passé le cap des simples tendances sexuelles… Ça devient un mode de vie. C’est plus une réflexion à soi, qu’autre chose. Sa grossesse n'entravera en rien leur plaisir, sûrement pas. Assise sur le lit, elle reste pensive, toujours le collier à la main.
                                Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant