Metro, l'Apocalypse à vos portes : Forum RPGCHRONOSREPTrue heroes never rest. [Ft. Marcus] 5kv4
Amélioration du contenu graphique

29.05.2017 | Découvrez les dernières améliorations graphiques du design !

Recrutement & Animation

10.06.2017 | Lazarus passe à la vitesse supérieure !

Recensement & Prépa V3

29.07.2017 | Préparez-vous à de gros changements...

Version 3.0 en ligne !

03.09.2017 | Récapitulatif des changements et feedbacks des joueurs

Du mouvement dans les rangs

03.09.2017 | Changements dans le staff

Boutique & Races 3.0

16.10.2017 | Elles sont enfin là :)

test
test

True heroes never rest. [Ft. Marcus]

  • Timothy Williams
    CIVIL - Rebelle
    (6)8468429446000none
    id29.08.17 22:42
    (6)Volonté : 84Messages : 684$US : 29Xp : 4Force : 4Résilience : 6Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : noneBadges :
    (6)8468429446000none
    Timothy Williams
    (6)8468429446000none
      CIVIL - Rebelle
      True heroes never rest. [Ft. Marcus] Tumblr_o1zhauwfjJ1skfz0so3_500

      Le manque de repos m’avait brutalement rattrapé la veille. Les nuits blanches à répétition, quant à elles, m’avaient assommé de vertiges, migraines et douleurs. Le corps titubant, la tête lourde, je compris qu’il n’y aurait pas de sortie nocturne cette fois-là. J’avais dû mal à l’accepter, mais m’écrouler sur mon matelas, abaisser mes paupières puis laisser mon esprit glisser vers les ténèbres me firent très plaisir. En revanche, le réveil fut plus brutal, plus soudain. Mes yeux s’ouvrirent d’un coup et témoignèrent de ma surprise, combien de temps avais-je pu perdre à pioncer ? Mon étonnement ne fut que plus grand lorsque mon regard s’attarda sur mon horloge, accroché à l’un des murs de mon minuscule studio. 2.35 p,m, soit presque dix-huit heures de sommeil.

      Je fis un bond hors de mon lit, avant de me précipiter dans ma salle de bain. Une trentaine de minutes plus tard, j’étais déjà dehors, devant la porte de mon taxi. La véritable raison de mon empressement était que j’avais un rendez-vous dans ma banque, dans les alentours de 16h. Le hic étant que la banque était dans le quartier Alpha et moi, dans Gamma. Ce n’était donc pas la porte d’à côté. Je n’aurais pas le choix, vu que je n’avais pas le temps de me faire de quoi manger, je passerais près de l’un de mes vendeurs préférés.

      « Hello, Patrick, j’aimerais deux hot-dogts et un Ice-Tea. » demandai-je à ce bon vieux camarade.

      Deux, car vu mon gabarit, un seul ne serait sûrement pas suffisant. Les hot-dogts n’étaient peut-être pas des aliments sains, mais ils avaient le mérite d’être peu chers et d’être faits en un rien de temps. Et surtout, j’étais un fidèle client de Patrick, aussi appelé Patrick les bons tuyaux. Le gars m’avait filé des renseignements et des infos d’une extrême fiabilité quand je bossais encore dans la police. En cinq minutes, j’avais englouti les sandwichs avant de jeter un coup à ma montre. 3.25 pm. Tranquille, j’avais encore le temps devant moi. De retour devant ma bagnole, je vis un gars, un afro-américain, près de mon taxi. Feignant de ne pas l’avoir vu, il semblait bien avoir besoin de mes services.

      Si j’avais été un minimum égoïste, je l’aurais royalement ignoré, mais bon, quand on a l’occasion de venir en aide à quelqu’un, pourquoi refuser ? De plus, ce n’était pas comme si j’étais excessivement en retard à ma banque. Le trajet entre Gamma et Alpha prenait un certain temps, mais pas suffisamment pour que j’arrive après 16h. Ouvrant distraitement une portière de mon véhicule, je lui dis.

      « Besoin d’un transport ? »

      Merde, j'avais un peu de ketchup sur le coin de la lèvre. Attendant une réponse de sa part, je sortis un mouchoir, histoire de m'essuyer la bouche et paraître un chouïa propre. Un homme à l'air négligé ou malpropre n'attirait que très rarement des clients.
    • Marcus White
      CIVIL - Esprit Libre
      (0)11/2000000none
      id04.09.17 21:54
      (0)Volonté : 11Messages : /$US : 2Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : noneBadges :
      (0)11/2000000none
      Marcus White
      (0)11/2000000none
        CIVIL - Esprit Libre
        Marcus était en plein action comme toutes les après-midi. En gros, il visitait des sites internet pédagogiques sur l'anatomie féminine. Depuis la découverte de sa force surhumaine, il n'osait plus utiliser ses mains sous peine d'accident dramatique... Sa petite chambre située au dernier étage d'un foyer pour jeunes actifs (la bonne blague...) défavorisés commençait à bien sentir la transpiration lorsque, tout à coup, son smartphone se mit à sonner brièvement. En colère d'avoir été coupé dans son élan, le méta-humain se rua sur l'appareil pour y voir la notification. C'était un message automatique envoyé par sa banque : Marcus était en train de crever le sous-sol de la cave souterraine de son découvert autorisé. Pire, la banque lui promettait des poursuites judiciaires s'il ne renflouait pas très vite son compte. Très vite, du genre dans les deux heures qui venaient.

        Après avoir ruminé pendant une bonne quarantaine de minutes, Marcus se décida à aller rencontrer son banquier en tête à tête. Là, il pourrait lui promettre que l'argent allait bientôt couler à flot. Comment ? Boh, il le baratinerait. L'idée d'utiliser sa force pour enchaîner les braquages faciles ne lui effleura pas l'esprit. Ce pouvoir tombé du ciel était une malédiction ; l'image du bras arraché de ce truand hantait encore ses cauchemars répétés. Après une recherche rapide, Marcus nota l'adresse de la banque. Secteur Alpha. Ben voyons, les richards avec les richards. Seul problème, le méta-humain n'avait jamais mis les pieds hors de Beta. Il haussa les épaules en évacuant le problème : il était confiant envers son infaillible sens de l'orientation.

        « Pfff, c'est ringard, Alpha. »
        Après avoir enchaîné huit correspondances de métro puis de bus, Marcus pensa être arrivé. Pas de banque en vue. Pire, la plupart des panneaux du coin annonçaient le secteur Gamma. Comment les honnêtes citoyens pouvaient-ils espérer se repérer si rien n'était à jour ? Cette ville partait en cacahuète...

        Du coin de l’œil, Marcus lorgna en direction d'un stand de hot-dogs et surtout de l'odeur de saucisse grillée qui en émanait. Son ventre gargouilla mais il tint bon. Le temps de faire des économies était venu, il ne craquerait pas à la première tentation. Fier devant sa volonté à toute épreuve, il en oublia presque pourquoi il se trouvait à l'autre bout de la ville lorsqu'un type plutôt craignos, et qui ne savait pas manger proprement, l'interpella.

        « Besoin d’un transport ? »

        Franchement étonné par un tel élan de générosité, Marcus s'approcha en roulant des épaules. Il ne cachait pas son enthousiasme.

        « Mais ouais, carrément mon frère. Trop sympa, mec. Tiens regarde, c'est là qu'je veux aller. J'dois pas être loin. »
        Et après être monté dans la bagnole à l'avant côté passager, il montra l'écran de son portable qui affichait l'adresse de la banque.
      • Timothy Williams
        CIVIL - Rebelle
        (6)8468429446000none
        id17.09.17 21:27
        (6)Volonté : 84Messages : 684$US : 29Xp : 4Force : 4Résilience : 6Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : noneBadges :
        (6)8468429446000none
        Timothy Williams
        (6)8468429446000none
          CIVIL - Rebelle
          True heroes never rest. [Ft. Marcus] Tumblr_o1zhauwfjJ1skfz0so3_500


          Ma proposition semblait avoir ravi mon interlocuteur. Ce dernier, une vraie armoire de glace, avança dans ma direction, en roulant des épaules. Un vrai m'as-tu-vu qui souhaitait impressionner le monde par la manière dont il se dandinait. Cependant, cet excès de confiance cachait-il quelque chose ? Pas le temps d'y réfléchir, j'avais un client à conduire quelque part. Il m'indiqua sa destination et ce fut avec un peu de surprise, que je constatai que le gars se rendait au même endroit que moi. Le hasard faisait bien les choses.

          Une fois tous les deux entrés dans la bagnole, je démarrai la machine pour partir illico presto en direction de la banque. Une ou deux minutes plus tard, près d’un feu, je laissai mon regard sur le rétroviseur pour examiner mon passager. Son visage ne me disait rien du tout. Liberty Town était une grande ville, mais Gamma m’avait accueilli depuis ma tendre enfance, par conséquent, je connaissais un bon paquet de personnes dans le quartier. Mais bon, ça arrivait tous les jours de rencontrer de nouvelles têtes.

          « J’m’appelle Timothy Williams.»  

          Le boulot de taximan impliquait de taper la discute avec son client. « Le guide ultime pour fidéliser vos clients », un bouquin qu’on m’avait offert à l’achat de mon taxi, disait qu’il fallait soigner la qualité de son service. Dès l’accueil et l’installation du passager, créer une relation et montrer un réel souci pour son bien-être. Ça ne me posait pas de problème d’agir ainsi. En règle générale, m’ouvrir aux autres et partager des expériences sont des choses qui me plaisaient. Il n’y avait que quand j’étais l’autre, le justicier masqué, que mon sens de l’humour et mon ouverture à autrui disparaissaient.

          « Vous êtes bien à l’arrière, j’espère. Vous n’êtes pas du coin, on dirait… Vous semblez faire pas mal de muscu...»  constatai-je. « Vous êtes de passage à Liberty Town, ou vous habitez ici depuis un bout de temps ? »  Le bombarder de questions n’était peut-être pas une bonne idée. Et si je lui parlais aussi de moi ?  « J’ai un rendez-vous dans la même banque que vous, les banquiers d’Alpha, ce sont tous des cons, hein ? »

          Je pensais sincèrement ma dernière phrase. Alpha était le coin des bourges, ce fait était connu de tous. C’était le seul quartier à l’abri des gangs. Domino, mon éternel Némésis, avait déplacé ses activités dans ce secteur de la ville. Rah. Je chassais vite cette enflure de mon esprit, car le seul fait de penser à lui suffisait à me foutre de mauvaise humeur. Laisse béton Tim, concentre-toi sur ton passager plutôt. Le trajet allait durer une quinzaine de minutes à peu près, voir un peu plus.

          « Les banquiers adorent bouffer notre argent, mais quand c’est nous qui utilisons le leur, ce sont les premiers à vous appeler, haha. »
        • Marcus White
          CIVIL - Esprit Libre
          (0)11/2000000none
          id29.09.17 17:41
          (0)Volonté : 11Messages : /$US : 2Xp : 0Force : 0Résilience : 0Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : noneBadges :
          (0)11/2000000none
          Marcus White
          (0)11/2000000none
            CIVIL - Esprit Libre
            Étonnamment, la porte à l'avant était verrouillée et Marcus dut monter à l'arrière. Bizarre, mais tant pis. Il était trop content de tomber sur un bon samaritain qui l'aiderait et le mènerait à bon port.

            « Salut Timothy. Moi c'est Marcus. Je viens de Beta. Tu connais ? C'est beaucoup moins craignos que ça en a l'air... J'y ai grandi et j'en partirai jamais. »

            Marcus s'affala sur la banquette arrière et commença à se détendre. Pas pour longtemps.

            « Hein ? Quoi de la muscu ? Ouais mais.... Attends, je suis pas gay, hein. Faut pas croire, hein. Sans dec', mec. »

            Cet empressement à hurler son hétérosexualité était presque la carte de visite de Marcus. Jamais il ne voulait laisser croire le contraire à qui que ce soit. L'autre gars semblait bien curieux en définitive et Marcus perdit son sourire pendant quelques instants. Que l'autre essaie de le violer et il comprendrait sa douleur. La conversation s'orienta finalement sur les banquiers et le jeune black se décontracta un peu. Se trouver un ennemi commun, il n'y avait rien de mieux pour s'entendre.

            « Mais ouais ! Grave ! Ces banquiers, c'est tous des fils de chien avec leurs conneries de cravates en laine et leurs raies sur le côté. J'suis sûr qu'ils vont au casino et aux putes avec notre fric. »

            Il marqua un silence, un peu comme s'il avait dit un truc vachement profond.

            « En même temps, s'ils comptent sur mon fric, j'aimerais pas voir la gueule de leurs putes... »

            Timothy conclut que les banquiers ne se manifestaient que quand leur compte tombait dans le négatif. Marcus acquiesça d'un hochement de la tête grave.

            « Le pire, c'est qu'ils savent qu'on a rien à leur répondre à part des promesses qu'on tiendra pas. Putain, j'ai l'impression d'être en couple avec le mien, de banquier. Genre il vient me gratter des thunes tous les mois. »

            Là encore, il fit une pause mais son visage afficha un rictus gêné.

            « Ouais mais non, hein. Je suis pas en couple avec mon banquier, faut pas me faire dire ce que j'ai pas dit. J'suis pas homo. Ah non. »

            Il retomba en arrière en se décidant de fermer un peu sa gueule. Il observa le paysage de Liberty Town qui défilait par la fenêtre.

            « T'es d'ici toi ? Non parce que j'ai l'impression qu'on s'éloigne vachement du secteur, non ? »
          • Timothy Williams
            CIVIL - Rebelle
            (6)8468429446000none
            id23.10.17 22:47
            (6)Volonté : 84Messages : 684$US : 29Xp : 4Force : 4Résilience : 6Agilité : 0Réflexes : 0Spiritualité : 0Astuce : noneBadges :
            (6)8468429446000none
            Timothy Williams
            (6)8468429446000none
              CIVIL - Rebelle
              True heroes never rest. [Ft. Marcus] Tumblr_o1zhauwfjJ1skfz0so3_500


              Mon intuition me trompait rarement. Ce gars venait bien d'un autre quartier, Beta en l'occurrence, le coin le plus chaud de tout Liberty Town. C'était littéralement le bazar dans la poubelle vivante de la ville. L'influence de la police était quasiment inexistante vu le taux de criminalité élevé là-bas. L'idée de m'y aventurer m' avait plusieurs fois traversé l'esprit, mais à chaque fois, j'en étais arrivé à la même conclusion : je devais d'abord faire tomber certains gangsters dans Gamma avant de m'intéresser à un quelconque autre quartier.

              Quelque chose m'intriguait chez Marcus. Quelle raison pouvait bien l'inciter à demeurer à Beta ? A sa place, je me serais barré vite fait bien fait de cet endroit malsain. Le cœur a ses raisons que la raison ignore. A chacun ses soucis j'avais envie dire... Mes pensées se recentrèrent sur mon passager lorsqu'il se mit à clamer haut et fort son hétérosexualité. Je ne pus m'empêcher de rire, car le gars avait agi comme si j'avais tenté d'attenter à sa virilité. D'un, j'avais beau avoir été bi un temps, je ne sautais pas sur tout et n'importe quoi.

              D'un, je n'éprouvais aucun attrait physique pour ce type. De deux, là dernière fois que j'avais flirté avec un homme remontait à quand j'étais en école de police. Depuis, j'avais plutôt tendance à courir après les minettes. Bref, Marcus n'avait pas de soucis à se faire, il n'avait pas affaire à un taximan chelou aux pratiques sexuelles les plus dérangeantes. Fort heureusement pour moi, la discussion dériva vers un sujet moins gênant pour certaines personnes : les banquiers. Sans surprise, l’Afro ne les portait pas dans son cœur. Mon petit doigt me disait que c’était peut-être par manque que ce dernier était coincé dans Beta.

              « Ouaip, Gamma c’est mon quartier, j’y suis né, j’y vis et je compte bien finir mes jours ici… Et en effet, on s’éloigne bien du secteur, on ne va pas tarder à arriver à destination.»

              Le trafic n’était pas trop dense ce jour-là et la discussion avait permis de passer un peu le temps. Une poignée de minutes plus tard, je me garai à quelques pas de la banque. Une fois la bagnole à l’arrêt, une courte hésitation me prit. Faire payer Marcus pour la balade en voiture ou non ? A vrai dire, ce n’était pas comme si le lanternon avec écrit taxi en gros indiquait que j’étais un taximan. Bon, on allait dire que c’était de ma faute. J’aurais dû l’avertir qu’il aurait à payer pour être conduit jusqu’à la banque.

              « Vous voilà à destination monsieur. »

              Après qu’il soit sorti de l’engin, je ne tardai pas à le suivre pour entrer dans l’établissement financier.
            • Contenu sponsorisé
              id